Actes, décisions, etc. christianophobes

Famille - Travail - Chômage - Femme - Enfance - Vieillesse - Handicap - Santé publique
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12978
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Retirez cette croix que nous ne saurions voir...

Message non lupar etienne lorant » jeu. 26 oct. 2017, 10:43

La croix surplombant une statue de Jean-Paul II installée sur une place de Ploërmel, dans le Morbihan, va devoir être retirée sur décision du Conseil d'Etat.


Le Conseil d'État a confirmé mercredi l'injonction, prononcée en première instance, de retirer une croix surplombant une statue de Jean-Paul II installée sur une place de Ploërmel (Morbihan), au nom du respect de la loi de séparation des Églises et de l'État. La commune a six mois pour procéder à ce retrait, a indiqué le Conseil d'État à l'AFP. La statue en elle-même n'est pas remise en cause. "Dès lors que la croix constitue un signe ou un emblème religieux au sens de l'article 28 de la loi du 9 décembre 1905 et que son installation par la commune n'entre dans aucune des exceptions ménagées par cet article, sa présence dans un emplacement public est contraire à cette loi", a expliqué la plus haute juridiction administrative dans un communiqué.
La statue, don de l'artiste russe Zourab Tsereteli, avait été installée sur une place de Ploërmel sous une arche surmontée d'une croix, après une délibération de la commune du 28 octobre 2006. La Fédération morbihannaise de la libre pensée et deux habitants de la commune avaient saisi le tribunal administratif de Rennes après le refus implicite du maire de retirer le monument, d'une hauteur de 7,5 mètres.
"Ca ne dérange nullement les habitants"

Le 30 avril 2015, le tribunal avait enjoint au maire de Ploërmel de faire procéder, dans un délai de six mois, au retrait du monument de son emplacement. Une décision annulée le 15 décembre 2015 par la cour administrative d'appel de Nantes qui invoquait une erreur de droit. Le Conseil d'État a en partie donné raison au tribunal administratif en estimant que la croix était contraire à la loi de 1905, qui interdit "d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public".
Contrairement au tribunal, il estime en revanche "que l'arche ne saurait, par elle-même, être regardée comme un signe ou emblème religieux" au sens de la loi. Le Conseil d'État ne se prononce pas sur le retrait de la statue en elle-même, la délibération la concernant étant devenue définitive. La commune devra verser 3.000 euros aux requérants.
Contacté par l'AFP, le maire de Ploërmel, Patrick Le Diffon (LR), n'a pas exclu de porter l'affaire devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). "La statue fait partie depuis douze ans du paysage de Ploërmel, ça ne dérange nullement les habitants. C'est au contraire un atout touristique indéniable pour la commune", a-t-il expliqué. En outre, "cet édifice est une oeuvre d'art. Il faut l'autorisation de l'artiste pour la modifier", a-t-il plaidé. Cette statue est au coeur d'un long combat judiciaire. En 2010, le tribunal administratif de Rennes avait déjà déclaré illégale une subvention versée par le conseil général du Morbihan pour son édification...

Source : de Meyer AFP
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Relief
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2202
Inscription : jeu. 06 déc. 2007, 8:44
Conviction : Catho ni progressiste ni traditionaliste
Localisation : France

France : ordre de retrait d'une croix surplombant une statue de Jean-Paul II

Message non lupar Relief » jeu. 26 oct. 2017, 14:55

Le Conseil d'Etat français a enjoint aujourd'hui à une commune française de retirer une croix surplombant une statue de Jean-Paul II installée sur une place, au nom du respect de la loi de séparation des Églises et de l'État.

La plus haute juridiction administrative française, confirmant une décision de première instance, laisse six mois à la ville de Ploërmel, en Bretagne pour procéder à ce retrait, a indiqué le Conseil d'État à l'AFP. La statue en elle-même n'est pas remise en cause.

"Dès lors que la croix constitue un signe ou un emblème religieux au sens de l'article 28 de la loi du 9 décembre 1905 et que son installation par la commune n'entre dans aucune des exceptions ménagées par cet article, sa présence dans un emplacement public est contraire à cette loi", a développe le Conseil d'Etat dans un communiqué.

La suite ici : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/ ... aul-ii.php

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3832
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Christianophobie

Message non lupar Kerniou » ven. 27 oct. 2017, 11:18

C'est vraiment du n'importe quoi !
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4640
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Christianophobie

Message non lupar gerardh » ven. 27 oct. 2017, 13:05

__________

La bêtise et l'étroitesse d'esprit n'ont pas de limites !


__________

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1959
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Christianophobie

Message non lupar Trinité » ven. 27 oct. 2017, 23:20

Ce que je ne comprends pas,c'est que des croix sur les bords des routes ,il y en a tous les 2 ou 3 kms dans certains endroits en Bretagne!
Certes ,il y en a qui sont antérieures à la loi de 1905 ,mais il y en a beaucoup qui sont postérieures à cette loi!

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7079
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Christianophobie

Message non lupar Anne » sam. 28 oct. 2017, 5:56

Peut-être vont-elles disparaître aussi? :jesus:
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8743
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Christianophobie

Message non lupar PaxetBonum » ven. 20 juil. 2018, 10:26

Je n'apprécie pas particulièrement ces termes en Blablaphobie
Ici on parle de Haine du christianisme

En voici un bel exemple de la LGBT :

Image
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Pathos
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 535
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique

Re: Christianophobie

Message non lupar Pathos » ven. 20 juil. 2018, 11:36

La ville de Tours n'est pas en reste...


https://www.egaliteetreconciliation.fr/ ... 51358.html

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8196
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Christianophobie

Message non lupar Cinci » sam. 21 juil. 2018, 0:24

Autre page ...


De la nazification du Pape Pie XII à la conspiration de l'Opus Dei et du Vatican

Le procès en nazification intenté contre le Pape Pie XII par les médias et les intellectuels occidentaux depuis des années a fait considérablement croître les sentiments christianophobes. Pourtant, juste après la Seconde Guerre mondiale, non seulement Pie XII n'était pas mal vu, mais c'est à l'unanimité que l'on saluait, la communauté juive en tête, et jusqu'en Israël, son rôle important et direct dans le sauvetage de 8000 Juifs italiens à Rome.

En fait, la campagne de dénigrement contre Pie XII fut lancée après la guerre par les milieux communistes qui lui en voulaient de s'être opposé avec force au marxisme, qualifié d'"intrinsèquement pervers". Elle s'Intensifia en 1963, avec la pièce de théâtre (fondée sur aucun document scientifique) , le Vicaire, de Rolf Hochhuth, écrivain allemand gauchiste ancien membre des jeunesses hitlériennes, qui voulait se refaire à bon frais une virginité politique. La pièce fut la première à nier l'action de Pie XII en tant que "Juste". Dans les années 1990, l'auteur du film fort médiatisé sur lui, "Amen", Costa Gravas, communiste grec anti-catholique, renchérit sur le même thème. Depuis, la lâcheté supposée, l'antisémitisme et la complicité de Pie XII avec les nazis ne supportent plus la contradiction. Il existe pourtant de nombreux témoignages d'historiens et de personnalités juives qui innocentent Pie XII.

Sir Martin Gilbert, biographe officiel de Winston Churchill, rappelle que Pie XII fut l'un des premiers à condamner publiquement les atrocités nazis par la voix de Radio Vatican, précisant que : "... des centaines de milliers de Juifs ont été sauvés par l'Église catholique, sous la conduite et avec le soutien du Pape Pie XII. Le Pape lui-même donna personnellement l'ordre, la veille de la déportation des Juifs de Rome, d'ouvrir les sanctuaires de la cité du Vatican à tous les Juifs qui pourraient y parvenir. Grâce à ses instructions, qui furent suivi d'une réponse rapide du clergé catholique, sur les 6800 Juifs de Rome, 1015 seulement furent déportés. Cette action du Pape sauva plus de 4500 vies".

Dans Pie XII et les Juifs, le mythe du Pape d'Hitler, le rabbin new yorkais et chercheur David Dalin, spécialiste des relations judéo-chrétiennes, réhabilite également Pie XII, selon lui victime d'une campagne de diabolisation. Dalin explique que durant les années 1930, la presse nazie traitait le cardinal Pacelli, futur Pie XII, "d'ami des Juifs", accusation infamante du point de vue nazi-fasciste. Le 28 octobre 1939, l'encyclique de Pie XII condamna explicitement "les dictatures, le racisme et ceux qui violent les traités; le culte de la force, et sa concrétisation dans la privation de liberté des peuples et la persécution de la race juive".



Dan Brown : la diabolisation de l'Église et le retour du mythe du complot


Un auteur occidental se distingue dans la veine anti-catholique : Dan Brown, dont les deux best-sellers donnent à croire toutes sortes de complots mirifiques couvrant les supposés mensonges de l'Église depuis des siècles. Dans la préface du Da Vinci Code, Dan Brown prétend que toutes ses sources sont vérifiées et il remercie les membres de l'Opus Dei qu'il a interrogés ainsi que des scientifiques, ce qui laisse croire au public crédule que son roman est un document sérieux. Or cela revient à donner à une oeuvre délirante basée sur la théorie du complot un crédit qui peut être interprété comme une véritable incitation à détester l'Église [...] les Évangiles originaux ont été brûlés et leurs témoins assassinés par le Vatican [...] les Évangiles lus à la messe seraient des faux, écrits par l'empereur Constantin au IVe siècle [...]

En réalité, le Prieuré de Sion, présenté [Dan Brown, dans son roman] comme une réalité historique,[est plutôt] simple association régie par la loi de 1901 fondé en 1950 par un Français loufoque jouant au prétendant mérovingien, n'a jamais eu qu'un membre ...

[...]

En résumé, pour Dan Brown, l'Église catholique n'est depuis le début qu'une gigantesque escroquerie qui assassine à tour de bras pour "cacher la vérité". Le livre donne des descriptions d'un Vatican tout en sous-entendus, avec des prélats fourbes et machiavéliques, un décorum qui couvre les crime et le perpétue [...]

Comme l'a expliqué Alain Finkielkraut [à propos de Dan Brown] dans La Sagesse de l'amour :
"... le fait de dépeindre les catholiques comme des voleurs de secrets fondamentaux [...] puis la description du pouvoir occulte du Vatican et de l'Opus Dei ayant la main mise sur l'art, sont des thèmes qui rappellent la façon dont les nazis et les antisémites du XXe siècle traitaient les Juifs. Ce qui est en cause, avant tout : le pouvoir occulte qu'ils exerçaient, et la manière sournoise avec laquelle ils se glisseraient dans les organismes sains des autres nations pour vivre à leurs crochets, et les affaiblir jusqu'à ce que mort s'ensuive."
Denis Tillinac rappelle à juste titre dans Le Dieu de nos Pères, comment la propagande "républicaine" du début du XXe siècle contre les Jésuites s'inspirait de la propagande anti-juive, et reprenait les accusations délirantes d'apatrides, insinuant et toujours du côté du manche" (Denis Tillinac, Le Dieu de nos Pères, Paris, Bayard, 2004, p. 100).

L'une des conséquences de la diffusion auprès de millions d'incrédules des thèses conspirationnistes touchant l'Opus Dei ou le Vatican est l'hostilité croissante constatée en France, en Espagne et ailleurs envers les prêtres plus ou moins liés à l'Opus Dei ou supposés tels, victimes d'une véritable diabolisation et parfois empêchés de faire leur travail en toute sécurité. C'est ainsi qu'après la nomination chahutée d'un prêtre membre de l'Opus Dei à Toulouse, en mai 2010, son église fut vandalisée. Le maire de Toulouse ne condamna même pas l'acte.

Le mythe des prêtres tous pédophiles

D'autres vulgates diabolisantes sont sources d'un antichristianisme haineux, notamment le mythe des prêtres "tous" pédophiles. Véritable contradiction interne, les détracteurs de l'Église catholique accusent tantôt cette dernière d'être homophobe, car elle considère l'homosexualité comme un "péché", et tantôt d'être un repaire de pédophiles et d'homosexuels non avoués. Certes, pédophile n'est pas synonyme d'homosexuel, mais dans l'opinion populaire l'amalgame est souvent fait, et il n'est pas rare, dans les banlieues des grandes villes françaises ou européennes, d'entendre de la bouche des prédicateurs islamistes et des jeunes déchristianisés, que les prêtres catholiques, au célibat suspect, seraient en majorité homosexuels et/ou pédophiles. Si bien qu'aujourd'hui, l'association prêtres-pédophiles-homosexuels constitue l'un des clichés christianophobes les plus répandus, et parfois à l'origine de violences et d'agressions.

L'accusation de pédophilie contre l'Église catholique a longtemps été porté par les églises protestantes qui ne comprenaient pas le célibat, puis par les nazis allemands. Sous le IIIe Reich, le parti nazi (à l'instigation de Joseph Goebbels), lança une vaste campagne de désinformation pour réduire l'influence de l'Église, notamment en réaction à la publication de l'encyclique Mit Brennender Sorge, qui condamnait officiellement l'idéologie raciste, le culte de l'État et du chef et le paganisme nazi.

[...]

En conclusion, on constate que si les cas de pédophilie en milieu religieux faisant le plus scandale sont ceux liés à l'Église catholique plutôt qu'au bouddhisme, au judaïsme ou à l'islam, ce n'est pas parce que l'Église est la seule coupable, mais c'est parce qu,elle est la seule religion que l'on peut charger sans risque et la seule dont la haute hiérarchie reconnaît les torts et les dénonce publiquement. Globalement, si l'Église catholique et le christianisme en général peuvent être critiqués comme toute religion, force est de reconnaître que les chrétiens, et les catholiques en particulier, sont ceux qui sont remis en question, les seuls qui pratiquent l'autocritique, donc les seuls que l'on trouve "normal" de critiquer et dénoncer sans égards.

Tiré de :

Alexandre del Valle, op, cit.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8196
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Christianophobie

Message non lupar Cinci » sam. 21 juil. 2018, 0:39

Puis dans la conclusion du chapitre 12 :


Ce qui ressort de cet essai c'est que partout dans le monde et même en Occident la seule forme d'intolérance religieuse permise, banalisée, encouragée même puisqu'elle est à tort assimilée aux fautes de l'homme blanc-occidental - et donc aux heures sombres de l'histoire - est celle qui frappe le christianisme, et en premier lieu l'Église catholique.

Faut-il déduire de notre dernier chapitre déplorant la banalisation des moqueries, diffamations et désinformations contre l'Église, le Pape et le christianisme en général, que l'on doive rétablir la censure religieuse ou le délit de blasphème ? Bien sûr que non ! Il est nécessaire de dénoncer les erreurs et les crimes commis dans le passé au nom de l'Église et de la religion de la Croix.

De même, il serait absurde de prétendre lutter contre la nouvelle christianophobie mondiale en proposant de rétablir, comme dans les régimes islamistes, le délit de blasphème. Car dans une démocratie libérale, autoriser la critique de la religion, quelle qu'elle soit, et même permettre de blasphémer, est une garantie de liberté face à l'obscurantisme qui a si souvent tué jadis au nom, justement, de la lutte contre le blasphème.

Toujours est-il qu'en dehors des actes de violence commise à l'encontre des personnes, des lieux de culte chrétiens, normalement réprimés par la loi, la diabolisation croissante de la religion chrétienne, rendue "responsable de tous les maux de la terre", est également dangereuse, car elle aboutit à légitimer une nouvelle forme de haine collective. Cette révulsion croissante envers le christianisme et les chrétiens, légitimée par l'association opérée entre christianisme et bourreau-blanc-occidental, conduit les intellectuels, les médias, les professionnels de l'antiracisme et les politiques qui les suivent, à banaliser les actes quotidiens de christianophobie qui entraînent chaque année la mort de milliers de chrétiens dans le monde, tués pour la seule raison qu'ils sont chrétiens.

La démonisation générale des chrétiens et du christianisme, religion des oppresseurs euro-américain, entachée de crimes irréparables et en contradiction perpétuelle avec ses propres valeurs, est au centre de nouvelles modes, de nouveaux programmes scolaires, de nouveaux discours politiques qui réduisent le passé chrétien de l'Europe à une interminable période de barbarie obscurantiste,

Elle explique le succès incroyable des nouvelles théories conspirationnistes en vogue, portées tant par le politiquement correct xénophile que par des romans à succès comme le Da Vinci Code de Dan Brown, ouvrage que l'on peut qualifier sans exagérer d'Incitation à la diabolisation de l'Église catholique et des chrétiens. Ce livre a en effet considérablement renforcé l'idée inculquée depuis des décennies à de jeunes européens, selon laquelle "le christianisme serait la pire religion du monde".

Le philosophe et chercheur Pierre-André Taguieff, spécialiste du racisme et des théories conspirationnistes, auteur de nombreux ouvrages sur l'antisémitisme, explique que les théories du complot, qui ont jadis expliqué le succès du nazisme, sont aujourd'hui de retour en Europe, cette fois-ci sous couvert de lutte contre l'Occident, anti-impérialiste et anti-chrétienne. (Pierre-André Taguieff, L'imaginaire du complot mondial. Aspects d'un mythe moderne, Paris, 2006. "La foire aux illuminés, ésotérisme, théorie du complot, extrémisme", Archive de sciences sociales des religions)

Dans un contexte général de relativisme culturel et de déchristianisation, ces théories du "complot du Vatican" et des méfaits systématiques du christianisme, permettent d'avancer des explications du monde simplistes mais conformes aux phobies contemporaines de cet Occident qui veut se faire pardonner ses fautes passées en lynchant son identité chrétienne.


[Pour rappel et petit distinguo entre "christianophobie" et "persécution": il existe des fils distincts sur la persécution des chrétiens d'Orient, des Coptes, des chrétiens de l'Inde, etc. Le fil "Christianophobie" se limite à la France, l'Europe et l'Occident.]

zelie
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 581
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45
Localisation : France

Re: Christianophobie

Message non lupar zelie » lun. 30 juil. 2018, 18:28

Cher Cinci,
tout d'abord merci pour tout le travail d'information que vous mettez à la disposition de tous.
J'ai pour ma part quelques questions à vous poser, sur lesquelles j'aimerais avoir votre avis:

vous notez, à travers des auteurs (que je ne connais pas) une christianophobie mondialisée, qui découlerait pour partie des mouvements gauchisants, et d'autre part d'une haine de l'occident blanc.

Pour ce qui est des mouvements de gauche, communistes ou autres, le rejet du transcendant est inscrit dans leurs gènes: le rejet ne se fait que sur la religion proche ou dominante; je pense que le même rejet pourrait se diriger contre des musulmans ou des juifs si c'était leur religion qui était dominante et associée à l'Europe, qu'elle ait été royaliste ou libérale. (si j'ai bien compris votre pensée).

Pour la haine anti-blanc, elle fait son lit dans la dénonciation du colonialisme et de l'esclavagisme, et prend pour prétexte la religion du Blanc, religion d'hypocrites cyniques puisque ses adeptes ont systématiquement fait le contraire de ce que préchait leur religion. L'esprit de revanche au niveau mondial qui anime les groupes racistes anti-blanc y trouve une source inépuisable de renouvellement de la haine. Que nous avons construit par notre attitude raciste et condescendante entre le 16ème et le 20ème siècle. Cette haine du Blanc à travers le prisme de sa religion trouve aussi une toute puissance dans l'affaiblissement de la foi chez l'Occidental, désormais acquis à l'athéisme et à la laïcité. Puisqu'on peut taper sur quelqu'un qui au lieu de dire "stop", persiste à dire "mea culpa", pourquoi s'arrêter? (si j'ai aussi bien compris votre pensée).

Les raisons historiques ou politiques citées ci dessus peuvent être discutées sur des détails, mais pour l'essentiel, je pense qu'elles font consensus. Là où se situe mon questionnement, c'est sur ce point: pourquoi l'Europe a intérêt, ou plutôt qui en Europe a intérêt à affaiblir la foi chrétienne? Parce que si cette foi chrétienne était aujourd'hui ce qu'elle était il y a un siècle, assisterait-on à tout ce que l'on voit de nos jours contre elle? Ou au contraire mon raisonnement est-il faussé, la persécution est intrinsèque au chrétien de tout temps et de toute coloration politique essentiellement parce que le disciple n'étant jamais plus que le maître, la persécution chrétienne ne faiblira jamais simplement du fait que vivants dans un monde éprouvant, n'importe qui se comportant avec douceur et longanimité attirera toujours la haine de tout un monde contre lui? Exactement comme Jésus en son temps, qui sera remercié de l'annonce de son évangile par une mise à mort éructante de haine?

Voyez-vous, si je devais réduire notre monde depuis l'aube de l'humanité jusqu'à aujourd'hui à un seul mot, je dirais que nous vivons dans un monde injuste. C'est un monde de guerres incessantes dominé par une pensée cupide qui génère une immense pauvreté et des frustrations à tout va. L'avidité de l'homme est à la source de toute cette pagaille. On est exactement aux antipodes des desseins divins pour l'homme, d'autant plus si on considère qu'il n'y a jamais eu de desseins divins, pour rien ni pour personne. La loi du plus fort, du plus puissant dirige le monde depuis toujours. C'est dommage à dire, mais si l'homme disparaissait, le règne animal basé sur la prédation par nécessité se rétablirait et un équilibre naturel se restaurerait de lui-même; en ce sens, l'homme est la moins nécessaire des créatures terrestres. L'homme absent, aucune autre créature ou milieu naturel ne seraient menacés de disparition certaine.
L'homme est le seul prédateur qui ne se contente pas de la nécessaire survie. Dans l'optique de ma foi en Dieu, cela me pousse à penser que ce qui se joue dans la survie de l'homme ne concerne pas que l'homme. Car comment alors, une créature sortie de Dieu pourrait agir aussi obstinément et intensément contre le principe même qui a présidé à sa création, si elle était toute acquise à son principe créateur?
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8743
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Christianophobie

Message non lupar PaxetBonum » ven. 14 sept. 2018, 9:31

La SNCF doit-elle discriminer le message affiché ou le commanditaire du message ?
Je pense que la logique est de contrôler le message plus que le client qui paye pour son affichage.

La RATP semble moins gênée…
Image
https://www.christianophobie.fr/la-une/ ... le-ramadan
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

zelie
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 581
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45
Localisation : France

Actes, décisions, etc. christianophobes

Message non lupar zelie » ven. 14 sept. 2018, 18:54

Je pense qu'ils discriminent l'origine, le commanditaire. Comme la RATP, qui publie là un visuel commercial. Le visuel commercial est détourné par son commanditaire pour faire passer un message religieux, et c'est cela qui irrite. Mais c'est légal, et personne ne proteste pour tenter de faire jurisprudence, donc ça reste. La loi sur la laïcité en France permet l'expression d'une appartenance religieuse dans la rue.

https://www.humanite.fr/laicite-ce-que- ... que-646950


[Nous avons changé le titre de ce fil afin de rendre plus clair qu'il s'agit pour nous de répertorier tous les actes/les décisions anti-chrétiens en France ; il existe un fil pour traiter du Débat sur la christianophobie, ainsi qu'un fil sur Les profanations et un autre encore sur Le martyr des chrétiens d'Orient.]
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre


Revenir vers « Société »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités