Bibliographie liturgique

« Ceci est mon corps, qui est livré pour vous ; faites ceci en mémoire de moi. » (Lc 22.19)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions liturgiques
jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3132
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Bibliographie liturgique

Message non lupar jeanbaptiste » sam. 05 avr. 2014, 16:37

Bonjour à tous, voici une petite bibliographie commentée d'ouvrages sur la liturgie.

N'hésitez pas à venir parler des ouvrages que vous avez lus !

Vivre la liturgie

L'Esprit de la Liturgie, Joseph Ratzinger, ed. Ad Solem 2001

Comme son nom l'indique il s'agit moins d'un ouvrage de science liturgique (même s'il s'appuie largement dessus), qu'un livre de spiritualité liturgique. Joseph Ratzinger ne fait pas œuvre ici d'historien de la liturgie mais de pédagogue. Son objectif principal est de nous faire entendre, sentir, voir, comprendre la liturgie. Ratzinger n'est pas tellement préoccupé par les disputes liturgiques (il ne les évite pas non plus, mais ça n'est pas son objet), le ton général est assuré et tranquille.

L'auteur réintroduit la liturgie dans son histoire pour mieux la comprendre au présent.

Il y a, selon moi, deux grandes intuitions dans cet ouvrage : la filiation entre la liturgie juive du Temple et la liturgie chrétienne ; la dimension cosmique de la liturgie (dont l'orientation est l'un des grands signes).

L'ouvrage se divise en quatre parties :

++ L'essence de la liturgie

++ Le temps et l'espace dans la liturgie

++ Art et liturgie

++ La forme de la liturgie

S'il n'y avait qu'un ouvrage à garder dans cette liste, ce serait celui-ci.

Il ne fera pas de vous un "spécialiste" en histoire de la liturgie. Il fera bien mieux : il vous rendra la liturgie vivante.

La foi au risque des liturgies, Nicola Bux, Artège 2011

Voici un bon complément au livre de Ratzinger. Il est à la fois plus "systématique" dans son approche, quasiment tout y est traité : art, obéissance, créativité, confessionnal, ambon, musique, liturgie de la parole, liturgie eucharistique, homélie etc. Chaque élément a son chapitre.

Mais il est également moins "riche" que l'ouvrage de Ratzinger, moins "profond" pourrait-on dire. Le ton n'est pas non plus le même. On y ressent parfois un peu la colère et l'empressement, ainsi qu'une certaine exaspération pour le manque d'obéissance des fidèles (qu'ils soient laïcs ou religieux).

Un bon complément du livre de Ratzinger, certainement. Mais je ne le recommande pas comme premier livre, même s'il est plus facile d'accès. Le ton un peu sentencieux peu rebuter, surtout si on n'a pas d'abord intégré "l'esprit de la liturgie", qui nous permet de mieux comprendre les exaspérations de l'auteur.


Histoire de la liturgie

La liturgie des Heures, Robert Taft, Brepols 1991

C'est ouvrage est considéré comme un "classique" en ce qui concerne l'histoire de la liturgie des heures. Assurément l'ouvrage est passionnant. On traverse toute l'histoire de la prière des heures, en Orient comme en Occident. L'auteur ne prétend pas "combler les trous", quand il expose une hypothèse il le dit clairement. Quand il ne sait pas, il le dit également. Une démarche d'historien sérieux.

La table des matière parle d'elle-même :

I. La formation de la Tradition
1. La prière chrétienne dans le Nouveau Testament et ses sources juives
2. La prière quotidienne dans l'Église pré-constantinienne
3. L'Office cathédral en Orient au 4e siècles
4. L'office monastique égyptien au quatrième siècle
5. L'office monastique urbain en Orient
6. L'Office monastique en Occident : Afrique du Nord, Gaule, Irlande et péninsule ibérique
7. Les Heures monastiques en Italie
8. Les Heures cathédrales en Occident.
9. Les vigiles de type cathédral.
10. Quæstiones disputatæ : les origines des nocturnes , de matines et de prime.
11. Conclusion : structure monastique et structure de type cathédral.
2. L'office divin dans l'Orient Chrétien
1. Office arménien
2. Office assyro-chaldéen
3. Les traditions syrienne-occidentale et maronite
4. L'office copte
5. Le rite éthiopien
6. L'office byzantin
3. La liturgie des heures dans les traditions occidentales
1. De la liturgie au livre de prière : le passage de l'office au bréviaire
2. L'office romain
3. La liturgie des heures dans les églises de la Réforme
4. La signification théologique et spirituelle de l'office
1. Vers une théologie de la liturgie des heures
2. La liturgie des heures, école de prière de l'Église

Tout cela en 358 pages ! Autant dire que l'auteur ne fait pas dans la littérature. Tout est très ramassé, ce qui rend la lecture parfois difficile. Je pense particulièrement aux sections sur les rites orientaux plus difficiles d'accès pour quelqu'un qui ne connaît quasiment rien à ces rites.

Je n'ai pas retenu grand chose de la quatrième partie. On trouve aussi bien, voire mieux, ailleurs. La force de l'ouvrage est sur sa partie historique.

Certains reprocheront ses points de vue sur la réforme liturgique de Paul VI. Qu'importe que vous soyez ou non en accord avec l'auteur, il ne faudrait pas que ces points de vue sur l'histoire récente vous écarte d'une profonde analyse de l'histoire ancienne.

Je retiens particulièrement deux choses dans cet ouvrage :

1. Tout le développement sur la distinction entre rite monastique et rite cathédral, que je trouve très convaincant.
2. Les réflexions sur le passage, en occident, d'une liturgie "chantée" au livre de prière "privé" (le "bréviaire").

L'auteur est très critique sur le point 2. À raison. Il va jusqu'à reprocher à la réforme de Paul VI d'avoir été conçue à partir de l'esprit de "Trente" : comme un livre de prière lue structuré sur l'office monastique . Mais il apprécie sa flexibilité qui, selon lui, permet de réintroduire la dimension proprement liturgique, communautaire, chantée de cette prière, en utilisant au maximum les rubriques.

Pour ma part, la lecture de tout cet ouvrage m'a conduit à penser que la liturgie des heures selon Paul VI a deux mérites :

1. Retrouver le sens de l'office cathédral (plus adapté aux communautés non-monastiques : prêtres, laïcs etc.), tout en préservant une filiation avec l'office monastique .
2. Faciliter la réintroduction du chant liturgique (choix possible du vernaculaire, moins de psaumes, plus de souplesse au niveau des rubriques, sanctoral beaucoup moins "encombrant" etc.), tout en étant, aussi, un vrai livre de prière "lue".

En fait, que ce soit dans le missel ou dans l'office des heures, la liturgie de Paul VI distingue bien la liturgie lue de la liturgie chantée. Le déroulement est différent, les pièces sont différentes.

Certes, à l'origine la liturgie est communautaire et chantée. Certes. Mais il faut faire preuve de pragmatisme, aussi. La liturgie lue, le bréviaire, est un usage suffisamment ancien dans notre culture pour être entrée dans la Tradition et être une pratique devenue inévitable.

C'est un ouvrage important.

La messe à l'envers, Marc Levatois, Jacqueline Chambon 2009

Un livre à la fois très accessible, passionnant, et qui nous apprend beaucoup sur l'histoire de la liturgie en Occident.

L'auteur est agrégé de géographie et son ouvrage est particulièrement marqué par la question architecturale. Mais il ne s'arrête pas là, loin de là.

Les points saillants sont les suivants :

1. La question de l'architecture de l'espace sacré dans les églises en quatre grandes parties :
a. Avant le Concile de Trente.
b. Après le Concile de Trente.
c. Avant Vatican II.
d. Après Vatican II.
2. La question du sens du sacré juste après Vatican II.
3. La question liturgique aujourd'hui (nouveau mouvement liturgique, traditionalisme etc.)

Trois choses m'ont frappées dans cet ouvrage :

A. La présentation de la liturgie avant le Concile de Trente, avec ses jubés, ses antependium, qui nous montre une liturgie occidentale finalement très proche de l'orientale.

B. La violence de la réforme du Concile de Trente avec ses destructions de jubé, disparition de mobiliers cachant la vue de l'autel etc. Ce qui m'a fait penser que le Concile Vatican II était au fond un vrai Concile de Trente "bis" (dans les deux la question "catéchétique" est au centre de la réforme liturgique).

C. Les discours critiques à l'égard du sacré dans l'après Vatican II. Certains sont proprement terrifiants.

Les Pères de l'Église et la liturgien, Cassingena-Trévedy, DDB 2009

Je suis très mitigé sur ce livre que je n'ai jamais achevé et commencé deux fois.

Le meilleur du livre ce sont assurément les citations des Pères de l'Église qui nous présente des églises des premiers siècles qui connaissent des problèmes d'assistance finalement guère différentes des nôtres. Il y a également de très belles réflexions sur la liturgie de la part de ces même Pères.

L'ouvrage est divisé en 4 grandes parties :

1. L'assemblée
2. L'accès
3. L'action
4. L'expérience

La structure est claire et simple, pourtant on perd rapidement le fil du discours. La faute au style ampoulé et pesant de l'auteur.

Pourtant il faut reconnaît que l'ouvrage n'est en soi pas bien difficile. Les citations des Pères nous tiennent largement en éveil, et son magnifiques (merci à l'auteur pour nous les faire découvrir !). Mais l'auteur brode énormément autour des mêmes thèmes, dilue le discours dans des paraphrases excessives et une attention trop "grammairienne" aux mots latins et grecs.

Bref, comme dans tout ses ouvrages, Cassingéna-Trévedy ne peut s'empêcher de dire tout ce qu'il sait et de s'étendre à l'excès sur les mots qui lui plaisent. On assiste, au fond, au monologue entre l'auteur et ses passions, et on finit par se sentir un peu étranger à tout cela.

Et *c'est bien dommage car l'ouvrage regorge de perles !*

C'est la raison pour laquelle je le conseille, malgré tout. C'est un ouvrage laborieux, long, mais plein d'excellentes choses.

C'est aussi un ouvrage incroyablement frustrant ... comme tout ce que j'ai pu lire de Cassingéna-Trévedy.

Chante et Marche I : les introïts de la messe, Cassingena-Trévedy, Ad Solem 2013

Un ouvrage sur les pièces d'entrée du Graduel Romain.

Même problème que pour le précédent : verbeux, long, mais plein de choses passionnantes.

Deux conseils : ne lisez pas l'introduction incroyablement longue, verbeuse et pleine de digressions inutiles. Laissez tomber les analyses musicales, illisibles, et concentrez-vous sur les analyses historiques qui sont passionnantes.


An introduction to the Reform of the Roman Breviary 1911-1913, Paul Cavendish, Usus Antiquor

http://www.maneyonline.com/doi/abs/10.1 ... 7800388932

http://www.maneyonline.com/doi/abs/10.1 ... 9307352217

L'histoire de la réforme, méconnue, du bréviaire en 1911 en deux parties passionnantes.

Cela relativise largement, pour les esprits "critiques", la nouveauté de la réforme de Vatican II (mais pas sa radicalité).


Histoire du bréviaire romain, Pierre Batiffol

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k81445x

Le texte est un peu ancien, mais toujours valable pour l'essentiel.

Analyses des pièces liturgiques.

Habeamus Gratiam : les collectes du temps ordinaire && La spiritualité de l'Avent à travers ses collectes && Méditations sur les oraisons du temps de Noël && Méditations sur les oraisons du Carême && Méditations sur les oraisons du temps Pascal, Patrick HALA o.s.b., éd. Solesmes

Voici des ouvrages merveilleux !

Les collectes du missel (forme ordinaire), analysées et expliquées : sens spirituel ; sources bibliques, patristiques, magistérielles ; origine (sacramentaire gélasien, léonien etc.).

C'est riche passionnant et utile à votre prière.

Louange Vespérales, Patrick Hala, Solesmes

La même chose pour les hymnes des Vêpres, du Complies et des petites heures du Temps ordinaire : sens spirituel ; histoire ; analyse stylistique ; sources etc.

Indispensable !

Les mots de la messe, Michel Dangoisse, Ad Solem 2009

Une critique de la traduction française actuelle du missel, et une proposition de traduction.

Très intéressant, car l'auteur gratifie le tout d'une explication de chaque pièce de la messe.

La question de la réforme.

The Bugnini-Liturgy and the Reform of the Reform, Laszlo Dobszay

http://media.musicasacra.com/pdf/dobszay-bugnini.pdf

Une analyse critique de la réforme de Bugnini et des proposition de réforme de la Réforme.

C'est un livre passionnant, même si on ne partage pas les idées (tout ou partie) de l'auteur.

Personnellement, je ne suis pas d'accord sur tout, mais les propositions de réforme sont très intéressantes.

Mon principal désaccord concerne l'analyse de la relation entre la réforme de Bugnini et ce qui était demandé par Sacrosanctum Concilium.

Si mes souvenirs sont bons (j'ai lu ce texte il y a quelque temps), Dobszay fait partie, avec Dom Alcuin Reid, des liturgistes qui pensent que la réforme de Bugnini est une trahison de ce qui fut demandé par les Pères du Concile.

Qu'ils aient été plus loin sur certains points, c'est une évidence. Mais dire que les Pères ne voulaient rien d'autre que le missel de Jean XXIII avec quelques amendements est, me semble-t-il, une erreur.

Une analyse détaillée de Sacrosanctum révèle : que la répartition du cycle des lectures sur plusieurs années était demandée ; ainsi que la répartition des psaumes sur plusieurs semaines ; ainsi que la suppression de prime et la contraction des petites heures en une seule (ou trois au choix) etc.

Collects of the Roman Missals : A Comparative Study of the Sundays in Proper Seasons before and after the Second Vatican Council, Lauren Pristas, Bloomsbury 2013

http://www.amazon.com/Collects-Roman-Mi ... 0567033848

Une analyse comparée des collectes des dimanches (hors temps ordinaire) dans les missels de Jean XXIII et de Paul VI.

Le but de l'ouvrage est de tenter une comparaison scientifique de la spiritualité des deux missels au travers des collectes.

Le travail est sérieux et passionnant. Les analyses sont riches et les présentations de chaque temps liturgique sont excellentes.

Il y a aussi d'importantes pages sur la manière dont le Consilium a travaillé.

Mais l'ouvrage souffre d'un handicap énorme : il ne prend pas en compte les collectes de la semaine !

C'est un problème extrêmement important. Pourquoi ? Parce que sans cela on ne peut qu'aboutir à l'idée que le missel de Paul VI est moins riche thématiquement que le missel de Jean XXIII, notamment en ce qui concerne le Carême.

En effet, Sacrosanctum Concilium demandait expressément que l'on redonne au dimanche son caractère pascal :

106. Revalorisation du dimanche
L’Église célèbre le mystère pascal, en vertu d’une tradition apostolique qui remonte au jour même de la résurrection du Christ, chaque huitième jour, qui est nommé à bon droit le jour du Seigneur, ou dimanche. Ce jour-là, en effet, les fidèles doivent se rassembler pour que, entendant la Parole de Dieu et participant à l’Eucharistie, ils fassent mémoire de la passion, de la résurrection et de la gloire du Seigneur Jésus, et rendent grâces à Dieu qui les « a régénérés pour une vivante espérance par la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts » (1 P 1, 3). Aussi, le jour dominical est-il le jour de fête primordial qu’il faut proposer et inculquer à la piété des fidèles, de sorte qu’il devienne aussi jour de joie et de cessation du travail. Les autres célébrations, à moins qu’elles ne soient véritablement de la plus haute importance, ne doivent pas l’emporter sur lui, car il est le fondement et le noyau de toute l’année liturgique.
C'est précisément pour cette raison que le missel de Paul VI présente des collectes des dimanches du Carême au caractère moins pénitentiel. La dimension pénitentielle du Carême est à rechercher dans les pièces liturgiques de la semaine.

Si l'on prend en compte l'intégralité du missel (ainsi que la liturgie des heures), les conclusions de Pristas sont beaucoup moins convaincantes.

Cela dit, l'ouvrage est plutôt unique dans son genre et se révèle passionnant sur bien des points. À lire !

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: Bibliographie liturgique

Message non lupar Peccator » sam. 05 avr. 2014, 23:32

Superbe travail, qui sera bien utile à tous ceux qui veulent approfondir leurs études liturgiques. :clap:
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36


Revenir vers « Liturgie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit