L’assomption : une lumière pour comprendre la Genèse

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9330
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: L’assomption : une lumière pour comprendre la Genèse

Message non lu par Cinci » mer. 15 août 2018, 12:41

Trinité,

Je dirais que nos "incroyants sur les questions mariales" sont souvent des chrétiens en général ou bien encore les catholiques de nos paroisses,

;)


Quant aux véritables athées, les durs parmi les plus durs, les "lucides" qui n'ont pas l'intention de s'en laisser conter : on se doute qu' ils n'ont pas besoin du Nouveau Testament comme gage de validation de quoi que ce soit. Quand bien même il serait écrit cent fois que Jésus ressuscite trois jours après avoir été enseveli, on n'y croira pas davantage de leur côté.

Donc, la Sainte Vierge après ça ... vous pensez bien ...

[...]


Remarquez que je ne m'exprimerais pas ici d'une façon rageuse, amère, frustrée. Je ferais juste observer combien les histoires de la Vierge Marie représentent l'extrême pointe du développement théologique dans l'Église, un certain raffinement dans les considérations de la foi et qui ne peut pas être accessible à tous en l'état. Non, la grâce ... toujours la grâce ... Il prend une grâce particulière pour "voir" enfin car l'entendement peut être bloqué pendant longtemps.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2571
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: L’assomption : une lumière pour comprendre la Genèse

Message non lu par Trinité » mer. 15 août 2018, 22:25

Cinci,

Merci également!
Je pense que cette grâce chemine doucement en moi ... notamment depuis la récitation du chapelet... et pourtant...comme j'ai pu être dubitatif à une période de ma vie sur le fait de réciter le chapelet comme cela de façon répétitive! :)
Je vais vous faire une confidence, ma belle soeur m'a donné ce chapelet qui appartenait à mon frère, il y a à peu près un an.
Comme vous le savez, mon frère n'était plus croyant et même un peu hostile à tout ce qui dépendait du religieux, depuis de nombreuses années...quoique ancien séminariste...

Il s'est produit une sorte de "déclic" en moi...comme un message... ;) et je me suis mis à le réciter...un peu d'une façon automatique au début, puis,maintenant, j'arrive beaucoup plus à le vivre en l'associant aux mystères... ;)

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1560
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: L’assomption : une lumière pour comprendre la Genèse

Message non lu par Xavi » jeu. 15 août 2019, 9:57

L’Assomption, ce n’est pas seulement le dernier dogme défini par l’Église, c’est aussi la fine pointe de la révélation chrétienne.

Si l’Église a acquis la conviction que la Sainte Vierge n’a pas pu connaître physiquement la corruption de la mort physique et qu’elle l’a nécessairement franchie, c’est parce que nous savons que seul le péché a empêché nos premiers parents, créés à l’image de Dieu pour pouvoir partager éternellement sa vie d’amour, de pouvoir franchir sans mal la réalité naturelle de la mort physique.

Seul le péché nous sépare de Dieu, seul le péché nous soumet au monde physique où tout est précaire et soumis à la mort.

Sans le péché, l’humain dominerait le monde et aurait tout pouvoir sur la création comme le Christ nous l’a enseigné et montré, lui qui était en tout semblable à nous, mais sans péché.

« Amen, je vous le dis : si vous avez la foi et si vous ne doutez pas, vous ne ferez pas seulement ce que j’ai fait au figuier ; vous pourrez même dire à cette montagne : “Enlève-toi de là, et va te jeter dans la mer”, et cela se produira. » (Mt 21, 21)

Préservée du péché par son immaculée conception par le Christ de manière à pouvoir l’enfanter dans une parfaite sainteté, l’Église en a déduit la certitude que la Sainte Mère de Dieu ne pouvait subir la corruption de la mort, car celui qui est sans péché ne peut être vaincu par la mort.

Ce n’est pas seulement une vérité spirituelle, c’est aussi une vérité dans la réalité physique.

Bonne fête de l’Assomption à tous !

Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Quæstor
Quæstor
Messages : 399
Inscription : lun. 21 janv. 2019, 1:01
Conviction : Catholique

Re: L’assomption : une lumière pour comprendre la Genèse

Message non lu par Hantouane » sam. 17 août 2019, 9:46

Xavi a écrit :
jeu. 15 août 2019, 9:57
Sans le péché, l’humain dominerait le monde et aurait tout pouvoir sur la création comme le Christ nous l’a enseigné et montré, lui qui était en tout semblable à nous, mais sans péché.
Cela veut-il dire que la Vierge Marie domine le monde et a tout pouvoir sur la Création, comme le Christ ?

Avatar de l’utilisateur
Voyageur
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 546
Inscription : dim. 13 déc. 2009, 13:12
Conviction : Catholique

Re: L’assomption : une lumière pour comprendre la Genèse

Message non lu par Voyageur » ven. 30 août 2019, 22:31

Xavi a écrit :
jeu. 15 août 2019, 9:57
Ce n’est pas seulement une vérité spirituelle, c’est aussi une vérité dans la réalité physique.
Pourquoi ramener à la matière ce qui a été élevé ?
L'absence de corps ne peut faire une réalité physique.
Tu m'as montré les chemins de la vie,
Tu me rempliras de joie par ta présence.

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1560
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: L’assomption : une lumière pour comprendre la Genèse

Message non lu par Xavi » sam. 31 août 2019, 13:27

Merci, Voyageur, pour vos deux courtes mais interpellantes réflexions.

Lorsque vous vous demandez : « Pourquoi ramener à la matière ce qui a été élevé ? » n’est-ce pas une question qui sous-entend, par le mot « ramener » autant que par le mot « élevé » que la matière ne serait qu’une réalité inférieure à « élever » ?

Depuis l’antiquité, de nombreuses gnoses ont considéré que la matière serait une déchéance et que notre corps serait le produit d’une chute négative dans la matière.

La révélation chrétienne annonce une réalité toute autre : notre corps est créé par Dieu et c’est bon ! Nous sommes des êtres corporels et spirituels. C’est cela l’extraordinaire de notre identité : nous sommes corps autant qu’esprit. Notre corps n’est pas un accessoire. C’est essentiel. Nous sommes notre corps, notre âme et notre esprit de manière indivisible, même si la mort physique peut nous atteindre depuis le péché originel.

L’extraordinaire de notre création, c’est que Dieu a créé des êtres spirituels, capables de partager éternellement sa vie, dans la réalité matérielle de la nature physique créée.

Avec la matière de la création et en y insufflant sa propre vie, Dieu a fait de nous des créatures capables de partager sa vie avec notre corps et notre esprit. C’est cela qui est unique : nous sommes des êtres faits de corps ET d’esprit.

Il me semble que le mot « élever », dans le contexte de l’assomption de la Sainte Vierge Marie, ne doit pas être entendu ni dans le sens d’un inférieur qui devient davantage (qui monte en valeur), ni, bien sûr, dans le sens physique d’un décollage vers les étoiles. Il n’y a aucune dévalorisation du corps de la Sainte Vierge dans son assomption. On ne sait rien de ce qui c’est concrètement passé, mais par la foi, il y a cette conviction que, sans le péché, le corps humain a pour vocation de franchir la réalité naturelle de la mort physique et d’avoir un corps transformé pour vivre éternellement avec Dieu. Ce corps garde toute sa valeur et nous attendons la résurrection des corps. Pour retrouver chacun le nôtre, pas celui d’un autre.

Tant pour la résurrection de Jésus que pour l’assomption de la Sainte Vierge Marie, la foi de l’Église proclame qu’il y a un fait physique, un passage du corps physique lui-même dans une réalité transcendée, qui a une vraie trace physique : le corps disparaît, le tombeau se retrouve physiquement vide et aucun tombeau n’a conservé le corps de la Sainte Vierge. C’est certes un grand mystère, mais c’est un fait que tout athée ou tout scientifique aurait pu constater : dans notre monde, dans notre réalité physique concrète, ni le corps de Jésus, ni celui de la Sainte Vierge, n’ont connu la corruption, ni subsisté visiblement de manière permanente, mais, depuis environ deux mille ans déjà, leurs corps n’ont plus été visibles que par des apparitions temporaires.

À cet égard, contrairement à ce que vous proposez, il ne me semble pas exact d’écrire que « L'absence de corps ne peut faire une réalité physique ».

Bien au contraire, tant pour la résurrection, que pour l’ascension ou l’assomption, cette absence de corps en est une conséquence et est, pour nos yeux et en ce monde présent, une réalité physique. La réalité d’une absence qui peut être physiquement constatée.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités