Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifester

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Avortement : c’est toujours la bonté qui doit se manifester

Message non lu par Raistlin » jeu. 12 mars 2009, 10:22

Bonjour à tous,

Puisque le débat est à l'avortement, je me permets de publier ici un entretien de Mgr Pierre d'Ornellas, responsable du groupe de travail de la Conférence des évêques de France sur la bioéthique, avec le journal La Croix au sujet de l'avortement :
La Croix : Quels éléments les catholiques qui accompagnent des femmes confrontées à l’avortement doivent-ils prendre en compte ?

Mgr d’Ornellas : Le premier élément fondamental, c’est d’être disciple du Christ, c’est-à-dire remplis de miséricorde, de bonté. Les Écritures nous disent qu’« amour et vérité s’embrassent » : cette miséricorde n’oublie pas, par conséquent, qu’entre la femme devenue mère et son enfant, un lien indestructible s’est créé, quelles que soient les circonstances. L’avortement, nous a redit le concile Vatican II, est un crime abominable. Mais rompre ce lien est aussi une blessure pour la mère. Accompagner avec miséricorde, c’est donc permettre à cette mère de se comprendre elle-même avec sa blessure.

Avec les prêtres, j’insiste beaucoup sur cette notion d’amour. Le deuxième point fondamental, c’est de bien comprendre la responsabilité : une femme peut être prise dans un système, soumise à des pressions, des angoisses. Sa responsabilité peut être très atténuée, au point que parfois elle peut peut-être n’en avoir aucune. Nous ne devons jamais ignorer la blessure profonde que peut ressentir une mère qui a pratiqué un avortement.

Dans certains cas, l’Église est sollicitée avant que la décision soit prise, dans d’autres, longtemps après. Quel message faire passer ?

Lorsqu’une femme vient alors qu’elle est encore enceinte, il faut tout faire pour l’éveiller à ce qu’elle est : une mère qui n’est jamais faite pour tuer mais pour donner la vie. Il faut aussi lui dire qu’elle sera accompagnée jusqu’au bout. Il est donc important que des catholiques et d’autres avec eux soient là, dans les associations, les lieux qui accueillent ces femmes : qu’ils ne les jugent pas a priori, ce qui ajouterait à leur culpabilité, mais qu’ils comprennent leur angoisse. Ce n’est que dans la paix et l’accompagnement que l’on peut accepter une naissance à première vue indésirable…

Il est également important que les chrétiens prient pour ces femmes qui ont ce fardeau sur les épaules ! Quand une femme sollicite une aide après un avortement, c’est toujours la bonté qui doit se manifester ; non pas une bonté aveugle, mais d’autant plus grande que la blessure est profonde. Il faut l’aider à trouver un chemin de pardon. Peut-être d’ailleurs la manière dont elle a été accueillie juste après l’aidera-t-elle à trouver ce chemin…
À quel moment la sanction – l’excommunication prévue dans certains cas par le droit canonique – peut-elle ou doit-elle intervenir ?

Je voudrais d’abord souligner que, dans la société actuelle, les consciences sont affaiblies, notamment par une peur exacerbée de l’enfant anormal. Elles ne voient plus clair. L’Église, la société doivent donc rappeler la grandeur et la beauté du lien qui unit une mère à son enfant, un lien qui est d’ailleurs confié à la société tout entière. Quant à l’excommunication, elle ne peut être déclarée par l’évêque que si la personne agit en pleine connaissance de cause. Mais qui est dans ce cas, aujourd’hui ? On ne dit plus avortement mais « interruption médicale de grossesse », ou « thérapeutique »…

De surcroît, il faut rappeler que l’Église ne prononce jamais une peine pour écarter mais pour aider à grandir, à guérir, à se relever. Et puis elle propose le sacrement du pardon, qui enlève la faute, ouvre un chemin de guérison. Il faut du temps pour que soit réconciliée une mère (et son mari) avec son enfant qui a été supprimé. L’Église doit être la servante de la proximité du Christ avec chaque souffrance, l’intermédiaire entre le Christ qui donne sa paix avec son pardon et la femme confrontée à l’avortement.
Comment faire mieux comprendre la position de l’Église en dehors d’elle ?

Il me semble que, pour tout le monde, l’avortement est un drame. L’Église ne l’ignore pas, mais elle interroge la société sur les raisons qui banalisent ce drame. N’y a-t-il pas des équipes médicales, pleines d’humanité, qui s’interrogent face à cette banalisation ? Je voudrais qu’elles puissent être entendues.
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Avortement : C’est toujours la bonté qui doit se manifester

Message non lu par Petit Matthieu » jeu. 12 mars 2009, 15:45

Très beau texte, voilà une approche intelligente et pleine de bienveillance.
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Avortement : C’est toujours la bonté qui doit se manifester

Message non lu par Raistlin » jeu. 12 mars 2009, 17:48

Petit Matthieu a écrit :Très beau texte, voilà une approche intelligente et pleine de bienveillance.
Oui, je trouve aussi. Et surtout, ça permet de nuancer avec les réactions des deux prélats - au sujet de l'avortement de la fillette brésilienne - qui n'ont pas su être discret et respectueux de la souffrance humaine dans leurs condamnations, aussi légitimes qu'elles aient pu être.

Fraternellement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Avortement : C’est toujours la bonté qui doit se manifester

Message non lu par Petit Matthieu » dim. 15 mars 2009, 13:18

Alors j'ai une question (en fait je l'ai déjà posé dans le sujet sur la l'avortement de cette malheureuse fillette; mais n'ayant pas eu de réponse, j'insiste ! ;) )

Pour connaître vos avis, quelle est votre position sur le droit à l'avortement ? Le droit d'avorter doit disparaître ou vous vous opposez à sa réalisation et non au droit de la femme à disposer de son corps ?
Bref, laisser la liberté de la femme ou pas ? Ou supprimer cette liberté pour sauver l'enfant ?
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
Eriluc
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 686
Inscription : dim. 08 févr. 2009, 16:17
Localisation : Grenoble

Re: Avortement : C’est toujours la bonté qui doit se manifester

Message non lu par Eriluc » dim. 15 mars 2009, 23:15

Petit Matthieu a écrit :Pour connaître vos avis, quelle est votre position sur le droit à l'avortement ? Le droit d'avorter doit disparaître ou vous vous opposez à sa réalisation et non au droit de la femme à disposer de son corps ?
Bref, laisser la liberté de la femme ou pas ? Ou supprimer cette liberté pour sauver l'enfant ?
Cher Petit Matthieu,

Vous posez une question d'éthique bien délicate. Comme non spécialiste du domaine ce que je vous écris n'engage que moi.
Le choix entre deux biens, ce qui est le propos de l'éthique, le bien de l'enfant à naître et celui de la mère est facilement soluble sur un plan théorique car le bien de conservation de la vie de l'enfant est plus élevé que la protection de la mère contre toutes les privations de liberté ou les souffrances liées à cette naissance.
La question que vous posez est plus orienté vers la position des tiers de cette situation, l'entourage, le législateur, le corps médical, les citoyens. La loi qui autorise l'avortement existe en France et est le résultat de l'exercice du processus démocratique. Comment pour des raisons éthiques, morales, peut-on remettre en cause un droit acquis par les femmes de force luttes. "Les lois qui permettent l'avortement ou l'euthanasie sont votées selon les règles prétendument démocratiques. En réalité, nous ne sommes qu'en face d'une tragique apparence de légalité et l'idéal démocratique, qui n'est tel que s'il reconnaît et protège la dignité de toute personne humaine, est trahi dans ses fondements mêmes: « Comment peut-on parler encore de la dignité de toute personne humaine lorsqu'on se permet de tuer les plus faibles et les plus innocentes? Au nom de quelle justice pratique-t-on la plus injuste des discriminations entre les personnes en déclarant que certaines d'entre elles sont dignes d'être défendues tandis qu'à d'autres est déniée cette dignité? " (Evangelium Vitae).
Mon point de vue est que si on a la conviction que l'acquis démocratique de la loi rendant légal l'avortement est inique, il faut faire en sorte de l'abroger.
Ceci n'est pas si simple car si cette loi est inique, les causes humanitaires et sociales qui ont poussé à sont vote, persistent. Une abrogation pure et simple ferait resurgir les mêmes misères qui on fait croire à sa légitimité. Il y a une nécessité impérative d'éducation, d'accompagnement et œuvres de soutiens pour accompagné cette abrogation. Je n'évoque pas les obstacles idéologiques et politiques qui devraient être surmontés pour que la justice puisse triomphé.

Très cordialement

Eric
"Être détaché de tout - première condition pour n'être indifférent à rien." [Gustave Thibon]

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Avortement : C’est toujours la bonté qui doit se manifester

Message non lu par Raistlin » lun. 16 mars 2009, 11:49

Petit Matthieu a écrit :Le droit d'avorter doit disparaître ou vous vous opposez à sa réalisation et non au droit de la femme à disposer de son corps ?
Bref, laisser la liberté de la femme ou pas ? Ou supprimer cette liberté pour sauver l'enfant ?
Vos propos sont intéressants car vous abordez les termes mêmes de l'idéologie ambiante : le droit de la femme à disposer de son corps.

Sauf que :
1- Le foetus n'est pas un "organe" ou une excroissance de la mère. Il n'a même pas le même patrimoine génétique !
2- Le foetus est simplement "nourri" par la mère mais ça ne donne aucun droit à celle-ci. Ou alors, sous prétexte que vous élevez vos enfants, les nourrissez, leur donnez de vivre sous votre toit, etc. vous auriez droit de vie et de mort sur eux. (Je ne fais que pousser le raisonnement jusqu'au bout)

Bref, la mère qui avorte prend une vie qui ne lui appartient pas. Le fait que le foetus grandisse dans son ventre ne donne strictement aucun droit à la mère.

Et quand à la liberté rappelons que pour l'Eglise, la vraie liberté c'est de s'orienter vers le bien, pas de faire tout ce qu'on veut dès que ça nous passe par la tête.

Bien à vous,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Yves54
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1163
Inscription : lun. 16 avr. 2007, 19:48
Localisation : Paris

Re: Avortement : C’est toujours la bonté qui doit se manifester

Message non lu par Yves54 » lun. 16 mars 2009, 16:13

Petit Matthieu a écrit :Alors j'ai une question (en fait je l'ai déjà posé dans le sujet sur la l'avortement de cette malheureuse fillette; mais n'ayant pas eu de réponse, j'insiste ! ;) )

Pour connaître vos avis, quelle est votre position sur le droit à l'avortement ? Le droit d'avorter doit disparaître ou vous vous opposez à sa réalisation et non au droit de la femme à disposer de son corps ?
Bref, laisser la liberté de la femme ou pas ? Ou supprimer cette liberté pour sauver l'enfant ?

Chacun y va de sa réponse, alors je vais donner la mienne :D Elle ne sera pas forcément mieux que les autres ;)

Aucun avortement ne doit être accepté. A moins que la mort du fœtus soit certaine et que la vie de la mère est en danger.


Pour la question du droit de la femme de disposer de son corps. Oui elle a tout droit sur son corps. Mais elle n'a aucun droit sur le corps de son bébé, qui est peut être une future femme, et croire qu'elle a le droit de disposer du fœtus qui se développe en elle, c'est prendre le fœtus pour un appendice du corps de la femme, ce qui est totalement absurde.


Donc non, on ne touche pas à la liberté de chacun de disposer de son corps. On rétablit ce qui est le corps de la femme et ce qui ne l'est pas !
« Commettre des erreurs est le propre de l'humain, mais il est diabolique d'insister dans l'erreur par orgueil »
Saint Augustin
(sermon 164, 14)

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Avortement : C’est toujours la bonté qui doit se manifester

Message non lu par Petit Matthieu » lun. 16 mars 2009, 18:58

Très bien, donc pour résumer Raistlin et Yves54, vous êtes contre la loi qui autorise l'avortement sur cet argument fort que le foetus (qui est un être humain) n'est pas le corps de la mère.

Eriluc également, mais reconnaissant que les "misères qui on fait croire à sa légitimité" (analyse remarquable) persisteront et qu'il est du devoir d'accompagner, de soutenir les mères victimes qui seraient tentées par l'avortement.

Vos arguments sont bien sur très forts et je penche de leur côté. Il faut alors assumer que rien n'est pire que la mort mais surtout accepter les conditions misérables tant matérielles que psychologiques dans lesquelles naîtront l'enfant. Et ça c'est dur.
Enfant d'un viol, fruit d'une violence terrible qu'a subit la mère, qui pourra retrouver dans le visage de son enfant les traits de son violeur.
Enfant qui naîtrait dans un foyer de drogués, de fous, de parents violents (on a hélas nombre d'enfant maltraités qui parfois meurent).
Enfant qui naîtrait dans un état d'handicape extrême, incapable de communiquer, de penser, d'être.
Et des centaines de miliers (peut-être plus) d'orphelins (et leurs conditions sont parfois tragiques malgré le travail admirable des personnels d'orphelinats.

Vous l'aurez compris, je ne suis moi-même pas en faveur de l'avortement. Chaque individu à droit à la vie, j'adhère à cette idée. Mais nous ne pouvons pas défendre cette idée et ne pas penser au devenir, au futur de ces enfants.
Si nous nous battons pour leurs vies, nous ne devons pas les laisser tomber après leur venue au monde. Le combat contre l'avortement doit donc être absolument couplé avec des solutions, des assistances proposées aux enfants et à leurs parents. Alors que faire pour essayer de palier aux désavantages conséquents que connaitront ces enfants dès leur entrée sur terre ?
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
Yves54
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1163
Inscription : lun. 16 avr. 2007, 19:48
Localisation : Paris

Re: Avortement : C’est toujours la bonté qui doit se manifester

Message non lu par Yves54 » lun. 16 mars 2009, 23:08

Vous avez absolument raison Mathieu. La loi interdisant l'avortement doit aussi être accompagné d'une aide réelle envers les femmes en détresse. Et on a l'argent si on le supprime au planning anti-familial on a clairement les fonds pour soutenir une telle politique pro-vie.
« Commettre des erreurs est le propre de l'humain, mais il est diabolique d'insister dans l'erreur par orgueil »
Saint Augustin
(sermon 164, 14)

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Avortement : C’est toujours la bonté qui doit se manifester

Message non lu par coeurderoy » mar. 17 mars 2009, 9:51

N'oublions jamais par ailleurs que l'enfant n'est pas un "droit" mais un DON ; même issu d'une "conjection humaine" catastrophique à nos yeux limités, un être vivant conçu a, de toute éternité, été voulu et aimé de Dieu : voilà pourquoi nous devons tous, à l'échelle qui est la nôtre, savoir exercer aide, soutien, fraternité chrétienne pour aider celles qui vont devenir mères à accepter ce don.
Fraternellement !
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Avortement : C’est toujours la bonté qui doit se manifester

Message non lu par Petit Matthieu » mar. 17 mars 2009, 11:22

coeurderoy a écrit :
N'oublions jamais par ailleurs que l'enfant n'est pas un "droit" mais un DON ; même issu d'une "conjection humaine" catastrophique à nos yeux limités, un être vivant conçu a, de toute éternité, été voulu et aimé de Dieu : voilà pourquoi nous devons tous, à l'échelle qui est la nôtre, savoir exercer aide, soutien, fraternité chrétienne pour aider celles qui vont devenir mères à accepter ce don.
Fraternellement !
Et l'enfant Coeurderoy, et l'enfant !
Pardonnez d'avance la dureté de mes paroles mais seriez vous dans le même état psychologique si vous étiez fils de violeur ? Fils de parents déglingués vous ayant maltraité ? Fils non désiré ? Je me permets d'être positif en espérant que vous ne faîtes partie d'aucune de ces abominables catégories que j'aurais même pu durcir.
Qu'il doit être dur, terriblement éprouvant de venir au monde en étant déjà rejeté par ses propres parents. Dans un malaise pareil, qui vous fait vous sentir à l'écart du monde, rejeté, inutile, de trop .... comment pourront-ils accepter l'idée qu'il y a un Dieu amour ?
Car ces personnes sont non seulement meurtries par leurs vie, mais aussi par leur propre naissance.

Comment alors, comment les aider, les accueillir ?
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Avortement : C’est toujours la bonté qui doit se manifester

Message non lu par coeurderoy » mar. 17 mars 2009, 11:43

"celles qui vont devenir mères" : l'enfant, nous le protégeons déjà en conseillant et encourageant la future mère ...
Dernière modification par coeurderoy le mar. 17 mars 2009, 18:32, modifié 1 fois.
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Avortement : C’est toujours la bonté qui doit se manifester

Message non lu par Petit Matthieu » mar. 17 mars 2009, 11:54

J'avais lu trop vite. Mais que pensez vous de l'avenir de l'enfant, commet "l'extérieur" peut il le soustraire aux possibilités horribles de son contexte familial ? Et comment rompre l'isolement et le sentiment d'inutilité répandu chez les orphelins ?
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Avortement : C’est toujours la bonté qui doit se manifester

Message non lu par coeurderoy » mar. 17 mars 2009, 15:14

Bonjour Petit Matthieu,
peu de temps cet après midi : à + donc ; chouette vous semblez aussi émotif et impulsif que...moi !! :oops: !
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

DavidB
Persona
Persona
Messages : 1922
Inscription : dim. 16 sept. 2007, 21:44

Re: Avortement : C’est toujours la bonté qui doit se manifester

Message non lu par DavidB » mar. 17 mars 2009, 19:51

Quelqu'un se rappellent-ils que la grâce existe? Quelqu'un a-t-il déjà entendu parlé de la résurrection du christ et des promesses de salut faites à chacun? à Dieu tout est possible. Je connait une femme dans ce cas, qui a en effet été un enfant de trop... 11ième, et la mère était malade. Cette femme a souffert pendant des années de ce rejet de sa mère et de la manière dont elle s'en occupait, comme si elle n'était qu'un fardeau indésirable... Aujourd'hui cette femme a dans la quarantaine, elle est mariée, a eu elle-même deux enfants, et elle rayonne. Elle a fini par pardonner à sa mère, en vieillissant, elle a appris à considérer sa mère, plus comme une soeur dans le christ, qui a elle-même été bien mal-menée et a su jeter un regard de miséricorde sur ce passé très douloureux. Pendant trois ans, j'ai vu cette femme se lamenter à chaque rencontre de combien elle avait trouvé ça dur, puis, après un suivi avec une religieuse très attentionnée, ayant une formation en psychologie, elle s'est mise à changer de discours... Soudain, elle se mettait à parler de pardon, de miséricorde et même de compassion envers sa mère qui était malade et surchargée de mille et un problème... Ne méprisons pas la puissance de la grâce, même les causes les plus désespérées et les plus désespérantes devraient être soutenue par le chrétien témoin de la résurrection. C'est le problème du monde contemporain... Il a tellement été "matérialisé" qu'il n'en est plus capable de considérer le secours du Ciel dans l'équation... Alors dans sa désespérance, il excuse les forfaits et baisse les bras dans la condamnation.
Comme un petit enfant, moi aussi, je veux me laisser prendre dans les bras de Dieu, mon Père en Jésus-Christ, me laisser asseoir sur ses épaules, et voir enfin, devant moi, au loin, s'élargir mes horizons.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités