Le clonage humain

Informatique - NTIC - Web 2.0 - Robotique - Mathématiques - Bioéthique
mgls
Censor
Censor
Messages : 83
Inscription : dim. 09 mai 2004, 19:40
Localisation : Compiègne (Oise)
Contact :

Le clonage humain

Message non lu par mgls » ven. 21 janv. 2005, 16:00

Pourquoi refuser le clonage ?

ARGUMENT SCIENTIFIQUE
Le clonage "thérapeutique" a pour but d'obtenir des cellules embryonnaires pour faire de la recherche en vue de trouver de nouvelles thérapies.
Or :
Le clonage est inutile : la thérapie avec les cellules souches embryonnaires est un leurre. En Grande Bretagne, la recherche sur les embryons est autorisée depuis 15 ans. Elle ne donne aucun résultat thérapeutique (à la différence de la recherche sur les cellules souches adultes).
Le clonage est dangereux : les cellules embryonnaires injectées ne sont pas contrôlables. En raison de leur extradordinaire potentiel de différenciation, l'organisme receveur ne sait pas contrôler leur développement. Elles se transforment en cellules tumorales (cancéreuses). 100% des clones (animaux) sont anormaux...
Le clonage n'est pas thérapeutique : aujourd'hui la communauté scientifique reconnaît qu'il n'a aucune perspective thérapeutique à envisager à court et moyen terme avec le clonage. Le document de l'Unesco "Human cloning" édité en 2004 précise même : "puisque la notion de thérapeutique suggère que le clonage peut avoir des applications bénéfiques, ce qui aujourd'hui semble complétement injustifié, il est plus approprié de modifier ce terme positif et d'utiliser un mot plus neutre, le clonage de recherche."

ARGUMENT FINANCIER
La recherche sur le clonage disperse les ressources et ralentit les soins car la thérapie avec les cellules embryonnaires ne donne pas de résultat et la tentative du clonage humain ne fait que complexifier cette recherche. Tout l'argent investi dans ces recheches ne l'est pas dans la recherche sur les cellules souches adultes...

ARGUMENT JURIDIQUE
Le clonage dit "thérapeutique" et le clonage dit "reproductif" sont en fait un seul et même clonage embryonnaire humain. Seule l'intention finanle change.
Or le droit pénal précise que :
. la tentative est punissable comme l'acte commis,
. pour qualifier l'infraction, les mobiles sont inopérants.
Considérer la fin poursuivie pour autoriser un "bon clonage" ou condamner un "mauvais clonage" est donc irrecevable en droit pénal.

ARGUMENT FEMINISTE ET HUMANITAIRE : RISQUE D'EXPLOITATION DES FEMMES
Pour obtenir 1 clone vivant humain il faudrait au minimum entre 50 et 100 ovocytes. Par exemple pour soigner les 17 millions de patients diabétiques aux Etats-Unis, il faudrait si on prend 10 ovules par femme, 85 millions de femmes en âge de procréer. Quels sont les pays où l'on prendra ces ovules ?

ARGUMENT MORAL
Le clonage thérapeutique : un double crime
Il est contestable d'affirmer que le clonage thérapeutique est moins grave que le clonage reproductif. Il est au contraire doublement illicite, car il suppose déjà le crime de clonage reproductif puis le crime d'interrompre une vie, celle de cet embryon.
"France, qu'as-tu fait de ton baptême ?" Jean-Paul II (Le Bourget - 1er juin 1980)

mgls
Censor
Censor
Messages : 83
Inscription : dim. 09 mai 2004, 19:40
Localisation : Compiègne (Oise)
Contact :

Clonage humain

Message non lu par mgls » lun. 21 févr. 2005, 21:33

Après trois années de tergiversations, l’Assemblée générale des Nations Unies a voté à une très forte majorité pour l’interdiction totale du clonage humain et des expérimentations sur les embryons. C’est une grande victoire de la vie contre les forces de mort qui en l’occurrence étaient représentées dans le débat par la France et l’Allemagne. Ces deux dernières nations défendant le principe du clonage à des fins thérapeutiques. L’ONU demande aux pays adhérents à l’organisation d’adopter de manière urgente une législation mettant hors la loi toutes formes de clonage. Lesquelles sont considérées comme incompatibles avec la dignité humaine et la protection de l’homme.

C’est le Costa Rica qui, épaulé par le Saint Siège et les Etats-Unis, a réussi un véritable prodige en rassemblant les pays hostiles à toute forme de clonage. À ce jour nous ne tenons pas encore le texte qui a été voté. Mais nous savons que l’argumentation déployée était que l’usage des embryons n’était ni plus ni moins qu’une forme d’esclavage ; laquelle est moralement condamnable.

Toute la semaine dernière a été consacrée à cette discussion laquelle était conclue par un texte présenté in fine par le Honduras. Ce qui a permis de sortir d’une longue impasse.

La discussion semble s’être focalisée sur le terme de « vie humaine » et de « être humain ». Le premier terme sous-tendant l’enfant non-né, le second s’appliquant essentiellement à l’enfant-né. C’est ce dernier point de vue qui a été défendu par les pays engagés dans des expériences de clonage : Singapour, Belgique, Royaume-Uni. Rappelons qu’en France, rendant une visite dans le service du pr. Frydman, le ministre Douste-Blazy a affirmé que de telles expériences seraient bientôt autorisées dans notre pays.

L’accent a enfin été donné sur le trafic d’ovules qui se développe dans le cadre du clonage, véritable exploitation vénale de la femme.

Les pays qui permettent le clonage se trouvent théoriquement désormais en position délicate sur le plan international. Mais rappelons que l’ONU est selon le mot de De Gaulle « l’inorganisation des nations désunies ». Son pouvoir est limité. Plusieurs pays ont d’ailleurs fait savoir qu’ils ne tiendraient pas compte de cette résolution. Quoiqu’il en soit il s’agit là d’une énorme victoire des défenseurs de la vie permettant l’ouverture vers d’autres débats.

Association Catholique des Infirmières et Médecins (ACIM)
21 février 2005
http://acimed.free.fr
"France, qu'as-tu fait de ton baptême ?" Jean-Paul II (Le Bourget - 1er juin 1980)

mgls
Censor
Censor
Messages : 83
Inscription : dim. 09 mai 2004, 19:40
Localisation : Compiègne (Oise)
Contact :

Bioéthique : la surenchère

Message non lu par mgls » mer. 05 oct. 2005, 13:31

Des scientifiques français faisant fi de l’humanité de l’embryon au nom des hypothétiques bénéfices de son exploitation, exercent un lobbying sur les responsables politiques en faveur de nouvelles dérives scientistes.

La pétition en faveur du clonage dit "thérapeutique" lancée le 17 juin par dix scientifiques français de premier plan, dont deux anciens prix Nobel de médecine, est-elle en passe de rallier la classe politique ? C’est l’inquiétude de Christine Boutin. Par un communiqué diffusé le 27 septembre, la présidente du Forum des Républicain Sociaux, jugeait "suspecte" la "précipitation" du groupe d’études parlementaire Application des technologies en génétiques et problèmes éthiques à vouloir, dès l’ouverture de la session parlementaire, discuter cette pétition. Selon elle on risque une tentative de légalisation du clonage "thérapeutique".
Autre thème récurent d’un lobbying effréné : les mères-porteuses. Comme pour les "bébés-médicaments" dont la validation s’était accompagnée d’une reformulation positive avec l’expression "bébé du double espoir", c’est l’expression à connotation altruiste de "gestation pour autrui" qui est promue. On ne compte plus les plaidoiries en sa faveur dans la presse, émaillées d’histoires à faire pleurer dans les chaumières. Le dernier argument de l’association Maia, interrogée par l’AFP le 16 septembre : protéger les candidates à cette pratique des trafics qui fleurissent sur Internet.
Frustrés par la loi bioéthique de 2004, qui ne va pas aussi loin qu’ils l’espéraient, même si elle ouvre la boîte de Pandore de l’expérimentation sur l’embryon, nos scientistes lorgnent sur leurs homologues anglo-saxons qui manipulent, vendent et achètent de l’humain à tout va : outre-Manche, on vient de produire un embryon humain portant l'ADN de deux mères.
Parce que "elle viole au moins trois interdits", cette première a été dénoncée par le président de l’Académie pontificale pour la vie. "Un vrai clonage va être effectué, l'embryon sur lequel est prélevé un noyau est supprimé et on va créer un nouvel embryon implanté à une femme qui devient une mère de substitution", a contesté Mgr Sgreccia, en précisant qu’il s’exprimait "du point de vue de la morale, et pas seulement catholique". Qu’à cela ne tienne, le Vatican est considéré comme l’ennemi public n°1 par les scientistes : certains refusent carrément que des garde-fou éthiques puissent entraver leur sacro-sainte "course au progrès".
Ils jalousent leurs collègues asiatiques, affranchis d’une morale judéo-chrétienne accusée de tous les maux. Pour eux, l’Italie fait figure de mouton noir : sa loi bioéthique est la moins transgressive de la planète, le référendum du printemps dernier, combattu par l’Eglise, n’ayant pas réussi à la rendre plus laxiste faute d’atteindre le quorum de 50% de votants. De plus, la péninsule a "produit" l’apprenti sorcier le plus provocateur, ce célèbre docteur Antinori, qui ne s’embarrasse d’aucune limite. On peut certes trouver encore pire que ce "gâcheur" accusé de ternir l’image de la science : la secte Raël continue d’annoncer d’invérifiables naissances de bébés clonés.

Effet boomerang ?

A propos du clonage justement, certains scientifiques comme le professeur Axel Khan ont mis en garde contre l’abus du qualificatif de "thérapeutique". Conçu comme un sésame à accoler aux mots qu’on veut réhabiliter, il pourrait bien provoquer la suspicion du public, par un effet boomerang, dès lors qu’il ne tiendrait pas ses belles promesses.
Faut-il rappeler que les dérives bioéthiques se sont développées, en France comme ailleurs, dans la totale clandestinité ? Avant la réussite de leurs fécondations in vitro, les procréateurs artificiels ont conçu des embryons humains à seules fins de recherche, utilisant leur propre semence et les ovocytes de femmes auxquelles ils avaient fait subir une stérilisation, pratique tout aussi illégale à l’époque.
Aucun n’a fait son mea culpa. C’est dire avec quelle prudence il faut écouter ceux qui en appellent aujourd’hui à la légalisation de certaines pratiques en invoquant tour à tour, d’un ton angélique, la nécessité de sortir de l’hypocrisie et les difficultés de tous ordres générés par les interdictions, en prenant soin de nier une évidence : l’humanité de l’embryon... Il y plus d’un siècle d’autres experts montraient le même obscurantisme lorsqu’ils plaidaient le maintien de l’esclavage.

France Catholique
"France, qu'as-tu fait de ton baptême ?" Jean-Paul II (Le Bourget - 1er juin 1980)

pere Nathan
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 2
Inscription : dim. 12 août 2007, 17:16

Re: Clonage humain

Message non lu par pere Nathan » dim. 12 août 2007, 17:43

Une vision du clonage à partir de la Métaphysique et de la Bible, voilà qui convient à l'importance du sujet.
Le site catholiquedu.net apporte ce travail depuis 10 ans, et le scoop biblique qu'il vient d'apporter vaut son pesant d'or :amoureux:
Elle décrypte en éxégèse biblique le passage du prophète Daniel ( 9, v.26 & 27) et lui trouve une confirmation innattendue avec le travail d'exegèse monosyllabique du CESHE ( C.d'Etude Scientifique et Historique) : je cite une de ces notes de traduction: sur http://catholiquedu.free.fr/ONU25.htm
[2] On pourrait donc traduire ainsi ces passages : «26. A l’époque de la fin, la science s'imposera et l'emportera sur le spirituel. En commençant par la méthode d’avortement, touchant à la vie, ils atteindront l'âme [au moment où elle est] créée par Dieu. Le démon mènera le monde vers la corruption et la mort. 27. Le démon rassemblera des individus grâce à son intelligence maligne et son esprit infidèle. À cette époque, l'homme de science créera des fœtus avec des semences et des cellules congelées inanimées auxquelles il donnera vie ; mais, comment pourra-t-i1 créer une âme ? Son savoir théorique ne pourra rivaliser avec l'Amour et la Science de Dieu. Avant la fin des temps, le malin, 1'usurpateur de Dieu, travaillera à faire naître charnellement par suite de mutations scientifiques de semences et cellules fabriquées occupant le lieu de la féminité[ovule mère] et de l’innocence [ovule fécondé] pour la pire des abominations : négation du principe de la conception-procréation désirée par Dieu, fabrication de copies à partir de particules congelées »

Il faut lire ce que la bioéthique a censuré :censure: et que Vigilance-Clonage-International, ont décrypté à propos de la loi française du 6 aout 2004 et surtout du piège :diable: des décisions en définitive abominatoires des décisions universelles de l'ONU le 8 mars 2005:

Le Primat des Gaules, Archevêque de Lyon, premier prélat du Nouvel Israël qu'est la France, se devait d'être le premier à alerter le monde : la loi votée en France ouvrant les portes au Clonage de l'homme en août 2004 a été désignée par lui comme "la Transgression sans précédent" : "leur intention est diabolique, a-t-il confié aux experts de Vigilance-Clonage-International, ils iront jusqu'au bout".
(...)
Cette échéance est tombée, elle est advenue, elle désole l'Univers entier, depuis la décision de l'ONU du 8 mars 2005 …
La déclaration non-contraignante contre le clonage humain du 8 mars 2005 votée par l’Assemblée Générale de l’ONU relaye l’exemple français d’une grave condamnation morale camouflant simultanément une libéralisation de fait dans la pratique. L’unanimité des nations et des hommes feint d’ignorer la nature de la gravité du clonage humain comme transgression contre la Dignité de l'Arbre de la Vie et de la Présence effective du Créateur...
Lorsque l'ONU veut condamner une pratique universellement inacceptable au plan mondial, elle produit une "résolution" toujours contraignante pour les Etats, ou une "convention"; la déclaration simple indique une condamnation théorique sous-entendant une non-condamnation pratique. Condamnation pratique que l'unanimité des peuples allait décider à l'ONU en 2003, mais qui fut empêchée par l'intervention musclée de la France par les bons offices de son ministre des affaires étrangères, Dominique de Villepin.

Suivi de ces perspectives dans l'Institut Nazareth hébergé par ce site:
http://catholiquedu.free.fr/INSTITUTNAZARETH.htm

Père Nathan

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Le « père de Dolly » renonce au clonage !

Message non lu par Christophe » mer. 21 nov. 2007, 9:12

Une information de première importance sur le sujet, et une excellente nouvelle !
Zenit a écrit :ZF07111910 - 19-11-2007
Clonage : Le « père de Dolly », Ian Wilmut renonce
Désormais « on peut faire autrement »

ROME, Lundi 19 novembre 2007 (ZENIT.org) – Le « père de Dolly », la première brebis clonée, Ian Wilmut, renonce au clonage et se penche sur les cellules souches adultes : les journaux télévisés italiens ont souligné ce revirement spectaculaire à contre courant des financements européens.

La synthèse de presse de la Fondation Jérôme Lejeune revient sur la décision du chercheur britannique (cf. http://www.genethique.org ) qui rejoint la recherche d’un chercheur japonais. En France, cette recherche japonaise est saluée par cette affirmation d’un chercheur : « on ne peut plus dire : ‘il n'y a pas moyen de faire autrement’ ».

Le professeur Ian Wilmut du « Roslin Institute » d'Edimbourg et « père » scientifique de la brebis clonée Dolly, vient d'annoncer qu'il abandonnait ses recherches sur le clonage, au profit de la production de cellules souches sans embryon, a indiqué le « Daily Telegraph » du week-end dernier.

Il renonce donc à exploiter la licence qu'il a obtenue, il y a 2 ans, pour cloner des embryons humains et souhaite désormais se rallier aux recherches du professeur Shinya Yamanaka, de l'université de Tokyo qui, en août 2006, avait réussi à créer des cellules souches adultes, dites « pluripotentes », à partir de cellules de la peau de souris auxquelles il avait ajouté 4 gènes (cf. synthèse de presse du 08/06/07). Un choix éthique et scientifique à la fois.

Ces cellules dites « IPS », aux pouvoirs similaires à ceux des cellules souches embryonnaires, évitent le recours à des ovules et la destruction des embryons. Elles pourraient également déboucher sur la mise au point de thérapies cellulaires.

Depuis, ce travail a été confirmé par 3 équipes américaines et des essais auraient été réalisés avec des cellules humaines par le professeur Yamanaka. Mardi 20 novembre, une nouvelle étude sur ces travaux sera publiée dans le journal scientifique américain « Cell ».

A l'annonce de ces résultats, l'équipe de Ian Wilmut a estimé que ces recherches avaient plus d'avenir que l'utilisation d'embryons. Ian Wilmut lui-même explique que « le travail qui nous est décrit du Japon utilise une technique de modifications des cellules directement d'un malade, en cellules souches, sans passer par un embryon cloné ».

Pour sa part, Jean-Claude Ameisen, président du comité éthique de l'Institut national de la Santé et de la Recherche médicale, en France (INSERM, cf. http://www.inserm.fr/fr/ ), déclare que « le travail de Yamanaka, véritable révolution scientifique, prouve qu'il est possible de reprogrammer des cellules adultes ordinaires et montre que la plasticité des cellules est beaucoup plus grande qu'on ne le pensait ». « Avec cette technique, on ne peut plus dire : ‘il n'y a pas moyen de faire autrement’ », déclare le chercheur.

Sources : Le Figaro (Jean-Michel Bader) 19/11/07 - La Croix (Denis Sergent) 19/11/07 - BBC News 17/11/07

© Innovative Media, Inc.

MB
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 977
Inscription : lun. 26 juil. 2004, 0:03

Re: Clonage humain

Message non lu par MB » mer. 21 nov. 2007, 13:10

Bonjour

Cette dernière nouvelle est réjouissante.
En fait, comme on l'a remarqué une fois, nous sommes dans un cas typique où science et superstition se mélangent : pourquoi des cellules-souches embryonnaires auraient-elles été plus efficaces, d'un point de vue thérapeutique, que des cellules souches adultes ?
En raison de cette espèce de représentation des choses, qui voudrait que des cellules plus proches de la naissance fussent plus "pures", plus "fraîches", moins "corrompues", que des cellules adultes. Bref, un beau cas de pédophilie génétique.

A bientôt
MB

Christian
Senator
Senator
Messages : 975
Inscription : dim. 05 déc. 2004, 10:25
Localisation : Londres

Re: Clonage humain

Message non lu par Christian » mer. 21 nov. 2007, 17:59

Bref, un beau cas de pédophilie génétique.
Joliment dit
:oui:

Je la ressortirai.
;)

Christian

yaumed
Civis
Civis
Messages : 3
Inscription : lun. 31 déc. 2007, 3:05

Re: Clonage humain

Message non lu par yaumed » lun. 31 déc. 2007, 5:48

Tous simplement car les cellules sourches adultes ne sont pas indiférenciées.

(attention je ne prend pas position, mais si les scientifiques pouvaient faire autrement il le ferrait).

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: Clonage humain

Message non lu par Christophe » lun. 31 déc. 2007, 7:41

Salut et bienvenu Yaumed ! :)
yaumed a écrit :Tous simplement car les cellules sourches adultes ne sont pas indiférenciées.
Pouvez-vous expliquer ce que vous entendez par là ? Seul le zygote est totipotent, même les cellules d'un embryon de 7 jour ne sont que pluripotentes.
yaumed a écrit :mais si les scientifiques pouvaient faire autrement il le ferrait
Maintenant, ils peuvent... Cf. mon message précédent dans ce fil. L'information a fait les gros titres de la presse scientifique et même généraliste...

Bien à vous
Christophe
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Après le clonage des vaches et des chiens

Message non lu par etienne lorant » mar. 24 nov. 2015, 16:52

La Chine se propose de cloner les les embryons humains... bientôt des clonages de présidents, d'hommes de loi, d'écrivains... et pourquoi pas de Djihadistes ?
Se faire sauter à répétition, quel progrès !

Le plus grand site mondial de clonage d’animaux est en cours de construction en Chine, avec pour ambition de fabriquer en série chiens, chevaux, et jusqu’à un million de vaches par an, selon la presse chinoise.

Représentant un investissement de 200 millions de yuans (29,4 millions d’euros), ce centre de production comprendra un laboratoire de clonage et une banque de gènes, a annoncé l’agence officielle Chine nouvelle.

Le projet est conduit par la société de biotechnologie chinoise Boyalife et l’entreprise sud-coréenne Sooam Biotech --dont le fondateur fut il y a une décennie au coeur d’une controverse sur le clonage d’embryons humains--, aux côtés de deux instituts de recherche chinois.

L’usine se concentrera sur le clonage d’animaux domestiques, de chiens policiers, de chevaux de course et de vaches, tous destinés à être commercialisés à une échelle industrielle.

La prochaine étape ? Il y a déjà songé :

"Sooam est dirigé par Hwang Woo-suk, qui avait faussement prétendu en 2004 avoir créé les premières cellules souches dérivées d’un embryon humain cloné, une «première mondiale» jugée capitale avant que des spécialistes ne démasquent l’imposteur et révèlent la fraude."

http://www.liberation.fr/planete/2015/1 ... ns_1415767
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Wazabi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 580
Inscription : lun. 29 sept. 2014, 12:12

Re: Après le clônage des vaches et des chiens

Message non lu par Wazabi » mar. 24 nov. 2015, 18:09

Qu'il soit humain, animal ou végétal l'eugénisme est une plaie... Il contribue l'affaiblissement d'une espèce et à sa disparition à terme.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité