Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Littérature - Fiches de lecture - Biographies - Critiques - Essais - Philologie
Avatar de l’utilisateur
Foxy
Quæstor
Quæstor
Messages : 310
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lupar Foxy » mer. 23 juil. 2014, 17:39

Je suis entrain de lire "les enfants de l'école du diable"
de Sylvette Desmeuzes- Balland


Résumé :

Une chronique villageoise dans les années 1950 en Bretagne rurale et le regard d'une petite fille sur sa mère institutrice à l'école laïque, l'école du diable...

Ils s'appellent Marie, Hervé, Roger, Nadège..., orphelins de l'Assistance, sans le sou, cancres, bons à rien, et sont les élèves de l'école laïque de Brennac. Au coeur de la Bretagne rurale des années 1950 où l'église régente tout, l'école sans Dieu, républicaine, gratuite et mixte, est encore l'école du diable !
Mais les jets de cailloux de « ceux du privé », le mépris des « bien-pensants », l'hostilité du maire qui refuse le plus petit centime pour acheter des craies ou un poêle à une classe déjà dépouillée de tout n'altèrent en rien l'énergie de l'institutrice, Julia, qui, en un véritable sacerdoce, s'acharne envers et contre tous à mener dignement ses protégés vers un minimum de « savoir-faire à défaut de savoir ».
Elsa, huit ans, raconte ici son enfance imprévisible et brosse un bouleversant portrait de sa mère, héroïne des temps modernes. Ainsi défile une chronique profondément humaine sur l'engagement et l'école pour tous.
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Jean-Mic
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2207
Inscription : mar. 07 févr. 2012, 20:17

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lupar Jean-Mic » lun. 18 août 2014, 20:46

Ceux de 14, de Maurice Genevoix, journal de guerre.

Je dois dire que ce matin, alors que je lisais un passage où l'auteur montant en ligne croisent les blessés de la première ligne qui se replient (pour ceux qui le peuvent encore) vers l'arrière et l'ambulance, j'ai eu de peine à garder mon petit déjeuner :mal: :mal: :mal: ... Terrible, poignant, ...

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9683
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lupar Fée Violine » lun. 18 août 2014, 21:54

Les Mémoires d'Outre-Tombe (Chateaubriand) :coeur:

L'astragale (Albertine Sarrazin) :coeur:

Milla
Barbarus
Barbarus

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lupar Milla » dim. 24 août 2014, 13:10

À la découverte du chinois d'Emmanuel Cornet.

Comme il le précise lui-même, il ne s'agit pas d'une initiation au chinois ou d'un guide de conversation. Il présente, dans les grandes lignes, la façon dont fonctionne le mandarin, et apporte des précisions sur les caractères, les tons, la formation des nouveaux "mots", la grammaire (conjugaison, forme interrogative....) et beaucoup d'autres choses. Tout ça est très intéressant, cette langue fonctionne tout à fait différemment de celles que nous avons l'habitude de côtoyer.

Lady Susan de Jane Austen.

J'aime beaucoup Jane Austen, mais j'ai moins aimé ce roman épistolaire (pas tout à fait achevé, si j'ai bien compris). La conclusion - qui, elle, ne prend pas la forme d'une lettre... comme si l'auteur en avait eu assez - arrive comme un cheveu sur la soupe et me semble plutôt lourde.

Jean-Mic
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2207
Inscription : mar. 07 févr. 2012, 20:17

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lupar Jean-Mic » lun. 08 sept. 2014, 18:05

Ceux de 14, de Maurice Genevoix, journal de guerre.
Je viens de le terminer ce matin. J'ai été plus long que d'habitude, il faut dire que c'est un pavé de 600 pages, regroupant quatre livres successifs. Le dernier, intitulé "les Éparges", aurait pu s'appeler "la nausée", tant les épisodes racontés vous secouent.

Il paraît qu'il a été censuré pendant de longues années et qu'il n'a été édité intégralement qu'en 1947 ou 1949 ... parce que la guerre, c'est moche, c'est sale, ça tue et ça mutile, ça coupe les hommes en deux, ça fait ressortir la cervelle et les boyaux, ça noie dans la boue ... parce que les hommes en sont réduits à attendre "qui sera le prochain ?", à pleurer, à espérer la "bonne blessure" (celle qui ne mutile pas et envoie à l'arrière), ... ou à ne plus rien éprouver du tout, tant c'est au-delà du pensable.

Terrible ! Terrifiant !
Et une très belle langue que celle de Maurice Genevoix.

À LIRE ! (Mais de préférence, pas si vous avez des idées noires).
Une question après ces pages : comment ces survivants sont-ils revenus chez eux après tant d'horreur et d'inhumanité ?

Jean-Mic

SergeA
Senator
Senator
Messages : 687
Inscription : ven. 03 oct. 2014, 15:29
Conviction : Catholique
Localisation : Lyon région

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lupar SergeA » jeu. 16 oct. 2014, 13:36

Quelques précisions concernant mes précédents messages : les homélies spirituelles de saint Macaire sont publiées aux éditions de l'abbaye de Bellefontaine dans la collection spiritualité orientale.
Par ailleurs, en guise d'introduction au travail du père Justin Popovitch, vous pouvez lire ceci pour vous mettre en appétit :

http://basilekrivocheine.org/fr-oeuvres ... rituelles/
... effectivement. Cela m'a mis en appétit, c'est le moins que je puisse dire. :oui:

Merci encore Majorette.

Serge
"Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée."

"Le sens de la vie sur terre, c’est de se préparer à la vie dans l’éternité et aider les autres dans leur préparation. Je t’emporterai quand tu auras atteint la limite de tes possibilités et quand ton service sera accompli." Alice Lenczewska

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9683
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Claude Got / Somerset Maugham

Message non lupar Fée Violine » jeu. 16 oct. 2014, 15:08

Je termine "Comment tuer l'État. Précis de malfaçons et de malfaisances", de Claude Got, professeur de médecine, éd. Bayard, 2005.
http://www.alternatives-economiques.fr/ ... 22485.html
L'auteur, professeur de médecine, montre différents dysfonctionnements de l'État, chacun de ces dysfonctionnements étant illustré par un exemple récent. Ainsi la velléité est illustrée par le fait qu'il a fallu de nombreuses années avant que l'État décide de faire immatriculer les vélomoteurs, une mesure pourtant simple à prendre et dont le retard a coûté la vie à de nombreux adolescents (car une mobylette débridée, donc dangereuse, ne peut être identifiée si elle n'est pas immatriculée); l'inadaptation par la procédure utilisée pour "cogérer" le risque lié à l'amiante, etc. Il y a aussi le dogmatisme, l'opacité, la démagogie, l'agitation, la faiblesse, l'irresponsabilité, etc. (une vingtaine en tout).
La distinction entre malfaçon et malfaisance est dans l'intention de nuire.
C'est un livre facile à lire, et j'ai appris beaucoup de choses, ainsi j'ignorais complètement que la loi bioéthique de 1994 avait presque supprimé les autopsies, et beaucoup réduit les dons d'organes permettant de sauver des vies (c'est le chapitre "dogmatisme"). J'ignorais cet aspect de l'"éthique", qui respecte davantage le corps des morts que la vie des vivants !
Et là, l'auteur connaît bien le sujet, puisque cette affaire l'a incité à prendre sa retraite plus tôt que prévu.

Sinon, je lis aussi "La passe dangereuse" de Somerset Maugham, un beau roman qui se passe en Chine (paru en 1925).

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 6764
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lupar Anne » dim. 19 oct. 2014, 4:00

Les pourquoi de l'histoire, de Stéphane Bern.

Des explications condensées sur toutes sortes de sujets intéressants, du genre: Pourquoi en 1582, nous sommes passés du 9 au 20 décembre en une seule nuit ? Pourquoi il y a plusieurs prétendants au trône de France ? Pourquoi le FBI doit sa fondation au petit neveu de Napoléon ? Pourquoi l'année 1566 n'a duré que 262 jours ? (Avec une parenthèse pour expliquer le fameux "poisson d'avril") Pourquoi le Québec est-il resté francophone ?

Vraiment amusant à lire, tout en étant instructif : une bonne lecture qu'on peut interrompre en tout temps pour y revenir plus tard sans problème !

Mysteries of the Middle Ages - The rise of Feminism, Science, and Art from the Cults of Catholic Europe de Thomas Cahill.

Très intéressant aussi, avec de jolies reproductions d'enluminures. Un regard plus positif que ce qu'on a l'habitude de lire sur le sujet.
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Gnôsis
Censor
Censor
Messages : 59
Inscription : sam. 11 oct. 2014, 21:50
Conviction : Catholique & Orthodoxie orientale
Localisation : Languedoc Roussillon

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lupar Gnôsis » dim. 19 oct. 2014, 5:59

Quelques précisions concernant mes précédents messages : les homélies spirituelles de saint Macaire sont publiées aux éditions de l'abbaye de Bellefontaine dans la collection spiritualité orientale.
Par ailleurs, en guise d'introduction au travail du père Justin Popovitch, vous pouvez lire ceci pour vous mettre en appétit :

http://basilekrivocheine.org/fr-oeuvres ... rituelles/
Bonjour,

Belles pages, effectivement. J'irai probablement faire un tour aux éditions de l'abbaye de Bellefontaine. En ce moment, je suis en train de terminer "La Femme et le Salut du monde" de Paul Evdokimov. Splendide ! (mais il me faudra le relire deux ou trois fois pour en retirer la substantifique moelle...). Sinon, je compte m'attaquer à "L'envie, une histoire du mal" d'Helmut Schoeck. Je vous souhaite une excellente journée.
"j'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi" (II Timothée, 4, 7).

axou
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1672
Inscription : lun. 15 sept. 2014, 3:23
Conviction : catholique
Localisation : Région parisienne et Bretagne

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lupar axou » lun. 27 oct. 2014, 22:32

Je viens de finir de lire "Le Royaume" d'Emmanuel Carrère, j'ai dévoré les 600 pages en une semaine !

Ce livre m'a à la fois bouleversée et passionnée. Il évoque son parcours spirituel personnel et les origines du christianisme. Il suit les traces du Christ en écrivant la vie de Saint-Paul et Saint-Luc, et en expliquant la genèse de leurs textes situés dans le contexte historique de l'époque. Cela se lit comme un roman et a le talent de redonner une fraicheur aux textes saints : il relève l'incroyable nouveauté et la radicalité du message chrétien. Cela m'a donné l'envie de relire les textes, avec un oeil nouveau et du coup, je relis la Bible !

Je viens d'acheter sinon "le Manifeste pour les animaux" de Franz olivier Giesbert (sur le combat à mener contre l'exploitation animale).

Sinon, comme d'autres sur le forum, je suis une grande fanatique de Jane Austen !

SergeA
Senator
Senator
Messages : 687
Inscription : ven. 03 oct. 2014, 15:29
Conviction : Catholique
Localisation : Lyon région

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lupar SergeA » ven. 07 nov. 2014, 8:58

Quelques précisions concernant mes précédents messages : les homélies spirituelles de saint Macaire sont publiées aux éditions de l'abbaye de Bellefontaine dans la collection spiritualité orientale.
Par ailleurs, en guise d'introduction au travail du père Justin Popovitch, vous pouvez lire ceci pour vous mettre en appétit :

http://basilekrivocheine.org/fr-oeuvres ... rituelles/
... effectivement. Cela m'a mis en appétit, c'est le moins que je puisse dire. :oui:

Merci encore Majorette.

Serge
Je n'en suis plus à la mise en appétit. Je lis une à deux homélies par jour quand j'en ressens l'appel.
Ces homélies sont de véritables merveilles. Elles me permettent de voir ma foi comme quelque chose de véritablement concret.
Une véritable bénédiction.

Encore Merci.
"Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée."

"Le sens de la vie sur terre, c’est de se préparer à la vie dans l’éternité et aider les autres dans leur préparation. Je t’emporterai quand tu auras atteint la limite de tes possibilités et quand ton service sera accompli." Alice Lenczewska

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7320
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lupar Cinci » lun. 10 nov. 2014, 3:22

Un concours de circonstance m'aura amené à pouvoir manipuler le fameux livre de Jean Raspail Le camp des saints. Je ne l'ai pas terminé. Pas capable. C'est l'écriture probablement, le style. Non, je n'accroche pas d'un strict point de vue littéraire. Je suis un peu déçu. Certes, il reste l'anecdote amusante : la figure fictive du pape dans le roman d'anticipation porte le nom de Benoit XVI et l'auteur fait même provenir son successeur d'Amérique du sud (précisément : du Brésil dans le Roman). Le texte fut édité en 1973.

[...]

En fait

Je m'attèle plutôt à lire L'homme qui aimait les chiens. Et ici, il s'agira de Léonardo Padura, un romancier cubain.

En quatrième de converture :
  • «En 2004, Ivan, écrivain frustré et responsable d'un misérable cabinet vétérinaire de la Havane, revient sur sa rencontre en 1977 avec un homme mystérieux qui promenait sur la plage deux lévriers barzoï. "L'homme qui aimait les chiens" lui fait des confidences sur Ramon Mercader, l'assassin de Trotski qu'il semble connaître intimement. Ivan reconstruit les trajectoires de Lev Davidovitch Bronstein, dit Trotski, et de Ramon Mercader, connu aussi comme Jacques Mornard, devenus les acteurs de l'un des crimes les plus révélateurs du XXe siècle. De la révolution russe à la guerre d'Espagne, il suit ces deux itinéraires jusqu'à leur rencontre dramatique à Mexico. Ces deux histoires prennent tout leur sens lorsque Ivan y projette ses aventures dans la Cuba contemporaine.

    Dans une écriture puissante, Léonardo Padura raconte à travers ses personnages ambigus et convaincants l'histoire des conséquences du mensonge idéologique et de sa force de destruction sur la grande utopie révolutionnaire du XXe siècle ainsi que ses retombées actuelles dans la vie des individus, en particulier à Cuba.»

Deux extraits tirés des pages 77 et 78 :
  • «Tout aussi honteux lui apparaissait désormais son rôle de premier plan dans l'écrasement de l'insurrection des marins de la base de Kronstadt, en ce funeste mois de mars 1921. [...] Il savait que si, en mars 1921, les bolchéviks avaient autorisé des élections libres, ils auraient probablement perdu le pouvoir.

    La théorie marxiste, dont Lénine et lui se prévalaient pour valider toutes leurs décisions, n'avaient en aucun cas envisagé la conjoncture où les communistes, une fois au pouvoir, pourraient perdre l'appui des travailleurs. Pour la première fois depuis le triomphe d'Octobre, ils auraient dû se demander (nous le sommes-nous jamais demander? avouerait-il à à Natalia Sedova) s'il était juste d'instaurer le socialisme en marge de la volonté de la majorité ou contre elle. La dictature du prolétariat devait éliminer les classes dominantes, devait-elle aussi réprimer les travailleurs? L'alternative s'était avérée dramatique et manichéenne : il était impossible de permettre à la volonté populaire de s'exprimer, car elle pouvait inverser le processus lui-même. Mais l'abolition de cette volonté privait le gouvernement bolchévik de sa légitimité fondamentale : au moment où les masses cessèrent de croire, il fallut les faire croire de force. Et ils usèrent de cette force.

    L'inflexibilité dont il avait fait preuve (généralement appuyé par Lénine) était peut-être justifié à cette époque-là. Mais maintenant, en revenant sur ses attitudes, il ne pouvait s'empêcher de se demander si, au cas où il aurait eu l'impudence et la rouerie nécéssaire pour s'emparer du pouvoir après la mort de Lénine, il n'aurait pas fini par devenir, lui aussi, un tsar pseudo-communiste. N'aurait-il pas brandi la justification de la survie de la Révolution pour écraser des rivaux, comme Lénine l'avait utilisée en 1918 pour interdire les partis qui s'étaient battus pour la Révolution aux côtés des bolchéviks?»
et
  • «L'inquiétude du départ de Liova fut momentanément tempérée par un événement qui à peine annoncé fit à Lev Davidovitch l'effet d'un mauvais présage : aux élections allemandes du 14 septembre 1930, le parti national-socialiste de Hitler était arrivé deuxième en nombre de voix. Le saut était considérable. de huit cent mille voix en 1928 à plus de six millions qui l'appuyaient maintenant. Perplexe devant l'étrange irresponsabilité politique des communistes allemands , Lev Davidovitch lut qu'ils fêtaient leur propre avancée de trois à quatre millions et demie de voix, et qu'ils proclamaient que le score hitlérien était le chant du cygne d'un parti petit-bourgeois condamné à l'échec. Depuis plusieurs mois déjà, dans des lettres dont il bombardait le Comité centrale du Parti soviétique, il avait signalé le dangereux enracinement du national-socialisme en Allemagne qui, selon lui, était porteur d'une idéologie capable de rallier toute la "poussière humaine" de cette petite bourgeoisie revancharde malmenée par la crise.

    Dès lors, il avait commencé à souligner la nécéssité d'une alliance stratégique entre communistes et socialistes pour freiner le processus qui pourrait mener les hitlériens au pouvoir. Mais la réponse à son cri d'alarme prémonitoire avait été l'ordre de Moscou donné au Parti allemand et transmis par le komintern, de s'abstenir de toute alliance avec les socialistes et les démocrates.

    A ce moment comme jamais, Lev Davidovitch avait senti tout le poids de sa condamnation. Confiné dans une île perdue dans le temps, sa capacité d'action se réduisait à l'écriture d'articles et à l'organisation de sympatisants dispersés, quand en réalité il aurait dû se trouver au coeur des événements où se jouaient, il pouvait le sentir dans sa chair, le destin de la classe ouvrière allemande, celui de la révolution européenne et, qui sait, celui de l'Union soviétique elle-même. Il savait qu'il fallait absolument mobiliser la conscience de la gauche allemande, car il était encore possible d'éviter le désastre qui se profilait sur le ciel de Berlin.»
Note personnelle : le tableau (l'extrait ci-dessus) représente un Trotski méditatif dans l'année qui suit son arrivée en Turquie et son installation dans l'île des princes ( à une heure de demie d'Istanbul, près de l'embouchure de la mer Noire). L'île en question présente cette particularité de n'avoir jamais connu la moindre circulation automobile, les maisons y sont en bois dans un style du XVIIIe siècle, etc. C'est pourquoi le romancier cubain évoque "une île perdue dans le temps". Moi-même, j'aurai pu jouer le touriste sur cette île des princes. Je ne savais pas que Trotski aura pu séjourner, là-bas, en exil. Non, je ne fais que l'apprendre aujourd'hui grâce à ce roman (sourire). Et Liova c'est le fils de Trotski.

Avatar de l’utilisateur
Lys_Sul
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 502
Inscription : mar. 10 juin 2014, 22:45
Conviction : Catholique
Localisation : Divine Comédie

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lupar Lys_Sul » lun. 10 nov. 2014, 3:37

Dans le camp des saints, le rôle de l'Eglise est très très négatif, dans le récit de Raspail, elle est décrite comme trop Friendly avec les immigrés. Si, je me souviens bien l'avion du Pape se crashe avec celui de l'ordre de Malte. Et les moines aussi ils meurent sur la plage par asphyxie par les personnes arrivant des bateaux vers la plage.
L’esprit est à soi-même sa propre demeure ; il peut faire en soi un Ciel de l’Enfer, un Enfer du Ciel.

Livre I, Le Paradis perdu - John Milton

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7320
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lupar Cinci » lun. 10 nov. 2014, 3:58

Je suis d'accord pour l'observation.

En effet, Jean Raspail semble bien s'y livrer (ce que j'en ai vu) à une certaine "charge" contre la hiérachie catholique, contre la complicité de cette dernière (avec les politiciens) dans ce qui serait alors le drame d'une sorte de suicide collectif. Haine de soi? volonté de se nier? refus de survivre? attraction pour le néant? Ici une Église comme cinquième colonne ... Oui, c'est un peu le message que l'on risquerait de retenir du livre.

Avatar de l’utilisateur
Lys_Sul
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 502
Inscription : mar. 10 juin 2014, 22:45
Conviction : Catholique
Localisation : Divine Comédie

Re: Dites, quel livre lisez-vous en ce moment ?

Message non lupar Lys_Sul » lun. 10 nov. 2014, 22:25

C'est exactement ça Cinci ;) . Quand le pape fut présent à l'île de Lampedusa avec son discours, les réactions furent acerbes avec la mise en parallèle du rôle papal du camps des saints . Pour certains dans ce milieu, le livre de Raspail est pratiquement prophétique.
L’esprit est à soi-même sa propre demeure ; il peut faire en soi un Ciel de l’Enfer, un Enfer du Ciel.

Livre I, Le Paradis perdu - John Milton


Revenir vers « Lettres »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités