Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifester

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
PriereUniverselle
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1342
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 4:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PriereUniverselle » dim. 22 mai 2011, 22:18

ti'hamo dit : (1)

Mais il y a forcément aussi un énorme changement des mentalités à opérer, sinon les moyens financiers ne feront rien ;
Et ce changement de mentalité, cette mentalité différente, cette autre façon de voir, doit précéder la réflexion sur les aides financières, doit préluder à cette politique familiale, et doit l'accompagner,
sinon on n'apportera qu'une solution purement technique à un problème qui est d'abord moral.

La solution ne peut pas être "d'abord matérielle" : elle l'est dans le sens chronologique, dans l'ordre de la mise en place - parce que c'est le plus immédiat, le plus accessible.
Mais pour une solution durable et vraie, il faut forcément, en même temps, le travail de réflexion morale.

Car si tout le monde pouvait disposer des moyens matériels d'élever ses enfants, mais était en même temps persuadé que tout enfant non prévu et non parfaitement désiré par ses parents ferait mieux de ne pas naître,
on ne s'en sortirait pas, et d'une société matériellement inégalitaire on passerait à une société de nantis égoïstes. Ce qui n'est pas mieux.


Réponse (1)


Mettre le paquet pour bouger les lois et les aides, cela ralentirait tout de suite le nombre d'avortements.

Quant à dire que le coté matériel ne pourrait pas influencer le cours de la courbe des avortements , je dis que c'est une thèse fumeuse de croire qu'il n'aurait pas d'influence visible.

Certains vont jusqu'à dire (je ne vous nomme pas, vous risqueriez de faire une syncope) que nous établirions une société égoïste juste impliquée dans la consommation à outrance ! C'est facile de dire çà quand on ne crêve pas de faim ! ou qu'on ne risque pas d'être jeté à la rue parce qu'on est en fin de droit de chômage. C'est toujours les gens qui vivent correctement qui désignent du doigt les plus pauvres.



(2) (cela dit, il y a donc bien en effet des moyens purement matériels qui seront mis en œuvre en premier, car ce sont les plus immédiatement disponibles, ceux dont les effets sont les plus rapides,
et un travail de fond, moral, indispensable, mais qui œuvre sur le long terme et ne peut donner de fruits qu'avec beaucoup de temps : il est donc clair qu'il serait absurde d'attendre les résultats complets de ce travail de fond avant de mettre en place les solutions matérielles).



Réponse (2) :

çà c'est une vérité qu'aurait pu dire Monsieur de la Palisse ! C'est une évidence ! Je ne vois pas pourquoi il faudrait le répéter à chaque fois !

Avatar de l’utilisateur
PriereUniverselle
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1342
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 4:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PriereUniverselle » lun. 23 mai 2011, 5:13

En noir ti'hamo vos question , en bleu mes réponses.


ti'hamo a écrit :@priere universelle
. Ah. Comme prévu, vous avez encore esquivé la question.
Je la repose donc :
Êtes-vous consciente et avez-vous seulement envisagé que les personnes auxquelles vous vous adressez, là, vos interlocuteurs,
quand ils ont affaire à une femme se demandant si elle va ou non avorter, ou exprimant son désarroi face à un avortement déjà vécu,

ne se lancent pas du tout dans des discussions théoriques ni théologiques, mais l'écoutent, simplement,
qu'à ce moment là ils ne rentrent pas dans un débat sur le statut de l'embryon mais, s'agissant des problèmes concrets de cette personne, parlent tout simplement des problèmes concrets de cette personne ?
Qu'à aucun moment ils ne cherchent à la culpabiliser ?

Pourquoi jouez-vous la carte du susceptible ? C'est ridicule parce que je vous estime beaucoup ! sinon je ne resterais pas si longtemps à échanger une discussion avec vous ! A moins que vous soyez un Monsieur âgé, et que la jeunesse vous décoiffe, alors là, uniquement dans ce cas là parce que mes parents m'ont appris la politesse avec tous les grands parents que j'aurais à rencontrer, il est entendu que je mettrais mes gants blancs pour m'excuser de vous avoir bouleversé


Cher ti'hamo ! Des femmes sont-elles venues vous voir pour discuter de leur problème d'avortement ? vrai de vrai ?



Aviez-vous seulement envisagé qu'il puisse en être ainsi, que vos interlocuteurs ne vous ont pas attendue pour connaître tout cela et le mettre en pratique ?
Oui, ou non ?

Oui, mais dans vos imprécisions en compassion , ce n'était vraiment pas transparent, un doute pouvait subsister.


Pourquoi évitez-vous de donner une réponse simple et claire à cette question ? Pourquoi évitez-vous le dialogue, la discussion, pourquoi passez-vous à autre chose et noyez-vous le poisson ?
Alors, s'il vous plaît : répondez.


Si vous me comparez en poisson je sais nager en eaux vives aucune inquiétude je vous rassérène si il y avait lieu d'être. J'évite les polémiques, donc je réponds toujours au sujet et pas aux à coté personnels. :saint:


Mieux encore :
Alors même que nous venons de vous expliquer que, face à une femme exprimant son désarroi devant l'avortement,
nous ne nous lançons absolument pas dans des leçons de morale, que nous l'écoutons et que nous parlons de ses problèmes à elle,

Généralement lorsqu'elles viennent me voir, je ne fais que les écouter......et petit à petit de fil en aiguille, elles sortent tout ce qui les ont brutalisé, je ne leur fais que prendre conscience du fil de leur histoire, c'est elles QUI FONT TOUT......je ne reste humblement qu'en soutient et prière avec elles...


vous nous répondez :
"Si vous allez devant ces jeunes filles leur parler de morale en premier vous allez vous faire jeter ! Si vous voulez vraiment résoudre le problème pour que les avortements cessent il faut changer de pédagogie."


Rappelez-vous vos propres propos Meurtre , etc....


Comprenez-vous au moins que nous pouvons nous demander légitimement si vous lisez vraiment ce que nous écrivons :
on vient de vous écrire "nous ne leur tenons pas de discours et de leçons de morale",
vous répondez "arrêtez de leur donner des leçons de morale, changez de pédagogie" !

Cela voulait dire que j'avais avancé en lecture sur un trait de votre discours que je relevais et qui se parfumait d'une exaltation de Morale.
Pour vous rassurer vraiment je tiens beaucoup à la morale en toute chose.



Ou bien peut-être est-ce que vous refusez de nous croire quand nous vous expliquons notre attitude dans une telle situation : dans ce cas, il faut nous le dire clairement.
Alors ?
Ne vous posez pas des problèmes qui n'existent pas !

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9486
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PaxetBonum » lun. 23 mai 2011, 8:51

PriereUniverselle a écrit :
la jeune fille sans soutien est condamnée au choix de =

N° 1) - Continuer sa grossesse toute seule et abandonner son enfant sous "X" -

Le choix N° 2) - Toujours la même situation de départ, poussée par toutes les portes qui se ferment devant elles, elle choisit d'avorter.
N°3 - Continuer sa grossesse et élever son enfant
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
stephlorant
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1753
Inscription : sam. 12 mars 2011, 21:09

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par stephlorant » lun. 23 mai 2011, 9:27

j'ai connu le cas malheureux d'une amie américaine, Lisa, que je n'ai jamais revue depuis 1980. L'avant-dernier soir de mon séjour là-bas, je lui propose d'aller prendre un repas dans un Sheraton, ce qui (pour elle, en tout cas) était le comble du luxe. Nous avons donc mangé "français" (ou bien imitation, mais enfin...)

Au cours de notre repas, malgré la bonne ambiance, nous avons eu une discussion très serrée au sujet des lois divines et de la justice de Dieu. Lisa faisait partie d'une obscure église baptiste. J'avais été assez surpris un jour que mon amie me dise: "Cet homme - patron d'un fast food, donne dix pour cent à l'église, comme dit la Bible !", et je m'étais esclaffé de bon cœur, car jamais Dieu n'a dit à l'homme : tu me reverses dix pour cent sur tes gains!

Or, il y avait chez Lisa une 'Bible Coca-Cola" (publicité à la seconde page) qui m'avait fait rire d'avance... Mais j'avais tort au sujet des dix pour cent : cela se traduit aussi par la dîme, bon sang, c'était cette façon d'imaginer Dieu discutant sa part de bénéfice dans le jargon des affaires, qui m'avait égaré. Lisa souriait triomphalement mais j'ai repris sa Bible et, dans le Nouveau Testament, je lui ai trouvé l'épisode du sou de la pauvre veuve, mais aussi de l'exigence que Jésus formule au jeune homme riche, celui qui est reparti tout triste car il avait de grands biens. "Donc, ton bonhomme patron de plusieurs fast-food, s'il peut donner dix pour cent, pourquoi pas vingt ? Croit-il qu'on peut acheter Dieu ?

Merci à ceux qui ont lu jusqu'ici, vous allez comprendre...

Donc, cet avant-dernier soir, nous avons bavardé longuement de la rétribution des actes, les bons comme les mauvais. Je n'étais pas encore converti, mais Dieu ne dédaigne pas les outils défectueux... A la fin du repas, elle veut m'offrir un dernier verre. Nous nous somme assis sur le terre-plain de sa maison, il faisait très bon, avec une bouteille de mousseux dans un papier kraft.

Tout d'un coup, Lisa lance: "C'est la loi: j'ai pris une vie, Dieu prendra la mienne !" Et elle me raconte que son ex ami l'a un jour emmenée se faire avorter dans un état voisin, car dans le sien, rien à faire ! Ils étaient tous deux aux études et là-bas, il faut payer cette attitude en travaillant (sauf familles très riches).
Ensuite, Lisa a commencé de pleurer toutes les larmes de son corps... Dieu seul sait depuis combien d'années elle gardait ce secret, tout en considérant comme étant déjà damnée ! Je ne savais pas quoi dire, et je présume que dans cas-là, Jésus met les mots dans les bouches comme le tison dans la bouche de Jérémie... Qui qu'il en soit, je lui ai conseillé d'aller trouver un prêtre catholique en confession et de lui racontait très simplement tout ce dont nous avions parlé. Je crois me souvenir que je lui ai dit: 'c'est si tu continues à te ronger avec le désespoir que tu risques l'enfer, mais sinon, la foi te sauvera.'

C'est bien plus tard que je me suis rendu compte que moi aussi, en sachant accueillir la détresse de cette amie, j'avançais sur la voie de conversion.

Lisa s'est mariée avec un autre homme que son amant durant les études et a eu un bel enfant qu'elle a appelé Daniel. Le mariage tient bon. Plus de nouvelles depuis fin des années 90...
In manus tuas, Domine, commendo spiritum meum
http://www.youtube.com/watch?v=WDV94Iti5ic&feature=related (Philippe Herreweghe)

Avatar de l’utilisateur
cath1250
Censor
Censor
Messages : 166
Inscription : mar. 15 févr. 2011, 9:47
Localisation : belgique

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par cath1250 » lun. 23 mai 2011, 9:31

Il faut continuer de croire qu'un jour on arrivera à changer les mentalités. si chacun dans son coin "distille" des messages positifs et des actes pour autrui, on peut y arriver.

le problème est un problème qui demande une remise en question de tout le monde, à tous les niveaux de la société : du riche au pauvre et du citoyen au politicien.

on a souvent le défaut de toujours parler d'argent. C'est vrai qu'il est le moteur de l'économie et qu'on en a besoin pour vivre. En avoir "assez" ôte bien des angoisses. Mais justement, qu'est ce qu'en avoir assez? Il y a des gens qui ont très peu, qui arrivent à vivre avec ce très peu, parce qu'ils mènent une vie très simple. Il y en a qui bien qu'ayant des revenus moyens se croient pauvre alors qu'ils ne le sont pas, mais leurs choix de consommation sont peu judicieux. Enfin, il y a qui ont des revenus aisés et parviennent à être endettés. CONCLUSION : SIMPLICITE devrait pouvoir s'inviter partout et enlèverait bien des problèmes.

Si chacun laissait SIMPLICITE venir au sein de sa famille, on pourrait imaginer qu'on pourrait même travailler moins - non par paresse - mais pour trouver un équilibre entre travail et vie de famille. le monde des entreprises inviterait aussi SIMPLICITE, il serait moins gourmand en dividendes et serait étonné de voir qu'en fin de compte, avoir plus de travailleurs, qui travaillent moins d'heures par jour lui serait profitable. Moins de gens stressés et à bout, car ils auraient pour eux, du moins pour leur famille : du TEMPS. Avoir du temps devant soi c'est tout bénéfice dans l'éducation d'un enfant. C'est du temps pour parler, c'est du temps pour s'aimer. Evidemment si on dépense ce temps à des futilités (plus d'activités à l'extérieur de la famille, ce sera vain).

si on invite ce couple formé par TEMPS et SIMPLICITE, je crois qu'on sera tous sur la bonne voie, et ce, peu importe que l'on soit croyant, athée, bouddhiste ou musulman.

A côté de cela, il faudra prendre le temps de dispenser une bonne éducation sexuelle, tant aux filles qu'aux garçons. Que chacun voie en la relation l'AUTRE et non sa propre recherche d'expérience et de plaisir.
qu'on explique aux garçons que le porno a des conséquences désastreuses, et est un avilissement de l'autre.
que les mamans arrêtent d'habiller leurs gamines comme des "lolitas" (l'autre jour en magasin, une maman achetait des strings pour sa gamine de 6 ans, cherchez l'erreur) pourquoi? pour déjà les "former" à plaire à leurs futurs compagnons? Aujourd'hui, la femme revendique son indépendance financière, mais dans le même temps, elle est prête à se soumettre n'importe quoi juste par peur de perdre son conjoint, qui frustré d'avoir une "coincée au lit" serait bien tenté d'aller voir ailleurs. et de transmettre ses craintes à ses enfants, en les faisant "entrer" trop tôt dans un monde malsain où on leur dira simplement : surtout ne revient pas enceinte ou malade, attention au sida.
pour ce qui est d'être enceinte, ben, y a toujours des solutions : combien de jeunes filles se persuadent de prendre du plaisir à la fellation? au moins, on donne du plaisir à son copain et on ne tombe pas enceinte de cette manière. Assez bizarrerement toutefois, depuis une bonne trentaine d'années, c'est à dire depuis qu'on fait la "promo" de cette pratique, on s'aperçoit d'une augmentation de cancers localisés dans la cavité buccale, causés par le papillomavirus (tient, comme le col de l'utérus- bizarre non?). pourtant, celle qui n'est pas trop adepte de cette pratique est bien aujourd'hui la plus COINCEE des COINCEES. Mais au moins, elle n'avortera pas. Je pense qu'il est bien difficile de vivre dans cette société qui a perdu ses repères. Les adultes ont perdu leurs repères dans le rapport au corps et à la sexualité, alors que transmettent ils comme message à leurs enfants?

Je sais qu'on sort là un peu du sujet, mais le nombre d'avortements diminuerait fortement si tout le monde, sans exceptions, revoyait ses prétentions de Vie à la baisse, dans TOUS les domaines. Aujourd'hui, on n'a plus le TEMPS de prendre conscience que l'Autre existe, alors, un embryon, pensez vous.....
Quand je parlerais les langues des hommes et celles des anges, si je n'ai pas l'amour je ne suis qu'une pièce de bronze qui résonne, qu'une cymbale qui retentit...
...L'amour est patient ; l'amour est plein de bonté. L'amour n'est point envieux ; il n'est pas présomptueux, il ne s'enfle pas d'orgueil. Il ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s'aigrit pas ; il ne soupçonne point le mal. Il ne se réjouit pas de l'injustice, mais il met sa joie dans la vérité. Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout....

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9486
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PaxetBonum » lun. 23 mai 2011, 11:15

PriereUniverselle a écrit :ti'hamo dit : (cela dit, il y a donc bien en effet des moyens purement matériels qui seront mis en œuvre en premier, car ce sont les plus immédiatement disponibles, ceux dont les effets sont les plus rapides,
et un travail de fond, moral, indispensable, mais qui œuvre sur le long terme et ne peut donner de fruits qu'avec beaucoup de temps : il est donc clair qu'il serait absurde d'attendre les résultats complets de ce travail de fond avant de mettre en place les solutions matérielles).

Réponse (2) :

çà c'est une vérité qu'aurait pu dire Monsieur de la Palisse ! C'est une évidence ! Je ne vois pas pourquoi il faudrait le répéter à chaque fois !
Pas du tout
1°) M de la Palisse n'a jamais fait les phrases qu'on lui attribut
2°) Il est ESSENTIEL de ne pas quitter des yeux et de répéter que le problème est d'abord moral, même si la réponse première peut être matérielle. D'ailleurs, pour votre part, vous ne le répétez pas puisque vous ne le dites jamais, le bébé n'est jamais cité…
Pourquoi ? parce que si il n'était pas d'abord un problème moral, il n'y aurait pas de problème du tout. Donc l'avortement serait LA solution un point c'est tout.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
PriereUniverselle
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1342
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 4:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PriereUniverselle » lun. 23 mai 2011, 13:13

EN NOIR, c'est votre intervention, En Bleu ce sont mes réponses.
PaxetBonum a écrit :
PriereUniverselle a écrit :ti'hamo dit : (cela dit, il y a donc bien en effet des moyens purement matériels qui seront mis en œuvre en premier, car ce sont les plus immédiatement disponibles, ceux dont les effets sont les plus rapides,
et un travail de fond, moral, indispensable, mais qui œuvre sur le long terme et ne peut donner de fruits qu'avec beaucoup de temps : il est donc clair qu'il serait absurde d'attendre les résultats complets de ce travail de fond avant de mettre en place les solutions matérielles).

Réponse (2) :

çà c'est une vérité qu'aurait pu dire Monsieur de la Palisse ! C'est une évidence ! Je ne vois pas pourquoi il faudrait le répéter à chaque fois !
Pas du tout
1°) M de la Palisse n'a jamais fait les phrases qu'on lui attribut



Oh la la vous restez toujours au premier degré d'une phrase ? çà craint mais vous m'êtes très sympathique ! :oui:



2°) Il est ESSENTIEL de ne pas quitter des yeux et de répéter que le problème est d'abord moral, même si la réponse première peut être matérielle. D'ailleurs, pour votre part, vous ne le répétez pas puisque vous ne le dites jamais, le bébé n'est jamais cité…
Pourquoi ? parce que si il n'était pas d'abord un problème moral, il n'y aurait pas de problème du tout. Donc l'avortement serait LA solution un point c'est tout.

M'sieur ! M'sieur ! Je lève le doigt puisque vous prenez l'air du maître d'école qui regarde avec ses gros yeux tous les enfants de CE2 en fronçant les sourcils derrière ses lunettes..... :ciao: Non je ne trouvais pas essentiel de le répéter à tue-tête parce que dans mon esprit c'était déjà acquis. :roule:


Quand je vous lis, j'ai l'impression que pour vous , du moment que l'on explique qu'il faut garder le bébé à n'importe quelle condition , on a tout dit ! et chacun rentre chez soi la bonne conscience tranquille !.....On a fait son devoir, on a rappelé la règle de morale chrétienne qui doit nous conduire, et on se lave les mains de tout le reste comme l'a fait en son temps Ponce Pilate. (Je ne parle pas de vous personnellement, mais de tous ceux qui s'offusquent et trouvent toujours de bonnes raisons pour ne rien vraiment bouger).

Enfin de compte, pour faire court, on demande que les règles de morales soient appliquées qu'à la dernière personne du maillon au bout de la chaîne de la vie. Hop, c'est simple, on a trouvé le coupable = le manque de morale ! Et la on met la charge !.....Je dis moi, que nous sommes tous responsables d'un manque de morale dans nos pensées comme dans nos actions. Une société est faite et composée de tous ses individus, fragiles comme forts. Nous devons nous aimer et nous aider les uns les autres. Pas que le dire mais le faire ! Offrir notre solidarité non pour qu'elle nous rapporte quelque chose , mais être le liant d'humanité entre nous. La perte de morale de notre temps c'est juste un très grand, un immense manquement d'amour de son prochain. L'amour dans son sens le plus noble ! La morale en découle.


En déclarant de fait tout n'est qu'une question de morale ! Il faut garder les Bébés à naître ! Permettez moi de vous dire que vous ne serez écouté que par celles qui ont une morale de Sainte Accouchée , parce que cela ne peut venir que d'une religieuse violée, puisque les autres n'auraient pas eu assez de morale intérieure pour se retrouver dans cette situation d'avoir à choisir.

De vous à moi, avec un tel programme si succint, je doute que vous arriviez à sauver un seul de ces petits bambins à venir. Par contre, on peut remarquer aussi que la France est le pays d'Europe où on ose faire le plus de bébés , puisque pour vous , on ne le dit pas assez.

Après avoir dit tout cela, nous constaterons que rien n'a changé, et que le nombre des avortements n'a pas diminué.

Avatar de l’utilisateur
PriereUniverselle
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1342
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 4:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PriereUniverselle » lun. 23 mai 2011, 13:31

Merci infiniment à Cat1250 et Stephlorant pour leur intervention.

Dans un merci amical je ne vais pas oublier Ti'hamo ni NexetNonum, ils en feraient une maladie :ciao: :oui: :-D :saint:

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9486
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PaxetBonum » lun. 23 mai 2011, 13:33

PriereUniverselle a écrit :
Oh la la vous restez toujours au premier degré d'une phrase ? çà craint mais vous m'êtes très sympathique ! :oui:
En fait avec vous j'ai appris a être méfiant et à ne rien laisser au hasard, en plus c'est instructif de voir comme une erreur de traduction a donner une telle légende.

PriereUniverselle a écrit :
Non je ne trouvais pas essentiel de le répéter à tue-tête parce que dans mon esprit c'était déjà acquis. :roule:


Heureux de le lire

quote="PriereUniverselle"]
Quand je vous lis, j'ai l'impression que pour vous , du moment que l'on explique qu'il faut garder le bébé à n'importe quelle condition , on a tout dit ! et chacun rentre chez soi la bonne conscience tranquille !.....On a fait son devoir, on a rappelé la règle de morale chrétienne qui doit nous conduire, et on se lave les mains de tout le reste comme l'a fait en son temps Ponce Pilate.

(…)
En déclarant de fait tout n'est qu'une question de morale ! Il faut garder les Bébés à naître ! Permettez moi de vous dire que vous ne serez écouté que par celles qui ont une morale de Sainte Accouchée , parce que cela ne peut venir que d'une religieuse violée, puisque les autres n'auraient pas eu assez de morale intérieure pour se retrouver dans cette situation d'avoir à choisir.
Devant Ponce Pilate Jésus a parlé sans détour et en a payer de sa Vie
Il a dit : "Je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité"
C'est notre devoir aussi

Mais vous ne comprenez pas, ou ne voulez pas comprendre, ou faites comme si vous ne compreniez pas, qu'il y a une façon de s'adresser a quelqu'un de ce forum et une autre de s'adresser à une personne qui veut ou a avorté.
Bien sûr qu'à cette personne on ne commence pas par dire : 'vous avez tué votre enfant'
Bien sûr que nous sommes là face à une détresse qu'il est de notre devoir d'aider
Mais cela ne se fera pas au détriment de la Vérité
Si cette personne me demande ce que j'en pense d'un point de vu moral, je lui indiquerais ce que j'en pense
Je pense que cette personne sera d'autant plus touchée que l'on puisse l'aider malgré que en conscience on ne la cautionne pas
Le Curé d'Ars disait : 'Donnez au nécessiteux, vous serez jugé sur ce que vous avez donné, eux, sur ce qu'ils en auront fait'

Ensuite la charité ne nous autorise pas à juger
Dire : "les autres n'auraient pas eu assez de morale intérieure pour se retrouver dans cette situation d'avoir à choisir" c'est un jugement fort méprisant pour ces personnes, personnellement je ne sonde pas les cœurs…
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2890
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par ti'hamo » lun. 23 mai 2011, 13:50

@priere universelle
. Je vous remercie de vos réponses, même si vous n'arrivez toujours pas à en fournir des simples et concises.

Seulement voilà, héhé :diable: :
. Quand je vous réécris mon message qui dit qu'il faut à tout prix un changement des mentalités, sinon les moyens financiers seuls ne suffiront pas,
mais qu'évidemment ces aides et ce soutien matériel et moral viennent en premier, chronologiquement, car leurs effets sont plus immédiats,
vous essayez de trouver à redire et ça ne vous va pas ;

. Or, juste au-dessus vous avez cru bon d'applaudir à deux mais lorsque cath disait qu'il fallait absolument changer les mentalités sinon ça empirerait,

. Et si vous remontez encore un peu plus haut dans la discussion, vous verrez que justement cath approuvait mon message à ce sujet, et que sur ce point nous disions la même chose, quoique chacun à notre façon, évidemment.


Comme quoi, maintenant c'est prouvé, ce n'est pas sur le fond du propos que vous réagissez (sinon vous penseriez la même chose des propos de cath et des miens quand nous disons la même chose),
mais c'est uniquement à partir de l'idée de votre interlocuteur que vous vous êtes faites, que vous réagissez.

Du coup, il ne s'agit pas d'une discussion de fond, ni même d'une discussion puisque le besoin de prouver que vos a priori étaient fondés vient supplanter la réelle discussion sur le fond.
C'est dommage. Du coup, du moins quand on est un homme ou que vous avez décidé de nous regarder de travers, il n'y a dans ce cas aucune discussion possible avec vous.


Je constate au passage que vous ne voulez toujours pas admettre avoir pu blesser des personnes, que vous ne retirez aucune de vos insultes ni de vos accusations blessantes,
et que vous n'arrivez à les justifier qu'en disant qu'un doute pouvait subsister" : quand vous avez un doute sur les qualités pédagogiques de vos interlocuteurs, après à peine quelques bribes de discussion,
vous trouvez que cela justifie de les insulter et de les comparer à des violeurs ?


Étrange conception de la politesse. :sonne:




Ceci étant, il me semble que vous avez compris de travers nos propos, à Paxetbonum et à moi-même :
Vous écrivez : "rappelez-vous vos propres propos Meurtre , etc...." :
Certes, et je maintiens : un avortement, c'est un meurtre, puisque cela tue un enfant (est-ce que vous niez cela ?)
C'est un homicide.

Sauf que, lorsque nous parlions de travail de réflexion morale, de dénonciation de la réalité, de changement des mentalités, c'est bien à l'échelle de la société, de ce que pensent les gens, de la façon dont est généralement considéré l'avortement de nos jours, qu'il s'agissait,
et non des propos qu'il faudrait tenir à une femme venant exprimer sa détresse devant un avortement, ou suite à un avortement.

Je vous mets au défi de trouver de ma main un message qui encourage à répondre à de telles femmes qu'elles sont meurtrières ;
je vous mets d'ailleurs également au défi de trouver un message de ma main expliquant qu'elles doivent garder leur enfant en se débrouillant toutes seules.


Il semble bien que toutes vos protestations et vos préjugés envers Paxet bonum et moi-même ne sont que le fruit d'une mauvaise compréhension de nos propos, ou d'une lecture bien trop rapide de nos messages.
Je ne sais pas si nous pouvons attendre de votre part plus de compréhensions et d'excuses en ce qui concerne ce préjugé et cette erreur de compréhension, qu'en ce qui concerne vos accusations, insinuations, et comparaisons insultantes,
mais ça serait assez poli et honnête de votre part de prendre cela en considération.

(ah et puis s'il vous plaît, arrêtez d'imaginer les idées et les pensées de vos interlocuteurs quand ils ne vous les ont pas exprimées clairement : demandez leur directement, clairement, ça vaudra mieux ; visiblement votre "intuition" est régulièrement prise en défaut, et l'analyse psychologique ne semble pas être votre fort - ce qui n'est pas en soi un défaut, remarquez, peu de personnes au monde sont douées dans ce domaine)
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2890
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par ti'hamo » lun. 23 mai 2011, 14:00

@priere universelle
Je dis moi, que nous sommes tous responsables d'un manque de morale dans nos pensées comme dans nos actions. Une société est faite et composée de tous ses individus, fragiles comme forts. Nous devons nous aimer et nous aider les uns les autres. Pas que le dire mais le faire ! Offrir notre solidarité non pour qu'elle nous rapporte quelque chose , mais être le liant d'humanité entre nous. La perte de morale de notre temps c'est juste un très grand, un immense manquement d'amour de son prochain. L'amour dans son sens le plus noble ! La morale en découle.
Bon, ça tombe bien : nous disons la même chose.
Cela tombe encore mieux : ce que vous venez d'écrire est juste une autre façon, votre façon à vous, de dire : "c'est avant tout, d'abord, en premier lieu, un problème moral".

Puisque :
. L'amour dans son sens le plus noble ! La morale en découle.
. Or, La perte de morale de notre temps c'est juste un très grand, un immense manquement d'amour de son prochain.
. Et : Une société est faite et composée de tous ses individus, fragiles comme forts
. Aussi, effectivement, nous sommes tous responsables d'un manque de morale dans nos pensées comme dans nos actions
...et donc si on ne change rien à nos pensées et à nos actions, si on n'agit pas pour y distiller cet amour du prochain,
alors la société, composée de tous ses individus, donc constituée par leurs actes et leurs pensées, ne s'améliorera pas.
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2890
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par ti'hamo » lun. 23 mai 2011, 14:04

@cath
Tout à fait, et à nous de savoir être des exemples en cela : simplicité.
Notre société (à laquelle chacun de nous participe !) pousse tout le monde à se centrer sur l'argent :
les plus riches, qui en ont à ne plus savoir qu'en faire, à en faire étalage,
et les plus pauvres, à envier les plus riches et à ne se donner comme finalité à leur vie que d'égaler les nantis, qui deviennent ainsi à la fois leurs modèles (puisqu'ils voudraient être comme eux) et leurs ennemies (puisqu'ils les envient et leur en veulent de leur aisance matérielle).

Il n'y a qu'à voir à quels rêves, quelles aspirations, incitent les médias les plus populaires :
1) décortiquer la vie de la jet-set pour à la fois rêver, aduler, idolâtrer et haïr ;
2) et gagner aux jeux d'argent.

À nous de savoir proposer autre chose.
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
stephlorant
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1753
Inscription : sam. 12 mars 2011, 21:09

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par stephlorant » lun. 23 mai 2011, 14:42

@ ti'hamo
Je suis d'accord au sujet de cette place exorbitante que prend l'argent sur tous les plans. J'ajouterais une contradiction effrayante entre imitation et différence: chacun veut être "le même" que l'autre - pour faire partie du groupe, mais en même temps: chacun voudrait être tout différent et meilleur que les autres ! Finalement, peu de personnes cherchent l'authenticité, l'authenticité qui est la simple vérité sur soi, que les croyants nomment aussi : l'humilité.
Dès lors, tout part dans tous les sens, et les media viennent soutenir les choses les plus improbables... Sinistre agitation qui fait le jeu du diable !
In manus tuas, Domine, commendo spiritum meum
http://www.youtube.com/watch?v=WDV94Iti5ic&feature=related (Philippe Herreweghe)

Avatar de l’utilisateur
PriereUniverselle
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1342
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 4:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PriereUniverselle » lun. 23 mai 2011, 14:45

stephlorant a écrit :@ ti'hamo
Je suis d'accord au sujet de cette place exorbitante que prend l'argent sur tous les plans. J'ajouterais une contradiction effrayante entre imitation et différence: chacun veut être "le même" que l'autre - pour faire partie du groupe, mais en même temps: chacun voudrait être tout différent et meilleur que les autres ! Finalement, peu de personnes cherchent l'authenticité, l'authenticité qui est la simple vérité sur soi, que les croyants nomment aussi : l'humilité.
Dès lors, tout part dans tous les sens, et les media viennent soutenir les choses les plus improbables... Sinistre agitation qui fait le jeu du diable !

J'abonde totalement dans votre sens. Et finalement c'est toujours plus difficile de demander les efforts à faire par les autres, y compris de se l'imposer d'abord à soi-même..... Et pourtant le monde s'en porterait tellement mieux !
Dernière modification par PriereUniverselle le lun. 23 mai 2011, 15:03, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
PriereUniverselle
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1342
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 4:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PriereUniverselle » lun. 23 mai 2011, 14:45

[quote="stephlorant"]@ ti'hamo

Mais ne sous estimez pas totalement le levier de l'argent, sinon on se retrouverait dans une situation encore pire que celle existante, comme dans certains pays, où on refuse par exemple de faire naître les filles, parce que le choix des naissances est planifié et n'accorde qu'un seul enfant par couple. Savez vous ce qui se passe ensuite ? Par le manque de filles certains pays enlèvent les jeunes filles dans d'autres pays, les violent, les gardent avec violence jusqu'à l'accouchement du bébé et ensuite les jette à la rue près de la frontière pour qu'elles retournent dans leur pays. L'enfant né ne reverra jamais plus sa mère. Il est indispensable que ce soit un homme qui s'occupe des funérailles de ses parents. Et on peut demander plus de travail à un homme qu'a une femme.Et la perte la ne se compte pas en plus de 200.000 bébés avortés, mais dépassent les 50.000.000 de filles avortées. J'avoue que moi cela me fait réfléchir !
Dernière modification par PriereUniverselle le lun. 23 mai 2011, 15:29, modifié 2 fois.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités