La société américaine

Famille - Travail - Chômage - Femme - Enfance - Vieillesse - Handicap - Santé publique
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12564
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Enquête sur les enquêteurs

Message non lupar etienne lorant » lun. 24 juil. 2017, 11:29

Les avocats du président américain examinent les antécédents des enquêteurs embauchés par le procureur spécial, afin de dénicher de potentiels conflits d’intérêts.
Le Monde.fr avec AP | 21.07.2017 à 09h34




Le torchon brûle entre Donald Trump et Robert Mueller, nommé pour diriger une enquête indépendante sur les ingérences russes dans la campagne électorale américaine de 2016, à mesure que les investigations se rapprochent des liens commerciaux propres du président.
L’équipe juridique du président américain est en train d’examiner à la loupe les antécédents professionnels et les affiliations politiques des enquêteurs embauchés par le procureur spécial, afin de dénicher de potentiels conflits d’intérêts susceptibles de discréditer l’enquête en cours, ou de constituer un dossier pour renvoyer l’ancien dirrecteur du FBI, ou encore de récuser certains des enquêteurs, selon trois personnes ayant eu connaissance du dossier.
Le procureur Jay Sekulow, membre de l’équipe juridique externe du président, a déclaré à The Associated Press que les avocats « évaluer[aie]nt systématiquement la question des conflits et les porter[aie]nt devant les juridictions appropriées ».

Trump a contesté publiquement Mueller

Le champ des recherches est vaste, écrit le New York Times jeudi. Cela inclut aussi bien l’examen des donations aux candidats démocrates qu’une enquête sur d’anciens clients et les liens de Robert Mueller avec James. B. Comey, renvoyé de la tête du FBI alors que le directeur du bureau fédéral fait partie du conseil spécial d’enquête.
Ces révélations interviennent au moment où Mueller et son équipe, composée d’enquêteurs financiers chevronnés, s’intéressent aussi aux transactions impliquant les entreprises de Trump et de ses associés, dont Jared Kushner, son gendre et conseiller principal de la Maison Blanche, selon Bloomberg jeudi, citant une source proche du dossier.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article ... tKbTI5D.99
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12564
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

L'avenir de l'Obama Care se joue maintenant...

Message non lupar etienne lorant » lun. 24 juil. 2017, 18:46

Les sénateurs américains devraient voter mardi pour décider d'ouvrir ou non les débats sur l'abrogation de la réforme du système de santé de Barack Obama, longtemps promise par les républicains. Mais le vote risque d'échouer.

"Les républicains ont une dernière chance de faire ce qu'il faut pour abroger et remplacer (Obamacare), après avoir passé des années à faire campagne sur cette promesse", a tweeté lundi le président Donald Trump, qui a repris cet engagement durant sa campagne présidentielle.

Mais l'arithmétique du Sénat est implacable. Sur les 52 membres de la majorité républicaine, trois ont déclaré la semaine dernière qu'elles voteraient non lors du vote sur la motion visant à mettre une abrogation "sèche" à l'ordre du jour.

Aucun texte ne peut être examiné sans un premier vote autorisant l'ouverture des débats.

Puisque les 48 démocrates de l'opposition voteront non, les républicains ne peuvent se permettre que deux défections. Le vice-président, selon la Constitution, peut apporter la 51e voix en cas d'égalité 50-50.

Une fois que le texte est à l'ordre du jour, les sénateurs pourront déposer des amendements et réécrire de facto toute la loi pour "remplacer" Obamacare, mais les républicains modérés font si peu confiance aux chefs de groupe qu'ils refusent, à ce stade, de laisser les débats commencer.

Les négociations, en coulisses, sont intenses pour rattraper les sénatrices qui ont torpillé l'initiative républicaine la semaine dernière en annonçant leur opposition.

L'une d'elles, Shelley Moore Capito, reçoit ainsi lundi soir la visite du président des Etats-Unis dans son Etat de Virginie occidentale, l'un des plus pauvres du pays, où les habitants ont le plus à perdre d'une abrogation d'Obamacare.

Donald Trump doit participer à une convention scout.

Le dirigeant cajole et menace à la fois ses alliés du Congrès pour les forcer à voter pour remplacer Obamacare par une réforme républicaine. Il a laissé entendre que les rebelles pourraient subir des représailles politiques au moment de leur réélection.

Les sénateurs républicains modérés, pourtant, ne veulent pas d'une réforme qui couperait fortement le budget de la santé, notamment le programme public de couverture maladie pour les plus pauvres, Medicare, dont des millions de personnes seraient radiées à terme si la réforme républicaine initiale était adoptée.



Publié le lundi 24 juillet 2017 à 17h18 à Washington (AFP)
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12564
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Un cessez-le-feu de 41 heures à Baltimore

Message non lupar etienne lorant » jeu. 10 août 2017, 16:04

Erricka Bridgeford désigne le carrefour à Baltimore où son cousin a été tué par balle en 2015. Le week-end dernier, cette femme a impulsé dans la ville américaine, rongée par les gangs, un "cessez-le-feu" de... 41 heures.

e mot d'ordre, sur des affiches placardées dans la cité portuaire à l'est des Etats-Unis, était simple: "Nobody kill anybody for 72 hours" (Personne ne tue qui que ce soit durant 72 heures). Soit de vendredi à dimanche.

Mais, dès samedi, un homme de 24 ans a été mortellement touché par un tir, suivi d'un autre quelques heures plus tard. Deux meurtres qui n'effacent pas le "succès" remporté, assurent les organisateurs.

"41 heures de paix dans une ville qui perd des gens toutes les 19 heures, c'est énorme!", se réjouit Mme Bridgeford, qui a grandi dans ces rues devenues les plus dangereuses du pays.

Certains mois, le nombre d'homicides à Baltimore dépasse celui des jours: les victimes sont surtout des Noirs, tués par d'autres Noirs.


Résultat, un jeune Noir à Baltimore risque autant de perdre la vie qu'un soldat américain en Irak en pleine insurrection sunnite. La ville pourrait compter plus de 400 homicides fin 2017, un record national si on le rapporte aux 600.000 habitants.

A l'âge de 12 ans, Erricka Bridgeford a vu se vider de son sang un jeune garçon de son quartier, touché par un tir. Puis, au lycée, elle a perdu "au moins deux ou trois amis".

Deux de ses trois frères ont reçu des balles. Le premier a miraculeusement survécu en 2001, l'autre est décédé en 2007. Les armes à feu ont également pris la vie de deux de ses cousins et de son beau-fils.

- Obsèques en série -

"Je me rends à environ trois ou quatre enterrements par an", relate la femme noire de 44 ans.


Elle est persuadée que le week-end de cessez-le-feu, qu'elle a préparé depuis des mois, a permis de sauver au moins deux vies.

Mais, plus important, la ville est selon elle gagnée par une prise de conscience. "Nous avons créé une sorte de nouvelle énergie", dit-elle.

De l'énergie, il en faudra pour éradiquer les racines de la violence: l'extrême pauvreté, les dépendances aux drogues et aux médicaments opiacés, la dissémination des armes à feu, la rivalité entre les gangs, l'enchaînement des représailles.


Dans certain quartiers à la dérive à l'est de Baltimore, les maisons murées s'achètent pour 7.000 dollars, quand ceux qui travaillent amassent péniblement 15.000 dollars par an, détaille Gardnel Carter, directeur d'une antenne locale de Safe Streets, un programme de lutte contre la violence.

Les jeunes en quête d'évasion, explique-t-il, ne voient comme débouchés que les appareils électroniques et les drogues.

L'héroïne a laissé place aux médicaments antalgiques de synthèse, normalement vendus sur ordonnance.

"Il y a des gens de plus en plus jeunes qui y sont accros. Ils errent comme des zombies, en plus de leurs problèmes mentaux déjà existants", décrit M. Carter, qui a été emprisonné vingt ans pour meurtre.

- Défiance envers la police -


Barbe fournie et lunettes noires sur les yeux, Jamal, 28 ans, est assis dés?uvré dans une rue où les quelques commerces sont majoritairement gérés par des hispaniques ou des asiatiques.

Le trafic de drogue est omniprésent, avertit-il.

"Je vois la bosse formée par l'arme (sous les vêtements) de cet homme, mais je ne vais pas appeler la police car cela mettrait ma vie en danger", confie-t-il. "C'est comme ça que j'ai survécu si longtemps".


La confiance entre la police et les habitants des quartiers paupérisés de Baltimore a été durablement entamée par l'affaire Freddie Gray. Le 12 avril 2015, ce Noir de 25 ans avait subi une blessure mortelle aux cervicales lors de son transport dans un fourgon policier. La ville avait été agitée par des émeutes.

Plus récemment, des policiers ont été accusés d'avoir confectionné des fausses preuves en déposant des drogues chez un suspect.

Une polémique alors que la police réfléchit à des stratégies inédites pour endiguer les homicides. Une piste serait de punir d'un an de prison toute détention illégale d'arme à feu.

Baltimore veut aussi s'équiper d'un réseau de capteurs acoustiques qui localiserait en temps réel les coups de feu.

- Mieux protégé... en prison -

De façon paradoxale, les autorités se demandent si une façon d'éviter la mort brutale de futures victimes serait de maintenir ces dernières... derrière les barreaux.


"Il faut parfois protéger les gens contre eux-mêmes. Au moment de leur décès dans la rue, de nombreuses personnes auraient pu être en prison si elles avaient reçu une peine plus sévère", explique à l'AFP T.J. Smith, le porte-parole de la police de Baltimore.

Plus de 85% des victimes avaient un casier judiciaire, ajoute-t-il.

Pour lui, le cessez-le-feu n'a "absolument pas été un échec", en raison du coup de projecteur positif suscité par l'initiative.

M. Smith est devenu le visage qui annonce chaque nouvelle fusillade, ses victimes et ses auteurs quand ils sont interpellés. Il n'oubliera jamais le 173e mort de l'année 2017: son propre frère, tué par balle.

"Etre du côté de la victime, bien sûr que c'est différent", confesse-t-il. "C'est autrement douloureux que de parler au pupitre d'un étranger".


Publié le jeudi 10 août 2017 à 15h10 à Baltimore (Etats-Unis) (AFP)
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12564
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: La société américaine

Message non lupar etienne lorant » ven. 11 août 2017, 11:11

Bonjour,
Pour ceux qui continuent de consommer des informations fournis par des media du style CNN, New York Time, Washington Post, etc, comme des faits vrais et comme un remplacement parfait pour l’actuel journalisme sans parti pris,…
http://www.zerohedge.com/news/2017-06-0 ... rely-wrong

Je vous saurais gré, dès lors, de m'indiquer quelles sont, pour vous,des "sources fiables" ??? Que pensez-vous de "Bfmtv" ?


Etienne
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12564
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Troubles d'été à Charlottesville

Message non lupar etienne lorant » lun. 14 août 2017, 9:37

Des violences entre des partisans de l’extrême droite américaine et des contre-manifestants ont fait un mort et une vingtaine de blessés, samedi 12 août à Charlottesville dans l’Etat de Virginie.

La réaction du président Donald Trump, qui a renvoyé les deux camps dos à dos, suscite une controverse.
Lire notre reportage : Après le drame de Charlottesville, les voix s’élèvent contre « un attentat terroriste »

Des groupes radicaux, suprématistes et nazis s’étaient rassemblés à Chalottesville en Virginie, samedi 12 août, pour protester contre le projet de retrait d’une statue du général confédéré Robert Lee, considéré comme un défenseur de l’esclavagisme.

Des échauffourées avaient déjà eu lieu vendredi soir sur le campus de l’Université de Virginie, poussant le gouverneur démocrate de l’Etat, Terry McAuliffe, à déclarer un état d’urgence, une mesure permettant de mobiliser davantage de moyens policiers.
Mais le rassemblement d’extrême droite a aussi attiré un grand nombre de contre-manifestants antiracistes. De violents heurts ont alors éclaté, donnant lieu à des rixes, des jets de projectiles, des échanges de coups de bâton. Face à ces premiers incidents, la police en tenue anti-émeute a décidé d’interdire la manifestation prévue et a procédé à l’évacuation du parc public où elle se tenait.

C’est en fin de journée qu’un véhicule a foncé dans un groupe de militants antiracistes présents au rassemblement. Dans une vidéo amateur diffusée sur les réseaux sociaux, on voit la voiture de couleur sombre percuter violemment un autre véhicule, puis repartir vivement en marche arrière, au milieu des manifestants. « J’ai le cœur brisé qu’une vie ait été perdue ici », a déclaré le maire démocrate Mike Signer sur Twitter.

Le conducteur, originaire de l’Ohio, a été inculpé de meurtre, de blessures et de délit de fuite, selon la chaîne de télévision CNN.
Trois autres hommes ont été arrêtés et le FBI a ouvert une enquête.

Dans la soirée, le conseil municipal a voté l’instauration d’un couvre-feu. Des craintes de débordements plus graves étaient avivées par la présence d’armes portées ouvertement par les manifestants, ainsi que le permet la loi dans cet Etat. Des membres de milices d’extrême droite s’étaient aussi positionnés en tenue paramilitaire, fusil semi-automatique en bandoulière, non loin des forces de l’ordre très sollicitées.

Quel est le bilan des victimes ?

Un membre d’une milice suprémaciste a reçu un œuf sur son treillis militaire, à Charlottesville, samedi 12 août.
La victime renversée par la voiture est une femme de 32 ans. Une vingtaine de personnes ont également été blessées par cette voiture qui a foncé, volontairement selon des témoins, dans la foule de manifestants antiracistes.

Par ailleurs, quelques heures plus tard, deux policiers sont morts dans l’accident de leur hélicoptère aux abords de la ville, sans qu’un lien ne soit établi entre cet accident et les violences. La police a rapporté que ce crash était lié aux manifestations, sans plus de précisions. L’agence nationale de sécurité aérienne va lancer une enquête.

Qui est la personne inculpée de meurtre ?
James Fields, 20 ans, est soupçonné par les enquêteurs d’avoir précipité sa voiture dans la foule. Il a été inculpé pour meurtre, blessures et délit de fuite. La police n’a pour le moment pas fourni d’explication à cet acte.

Le Dailynews souligne qu’avant l’attaque M. Fields a été photographié au milieu des membres de Vanguard America, groupe nationaliste qui a participé à l’organisation de ce rassemblement. Mais sur son compte Twitter, l’organisation assure que M. Filds « n’est pas un membre ».

L’Associated Press a contacté la mère du suspect qui se dit surprise d’apprendre que son fils était proche d’un mouvement d’extrême droite parce que, dit-elle, « il a eu un ami africain américain. » Elle affirme également ne pas connaître les raisons de cette manifestation où était présent son fils : « Je pensais que ça avait un rapport avec Trump, Trump n’est pas suprémaciste. »

Les groupes de la droite radicale et identitaire américaine présents, dont le Ku Klux Klan et des néonazis avec des drapeaux confédérés, entendaient dénoncer de façon unitaire le projet de la ville de déboulonner dans un jardin municipal la statue d’un général sudiste favorable à l’esclavagisme.

Cette guerre américaine des statues confédérées avait déjà fait polémique quelques mois plus tôt à la Nouvelle-Orléans, où quatre statues ont été déboulonnées

Le gouverneur de Virginie avait appelé, dès vendredi, les habitants à éviter de se rendre à ce rassemblement, baptisé « Unite the Right », pour lequel un détachement de la Garde nationale de l’Etat avait été mis en alerte. « De nombreuses personnes attendues à Charlottesville veulent exprimer des idées considérées par beaucoup de gens, y compris moi-même, comme abjectes. Tant qu’ils le font pacifiquement, c’est leur droit », avait-il souligné.

Le 8 juillet, quelques dizaines de membres du Ku Klux Klan s’étaient déjà rassemblées dans cette ville paisible et pittoresque, très largement surpassée en nombre par les manifestants antiracistes. Mais les images de ces extrémistes en robe traditionnelle avaient été diffusées dans le monde entier.Cette fois-ci, la droite nationaliste espérait attirer nettement plus de partisans, grâce à la présence de différents responsables de la mouvance Alt-Right, qui avait soutenu Donald Trump pendant sa campagne. Les experts doutent toutefois d’un véritable rapprochement entre ces différents groupes très disparates

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article ... EGo6zGZ.99
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12564
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Fusillade à Washington

Message non lupar etienne lorant » lun. 14 août 2017, 10:58

Fusillade près de Washington: des blessés, dont un élu
Publié le mercredi 14 juin 2017 à 14h19 à Washington (AFP)


Une fusillade sur un terrain de sport fréquenté par des élus du Congrès a fait plusieurs victimes, dont un chef de file du parti républicain à la chambre des représentants, selon la police et les médias.

La police d'Alexandria, à quelques kilomètres de la capitale en Virginie, a indiqué que "le tireur a probablement été arrêté". "Les victimes sont transportées dans des hôpitaux", précise-t-elle. Steve Scalise, l'un des chefs de file du parti républicain à la chambre, a été blessé, a raconté sur CNN, l'un de ses collègue qui lui a porté les premiers secours.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12564
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Ouvrez un compte : la banque vous offre une arme !

Message non lupar etienne lorant » sam. 19 août 2017, 17:24

«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12564
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

la société américaine

Message non lupar etienne lorant » dim. 20 août 2017, 14:32

Nous, Américains, sommes des tueurs incroyablement bons ,

Oak Creek, Aurora, Tucson : hasard du calendrie: hasard du calendrier, ces trois fusillades meurtrières ont fait l’actualité aux Etats-Unis. A chaque fois, le même débat revient sur la question du droit à porter des armes, alors que le deuxième amendement de la Constitution autorise officiellement « le peuple à détenir et à porter des armes ». Pour la première fois, Barack Obama a appelé à un « examen de conscience » sur les moyens de réduire la violence. Une peine perdue pour le cinéaste américain, Michael Moore, qui réagit aux tueries dans une tribune publiée sur le site Alternet et traduite par Courrier international.

Le réalisateur de Bowling for Columbine, un documentaire réquisitoire contre les lobbys proarmes, s’interroge sur la récurrence de ces fusillades aux Etats-Unis. « Depuis que Caïn a pété les plombs et zigouillé Abel, il y a toujours eu des humains qui, pour une raison ou une autre, perdent temporairement ou définitivement la boule et commettent d’indicibles actes de violences », note Michaël Moore. « Mais il existe une différence entre le reste du monde et les Etats-Unis : chez nous, il y a deux Aurora par jour, 365 jours sur 365 », soit 24 Américains tués chaque jour. Un chiffre qui fait des Etats-Unis les « responsables de plus de 80 % des morts par arme à feu survenues dans les 23 pays les plus riches du monde ».

Fort de ce constat, le réalisateur passe en revue les différents arguments avancés pour justifier un tel « rythme » de tirs mortels. En premier lieu, « ils diront que c’est la faute des films et des jeux vidéo violents ». Mais Michael Moore souligne que les Japonais sont également de grands adeptes de jeux vidéo du genre, et que moins de vingt personnes y sont tuées chaque année avec une arme à feu. « D’autres avanceront que toutes ces tueries tiennent au nombre de foyers brisés », relève l’Américain, avant de comparer avec le Royaume-Uni, qui affiche un nombre quasi équivalent de foyers monoparentaux. Résultat : « Moins de 40 meurtres par arme » en Grande-Bretagne.

Est-ce dans ce cas la « culture de l’homme armé » qu’il faut incriminer ? Le réalisateur avoue avancer cet argument, mais réfléchit au fait qu’un pays comme l’Allemagne, au passé de « grands amateurs de bons petits massacres », n’a pas le même problème. Et le nombre d’armes en circulation n’explique pas forcément mieux le phénomène, puisqu’« au Canada aussi les armes sont légion et pourtant le pays ne compte chaque année que quelque 200 morts par arme à feu. »

A la fin de sa tribune, Michael Moore avance sa justification des massacres récurrents qui endeuillent les Etats-Unis : « Tuer est notre façon de résoudre les problèmes qui nous font peur. » Un mécanisme qu’il compare également à la politique extérieure mise en place ces dernières décennies par les gouvernements successifs « accros à l’invasion ». « Nous, Américains, sommes des tueurs incroyablement bons », constate amer le réalisateur qui avait reçu la Palme d’or en 2004.

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/ ... ment-bons/
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12564
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: La société américaine

Message non lupar etienne lorant » mer. 23 août 2017, 17:45

Le ministre américain du Budget a affirmé jeudi que rien ne démontrait l'efficacité du soutien scolaire destiné aux enfants démunis, qui y reçoivent parfois leur seul repas de la journée, afin de justifier la suppression d'un programme public s'occupant de plus d'un million d'écoliers.

Les programmes publics de soutien scolaire «sont censés aider les enfants qui n'ont pas à manger à la maison à être nourris pour pouvoir progresser à l'école. Et bien, devinez quoi? Il n'y a aucune preuve concrète qu'ils le fassent», a déclaré Mick Mulvaney, directeur du Bureau de la gestion et du budget de la Maison Blanche, lors d'une conférence de presse.

Il présentait la proposition de budget 2018 de Donald Trump, qui doit encore être approuvée par le Congrès. Ce projet inclut l'élimination du programme «21st Century Community Learning Centers» qui, selon le site du ministère de l'Education, prend en charge plus d'un million d'enfants et d'adolescents.

«Il n'y a pas de preuves solides que ce programme atteigne ses objectifs, dont celui d'améliorer les performances des élèves», est-il expliqué dans la proposition de budget, qui avance que sa suppression permettrait d'économiser 1,2 milliard de dollars.
Le ministre du Budget a également défendu les coupes prévues dans une enveloppe destinée notamment à financer la distribution de repas à des personnes âgées dans le besoin, estimant qu'il «n'y a juste pas de résultats démontrés».
Inégalités criantes

Une alliance d'organisations publiques et privées défendant le soutien scolaire public, Afterschool Alliance, a rapidement dénoncé «une trahison des millions d'élèves et de parents qui dépendent de ces programmes d'apprentissage».
«Cette proposition dévasterait les familles où les parents travaillent», a-t-elle écrit dans un communiqué. «Elle ne se préoccupe malheureusement que du court terme et bafoue la promesse du président de rendre notre pays plus sûr».

Les inégalités sont criantes dans les écoles américaines, où les enfants issus de familles démunies trouvent parfois leur seul repas de la journée. Plus de 31 millions d'élèves ont reçu en 2012 des repas moins chers ou gratuits grâce à un programme national financé par des fonds fédéraux, le «National School Lunch Program», soit près de 10% de la population américaine.


http://www.leparisien.fr/international/ ... 769812.php
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

LaurentVan
Censor
Censor
Messages : 121
Inscription : jeu. 09 mai 2013, 5:04

Re: La société américaine

Message non lupar LaurentVan » lun. 28 août 2017, 10:47

Bonjour,

Pour ceux qui continuent de consommer des informations fournis par des media du style CNN, New York Time, Washington Post, etc, comme des faits vrais et comme un remplacement parfait pour l’actuel journalisme sans parti pris,…
http://www.zerohedge.com/news/2017-06-0 ... rely-wrong
Je vous saurais gré, dès lors, de m'indiquer quelles sont, pour vous,des "sources fiables" ??? Que pensez-vous de "Bfmtv" ?


Etienne
Bonjour Etienne,

Merci, j’encouragerais à ce titre d'éviter de publier des articles d'officines qui pratiquent le journalisme jaune https://fr.wikipedia.org/wiki/Journalisme_jaune et d'introduire des articles ou vidéo de journalistes qui font un travail d'investigation (enquêtes, analyses critiques, questions ouvertes), de spécialistes/experts en religion, histoire, politique et économie sur lesquelles nous pourrions construire un débat de qualité. Je sais que cela est rare mais pas introuvable et il y a une vraie demande en termes d’audimat (Ex : site d’Alain Soral).

Amicalement,


Revenir vers « Société »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité