Ne nous serrons plus la main, c'est trop dangereux !

Informatique - NTIC - Web 2.0 - Robotique - Mathématiques - Bioéthique
Avatar de l’utilisateur
bellisa
Ædilis
Ædilis
Messages : 23
Inscription : mar. 19 nov. 2013, 19:36

Re: Ne nous serrons plus la main, c'est trop dangereux !

Message non lu par bellisa » mer. 11 déc. 2013, 11:23

Chemin80 a écrit :Le toucher fait partie intégrante des soins, et dans certains services, cette poignée de main est importante pour les patients, surtout ceux qui y sont régulièrement/ à long terme. Cà c'est mon point de vue de soignante.

Et d'un point de vue de malade, car je fréquente les deux côtés, un soignant qui passe par le toucher me rassure énormément, bien plus encore qu'un sourire. Quand le corps souffre, ces petits rien vous rendent un statut de personne, on est plus un numéro de porte de chambre.

Sauf service pointu, si on enlève le peu de geste "humains" vers l'autre, il reste quoi? Surtout qu'avant tout soin on est sensé se laver les mains, aujourd'hui on le peut très facilement avec du gel hydro-alcoolique, donc l'hygiène... Pendant qu'on y est, mettons-nous à 3 mètres des gens pour leur parler, des fois qu'on soit porteur-sain d'un germe respiratoire, etc...

Soyez bénie. merci pour tous ceux qui souffrent, patients comme parents. comme de nous montrer ainsi qu'il y existe des personnels soignants qui agissent simplement , meme avec prudence , avec force d'amour pour celui qui souffre.par une main tendue, plus fort que cette main: le lien d'amour tendre et eternel. bonne semaine à vous et dans vos accomplissements forts charitables. isabelle

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Ne nous serrons plus la main, c'est trop dangereux !

Message non lu par etienne lorant » mer. 11 déc. 2013, 12:15

Merci aussi à Chemin80. C'est bien ce à quoi je songeais : pouvoir serrer la main de quelqu'un, c'est aussi "curatif", rassurant, consolant. Bonjour, vous êtes une personne et moi aussi. Que la poignée de mains puisse être dangereuse, alors là, c'est "fort de café" ! Combien plus dangeureux, avec tous leurs préludes de caresses sur tout le corps: les rapports sexuels ? !?
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: Ne nous serrons plus la main, c'est trop dangereux !

Message non lu par Peccator » mer. 11 déc. 2013, 17:28

Etienne, que je sache, les rapports sexuels ne font partie de la panoplie des soins prodigués par le personnel hospitalier... Encore une fois, ne mélangeons pas tout.


Je ne suis pas non plus stupide ni sans coeur, je sais bien combien les gestes tactiles comptent dans les soins, et dans les rapports à l'autre de manière générale.

Mais si on est conscient qu'une simple poignée de main peut transmettre des agents pathogènes, alors on fait attention à se laver les mains correctement (les flacons de solution hydro-alcoolique, c'est pas que pour les visiteurs...), en prenant le temps de le faire à fond. Et on ne fait pas n'importe quoi après.

Les manquements les plus évidents aux principes élémentaires de l'hygiène, j'en vois tous les jours (et sur des actes bien plus graves que le lavage de mains...).

Et pourquoi cela ? Parce que personne ne réfléchi à ses gestes, à leur portée, aussi bien psychologique que physique. Personne ne réfléchi au malade, la seule chose qui compte, c'est de cocher les cases du plan de soin informatisé pour montrer qu'on a fait son travail. Les médecins n'ont plus un malade, ils ont une batterie d'examens qui leur donne des chiffres à ramener à la normale (sans se poser la question de la pertinence d'un tel retour à la "normale", compte-tenu de la situation). Les soignants n'ont plus un malade, ils ont un plan de soin à réaliser. Je ne parlerai même pas de la famille, dont tout le monde se fout éperdument, et qui n'est qu'un groupe d'emm..deurs.

Les belles leçons sur les gestes d'amour à montrer aux patients, quand je vois ce que je vois tous les jours à l'hôpital, ça ne fait que montrer à quel point le corps médical est devenu un monstre d'hypocrisie. Quand je verrai les médecins et les soignants se rappeler qu'ils s'occupent d'une personne, alors j'accepterai qu'ils me fassent des leçons sur la chaleur humaine que l'on transmet par une poignée de main. Pour l'instant, tout ce que je vois, ce sont des beaux discours quand on cause théorie, et rien en pratique, juste un mépri total de l'humanité des patients.

Et je ne comprend pas, parce que c'était pas comme ça il y a 10 ans...
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

Avatar de l’utilisateur
astre
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1127
Inscription : lun. 24 juin 2013, 19:47
Localisation : Bretagne

Re: Ne nous serrons plus la main, c'est trop dangereux !

Message non lu par astre » mer. 11 déc. 2013, 17:53

Peccator a écrit :Et je ne comprend pas, parce que c'était pas comme ça il y a 10 ans...
Tout simplement, parce qu'avant c'était une vocation ... Comme disait Stendhal : "La vocation c'est avoir pour métier sa passion"... C'était plus qu'un métier ... Ils aimaient leur malade ... et il faut dire aussi qu'ils avaient plus le temps de s'en occuper, maintenant avec le personnel réduit, c'est le malade qui en subit les conséquences ... Malheureusement ...
L'amitié nous fait partager de grands moments de bonheur, mais aussi d'immenses peines. L'important est de partager, de s'écouter, de se soutenir.
Abbé Pierre

Chemin80
Censor
Censor
Messages : 60
Inscription : mar. 30 août 2011, 13:02

Re: Ne nous serrons plus la main, c'est trop dangereux !

Message non lu par Chemin80 » mer. 11 déc. 2013, 18:07

L'hôpital est malade et dysfonctionne, et çà tout le monde le sait. Maintenant ne mettons pas tout et n'importe quoi dans le même sac, des gens qui se posent des questions il y en a plein. Et après vous n'êtes pas sans savoir qu'on doit respecter des recommandations et autres protocoles. Hélas.

Les gels hydro-alcoolique il n'y en a pas que pour les familles, personnellement j'en emploie tous les jours, et pourtant je ne suis pas dans un service de soins pointus, entre chaque soin, chaque patient, etc. On est assez formés pour çà, celui qui ne fait pas ne peut pas dire qu'il n'est pas au courant.

Après concernant la transmission des germes, c'est un fait... Maintenant je ne vois pas où est le problème de serrer une main, à partir du moment où on... Ouvre des portes.

En temps que malade, j'ai toujours eu à faire avec des soignants compétents et humains, quelques brebis galeuses, mais certainement pas une généralité de gens non foutistes, froids, qui bâclent... Je n'ai pas du tout cette vision des soignants, je sais très bien faire la différence entre mon boulot, et lorsque je suis patiente.
J'ai toujours beaucoup eu à redire des prises en charge médicales façons protocoles, certainement pas des humains qui ont fait ce qu'ils avaient à faire comme ils le pouvaient, me concernant je peux remercier les spécialistes qui me suivent car si j'ai une vie normale, un travail à temps plein et une vie de qualité, c'est grâce à ces gens qui me suivent depuis 5 ans maintenant, et c'était loin d'être gagné. En revanche le parcours de soin pose soucis, c'est clair, mais ce n'est pas une affaire de personne, mais bien de système. Alors enlevons la poignée de main, et les effleurages de peau, on arrête aussi? Toucher les poignées de portes? On met un masque pour parler? Les cuisiniers cuisinent avec des ustensiles à usage uniques? On met les gens dans des chambres stériles et on porte une combinaison?

On peut aller loin, ainsi. Mais je ne vois pas où est l'hypocrisie, ou alors j'ai une vision idéaliste de mon métier et des gens qui me soignent. Je suis malade depuis 5 ans, et j'ai aussi ma fille qui a un gros suivi en pédiatrie. On connait l'équipe soignante, elle a ses infirmières préférées, une en particulier qui sait alerter les médecins quand elle a mal, qui s'assied à côté d'elle, lui touche le bras pour la réconforter en lui expliquant ce qu'on va faire, si çà va faire mal tout en dédramatisant, etc. Si on enlève ces petites choses... La pédiatrie ne fait pas exception à la règle, c'est partout pareil.

Pardon pour mon énorme pavé, mais ce sujet en particulier me touche beaucoup.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Ne nous serrons plus la main, c'est trop dangereux !

Message non lu par etienne lorant » mer. 11 déc. 2013, 18:45

Chemin80 a écrit : Pardon pour mon énorme pavé, mais ce sujet en particulier me touche beaucoup.
Ne vous excusez pas, votre témoignage est très important. J'ai vu mon père se battre contre l'acharnement thérapeutique dont il a été l'objet. Je ne m'y attendais pas du tout et j'ai mis du temps à réagir. Le médecin voulait le "rattraper" à coups de sondes nutritives dans les veines du bras, par le nez, en attendant la pose du ""poche nutrionelle" à l'estomac. Mais mon père arrachait les sondes et du coup on lui liait les mains aux montants de son lit ... Quand je l'ai retrouvé ainsi ligoté, un matin, j'ai tout enlevé moi-même. Le personnel infirmier a fait venir le "grand patron" tout de suite. Je lui ai dit : "Nous allons attendre car en plus des sondes, je crois que vous l'avez "calmé" avec des barbituriques ou autres - mais quand il se réveillera, je vais rester ici et je vous préviendrai : il dira alors quelle est sa volonté."

J'ai attendu trois heures, le médecin-chef est revenu et mon père, d'une voix très faible mais bien audible a déclaré : "Je ferai tout ce qu'on voudra, mais je veux manger seul". Puisqu'il avait pu exprimer sa volonté, je me déclarais prêt - avec l'appui des autres membres de ma famille, à l'hospitaliser ailleurs, si l'on ne respectait pas sa volonté. Papa Gabriel est décédé quelques jours plus tard, et je me souviens avoir dit encore: "Non, il n'est pas seulement mort, mais il a encore dû s'évader de la vie". Dans la mort, son visage avait repris sa forme "normale": ses traits n'étaient plus "tirés", et nous nous sommes dit l'un à l'autre: "Incroyable comme on dirait qu'il dort, mais qu'il va se réveiller et nous parler"... Tous ces souvenirs, je vis avec, non de façon morbide, mais bien comme des "signes de Vie"...
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: Ne nous serrons plus la main, c'est trop dangereux !

Message non lu par Peccator » mer. 11 déc. 2013, 19:08

Chemin80 a écrit :Pardon pour mon énorme pavé, mais ce sujet en particulier me touche beaucoup.
Désolé de ma réaction, mais ce sujet me touche aussi beaucoup, et malheureusement je ne peux pas faire le même témoignage que vous. L'année dernière, oui, j'aurai dit comme vous. Mais là, je vois bien que ça a changé, et que l'humanité a déserté l'hôpital. Il ne doit rester que quelques illôts, là où l'équipe ne s'est pas encore fait bouffer par le système...

Je ne supporte plus de lire qu'il est important de serrer la main des gens quand ce que je vois, c'est qu'on laisse mon père crever de soif et de faim, sur son lit d'hôpital.

Et les règles d'hygiène, malheureusement, tout le monde les connaît peut-être, mais je vous assure que tous les jours je vois des énormités. Qu'est-ce que je peux faire ? Je vois, et je pleure. C'est tout ce qu'il me reste.

Tant mieux pour vous si vous avez encore la chance d'avoir une équipe humaine. C'est loin d'être le cas partout. Mais il y en a encore : quand mon père était en soins intensifs de cardio, là l'équipe était bien (faut dire qu'ils étaient jeunes aussi... pas encore usés, probablement). Ca me fait bizarre de me dire que c'était il y a tout juste un mois... Depuis qu'il est sorti de soins intensifs, c'est l'enfer. Et on ne trouve pas de solution...
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

Chemin80
Censor
Censor
Messages : 60
Inscription : mar. 30 août 2011, 13:02

Re: Ne nous serrons plus la main, c'est trop dangereux !

Message non lu par Chemin80 » mer. 11 déc. 2013, 23:09

Les équipes de soins intensifs, généralement, sont top. Je pense que c'est le cas pour les unités dites "pointues". Je suis aussi dans une spécialité, complètement différente mais très spécifique et assez dure, où nous travaillons correctement, sans vantardise. Mais dans ces unités spécifiques, on a généralement des moyens parce que des budgets différents, plus de personnel... Cà compte, c'est l'argent le nerf de la guerre, dans les hôpitaux, l'intérêt n'est pas de bien soigner, pour nos dirigeants, mais de faire de l'acte avec un minimum de moyens.

La volonté des patients, tout un débat, les personnes en situations de vulnérabilité devraient toujours choisir mais ce n'est pas le cas.
Je pense qu'aujourd'hui on est effectivement perdus dans un marasme de procédures et machins-trucs politico-économiques, remercions nos derniers gouvernements d'avoir voulu faire de l'hôpital une entreprise lucrative où on sert tous les budgets au détriment du personnel et des patients. Malgré mon idéalisme, je suis d'accord avec vous concernant le fait que les patients morflent depuis quelques années des aberrations du système. D'ailleurs n'importe quel médecin ou soignant hospitalier seraient de votre avis je pense.
Je ne pense pas que ce soit une baisse des "vocations". Pratiquer un métier où on voit la souffrance, la mort, l'humain dans tout ce qu'il a de plus archaïque... Très sincèrement, si on aime pas, on s'en rend rapidement compte pendant les études. En revanche je n'énumérerais pas ce qui rend maltraitant, mais à la base, je ne pense pas que ce soit courant de tomber sur un soignant maltraitant au sortir des études, c'est très rare. Tout un système se met en place (qui n'excuse pas, soyons clairs, mais c'est une réalité qui dépasse tout et que nos dirigeants ne veulent pas voir).

De mon point de vue "pragmatique", la poignée de main représente pour moi un des derniers gestes possibles dans les unités lourdes. Si on perd même ces petites choses, que reste-t'il? Quand on voit que les gens sont véritablement soignés à la chaîne, quand on touche au lourd... Je reste convaincue que même en travaillant à la chaine, on peut se servir de nos sens pour rendre de l'humanité, c'est la moindre des choses.
Mais il est clair que les repas sont un véritable calvaire dans les unités lourdes... Je plains les personnes pas entourées, je pense particulièrement aux maisons de retraite.
En çà je vous rejoint complètement, ceci ne m'empêche pas de penser qu'il y a plein de gens valables dans les services de soins!

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités