La transmission de la foi dans l'Enseignement catholique

Famille - Travail - Chômage - Femme - Enfance - Vieillesse - Handicap - Santé publique
Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7144
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Principes catholiques d'éducation et de pédagogie

Message non lu par Anne » mer. 14 janv. 2009, 1:04

zélie a écrit : Alors voilà, je crois en Dieu, et j'ai même pas eu le temps de me taper tous les bonhommes, et en plus, je ne le regrette même pas!!! ;)
:rire:
Sans commentaires!

Je suis d'accord, encore une fois avec votre analyse.

Ce qui me fait penser que les voies du Mal sont activement à l'oeuvre de manière aussi insidieuse qu'efficace...
Mais, bon, il paraît qu'il faut pas le voir partout... :s
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

zélie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1465
Inscription : ven. 28 nov. 2008, 13:43

Re: Ah ! qu'en termes écclésiastiques tout cela est dit

Message non lu par zélie » ven. 13 févr. 2009, 17:10

Charles a écrit :
Mgr Defois a écrit :Je rêve que, tout en étant des « laboratoires d’humanité » comme je vous le disais dans une précédente lettre, nos établissements deviennent aussi des « écoles de la foi ». Mais entendons nous bien ! Je rêve qu’au travers de la rencontre de leurs équipes éducatives, des pédagogies mises en œuvre, les jeunes qui nous sont confiés puissent apprendre de nous la foi en la vie et en l’Homme.
Pour cette déclaration, Mgr Defois pourrait être sanctionné. Cela ressemble beaucoup à une déclaration d'apostasie.
Charles, pourriez-vous m'expliquer en quoi, selon vous, cette phrase est apostate?
Dernière modification par zélie le ven. 13 févr. 2009, 17:55, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Monseigneur Cattenoz : Renégocier le contrat avec l'Etat

Message non lu par Raistlin » ven. 13 févr. 2009, 17:32

zélie a écrit :Charles, pourriez-vous m'expliquer en quoi, selon vous, cette phrase est apostate?
Je comprends la réaction de Charles.

Personnellement, c'est le terme de "foi en la vie et en l'Homme" qui me choque. Où est donc passée la foi en Dieu ? Dans la bouche d'un évêque, c'est profondément choquant...

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1699
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Re: Monseigneur Cattenoz : Renégocier le contrat avec l'Etat

Message non lu par Charles » ven. 13 févr. 2009, 18:32

Zélie,

:arrow: Mgr Defois parle de foi ou de fidélité :

- "en la vie et en l’Homme"

- "dans le devenir de l’humanité"

- "aux orientations de l’Education Nationale"

Mais pas de foi catholique, ni en Dieu, dans le Christ ou en l'Eglise. Le mot "foi" est tellement signifiant dans le contexte de l'Eglise que l'effort qui est ici fait de le détourner de son sens élémentaire est remarquable.

Tout comme le fait de donner un autre sens au mot "transcendance" : "je veux dire la découverte d'un bonheur et d'un prix de la vie". Non pas celle de Dieu mais la "transcendance" immanente (!) "d'un bonheur" et "d'un prix de la vie", tout à fait indéterminés.

Les mots "foi" et "transcendance" sont intentionnellement détournés de leur sens habituel, c'est un évitement manifeste.

:arrow: Enfin : "les formules dogmatiques et les réglementations éthiques ne rendront jamais le Christ présent dans l’aujourd’hui du monde" n'est rien d'autre qu'un rejet méprisant des dogmes de l'Eglise catholique et de la conscience morale qui découle de notre foi.

Il y a ici l'intention de marquer péjorativement les termes "dogme" et "éthique". Au profit d'une doctrine relativiste qu'on trouve dans ces passages :

- "mettre en débat, dans le cadre même de nos institutions, dans une saine laïcité que nous ne confondons pas avec un silence qui laisse la porte ouverte à toutes les dérives, à la neutralisation des repères, les questions essentielles du sens de la vie"

Il ne s'agit pas de transmettre, mais de "mettre en débat", et quoi ? on ne le saura pas.

- "Non pas pour qu’ils se rallient à ce que vous croyez ou ne croyez pas, mais pour que chacun, dans un dialogue ouvert, puisse construire sa propre cohérence, et à devenir toujours de plus en plus libre"

"Construire sa propre cohérence" cela va bien sûr avec " devenir toujours de plus en plus libre"... des objectifs relativistes et individualistes, certainement pas chrétiens. Des objectifs chrétiens seraient : "construire sa ressemblance à Dieu" et "devenir de plus en plus aimant".

- "le Christ préfère la liberté de ceux qu’il rencontre aux réponses qu’ils peuvent lui donner."

C'est faux, bien sûr. Le Christ montre qu'il aime les réponses de foi, celle du Centurion romain, celle de Simon Pierre au bord du lac. Et pour ce qui est de la "liberté", pensée de façon complètement indéterminée, il y en a un exemple fulgurant dans le moment ou Pilate lui répond "Qu'est-ce que la vérité ?" qui n'est rien d'autre que l'expression d'une liberté et d'une négation du Christ, mais une liberté qui conduit à le crucifier.

- "des hommes et des femmes de dialogue et d’ouverture, puisant chez leurs maîtres de quoi se construire, construisant auprès d’eux leur unité, s’habitant de plus en plus eux-mêmes."

Toujours l'individualisme comme objectif et exprimé dans un langage inepte : "s’habitant de plus en plus eux-mêmes"...

-"il devient plus urgent que jamais d’apprendre aux enfants et jeunes de nos établissements à collaborer étroitement avec tous ceux, incroyants ou inscrits dans d’autres traditions religieuses, et à s’engager activement à rendre notre humanité plus juste et plus fraternelle, à devenir des citoyens du monde."

Eh oui, ce n'est pas la "Cité de Dieu" qui est l'objectif de l'Enseignement catholique d'après Mgr Defois, mais la "Cité terrestre" - celle qui "a poussé l'amour de soi jusqu'à la haine de Dieu" comme le dit saint Augustin.

Ici, il faut comprendre "monde" dans le sens qui s'oppose à "Ciel" ou à "Christ". Pourquoi ? Parce que dans un contexte catholique, il n'y a pas d'autre alternative : la citoyenneté de la Jérusalem céleste ou la citoyenneté du monde.

L'objectif de l'Education catholique est pour lui d'assimiler les jeunes catholiques au monde, de les assimiler à : "incroyants", "débat", "liberté", "autres traditions religieuses","humanité", "devenir de l'humanité", "monde".

Pas de former leur conscience morale (rejet des "réglementations éthiques") ni de leur transmettre le dépôt de la foi (rejet des "formules dogmatiques ").

C'est un manifeste contre l'enseignement catholique qu'a écrit Mgr Defois...

zélie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1465
Inscription : ven. 28 nov. 2008, 13:43

Re: Monseigneur Cattenoz : Renégocier le contrat avec l'Etat

Message non lu par zélie » ven. 13 févr. 2009, 21:01

Merci Charles d'avoir bien voulu développer, très pédagogiquement, votre point de vue. Je me suis permise de le croiser avec les Instructions Officielles de l'Education Nationale de 2008. Ce sont les phrases en italiques. Tout n'est pas à jeter, mais tout est à considérer entre les lignes, et certaines convergences sont intéressantes:
Charles a écrit :Zélie,

:arrow: Mgr Defois parle de foi ou de fidélité :

- "en la vie et en l’Homme"

- "dans le devenir de l’humanité"

- "aux orientations de l’Education Nationale"
Donner à chaque enfant les clés du savoir et les repères de la société dans laquelle il grandit est la première exigence de la République et l’unique ambition de l’école primaire.
- "mettre en débat, dans le cadre même de nos institutions, dans une saine laïcité que nous ne confondons pas avec un silence qui laisse la porte ouverte à toutes les dérives, à la neutralisation des repères, les questions essentielles du sens de la vie"

Il ne s'agit pas de transmettre, mais de "mettre en débat", et quoi ? on ne le saura pas.
Si, les questions essentielles du sens de la vie, comme la présence du Christ dans l'aujourd'hui du monde par exemple, construire sa propre cohérence ou devenir toujours de plus en plus libre... :-D
- "Non pas pour qu’ils se rallient à ce que vous croyez ou ne croyez pas, mais pour que chacun, dans un dialogue ouvert, puisse construire sa propre cohérence, et à devenir toujours de plus en plus libre".

"Construire sa propre cohérence" cela va bien sûr avec " devenir toujours de plus en plus libre"... des objectifs relativistes et individualistes, certainement pas chrétiens. Des objectifs chrétiens seraient : "construire sa ressemblance à Dieu" et "devenir de plus en plus aimant".
préparer, pour tous, une intégration réussie dans la société

- "le Christ préfère la liberté de ceux qu’il rencontre aux réponses qu’ils peuvent lui donner."

C'est faux, bien sûr. Le Christ montre qu'il aime les réponses de foi, celle du Centurion romain, celle de Simon Pierre au bord du lac. Et pour ce qui est de la "liberté", pensée de façon complètement indéterminée, il y en a un exemple fulgurant dans le moment ou Pilate lui répond "Qu'est-ce que la vérité ?" qui n'est rien d'autre que l'expression d'une liberté et d'une négation du Christ, mais une liberté qui conduit à le crucifier.
Je dirais les choses autrement; opposer la liberté de ceux qu'Il rencontre aux réponses qu'ils donnent ne témoigne pas du Christ, en cela que ce n'était pas son état d'esprit, et ça ne l'est toujours pas: nous sommes libres, infiniment libres de cette liberté que Dieu nous a donnée et qui peut aller jusqu'à Lui préférer l'enfer pour toujours. A coté de cela, Jésus est attentif à tous les élans de notre coeur, ne serait-ce que pour les utiliser poiur sauver les pires pécheurs jusqu'au seuil de leur mort, voir l'histoire de Dismas (le bon larron). Donc ces deux aspects se complèteraient plutôt qu'ils ne s'opposeraient...?
- "des hommes et des femmes de dialogue et d’ouverture, puisant chez leurs maîtres de quoi se construire, construisant auprès d’eux leur unité, s’habitant de plus en plus eux-mêmes."
Il est également indispensable que tous les élèves soient invités à réfléchir sur des textes et des documents, à interpréter, à construire une argumentation, non seulement en français mais dans toutes les disciplines, qu’ils soient entraînés à mobiliser leurs connaissances et compétences dans des situations progressivement complexes pour questionner, rechercher et raisonner par eux-mêmes. Ils doivent pouvoir partager le sens des mots, s’exprimer à l’oral comme par écrit pour communiquer dans un cercle élargi. L’intégration à la vie collective suppose aussi que l’école fasse une place plus importante aux arts, qui donnent des références communes et stimulent la sensibilité et l’imagination.
-"il devient plus urgent que jamais d’apprendre aux enfants et jeunes de nos établissements à collaborer étroitement avec tous ceux, incroyants ou inscrits dans d’autres traditions religieuses, et à s’engager activement à rendre notre humanité plus juste et plus fraternelle, à devenir des citoyens du monde."

L'objectif de l'Education catholique est pour lui d'assimiler les jeunes catholiques au monde, de les assimiler à : "incroyants", "débat", "liberté", "autres traditions religieuses","humanité", "devenir de l'humanité", "monde".
Citoyen du monde... d'un monde avant que d'être d'un pays et de sa culture traditionnelle? D'un monde méta-gouverné? Mais peut-être est-ce moi qui extrapole?

L’école primaire développe enfin le respect et la tolérance qui fondent les droits de l’Homme.
Charles a écrit :L'ambition de Mgr Defois est de dispenser "une véritable éducation au développement durable" mais un ersatz d'éducation catholique. Bientôt Mgr Defois parlera à ses ouailles de la nécessité de rendre un culte à Gaïa, ou bien quoi ?
:sonne:
Ils (les élèves de 8 à 10 ans, note de moi) comprennent que le développement durable correspond aux besoins des générations actuelles et futures. En relation avec les enseignements de culture humaniste et d’instruction civique, ils apprennent à agir dans cette perspective.

Les Instructions Officielles de l'Education Nationale :
http://www.education.gouv.fr/bo/2008/hs3/default.htm


Mais quand même, cet évêque, s'il s'adresse à des écoles privées sous contrat, donc laïques et donc soumises aux programme de l'Education Nationale, a-t-il une vraie latitude religieuse pour introduire une nouvelle année scolaire laïque?
Son discours et sa position sont ici cousus, mais pour le reste, n'a-t-il pas laissé d'autres écrits qui pourraient mieux le situer, plus dans son rôle pastoral sans passer par le chemin d'épines de la laïcité à l'école?

Avatar de l’utilisateur
polomnic
Quæstor
Quæstor
Messages : 268
Inscription : jeu. 29 avr. 2004, 18:59

Re: Monseigneur Cattenoz : Renégocier le contrat avec l'Etat

Message non lu par polomnic » sam. 14 févr. 2009, 19:29

Je vous invite à consulter le livre de Rémi Fontaine, "Le Livre Noir et Blanc des évêques de France", sur la déliquescence de l'épiscopat français.
Je ne l'ai pas encore acheté, mais ça ne devrait pas tarder si j'arrive à le trouver.

viewtopic.php?f=94&t=7684

Rémy fontaine était cette semaine invité sur Radio Courtoisie. Si quelqu'un arrive à trouver un enregistrement, ça serait le bienvenu.

Avatar de l’utilisateur
Francoise
Censor
Censor
Messages : 73
Inscription : lun. 07 mars 2005, 15:34
Localisation : France
Contact :

Re: Petit annuaire des écoles catholiques

Message non lu par Francoise » mer. 24 févr. 2010, 15:22

Bonjour,
Je viens relancer ce sujet un peu tombé en désuétude et pourtant, plus que jamais d'actualité.
Je me rends compte que La liste des écoles proposée n'est pas exhaustive. Quelqu'un en aurait-il une plus récente et plus complète ?
Par exemple, les écoles en Yvelines sont plus nombreuses, dans les Bouches du Rhône également.
Bonne journée à tous

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Petit annuaire des écoles catholiques

Message non lu par jean_droit » mer. 24 févr. 2010, 15:37

Peut être que la liste des écoles hors contrat, catholiques ou non :
http://www.creer-son-ecole.com/ecoles.php
Est à jour ......

Avatar de l’utilisateur
JR
Barbarus
Barbarus

Re: Petit annuaire des écoles catholiques

Message non lu par JR » jeu. 25 févr. 2010, 22:59

Puis je répondre au bon SEB,

Je me permet de vous contredire,
Mes enfants sont dans les écoles que vous décrivés.

Nous prions tous les soirs en famille pour le Pape et pour l'Eglise et le mot d'anti Christ n'existe pas chez nous.
Je me permet de vous donner une anecdote réelle.
Une jeune fille arrive à l'âge de la confirmation.
La mère de la classe demande aux filles qui ne l'ont pas encore reçue d'assister aux préparations.
La jeune fille répond : Je ne me ferai pas confirmer par un évêque qui parle au Pape.
Réponse de la mère : allons voir Mère Prieur.
La Mère Prieur appelle les parents qui refusent à leur tour et préfèrent venir chercher immédiatement leur enfant. Qui n'a plus rien à faire dans cette école.
Sachez que vos propos sont injustes vis à vis des Dominicaines. Il n'y a pas de différences entre les enfants, qu'ils soient de St Pierre ou de SPieX. (Ils peuvent être confirmés par qui ils veulent.)

Je peux garantir la même chose pour les Ecoles de garçons.
Je n'ai jamais entendu parler d'antichrist.

Que la nouvelle messe soit attaquée : c'est vrai.
Qu'elle soit qualifiée de se rapprocher des protestants : c'est vrai aussi.
Ensuite vous pourrez toujours trouver, ça et là, des propos exagérés.


Pour ne les voir que tous les trois semaines ?
C'est faux les enfants peuvent aussi être externes.

Je vois les écoles dont vous parlez, où ils sont obligatoirement internes, mais elles ne sont pas de chez nous.
Je pense qu'il y a confusion.


Pour le texte que vous donnez, pouvez vous nous donner aussi son contexte ?

En union de Prière.

Avatar de l’utilisateur
Francoise
Censor
Censor
Messages : 73
Inscription : lun. 07 mars 2005, 15:34
Localisation : France
Contact :

Re: Petit annuaire des écoles catholiques

Message non lu par Francoise » dim. 28 févr. 2010, 6:14

Merci beaucoup Jean Droit, voilà exactement ce que je cherchais ! Cette liste est vraiment bien faite.
Encore merci !
"Je ne meurs pas, j'entre dans la vie." Sainte Thérèse de Lisieux

Avatar de l’utilisateur
Mistral
Censor
Censor
Messages : 158
Inscription : mar. 30 déc. 2008, 22:50
Localisation : Var

Exemple d'une école privé sous contrat

Message non lu par Mistral » jeu. 22 avr. 2010, 14:35

Bonjour à toutes et à tous,

Je vous rapporte une petite expérience très récente que ma compagne et moi-même avons vécu lors d'un entretien avec la Directrice d'un établissement privé sous contrat de confession catholique, en vue, éventuellement, d'y inscrire notre fils de 10 ans et demi qui rentre en 6ème en septembre 2010.

Préalablement à cet entretien, nous avions eu des retours assez partagés sur cet établissement :
- d'un côté, un passé lointain assez illustre, de part le charisme et la sainteté de son fondateur, et le sérieux de ses continuateurs (des pères respectés et impliqués dans le projet spirituel et éducatif de l'établissement), un cadre magnifique.. ;
- de l'autre, un passé récent assez mouvementé qui m'a été rapporté par deux personnes de mon entourage : gros soucis d'encadrement, des classes plus chargées que prévu, un suivi moyen, etc. Depuis moins d'un an, l'école était dotée d'une nouvelle Directrice à sa tête.

Bref, nous étions partagés.
A notre arrivée dans la cour, pas de signe extérieur nous permettant de savoir que nous nous trouvions dans un établissement de confession catholique, si ce n'est la vieille chapelle et la statue du fondateur. Dans les locaux administratifs, pas de crucifix. Autour du cou de la Directrice, non plus.
Dès le début de l'entretien, j'ai posé la question suivante : "qu'est-ce qui vous singularise sur le plan de l'enseignement, de l'éducation et spirituel ?"
Réponse de la Directrice : "tout d'abord, je vous réponds sur le plan spirituel : nous sommes une école privé sous contrat. A ce titre, nous accueillons les enfants de toutes les religions, nous n'imposons rien sur ce plan. Nous ne faisons pas de prosélytisme".

N'en jetez plus. Je suis dégouté et en colère.

Certes, je ne suis pas naïf. Je sais bien que le conventionnement de ce type d'établissement avec l'État impose certaines règles restrictives, mais j'ai vraiment senti une volonté de ne rien mettre en avant sur le plan religieux. Proposer aux enfants d'assister au catéchisme, proposer aux enfants ceci cela, mais tout était à l'avenant.
Il me semble qu'à l'inverse, Monseigneur Cattenoz a récemment donné des directives aux responsables d'établissement privés sous contrat en Avignon, demandant notamment qu'une heure par semaine soit consacré à la prière pour les enfants.
Bref, les évêques et les Directeurs ont une certaine marge de manœuvre.

Voilà c'était simplement pour vous rappeler ce fait qui me choque vraiment. Ce catholicisme optionnel, ce catholicisme que l'on cache pour ne pas gêner, un écrin sans joyau,un corps sans souffle de vie. Un établissement qui n'a de catholique que le nom.Voilà l'impression que j'ai eu, et je crois que pour l'encadrement et le prix proposés, il vaudra mieux que mon fils aille pour une année dans un collège public de ma ville, en attendant que l'on déménage pour de meilleurs cieux.

Bien à vous.

Avatar de l’utilisateur
Anonymus
Senator
Senator
Messages : 748
Inscription : ven. 22 janv. 2010, 13:54

Re: Exemple d'une école privé sous contrat

Message non lu par Anonymus » jeu. 22 avr. 2010, 17:23

Mon point de vue a toujours été qu'il vaut mieux envoyer ses enfants dans le public et se charger du spirituel soi même. Et votre expérience m'en convint encore plus.

Avatar de l’utilisateur
Mistral
Censor
Censor
Messages : 158
Inscription : mar. 30 déc. 2008, 22:50
Localisation : Var

Re: Exemple d'une école privé sous contrat

Message non lu par Mistral » jeu. 22 avr. 2010, 18:51

Je suis vraiment écœuré que dans le domaine de l'enseignement, comme dans d'autres, le catholicisme soit considéré désormais par certains de ses prétendus défenseurs comme un vague humanitarisme socio-moral parmi d'autres, et non pas comme un ensemble de Vérités essentielles à transmettre. :thumbdown:
"Au lieu de craindre ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l'âme, craignez Celui qui peut précipiter dans la Géhenne corps et âme." (Matthieu 10 - 28)

"Chercher Dieu, c'est la foi, le trouver c'est l'espérance, le connaître c'est l'amour, le sentir c'est la paix, le goûter c'est la joie, le posséder c'est l'ivresse." (Marthe Robin - Si le grain de blé ne meurt)

"Ceux qui sont conduits par le Saint-Esprit ont des idées justes. Voilà pourquoi il y a tant d'ignorants qui en savent plus long que les savants." (Saint Curé d'Ars)

zélie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1465
Inscription : ven. 28 nov. 2008, 13:43

Re: Exemple d'une école privé sous contrat

Message non lu par zélie » jeu. 22 avr. 2010, 20:09

Mistral,
ça vaudrait le coup de creuser la question de l'enseignement dans le privé sous contrat, car je crois que justement l'état ne paie que si l'enseignement est gratuit, pour tous, et laïque. Donc en fait dès qu'on a un contrat avec l'état, le religieux est évacué, seul le nom de l'établissement garde une note religieuse. Des établissements privés sous contrat peuvent proposer des moments de prière ou d'enseignement religieux, mais c'est super light et optionnel, jamais obligatoire, ni pour l'élève, ni pour l'étalbissement. En fait l'état et l'établissement y trouvent leur compte, l'état en récupérant des profs et des lieux à moindre coût, et l'établissement en continuant à exister grâce aux allocations d'état.
MAis peut-être quelqu'un de mieux renseigné que moi pourrait préciser les choses.
Bref, juste pour vous dire qu'entre vos souhaits et la réalité des choses, il risque fort d'y avoir un décalage. Peut-être un établissement privé hors contrat, celui-là donc réellement religieux, pourrait mieux correspondre à vos attentes.

MB
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 977
Inscription : lun. 26 juil. 2004, 0:03

Re: Exemple d'une école privé sous contrat

Message non lu par MB » jeu. 22 avr. 2010, 22:09

Bonjour Mistral

Désolé de le dire ainsi, mais je crois hélas qu'il ne faut pas s'arrêter à ce "détail" : le seul endroit de France où l'enseignement secondaire se fait bien - il ne s'agit pas de religion, mais d'enseignement seulement -, c'est désormais dans le privé. Donc envoyez-y votre enfant si vous le pouvez ; dans le public, même de centre-ville, vous le livrerez à la tyrannie du groupe, des marques, des Ipods, des profs gauchistes (je sais de quoi je parle), etc. Il y a des exceptions, mais ne prenez pas de risques.

De plus, n'oubliez pas que l'ambiance des relations entre le Ministère et les écoles privées est absolument exécrable : les pontes de l'Educ'nat' ont parié à terme sur la suppression de ces établissements. les écoles sous contrat sont très surveillées ; plusieurs des candidats à l'inscription de leurs enfants peuvent être des taupes. Dans ce cadre, les gens que vous avez vu ont juste voulu éviter les ennuis en prêtant le flanc à d'éventuelles accusations d'intolérance ; ils ont le droit de bien vouloir faire marcher la baraque. Après, peu importe ce qu'ils vous disent officiellement ; il faut voir ce qu'on y fait en vrai, de l'intérieur.
Et de toute façon, rien ne vous empêche d'assurer vous-même l'instruction religieuse de vos enfants ou de la confier à des personnes sûres ; cette condition remplie, autant les mettre dans une école à la sortie de laquelle ils sauront lire et écrire !

Amicalement
MB

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité