Caïn et Abel

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
Avatar de l’utilisateur
Romanov6
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : dim. 29 oct. 2017, 17:22
Conviction : Catholique romain
Localisation : Lyon

Caïn, un symbole ?

Message non lupar Romanov6 » dim. 05 nov. 2017, 3:59

Bonsoir/bonjour,

J'aimerais ouvrir une discussion sur Caïn, qu'est ce que vous voyez en ce personnage ? Que vous inspire ce mythe biblique ?

Personnellement, je vois une querelle entre frères très dure. Donc, j'apprends la paix, mais je m'interroge aussi sur le "père du meurtre" et sur l'apprentissage qu'on peut en retirer.

Merci par avance,
Bien à tous
--
“Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie.“
Troisième loi d’Arthur C. Clarke

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7320
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Caïn, un symbole ?

Message non lupar Cinci » dim. 05 nov. 2017, 17:49

Bonjour

Le thème est intéressant en effet. Ce que je verrais?

D'abord, Caïn et Abel sont issus du processus générationnel qui est le nôtre. Ils sont issus d'un rapport sexuel entre leurs deux parents et ils naissent donc sous cette contrainte que l'on nomme "péché des origines". Caïn et Abel sont de notre famille. Qu'est-ce qui est différent entre le père Adam et le fils Caïn? Le premier fut créé dans l'état de grâce et jouissait donc de la possibilité d'entrer directement dans la gloire, dans la vision face à face ou béatifique, sans pour cela devoir connaître des peines, une sorte de tourment, des agressions de la part du diable, l'injustice et tout. La faute d'Adam implique que ses descendants seront désormais vulnérables aux atteintes du mal.

Il faudrait comprendre que la situation "être vulnérable aux atteintes du mal" qui est souvent comprise comme une peine qui pèse sur tous ou un châtiment d'Adam et de sa descendance, peut être à la fois comprise aussi comme une miséricorde de Dieu. Je m'explique. La révolte du père Adam qui choisi de désobéir à Dieu parce qu'il aura cédé aux représentations du serpent aurait dû se solder aussi par l'exclusion définitive d'Adam. La créature aurait dû être damnée avec toute sa race. Si Dieu n'était pas Amour : c'est bien ce qui aurait dû se produire. C'eût été la justice ... sans amour.

Mais Dieu a pitié de l'homme.

Cette pitié de Dieu pour l'homme se traduit par cette nouvelle condition qui est faite à Adam et toute sa descendance. Au lieu d'être damné purement et simplement, une voie de rachat est ouverte pour l'homme. Ce sera le chemin de la rédemption. Sur ce chemin plus ardu que dans le stade initial avec Adam et Ève : les descendants devront "éponger" ou subir en quelque sorte le mal qui est fait à Dieu et aux autres, et ce, avant de pouvoir entrer dans la gloire. C'est comme la condition de notre rachat.

Caïn

Premier membre de la fratrie, dirais-je. Il représente celui qui n'accepte pas la condition qui lui est faite. On pourrait dire que Caïn se tient dans de mauvaises dispositions intérieures. Au fond, il est en révolte contre son père Adam. Il en veut à son père. Il en veut à Dieu en réalité. Il ne peut supporter de "vivre ce qu'il doit vivre", avec toute l'amertume qu'il ressent, pendant que son frère pourrait être plus heureux (bien vu par Dieu, être accepté, agrée, etc.) Donc, c'est la colère, la jalousie, la volonté de se faire justice soi-même, l'envie de salir et détruire l'autre comme pour cesser de souffrir soi-même. C'est la destruction et le meurtre. Parlons de ce que produit le péché une fois rendu au bout de sa course. Le père Adam a ouvert la porte au mal. Et le fils Caïn a poussé la dynamique jusqu'à son dernier accomplissement. Il y a là un comble pour toute l'affaire, peut-être pour celui qui n'accepte pas de voir qu'il est pécheur.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4406
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Caïn, un symbole ?

Message non lupar gerardh » dim. 05 nov. 2017, 20:35

______

Bonjour,

Pourquoi le sacrifice d'Abel a été agréé par Dieu, pendant que celui de Caïn a été rejeté ? (j'ai une réponse)


________

Avatar de l’utilisateur
apatride
Censor
Censor
Messages : 88
Inscription : lun. 06 juin 2016, 1:24

Re: Caïn, un symbole ?

Message non lupar apatride » dim. 05 nov. 2017, 23:55

Caïn et Abel, quelle histoire ! Dix versets qui ont inspiré bien des récits, un thème exploité jusqu'à la moelle et qui continue de faire gamberger l'humanité.

Récit symbolique très certainement, imaginons la mémoire comme ce qui filtre et fait le lien entre les expériences pour en tirer du sens. Alors quel sens doit-on s'imaginer trouver comme densifié, compacté par la mémoire de notre espèce dans le legs immémorial qu'est l'histoire d'Abel et Caïn !

Legs que l'humanité a jugé bon de transmettre, au fil des générations, dans une version que l'on suppose de plus en plus ramassée, de plus en plus dense d'informations, en une dizaine de lignes tellement chargées symboliquement que l'humanité pourrait la déplier jusqu'à la fin de temps.



Est-ce à dire qu'il ne s'agit pas ici d'une histoire littérale ? Ne s'agit-il pas d'un fait historique, quelque chose qui s'est passé pour de vrai ? D'abord qu'entend-on par "pour de vrai" ? Car si le symbolisme est ce qui relie les choses entre elles, ce qui en fait la narration, alors l'histoire de Abel et Caïn est bien plus vraie que tous les faits historiquement datés, bien plus vraie que tous les témoignages. Elle a eu lieu, à coup sûr, comme elle a lieu aujourd'hui, et comme elle aura lieu toujours, bien plus que n'importe quel fait historique.

Altior
Senator
Senator
Messages : 846
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionnaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Caïn, un symbole ?

Message non lupar Altior » lun. 06 nov. 2017, 0:20

qu'est ce que vous voyez en ce personnage ?
Moi, je vois l'antitype du frère du fils prodigue. Celui qui n'est pas content que, apparemment, le Père rend plus de faveur à celui-là. Ensuite, à la fin de l'Évangile, on voit ce que ce frère ainé fait à son frère Abel, au frère qui est le Bon Berger. Il le tue. La fin du Livre se superpose sur son début.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7320
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Caïn, un symbole ?

Message non lupar Cinci » lun. 06 nov. 2017, 3:32

On peut supposer que l'offrande de Caïn est repoussée par Dieu au départ, mais alors tout simplement parce que celui-ci n'a pas la bonne disposition intérieure. Il n'en tient qu'à Caïn de changer de disposition pour que Dieu puisse lui aussi changer son refus en ouverture. Dieu refuse le sacrifice de Caïn dans le but que ce dernier adopte une nouvelle attitude.

Caïn est trop buté, fermé. Il ne veut rien entendre. Enfermé dans son orgueil, il refuse même plus la perspective du meurtre.


Une définition :
L'orgueil, ce n'est pas d'avoir une bonne opinion de soi (ça, c'est la vanité). L'orgueil, au contraire, c'est se détestant, vouloir se suffire, s'isoler, s'arranger de ce mauvais matériel. Être au moins indépendant puisqu'il n'y a pas moyen d'être heureux. L'orgueil et le désespoir recouvrent la même résignation à étouffer cette soif de bonheur qui continuerait à nous étirer si douloureusement vers les autres.

Orgueil, désespoir, résignation, retranchement, excommunion : autant de mots qui signifient la même chose. "C'est mon odeur, elle est mauvaise, mais c'est la mienne. Je préfère être malheureux tout seul".

Le damné est celui qui est parvenu à s'isoler tout à fait.

Il n'y a qu'un enfer, mais peut-être l'avez-vous déjà connu : c'est le lieu où l'on n'espère plus rien, où on n'aime plus personne, où on n'attend plus rien de personne, où on ne fait plus confiance à personne.

C'est le même infernal péché qui nous tentera jusqu'à la fin de nos jours : l'installation définitive dans le coin - où on nous fichera la paix, où on finira bien par ne plus souffrir, où nous finirons bien par ne plus entendre aucun appel, où la déchirante communication finira bien par être coupée. Éteinte. C'est ça l'enfer. Avoir perdu le goût d'aimer - pour ne plus souffrir.

Louis Evely, Souffrance, p. 68

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7320
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Caïn, un symbole ?

Message non lupar Cinci » lun. 06 nov. 2017, 4:35

Romanov6 a écrit :
[...] mais je m'interroge aussi sur le "père du meurtre" et sur l'apprentissage qu'on peut en retirer.
Au départ, le serpent exerce une "amicale" influence sur la mère Ève. Il se propose d'éclairer la lanterne du premier foyer de l'humanité. C'est comme un ami qui nous veut du bien.

Avec Caïn, on peut supposer qu'après le meurtre d'Abel surtout, le serpent fera sentir son emprise sur sa victime encore plus fortement (on reste ici avec Caïn pour l'explication). Le désespoir de Caïn était peut-être important avant le meurtre. Mais, après, le désespoir s'accroît par dix, par cent ou mille. Le crime n'était pas une si bonne solution que cela finalement. On pourrait supposer que le serpent antique ou le diable tiendrait dans ses griffes un excellent candidat pour l'enfer en définitive. Le diable peut alors commencer de tourmenter pour vrai notre bonhomme. Et notre bonhomme peut commencer de sentir des effluves en provenance du fond de l'enfer.

La pression fini par se révéler suffisamment forte que Caïn se voit forcé, - toutes hontes bues- , de demander grâce au Père éternel. "La peine est trop lourde, la situation est trop écrasante."

Toujours aussi miséricordieux : le Père trace alors le signe de la croix sur le front de Caïn. Qu'est-ce à dire? C'est le délai supplémentaire et comme la dernière chance accordée à Caïn pour qu'il puisse se repentir. Le signe représente le chemin de la rédemption encore ouvert pour lui. C'est le signe dont la vue représente le contre-poison pour la morsure du serpent. Le salut passe par une acceptation de notre statut de pécheur. C'est la confession de l'injustice personnelle et l'espérance replacée en Dieu. Il faudrait que Caïn accepte de porter sa croix, de mourir lui-même à ce qu'il aura été jusqu'ici.

Au moment d'écrire cela, je me rappelle que c'était aussi le sujet du film La dernière marche avec Sean Penn et Susan Sarandon.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4406
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Caïn, un symbole ?

Message non lupar gerardh » lun. 06 nov. 2017, 13:00

_______

Bonjour,

Dès l'enfance de l'humanité, deux races se dessinent. Caïn, premier homme né sur la terre, est l'ancêtre de tous les propres justes. Satisfait de lui-même et de ses oeuvres, inconscient du péché et de ses conséquences, il se présente devant Dieu avec le fruit de son propre travail, fruit d'un sol maudit. Comment Dieu pourrait-il y avoir égard? Abel, le second homme, est le chef de la lignée de la foi; il ouvre la liste d'honneur du chapitre 11 des Hébreux (verset 4). Le sacrifice qu'il offre est «plus excellent» que celui de Caïn parce qu'il est présenté avec l'intelligence de la pensée de Dieu. Il offre une victime, type avancé du sacrifice de l'agneau pascal, des sacrifices du Lévitique, et, suprêmement, du sacrifice du Christ sur la croix.

-d'après JK [Jean Koechlin: auteur protestant]: Chaque jour les Ecritures


_____


Revenir vers « Écriture Sainte »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités