Scientifiques et croyants inhibés ?

Informatique - NTIC - Web 2.0 - Robotique - Mathématiques - Bioéthique
pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1269
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Scientifiques et croyants inhibés ?

Message non lu par pierrot2 » mer. 12 août 2020, 4:45

Bonjour,

Je me demandais pourquoi le caractère indéterminé de l agnosticisme semble se propager au milieu chrétien. Je pense à la conception virginale de Marie, qui curieusement ne fait que rarement débat, y compris sur ce forum. La foi devrait pourtant inspirer des interrogations, une curiosité à partager ou au moins des hypothèses en marge de ce fameux "heureux celui qui croit sans avoir vu", quitte à être la risée de notre monde de science qui ne croit pas sans avoir vu.. :clown:
Immaculée conception et résurrection les premières..
Pourquoi, selon vous, une telle inhibition?

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 937
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Argentoratum

Re: Scientifiques et croyants inhibés ?

Message non lu par Kerygme » mer. 12 août 2020, 11:21

Bonjour Pierrot2,

Par définition un débat est un échange entre individus ayant des avis, idées, réflexions, opinions plus ou moins divergentes. N'y a t'il pas suffisamment de sujets qui nous font perdre du temps en le consacrant au plaisir de la chicane plutôt qu'à l'édification ?

La première idée qui me vient à l'esprit serait : quelle est la nécessité de débattre d'une vérité de foi (deuxième concile de Constantinople en 553) pour alimenter ce sport national qu'est la controverse ? Si la conception virginale de la Sainte Vierge ne fait pas débat c'est peut être parce qu'il y a un véritable consensus, soyons heureux de cette unité qui passe par elle.

Et puis si comme moi vous considérez la Vierge Marie comme votre Maman du Ciel, vous comprendrez l'absence d'envie de "débattre" de la virginité de ma Mère ou de ma mère (perpétuelle ou non). Il doit y avoir une autre part qui entre en jeu : la pudeur.
Ni Jésus ni les Apôtres n'abordent ce sujet en dehors de l'annonce de l'ange. Par contre Origène, Saint Augustin, Saint Thomas d'Aquin, Saint Bernard de Clairvaux et probablement bien d'autres ont écrit sur ce sujet.

En cette approche de la Solennité de l'Assomption c'est plutôt la grande sainteté d'une vie discrète qui m'interroge et tout particulièrement cet enseignement qu'elle nous laisse : "« Tout ce qu’il vous dira, faites-le. »" (Jean 2,5 - version AELF).
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1237
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Scientifiques et croyants inhibés ?

Message non lu par cmoi » mer. 12 août 2020, 20:21

pierrot2 a écrit :
mer. 12 août 2020, 4:45
Bonjour,

Je me demandais pourquoi le caractère indéterminé de l agnosticisme semble se propager au milieu chrétien. Je pense à la conception virginale de Marie, qui curieusement ne fait que rarement débat, y compris sur ce forum. La foi devrait pourtant inspirer des interrogations, une curiosité à partager ou au moins des hypothèses en marge de ce fameux "heureux celui qui croit sans avoir vu", quitte à être la risée de notre monde de science qui ne croit pas sans avoir vu.. :clown:
Immaculée conception et résurrection les premières..
Pourquoi, selon vous, une telle inhibition?
Quelle curieuse présentation d’un sujet que la vôtre ici, Pierrot2 !
Votre première phrase semble constater une montée de l’agnosticisme au sein même du catholicisme, ce qui serait à déplorer donc, et en chercher la cause.
La seconde présente un exemple qui en fait est un contre-exemple et donc annule la première au lieu de l’illustrer.
La troisième regrette l’absence ou la rareté d’une attitude plus « critique » de la foi, mais cette fois dans le bon sens à promouvoir donc, en y mettant pour limite que cela ne se fasse pas « à la manière du monde » et donc des agnostiques et scientifiques incroyants.
Vous citez ensuite 2 dogmes, l’un déjà cité, L’Immaculée Conception, l’autre de la Résurrection. Et vous dénoncez enfin une sorte d’inhibition préjudiciable à la foi.
Ouf !

Que vous répondre ? Ce à quoi cela m’a fait penser, quand je m’oriente dans le sens que vous souhaitez (car c’est l’attitude chrétienne par excellence, sinon la réponse de Kerygme me semble aussi bonne et pleine de bon sens !)…

Alors voilà : certains dogmes ont été mis à mal ces dernières décennies par, on va dire pour faire plaisir, des résidus de courants modernistes (libéralistes, progressistes, etc.). Ceux qui l’ont fait ont fini par être chassés ou moyennant amende honorable réintégrés (Jean-Paul II a fait ce travail).
Ce n’était pas tant des hérésies qui étaient en cause, que des remises en cause pures et simples de contenus de la foi.
Il est à noter que certains de leurs « représentants » se sont révélés être tout à fait « purs » doctrinalement et seulement porteurs de nouveautés surtout pastorales pour s‘adapter à leur environnement (exemple Dom Helder Camara avec sa théologie de la libération, ce qui n’est pas le cas d’autres adeptes de ce courant…).

Les changements liturgiques induits par Vatican II ont provoqué une désertion massive et les modernistes en question en ont profité pour s’y infiltrer et y distiller leurs « élucubrations » (parmi des nouveautés tout à fait respectables), lesquelles relevaient de considérations sentimentales, psychologiques ou sociologiques n’ayant plus rien en commun avec la foi sinon d’en être une expression possible….
Là encore, le ménage a été fait, il convenait d’y appliquer une grille de discernement.


Les avancées de Vatican II ont été mises à mal sur quelques points par des courants réactionnaires, qui invoquaient la tradition (plus que des dogmes) et se sont fait les champions de « la vérité », mais une vérité stationnaire et qui ne répondait pas à des enjeux nouveaux, tandis que les autres devenaient ceux de la charité.
Quid pour l’immense majorité de ceux qui continuèrent à pratiquer et qui se retrouvèrent au milieu d’une arène où compter les coups ? D'autant que tout cela ne concernait que certaines parties du monde !


Eh bien les énergies dépensées dans les querelles induites ont laissé de côté toute une réflexion qui semble être celle que vous voudriez, et qui conduirait à un approfondissement des données de notre foi.

Elles semblent s’être déplacées au niveau des théologiens sur les textes bibliques, notamment avec tout un travail relatif à ce qui s’appelle l’exégèse historico-critique et qui existe depuis le XVII siècle mais qui a pris une grande ampleur. Cette étude a pris une tournure assez scientifique et impertinente, mais elle a eu le mérite d’éclairer pas mal de choses.
Benoit XVI a essayé de recadrer celle-ci sur la personne de Jésus et son message. Il a aussi essayé de le faire à propos de certains sujets mis en litige par les résistances traditionalistes (limbes, purgatoire, salut.)

Je pense que vous avez raison. Il y a eu un grand perdant que certains mouvements charismatiques ont essayé de combler, mais le dogme n’est pas leur fort ! Beaucoup de dogmes sont pris « scolairement » pour ce qu’ils sont et se sont donc appauvris, ils ont perdu leur richesse de fermentation (certains théologiens avaient trop peur de se faire « allumer » par des intégristes et d’affaiblir l’Eglise, les autres se sont concentrés sur des sujets peu « porteurs »).
En parallèle, bien des pratiques de vies chrétiennes et d’oeuvres de charité ou de miséricorde se sont vues dispersées et sont sorties du giron de l’Eglise avant d’y être peu à peu réintégrées – ou intégrées. Ainsi on a incorporé ou ajouté aux retraites traditionnelles des techniques novatrices de guérison faisant appel à des dimensions de la personne jusqu'alors peu prises en compte.
Un certain nombre de scandales financiers ou de meurs se sont fait jour, aussi.

Un approfondissement du dogme de la Trinité devrait par exemple régler son compte à la question du filioque qui entretient un litige stupide avec les orthodoxes. Une confrontation avec eux dans un esprit de rassemblement œcuménique mais surtout de « retour aux sources de la foi » devrait permettre d’affiner bien d’autres choses.
Il y a toute une vie de foi et de prière qui est à redécouvrir à travers les évangiles, avec quelque chose qui relèverait de la vie contemporaine et qui prendra un autre nom que « l’ascèse », devenu vieillot, mais qui en serait une nouvelle intégrant les recherches en méditations, contemplation, guérisons spirituelles, etc.
Etc.

Il est à noter aussi qu’au niveau international la vie politique et la paix, la défense de la liberté religieuse, certaines évolutions de société, ont dû mobiliser beaucoup d’énergies et que bien du temps y a été consacré. N’oublions pas tous les voyages de Jean-Paul II, les JMJ, d’autres initiatives comme à Assises, etc ; il fallait témoigner que la foi catholique était toujours d’actualité, mobilisatrice, et son message, porteur d’espérance…

Une fois qu’on a décrit tout cela, ce qui est plus ou moins vrai et contestable, on n’a pas dit grand-chose…. Quoique…On peut se dire dans un tunnel, entrevoir la lumière par où bientôt s’en sortir, et bénéficier de puits d’aération.
Avec 2000 ans d’histoire, on a de quoi respirer…

Thurar
Censor
Censor
Messages : 126
Inscription : dim. 19 janv. 2020, 13:59
Conviction : Catholique

Re: Scientifiques et croyants inhibés ?

Message non lu par Thurar » mer. 12 août 2020, 21:03

Un approfondissement du dogme de la Trinité devrait par exemple régler son compte à la question du filioque qui entretient un litige stupide avec les orthodoxes.
Cmoi, apparemment vous n'êtes pas catholique, alors de quoi vous vous mêlez ? Pourquoi vous venez faire du prosélytisme orthodoxe sur un forum catholique ? Vous n'êtes pas d'accord sur le ''filioque'', croyez ce que vous voulez, mais laissez-nous tranquille, merci.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1237
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Scientifiques et croyants inhibés ?

Message non lu par cmoi » mer. 12 août 2020, 21:20

Thurar a écrit :
mer. 12 août 2020, 21:03
Un approfondissement du dogme de la Trinité devrait par exemple régler son compte à la question du filioque qui entretient un litige stupide avec les orthodoxes.
Cmoi, apparemment vous n'êtes pas catholique, alors de quoi vous vous mêlez ? Pourquoi vous venez faire du prosélytisme orthodoxe sur un forum catholique ? Vous n'êtes pas d'accord sur le ''filioque'', croyez ce que vous voulez, mais laissez-nous tranquille, merci.
Et c'est vous qui prétendez ne pas aimer la polémique !
Alors qu'au liieu de réfléchir sur le fond vous vous en prenez aux personnes...
Mais vous vous foutez du monde et je ne vais plus vous lâcher...
Prouvez-moi d"abord que mon propos n'est pas catholique, car sans quoi c'est vous qui ne l'êtes pas.
Quand à savoir si je le suis, catholique, vous n'avez qu'à me lire.

Thurar
Censor
Censor
Messages : 126
Inscription : dim. 19 janv. 2020, 13:59
Conviction : Catholique

Re: Scientifiques et croyants inhibés ?

Message non lu par Thurar » mer. 12 août 2020, 21:25

cmoi a écrit :
mer. 12 août 2020, 21:20
Thurar a écrit :
mer. 12 août 2020, 21:03


Cmoi, apparemment vous n'êtes pas catholique, alors de quoi vous vous mêlez ? Pourquoi vous venez faire du prosélytisme orthodoxe sur un forum catholique ? Vous n'êtes pas d'accord sur le ''filioque'', croyez ce que vous voulez, mais laissez-nous tranquille, merci.
Et c'est vous qui prétendez ne pas aimer la polémique !
Alors qu'au liieu de réfléchir sur le fond vous vous en prenez aux personnes...
Mais vous vous foutez du monde et je ne vais plus vous lâcher...
Prouvez-moi d"abord que mon propos n'est pas catholique, car sans quoi c'est vous qui ne l'êtes pas.
Quand à savoir si je le suis, catholique, vous n'avez qu'à me lire.
Alors déjà, calmez-vous.
Je ne m'en prends pas aux personnes, je vous demande pourquoi vous vous mêlez de théologie catholique alors que vous êtes orthodoxe (de ce que j'ai compris ? )

Mais effectivement, j'aurais mieux fait de me taire et ne pas polémiquer.

Thurar
Censor
Censor
Messages : 126
Inscription : dim. 19 janv. 2020, 13:59
Conviction : Catholique

Re: Scientifiques et croyants inhibés ?

Message non lu par Thurar » mer. 12 août 2020, 21:28

Prouvez-moi d"abord que mon propos n'est pas catholique, car sans quoi c'est vous qui ne l'êtes pas.
Vous êtes contre le filioque. Mais bon, peu importe.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1237
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Scientifiques et croyants inhibés ?

Message non lu par cmoi » mer. 12 août 2020, 21:33

Thurar a écrit :
mer. 12 août 2020, 21:28
Prouvez-moi d"abord que mon propos n'est pas catholique, car sans quoi c'est vous qui ne l'êtes pas.
Vous êtes contre le filioque. Mais bon, peu importe.
Vous n'en savez absolument rien et je vous défie de trouver de ma part un tel avis exprimé depuis que je suis sur ce forum.
En plus être "contre" le filioque cela ne veut rien dire, et c'est hors sujet.
Si vous expliquiez un peu mieux ce que vous en comprenez on pourrait en parler, mais vous exprimer ainsi coupe court à tout, et c'est bien un procédé cavalier.
Par ailleurs vous dites "peu importe" alors pourquoi l'avoir relevé alors que ce n'était pas le sujet de fond ?
Il faudrait au moins que vous soyez cohérent. que cherchez- vous ?

Thurar
Censor
Censor
Messages : 126
Inscription : dim. 19 janv. 2020, 13:59
Conviction : Catholique

Re: Scientifiques et croyants inhibés ?

Message non lu par Thurar » mer. 12 août 2020, 21:39

.
Dernière modification par Thurar le mer. 19 août 2020, 23:52, modifié 1 fois.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1237
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Scientifiques et croyants inhibés ?

Message non lu par cmoi » mer. 12 août 2020, 21:41

Thurar a écrit :
mer. 12 août 2020, 21:25
cmoi a écrit :
mer. 12 août 2020, 21:20


Et c'est vous qui prétendez ne pas aimer la polémique !
Alors qu'au liieu de réfléchir sur le fond vous vous en prenez aux personnes...
Mais vous vous foutez du monde et je ne vais plus vous lâcher...
Prouvez-moi d"abord que mon propos n'est pas catholique, car sans quoi c'est vous qui ne l'êtes pas.
Quand à savoir si je le suis, catholique, vous n'avez qu'à me lire.
Alors déjà, calmez-vous.
Je ne m'en prends pas aux personnes, je vous demande pourquoi vous vous mêlez de théologie catholique alors que vous êtes orthodoxe (de ce que j'ai compris ? )

Mais effectivement, j'aurais mieux fait de me taire et ne pas polémiquer.
Je n'avais pas lu ce post... Je suis très calme, mais vous ne pouvez pas provoquer les gens et ensuite prétendre que c'est de leur faute s'ils vous répondent.
Je l'ai écrit il y a déjà plusieurs jours au moins, je suis redevenu catholique puisqu'il vous faut des catégories et étiquettes.

Un propos par ailleurs a la valeur qu'il a, peu importe l'appartenance de celui qui le tient, elle est dans son propos et seulement là, sinon c'est cela faire un procès d'intention.
Il ne suffit pas d'écrire que "vous ne vous en prenez pas aux personnes pour que ce soit vrai... Relisez-vous !l

SI un sujet vous intéresse, parlons en, mais sérieusement, pas en se lançant des "positions" à la figure et sans argument.
C'est cela qui est complètement stérile et agaçant, car ce n'est pas la première fois que vous le faites me concernant et qu'ensuite vous effacez votre post...
J'ai toujours respecté l'avis des autres et cherché à mieux le connaître et comprendre,, j'attends la même chose des autres et donc à ce qu'ils exposent le leur et n'en fassent pas des motifs d'agression.

Je vous rappelle que l'Eglise catholique prône l'oecuménisme, que si vous n'êtes pas d'accord avec c'est vous qui êtes dans l'irrégularité.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1237
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Scientifiques et croyants inhibés ?

Message non lu par cmoi » mer. 12 août 2020, 21:54

Thurar a écrit :
mer. 12 août 2020, 21:39
Baissez d'un ton, svp, et arrêtez de m'insulter comme vous l'avez fait sur l'autre sujet (''déviant''). Allez, désolé si je vous ai ''heurté'' et au revoir.
Vous ne savez donc pas ce que c'est qu'une insulte..!. Mais si vous vouliez durcir le ton ou me tester, alors vous aurez appris que je sais très bien le faire.
Si toutefois vos excuses sont sincères je les accepte.
Il n'en reste pas moins que si vous êtes intervenu sur un sujet qui n'était pas et de loin encore une fois prioritaire dans mon post, cela a une raison, et à priori c'est qu'il vous intéresse - sinon j'aimerais en connaître la raison car elle me concerne directement.
Alors on peut en parler, du filioque ou de cette raison, sinon c'est une autre façon de me faire maintenant encore violence.
Car le plus agaçant et inutile, c'est de laisser entendre que vous connaissez le sujet et avez dessus une opinion véritable, mais sans jamais en parler.

J'essaye juste de vous faire comprendre certaines règles essentielles pour qu'un dialogue soit ouvert et possible.
Si ce que vous vouliez me dire, c'est simplement que ma présence sur ce forum vous gène, dites-le franchement sans trouver de prétexte et donnez vos raisons, ou même seulement votre ressenti ! Au moins ce sera franc...

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1269
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Scientifiques et croyants inhibés ?

Message non lu par pierrot2 » jeu. 13 août 2020, 6:41

Kerygme a écrit :
mer. 12 août 2020, 11:21
La première idée qui me vient à l'esprit serait : quelle est la nécessité de débattre d'une vérité de foi (deuxième concile de Constantinople en 553) pour alimenter ce sport national qu'est la controverse ?
Je suis peut-être pour ma part trop environné de gens qui pratiquent la langue de bois.
Alors, je vous remercie de votre réponse.
La controverse, soit dit en passant, permet peut-être de faire progresser les idées, de se corriger lorsque l échange n a pas été éludé, qui aura éventuellement apporté des éléments propices à l élévation.
Sans un minimum de controverse, veuillez m en excuser, svp, on ne risque rien, il est bien vrai, sauf une stagnation, ce qui n est sans doute pas votre ambition.
Kerygme a écrit :
mer. 12 août 2020, 11:21
Et puis si comme moi vous considérez la Vierge Marie comme votre Maman du Ciel, vous comprendrez l'absence d'envie de "débattre" de la virginité de ma Mère ou de ma mère (perpétuelle ou non). Il doit y avoir une autre part qui entre en jeu : la pudeur.
Il ne vous aura pas échappé que c est dans la rubrique science que j ai créé ce fil.
Peut-être la neutralité de l approche scientifique ne vous rassure t elle pas assez, ou bien mes intentions ne vous semblent éventuellement pas saines.
Pourtant, la science n est à priori pas malsaine dans sa démarche.
Kerygme a écrit :
mer. 12 août 2020, 11:21
Si la conception virginale de la Sainte Vierge ne fait pas débat c'est peut être parce qu'il y a un véritable consensus, soyons heureux de cette unité qui passe par elle.
Si nous pouvons nous féliciter de cette unité, ayant du goût pour l unité, nous pouvons également lui trouver un goût un peu fade..
Kerygme a écrit :
mer. 12 août 2020, 11:21
Et puis si comme moi vous considérez la Vierge Marie comme votre Maman du Ciel, vous comprendrez l'absence d'envie de "débattre" de la virginité de ma Mère ou de ma mère (perpétuelle ou non).
Vous avez tronqué mon propos.
Je n interrogeais pas sur la virginité de Marie, a laquelle, vous avez raison de vouloir préserver tout ce qui peut y avoir d intime.
J interrogeais sur la conception virginale.
Là, me semble-t-il, il y a des éléments qui ne relèvent pas de l intimité, font partie du "matrimoine" commun aux enfants de Marie.
Par exemple, Jésus avait-il 2n chromosomes, ou n, et de qui les tenaient-il?
Kerygme a écrit :
mer. 12 août 2020, 11:21
En cette approche de la Solennité de l'Assomption c'est plutôt la grande sainteté d'une vie discrète qui m'interroge et tout particulièrement cet enseignement qu'elle nous laisse : "« Tout ce qu’il vous dira, faites-le. »" (Jean 2,5 - version AELF).
Merci de partager cela

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1269
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Scientifiques et croyants inhibés ?

Message non lu par pierrot2 » jeu. 13 août 2020, 6:54

Cher Thurar,
Je ne pense vraiment pas que cmoi intervienne sur ce fil comme un commercial zélé pour l orthodoxie. Sa démarche a toujours été de reconnaître où est la vérité. C'est vrai que je ne lis pas toujours ses longs développements, mais je le crois humble, doué d empathie. Pour finir, je partage avec lui le sentiment frustré de constater les divisions du monde chrétien. C'est une spiritualité, je trouve, d enfant de Dieu, attentif à Lui plaire..

Thurar
Censor
Censor
Messages : 126
Inscription : dim. 19 janv. 2020, 13:59
Conviction : Catholique

Re: Scientifiques et croyants inhibés ?

Message non lu par Thurar » jeu. 13 août 2020, 7:04

Oui, je reconnais que je n'aurais pas dû intervenir parce que ce n'est pas à moi de faire la loi sur ce forum, désolé.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1237
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Scientifiques et croyants inhibés ?

Message non lu par cmoi » jeu. 13 août 2020, 8:03

Thurar a écrit :
jeu. 13 août 2020, 7:04
Oui, je reconnais que je n'aurais pas dû intervenir parce que ce n'est pas à moi de faire la loi sur ce forum, désolé.
Cette confession vous honore mais ne croyez pas que je disais agressivement que je ne vous lâcherai pas.
Vous avez parfaitement le droit d'exprimer votre opinion, et croyez-moi ou non, je souffre pour vous de vous voir ne pas savoir le faire autrement (c'est ce que je constate) que d'une manière qui ne vous corresponde pas (de votre propre aveu).
Encore une fois, vous pouvez tout me dire (en tout cas me concernant) du moment que vous respectez votre conscience et l'intégrité de mon propos.
Si mon attitude vous choque ou trouble ou perturbe ou ... écrivez-moi par MP, je vous donne même le droit de m'y insulter pourvu que vous soyez sincère et preniez en considération mes réponses (et je tiendrai parole) !
Si vous souhaitez débattre sur le filioque, je ne refuserai pas l'échange, mais faites-le sur un fil dédié. Ici ce n'était pas le sujet.

On peut être contre un usage, une définition (ici théologique), une interprétation, une traduction, un symbole, etc. tout cela prend des significations fors différentes selon ce qui est sous-entendu.
Je n’avais pour ma part évoqué qu’une question, telle qu’elle se présentait en motif de division au lieu d’en être un d’émulation. Et si vous repreniez mes interventions précédentes à son sujet (sans lesquelles vous n’auriez eu aucune raison de la relever à supposer qu’il y en eût une, car c’est un fait reconnu qu’elle représente à elle seule les autres et pas que pour moi) vous sauriez que la seule chose que je lui reproche, à cette question, c’est précisément d’être un motif de division et non de réflexion pour une approche plus fine du mystère de la Trinité, dont, si encore vous m’aviez lu, j’ai plusieurs fois considéré être regrettable la réflexion s’il et si elle devaient servir à cela.

Par conséquent relever la chose comme vous le faites revient à vous opposer franchement à ce que cette division cesse, ce qui me semble être souvent caractéristique de votre démarche en toute discussion mettant en jeu un désaccord.
Cela quand on sait par l’évangile de Jean et par un nombre considérable de versets, comment le Christ a insisté et prié pour l’union de ses disciples, au moment le plus crucial de communion avec eux de toute son existence !
Sans oublier Mathieu (5 :23/24) « Tu auras beau offrir ton offrande sur l’autel, si là tu te souviens que ton frère a un grief particulier contre toi, laisse là ton offrande sur l’autel et va d’abord te réconcilier avec ton frère, ensuite tu offriras ton offrande. »

Ne croyez pas que j'intervienne ici pour briller ou je ne sais quoi de personnel, et ces longs post me demandent du temps que je préférerai passer autrement car je ne les écrit pas pour moi. Mais si on fait quelque chose, on doit bien le faire, et la religion, la foi, il n'y a rien de plus sérieux

A chaque fois qu’il y a eu depuis ma présence sur ce forum un débat de fond sur ce qui constitue votre désaccord (en tant que traditionaliste) avec l’Eglise catholique de Rome, le seul argument que vous (n’en faites pas un cas personnel !) ayez souvent su employer avec succès a été le silence (ou l’invocation incantatoire du mal pernicieux qui ronge l’Eglise contemporaine), alors que de toute évidence vous profitez de la moindre occasion pour l’éviter ce silence quand il s’agit de chicaneries.
Reprocher à votre interlocuteur qu’il n’est pas l’interlocuteur adéquat pour défendre un argument contre lequel vous ne savez pas quoi répondre (alors que je n’en employais même pas contre vous ! il faut croire que vous me craignez beaucoup, moi ou ma prose…ce qui me confond profondément comme d'un malentendu ), est encore une façon lâche de botter en touche.
Vous est-il à ce point difficile de rendre compte de votre position ? Cela se comprend (et devrait vous faire réfléchir) mais n’est pas très pédagogique (pour une critique soft)…
Ce reproche de prosélytisme que vous n’êtes pas le seul à me faire en montant en épingle de très courts extraits sortis de leur contexte, je ne me permettrai jamais d'en faire un à qui que ce soit et je vous laisserai en juger vous-même...
Votre fonction ou votre rôle n'ont rien à y voir pour moi.

Pensez qu’entre le prosélytisme et l’apostolat, la différence est bien subtile et pourrait bien ne tenir qu’à l’authenticité de la vraie foi, ce qui se prouve mais justement autrement et s'il le faut jusqu'au martyr !
S'il n'y a pas sur ce forum un seul de mes propos pour lequel je ne serai pas vraiment prêt à donner ma vie (et ma vie l'a souvent prouvé sur des points précis concernant la charité ou la paix), il ne faudrait pas confondre cette attitude avec une fébrilité, un scrupule, un jugement, une maniaquerie spécieuse, un désir de "se la jouer", un mouvement d'humeur ou que sais-je encore. Je partage ici (où sinon?) ma foi, ou ce que mon intimité avec Jésus m'a donné, et je m'abstiens bien plus souvent que le contraire d'intervenir quand il me faudrait critiquer (ce que je n'aime nullement, mais cela me semble si urgent et nécessaire quelquefois, et si je le fais (à contre-coeur) c'est que je pense que la personne à qui je m'adresse saura en faire la part des choses et "s'examiner". Ce sera à elle de savoir ce qui en est vrai pour elle.
Je ne demande pas mieux qu'être corrigé moi-même, pourvu que cela soit juste (et peu m'importe même la forme alors que cela prendra).

Pierrot2 je suis vraiment déçu : comment, vous ne lisez pas tout ce que j'écris ! :-D

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité