Que reproche-t-on à la Bible de Jérusalem ?

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2395
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Bible de Jérusalem

Message non lupar AdoramusTe » dim. 20 sept. 2009, 21:48

Bonjour,

Que reproche-t-on aux dernières éditions de la Bible de Jérusalem ?
J'ai eu connaissance de mises en gardes cà et là mais sans avoir de justification.
Merci d'avance.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
philémon.siclone
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1825
Inscription : lun. 13 juil. 2009, 0:58
Localisation : Ciel-sur-Mer

Re: Bible de Jérusalem

Message non lupar philémon.siclone » dim. 20 sept. 2009, 23:42

Bonjour,

Que reproche-t-on aux dernières éditions de la Bible de Jérusalem ?
J'ai eu connaissance de mises en gardes cà et là mais sans avoir de justification.
Merci d'avance.
Je n'ai plus d'exemples en tête, mais j'ai également entendu dire que c'était une version horrible... Décidément, rien ne vaut la Sacy.
Anima nostra sicut passer erepta est de laqueo venantium
Laqueus contritus est, et nos liberati sumus

Notre âme s'est échappée comme un passerau du filet de l'oiseleur,
Le filet s'est rompu, et nous avons été délivrés.
Ps. 123

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2395
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Bible de Jérusalem

Message non lupar AdoramusTe » lun. 21 sept. 2009, 12:29


Je n'ai plus d'exemples en tête, mais j'ai également entendu dire que c'était une version horrible... Décidément, rien ne vaut la Sacy.
Sacy, n'est-ce pas une Bible janséniste ?
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2395
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Bible de Jérusalem

Message non lupar AdoramusTe » lun. 26 avr. 2010, 10:15

Bonjour,

Je retente la question :)
Quelle édition de la bible de Jérusalem est préférable. La dernière édition de 1998 semble être plus contestée.
Il existe une édition de 1955 et une autre de 1973.

Merci d'avance.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
franc_lazur
Quæstor
Quæstor
Messages : 242
Inscription : ven. 12 oct. 2007, 17:05

Re: Bible de Jérusalem

Message non lupar franc_lazur » ven. 30 avr. 2010, 9:59

Bonjour,

Que reproche-t-on aux dernières éditions de la Bible de Jérusalem ?
J'ai eu connaissance de mises en gardes cà et là mais sans avoir de justification.
Merci d'avance.


Cette Bible étant mon livre de chevet depuis 1999, je peux dire que je vois mal pourquoi et en quoi certains la contesteraient ...

A-t-on des exemples de ces contestation ???

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1604
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Bible de Jérusalem

Message non lupar Laurent L. » sam. 01 mai 2010, 15:17

Bonjour AdoramusTe !

Le père Philippe Roland, notamment, a émis de sévères critiques à l'encontre de la dernière édition de la BJ.

Par exemple : http://www.biblisem.net/religio/rollmode.htm, où il l'accuse de modernisme et parle de triomphe posthume d'Alfred Loisy...

En tapant son nom sur Google, je tombe sur ce texte :
Philippe Rolland est étonné que face à certaines énormités proférées aujourd'hui, le Magistère n'intervienne pas plus. Par exemple, il est grave que le Cardinal Eyt ait donné l'imprimatur à la Bible de Jérusalem dans son état actuel (les épîtres pastorales dans lesquelles la parole de Dieu mériterait un peu plus de respect, l'épître aux Hébreux massacrée...) Il faut donner du solide au peuple chrétien.

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2395
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Bible de Jérusalem

Message non lupar AdoramusTe » sam. 01 mai 2010, 19:39

Bonjour AdoramusTe !

Le père Philippe Roland, notamment, a émis de sévères critiques à l'encontre de la dernière édition de la BJ.

Par exemple : http://www.biblisem.net/religio/rollmode.htm, où il l'accuse de modernisme et parle de triomphe posthume d'Alfred Loisy...

En tapant son nom sur Google, je tombe sur ce texte :
Philippe Rolland est étonné que face à certaines énormités proférées aujourd'hui, le Magistère n'intervienne pas plus. Par exemple, il est grave que le Cardinal Eyt ait donné l'imprimatur à la Bible de Jérusalem dans son état actuel (les épîtres pastorales dans lesquelles la parole de Dieu mériterait un peu plus de respect, l'épître aux Hébreux massacrée...) Il faut donner du solide au peuple chrétien.
Merci Laurent !
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1604
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Bible de Jérusalem

Message non lupar Laurent L. » sam. 01 mai 2010, 21:16


Pour comprendre de quoi il s'agit, il faudrait bien sûr des exemples concrets ...
En as-tu ???
Pour la dernière phrase, il faudrait comparer les deux dernières versions de la BJ pour voir les changements et si ces derniers sont oui ou non tendancieux.
Sinon, le père Rolland donne quelques exemples (dans les notes) sur la datation apparemment moderniste des épîtres...

Je ne fais que citer cet exégète, je n'en sais rien, personnellement... Je n'ai pas la BJ, de toute façon, ni la vieille, ni la nouvelle. Je lis l'énorme Bible Osty, avec tout plein de notes.
Dernière édition par Laurent L. le sam. 01 mai 2010, 21:18, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Olivier C
Consul
Consul
Messages : 1178
Inscription : jeu. 13 août 2009, 22:44
Conviction : Catholique
Localisation : Forum Segusiavorum
Contact :

Re: Bible de Jérusalem

Message non lupar Olivier C » mar. 11 mai 2010, 22:10

Pour comprendre de quoi il s'agit, il faudrait bien sûr des exemples concrets ... En as-tu ???
Je me range derrière la question de franc_lazur : De quoi s'agit-il ?

S'il s'agit de ceci :
Sommes-nous contraints, comme le soutiennent la plupart des biblistes contemporains, de considérer comme inauthentiques les lettres de Pierre et de Jacques, ainsi que six sur treize des épîtres signées par saint Paul ? Reprenant les objections formulées déjà au dix-neuvième siècle par des savants rationalistes, et leur donnant des réponses souvent inédites, l’auteur montre que tous les écrits signés par des témoins de Jésus ont bien été dictés par eux, avec l’assistance de collaborateurs. Il prouve en particulier l’authenticité de la deuxième épître de Pierre, qui est niée aujourd’hui par 95 % des exégètes. Ses arguments, que tout lecteur peut facilement comprendre, seront désormais incontournables dans le monde scientifique.
Alors je serais assez dubitatif apriori sur l'argumentation d'un tel personnage. En effet, qualifier une lettre de "pseudépigraphe" (usage courant à l'époque) n'est pas la taxer d'"inauthenticité" (à une époque on avait aussi pensé que Moïse avait écrit le Pentateuque...) et puis le genre "sa thèse contre le reste du monde"... on a l'impression que tous les exégètes sauf lui sont convertit au scientisme !

Arrêtons les enfantillages et lisons Jean-Noël Aletti : jésuite, professeur à l'Institut biblique de Rome et spécialiste des écrits pauliniens. Ensuite on pourra avoir une petite idée sur la question, pour ou contre mais en connaissance de cause...

Pour ce qui est du sujet même du topic : la Bible de Jérusalem à été établie sur le texte hébreux, mais avec un recours au texte de la LXX pour les passages difficiles. On ne procède plus comme cela en exégèse aujourd'hui. La nouvelle traduction le prend-elle en compte ? Je ne sais pas.

Bien à vous
Ἐμοὶ γὰρ τὸ ζῆν Χριστὸς καὶ τὸ ἀποθανεῖν κέρδος. < christus.fr >

Avatar de l’utilisateur
Olivier C
Consul
Consul
Messages : 1178
Inscription : jeu. 13 août 2009, 22:44
Conviction : Catholique
Localisation : Forum Segusiavorum
Contact :

Re: Bible de Jérusalem

Message non lupar Olivier C » mar. 11 mai 2010, 23:22

Je viens de relire ma documentation : Pour la Bible de Jérusalem version 1998 le recours au grec pour l'A.T. est désormais révolu. Pour le N.T les principales révisions ont eu lieu sur les épîtres paulinienne (en particulier la Christologie mais je n'en sais pas plus), sur l'épître aux Hébreux.

Pour le reste il s'agit essentiellement d'une révision des notes de la bible, notamment de la place du peuple hébreux dans l'histoire du salut.

Bibliographie : Jean-Marie AUWERS, La bible en français, guide des traduction courantes, Lumen Vitae, col. Connaître la bible 11/12

Bien à vous
Ἐμοὶ γὰρ τὸ ζῆν Χριστὸς καὶ τὸ ἀποθανεῖν κέρδος. < christus.fr >

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1604
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Bible de Jérusalem

Message non lupar Laurent L. » dim. 16 mai 2010, 23:35

En effet, qualifier une lettre de "pseudépigraphe" (usage courant à l'époque) n'est pas la taxer d'"inauthenticité" (à une époque on avait aussi pensé que Moïse avait écrit le Pentateuque...)
Comment ça, "à une époque" ?! :exclamation:

Sur l'authenticité mosaïque du Pentateuque, voici le Jugement de l'Église :

Réponse de la Commission biblique, 27 juin 1906
L'authenticité mosaïque du Pentateuque
3394
Question 1 : Les arguments accumulés par les critiques pour attaquer l'authenticité mosaïque des livres saints désignés sous le nom de Pentateuque sont-ils d'un tel poids que - en dépit des très nombreux témoignages, pris dans leur ensemble, des deux Testaments, de la persuasion constante du peuple juif et de la tradition ininterrompue de l'Eglise, et malgré les preuves internes tirées du texte même - on ait le droit d'affirmer que ces livres n'ont pas Moïse pour auteur, mais ont été composés d'éléments pour la plus grande partie postérieurs au temps de Moïse ?
Réponse : Non.

3395
Question 2 : L'authenticité mosaïque du Pentateuque réclame-t- elle nécessairement que tout l'ouvrage ait été rédigé de telle sorte que l'on doive tenir pour certain que Moïse a écrit de sa propre main ou dicté à des secrétaires tout l'ouvrage et chacune de ses parties ? Ou encore peut-on admettre l'hypothèse de ceux qui estiment que Moïse, après avoir conçu lui-même son oeuvre sous l'inspiration divine, en aurait confié la rédaction à un ou plusieurs secrétaires qui, toutefois, auraient fidèlement rendu sa pensée et n'auraient rien écrit contre sa volonté, ni rien omis ; et qu'enfin cet ouvrage ainsi composé et approuvé par le même Moïse, auteur principal et inspiré, aurait été publié sous son nom ?
Réponse : Non, pour la première partie ; oui, pour la seconde

3396
Question 3 : Peut-on admettre, sans porter atteinte à l'authenticité mosaïque du Pentateuque, que Moïse, pour composer son ouvrage, s'est servi de sources, documents écrits ou traditions orales, auxquels, suivant le but particulier qu'il se proposait et sous l'inspiration divine, il a fait quelques emprunts, prenant tantôt les mots eux-mêmes, et tantôt le sens, résumant ou amplifiant, et les insérant dans son ouvrage?
Réponse : Oui.

3397
Question 4 : Peut-on admettre - l'authenticité mosaïque et l'intégrité du Pentateuque étant sauvegardées quant à la substance - que cet ouvrage, à travers de si longs siècles, a subi quelques modifications, par exemple : des additions faites après la mort de Moïse par un auteur inspiré, des gloses des explications intercalées dans le texte ; des mots et des tournures vieillis, traduits en un langage plus moderne ; enfin des leçons fautives imputables à des erreurs de copistes, et qu'il appartient à la critique d'examiner et d'apprécier conformément à ses principes ?
Réponse : Oui, le jugement de l'Eglise étant réservé.

Avatar de l’utilisateur
Olivier C
Consul
Consul
Messages : 1178
Inscription : jeu. 13 août 2009, 22:44
Conviction : Catholique
Localisation : Forum Segusiavorum
Contact :

Re: Bible de Jérusalem

Message non lupar Olivier C » dim. 16 mai 2010, 23:46

Tout à fait exact.

Et pour avoir soutenu l'inverse, l'exégète qu'était le père Lagrange, fondateur de l'école biblique de Jérusalem, avait été condamné par l'Église à l'époque. Celui-ci fut réhabilité au moment où l'Église reconnu la valeur de l'exégèse scientifique par l'encyclique Divino afflante Spiritu de 1943...

PS du 17 mai 2010 : c'est le père Lagrange qui avait posé l'élaboration du Pentateuque par des auteurs différents (unanimement reconnu aujourd'hui). À l'époque, les autorités de l'Église, durcies par la crise moderniste, n'avait rien voulu savoir. Mais ceci est désormais de l'histoire ancienne.
Ἐμοὶ γὰρ τὸ ζῆν Χριστὸς καὶ τὸ ἀποθανεῖν κέρδος. < christus.fr >

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2395
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Bible de Jérusalem

Message non lupar AdoramusTe » lun. 17 mai 2010, 12:04

Je viens de relire ma documentation : Pour la Bible de Jérusalem version 1998 le recours au grec pour l'A.T. est désormais révolu. Pour le N.T les principales révisions ont eu lieu sur les épîtres paulinienne (en particulier la Christologie mais je n'en sais pas plus), sur l'épître aux Hébreux.
En effet. Voilà ce qui pose problème avec cette édition, le recours au texte hébreux pour l'A.T.
Merci de de la confirmation.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
Olivier C
Consul
Consul
Messages : 1178
Inscription : jeu. 13 août 2009, 22:44
Conviction : Catholique
Localisation : Forum Segusiavorum
Contact :

Re: Bible de Jérusalem

Message non lupar Olivier C » lun. 17 mai 2010, 12:35

En effet. Voilà ce qui pose problème avec cette édition, le recours au texte hébreux pour l'A.T.
Merci de de la confirmation.
Attention je n'ai jamais dit cela : la bible de Jérusalem a toujours eu comme base le texte hébreux, avec - auparavant - un recours à la Septante en cas de problème.

Pour ce qui est de la reconnaissance de l'hébreux c'est à vous de voir, mais je ne saurais trop vous conseiller de lire la constitution dogmatique sur la révélation divine Dei Verbum, en particulier le paragraphe numéro 22 sur les langues bibliques :
Il faut que l'accès à la Sainte Ecriture soit largement ouvert aux chrétiens. C'est pourquoi, dès ses origines, l'Eglise a admis comme sienne cette très ancienne version grecque de l'Ancien Testament, dite des Septante ; elle a toujours en estime d'autres versions orientales et des versions latines, principalement celle qu'on appelle la Vulgate. Comme la parole de Dieu doit toujours être à la disposition de toutes les époques, l'Eglise, avec une maternelle sollicitude, se préoccupe que des versions valables et exactes soient écrites en des langues diverses, surtout à partir des textes originaux des Livres Saints. Que si une occasion favorable se présentant, et avec l'approbation de l'autorité de l'Eglise, ces versions sont composées en collaboration même avec les frères séparés, elles pourront être utilisées par tous les chrétiens.
Nous voyons ici que la Septante est mise en valeur, mais les "originaux des Livres Saints" sont aussi mentionnés.

Bien à vous
Ἐμοὶ γὰρ τὸ ζῆν Χριστὸς καὶ τὸ ἀποθανεῖν κέρδος. < christus.fr >

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2395
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Bible de Jérusalem

Message non lupar AdoramusTe » lun. 17 mai 2010, 13:41

Pour ce qui est de la reconnaissance de l'hébreux c'est à vous de voir, mais je ne saurais trop vous conseiller de lire la constitution dogmatique sur la révélation divine Dei Verbum, en particulier le paragraphe numéro 22 sur les langues bibliques :
Il faut que l'accès à la Sainte Ecriture soit largement ouvert aux chrétiens. C'est pourquoi, dès ses origines, l'Eglise a admis comme sienne cette très ancienne version grecque de l'Ancien Testament, dite des Septante ; elle a toujours en estime d'autres versions orientales et des versions latines, principalement celle qu'on appelle la Vulgate. Comme la parole de Dieu doit toujours être à la disposition de toutes les époques, l'Eglise, avec une maternelle sollicitude, se préoccupe que des versions valables et exactes soient écrites en des langues diverses, surtout à partir des textes originaux des Livres Saints. Que si une occasion favorable se présentant, et avec l'approbation de l'autorité de l'Eglise, ces versions sont composées en collaboration même avec les frères séparés, elles pourront être utilisées par tous les chrétiens.
Nous voyons ici que la Septante est mise en valeur, mais les "originaux des Livres Saints" sont aussi mentionnés.
Ce n'est pas contradictoire puisque les textes hébreux dont nous disposons ne sont pas les textes originaux.
Les seuls textes hébreux dont nous disponsons sont les textes massorétiques, qui sont très tardifs et peu fiables, et « de façon étrange » s'éloignant de la Septante pour toutes les prophéties christiques.
Les vrais textes originaux, ceux dont disposait saint Jérôme, ont disparu dans l'incendie de la bibliothèque Césarée au VIème siécle.
Ce ne n'est pas la langue qui fait l'originalité du texte.

Les seuls textes originaux qui subsistent pour l'AT sont ceux de la Septante.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est


Revenir vers « Écriture Sainte »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : L'athée et 3 invités