Essai de datation de la Genèse

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
Avatar de l’utilisateur
archi
Prætor
Prætor
Messages : 1699
Inscription : jeu. 22 mai 2008, 14:57

Re: Qui a écrit l'ancien testament ?

Message non lupar archi » ven. 28 janv. 2011, 20:10

En complément de ce qui a été dit, en ce qui concerne le Pentateuque (les 5 premiers livres de l'A.T.), la Tradition nous enseigne qu'il est l'oeuvre de Moïse (même s'il y a forcément eu des compléments après, au moins pour le récit de la mort de Moïse qui termine le Deutéronome).

In Xto,
archi.
Nous qui dans ce mystère, représentons les chérubins,
Et chantons l'hymne trois fois sainte à la vivifiante Trinité.
Déposons maintenant tous les soucis de ce monde.

Pour recevoir le Roi de toutes choses, Invisiblement escorté des choeurs angéliques.
Alléluia, alléluia, alléluia.

Epsilon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1192
Inscription : ven. 02 juil. 2010, 19:27

Re: Qui a écrit l'ancien testament ?

Message non lupar Epsilon » sam. 29 janv. 2011, 22:02

Cher Xavi

C’est déjà assez compliqué comme cela … aussi restons dans le strict fil de la question, indirecte, que je pose à le bon Seb : qui nous prouve qu’il y avait une qcqconque activité littéraire biblique lors de l'exil à Babylone ???

Il me semble que c’est clair, net et précis !!!


Cordialement, Epsilon

Epsilon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1192
Inscription : ven. 02 juil. 2010, 19:27

Re: Qui a écrit l'ancien testament ?

Message non lupar Epsilon » dim. 30 janv. 2011, 16:33

Cher le bon Seb

Il faut que je bosse ma « mystique » … :cool:

Donc laissons, pour l’instant, tomber le PO … et concernant le Pentateuque je vous livre tel quel un de mes anciens message sur le sujet.

Il y a plusieurs auteurs qui m’ont permis de constituer ce message notamment : « Berossus and Génessis, Manetho and Exodus par Russel E. Gmirkin de Etienne Nodet » et aussi les différents livres d’André Paul … voire Bottero et Roux pour la Mésopotamie.

Tout part du constat qu’il y a trop de ressemblance entre les récits Mésopotamiens et Genèse … pour être certain que l’un disposé de l’autre et en l’occurrence que l’auteur de Genèse avait sous les yeux les récits Mésopotamiens (Déluge et Création notamment).

Ce constat étant fait se pose le problème du barrage de la langue … d’une part entre l’écriture cunéiforme et l’hébreu … et d’autre part de quel « hébreu » parlons nous … du « paléo-hébraïque » ou de « l’hébreu-carré » qui est la langue de la Bible ???

D’où les explications …

a) concernant les tablettes Sumero-akkadiennes les premières sont antérieures au II millénaire avant JC … les suivantes reprennent les thèmes « classiques » de création/déluge etc … et de nouvelles tablettes sont créées en fonction de la théologie ambiante … du temps de Bérose il y a belle lurette que toutes ces tablettes n’étaient plus dans le domaine « commun » … car d’une part elles étaient perdues et d’autres part la langue et l’écriture cunéiforme n’existait plus étant remplacée le plus souvent par l’araméen … seul les prêtres en avaient encore l’usage/connaissance pour leurs différents cultes,

b) Bérose prêtre Babylonien de Bel qui composa en Grec une histoire de la Babylonie (les Babylonica) vers 290/278 ne fait qu’écrire l’Histoire de son peuple … c’était « à la mode » en ces temps reculés pour montrer la « supériorité » du peuple/langue/culture … en bref pour faire « face » culturellement à l’emprise de la culture Grecque … en Egypte, pratiquement en même temps que Bérose, nous avons Manéthon qui vers 285 av JC écrivit en Grec l’histoire de l’Egypte

c) la Bible et notamment l’histoire de « l’Israël » biblique (qui va de Genèse à II Rois) s’inscrit dans cette démarche … le but étant de rendre accessible à tous (donc traduit en Grec via la LXX) la culture/histoire des Juifs par eux-mêmes … la Genèse notamment précède de très prés la traduction de la Septante,

d) il y a trop de points communs entre Bérose et la Bible (voir notamment mon // pour le Déluge) pour que nous puissions ne pas considérer que l’un a copié sur l’autre … une autre hypothèse serait que les deux (Bérose/Bible) aient eu accès au même fond cunéiforme … mais comme je l’ai dit plus haut ceci n’est pas possible … tant par la langue/écriture, que par le fait qu’elles n’étaient pas accessibles au « public » … de plus les « détails » seraient qcq peu différents or tous les thèmes Bibliques création/déluge/Nemrod/géants se retrouvent chez Bérose.

Pour que se soit Bérose qui fasse des emprunts à la Bible (comme certains disaient que Moïse a eu une influence sur Platon !!!) il aurait fallu qu’il dispose d’extraits (et même plus que des extraits) Bibliques en Grec … ceci est incompatible avec la date présumée d’écriture de la Septante et celle des écrits de Bérose.

Ceci montre que la parenté de Gn (1-11) avec Bérose … vient du fait que Bérose après avoir compilé en Grec une masse substantielle et disparates de fragments cunéiformes (fragments que nous avons re-découvert au début de ce siècle) … mis à disposition ses écrits très certainement à la Bibliothèque d’Alexandrie qui était le lieu par excellence du « culte » de l’écrit … a inspiré nos auteurs de la Genèse dont le milieu Alexandrin (notamment avec la figure de Joseph) est attesté.

Ceci me semble plus « logique » plutôt que d’imaginer des rédacteurs bibliques inconnus qui aurait fait dans des conditions inconnues … et au terme d’un travail de plusieurs siècles … presque la même compilations, de mêmes sources, que Bérose.

De plus (pour rester dans le domaine Biblique) rien ne prouve qu’il y ait une activité littéraire chez les déportés Juifs à Babylone … d’autant plus que la langue Biblique (l’hébreu carré en lieu et place de l’araméen) n’était même pas encore « inventé » il ne le serra que courant IV-III siècle (c’est à partir de l’hébreu carré que la sera traduite la LXX) … et en plus nous n’avons même pas la moindre trace (contrairement à Eléphantine) qu’il y avait un Temple Juif à Babylone.

Je mettrais donc comme date de finalisation de Genèse et donc du Pentateuque vers 270 … comme signalé ICI


Cordialement, Epsilon

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1346
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Qui a écrit l'ancien testament ?

Message non lupar Xavi » lun. 31 janv. 2011, 13:23

Bonjour Epsilon,

Est-ce déjà assez compliqué ?

Il me semble plutôt que les propos que vous avez à l’égard des perceptions historiques de la Bible, et a fortiori de détails précis de l’histoire, trouvent ici un cadre adéquat pour en débattre sereinement.

On est pas près d’épuiser les recherches pour savoir qui à influencé qui. Le fait de retrouver des récits semblables à ceux des textes bibliques dans des textes plus anciens de Mésopotamie ou d’ailleurs n’exclut en rien la possibilité, et même la probabilité, que ces textes Mésopotamiens aient eux-mêmes été inspirés par d’autres textes plus anciens encore qui ont pu être des textes bibliques plus anciens mais disparus.

Les réponses de bon Seb expriment bien la foi de l’Eglise qui n’est pas une foi abstraite de la réalité historique mais une foi parfaitement ancré dans la réalité humaine du passé comme du présent. L’histoire concrète et le corps de l’homme y ont toute leur place. Le christianisme n’est pas une religion purement spirituelle.

Les découvertes des historiens et des scientifiques font peur à beaucoup de croyants qui croient dès lors préférable de se réfugier dans une foi « spirituelle » à l’abri de toute contradiction historique ou scientifique. Certains se mettent à douter de toute réalité historique. Tout au plus reste-t-il une existence d’un personnage nommé Yeshoua crucifié par les Romains et que ses amis ont prétendu être toujours vivant. Le reste ne serait que reconstruction à des fins de prosélytisme ou de consolidation de la communauté des adeptes. Toute conviction historique serait du fondamentalisme, du scientisme, du concordisme…

Qui a écrit l’Ancien Testament ? Qui a écrit le Nouveau Testament ?

La réponse est certes beaucoup plus précise historiquement pour le Nouveau, mais les questions principales sont les mêmes. Chacun sait que les auteurs sont multiples et que les textes bibliques n’ont pas été dictés par l’Esprit Saint.

Mais, il est tout aussi certain que le canon précis retenu par l’Eglise, la composition de l’ensemble des textes reconnus comme Parole de Dieu, n’a pas davantage été dicté par le Ciel. Vous ne trouverez pas dans la Bible elle-même des critères précis qui permettraient d’affirmer que tel livre fait ou non partie de la Parole de Dieu, vous ne trouverez pas davantage de critères précis qui permettraient d’affirmer que tel ou verset, faisant l’objet de variantes dans diverses versions, fait partie du texte authentique et pas tel autre. C’est la Tradition de l’Eglise qui a discerné le texte authentique.

C’est une des grandes difficultés avec nos frères protestants qui ont plus difficile que nous à admettre que la Bible ne nous a pas été donnée directement, mais qu’elle nous parvient par l’Eglise inspirée par l’Esprit Saint.

Vous avez tout à fait raison de constater toute l’inspiration humaine des écrits bibliques, leurs origines composites.

Rien ne permet d’affirmer qu’aucun texte biblique ait été nécessairement composé d’un seul coup par un seul auteur.

C’est possible pour certains livres bibliques, c’est très peu vraisemblable pour d’autres.

Quelle en est l’importance ? Personnellement, je n’en vois aucune. Que l’Esprit Saint ait inspiré St Paul pour écrire tel ou tel épître de sorte qu’il l’ait écrite directement de sa main, et que les copistes ultérieurs l’ait recopié très exactement pendant plusieurs siècles sans omettre, ni changer, le moindre trait ou non, ne modifie pas l’autorité du texte reconnu par l’Eglise comme Parole de Dieu, ni l’action de l’Esprit Saint qui permet de dire que Dieu en est l’auteur.

Que la Genèse ait été écrite entièrement par Moïse, comme certains le pensent, ou qu’elle ait été constituée d’un ensemble d’écrits inspirés de textes mésopotamiens et d’autres sources, provenant de langages différents et retraduits à un moment en hébreu carré, me semble ne rien changer au seul fait qui compte. D’une manière ou d’une autre, nous croyons que l’Esprit Saint a agi à travers les hommes, qu’ils soient mésopotamiens, égyptiens ou hébreux, à travers les copistes et leurs erreurs, à travers toutes les caractéristiques concrètes des influences diverses et des faiblesses humaines de la transmission tantôt orale, tantôt écrite, des divers éléments qui ont fini par constituer le texte reconnu par l’Eglise.

Il n’est ni plus ni moins miraculeux et divin de donner à l’Eglise un livre biblique inspiré à un seul auteur humain, à un seul moment, que de lui donner un livre composé, modifié et corrigé à de multiples reprises par de multiples auteurs humains différents, voire même truffé d’erreurs involontaires de copistes ou de modifications volontaires de prosélytes zélés à des fins d’éclaircissements ou autres. Ce qui compte, c’est que l’Esprit Saint a fait concourir toutes choses pour nous donner la Parole de Dieu tel qu’elle a été définitivement reconnue par les Conciles et le Magistère.

Ce qui fonde notre foi, ce n’est pas le chemin, largement inconnu, que l’Esprit Saint a suivi pour inspirer les textes de l’Ecriture, c’est son action reconnue par l’Eglise.

A un moment de l’histoire, un concile de l’Eglise a reconnu, dans des textes précis dont elle disposait vers la fin du 4ème siècle, la Parole de Dieu donnant toute la révélation à l’Eglise. Elle a écarté certains livres, certains versets, elle en a retenu d’autres. La foi dans l’authenticité des textes bibliques ne vient pas d’une analyse historico-critique, mais de la foi de l’Eglise et de l’infaillibilité de son Magistère par l’action de l’Esprit Saint, fondée sur les promesses du Christ lui-même.

Nous croyons que Dieu est l’auteur des textes qui nous sont parvenus, mais non qu’il nous les aurait donnés par un miracle pur préservé des influences et pensées humaines. Pas plus que l’incarnation, la Bible n’est une « création » à partir de rien. Elle résulte de l’action de l’Esprit Saint dans la création et à travers l’action des hommes. Mais, même à travers les multiples faiblesses et erreurs des hommes qui ont participé à la composition du texte final dont nous disposons, l’Esprit Saint a agi pour nous donner ce trésor sacré qu’est la Bible et nous assurer de sa valeur sûre.

Cela vaut, notamment, pour la Genèse. Nous pouvons y trouver l’essentiel de l’histoire réelle de l’humanité, malgré les multiples particularités qui ont abouti au texte dont nous disposons.

Cela vaut aussi pour les Evangiles. Nous pouvons y trouver l’essentiel des évènements réels et historiques de l’incarnation du Christ parmi nous, malgré les multiples particularités et faiblesses humaines que nous pouvons découvrir sur le chemin qui a abouti au texte dont nous disposons.

Epsilon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1192
Inscription : ven. 02 juil. 2010, 19:27

Re: Qui a écrit l'ancien testament ?

Message non lupar Epsilon » lun. 31 janv. 2011, 19:51

Cher Xavi

Je ne sais quoi vous répondre ...

Le bon Seb m'ayant dit : "pardonnez-moi de vous brusquer un peu, mais je m'en fiche que vous me disiez que ça a été écrit très longtemps après l'exil, ce que je veux ce sont les noms et les arguments des gens qui l'affirment" ... je n'ai fait que répondre.

Maintenant que cela soit secondaire en rapport avec ceci ou cela ... OK, mais, il n'empêche que la question, et sa réponse, demeurent.

Donc ayant trait à cette problématique dans votre long message je ne vois que :
"Le fait de retrouver des récits semblables à ceux des textes bibliques dans des textes plus anciens de Mésopotamie ou d’ailleurs n’exclut en rien la possibilité, et même la probabilité, que ces textes Mésopotamiens aient eux-mêmes été inspirés par d’autres textes plus anciens encore qui ont pu être des textes bibliques plus anciens mais disparus".

a) "que ces textes Mésopotamiens aient eux-mêmes été inspirés par d’autres textes plus anciens encore" ... ce sont les Sumériens qui ont inventés l'écriture il serait donc étonnant qu'il existe des "écrits" avant eux !!!

b) "qui ont pu être des textes bibliques plus anciens mais disparus" ... c'est pas sérieux ... encore une fois nous avons la barrière des langues tant parlées et surtout écrites.


Cordialement, Epsilon

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8197
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Qui a écrit l'ancien testament ?

Message non lupar Raistlin » mar. 01 févr. 2011, 11:04

que ces textes Mésopotamiens aient eux-mêmes été inspirés par d’autres textes plus anciens encore" ... ce sont les Sumériens qui ont inventés l'écriture il serait donc étonnant qu'il existe des "écrits" avant eux !!!
Textes écrits non, mais oraux oui. La tradition orale était autrement développée à cette époque que de nos jours.
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1346
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Qui a écrit l'ancien testament ?

Message non lupar Xavi » mar. 01 févr. 2011, 18:13

Donc ayant trait à cette problématique dans votre long message je ne vois que :
"Le fait de retrouver des récits semblables à ceux des textes bibliques dans des textes plus anciens de Mésopotamie ou d’ailleurs n’exclut en rien la possibilité, et même la probabilité, que ces textes Mésopotamiens aient eux-mêmes été inspirés par d’autres textes plus anciens encore qui ont pu être des textes bibliques plus anciens mais disparus".

a) "que ces textes Mésopotamiens aient eux-mêmes été inspirés par d’autres textes plus anciens encore" ... ce sont les Sumériens qui ont inventés l'écriture il serait donc étonnant qu'il existe des "écrits" avant eux !!!

b) "qui ont pu être des textes bibliques plus anciens mais disparus" ... c'est pas sérieux ... encore une fois nous avons la barrière des langues tant parlées et surtout écrites.
Il me semble difficile d’oublier que l’affirmation selon laquelle ce sont les Sumériens qui ont inventé l’écriture ne repose que sur l’état actuel des découvertes archéologiques et doit être nuancé.

L’invention de l’écriture a dû être progressive. Dès que des êtres ont été capables d’abstraction, ils ont dû commencer à utiliser et à développer diverses formes de langages et de signes pour communiquer entre eux, évoquer des choses absentes ou laisser des messages entre des personnes non présentes ensemble.

Il me semble impossible d’affirmer que d’autres formes d’écritures, plus ou moins élaborées, n’ont pas existé dans les autres populations humaines de l’époque, que chez les Sumériens.

Le seul fait qu’il n’en reste pas de traces archéologiques actuellement connues ne permet pas d’en déduire une absence d’autres formes d’écritures à la même époque que celle de l’écriture découverte chez les Sumériens.

Il me semble que rien ne permet non plus d’affirmer que les barrières étaient infranchissables entre les peuplades ayant des écritures et des langages différents. Il me semble que la capacité d’abstraction permettait à divers humains de l’époque de découvrir le sens des sons et des signes utilisés par d’autres. Du moins dans une certaine mesure.

Avant d’être repris dans la Genèse, des récits ont pu exister de manière orale, mais aussi avec des formes d’écritures qui n’ont pas laissé de traces connues à ce jour.

Il me semble donc que l’invention de l’écriture par les Sumériens et les influences réciproques des populations de l’époque doivent être fortement nuancées et que la réalité est probablement complexe. Il me semble que, scientifiquement, il ne peut être affirmé que seuls les Sumériens ont découvert une forme d’écriture.

Dès que la capacité d’abstraction a existé dans une mesure suffisante pour élaborer un langage minimal, on peut imaginer que des transmissions orales ont commencé et que diverses formes d’écriture ont commencé à se développer dont certaines ont laissé des traces et dont les plus performantes dont dominé.

La qualité de l’écriture développée par les Sumériens a donc pu avoir une influence dominante sur les autres, mais le reste est très incertain et les Sumériens ont pu reprendre des récits et même des écrits venant d’autres.

Notre connaissance des influences réciproques de cette époque reste très faible.

Epsilon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1192
Inscription : ven. 02 juil. 2010, 19:27

Re: Qui a écrit l'ancien testament ?

Message non lupar Epsilon » mar. 01 févr. 2011, 22:51

Mais ça ne change pas grand chose au fait que les récits bibliques de la création et du déluge aient été écrits en réponse à la mythologie païenne.
Ce n'est pas "en réponse" ils se sont quasiment appropriés/emparés de ces écrits en les adaptant à leur propres préoccupations théologiques ... exactement comme Bérose l'a fait en changeant notamment le nom du dieu primordial.

Et pour cela Abraham venant d'Ur sert en qcq sorte d'auto-justification ... en effet "Ur en Chaldée" (ou Ur des Chaldéens) pose un problème car :
- l’arrivée des Chaldéens à Babylone commence au VII siècle,
- la ville à cette époque était en voie d’abandon (Babylone ayant reprise le relais depuis fort longtemps),
- la date présumée (bibliquement parlant) de migration d’Abraham d’Ur à Harran se situe vers 1800 av JC.

Donc entre disons 650 et 1800 av JC il y a une sacrée marge … d’autant plus que les premières occupations mentionnées à Ur datent du V millénaire av JC.

Pour moi l’auteur Biblique (comme à son habitude tout au long de l’AT) ... marie des données très anciennes (le prestige d’Ur et les fameuses tablettes du moins les premières) avec des données qu’il attribut à Abraham (1800) .... et des données de son époque (du moins avant son époque quand la mémoire du temps n’a pas encore fait tous ses effets) les Chaldéens.

Mais à cette époque (des Chaldéens) les dieux de Summer-Akkad n’existaient plus en tant que tels ils avaient "évolués" sous d’autres appellations … pour faire simple il ne resté que Sin (dieu Lune) et Marduk (dieu Suprême) … ces dieux restaient si on peut dire "actifs" soumis donc à un culte .. les autres étaient dans les mémoires sans culte particulier.

De plus en toute "logique" ni Adam/Eve ni Noé et consort ne sont juifs ... la naissance du Judaïsme commençant à partir d’Abraham mais sa véritable Histoire qu’à partir de Moise.

Ceci dit cela ne "change pas grand chose" effectivement ... mais nous parlons ici que de datation.


Cordialement, Epsilon

Epsilon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1192
Inscription : ven. 02 juil. 2010, 19:27

Re: Qui a écrit l'ancien testament ?

Message non lupar Epsilon » mer. 02 févr. 2011, 8:02

Cher le bon Seb

Quand je parle de "réappropriation" c'est uniquement dans un premier temps le deuxième lors de l'écrit ce récit initial est "remodelé" en fonction de leur propre théologie ... heureusement d'ailleurs ... et vous avez parfaitement raison de dire que le récit de la Création en Genèse prend le contrepied des mythologies ambiantes aussi bien la Mésopotamienne que l'Égyptienne ... puisqu'il est écrit, entre autre, que c'est Dieu qui a créé leurs propres dieux ... donc s'il les a créé il a "autorité" sur eux.

J'ai déjà fait le // entre les deux déluges ... concernant la création de l'homme dans les récits Mésopotamien :

La création de l’homme dans la mythologie Sumero-akkadienne.

Les Anunnaku … les Géants : grands-dieux juste au-dessus des Igigu … imposèrent aux Igigu leur corvée … excaver les cours d’eau, ouvrir les canaux d’irrigation, etc etc

Et après avoir travaillé et travaillé encore d’une manière pénible et infinie ... épuisés les Igigu protestèrent contre l’excès de leur travail …et la plainte « monta » jusqu’à Enlil dont ils assiégèrent la porte.

Il s’ensuit une véritable révolte avec un risque de guerre entre tous les dieux … Il fallait donc sortir de ce dilemme.

Ea (d’autres tablettes ont Anu) propose un plan de salut :
« qu’Elle (la Matrice) fabrique un prototype d’homme : c’est lui qui portera le joug des dieux, qui portera le joug des Igigu, c’est l’homme qui sera chargé de leur labeur ! ».

L’idée étant donnée comment « fabriquer » cet homme :
« Le premier du mois, le sept ou le quinze, Enki décréta une lustration avec bain. Et le dieu Wé, qui avait de « l’esprit », On l’immola en pleine assemblée. A sa chair et son sang Nintu mélangea de l’argile, Pour que fussent associés du dieu et de l’homme, Réunis en l’argile. Et que les dieux fusent ainsi désormais de loisirs. De par la chair du dieu, Il est aussi dans l’homme un « esprit » Qui le démontrerait toujours vivant après sa mort. Cet « esprit » fut là pour le garder de l’oubli ! »

On remarque (petite finesse de nos ancêtres Sumériens) que le « processus » est en continu ... les 1, 7 et le 15 de chaque mois !!!

Suite à quoi l’homme fut créé et les Igigu devinrent à leur tour de grands-dieux.


Cordialement, Epsilon

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1346
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Qui a écrit l'ancien testament ?

Message non lupar Xavi » ven. 11 févr. 2011, 13:15

Xavi,

votre imagination ne saurait être un fondement suffisant pour remettre en cause les données de l'archéologie. Avec des "on peut imaginer" et des "il semble" on peut effectivement imaginer tout et n'importe quoi et réécrire l'histoire comme vous le faites, mais ce ne sera jamais que le fruit de l'imagination.
Ce n’est pas sérieux. Cela me semble une réplique fondée sur une perception trop simplifiée des données scientifiques. Je confirme entièrement mon message précédent qui ne remet pas en cause les données de l’archéologie, mais tient compte de leurs limites.

[14 janvier 2012 : L’ensemble de mes messages de ce fil ont été revus et intégrés dans un ensemble de réflexions sur l’évolution, la création et l’incarnation intitulé « Adam et Eve : quelle réalité concrète ? » dont le document de travail actuel est disponible dans le sous-forum de l’Ecriture Sainte :
viewtopic.php?f=91&t=20369]
Dernière édition par Xavi le sam. 14 janv. 2012, 14:24, édité 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10080
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Qui a écrit l'ancien testament ?

Message non lupar Fée Violine » lun. 14 févr. 2011, 21:27

Xavi,

quelques statistiques sur votre message :

"Il me semble" : 8 occurrences
"il doit/il a dû être/il a pu" : 10 occurrences.

Et je n'ai pas compté les "probablement" et autres "on peut imaginer". Lorsqu'on fonde une "démonstration" sur des éléments aussi peu solides on est en droit de se demander en quoi une telle démonstration démontre autre chose que la fertilité de l'imagination de son auteur.
Ça s'appelle une hypothèse, plutôt qu'une démonstration.
Il n'est pas interdit de faire des hypothèses.
Dire "il me semble" démontre une prudence qui me semble plutôt louable.

Ungarsduweb
Censor
Censor
Messages : 55
Inscription : lun. 09 mars 2009, 23:06

Re: Essai de datation de Genèse

Message non lupar Ungarsduweb » sam. 07 mai 2011, 14:14

Pourquoi ce genre de calcul la terre est bien plus vielle, plusieurs milliards d'années en fait

Avatar de l’utilisateur
pierresuzanne
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 636
Inscription : dim. 11 mai 2014, 8:33

Re: De la Création

Message non lupar pierresuzanne » sam. 24 mai 2014, 18:39

Chers amis,

Plusieurs découvertes archéologiques éclairent cette croyance dans le " Jardin d'Eden" que l'on trouve dans la Genèse :

-En -2 600, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, un récit de la Création est mis par écrit à Sumer, état situé entre le Tigre et l'Euphrate. Dans ce récit, le dieu An sépare le ciel de la terre. La civilisation sumérienne garde ce mythe comme un secret à ne transmettre qu'entre initiés : « Secret, l’initié le montrera à l'initié » précise une tablette qui raconte la création.
-Un des dieux du panthéon sumérien, Enki, le dieu des eaux et de la sagesse, fabrique les hommes en les façonnant à partir d'argile afin de créer une race de serviteurs pour les dieux. Les sumériens ne croient donc pas que les hommes soient libres puisqu’ils sont créés pour être les esclaves des dieux. C'est dans ce mythe que se trouve le premier récit – et non le dernier - de la création de l'homme à partir de l'argile. Il s'agit naturellement d'une affirmation scientifiquement erronée.
- Un autre mythe destiné à un avenir exceptionnel est présent dans les légendes sumériennes : celui du paradis terrestre. Enki et son épouse sont installés par la grande déesse Niahursag dans un jardin où poussent huit plantes. Tentés par leur saveur, ils les gouttent, ce qui entraîne la colère de la grande déesse. Elle les maudit et les chasse du jardin. Ils perdent leur immortalité divine et rejoignent l'humanité mortelle. Trop d'éléments de ce mythe sumérien sont similaires au récit biblique de la Chute d'Adam et d’Ève pour que ce soit un simple hasard. En effet, dans la Bible, Adam et Ève ont eux-aussi été chassés du paradis terrestre après avoir mangé le fruit défendu et sont ainsi devenus mortels.

Quand la Genèse est mise par écrit au VIe siècle avant JC, ses rédacteurs se sont donc inspirés des mythes sumériens. À la suite du mythe d'Enki, les Hébreux racontent la création de l'homme à partir d'argile (Genèse 3, 17-19) et le paradis perdu avec la mortalité d'Adam et d'Eve, conséquences de leur péché. En fait, nous verrons que la Bible a recours aux mythes sumériens à chaque fois qu'elle s'interroge sur les origines du mal. Avec le mythe du paradis perdu, les hommes comprennent pourquoi ils doivent mourir. Mais, d'autres grandes questions existentielles vont être posées à partir du support mythologique sumérien. Pourquoi sommes-nous victimes de catastrophes naturelles ? Quel sens ont nos maladies ? Autant de questions éternelles auxquelles la Bible donnera une réponse en s’appropriant des mythes sumériens.

Cependant, si le récit de la Chute dans la Bible est mythologique, il rend compte de la conception de Dieu des Hébreux et non de la vision polythéiste et païenne des sumériens. En fusionnant deux mythes sumériens, celui des hommes esclaves façonnés d'argile et celui d'Enki chassé du jardin de la Grande Déesse, les Hébreux racontent un conte fidèle à leur foi en Yahvé.

En effet, dans la Genèse, Yahvé est bien un Dieu unique, bon et créateur de la liberté humaine.
L'archéologie et la science peuvent-elles nous apprendre la vérité sur nos religions ?Télécharger gratuitement en copiant collant : https://onedrive.live.com/redir?resid=83935C97F75476A6!103&authkey=!AC2tYNawNpXvvR8&ithint=folder%2cpdf
HISTOIRE ILLUSTRÉE DES MONOTHÉISMES

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1346
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: De la Création

Message non lupar Xavi » sam. 31 mai 2014, 10:57

A ma connaissance, rien ne permet d’affirmer qu’un document contenant un récit sumérien daté de 2.600 ans avant notre ère ait été retrouvé. Cette date me paraît sans fondement solide. Les documents les plus récents contenant un récit mythique me semblent actuellement datés de la fin du troisième millénaire (vers - 2.150).

Rien ne permet d’affirmer davantage que le récit biblique de la Genèse serait postérieur au mythe sumérien d’Enki, ni qu’il s’en serait inspiré.

En effet, nous n’avons retrouvé que quelques très rares textes des millénaires avant notre ère. La plupart ont disparu.

Ce n’est pas parce qu’on a retrouvé un document plus ancien qu’un autre qu’il faut en déduire que le récit du document moins ancien a été inspiré du récit contenu dans le document écrit plus ancien.

L’ancienneté des rares traces archéologiques retrouvées ne permet en rien d’en déduire nécessairement une différence d’ancienneté des récits qu’ils contiennent. Un fragment archéologique plus récent peut évidemment contenir un récit plus ancien qu’un récit similaire retrouvé dans un fragment plus ancien.

Il me semble qu’il faut donc admettre que le mythe sumérien d’Enki (dont nous avons des traces vieilles de plus de 4.000 ans) a pu s’inspirer sous une forme déformée et modifiée du récit des faits que nous pouvons lire dans la Genèse (même si nous n’en avons que des traces archéologiques vieilles d’environ seulement 2.500 ans).

La date assez récente de la composition du texte final actuel de la Genèse et les récits du contexte culturel de l’époque, y compris les mythes mésopotamiens, que ce texte final a pu intégrer de diverses manières pour apporter la lumière de la foi aux populations de l’époque, n’affectent pas l’authenticité de l’Ecriture Sainte.

Ce que les mythes sumériens peuvent nous dire du jardin d’Eden est bien éloigné de la révélation de la Genèse qui nous parle de manière imagée d’un fait extraordinaire lors duquel des humains terrestres ont été mis dans l’Eden, la réalité spirituelle de Dieu. Un fait tellement exceptionnel pour la conscience humaine qu’il est raisonnable de penser que ceux qui l’ont vécu et leurs descendants aient veillé à en garder la mémoire sous des formes diverses jusqu’à la rédaction du texte actuel de la Genèse.

Avatar de l’utilisateur
Zarus
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 548
Inscription : ven. 23 août 2013, 13:19

Re: De la Création

Message non lupar Zarus » ven. 06 juin 2014, 13:32

Je suis d'accord avec cette nuance historique, mais je ne vois pas non plus d'où vous sortez la preuve que le mythe sumérien soit postérieur au mythe biblique.

De façon générale, je trouve que la question de ce qui semble être des influences polythéistes ou la véritable formation de la religion des Hébreux est souvent éludée ou évité de façon peu convaincante. (L'histoire d'inspiration progressive du polythéisme vers le monothéisme ne me semble pas plus prouvé que la thèse du simple syncrétisme; et cela n'explique pas le fait que le Christ semble affirmer dans le Nouveau Testament l'historicité de personnages ou de choses contradictoires avec l'archéologie)
"With my eternal life, I will see the world through to its end. Until everyone who won't like me is gone."
— Porky Minch

"Can you face your fears ?"
— Hanako

I speak from the noise
Souls and shapes, forever twisted
the lost voices of the damned
lure the bringer of despair


Revenir vers « Écriture Sainte »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités