Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifester

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
PriereUniverselle
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1342
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 4:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PriereUniverselle » mer. 18 mai 2011, 16:03

Par contre , nous pouvons leur apporter notre soutien et la solidarité quoi qu'il se passe ! Nous devons beaucoup prier Notre Seigneur Jésus-Christ et sa Bienheureuse Mère, la Vierge Marie, d'oeuvrer dans le coeur de toute l'humanité pour la rendre plus féconde d'amour, de prévenance et prévoyance les uns vis à vis des autres.; et aussi, remercier Dieu de toutes les faveurs et missions de le servir qu'il nous envoie. Sans jamais cesser de louer Dieu de Bonté et Miséricorde, en lui demandant humblement pardon pour tous les péchés faits par les humains aux plus faibles et démunis d'entre nous.

Avatar de l’utilisateur
cath1250
Censor
Censor
Messages : 166
Inscription : mar. 15 févr. 2011, 9:47
Localisation : belgique

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par cath1250 » mer. 18 mai 2011, 16:04

PaxetBonum a écrit :Je vais vous en raconter un véridique : une femme qui ne parvenait pas à avoir son enfant (car toute femme a le droit à un enfant c'est bien connu) a fait tous les tests, Fiv et autres traitements hormonaux… enfin la voilà enceinte.
Parfait ! Non… car on est au mois de mai et qu'elle veut aller bronzer à la plage sans un gros ventre !
Pas de soucis Madame, passez à côté on va vous retirer ce qui vous gêne… et hop avorté l'empêcheur de bronzer en rond.
On se revoit en septembre pour reprendre toutes les hormones et Fiv, docteur ?
Oui, bien sûr Mme et bon farniente
c'est vraiment vrais cette histoire? car d'abord durant un traitement hormonal, déjà on grossi (rétention d'eau, système pileux qui foire, bouffées de chaleur, bref, pas mal d'inconvénients.... ) ... savoir au mois de mai qu'on est enceinte .... heu, le ventre pour qu'il s'arrondisse, faut quand même être au moins au 4ème mois, et encore.... çà commence à peine.......Et le papa dans l'histoire? il n'a rien dit? parce que franchement, il a du subir toutes les sautes d'humeur de sa femme à cause du traitement hormonal et il est prêt à remettre le couvert?
Quand je parlerais les langues des hommes et celles des anges, si je n'ai pas l'amour je ne suis qu'une pièce de bronze qui résonne, qu'une cymbale qui retentit...
...L'amour est patient ; l'amour est plein de bonté. L'amour n'est point envieux ; il n'est pas présomptueux, il ne s'enfle pas d'orgueil. Il ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s'aigrit pas ; il ne soupçonne point le mal. Il ne se réjouit pas de l'injustice, mais il met sa joie dans la vérité. Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout....

Avatar de l’utilisateur
PriereUniverselle
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1342
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 4:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PriereUniverselle » mer. 18 mai 2011, 17:00

PaxetBonum a écrit :
PriereUniverselle a écrit :
Croyez vous sincèrement que les 25.000 personnes violées en France chaque année , et en augmentation sans cesse, ont choisi et ont été consententes en responsabilité commune avec leur violeur, et qu'ensemble ils ont pris la décision d'avoir un enfant ?....
Là on touche à un autre problème… la justice française ou… l'absence de justice française (certains en prennent conscience en commettant leurs exactions aux USA…)
Les dernières statistiques de viols que j'ai vu, montraient que 2% des avortements concernaient des viols.
Mais ce n'est pas d'abord ces 2% que je vais condamner mais les 25 000 viols que vous annoncés
Il est temps de castrer les violeurs.

Mais on ne fait pas une loi générale sur une exception. On traite l'exception à part comme il se doit en son âme et conscience, pas l'inverse.
2% pour les viols ? Alors quid des 98 autres % ?
Les thérapeutiques (ou assimilés comme tels, je crois environ 10-15%)
Il reste donc 83%…

Je vais vous en raconter un véridique : une femme qui ne parvenait pas à avoir son enfant (car toute femme a le droit à un enfant c'est bien connu) a fait tous les tests, Fiv et autres traitements hormonaux… enfin la voilà enceinte.
Parfait ! Non… car on est au mois de mai et qu'elle veut aller bronzer à la plage sans un gros ventre !
Pas de soucis Madame, passez à côté on va vous retirer ce qui vous gêne… et hop avorté l'empêcheur de bronzer en rond.
On se revoit en septembre pour reprendre toutes les hormones et Fiv, docteur ?
Oui, bien sûr Mme et bon farniente…

Et oui ce n'est pas de la fiction… on en est là !
Et je passe sous silence le coup de tout cela qui aurait aidé bien de femmes en détresses dans leur véritable grossesse…
Ce que vous relatez là, sont les abus de la Loi. Moi je vous parle des tournantes en bas des immeubles de fillettes à peine pubères de 9 ans et demi/10 ans/12/13/14 ans qui se font violées dans les caves d'immeuble, lorsqu'elles sont sorties pour aller faire une course pour leur maman qui s'occupe pendant ce temps des frères et sœurs plus jeunes, ou les viols perpétués par leur propre père souvent drogué ou alcoolique, beau père, frère plus âge, oncle, cousin, grand- père , ami de la famille etc....et dans les familles recomposées, 75 % des viols sont perpétrés par un homme connu de la petite ou jeune fille. Dans notre pays et dans le monde des petits bébés des filles âgées parfois de 3/6 mois sont violées et souvent en meurent. La violence masculine est épouvantable dans ce domaine, et indescriptible de cruauté. Imaginez vous le calvaire de cette petite fille en Amérique latine enceinte à 9 ans, la mère et les chirurgiens excommuniés pour l'avoir avortée parce que sa vie était en danger !....Des vies détruites comme des millions d'autres dans le monde. Vous rappelez vous de cette jeune fille Autrichienne engrossée durant des années par son père et cachée avec sa tribu, tous enfermés dans une cave qui a défrayé la chronique ? Pour un seul cas mis sous les projecteurs des Media, combien croupissent dans l'horreur ? Et les jeunes filles abusées lors d'une fête par la pilule viol très courante dans nos sociétés modernes. Ces cas sont criants de douleur. Jamais je n'aurai un jugement réprobateur sur la solution qu'elles auront choisies en dernier ressort. Ce genre de souffrance peut brutaliser la personne à un point tel que certaine préfèreraient se suicider que de porter l'enfant d'un viol en elle. C'est d'ailleurs en voyant les extrémités effroyables auxquelles elles avaient recours avec énormément de décès des jeunes et petites filles que la loi sur l'avortement a été votée. L'hécatombe était très importante. Malheureusement et comme on devait s'y attendre, cela n'a pas fait baisser le nombre des avortements, parce que la raison réelle pour laquelle elles ne trouvent pas d'alternative pour garder leur bébé n'a pas été résolue. La seule chose qui a été préservée c'est la santé de ces jeunes filles et femmes. Nous devons prendre en compte aussi que le corps d'une enfant n'est pas arrivé à maturité psychologiquement ni physiquement pour donner la vie, ni pouvoir gérer les émotions et les responsabilités d'une naissance.

La bourgeoise fortunée ou femme de cadre qui peut se permettre des avortements de confort reste le pourcentage le plus minime de la question sur les avortements, et si elle ne peut pas avoir satisfaction en France elle ira en Suisse ou ailleurs. Ce cas ne peut pas être pris en compte avec toute la crédibilité requise pour servir d'exemple en vue de régler les situations catastrophiques où se trouve la majorité de celles qui font appel à l'interruption de grossesse, qui gagnent parfois ou même pas le minimum vital, ou rien du tout , parce qu'elles sont à l'école primaire ou au collège. La solution de l'avortement n'est pas la bonne réponse pour les jeunes femmes adultes ! Certes, mais nous devons avant tout transformer totalement la conception et la vision nataliste de nos sociétés en y incorporant et réglant les besoins réels et très concrets des femmes pour mettre au monde les enfants, avant d'apporter une autre solution que la loi existante (qui fait force de loi, face à l'irresponsabilité et la violence masculine).

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par Invité » mer. 18 mai 2011, 19:25

aroll je pense que la majorité qui se disent "anti avortement" ne sont pas pour la pénalisation. J'ai discuté aussi avec des personnes qui avaient cette position et souvent de façon très dure, mais souvent quand on suit leur logique, en général quand on en arrive à cette question de la pénalisation ou non, la plupart en discutant sont pas pour. Je me rends compte qu'ils ont une posture qui tient pas la route souvent. C'est très facile d'avoir une position tranchée, c'est plus compliqué de se positionner quand on essaye d'aborder tous les problèmes, et quand on y est confronté. Aujourd'hui c'est franchement pas sérieux d'être pour la pénalisation, malgré tout la dépénalisation permet un controle et d'éviter des dérives, comme retrouver des femmes mortes avec des aiguilles à tricoter planter dans leurs ovaires. Quelqu'un qui a une conscience citoyenne ne peut pas accepter ça dans nos sociétés, meme si on peut etre contre l'avortement et considérer cela comme un meurtre, enfin à mon sens en tout cas.

Une chose je vois qu'on parle beaucoup du viol, je ne comprends pas pourquoi aussi on amène toujours cette question du viol, peut etre parceque j'entends souvent aussi des gens dire : je suis contre l'ivg, sauf pour les viols !
Mais moi je ne comprends pas cela, d'abord le victimes de viols je crois qu'il faut les laisser tranquille, ensuite je crois que les femmes qui tomberaient enceintre à la suite d'un viol, elles sont dans le meme cadre légal que toutes les femmes qui se demandent si elles doivent garder l'enfant ou pas. Et certaines font le choix de le garder d'autres pas, et elles ont leurs raisons et leurs consciences. Ce qu'il faut c'est respecter la conscience de chacun, sans les jeter dans la solitude et la détresse.

Pour ma part je considère qu'on n'a pas à forcer une femme à garder un enfant ou l'avorter, peu importe les raisons. Et les deux cas existent surtout pour les personnes faibles, il faut un cadre pour que l'un et l'autre ne puisse pas se passer. Mais je reste sceptique sur le discours des pro-vie, et j'irai jusqu'à dire qu'il y a une imposture sur le débat de fond.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9486
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PaxetBonum » mer. 18 mai 2011, 21:13

cath1250 a écrit :
c'est vraiment vrais cette histoire? car d'abord durant un traitement hormonal, déjà on grossi (rétention d'eau, système pileux qui foire, bouffées de chaleur, bref, pas mal d'inconvénients.... ) ... savoir au mois de mai qu'on est enceinte .... heu, le ventre pour qu'il s'arrondisse, faut quand même être au moins au 4ème mois, et encore.... çà commence à peine.......Et le papa dans l'histoire? il n'a rien dit? parce que franchement, il a du subir toutes les sautes d'humeur de sa femme à cause du traitement hormonal et il est prêt à remettre le couvert?
Oui c'est véridique
Je ne peux pas vous dire que les mois sont exacts, mais l'excuse du bronzing sur la plage l'été c'est authentique…
Les sautes d'humeur de cette femme n'ont rien à voir avec les hormones, quand on peut faire des caprices mortifères de la sorte, je crois que les sautes d'humeurs dépendent des neurotransmetteurs cérébraux, si elle en possède un…
Le pire pour moi dans cette histoire c'est l'acceptation de cet état de fait de la part du corps médical, mais que voulez-vous… c'est légal et remboursé…
Hippocrate doit se retourner dans sa tombe, la sagesse de nos anciens est morte…
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2890
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par ti'hamo » mer. 18 mai 2011, 21:29

@cath et priere universelle

Je ne comprends pas bien l'intérêt qu'il y a à inventer des idées et des pensées à des interlocuteurs imaginaires, que l'on transforme en caricatures, pour finalement se lancer dans des louanges à sa propre gloire, et enfin ne même pas prendre en compte les interventions réelles des autres interlocuteurs, réels ceux-là.

Parce que du coup cela tient plus du monologue que de la discussion, et que peut-il en sortir de constructif ?


Sans doute n'avez vous pas bien compris ce que je soulignais, peut-être ai-je été trop confus. Je réécris donc :

. Concernant les hommes :
Il s'agit d'un constat, qui concerne un discours, des idées, des présupposés, répandus dans notre société actuelle, et qu'on retrouvait dans les propos de "priere universelle" : tenir le double discours qui consiste à en même temps exiger des hommes qu'ils ne se mêlent pas de régulation des naissances, du sort de l'enfant qu'ils conçoivent, ni d'avortement, et en même temps déplorer que trop d'entre eux ne se sentent pas concernés et n'assument pas leurs responsabilités,
en se demandant comment ça se fait. :zut:

D'ailleurs, là aussi vous m'avez mal lu, je n'ai jamais parlé d'ambiguïté (je ne sais pas où vous êtes allé cherché ça dans mes propos ?). Le problème d'une double contrainte est tout au contraire son caractère très clair... mais contradictoire.

Le constat était clair, ma question à ce sujet également : trouvez-vous cela logique ?
Ne voyez-vous pas qu'en répétant à des hommes qu'ils ne doivent pas se sentir concernés, il est assez normal ensuite de constater qu'il ne se sentent pas concernés ?


. L'opposition entre un "monde masculin hostile à l'avortement" et un "monde féminin
De même, d'ailleurs, que l'opposition entre un monde masculin forcément violent et lâche, et un monde féminin forcément fait de compréhension, d'empathie et de solidarité : la simple fréquentation du monde réel, tel qu'il est, des gens de tous les jours, suffit à faire voler en éclat une représentation aussi simpliste.

D'une façon générale, d'ailleurs, ne vaut-il pas mieux se méfier des systèmes d'explication binaires "méchants/gentils" ?
Il vaut mieux se méfier, je pense, de l'explication qui vous assure que tous les maux du monde sont dus avant tout aux hommes en général, ou aux femmes en général, ou aux pauvres qui profitent de la société, ou aux riches qui l'exploitent, ou aux étrangers qui volent le travail, ou aux autochtones qui sont tous racistes. Une idée, comme ça. :siffle:


. Enfin, puisqu'il est question de l'attitude des hommes face à leurs responsabilités :
comment ne pas voir combien l'avortement libre, remboursé, justifié, est, justement, un instrument contribuant à cette déchirure entre hommes et femmes, contribuant à la lâcheté des hommes lâches ?
Répondez à cette simple question : de l'homme qui ne veut pas assumer ses responsabilités et qui veut laisser la femme se débrouiller seule, et de l'homme qui veut assumer ses responsabilités envers l'enfant,
qui, dites-moi, l'avortement perturbera et gênera-t-il le plus ?

En quoi, dites moi, un homme qui profite des femmes au passage sans rien assumer se trouverait-t-il choqué ou perturbé par l'avortement ?


. Notez que la remarque de priere universelle à propos des viols ne répond pas à la question : on parlait d'hommes qui doivent assumer (là dessus nous sommes d'accord) alors qu'on leur répète qu'ils ne doivent pas se sentir concernés.
Le cas du viol sort donc complètement de cas de figure-ci : d'un violeur on n'attend pas qu'il "assume" ses responsabilités en soutenant la femme enceinte et en assurant l'éducation de l'enfant !!


La question est donc simple :
. si l'on considère que l'homme qui conçoit un enfant avec une femme n'a aucun droit sur cet enfant, n'est pas concerné par son sort sur lequel il n'a pas le droit de se prononcer, ne doit même pas s'intéresser au sujet ni avoir d'avis sur la question,
comment en même temps lui parler de responsabilités et exiger qu'il les assume ?
Quelles responsabilités ? On vient de les réduire à néant et de les nier, comment exiger ensuite qu'il les assume ?


Et cette question rejoint la remarque posée plus haut :
Oui, il faut forcément agir sur tous les aspects du problème : financiers, moraux, sociaux,... (ce que font déjà, donc, les associations suscitées... dont certaines, bizarrement, ont un homme à leur tête ou à leur origine)
Mais cette action n'a de sens et ne peut être initiée QUE SI on reconnaît et constate l'injustice que représente l'avortement, l'acte en lui-même aussi bien que la politique actuelle sur ce sujet.
De même qu'on ne peut se mettre réellement à agir contre la faim dans le monde qu'une fois qu'on l'a constatée et qu'on a admis qu'il s'agissait d'une injustice criante.

Tant qu'on considère l'avortement comme une solution acceptable et qu'on s'interdit de le juger moralement,
on s'empêche d'agir contre.
La subtilité - déjà largement répétée et expliquée - étant que le jugement moral de l'acte d'avortement ne vaut pas condamnation morale de la femme qui a demandé l'avortement.


@cath et priere universelle, donc, je fais gentiment remarquer que, s'étant tout de go embarqué dans une louange à leur propre gloire, elles n'ont pas fait attention qu'elle ne répondait pas du tout aux questions posées, et répondait tout à côté.
Merci donc d'arrêter le monologue et de revenir à une discussion.
(soit dit en passant, cath, on aurait pu croire que certaine expérience malheureuse récente vous aurait mis en garde contre les jugements hâtifs destinés à se glorifier soi-même par contraste avec des interlocuteurs imaginaires)
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9486
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PaxetBonum » mer. 18 mai 2011, 21:30

PriereUniverselle a écrit : Ce que vous relatez là, sont les abus de la Loi.
Ah? Parce que cette loi à des limites ?
Que nenni !
Je prends RDV et j'élimine cet amas cellulaire qui me dérange quand je veux, comme je veux
Pas d'état d'âme de la part de la "mère" ni du corps "médical"

PriereUniverselle a écrit : Moi je vous parle des tournantes en bas des immeubles de fillettes à peine pubères de 9 ans et demi/10 ans/12/13/14 ans qui se font violées dans les caves d'immeuble, lorsqu'elles sont sorties pour aller faire une course pour leur maman qui s'occupe pendant ce temps des frères et sœurs plus jeunes, ou les viols perpétués par leur propre père souvent drogué ou alcoolique, beau père, frère plus âge, oncle, cousin, grand- père , ami de la famille etc....
Encore une fois les avortements pour viols représentent en France quelques 2% de la totalité…
Faire une loi sur une exception c'est monter la loi à l'envers
Il aurait fallu dire : c'est illégal car c'est un mal dans tous les cas, mais nous étudierons tout cas particulier.

Ensuite c'est aussi prendre le problème du viol à l'envers… car c'est encore une victime qui paye et non le coupable
Il serait temps de régler ce problème en condamnant les coupables, je suis personnellement pour la castration de ces personnes
On éviterait d'autres agressions et on guérirait ces personnes dirigées par leurs hormones.
PriereUniverselle a écrit : La bourgeoise fortunée ou femme de cadre qui peut se permettre des avortements de confort reste le pourcentage le plus minime de la question sur les avortements, et si elle ne peut pas avoir satisfaction en France elle ira en Suisse ou ailleurs. Ce cas ne peut pas être pris en compte avec toute la crédibilité requise pour servir d'exemple en vue de régler les situations catastrophiques où se trouve la majorité de celles qui font appel à l'interruption de grossesse, qui gagnent parfois ou même pas le minimum vital, ou rien du tout , parce qu'elles sont à l'école primaire ou au collège. La solution de l'avortement n'est pas la bonne réponse pour les jeunes femmes adultes !
Faire de l'avortement un problème d'argent pur et simple est aussi une mauvaise façon d'aborder le problème
Les statistiques vous donnent tort : la majorité des avortements sont des avortements de convenance
C'est devenu une méthode de contraception pour certaines

Ensuite à suivre votre raisonnement le crime dépendrait de la fortune de la personne
On voit où on en arrive : si DSK plaide coupable, il pourra à grands renforts de millions de dollars, se voir blanchi
Bref si on a les moyens on peut violer qui on veut… une prostitution à rebours en somme
Pour l'avortement vous inversez l'échelle : on peut avorter si on est pauvre pas si on est riche
Un meurtre, reste un meurtre quelque soit le compte en banque du coupable

Nous n'avons jamais à condamner le pécheur mais nous condamnons le péché
Donc nous ne faisons pas cas du rang social du pécheur pour condamner le péché
Il appartient à Dieu de sonder les cœurs pour y voir les circonstances atténuantes
Il nous appartient à nous de faire miséricorde autant que faire ce peut dans chaque cas
Mais par dessus tout il nous appartient de dire la Vérité sur ce thème et de ne pas renier la faute même sous couvert de bonnes intentions
Il en va du salut de tous et de chacun !
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2890
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par ti'hamo » mer. 18 mai 2011, 21:31

Pour faire plus simple :
Quelles responsabilités au juste doit assumer un homme, sur un sujet dont on vient de dire (dont vous avez dit, en tout cas) qu'il ne devait pas s'en occuper ni se sentir concerné ?

"ça ne te regarde pas, assume !" me semble une injonction pour le moins contradictoire.
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9486
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PaxetBonum » mer. 18 mai 2011, 21:46

ti'hamo a écrit :
"ça ne te regarde pas, assume !"
Parfaitement résumé
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
PriereUniverselle
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1342
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 4:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PriereUniverselle » mer. 18 mai 2011, 22:12

de Ti'halmo à @cath et priere universelle

Je ne comprends pas bien l'intérêt qu'il y a à inventer des idées et des pensées à des interlocuteurs imaginaires, que l'on transforme en caricatures, pour finalement se lancer dans des louanges à sa propre gloire, et enfin ne même pas prendre en compte les interventions réelles des autres interlocuteurs, réels ceux-là.

Si vous mettez en doute les confidences reçues de première main des personnes qui se sont retrouvées dans ce genre de situation, et leur témoignage que je relate ici, je n'ai rien à rajouter, je ne cherche aucune polémique inutile dans un débat qui prétend en être un. La prière, pour que le Saint-Esprit vous touche de sa grâce, sera une œuvre plus utile.

Avatar de l’utilisateur
PriereUniverselle
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1342
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 4:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PriereUniverselle » mer. 18 mai 2011, 22:29

Ti'hamo dit : Ne voyez-vous pas qu'en répétant à des hommes qu'ils ne doivent pas se sentir concernés, il est assez normal ensuite de constater qu'il ne se sentent pas concernés ?


Réponse : Les hommes n'ont jamais voulu être concerné, la société a du trouver des solutions sans eux.

C'est parce que 100 % des hommes ne prenaient par leur responsabilité de père que la loi sur l'avortement a été prise,
en rapport avec les viols et également en rapport avec le refus des hommes et de la société à prendre en charge pendant 20 ans
les aides matériels à apporter aux femmes pour élever les enfants. !

l'Avortement se fait à cause du péché des hommes qui se servent des femmes comme des jouets.

Avatar de l’utilisateur
PriereUniverselle
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1342
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 4:01

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par PriereUniverselle » mer. 18 mai 2011, 22:34

pour PaxetBonum :

Si vous voulez des coupables de l'avortement : Alors mettez au box des accusés les hommes et la société machiste qui condamnent dans ses principes toutes ces femmes à avorter.

Avatar de l’utilisateur
cath1250
Censor
Censor
Messages : 166
Inscription : mar. 15 févr. 2011, 9:47
Localisation : belgique

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par cath1250 » mer. 18 mai 2011, 22:46

je crois franchement qu'il faut stopper la le débat, prièreuniverselle. La femme est et restera la meurtrière..... les excès de la loi n'existe que dans votre imagination (et la mienne aussi).

laissons les gens avec leurs certitudes basées sur des théories, des versets bibliques. la bonté exulte de leurs messages, c'est affolant.
ti amoh, c'est effrayant de vous lire.... c'est même incompréhensible. mais bon, si votre orgueil est aussi gonflé que le cou de votre avatar.....
Quand je parlerais les langues des hommes et celles des anges, si je n'ai pas l'amour je ne suis qu'une pièce de bronze qui résonne, qu'une cymbale qui retentit...
...L'amour est patient ; l'amour est plein de bonté. L'amour n'est point envieux ; il n'est pas présomptueux, il ne s'enfle pas d'orgueil. Il ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s'aigrit pas ; il ne soupçonne point le mal. Il ne se réjouit pas de l'injustice, mais il met sa joie dans la vérité. Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout....

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2890
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par ti'hamo » mer. 18 mai 2011, 23:11

@priere universelle
"Si vous mettez en doute les confidences reçues de première main" :
non, ce n'est pas du tout à ce passage de vos propos que je faisais allusion. D'ailleurs, regardez, je m'adressais à cath et à vous-même. Je faisais référence au fait que cath se mette brusquement, sans rapport avec la discussion à à dresser une liste de défauts qu'elle attribue à plein de gens sauf elle, qu'elle identifie on ne sait pourquoi (elle ne s'en est pas expliquée) ces archétypes bourrés de défauts aux personnes à qui elle s'adresse,
et se serve de ce procédé pour se glorifier elle-même, et vous avec.
(s'il s'agissait d'un exemple d'humilité et de réflexion, je veux bien qu'on m'explique),

et le fait que vous, de votre côté, inventiez des idées à vos interlocuteurs, sans prendre la peine de réellement prendre en compte ce qu'ils ont réellement écrit, plutôt que de répondre en vrai à vos vrais interlocuteurs sur les propos qu'ils ont vraiment tenu.


Je constate, au passage, que vous ne prenez pas en compte la remarque, la question posée, et que vous n'y répondez pas - même pas pour en montrer le non-fondé ou l'erreur, s'il y en a une.
C'est bien joli de jouer le numéro de la grande âme généreuse perdue dans un océan de méchants égoïstes, mais notre attente était toute simple et sans rapport avec cela : juste quelque petite réponse à une petite remarque. S'il vous plaît.



Voilà pour la forme, et pour le quiproquo (puisque vous imaginiez que je mettais en doute votre témoignage, ce qui n'a jamais été le cas).

Sur le fond de la discussion,
j'ajoute que vos théories sur la culpabilité totale de 100% de tous les hommes, tous ligués contre 100% des femmes toutes innocentes et naturellement pleines de générosité et de bonté, ne tient pas la route une seconde. Je suis désolé d'avoir à vous le faire remarquer, mais la cruauté, la violence, l'égoïsme, la suffisance, le nombrilisme, la lâcheté, sont très bien partagés en ce bas monde, et ne sont l'apanage ni des hommes par rapport aux femmes, ni des femmes par rapport aux hommes,
ni des riches, ni des pauvres, ni des étrangers, ni des fans de metal, ni des catholiques traditionalistes, ni des collectionneurs de timbres tchèques des années 50 représentant des chèvres.

Donc, puisque tous ces défauts et tout ce mal se retrouvent partout sans être la spécialité spécifique de personne, ni surtout d'un sexe par rapport à l'autre,
il serait donc absurde de penser que tous les hommes, forcément mauvais, soient la cause d'un monde injuste contre lequel toutes les femmes, forcément justes, auraient toutes lutté.

La réalité, ce n'est pas ça.


"la faute à la société machiste", "la faute aux hommes", "la faute aux pauvres", "la faute aux bourgeois exploiteurs du peuple", "la faute aux étrangers", "la faute aux ennemis du peuple" : autant "d'explications" simplistes mais irréalistes ; sans doute rassurantes parce que ça permet de se représenter une masse de coupables très méchants dont on s'arrange toujours, bizarrement, pour ne pas pouvoir en faire partie, mais c'est tout.



Maintenant, voyez à quelle aberration amène le fait de ne plus lire les interventions d'autrui, de ne pas les prendre en compte et de ne pas même y répondre :
vous et cath êtes en train de vouer aux gémonies tous les intervenants au motif qu'il ne faut pas jeter la pierre aux femmes, ni les condamner... ...alors que personne n'a jamais dit le contraire. Bien au contraire, c'est justement ce qu'on dit à chaque fois que le sujet revient sur le tapis.

Vous êtes en train d'essayer de faire prendre conscience à des gens d'un problème dont ils ont déjà conscience depuis longtemps, mais en y apportant une explication sans rapport avec la réalité.
Du coup, les gens répondent en mettant en doute votre explication... et du coup vous croyez qu'ils nient le problème !

Donc : prenez le temps de lire ce qui est écrit, si vous trouvez ça trop confus, demandez donc des précisions, demandez à chacun de préciser ce qu'il a voulu dire sur tel ou tel point, mais arrêtez donc de tomber sur tout le monde à bras raccourci sans même avoir compris de quoi il retourne !
("je te tape dessus j'ai pas compris ce que t'as dit mais je suis sûr que c'était pas bien" : est-ce là une attitude de discussion ? dites ? honnêtement ?)
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2890
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifes

Message non lu par ti'hamo » mer. 18 mai 2011, 23:32

(@cath
Dans le même ordre d'idée, je veux bien que vous m'exposiez ce que vous trouvez effrayant dans mes propos. Si ça se trouve, vous m'avez compris de travers, alors, avant de frémir d'horreur, le bon sens voudrait que vous me fassiez remarquer où vous pensez que je raconte des horreurs, et que vous vous assuriez que vous avez bien compris ce qu'il fallait comprendre, et que j'ai bien écrit ce que vous pensez que j'ai écrit.

C'est la moindre des choses, non ?)
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Thurar et 3 invités