La foi religieuse

Famille - Travail - Chômage - Femme - Enfance - Vieillesse - Handicap - Santé publique
mgls
Censor
Censor
Messages : 83
Inscription : dim. 09 mai 2004, 19:40
Localisation : Compiègne (Oise)
Contact :

La foi religieuse

Message non lu par mgls » lun. 08 août 2005, 18:44

"France, qu'as-tu fait de ton baptême ?" Jean-Paul II (Le Bourget - 1er juin 1980)

Christian
Senator
Senator
Messages : 975
Inscription : dim. 05 déc. 2004, 10:25
Localisation : Londres

Message non lu par Christian » lun. 08 août 2005, 21:05

J’ai voté aussi. Mais à voir le nombre de pratiquants musulmans deux fois supérieur à celui des chrétiens, le téléphone arabe a dû fonctionner activement pour les encourager à voter. Ce genre de sondage en ligne ne représente que l’opinion des groupes les mieux coordonnés. Je pense que le but de la chaîne est bien plus d’attirer l’attention d’un public concerné sur l’émission à venir que d’effectuer un réel sondage.

Christian

Jean-Pierre DALIBOT
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 77
Inscription : mer. 04 août 2004, 11:48
Contact :

sondage

Message non lu par Jean-Pierre DALIBOT » mar. 09 août 2005, 17:33

J'aimerais que l'on puisse faire la distinction entre RELIGION et FOI

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1699
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Message non lu par Charles » mar. 09 août 2005, 17:43

Comment et pourquoi ?

Jean-Pierre DALIBOT
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 77
Inscription : mer. 04 août 2004, 11:48
Contact :

SONDAGE

Message non lu par Jean-Pierre DALIBOT » mar. 09 août 2005, 21:01

Est-ce que je crois ?
ou
Est-ce que j'ai de la religion ?

La foi religieuse, je ne comprends pas.

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1699
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Message non lu par Charles » mar. 09 août 2005, 23:10

C'est qu'il y a une seule vraie religion mais beaucoup de fausses... un vrai rapport au vrai Dieu... et beaucoup d'idolâtries, beaucoup d'erreurs, de mensonges et de fausses conceptions de Dieu et du sacré...

Jean-Pierre DALIBOT
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 77
Inscription : mer. 04 août 2004, 11:48
Contact :

sondage

Message non lu par Jean-Pierre DALIBOT » mer. 10 août 2005, 8:14

"C'est qu'il y a une seule vraie religion mais beaucoup de fausses... un vrai rapport au vrai Dieu... et beaucoup d'idolâtries, beaucoup d'erreurs, de mensonges et de fausses conceptions de Dieu et du sacré..."
En effet il peut y avoir des erreurs. Jésus nous a mit en garde "Méfiez-vous des faux prophètes, qui viennent à vous déguisés en brebis, mais au dedans sont des loups rapaces. C'est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez "Matthieu VII, verset 15
Mais aucune religion n'est à l'abri. Mais il me semble que la foi est première, ensuite vient donc la religion.
Je fais trois plans :
- Celui des connaissances scientifiques, dans l'ordre des sciences naturelles, comme dans l'ordre des sciences humaines: psychologique, sociologique, histoire.
- celui des croyances religieuses, qui peuvent être d'ordre intellectuel.
- celui de la foi, qui est de l'ordre d'un rapport personnel à Dieu, qui se révèle à nous de différentes manières. Je pense à toutes les expériences des apôtres.

Christian
Senator
Senator
Messages : 975
Inscription : dim. 05 déc. 2004, 10:25
Localisation : Londres

Dieu et la connaissance scientifique

Message non lu par Christian » jeu. 11 août 2005, 0:24

Votre intervention, mon Père, avec ce saucissonnage des ‘plans de connaissances’, m’a rappelé un article que j’avais confié à une revue, voilà bien des années. Il est un peu long, mais l’ayant finalement retrouvé niché dans les sillons de mon disque dur, je ne me prive pas du plaisir de vous le soumettre.

+++

[align=center]DIEU et la connaissance scientifique[/align]

[align=justify]Dieu est objet de connaissance. On peut s'en moquer, comme de tout, mais si on veut en parler sérieusement, il faut le faire avec les outils du discours sérieux, ceux de la science.

Les chrétiens y ont renoncé. Eux qui devraient être les premiers à enseigner la connaissance de Dieu nous répondent piteusement que c'est une affaire "de foi". Il faudrait distinguer la science de la foi. Pourquoi ? Ou Dieu peut se connaître, comme nous connaissons la structure des atomes, le mouvement des planètes, la date de la bataille de Pharsale, ou il est une chimère. Mais si cette seconde option est vraie, un dieu chimérique, comment expliquer que des millions de gens, et parmi eux de brillants esprits, aient affirmé son existence. Si j'étais juge et que tant de témoins aux références impeccables attestassent la réalité d'un phénomène, pourrais-je rejeter de mon enquête un tel élément sans même le considérer ?

A condition, bien sûr, que l'enquête m'intéresse. Beaucoup d'objets de connaissance me laissent complètement indifférent. Je ne ferai pas le moindre effort pour apprendre la physique, la chimie, les langues africaines, la vie des bêtes, l'emplacement des galions disparus ou la géologie. C'est mon choix personnel. D'autres sujets me tentent bien, le latin, le russe, la biologie, l'histoire, mais ce n'est pas à ceux-là que j'ai décidé de consacrer mon temps rationné. Nous fonctionnons tous ainsi. Nous acquérons quelques savoirs, plus ou moins facilement, et pour les autres nous faisons confiance aux experts.

Cette confiance est bien placée, elle n'est pas "un acte de foi", si ces experts ne nous communiquent pas seulement le résultat de leur apprentissage, mais l'apprentissage lui-même ; s'ils sont capables, à notre demande, de nous enseigner la méthode qui nous permettra de reproduire le résultat.

Chaque science a sa méthode et, dans son élaboration, développe ses outils propres. Le géographe n'apprendra pas grand-chose de son sujet en se munissant de bistouris, ni le chirurgien qui s'équiperait d'un télescope. Même si les scientifiques gagnent souvent à la transdisciplinarité, il n'en reste pas moins qu'une science se définit plus par les méthodes qu'elle emploie que par les sujets qu'elle aborde.

Toute science passe donc par l'apprentissage d'une méthode. Long, fastidieux, il n'est pas à la portée de tout le monde, mais nous considérons que les acquis de cette science sont certains si suffisamment de gens passés par l'apprentissage nous les confirment. Car alors, nous pouvons être assurés que nous aussi, si nous en avions l'envie, le temps et la capacité intellectuelle, pourrions refaire les expériences et vérifier les résultats.

Dieu est un objet de connaissance comme tous les autres. Cette connaissance, comme toutes les autres, passe par un apprentissage. De même que certains ont la "bosse des maths" ou le don des langues, quelques uns apprennent Dieu sans effort, d’autres abandonnent très tôt. Ils pourront toujours reprendre par la suite. D'innombrables experts ont suivi l'apprentissage jusqu'au bout. Et voilà qu'ils nous communiquent le résultat, ils attestent de leur rencontre avec Dieu et nous expliquent Ses oeuvres. Nous pouvons leur faire confiance, non pas à cause de leur nombre, mais parce qu'ils nous enseignent la méthode. Comme celle de toute science, la méthode a emprunté à d'autres disciplines, la philosophie, l'art, l'exégèse, mais ses fondements sont les mêmes depuis 2.000 ans et plus : lectures de textes sacrés, prières, méditations, rituels, sacrements...

Qu'on ne soit pas intéressé par le sujet de Dieu, c'est un droit. Qu'on soit intéressé, mais pas suffisamment pour investir le temps et l'effort nécessaires à Le connaître, c'est un choix. Ce qui n'est pas rationnel en revanche, et absolument pas scientifique, est de refuser d'apprendre et puis de se prononcer sur la validité des connaissances : "Je ne veux même pas consulter les sources de l'historien, je déclare seulement qu'il a tort". "Je n'ai pas besoin de refaire les calculs de l'astrophysicien, je sais que les trous noirs n'existent pas". Ce n'est pas sérieux.

Ceux qui peuvent parler sérieusement de Dieu ne sont pas ceux qui ont "la foi", mais ceux qui ont une approche scientifique. Ceux-là peuvent tenir trois raisonnements également valables : Ou ils ne sont pas intéressés par le sujet, ce n'est pas leur branche, et ils ne se prononcent pas ; ou ils acceptent le témoignage des experts, de ceux qui ont suivi la méthode prévue par cette discipline particulière, et ils reconnaissent que Dieu existe, à charge pour eux d'en tirer les conséquences ; ou encore, ce qui est vraiment la démarche scientifique, ils refont les expériences, ils mettent en pratique l'enseignement de l'Eglise, et vérifient par eux-mêmes les résultats.

"Faites les gestes et vous croirez", assurait Pascal. "Pratiquez zazen et vous atteindrez l'illumination", promettent les moines bouddhistes.

Ou peut-être pas. Dans une très jolie nouvelle, Somerset Maugham raconte l'histoire d'un jeune homme riche qui quitte sa famille, renonce à une carrière toute tracée dans la banque ou la politique, pour devenir pianiste. Des années durant, il fait les gestes. Il suit l'enseignement des meilleurs conservatoires. Mais une grande artiste un jour lui dit la vérité. Il sera un bon pianiste, il aura du plaisir à jouer pour lui-même et des amis ; mais il ne sera jamais un artiste. De désespoir, il se tue.

Se peut-il que Dieu, comme Euterpe, ne soit pas au rendez-vous ? Beaucoup de scientifiques ne trouveront pas ce qu'ils cherchent. Ou trouveront autre chose. Mais est-ce à conclure que leurs travaux n'étaient pas rationnels ?

Toute entreprise humaine qui ne ferait pas appel à la raison est irrecevable. L'idée de Dieu le serait si elle n'était qu'affaire de "foi". Mais c'est dans sa méthode qu'une démarche est fondée en raison, non pas dans la certitude d'aboutir. Accepter de chercher Dieu sérieusement, scientifiquement, n'est pas donné à tout le monde. C'est peut-être pourquoi d'aucuns appellent cette acceptation "une grâce".[/align]

+++

Christian
[align=center][/align]

kourou
Civis
Civis
Messages : 1
Inscription : dim. 18 sept. 2005, 22:29

Un socle dans la tempête

Message non lu par kourou » lun. 19 sept. 2005, 14:37

La Foi religieuse est pour moi comme un socle dans la tempête. Ce "point fixe" est une nécessité dans notre existence passagère et nous permet d’essayer de mieux comprendre les raisons de notre présence ici et maintenant. Nos illusoires certitudes qui nous permettent parfois de « défier » le Divin ou mieux de le nier, ne pèsent pas lourd en réalité. Durant notre courte vie, nous ne faisons que découvrir une infime partie de son œuvre .
La Foi religieuse est l’un des liens qui nous relie au Divin.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités