Prions pour Vincent Lambert et sa famille divisée

« Je vous exhorte, frères, à soutenir mon combat en priant Dieu pour moi » (Rm 15.30)
Règles du forum
Confiez ici à nos lecteurs vos intentions de prières.

NB : Toutes les intentions déposées dans cette section seront apportées à la messe quotidienne d'un prêtre du forum.
NB2 : les questions relatives à la pratique de la prière chrétienne doivent être publiées dans le forum Spiritualité.
Avatar de l’utilisateur
Fleur de Lys
Censor
Censor
Messages : 125
Inscription : sam. 20 avr. 2013, 9:59
Conviction : en chemin vers le baptême
Localisation : France

Re: Prier pour Vincent Lambert et sa famille divisée

Message non lu par Fleur de Lys » mar. 21 mai 2019, 17:33

Zélie,

Oui je comprends que le "cas" Vincent Lambert est le parfait exemple pour la cause euthanasie. "Est-il légitime de vivre quand on est cloué au lit à ce point?"

Evidemment quand on voit qu'on laisse vieux ou handicapés dans un coin, où fatalement ils souffrent d'abandon, on serait plus tranquille de les "faire partir" parce qu'ils "souffrent" (mais de quoi? de leurs handicaps ou de leur abandon?).

La position de l'épouse de m'étonne pas. Elle a perdu son mari. Elle a dû lutter. On lui a dit qu'il n'y a plus rien à faire. Il ne redeviendra jamais comme avant. Elle n'a peut être pas les épaules pour le porter. Je ne la juge pas, ça doit être bien compliqué pour elle. Peut-être croit-elle connaître l'avis de son mari sur ce douloureux sujet? C'est facile de dire "moi je ne veux jamais être comme ça, j'aime mieux mourrir".
Et puis parfois en fait, on aime mieux vivre.

(Je ne peux m'empêcher de penser qu'une mère, c'est quand même mieux qu'une épouse dans les tempêtes. Une mère reste quand tout va mal. Sa survie dépend de celle de son enfant, sans quoi elle n'est plus mère.
Hommage à toutes nos mamans chéries :amoureux: )

Et qu'en disent les médecins d'autres hopitaux?

Avatar de l’utilisateur
Briscard
Censor
Censor
Messages : 193
Inscription : jeu. 29 nov. 2018, 15:31
Conviction : Chrétien tout simplement
Localisation : Yvelines & Finistère

Re: Prier pour Vincent Lambert et sa famille divisée

Message non lu par Briscard » mar. 21 mai 2019, 18:25

Kerniou a écrit :
lun. 20 mai 2019, 17:08
Si j'ai bien compris, Vincent Lambert ne vit que grâce à un appareillage sophistiqué qui maintient une vie "végétative' ...
Permettez-moi de ne pas porter d'appréciation sur cette situation ... mais je me pose la question du respect de la vie et celle de l'acharnement thérapeutique ...
Peut -être, si l'on avait laissé faire la nature, Vincent Lambert serait - il mort depuis longtemps ...
Il arrive, me semble-t-il, un moment où la vie s'achève ... même celle d'un être jeune ...
Quand un patient ne reste en vie que grâce à des machines, vit-il vraiment sa vie ?
Une vie entretenue artificiellement est-elle réellement une vie ... la vie ?
Est-ce éthique de maintenir la vie avec des machines pendant 10 ans ?
A mon avis cette situation pose plus de questions qu'elle n'engendre de réponses ...
Tout à fait de votre avis, Kerniou, d'autant que celui-ci avait dit plusieurs fois à ses proches, verbalement malheureusement, qu'il refuserait tout acharnement thérapeutique le concernant.

bien sûr que non, ces onze années qu"il vient de passer dans son lit ne peuvent être considérées comme "la vie".

Je trouve cette affaire bien triste.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9036
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Prier pour Vincent Lambert et sa famille divisée

Message non lu par Cinci » mar. 21 mai 2019, 19:26

En un mot comme en dix, vingt, cent (sans jeu de mot) ou mille, c'est toujours cette question du "meurtre par compassion", du suicide assisté allié au respect de la volonté individuelle. On dira : le choix de vivre dignement et où la dépendance devrait signifier l'indignité; que les grands malades ne pourraient pas vivent une vie qui soit digne car le manque les déshumaniseraient avec l'incapacité de jouir, produire et consommer, etc.

Mais ...

Une chose qui est certaine : l'Église catholique se prononce contre toutes les mesures d'euthanasie directe ou indirecte.

Pour l'Église, le rôle des médecins est bien celui de soignant. Il s'agit de conserver la vie des personnes. Il ne s'agit donc pas de tuer ou juger qui aurait droit ou pas à des traitements ou à décider moralement que le "mieux" serait de laisser mourir celui-ci ou celui-là; "d'accélérer le passage vers le Père", si vous préférez.


Après ?

Pour les plus chatouilleux et sensibles à l'idée que la position catholique devrait être uniquement une posture de vieux barbons mal éclairés d'un autre époque, ou l'Église hiérarchique porteuse d'idées doloristes sortis d'un âge des ténèbres, il faudra leur répondre : eh bien non ! Non, parce que la position catholique peut être défendue et, de fait, défendue, elle l'est, aussi bien que par des vieux tradis, par de jeunes ecclésiastiques sympathiques, intelligents, fortement instruits, éloignés eux-mêmes de l'intégrisme réactionnel anti-républicain et anti-mondain et tout.

C'est juste qu'il y a de solides raisons philosophiques, anthropologiques, humaines et religieuses chrétiennes qui peuvent soutenir la position qui est celle de l'Église. Et les voeux des amateurs de "terminator" (ou du Dr Kevorkian sorti du bloc B de Sobibor) en contre-partie, l'appel des assoiffés de dignité nobiliaire, du rachat de l'indignité souffrante par le seppuku, par la grève (forcée?) de la faim, la ciguë ou l'injection létale ne tiennent pas une position chrétienne.

Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 2354
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Re: Prier pour Vincent Lambert et sa famille divisée

Message non lu par Nanimo » mar. 21 mai 2019, 19:30

Comme vous le savez probablement, la Cour d'appel de Paris a ordonné la reprise des traitements (lesquels ont repris ce matin). Une décision inattendue, mais qui aurait été prise à partir de témoignages indiquant que Vincent Lambert aurait pleuré. (En apprenant l'arrêt des traitements?)

Il est bien vivant. Que fait-il en soins palliatifs? (Je vois que certains intervenants sont surpris de cette situation.)
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

Gaudens
Quæstor
Quæstor
Messages : 205
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Prier pour Vincent Lambert et sa famille divisée

Message non lu par Gaudens » mar. 21 mai 2019, 19:32

La lecture que fait Fleur de Lys de la psychologie vraisemblable de l'épouse de Vincent Lambert,toute en retenue et en charité,me parait juste:elle a pu entendre une fois son mari bien portant dire que "tout ça,jamais ..." etc,c'est que nous avons tous tendance à dire quand nous sommes jeunes et éclatants de santé mais cela ne veut rien dire de la volonté éventuelle du Vincent d'aujourd'hui.Et puis,à nouveau,parler d' "acharnemennt thérapeutique " à son propos (Brisacrd) est totalement à côté de la plaque;c'est ce que veulent nous mettre en tête les partisans de l'euthanasie .Il n'y a pas de thérapie,pas de tyaux branchés le retenant iune xtremis et artificiellement aux portes de la mort,rien de tout ça;simplement un homme qu'on nourrit artificiellement parce qu'il ne peut le faire seul actuellement.

zelie
Senator
Senator
Messages : 983
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Prier pour Vincent Lambert et sa famille divisée

Message non lu par zelie » mar. 21 mai 2019, 19:54

celui-ci avait dit plusieurs fois à ses proches, verbalement malheureusement, qu'il refuserait tout acharnement thérapeutique le concernant.
Mais on sait très bien qu'entre le dire, même l'écrire, même le penser très fort et ensuite le vivre, il y a un abîme.
Ce que vit cet homme, c'est que d'autres décident du moment de sa mort, alors qu'il est vivant et conscient.
Ca n'a rien à voir avec le cancéreux en phase terminale ou le coma dépassé, qui est l'exemple même de l'acharnement thérapeutique.
Il y a peut-être une réflexion à mener et une action éducative à mener auprès des gens manifestant clairement leur intention de ne pas recourir à l'acharnement thérapeutique, mais soyons sérieux, on ne peut engager un tel acte en prenant au mot des paroles ou des pensées qui n'ont pas pesé toutes les conséquences d'une telle décision.
Tous, quand nous pensons acharnement thérapeutique, nous projetons une image de nous où on est écrabouillé totalement inconscient et non-récupérable ou une image proche de cela. Jamais nous ne nous projetons sur une image de soi où on est conscient et qu'un beau jour on va nous tuer par anesthésie létale; c'est ni plus ni moins de la mise à mort. Et ça fout les mêmes jetons que ceux d'un condamné à mort texan.

bien sûr que non, ces onze années qu"il vient de passer dans son lit ne peuvent être considérées comme "la vie".
Le sort de la petite fille indienne de deux ans violée par un voisin, de la femme noire enceinte de ses violeurs blancs, du travailleur philippin qui va mourir à la tâche à Doha ou à Dubaï, ce n'est pas une vie non plus... Mais est-ce pour cela qu'on devrait les euthanasier?
Aucune galère, vie de souffrance n'est "une vie". Mais si on devait éradiquer toutes les souffrances durables et intenses de la terre, on euthanasierait 95% de la terre! Dire "c'est pas une vie" et considérer alors l'euthanasie souhaitable, c'est faire une énorme confusion.
Attention donc, à ne pas faire une confusion entre la vie projetée, nécessairement agréable pour un européen et vie biologique donnée par Dieu. (En plus, dans le cas du chrétien, seul Dieu a un pouvoir de vie et de mort, c'est à dire seul Lui décide quand et où nous naissons, et quand et où et comment nous mourrons).
Mais laissons Dieu de coté, considérons juste la vie, sous son aspect physique et biologique. La prendre à quelqu'un est le tabou ultime de la société; toute société, depuis la nuit des temps, s'est construite autour de la perpétuation de la vie et de la protection de ses membres.
Prendre cette vie, sous n'importe quel prétexte, n'est pas permis. Et si cela devient permis sous le prétexte qu'elle n'est pas assez agréable, qu'elle est trop rugueuse, c'est opter pour un changement profond de société, qui comme toutes les boites de Pandore amène immanquablement hors du projet initial, le déborde et finit par le pervertir. Il n'est qu'à voir par exemple les idées de Simone Veil au départ quand elle a plaidé l'avortement à l'assemblée nationale et son effarement quand elle a vu 40 ans plus tard ce que c'était devenu.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 2354
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Re: Prier pour Vincent Lambert et sa famille divisée

Message non lu par Nanimo » mer. 22 mai 2019, 0:16

Victoire de ses pauvres parents! Vincent Lambert sera (enfin!) transféré dans un centre de soins plus approprié. Le centre hospitalier de Reims commence à être regardé sévèrement pour le traitement de son patient.

Prions!
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: Prier pour Vincent Lambert et sa famille divisée

Message non lu par la Samaritaine » mer. 22 mai 2019, 0:59

www.lefigaro.fr/vox/societe/comment-l-a ... QG5OyN778I

Un article qui aide à prendre de la distance ….

En union de prière,

Samaritaine

zelie
Senator
Senator
Messages : 983
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Prier pour Vincent Lambert et sa famille divisée

Message non lu par zelie » mer. 22 mai 2019, 8:54

ô Nanimo!? Etes-vous sûre? D'où tenez-vous cela?
PRIONS!!!


Je viens d'aller lire le Figaro, globalement je ne suis pas d'accord avec le point de vue, sauf sur un point, c'est bel et bien l'association pro-euthanasie derrière Rachel Lambert qui tire les marrons du feu et la couverture à elle; il y a bien un très fort courant politique pro-euthanasie, et cela ressortira dans les prochaines discussions à l'assemblée et au sénat sur les lois de fin de vie, qui d'emblée ne se positionne pas en contre ou en pour, mais se positionne tout entier dans les "comment faire passer la pilule, manipuler le plus grand nombre". Et si une telle vision de la société est si partagée politiquement et avancera, c'est au départ pour des raisons budgétaires (un vieux, une fin de vie ça coûte cher, trop cher à la société) et ensuite, une fois l'idée ensemencée, elle est porteuse d'elle-même du même regard qu'on a sur l'embryon non désiré (là ce sera le travailleur devenu non rentable) : pourquoi ne pas le "faire partir"? , ça rendrait la situation tellement plus simple et plus supportable pour les autres! On ne comprend pas, on ne veut pas voir que l'euthanasie porte en elle le glissement, l'excès, la perversion de son propre système, exactement comme l'avortement ou la peine de mort pour vol de nourriture au 19ème siècle (je vous renvoie à Victor Hugo, Claude Gueux), ou l'emploi d'étrangers au Qatar.
Toute solution d'immédiateté, de facilité porte en elle un germe d'hédonisme immédiat, qui à terme aveugle et empêche de penser l'Homme et la Vie comme Dieu nous a enseigné à la penser. Les solutions dignes et éthiques ne sont pas dans l'immédiateté, elles demandent à l'homme, patience, disponibilité, amour, abnégation, résignation, intelligence de la situation au regard du message évangélique, endurance, courage,etc. Toutes ces attitudes qui s'estompent aujourd'hui, que plus personne ne veut donner à plus personne, parce que déjà trop pressurisé lui-même.
Mais quand comprendrons-nous que nous sommes en train de laisser les politiques entièrement captés par la rentabilité de la vie même, nous construire pour demain une société sans âme parce que dénuée de toute référence racinaire ou religieuse?
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

zelie
Senator
Senator
Messages : 983
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Prier pour Vincent Lambert et sa famille divisée

Message non lu par zelie » mer. 22 mai 2019, 9:19

Du Salon Beige :
En effet, l’intervention du docteur Catherine Kiefer, spécialiste en médecine physique et de réadaptation et médecin conseil des parents de Vincent Lambert est très éclairante (à voir absolument) sur le fait que le service de soins palliatifs du CHU de Reims n’est pas adapté à sa situation d’autant plus que les délais d’examen sur le fond du dossier par le CIDPH [Comité international des droits des personnes handicapées de l’ONU] prévoit un minimum de 6 mois.

On apprend par ailleurs que le personnel médical du CHU de Reims est lui-même divisé, contrairement à ce que disent les médias, notamment du fait que le service de soins palliatifs et l’unité locale EVC EPR seraient dirigés par la même personne et regroupés au même endroit alors que leurs objectifs sont diamétralement différents (accompagnement vers la mort contre projet de vie). La psychologue Marie de Hennezel, spécialiste de l’accompagnement de la fin de vie a exprimé ce souhait que Vincent Lambert soit « enfin et rapidement » transféré « dans un service adapté aux personnes en état paucirelationnel.
https://www.lesalonbeige.fr/vincent-lam ... -simposer/

S'il vous plaît, prions ensemble malgré nos avis différents, pour que ce soit la Volonté de Dieu qui triomphe dans cette affaire.
Que Dieu nous bénisse, nous éclaire et nous garde, tous, malades, familles et fidèles.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
Briscard
Censor
Censor
Messages : 193
Inscription : jeu. 29 nov. 2018, 15:31
Conviction : Chrétien tout simplement
Localisation : Yvelines & Finistère

Re: Prier pour Vincent Lambert et sa famille divisée

Message non lu par Briscard » mer. 22 mai 2019, 15:26

zelie a écrit :
mar. 21 mai 2019, 19:54
celui-ci avait dit plusieurs fois à ses proches, verbalement malheureusement, qu'il refuserait tout acharnement thérapeutique le concernant.
Mais on sait très bien qu'entre le dire, même l'écrire, même le penser très fort et ensuite le vivre, il y a un abîme.
REPONSE : Il n'y a pas d'abîme. Ma femme et moi avons rédigé chacun ce document que nous emportons avec nous pour toute intervention chirurgicale et que nos enfants ont en leur possession.
[Propos agressifs supprimés. N'apportent rien au débat.]

Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 2354
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Re: Prier pour Vincent Lambert et sa famille divisée

Message non lu par Nanimo » mer. 22 mai 2019, 17:10

la Samaritaine a écrit :
mer. 22 mai 2019, 0:59
www.lefigaro.fr/vox/societe/comment-l-a ... QG5OyN778I

Un article qui aide à prendre de la distance ….
La Samaritaine, Je ne trouve pas que cela aide à prendre de la distance, d'autant plus que la décision de la Cour d'appel de Paris est intervenue après la publication de l'article et contredit la soi-disante victoire des pro-euthanasies qui fait le fond de l'article.

Briscard, Le débat actuel est bon dans le sens où l'on commence à faire une différence entre la phase terminale d'une maladie - ce qui nécessite des soins palliatifs, un accompagnement, et où parfois le patient est branché sur divers appareils - et l'état de handicappé lourd (le cas Vincent Lambert, lequel n'est pas à "débrancher" comme on peut l'entendre dans certains médias). La question en filigrane dans la plupart des messages de ce fil porte sur cette différence : on ne peut pas commencer à parler d'euthanasie, d'arrêt des traitements, etc. pour un patient qui n'est pas condamné à mourir, car là on entre dans l'appréciation de ce qu'est une vie et où allons-nous en fixer le seuil?

Je sais que je répète plus ou moins ce qui a déjà été dit, mais l'idée doit faire son chemin, car la confusion n'est pas acceptable entre ces deux états.

Zélie, Le transfert de Vincent Lambert vers un centre hospitalier plus approprié était aux infos de Rfi, hier tard.
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: Prier pour Vincent Lambert et sa famille divisée

Message non lu par la Samaritaine » mer. 22 mai 2019, 19:22

Nanimo a écrit :
mer. 22 mai 2019, 17:10

Zélie, Le transfert de Vincent Lambert vers un centre hospitalier plus approprié était aux infos de Rfi, hier tard. Nanimo
Seule la "personne de confiance", Rachel Lambert, peut autoriser la décision de transférér son mari dans un autre hôpital, d'autant plus qu'elle a été nommée tutrice légale en 2016. Les parents remuent ciel et terre pour que leur fils soit transféré, ils sont parvenue à plusieurs reprises à arrêter le processus d'ârrêt des soins mais cela ne doit pas faire oublier une chose : ils ne sont pas les personnes référentes concernant leur fils. La loi dit : d'abord le conjoint, si'il n'y en n'a pas, le ou les enfants, ensuite les parents, ensuite les frères et soeurs. Les parents ne sont pas propriétaires de leurs enfants, même si le lien viscéral peut leur donner l'impression qu'ils doivent passer avant tout le monde, On ne peut qu'avoir compassion d'eux sur ce point.

La position de deux parties est irréconciiable : Rachel L. veut laisser son mari partir pour Vincent, pour respecter son souhait et les parents veulent qu'il reste en vie. Vincent Lambert pourrait partir dans un autre hôpital à priori plus approprié à son cas seulement si ils arrivaient à convaincre Rachel de ce transfert. Cela me parait franchement mal barré : elle va porter plainte contre eux pour "atteinte à la vie privée", la mère ayant montré sans son autorisation des images des images de Vincent sur son lit, instrumentalisant ainsi son fils pour gagner à sa cause le plus grand nombre. On est très loin d'une réconciliation...(je suis personnellement ultra choquée par ce fait des images intimes galvaudées ainsi que par les scènes de liesse récentes que je trouve indécentes, hors de toue dignité et recueillement alors qu'un homme vulnérable repose sur son lit de souffrance. La joie dans le recueillement, ça existe...).

Sur le plans spirituel, on sait d'ou vient la division... Nous tous sommes divisés sur le sujet, c'est lié à notre histoire personnelle, notre sensibilité. Pour ma part, j'étais très soulagée qu'on laisse enfin Vincent partir en paix, qu'on le soustrait à cette guerre dont il est l'objet et non pas le sujet, que l'on respecte son souhait, et qu'on lui rende sa mort qu'on lui a volée. C'est mon sentiment : que les progrès techniques de la science qui permettent de maintenir en vie une personne "à le frontière de la vie", qui serait morte 20 ans plus tôt, sont à double tranchant et qu'on vole leutr mort à ces gens qui devraient aller au ciel...
D'autres sur ce fil se sont exprimées dans le sens inverse. Le positionnelment n'est pas lié à la croyance religieuse, il n'y a qu'à lire le courrier des lecteurs de La Croix...

J'ai envie de préciser qu'il ne faut pas confondre la loi Léonetti et une loi autorisant l'euthanasie. Lorsque Vincent a passé une semaine en Belgique en 2011 pour qu'une sommité des états pauci-relationnels donne son avis, on a proposé à Rachel L.ambert à l'hôpital belge l'euthanasie. elle a refusé.
Ce n'est qu'au bout de 2 ans de soins sans progrès à Reims que l'équipe médicale a proposé à sa femme l'arrêt des soins dans le cadre de la loi. (précisément dans son cas : arrêt de l'alimentation), ce qu'elle a fini par accepter.
Sans progrès, c'est à dire : absence de communication avec son entourage, absence de progrès sur le plan neurologique.

L'arrêt des soins en 2013 se fait en conformité avec la loi Léonetti (les soins peuvent être pris comme une obstination déraisonnable) en accord avec la perrsonne de confiance, Rachel.

Ensuite, bataille judiciaire :
Une quinzaine de recours et pourvois en cassassion des 2 parties , 4 ou 5 expertises médico-judiciaires (on s'y perd, voir Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Vincent_Lambert),
lesquelles, à part la première du Tribunal de Châlon en Champagne en 2013, donne raison à la décision prise par le CHU de Reims en lien avec Rachel Lambert, les deux dernières étant celles de la Cour Européenne des Droits de l'Homme et du Conseil d'Etat. Le Comité actuel des Nations Unies pour les personnes handicapées donnera les résultats de sa propre expertise…

Tout ça pour dire que le moins qu'on puisse dire, c'est que Vincent Lambert a été expertisé sous toutes les coutures, à de multiples reprises et que depuis 2014, les expertises déclarent que la démarche d'arrêt des soins est légal, dans ce cas conforme à la loi Léonetti et n'est donc pas une démarche d'euthanasie qui est interdite en France. Et que si les multiples experts de France et des Nations Unies disent que les gestes et regards de Vincent Lambert ne sont pas des marques de communication ni de présence mais sont inhérentes à son état, elles ont, à mon avis, quand même plus de poids que les vidéos volées à l'intimité de Vincent.

Chacun a son positionnement et sa sensibilité mais on peut quand même avoir du respect pour la Loi sans lui faire dire ce qu'elle ne dit pas et du respect pour la personne de confiance que Vincent aimait, Rachel. Quand j'entends la dame médecin -conseil de la mère de Vincent parler sur la pertinence de placer Vincent dans un hôpital spécialisé comme le sien, elle est certainement pertinente sur le plan médical, encore qu'elle n'a pas du avoir le droit d'ausculter Vincent, mais elle zappe complètement la présence de la seule personne référente, Rachel….

Une chose importante : l'application de la loi Léonetti, que ce soit pour Vincent Lambert ou autre, ne met pas en danger la vie des 1600 personnes soignées en état pauci-relationnel parce que la personne de confiance qui les concerne est garante de leur maintien en vie (pour ceux dont le cas est "à la frontière".) La position de la personne de confiance joue un rôle capital dans ces affaires.

Une amie a perdu une tante de 75 ans récemment, elle a fait un AVC. Maintenue en vie (je ne connais pas les détails), les soignants ont demandé aux frères et sœurs leur avis, disant que l'on pouvait poursuivre les soins ou les arrêter dans le cadre de la loi et les 5 frères et sœurs ont demandé l'arrêt des soins. Dans le cas contraire, cette personne serait restée en vie plus longtemps..Il paraît qu'une division extrême comme dans la famille Lambert est très rare...

Zélie a raison : il serait urgent de chacun déposer notre jugement et ,nous mettre à prier. Je pense d'ailleurs que LA solution spirituelle pour cette famille (et non plus une solution médicale ou judiciaire) serait de tous renoncer à savoir ce qu'il faut faire, renoncer à toute décision (le laisser partir ou le maintenir en vie) et prier ensemble le Seigneur pour qu'Il donne Sa Grâce et sa Lumière et certainement viendrait aux yeux de tous une troisème voie, peut-être un miracle, je ne sais pas . C'est mon sentiment. "Un pauvre crie, le Xeigneur entend". Dans cette famille, il ne me semble pas qu'une seule personne puisse entraîner les autres vers cette démarche de pauvreté spirituelle et de renoncement à soi-même et à son propre jugement, expréience certainement crucifiante. Mais ce serait la seule voie pour sortir de la voie satanique et bloquante du "pour ou contre".


En union de prière donc....

En Christ,

Samaritaine

zelie
Senator
Senator
Messages : 983
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Prier pour Vincent Lambert et sa famille divisée

Message non lu par zelie » mer. 22 mai 2019, 20:13

Cher Briscard,
je comprends que vous fassiez part de votre décision particulière et que vous y croyiez dur comme fer. Mais je vous pose la question ; pensez-vous sincèrement, du plus profond de vous-même, qu'une telle détermination, la vôtre, est généralisable à tous?
Prenons un exemple courant: le saut en parachute. On le dit, on l'envisage, on le désire, on se jette à l'eau et on le réserve. Il est payé, réservé, on est content, on va le faire. Le jour arrive, on a un peu de stress. Le moment arrive, le stress est tel qu'on reste planté devant le vide et on se dit "mais qu'est-ce qui m'a pris?" et certains renoncent. On pourrait décliner ça à n'importe quel moment stressant de la vie, non? Pour certains ce sera le mariage, pour d'autres la perte de l'emploi (au point qu'ils préféreront se suicider que le perdre), pour d'autres une simple piqûre; c'est la peur liée au stress, la panique des fois.
J'ai travaillé avec ces gens dont on parle ici ; jamais, jamais je n'ai vu une seule personne demander la mort d'elle-même, même les LIS (Locked-in syndrome) en 30 ans de vie professionnelle. Les seuls dont j'ai entendu parler, c'est récent, moins de deux ans, dans d'autres endroits où les "associations pour le droit de mourir dans la dignité" ont désormais semé leur discours. Qui à mon sens ne va pas dans le sens de la demande de l'Evangile, mais qui reste leur choix.

Je me permets toutefois d'attirer votre attention sur les dérives de ce genre de lois pro-euthanasie et "droit de mourir quand je le décide" : je connaissais aussi un couple, des amis plus que proches, qui ayant choisi de mourir ensemble avant de vieillir, se sont suicidés chimiquement à leur domicile, laissant derrière eux enfants et petits-enfants stupéfaits de douleur; ils n'étaient pas mourants, loin de là, ni même vieux (moins de 65 ans), et je ne sais pas comment ils ont pu avoir accès au cocktail médicamenteux qu'ils ont bu (ils ont laissé deux lettres derrière eux expliquant toute leur démarche). Sociologiquement, on ne peut prendre le risque de telles dérives et laisser ce genre de phénomène se généraliser, sinon demain tout le monde se suicidera encore plus facilement qu'aujourd'hui... et pour un oui ou pour un non. Je ne peux imaginer une maman se suicidant parce qu'elle traverse une dépression, un papa se suicidant parce qu'il perd son travail, un jeune idem parce qu'un mot de trop; il y a déjà assez de drames sans loi glissant au fil des ans vers l'autorisation du suicide (qui est déjà légal en Suisse et dans quelques états américains, ne l'oublions pas).
Je vous souhaite une excellente soirée, que Dieu guide chacun de vos pas.

Sinon merci encore Nanimo de votre sens de la synthèse; vous avez très bien résumé le débat et le faux débat et j'espère que ce sera plus clair pour la suite du fil.
Pour le transfert de VL, je n'ai trouvé que des propositions, pas des nouvelles vérifiées.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

zelie
Senator
Senator
Messages : 983
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Prier pour Vincent Lambert et sa famille divisée

Message non lu par zelie » mer. 22 mai 2019, 21:00

l'application de la loi Léonetti, que ce soit pour Vincent Lambert ou autre, ne met pas en danger la vie des 1600 personnes soignées en état pauci-relationnel parce que la personne de confiance qui les concerne est garante de leur maintien en vie (pour ceux dont le cas est "à la frontière".) La position de la personne de confiance joue un rôle capital dans ces affaires..
Voilà, on touche à un autre point sensible. La personne de confiance est nécessairement un proche, conjoint, puis enfant, puis parent de l'handicapé. Et là c'est la loterie; quoi qu'ai eu comme conviction la tante de 75 ans dont vous parlez, c'est la conviction de la personne de confiance qui a primé. Mais il y a autant d'avis que de personnes, et nos enfants ne sont pas forcément chrétiens ou communistes parce que nous nous le serions.
En l'absence d'engagement antérieur de la tante, rien ne prouvait qu'elle aurait été d'accord. On sait aussi que l'idée d'avoir à payer ou s'occuper d'une vieille personne est aversif de nos jours, alors si la personne âgée n'est pas la maman mais juste une soeur...
Voyez-vous, malgré toutes mes idées chrétiennes et mes engagements, si demain j'ai un accident et qu'on demande à mes frères quoi faire, je peux vous garantir que je n'aurais pas une mort chrétienne, ni sacrements, ni accompagnement, rien. Pourtant j'ai des frères adorables. Mais dans l'histoire, même avec la meilleure volonté du monde, je n'aurais pas une mort dans la lignée de ce que j'ai toujours prôné ou demandé. Pas parce qu'ils l'ignorent, non, juste parce que ce n'est pas leur avis, et que l'avis d'un croyant est systématiquement discriminé par les non-croyants. Et ça, c'est déjà un glissement sur lequel il faudrait s'interroger avant de faire de lois. Donc à mon sens, oui, déléguer le pouvoir de vie ou de mort à des proches met un pouvoir trop grand dans les mains d'un tiers, qui justement parce qu'il va réagir avec sa sensibilité et son vécu et son amour (...ou pas) et ses propres angoisses, se retrouve en position inadaptée, et ne peut prendre une décision qui ne sera que la sienne, pas celle du premier concerné.

Je pense que beaucoup ici ont connu le bouillon d'onze heures, et bien là on y retourne. Les petites vieilles n'étaient pas dupes, quand elles se tournaient, au delà du fils, vers la belle-fille et lui disait qu'elles savaient ce que contenait le bouillon mais le buvait quand même... Les gens vont réagir avec leur sensibilité, pas avec celle de l'handicapé, qui entre sa décision quand il était bien portant et sa décision du jour de la sédation mortelle, a eu le temps de changer d'avis, mais ça on n'en sait rien.

Je voudrais aussi souligner que l'euthanasie active par sédation profonde dont Vincent Lambert a fait l'objet lundi 20 mai est abusive même pour un malade en état végétatif irréversible, (selon moi) mais existe dans le cadre de la Loi Léonetti; pourtant, dans le cas précis de Vincent Lambert, cela aurait été un meurtre.
Le "traitement qui peut avoir pour effet secondaire d'abréger sa vie" (cf Loi Léonetti) a été pensé pour les malades en phase terminale cancéreuse, et se composait d'un cocktail d'anti-douleurs géré par le malade lui-même quant à la posologie.
Dans la loi, il est devenu plus général, c'est à dire applicable à toute situation de souffrance, formulé sous la forme "sédation profonde et poursuivie jusqu'au décès" et à la main d'un proche, et ça, ça aurait dû être débattu bien plus éthiquement, car là, on parle exactement du même acte qu'on inflige au chien ou au chat dont on ne veut plus.
Vous allez me dire "mais warf, Zélie, tu exagères, tu mélanges tout!" Mais non!!! L'euthanasie, au départ prévue pour un animal blessé à mort, uniquement dans le cas "d'abréger ses souffrances" est devenu de nos jours un droit à faire mourir son chien pour n'importe quel motif, comme un déménagement ou une envie de changer de chien, on voit ça tous les jours, et cela, parce qu'on en a fait un droit! Les propriétaires d'un animal peuvent l'amener sain à un cabinet et demander sa mort sous motif qu'il est agressif sans avoir aucunement devoir de le prouver et obtenir qu'on tue le chien en 5 minutes. L'avortement n'a pas suffi comme leçon de boite de Pandore de tous les excès et de tous les glissements? Il faut encore que maintenant on tue les vieux et les blessés, les déclassés de la rentabilité?
Il ne faut pas être dupes : si la loi a été écrite ainsi, c'est dans un but économique décomplexé. Il n'en a pas toujours été ainsi, mais là, on nous manipule par défaut d'information. Or, c'est à nous citoyens de faire changer les lois qui au final nous desservent.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités