Je ne suis pas venu apporter la paix sur terre

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Quitter sa famille et la retrouver

Message non lu par etienne lorant » mer. 23 juil. 2008, 9:58

Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc 3,31-35.

Comme Jésus était dans une maison, sa mère et ses frères arrivent. Restant au-dehors, ils le font demander.
Beaucoup de gens étaient assis autour de lui ; et on lui dit : « Ta mère et tes frères sont là dehors, qui te cherchent. »
Mais il leur répond : « Qui est ma mère ? qui sont mes frères ? » Et parcourant du regard ceux qui étaient assis en cercle autour de lui, il dit : « Voici ma mère et mes frères.
Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma soeur, ma mère. »

Dans son langage tout particulier, Jésus à souvent s'entrechoquer des évidences humaines. C'est ainsi qu'Il dit à un moment: "Celui qui n'est pas avec nous est contre nous", mais c'est pour dire ensuite : "Celui qui n'est pas contre nous est pour nous". Certains m'ont parlé de "contradiction flagrante", mais non : il y a seulement un appel à ouvrir l'intelligence à l'Amour. Celui qui n'est pas avec nous, par son indifférence vécue, est tout à fait contre l'Amour; mais celui qui, tout en demeurant agnostique, pratique un humanisme ouvert à tous, alors celui-là, au jour du jugement se verra appeler parmi les bénis du Père et dira, étonné: "Seigneur, quand t'ai-je vêtu, visité, recueilli ?", car dans son désarroi, en s'efforçant de lutter contre les injustices, n'aura pas cessé de servir l'Amour.

De même dans ce passage, après avoir dit: "Je ne suis pas venu apporter la paix, mais un glaive, et l'homme aura désormais pour ennemi les gens de sa propre maison", le voici qu'Il recompose la famille sur le plan spirituel: quiconque accomplit la volonté du père, est pour moi un père, un frère, une mère... Jésus a-t-il, ici, rejeté Marie sa mère ? Que nenni !, Il vient, au contraire, de déclarer qu'elle est deux fois sa mère, une fois par l'incarnation et la seconde, la plus importante, par son entier abandon à la volonté de Dieu.

Le Seigneur a le don et le pouvoir (évidemment, Lui qui a la source de tout langage), de faire se cogner les mots humains entre eux, et Il en fait jaillir un splendide et étonnant feu d'étincelles divines... Heureux celui qui a des oreilles et qui entend ! (En 2008, je songe aussi à Sr. Myriam et Sr. Marie-Ange, que j'ai rencontrées récemment: elles étaient sœurs selon la chair et sont devenues sœurs selon l'Esprit... Une des soeurs Clarisses est décédée l'an dernier... un an jour pour jour après le décès de son frère, curé d'une paroisse de la région : étonnant !)
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
polomnic
Quæstor
Quæstor
Messages : 268
Inscription : jeu. 29 avr. 2004, 18:59

Il n'est pas venu apporter la paix

Message non lu par polomnic » sam. 14 févr. 2009, 23:43

Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l'épée.

Car je suis venu mettre la division entre l'homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère;

et l'homme aura pour ennemis les gens de sa maison.

Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi;

celui qui ne prend pas sa croix, et ne me suit pas, n'est pas digne de moi.
Matthieu, chapitre 10

Comment interprétez vous ce passage des Evangiles ?

Personnellement, je le trouve essentiel dans le message du Christ, trop souvent présenté uniquement sous son aspect de tolérance et d'amour. Tolérance et amour qui sont malheureusement souvent compris dans l'acception d'aujourdui.
Je pense que la foi est un combat. En tout premier lieu contre soi-même, mais aussi contre le mensonge, la peur, la lâcheté, la compromission, le péché et l'iniquité.

Ne pensez vous pas qu'une certaine partie de l'eglise et des croyants a perdu cette pugnacité, ce feu intérieur qui irradiait la foi des croyants d'autrefois, et en premier lieu des martyres.
Car un tel feu ne peut que provoquer le rejet du monde. Manque t on aujourd'hui à ce point de cette flamme pour que la peur du rejet du monde prenne le pas sur notre foi en Dieu ?

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Rigueur et dynamisme de la vie en Dieu

Message non lu par etienne lorant » lun. 13 juil. 2009, 11:41

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 10,34-42.11,1.
Jésus disait aux douze Apôtres: "Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre: je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive.
Oui, je suis venu séparer l'homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère :
on aura pour ennemis les gens de sa propre maison.
Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi ;
celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n'est pas digne de moi.
Qui veut garder sa vie pour soi la perdra ; qui perdra sa vie à cause de moi la gardera.
Qui vous accueille m'accueille ; et qui m'accueille accueille Celui qui m'a envoyé.
Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité d'homme juste recevra une récompense d'homme juste.
Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d'eau fraîche, à l'un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : il ne perdra pas sa récompense. »
Jésus acheva ainsi de donner ses instructions aux douze disciples, puis il partit de là pour enseigner et prêcher dans les villes du pays.

On voit très bien ici combien la paix que Jésus veut donner aux siens n'a vraiment rien à voir avec celle du monde ! Car cette paix ne peut s'obtenir qu'après avoir tranché d'avec le monde. Dans les liens familiaux: il faut préférer Dieu aux siens - et c'est tout à fait normal si l'on croit, vraiment, que la miséricorde de Dieu s'appliquera à tous, sans exception.

Il faut préférer Dieu à soi-même aussi et c'est vraiment prendre sa croix: c'est assumer sa nature pécheresse, accepter de lutter "chaque jour" (précise mon ABC de vie intérieure) contre ses mauvais penchants; il faut ressentir un besoin réel de la miséricorde d'En-Haut, et il faut supporter "le plus tranquillement possible" les peines passagères qui font partie du lot de chacun. (Simone Weil disait à ce propos: cesser de polluer les autres avec nos petites misères !) Et ayant endossé cette croix, il faut suivre Jésus. N'est-ce pas trop demander ? Non, car si nous attendons d'avoir défait les noeuds et rectifié notre façon de marcher, nous ne ferons jamais un pas en avant.

Toutes les autres petites sentences tombent exactement comme la hache qui fend le bois sec pour le feu. J'aime beaucoup celle sur la vie gardée et la vie perdue. Car la vie perdue pour Jésus est tellement belle, non pas brillante mais lumineuse, non pas tant réussie que magnifiée - et puis quoi: passer de la jouissance à la Joie, il n'y a vraiment aucune comparaison !

Jésus dit tout cela aux disciples qu'il envoie et il s'y inclut lui-même totalement : il se lève aussitôt et s'en va enseigner et prêcher ailleurs. Cela me rappelle : "Ite Missa est": "Allez, la messe est dite !"
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
tonio40
Barbarus
Barbarus

Besoin d'eclaircissement

Message non lu par tonio40 » jeu. 02 déc. 2010, 22:21

Bonsoir,

je suis tombé sur ce passage de la bible que je ne comprend pas ... pouvez vous m'expliquer ce passage de l'évangile de St Matthieu 10-34

"34 Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive.
35 Oui, je suis venu séparer l'homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère :
36 on aura pour ennemis les gens de sa propre maison. "

Epsilon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1191
Inscription : ven. 02 juil. 2010, 19:27

Re: Besoin d'eclaircissement

Message non lu par Epsilon » ven. 03 déc. 2010, 9:06

Bonjour Tonio40

Pour faire plus simple ;)

Matt (10,34) :
« Ne pensez/croyez pas que je sois venu mettre la paix sur la terre ; je ne suis pas venu mettre la paix, mais l’épée/sabre »

Versets parallèles en Luc (12,51-53) … voir Michée (7,6).

C’est un peu difficile … essayons :

Si nous le prenons au sens littéral …. à la question : « est-ce que Jésus est venu apporter la paix sur terre » … il faudrait donc répondre NON !!!

Ceci serait en contradiction avec … Luc (2,14), Jn (14,27) voir plus loin, et Ephé (2,14,18) et d’une façon générale tout le message de Jésus … la différence ici c’est que : la paix oui mais une paix que précède le combat « épée/sabre/glaive » doit être prise au sens figuré.

Car le message du Christ … se heurte au mensonge, à la corruption etc etc qui règnent sur terre … y compris au sein d'une même famille amenant sa propre « division » … entre ceux qui obéissent au Christ et les autres … il nous faut donc prendre parti.

Ces paroles sont prises de Michée (7,6) :
« Car le fils flétrit le père, la fille se dresse contre sa mère, la bru contre sa belle-mère : les ennemis de l’homme sont les hommes de sa maison ».

L’effet premier de l’Evangile est … d’introduire le trouble/division … mais après luttes/épées inévitables (c-à-d « compréhension » du message) la paix viendra.

Analyse de Luc (12,49-53) qui est plus explicite :

V49 : le « feu » … est un symbole fort dans la Bible associé à la mort/destruction … à l’enfer … mais aussi comme résultat d’une nouvelle Alliance (Horeb, Elie,..) … dans tous les cas c’est souvent la manifestation de l’intervention divine.

V50 : « immergé d’une immersion » … c-à-d le Baptême et donc « l’eau » … le « contraire » du « feu ».

V51-53 : c’est un constat d’échec que Jésus tire devant la division du pays … voire de la Famille … reprise de Michée (7,6) … c’est en gros le comble de l’iniquité « soit déjà allumé ».

L’autorité parentale ne s’exerce plus … à fortiori envers Jésus qui est le « père » par excellence … le cours même de la nature est renversé il faut donc y remédier « jeter un feu ».

Ainsi les V49 et V50 sont d’une part des interrogations … montrant que Jésus est désabusé devant la conduite du peuple … et d’autre part ils sont en opposition d’un coté le feu (image de la colère Divine) … et de l’autre l’eau (pour éteindre ce feu).

Cette contradiction (feu/eau) se poursuit au niveau de la division familiale (paix/division) … et donc de la confrontation des sentiments intérieurs.

Et au V51 : l’interprétation de « je sois venu » … ne doit pas être prise au sens de la venue de Jésus … mais dans le sens de « parvenir à », « arriver à » … c’est donc un constat d’échec devant la division notamment au niveau de la famille.

C’est aussi une analogie au fait que de plus en plus … la diffusion de l’Evangile par Jésus et par ses disciples … amènera son lot de division même au sein de la famille.

Mais … Jésus n’est pas un « diviseur » de la famille … et cette cellule familiale est finalement sauvegardée … voir Malachie (3,23-24) par Elie qui est l’apôtre de la réconciliation entre les pères et les fils … Jésus considérera que cette Prophétie est réalisée par l’entremise de Jean-Baptiste en lieu et place d’Elie voir Luc (1,17).


Bonne journée, Epsilon

cracboum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1793
Inscription : mer. 03 mars 2010, 10:36
Localisation : hein! quoi? ou suis-je?

Re: Besoin d'eclaircissement

Message non lu par cracboum » ven. 03 déc. 2010, 9:36

Pour faire encore plus simple ;) : la Vérité nous rend libres.
L'unité de la souffrance et de la béatitude est le secret de Dieu, comme le don de sagesse surpasse celui d'intelligence. P. Varillon
Ne méprisez pas vos pieds

Avatar de l’utilisateur
tonio40
Barbarus
Barbarus

Re: Besoin d'eclaircissement

Message non lu par tonio40 » lun. 20 déc. 2010, 22:55

Merci pour vos réponses !

Si j'ai bien compris, Jésus veut nous dire que par ses propos et ses croyances, nous devrons s'opposer à notre entourage pour affirmer et appliquer ses commandements. est-ce bien ça ?


mais cracboum comment arrivez-vous à en conclure "la vérité nous rend libres" suite a ce passage ?

cracboum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1793
Inscription : mer. 03 mars 2010, 10:36
Localisation : hein! quoi? ou suis-je?

Re: Besoin d'eclaircissement

Message non lu par cracboum » mar. 21 déc. 2010, 12:50

Bonjour Tonio, la liberté consiste à être désentravé de tout ce qui n'est pas la vérité de notre être.
Or, pour nous chrétiens, le Christ, Parole de Dieu, est la Vérité. Par Lui, en Lui et pour Lui tout a été fait et trouve sa plénitude, son accomplissement et donc sa liberté.
Suivre le Christ c'est donc entrer en conflit avec tout ce qui entrave notre liberté, en nous et dans notre milieu, et nous empêche de réaliser la plénitude de notre être
L'unité de la souffrance et de la béatitude est le secret de Dieu, comme le don de sagesse surpasse celui d'intelligence. P. Varillon
Ne méprisez pas vos pieds

Avatar de l’utilisateur
ainsiparle...
Barbarus
Barbarus

Re: Besoin d'eclaircissement

Message non lu par ainsiparle... » mar. 04 janv. 2011, 14:49

Faites la synthèse avec cette Parole :

"Je vous laisse la paix, c'est MA paix que je vous donne: ce n'est pas comme le monde la donne que moi je vous la donne. Que votre coeur ne se trouble ni se s'intimide....Je ne parlerai plus beaucoup avec vous, car il vient, le chef du monde. Sur moi, certes il ne peut rien... (Jn 14, 27-31) (version du chanoine Osty)

Comme Jésus était dans une maison, sa mère et ses frères arrivent. Restant au-dehors, ils le font demander. Beaucoup de gens étaient assis autour de lui ;
et on lui dit :
« Ta mère et tes frères sont là dehors, qui te cherchent. » Mais il leur répond : « Qui est ma mère ? qui sont mes frères ? »
Et parcourant du regard ceux qui étaient assis en cercle autour de lui, il dit : « Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma soeur, ma mère. » (Marc 3, 31 - 35)

Et la division finale : Je vous dis qu'en cette nuit-là deux seront sur un même lit, l'un sera pris et l'autre laissé; deux femmes moudront ensemble, l'une sera prise et l'autre laissée; .... (Luc 17,31)

La Parole est un glaive à double tranchant mais son joug est doux :)

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5031
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Besoin d'eclaircissement

Message non lu par gerardh » mar. 04 janv. 2011, 17:24

________

Bonjour,

Je vous propose trois courts commentaires, qui je le pense et je l'espère, seront consensuels :

Ce n'est pas seulement la haine du monde qui atteint le croyant fidèle mais il a fréquemment affaire à l'hostilité de sa propre famille (v. 36). Qu'il ne se décourage pas! Le Seigneur a expressément annoncé qu'il en serait ainsi, et il a aussi prévu des ressources pour son cas.

Quoique les disciples aient annoncé le royaume des cieux et que le roi ait été présent dans la personne de Jésus, ils ne devaient pas croire que le Seigneur soit venu mettre la paix sur la terre. Il le fera un jour ; pour cela il ôtera tous les méchants par les jugements. Mais il était là en grâce et n’exécutait point de jugement. C’est pourquoi, à cause de la méchanceté des hommes, l’effet de sa venue n’était pas la paix, au contraire, comme on l’a déjà vu au v. 21. Aujourd’hui, Dieu supporte le méchant qui s’élève contre celui qui a reçu le Seigneur, et le croyant doit le supporter, mais sans redouter les souffrances qui découlent de sa fidélité.

Les termes du verset 34 peuvent sembler en contradiction avec des déclarations comme celles que nous avons en Luc 1:79 ; 2:14, ou Actes 10:36. Ce n’est en fait pas le cas. Dieu s’est approché des hommes, en Christ, avec un message de paix, mais il a été rejeté. À ce point de l’évangile selon Matthieu, sa réjection se dessine, et ainsi il déclare que l’effet immédiat de sa venue sera la division et la guerre. La paix sur la terre, Il l’établira à sa seconde venue ; c’est ce que les anges ont vu à l’avance et ont célébré à sa naissance. La paix est à vrai dire le but final, mais la croix était imminente ; et si le Seigneur se préparait à la prendre, les disciples devaient s’attendre à une épée, et à perdre leur vie par amour pour lui. Mais cette perte serait finalement un gain.


___________

Avatar de l’utilisateur
Ignace
Ædilis
Ædilis
Messages : 32
Inscription : mer. 05 janv. 2011, 14:14

Re: Besoin d'eclaircissement

Message non lu par Ignace » ven. 07 janv. 2011, 0:24

tonio40 a écrit :Bonsoir,

je suis tombé sur ce passage de la bible que je ne comprend pas ... pouvez vous m'expliquer ce passage de l'évangile de St Matthieu 10-34

"34 Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive.
35 Oui, je suis venu séparer l'homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère :
36 on aura pour ennemis les gens de sa propre maison. "
Interprétation donnée lors d'une médiation de JMJ :D => Jésus postule que la foi est Dieu et en son Fils est première sur les liens familiaux. Il est conscient que son message n'est pas consensuel. Si pour ta foi, tu dois te séparer de ta famille fait le. La foi est première sur le « Tu honoreras Ton père et Ta mère ! ».
“Tu ne dois pas t’imaginer que je suis malheureux: je ne le serais plus jamais”

Avatar de l’utilisateur
Ignace
Ædilis
Ædilis
Messages : 32
Inscription : mer. 05 janv. 2011, 14:14

Re: Besoin d'eclaircissement

Message non lu par Ignace » ven. 07 janv. 2011, 1:01

le gyrovague a écrit :Ces paroles me font penser à la situation que vivent les musulmans qui veulent se convertir au christianisme, il suffit pour s'en convaincre de lire l'émouvant témoignage de Joseph Fadelle et de sa conversion de l'islam au christianisme ("le prix à payer"). Il cite Luc 21, 16-19: "Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d'entre vous. vous serez détestés de tous, à cause de mon Nom."
Il faudrait rajouter à ce verset et cette citation, une phrase sur la nouvelle famille que l'on récupère! Ces même JMJ en Allemagne et en Australie font apprécier l'universalité de cette famille! Pompeusement, je dirais qu'avec le Christ, je suis désormais de toutes les nations et de toutes les familles! Mes frères!
“Tu ne dois pas t’imaginer que je suis malheureux: je ne le serais plus jamais”

Avatar de l’utilisateur
philémon.siclone
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1825
Inscription : lun. 13 juil. 2009, 0:58
Localisation : Ciel-sur-Mer

Re: Besoin d'eclaircissement

Message non lu par philémon.siclone » ven. 07 janv. 2011, 1:41

"34 Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive.
35 Oui, je suis venu séparer l'homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère :
36 on aura pour ennemis les gens de sa propre maison. "
On peut mettre en parallèle cet enseignement du Christ avec le commandement adressé à Adam : "l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme", ou bien avec l'appel lancé à Abraham : "quitte ton pays, quitte ta parenté", ou encore avec l'histoire de Noé qui dut quitter les autres hommes pour entrer dans l'arche.

Il s'agit d'un "glaive spirituel" destiné à séparer l'homme de ses péchés, de ses attachements terrestres, des séductions du monde. Jean-Baptiste parle aussi de la cognée qui se trouve à la racine : "tout arbre mauvais doit être coupé pour être jeté au feu". La conversion doit passer par une phase d'arrachement à sa vie précédente.

La "paix sur la terre", c'est la "paix selon le monde". Ailleurs il nous dit : "je ne vous donne pas la paix comme le monde la donne". Face à cette "paix terrestre", que tout homme poursuit à travers ses péchés, (et qu'il n'atteint jamais, parce qu'elle est complètement illusoire), le Christ propose Sa paix, laquelle ne peut se comprendre que dans la conversion à sa parole, et dans la vie du disciple qui renonce au monde, et prend sa croix pour suivre le Christ.

Et pour se convertir au Christ, renoncer au monde, prendre sa croix, se détacher de ses péchés, il faut mener grande guerre ! Le Christ dit même : "Le Royaume des cieux souffre violence, et les violents s'en emparent". Cette guerre se mène contre soi-même, contre ses habitudes de vie, parfois contre les obstacles que peuvent constituer ses proches, mais surtout contre le démon. Ailleurs, le Christ dit : "vous avez pour père le Diable", ce qui est vrai chaque fois que nous nous vautrons dans le péché. On peut voir également, je pense, dans la "mère", une allégorie de la fausse sagesse, c'est-à-dire la sagesse selon le monde, qui est une véritable folie aux yeux de Dieu, et qui trompe et séduit tant d'hommes.

Enfin, la "maison" peut s'entendre de l'âme, comme on le voit dans la parabole de l'homme que le mauvais esprit a quitté pour revenir plus tard avec sept autres esprits encore plus mauvais (Matthieu XII 43). Les "gens de sa propre maison" peuvent donc signifier les démons qui ont pris l'habitude de séjourner dans la "demeure" intime du converti, et ne lui laisseront donc aucun repos jusqu'à le faire retomber de nouveau dans le péché. L'épître de Pierre confirme cet enseignement, en avertissant : "Le Diable rôde comme un lion, cherchant qui dévorer".

L'épreuve de la conversion n'est donc pas un chemin paisible. Le disciple doit combattre en se tenant sur la brèche nuit et jour. "Veillez pour ne pas entrer en tentation".
Anima nostra sicut passer erepta est de laqueo venantium
Laqueus contritus est, et nos liberati sumus

Notre âme s'est échappée comme un passerau du filet de l'oiseleur,
Le filet s'est rompu, et nous avons été délivrés.
Ps. 123

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Le disciple au milieu du monde

Message non lu par etienne lorant » sam. 12 mai 2012, 11:13

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15,18-21.
A l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : " Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu'il en a eu d'abord contre moi.
Si vous apparteniez au monde, le monde vous aimerait, car vous seriez à lui. Mais vous n'appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous.
Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : Le serviteur n'est pas plus grand que son maître. Si l'on m'a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l'on a observé ma parole, on observera aussi la vôtre.
Les gens vous traiteront ainsi à cause de moi, parce qu'ils ne connaissent pas celui qui m'a envoyé
.


© AELF, Paris

Ce mot de Jésus, qui peut effrayer d'autant plus que les persécutions dans certains pays vont de nouveau jusqu'au martyre, contient en même temps une heureuse confirmation de la véracité de la Parole. Ainsi, lorsque Jésus parle de "votre adversaire, le diable, qui rôde en cherchant qui dévorer", il dit vrai et beaucoup peuvent en témoigner. Comme ils peuvent témoigner aussi que la Paix que donne le Seigneur rend paisible et assuré (mais il se demande comment ?) celui qui traverse une épreuve.

Plus encore, ce qui brille à mes yeux, c'est que, si Jésus avait été un 'populiste' (c'est un mot qui revient à la mode !), il n'eût certainement pas refusé le pouvoir lorsque la foule cherchait à se saisir de lui. Sans parler de la Passion ! Et il n'eût pas dit non plus : "« Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. Oui, je suis venu séparer l’homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère : on aura pour ennemis les gens de sa propre maison. Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui veut garder sa vie pour soi la perdra ; qui perdra sa vie à cause de moi la gardera." (Matt. 10,34)

Et la Parole, à chaque génération, se vérifie. Je le sais puisque j'en souffre jusque dans mes relations familiales. Mais je reçois beaucoup de ceux, souvent des inconnus, qui ayant saisi certaines paroles que je leur ai données et qu'ils m'ont rappelées plus tard -et lorsque j'ai besoin d'un secours, je le reçois souvent sans avoir à me 'démener'.

Si quelque chose donne confiance en l'amour de Jésus, c'est bien de pouvoir constater, dans sa propre vie, combien celle-ci est bouleversée, mais de manière toute particulière: on se croit plus faible, mais on est plus fort; on se juge pécheur, mais on est gratifié de grâces tout à fait inattendues. Et plus que tout, il y a cette Joie qui est une comme une énergie surnaturelle. C'est ce qui m'a poussé, cette semaine, à retranscrire un long texte de Kiergegaard qui faisait l'éloge d'Abraham. Je l'ai fait, mais je ne sais pas encore à qui je le remettrai. C'est arrivé de nombreuses fois et je n'en suis plus surpris.

Loué soit le Seigneur pour le souffle intérieur qu'apporte la pratique régulière !

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Reproches, instructions, mission

Message non lu par etienne lorant » lun. 16 juil. 2012, 10:06

Le lundi de la 15e semaine du temps ordinaire (16 juillet)

Livre d'Isaïe 1,10-17.

Écoutez la parole du Seigneur, vous qui ressemblez aux chefs de Sodome ! Prêtez l'oreille à l'enseignement de notre Dieu, vous qui ressemblez au peuple de Gomorrhe !
A quoi bon m'offrir tant de sacrifices ? dit le Seigneur. Les holocaustes de béliers, la graisse des veaux, j'en suis rassasié. Le sang des taureaux, des agneaux et des boucs, je n'en veux plus.
Quand vous venez vous présenter devant moi, qui donc vous a demandé d'encombrer mes parvis ?
Cessez de m'apporter de vaines offrandes : l'encens, j'en ai horreur. Nouvelles lunes, sabbats, assemblées, je ne supporte plus ces fêtes sacrilèges.
Vos nouvelles lunes et vos solennités, je les déteste. Elles me sont un fardeau et je suis las de le porter.
Quand vous étendez les mains, je me voile les yeux. Vous avez beau multiplier les prières, je n'écoute pas : vos mains sont pleines de sang.
Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de ma vue vos actions mauvaises, cessez de faire le mal.
Apprenez à faire le bien : recherchez la justice, mettez au pas l'oppresseur, faites droit à l'orphelin, prenez la défense de la veuve.



Psaume 50(49),7ac-8.16bc-17.21.23.

« Qu'as-tu à réciter mes lois,
à garder mon alliance à la bouche,
toi qui n'aimes pas les reproches
et rejettes loin de toi mes paroles ?

« Voilà ce que tu fais ;
garderai-je le silence ?
Penses-tu que je suis comme toi ?
Je mets cela sous tes yeux, et je t'accuse
.


Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 10,34-42.11,1.

Jésus disait aux douze Apôtres : " Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. Oui, je suis venu séparer l'homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère: on aura pour ennemis les gens de sa propre maison. Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n'est pas digne de moi. Qui veut garder sa vie pour soi la perdra; qui perdra sa vie à cause de moi la gardera.
Qui vous accueille m'accueille ; et qui m'accueille accueille Celui qui m'a envoyé.Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité d'homme juste recevra une récompense d'homme juste.
Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d'eau fraîche, à l'un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : il ne perdra pas sa récompense. »

Jésus acheva ainsi de donner ses instructions aux douze disciples, puis il partit de là pour enseigner et prêcher dans les villes du pays.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Les lectures de ce jour nous disent toutes quelle est la bonne façon de pratiquer la relation à Dieu. Isaïe parle des vaines offrandes, qui sont vaines et pires encore: coupables, parce qu'elles ne sont pas accompagnées des bonnes actions que le Dieu a prescrit dans sa loi:
rechercher la justice, mettre au pas l'oppresseur, faire droit à l'orphelin, prendre la défense de la veuve. Le Psaume dit la même chose : garder l'Alliance à la bouche, tout en n'acceptant aucun reproche, que d'hypocrisie !

Mais Jésus, lui, va encore plus loin. Il n'hésite vraiment pas: à partir de sa venue, les membres de notre famille, c'est lui. Si nous prétendons le suivre, préparons-nous à porter notre croix. Et en certaines occasions, le don d'un simple verre d'eau à l'un de nos frères, aura plus de valeur que tout ce que nous pourrons dire. Jésus se fait le "référent" unique de tout l'amour qu'un humain peut porter et apporter: n'est-ce pas à la limite du possible ?

En tout cas, c'est difficile. Aimer l'inconnu ivre qui mendie dans la rue pour avoir sa dose d'alcool, c'est difficile. Ce n'est pas facile non plus de répondre à Carl, un de mes clients que j'ai croisé dans la cathédrale et qui m'a dit: "C'est la dernière fois que je mets les pieds ici: Dieu m'a pris mon fils, et je croirais encore ?"... c'était il y a une dizaine d'années et ces mots résonnent encore dans ma poitrine. C'est difficile pour moi de n'avoir pas fait comme mes amis et mes sœurs et suivi les manières de notre monde. Que çà fait mal de s'entendre dire: "Ah, voici l'homme qui ne veut pas faire sa vie" (Pardonne-moi, Seigneur, car j'ai répliqué aussitôt: "Pour moi faire ma vie, il m'a suffi de ramasser tout ce que vous avez abandonné en chemin !"

Jésus a beau être, aux yeux et aux oreilles de ses disciples un homme de chair et d'os, tout ce qu'il vient de leur dire dans cet Évangile n'est pas facile à entendre, il leur faudra du temps, mais Jésus, lui, ayant dit ce qu'il avait à leur dire, se lève et poursuit sa mission.

Aimer Jésus est et restera pour moi une chose sublime - puisque j'ai eu cette grâce de le voir mourir pour me sauver, et aussi quelque chose qui m'oblige tout le temps à me dépasser, car ma chair y répugne (un peu comme dirait saint Paul)...

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités