Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrel

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Barbarus
Barbarus

Re: Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrel

Message non lu par Christophe67 » mar. 18 oct. 2016, 16:28

Un article retrouvé sur ce sujet en faisant une recherche :

La Ligne Azur, plus que jamais au centre des polémiques sur le «genre» (Le Figaro)

Quand plusieurs faisceaux convergent dans une même direction on a du mal à soutenir la théorie du hasard, et quand un site - qui n'est pas l'E.N.- mais est parrainé par lui diffuse ce genre de documents, doit on forcément la dédouaner de toute responsabilité ?

Cordialement.

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1732
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrel

Message non lu par prodigal » mar. 18 oct. 2016, 17:55

Cher Christophe67,
j'ignore tout de cette affaire, et je vous remercie de vos informations.
Cependant, si j'ai bien compris (je n'en suis pas sûr) il s'agirait d'une association agréée par l'EN, et qui aurait dérapé, c'est bien cela? Je crois tout à fait que c'est possible, j'ai rappelé moi-même que des faits de ce genre avaient eu lieu lors des campagnes de prévention contre le sida.
Pour ma part j'ai juste dit deux choses : que Najat Valhaud-Belkacem n'a apparemment pas menti en disant que non, l'EN n'enseignait pas "la théorie du genre" (en attendant la preuve du contraire) et que le conditionnement idéologique donné à l'école (donc, je reconnais qu'il existe) ne faisait que relayer les demandes majoritaires des parents. Votre information tend d'ailleurs à le prouver : si ce n'est pas le cas, l'EN est condamnée.
Je suis d'accord avec Suliko par exemple pour dire que l'EN encourage fortement à l'absence de discrimination garçon-fille, qu'elle milite, on peut aller jusqu'à employer ce mot, en faveur de l'égalité et de la mixité (et maintenant contre l'homophobie). Autrefois un slogan diffusé par la télévision disait que "comme les pantalons, les métiers n'ont pas de sexe". Mais cela tient à ce que la société civile pense la même chose, et qu'elle demande à l'EN de transmettre ces valeurs.
Le problème des traditionalistes, c'est que ce qu'ils défendent est pratiquement toujours minoritaire, d'où la stratégie qui consiste à conduire de faux procès destinés à faire peur, car les vrais procès, ils savent qu'ils les perdraient devant l'opinion. L'opinion, c'est ainsi, est favorable à l'égalité homme-femme et considère que chacun est libre de sa sexualité pourvu qu'elle ne concerne que des adultes consentants. Mais ce n'est pas la théorie du genre, ça.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9476
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrel

Message non lu par PaxetBonum » mar. 18 oct. 2016, 20:20

prodigal a écrit :le conditionnement idéologique donné à l'école (donc, je reconnais qu'il existe) ne faisait que relayer les demandes majoritaires des parents. Votre information tend d'ailleurs à le prouver : si ce n'est pas le cas, l'EN est condamnée..
Bonsoir Prodigal,

Je ne crois pas que l'EN ne fasse que relayer les demandes majoritaires des parents.
Et l'EN n'est condamné que lorsque l'on prend le temps et les moyens de lui faire un procès.

Par exemple vous parlez du sida.
Et bien des associations toujours agréées par l'EN ont présentés le 'Manège Enchanté" à des enfants…
Je vous laisse juge de ce manège :

Image

On est bien loin de Pollux, cabot et pas chien de luxe…
Je ne suis pas persuadé qu'une majorité de parents soient pour.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1732
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrel

Message non lu par prodigal » mar. 18 oct. 2016, 20:52

Eh bien il me semble que si vous avez vent de telles pratiques il n'y a qu'à porter plainte.
Je vous ai dit moi-même avoir entendu que sous prétexte du sida des dérives s'étaient produites. Mais nous sommes loin du propos initial.
Je vous rassure, il n'y a toujours aucun professeur d'enfilage de préservatif dans les établissements scolaires, ni pour la théorie ni pour la pratique.
Mais il est exact qu'il faudrait parfois voir ce qui se passe lorsque une classe est confiée à des intervenants extérieurs, et dénoncer ce qui doit être dénoncé. Je ne suis pas sûr en effet que toutes les précautions nécessaires soient toujours prises.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9476
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrel

Message non lu par PaxetBonum » mar. 18 oct. 2016, 22:08

prodigal a écrit : Mais il est exact qu'il faudrait parfois voir ce qui se passe lorsque une classe est confiée à des intervenants extérieurs, et dénoncer ce qui doit être dénoncé. Je ne suis pas sûr en effet que toutes les précautions nécessaires soient toujours prises.
Je suis même certains du contraire.
L'agrément coupable et complice que l'EN donne à ces organismes leur est une porte ouverte à toutes les dérives.

PS : ce manège enchanté n'est pas une invention de mon cerveau malade en voici les références officielles :
http://www.lecrips-idf.net/miscellaneou ... chante.htm
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Barbarus
Barbarus

Re: Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrel

Message non lu par Christophe67 » mer. 19 oct. 2016, 10:28

bonjour Prodigal,
j'ignore tout de cette affaire, et je vous remercie de vos informations.
Je vous en prie, comme quoi "ignorer" ne veut pas dire "ne pas exister".

... il s'agirait d'une association agréée par l'EN, et qui aurait dérapé, ...
Vous utilisez le conditionnel pour des faits établis et vous transformez le mot "parrainée" par "agréée" ce qui est tout de même différent.
Un simple rappel à la définition de ce mot, pour l'ensemble des lecteurs de ce fil, montre le niveau de responsabilité ainsi que l'implication possiblement financière. (par le terme possiblement je garde toujours une certaine prudence alors que le CE est plus explicite sur ce fait).

Parrainer (Larousse)
Servir de caution à quelqu'un en le faisant admettre dans une société.
Appuyer une entreprise, un projet de son autorité morale.
Synonyme de sponsoriser.


Quid d'une action orchestrée peut être volontairement ? Il ne s'agit pas d'y croire forcément, mais faut-il rejeter cette possibilité ?

Malgré tout les éléments proposés, et qui suffiraient pour tout jury à une prise en considération sur le simple fait du doute raisonnable (en France on ne rend pas la justice comme aux USA), vous gardez une posture défensive très corporatiste. Cela dit je le comprends, s'il en était de même sur l'armée (et non les ministres de la défense dont je n'ai que faire) je demanderai aussi des preuves solides, mais quand même pas au point de balayer ou déconsidérer un ensemble de pistes ou arguments. Le fait que St Thomas ait dû voir pour croire, n'aurait rien enlevé à la réalité de la Résurrection.

Quelle facilité pour l'EN et ses responsables, par une simple pirouette, de rejeter la faute, et sur les éditeurs, et sur le dérapage d'une association. L'État ayant payée l'amende de 3000 euros je vous laisse conclure sur la reconnaissance en responsabilité que cela implique. Le moindre PV de stationnement l'indique en clair.
Le problème des traditionalistes, c'est que ce qu'ils défendent est pratiquement toujours minoritaire, d'où la stratégie qui consiste à conduire de faux procès destinés à faire peur, car les vrais procès, ils savent qu'ils les perdraient devant l'opinion.
Même si j'accepte la qualification de conservateur et que je ne prends pas l' appellation de traditionaliste à titre personnel, je pense néanmoins que vous usez de moyens que vous dénoncez un peu plus haut.
Vous qualifiez de faux procès une action en justice, auprès de la plus haute autorité juridique de ce pays, dans lequel l'EN a été condamnée, condamnation qui a été exécutée par le paiement de l'amende fixée. Ou est donc le faux procès ?
C'est juste une petite victoire, une escarmouche, qui tend à dévoiler la duplicité (même si "la malice" me semblait plus adaptée) avec laquelle le sujet est traité et amené dans la société.

Quand à l'opinion générale, manipulée dans cette société ou l'apostasie est quasi générale, je ne vois pas ou sa légitimité serait supérieure à la vérité ? La vérité est une et toujours la même, est ce le nombre qui doit la définir ? Ce serait la loi du plus fort dans ce cas.
Mais je vais dans votre sens en reconnaissant que cette vérité devient minoritaire, et donc ce qu'ils défendent est pratiquement toujours minoritaire.
Est ce qu'une société qui rejette massivement les valeurs morales qui l'ont fondée, au profit de ses passions immédiates voir même de l'anti "has been", aurait une légitimité supérieure face à cette minorité ?
En effet cette minorité perdrait face à l'opinion, mais vu la déliquescence morale cela est il un réel argument ou simple rhétorique ?

Je ne sous estime jamais l'autre aussi je ne pense pas que nous ayons affaire à des imbéciles, que des issues de secours ont été placées, aussi je crois que quelle que soit la preuve ou l'argument avancé, une échappatoire reste toujours possible et ce à tous niveaux. Ainsi qu'un refus d'assumer la responsabilité qui va avec le job, on le voit de plus en plus dans les interviews de cette oligarchie de fait.
Le niveau le plus facile étant au final de pointer du doigt une minorité si archaïque, si moralisatrice qu'elle en est un frein à l'évolution sociétale. Et l'opinion est si prompt à condamner des moralisateurs qui les renvoient face au désordre des passions qui commandent à la volonté et à l'intelligence; il est si simple de les abaisser que de se redresser.

Quant à l'action privée je n'y crois pas, je choisis de laisser agir.
Si l'opinion majoritaire décide, pour satisfaire son oreille, d'écouter des fables pour foncer dans le mur, alors plus vite nous y entrerons, plus vite nous solutionnerons le problème. Ce n'est pas du défaitisme, mais un ras le bol de voir traîner les choses.

Dieu aura le dernier mot, en cela je crois, le reste n'est que détail.


Cordialement.

PS: quant aux "poseurs de préservatifs", j'en ai apprécié l'humour mais néanmoins vous êtes dans l'erreur Prodigal, des profs de SVT (je ne dis pas tous) ainsi que des infirmières scolaires s'en chargent. J'en ai même vu passer aux infos mais cela n'étant pas appuyé par un document officiel, je crains que vous ne le refusiez.

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1732
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrel

Message non lu par prodigal » mer. 19 oct. 2016, 11:23

Christophe67 a écrit : Quand à l'opinion générale, manipulée dans cette société ou l'apostasie est quasi générale, je ne vois pas ou sa légitimité serait supérieure à la vérité ?
Vous m'avez mal compris, ou plutôt je me suis mal exprimé. Je ne dis absolument pas que l'opinion majoritaire a raison, bien au contraire.
Mais j'essaie de comprendre pourquoi on préfère, lorsqu'il s'agit de l'éducation nationale, inventer de faux procès plutôt que d'instruire les vrais.
Car c'est bien un faux procès que d'essayer de faire croire que les professeurs doivent enseigner comme une vérité officielle la "théorie du genre". C'est toujours le point d'accusation, et j'attends toujours la preuve que je me trompe.
En revanche, il y a de vrais procès à faire. Vous en ajoutez un nouveau d'ailleurs, en disant que les infirmières et même certains professeurs (ce dont je doute, en revanche je vous crois pour les infirmières) seraient officiellement chargés d'expliquer aux jeunes comment on pose un préservatif.
Pourquoi donc préférer les faux procès aux vrais? Parce que le but est de manipuler l'opinion, et que les vrais procès seraient perdus devant l'opinion, qui certes n'a pas raison, mais qui est placée, qu'on le veuille ou non, en position de juge, puisque les media sont alertées.
C'est le vieux principe de la calomnie, à partir du célèbre axiome qui dit qu'il n'y a pas de fumée sans feu, par lequel on démontre, selon les besoins, que l'Opus Dei est pro nazie, que le clergé sud-américain fut naguère pro terroriste, et bien entendu que les prêtres sont pédophiles.
La pornographie est un vrai danger pour la jeunesse, et pour l'âge mûr aussi d'ailleurs. Mais ce n'est pas de la faute de l'EN. Plutôt celle d'Internet, s'il faut trouver un responsable.
Remarquez que c'est un honneur, d'une certaine façon, de subir la même accusation que celle de Socrate, à savoir de corrompre la jeunesse, mais c'est un honneur dont on se passerait bien. Comprenez-vous que cela puisse être lassant à force, de se faire accuser des maux que, à sa petite échelle et selon ses devoirs d'état, on essaie de combattre?
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Barbarus
Barbarus

Re: Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrel

Message non lu par Christophe67 » mer. 19 oct. 2016, 12:34

Prodigal,

J'ai toujours apprécié vos interventions, ainsi que nos échanges, notamment dans leur modération mais je ne vous connaissais pas ce côté
borné, et ce n'est pas dit de façon péjorative mais amicalement (et le sourire en l'écrivant). Cela indique que dans ces échanges nous touchons, l'un comme l'autre, à un côté passionnel de ce débat.

Aussi je ne comprends pas ce rejet systématique et la qualification de "faux procès".
A la base, j'étais parti sur des échanges à base de preuves comme vous le souhaitiez, alors pardonnez moi si je dévie sur la forme du débat.
Car c'est bien un faux procès que d'essayer de faire croire que les professeurs doivent enseigner comme une vérité officielle la "théorie du genre". C'est toujours le point d'accusation, et j'attends toujours la preuve que je me trompe.
je pense qu'il y a une incompréhension dans les échanges de ce fil, rappelons que "la théorie du genre", comme son nom l'indique n'est qu'une théorie qui a une vingtaine d'années (et qui comme par hasard nous vient encore des USA). Tout comme l'est encore la théorie de l'évolution. Nous ne débattons donc pas sur le contenu et il n'y a pas de vérité officielle la concernant.

Seulement chez les évolutionnistes la théorie de Darwin tient lieu de vérité et bien souvent comme moyen d'opposition au divin.
Allant même à l'encontre des termes de Darwin, lui-même, sur la validation de sa théorie (référence aux découvertes sur les cellules pour les intéressés).

Il y a donc des "évolutionnistes" de la théorie du genre.
Seulement il y a un côté malsain, du fait que les "évolutionnistes", et surtout depuis 1905, peuvent utiliser la méthode la plus efficace qui soit pour inculquer cette théorie : l'enseignement officiel.

Je suppose qu'en tant qu'enseignant vous avez du constater que ce que vous enseigniez était reçu comme une vérité. Cela ne veut pas dire que vous n'accordiez pas aux élèves le droit d'avoir un esprit critique mais j'imagine que vous n'avez pas eu à tout enseigner en étant chargé de la preuve ? Nous entrons donc dans le domaine du Croire.

Aussi quand je dis que j'ai vu, de mes yeux, dans un journal télévisé à une heure de grande écoute, un reportage sur une prof de SVT qui enseignait la pose d'un préservatif, vous rejetez systématiquement l'information, vous refusez de me croire.
Et je mets de côté les témoignages que je reçois également du corps enseignant comprenant qu'ils ne sont, pour vous, pas recevables.
Je ne demande pas que vous me croyez sur parole, mais que votre sens critique vous pousse à faire des recherches en ce sens afin de forger vos conclusions en toute connaissance. par le terme "toute" je fais allusion bien entendu aux propos "pour" et "contre".

Je peux me lancer dans une recherche dans l'espoir de retrouver, sur Youtube/Dailymotion ou même sur le site de l'INA, cet extrait,
Seulement, PaxetBonum qui a procédé ainsi se voit opposer un refus systématique. Ainsi en nous refusant toute crédibilité de témoigner nous sommes systématiquement associés à la calomnie.

J'avais utilisé l'exemple de l'enseignement de Vercingétorix. Ce chef gaulois totalement inconnu de tous, s'est retrouvé d'un coup au programme officiel car notre pays avait besoin, dans cette période, d'une icône qui résistait face à l'adversité.
Si vous l'avez enseigné, je suis persuadé que vous l'avez fait honnêtement et dans un sens historique. Il n'en demeure pas moins que c'était un acte de propagande de l'État.
Y'a t'il eu une volonté du corps enseignant de tromper le jeunesse (même si dans le cas présent on ne peut parler de tromperie)? Non !
Y'a t'il eu manipulation de la part du gouvernement dans un but idéologique ? Oui !

Et comme vous le prenez en tant qu'enseignant, qu'on pointerait d'un doigt accusateur, nos échanges restent dans l'immobilisme.
Il y a un côté très personnel, que je comprends néanmoins, qui fait que vous refusez de croire - en restant bloqué sur le "non" - et que même si le terme "mensonge" n'a pas été encore employé (uniquement calomnie) il reste néanmoins suspendu au dessus de ces conversations. C'est du moins mon ressentit alors que nous n'essayons de traiter que du second cas , le "oui".


Nous sommes donc dans l'impossibilité de vous prouver quoi que ce soit, je ne suis même plus certain d'en avoir l'envie concernant le document dont je parlais, en nous refusant tout crédit.
En ce sens je vous rejoins sur le fait que sur ce sujet toute discussion reste particulièrement difficile.


Cordialement.


PS: j'ai participé à de nombreuses récollections de L'OD et je n'y ai croisé aucun pro nazi (pour appuyer ce fait). Quant à la pornographie, elle n'a pas attendu internet non plus, en pur fruit de parents de la génération mai 68, j'en ai été témoin à mon encontre, alors que sur internet il faut une volonté d'aller la chercher, même s'il ne faut pas gratter très longtemps.

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1732
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrel

Message non lu par prodigal » mer. 19 oct. 2016, 14:23

Effectivement nous ne nous comprenons pas, mais on dit que la répétition est la base de la pédagogie alors je vais me répéter.
Tout d'abord je ne nie rien des faits auxquels vous faites allusion, je demande juste un peu de rigueur dans l'accusation. Voici l'évolutionnisme maintenant. Eh bien je suis d'accord avec vous, il y aurait des choses à dire, mais c'est un autre sujet, encore un.
Je ne nie pas non plus ce que vous dites concernant le préservatif, je dis que je n'en sais rien et que je demande à voir (enfin, façon de parler :D ). Il s'agissait donc d'un reportage, très bien. Faut-il alors en discuter? Qui a pris l'initiative de cet enseignement? Quelle a été la réaction des élèves? et celle des parents? Comment cette pratique a-t-elle été jugée par la hiérarchie? A vrai dire le sujet ne me passionne pas, mais si vous voulez instruire ce procès voici les pièces indispensables. Si vous voulez juste savoir mon opinion je désapprouve formellement cette pratique, tant mieux donc si d'autres la dénoncent, mais je ne vois vraiment pas en quoi c'est une attitude bornée que la mienne.
Ce que je dis c'est tout d'abord, encore une fois, que les professeurs ne sont pas chargés d'enseigner la théorie du genre, alors que certains, c'est vrai, sont chargés d'enseigner le darwinisme, et m'a-t-on dit de l'enseigner comme une vérité, en occultant les passionnantes questions d'épistémologie qu'il pose, ce que je juge très regrettable.
Et que si l'on préfère dénoncer ce qui n'existe pas plutôt que ce qui existe ce n'est pas innocent, cela s'appelle la manipulation, c'est parce que le but est d'effrayer, pas de progresser ensemble vers plus de vérité.
Quant au procès Vercingétorix, c'est peut-être le plus passionnant de tous quand on aime l'histoire. On peut aussi réfléchir sur l'utilisation politique de l'enseignement de l'histoire, c'est un vaste sujet. Mais la théorie du genre n'y figure pas.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Barbarus
Barbarus

Re: Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrel

Message non lu par Christophe67 » mer. 19 oct. 2016, 19:51

Vous avez raison, agissons de manière pédagogique en reprenant les termes de la circulaire n°2003-027 du 17-2-2003 .

Le champ d'application de cette circulaire est tel que vous aurez des témoignages de collégiens qui témoigneront de cours strictement théoriques, mais d'autres qui vont bien au delà.

Il est bien stipulé la collaboration d'enseignant au projet, dont la troisième intervention se situe aux environs de la 4ème en cours de SVT dans beaucoup de collèges. Ainsi je ne comprends pas, selon le principe de la rigueur, pourquoi le propos est "acceptable" concernant l'infirmière mais pas envers l'enseignant(e). Deux poids, deux mesures ?

Concernant le suivi du rectorat ainsi que du chef d'établissement, nous en connaissons tous la forme. Il se borne "généralement" à un cours déjà vu et particulièrement académique en présence de l'inspecteur.

Maintenant il n'est pas question d'une cabale contre le corps enseignant mais sous sommes loin de la probité complète et de tous que vous défendez.

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1732
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrel

Message non lu par prodigal » mer. 19 oct. 2016, 20:19

Excusez-moi encore, mais de quoi parle-t-on?
Si vous voulez parler de l'éducation sexuelle dans les écoles, c'est bien entendu votre droit, mais ce n'est plus le même sujet.
Je n'ai pas compris exactement d'ailleurs ce qui dans cette circulaire de 2003 (sous Chirac et Ferry, par conséquent) suscitait votre ire. Mais vous trouverez certainement matière à critique, bien sûr. Et je veux bien accepter de discuter de tous les sujets, je vous le promets, même si sur celui-ci je ne crois pas avoir grand chose à dire.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9476
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrel

Message non lu par PaxetBonum » jeu. 20 oct. 2016, 20:47

prodigal a écrit : Car c'est bien un faux procès que d'essayer de faire croire que les professeurs doivent enseigner comme une vérité officielle la "théorie du genre". C'est toujours le point d'accusation, et j'attends toujours la preuve que je me trompe.
Cher Prodigal,

Comme Christophe67 je ne suis pas habitué à votre style actuel de réponses, car habituellement elles sont très structurées et pédagogiques.
Effectivement il semble que l'on touche ici une corde sensible car cela touche votre profession.

Je me permets de rappeler que vous avez fait dévier la question en nous accusant du coup de ne pas y répondre.
En premier lieu la question était de savoir si les dires du pape étaient exactes ou pas, ce que réfutait Mme Belkacem et donc en aurait fait une menteuse : les livres scolaires français contiennent-ils ou non la théorie du genre ? (Cf mes copies de pages de SVT : oui)

En second lieu vous avez dit attendre une réponse sur : '"De plus, la question est quand même bien celle de savoir ce qui se passe à l'école, pas ce que pense la ministre. "
Et bien à l'école cette théorie du genre est enseignée par des associations agréées et subventionnées par l'EN. (Cf tous les liens fournis en particulier la Ligne azur)

En troisième lieu vous avez demandé : "Ma question porte sur les programmes et plus généralement sur ce qu'on demande aux professeurs d'enseigner, je parle de demandes officielles bien entendu. "
Là on parle du programme exclusif des professeurs (plus restreint que "ce qui se passe à l'école" car vous excluez les intervenants officiels) mais soit des documents de l'EN d'incitation à l'enseignement de la théorie du genre ont été produits.

En quatrième lieu : "Ce dont j'aurais préféré parler : de la réalité de l'éducation nationale, et de ce que peut et doit faire un professeur respectueux (comme l'immense majorité d'entre eux) de la liberté de conscience, dans l'état actuel de la législation et des programmes. Je soutiens que ce professeur n'est absolument pas contraint d'enseigner quoi que ce soit qui choquerait la majorité des parents. "
Là on aborde ce que doit (programme officiel obligatoire) et ce que peut faire un enseignant en toute conscience.
Dieu merci ces thèmes ne font pas partie des bagages indispensables pour monter en classe supérieur. Se sont des 'pistes de réflexion' les pages bonus que la majorité des profs passent car pressés par le timing serré du vrai programme.
Ainsi en conscience et sans déroger officiellement aux directives un prof peut passer sous silence ces directives.
Mais le convaincu pourra aussi l'enseigner…

Enfin vous dîtes : 'Pour ma part j'ai juste dit deux choses : que Najat Valhaud-Belkacem n'a apparemment pas menti en disant que non, l'EN n'enseignait pas "la théorie du genre" (en attendant la preuve du contraire)' et plus loin "Mais il est exact qu'il faudrait parfois voir ce qui se passe lorsque une classe est confiée à des intervenants extérieurs, et dénoncer ce qui doit être dénoncé. Je ne suis pas sûr en effet que toutes les précautions nécessaires soient toujours prises."
Et bien les propos du pape ne disaient pas les professeurs des écoles enseignent aux enfants la théorie du genre mais : 'Et le papa s’est rendu compte que dans les livres du collège, on enseignait la théorie du genre.'
Ces pages qui en parlent et que j'ai cité plus haut sont des documents optionnels, les professeurs peuvent les sauter… ou les inculquer…
Alors oui l'EN enseigne la théorie du genre en posant les prémices de cette 'colonisation des esprits' avec ces documents annexes et encore plus directement en subventionnant des associations pour le faire.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1732
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrel

Message non lu par prodigal » ven. 21 oct. 2016, 10:39

Eh bien je crois qu'on est arrivé au terme de cette discussion, grâce à votre synthèse.
Vous reconnaissez que les programmes ne demandent pas d'enseigner la "théorie du genre", du bout des lèvres et après bien des échanges, mais enfin c'est fait et je vous en remercie.
Mais vous dénoncez des "documents annexes" et des "interventions extérieures", à juste titre me semble-t-il, bien que ce ne soit pas vraiment pour des raisons de "théorie".
Vous dites aussi avoir trouvé quelque chose de choquant dans un manuel, c'est tout à fait possible, les manuels sont loin d'être infaillibles ; je n'ai pas compris exactement quel était celui (ou ceux) qui était visé, mais peu importe.
Vous en concluez que l'EN enseigne la théorie du genre, j'en conclus l'inverse, car enseigner une théorie ce n'est pas cela. Chacun pourra se faire son opinion.
Mais si le pape François n'a en fait rien voulu dire d'autre que manifester sa compréhension d'un parent d'élève qui aurait lu quelque chose de choquant dans un livre scolaire, cela s'appelle je crois une tempête dans un verre d'eau. Certains disent que créer ce genre d'événement médiatique serait le péché mignon du Saint-Père. On ne m'en voudra pas de beaucoup l'apprécier quand même! :)
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9476
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrel

Message non lu par PaxetBonum » ven. 21 oct. 2016, 14:47

prodigal a écrit : Mais si le pape François n'a en fait rien voulu dire d'autre que manifester sa compréhension d'un parent d'élève qui aurait lu quelque chose de choquant dans un livre scolaire, cela s'appelle je crois une tempête dans un verre d'eau. Certains disent que créer ce genre d'événement médiatique serait le péché mignon du Saint-Père. On ne m'en voudra pas de beaucoup l'apprécier quand même! :)
Non, le propos du pape est de dénoncer la "colonisation des esprits" ce qui est un ouragan plus qu'une tempête.
Cette colonisation se fait insidieusement en laissant traîner cette propagande dans les pages 'documents' des manuels (pour que les élèves puissent tomber dessus, ou qu'un professeur ouvre le sujet…), en mandatant des associations qui enseignent la théorie des genres interchangeables (sous couvert d'égalité ou d'homophobie)… etc

Bref, le Saint Père comprend parfaitement le complot qui se ourdi et le voit se refermer lentement sur nos enfants.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Barbarus
Barbarus

Re: Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrel

Message non lu par Christophe67 » lun. 24 oct. 2016, 18:43

Bonjour Prodigal,
prodigal a écrit :Excusez-moi encore, mais de quoi parle-t-on?
Il y a véritablement un problème de compréhension, volontaire ou pas je n'en juge pas.
Néanmoins je vais essayer de faire court, le monologue me lassant très rapidement.

Dans cette circulaire se trouve un des éléments que vous réfutez : la participation d'un(e) enseignant(e) au cours d'éducation sexuelle (je sais qu'en Alsace on a changé 5x de régime en 1 siècle mais je pensais que mes amies profs enseignaient les mêmes matières).

Du coup qui obéit ou désobéit à cette circulaire ? Concernant les préservatifs, l'infirmière - de la corporation médicale - est condamnée quasiment d'office mais pas forcément les enseignant(e)s ... j'en reste perplexe.

Cela dit, la répétition n'a rien de pédagogique hormis en petite section ou fait référence à une autre époque scolaire, voir au service militaire. Comme j'ai passé l'âge du formatage, je me retire de cette discussion et la considère comme perte de charge.
Dernière modification par Christophe67 le lun. 24 oct. 2016, 19:13, modifié 1 fois.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités