Statut de la femme dans le catholicisme

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
abdelrarman
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : sam. 27 déc. 2008, 15:07

Statut de la femme dans le catholicisme

Message non lu par abdelrarman » mer. 11 févr. 2009, 15:41

Bonjour à tous.

Voila j'aimerais savoir quel est le statut de la femme dans le catholicisme, c'est à dire si la femme est soumise à l'homme et que celui-ci est son maître (comme j'ai pu le lire dans la bible).

Et aussi j'aimerais savoir si la femme est infèrieure à l'homme ou bien si elle est son égal.

Merci d'avance pour vos reponses.
Dernière modification par Raistlin le mer. 11 févr. 2009, 16:04, modifié 2 fois.
Raison : Merci de faire attention aux majuscules, au renvoi à la ligne et aux accents.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Statut de la femme dans le catholicisme

Message non lu par Raistlin » mer. 11 févr. 2009, 16:22

Bonjour abdelrarman,

Voici ce que dit Dieu à ce sujet dans la Bible :
Puis Dieu dit: "Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur les animaux domestiques et sur toute la terre, et sur les reptiles qui rampent sur la terre." Et Dieu créa l'homme à son image; il le créa à l'image de Dieu: il les créa mâle et femelle. (Genèse 1, 26-27)

La femme est strictement l'égal de l'homme, voilà ce qu'enseigne l'Eglise. Elle a autant de prix aux yeux de Dieu, la meilleure preuve en est la grâce immense que le Seigneur fit à la Vierge Marie, qui l'a préservée du péché originel (aucun prophète n'eut ce privilège, pas même Moïse) et lui a donné d'être la mère du Sauveur.


Maintenant, Saint Paul, dans une de ses lettres parle du couple (et non de la nature des relations homme-femme dans l'absolu) :
Or, de même que l'Eglise est soumise au Christ, les femmes doivent être soumises à leurs maris en toutes choses.
Maris, aimez vos femmes, comme le Christ a aimé l'Eglise et s'est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier, après l'avoir purifiée dans l'eau baptismale, avec la parole, pour la faire paraître, devant lui, cette Eglise, glorieuse, sans tache, sans ride, ni rien de semblable, mais sainte et immaculée.
C'est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes, comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui-même.
Car jamais personne n'a haï sa propre chair; mais il la nourrit et l'entoure de soins, comme fait le Christ pour l'Eglise, parce que nous sommes membres de son corps.
"C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme, et de deux ils deviendront une seule chair."
Ce mystère est grand; je veux dire, par rapport au Christ et à l'Eglise.
Au reste, que chacun de vous, de la même manière, aime sa femme comme soi-même, et que la femme révère son mari. (Epehésiens 5, 24-33)


Ici, Saint Paul n'établit aucunement une supériorité des hommes sur les femmes. Il dit simplement que dans un couple, la responsabilité de prendre des décisions importantes doit revenir à l'homme et que la femme doit être soumise à son mari comme l'Eglise est soumise au Christ : ce n'est donc pas une soumission d'esclave, mais une soumission d'amour.
L'apôtre poursuit en disant que le mari doit aimer sa femme, comme le Christ a aimé son Eglise, en se livrant pour elle. Le mari doit donc faire le don total de lui-même à sa femme ce qui veut dire qu'il n'exercera pas sur elle un pouvoir tyrannique - comme un seigneur le ferait avec une esclave.

On comprend donc mieux la vision de Saint Paul : le couple humain est basé sur l'amour réciproque, amour qui est un don de soi plein et entier autant du côté de la femme que du côté de l'homme. Cependant, cette égalité dans l'amour n'élimine nullement le fait que, selon Saint Paul, l'homme est plus apte à diriger les affaires d'un couple et que logiquement, la femme doit lui être soumise. Cependant, l'homme prendra soin d'écouter sa femme et de la respecter.

D'ailleurs, l'apôtre parle d'une seule chair. Pour faire une analogie qui vaut ce qu'elle vaut, le corps peut être considéré comme soumis au cerveau. Et pourtant, le cerveau doit être à l'écoute du corps.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11054
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Statut de la femme dans le catholicisme

Message non lu par Fée Violine » mer. 11 févr. 2009, 16:47

Cependant, l'homme prendra soin d'écouter sa femme et de la respecter
Et réciproquement !

Avatar de l’utilisateur
Zvjezdana62
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 597
Inscription : mar. 05 août 2008, 23:23

Re: Statut de la femme dans le catholicisme

Message non lu par Zvjezdana62 » mer. 11 févr. 2009, 20:08

Dans la Bible écrit:

«Il (Dieu) dit à la femme: J`augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi.»
(Genèse, chapitre 3, verset 16)

Il n’écrit pas «Je donne le droit naturel aux hommes d’être maîtres et de dominer les femmes" mais le Dieu dit seulement que la nature de femmes après la chute serai plus portée à supporter certaines choses que celle des hommes. Mais les femmes qui ne sont pas faites à cette manière ne doivent pas le faire. Ce n’est pas un commandement de Dieu.
"Invoque-moi, je te répondrai, je te révélerai de grandes choses, des choses inaccessibles que tu ne connais pas."

Jérémie, 33, 3

alice2
Censor
Censor
Messages : 121
Inscription : lun. 13 oct. 2008, 14:37
Localisation : france

Re: Statut de la femme dans le catholicisme

Message non lu par alice2 » mer. 11 févr. 2009, 20:55

Fée Violine a écrit :
Cependant, l'homme prendra soin d'écouter sa femme et de la respecter
Et réciproquement !
Je ne comprends pas où vous voulez en venir?

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11054
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Statut de la femme dans le catholicisme

Message non lu par Fée Violine » mer. 11 févr. 2009, 22:51

Je veux juste dire que nous aussi devons écouter nos maris et les respecter. C'est ainsi que je comprends "femmes, soyez soumises à vos maris". D'ailleurs st Paul dit (un peu plus loin ou dans un autre texte) que la femme doit respecter son mari. Autrement dit, il y a réciprocité.

Avatar de l’utilisateur
valden
Barbarus
Barbarus

Re: Statut de la femme dans le catholicisme

Message non lu par valden » mer. 18 mars 2009, 9:04

Il y aurait parfaite réciprocité s'il était dit aussi que les maris doivent être soumis à leurs femmes en toutes choses.

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11054
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Statut de la femme dans le catholicisme

Message non lu par Fée Violine » mer. 18 mars 2009, 12:38

Ce ne serait pas la réciprocité mais plutôt l'identité.
L'homme obéit à sa femme dans la vie courante (viens manger, répare-moi ça, donne-moi ton linge sale, emmène le gamin à son match de foot, etc...), c'est naturel, il n'y a pas besoin de l'écrire dans la Bible ! Par contre st Paul précise que la femme ne doit pas abuser et doit respecter son mari, et même tenir compte de ce qu'il dit. C'est ainsi que je l'entends.

MB
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 977
Inscription : lun. 26 juil. 2004, 0:03

Re: Statut de la femme dans le catholicisme

Message non lu par MB » ven. 20 mars 2009, 13:34

Avé

"Maris, aimez vos femmes".

Que veut dire aimer une personne ? Est-ce vouloir le mieux pour elle ? C'est un peu cela, car on imagine mal le contraire. Mais cette attitude a quelque chose de condescendant et de paternaliste. En présentant les choses de la manière habituelle, on fait comme si l'exigence d'amour était secondaire par rapport au "devoir" d'obéissance de la femme. Comme si, finalement, il s'agissait de se contenter d'atténuer, de rendre acceptable, une éventuelle sujétion. Bref, de dire : "tu dois obéir, mais on sera cool et on s'arrangera pour que ton mari soit accommodant".

Mais pour être précis et systématique, il n'y a qu'une réponse qui soit vraiment valable : aimer une personne, c'est se faire tout petit pour elle. C'est se faire le plus petit possible. De la même façon que le Christ, par amour pour les hommes, est né comme un paria, qu'il a fait passer sa mère, par sa naissance virginale, pour une femme de mauvaise vie alors qu'elle était par excellence le contraire, qu'il a fréquenté les parties les plus méprisables du bas peuple, qu'il est mort comme le dernier des esclaves.

Aimer sa femme (comme aimer quelqu'un en général), ce n'est donc pas lui dire ce qu'elle doit faire, mais gentiment. C'est, si je puis dire, n'être plus rien pour elle. Mourir à soi-même pour elle. Ce qui, évidemment, doit être réciproque.

Saint Paul, après cela, utilise le vocabulaire de son époque ; celui-ci y fait de l'homme le décideur, et de la femme la suiveuse. Je pense qu'il est très facile de s'abstraire de ce contexte, l'expérience ayant validé, bien souvent, que les situations contraires puissent être tout aussi efficaces, voire bien plus efficaces.

On est donc aux antipodes d'une lecture "machiste" de ce passage.

MB

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Statut de la femme dans le catholicisme

Message non lu par Invité » ven. 20 mars 2009, 14:48

Quand nous voyons le role majeur des femmes dans la Bible dans le domaine de la famille, du clan, des relations nationales et internationales, nous voyons qu'à leur façon de parler et d'agir elles ont fait l'histoire.
Lire dans ce sens là le livre de Marie Vidal: "Les 7 prophétesses" au éditions du cosmogone Lyon

Avatar de l’utilisateur
Eriluc
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 685
Inscription : dim. 08 févr. 2009, 16:17
Localisation : Grenoble

Re: Statut de la femme dans le catholicisme

Message non lu par Eriluc » dim. 22 mars 2009, 13:02

La question initiale de ce fil étant le "statut de la femme dans le catholicisme" je tiens à rappeler que la femme et l'homme sont à égalité de dignité et d'importance
non seulement sur terre mais aussi ad patrem. J'en veux pour preuve les saint Patrons que nous a donné l'Église Catholique pour l'Europe où la "parité" est bien respectée.

Saints Catholiques patrons de l'Europe :

* Benoît de Nursie
* Cyrille et Méthode
* Brigitte de Suède
* Catherine de Sienne
* Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

Cordialement

Eric
"Être détaché de tout - première condition pour n'être indifférent à rien." [Gustave Thibon]

Avatar de l’utilisateur
Dúbida
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 418
Inscription : sam. 04 oct. 2008, 15:06

Re: Statut de la femme dans le catholicisme

Message non lu par Dúbida » sam. 28 mars 2009, 9:40

Bonjour ;)

Quelle est/était la position de l'Église sur le droit de vote des femmes (obtenu en France en 1944) ou le fait qu'elles doivent demander l'autorisation de leur mari pour pouvoir travailler (1965) ?

Avatar de l’utilisateur
Eriluc
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 685
Inscription : dim. 08 févr. 2009, 16:17
Localisation : Grenoble

Re: Statut de la femme dans le catholicisme

Message non lu par Eriluc » sam. 28 mars 2009, 16:17

Bonjour,

"[E]n voyant le charme fascinant qui émane de la femme de par la grâce intime que Dieu lui a donnée, le cœur de l’homme s’éclaire et se retrouve en elle : «Cette fois-ci, voilà l’os de mes os et la chair de ma chair» (Gn 2, 23). La femme est un autre « moi » dans l’humanité commune. Il faut reconnaître, affirmer et défendre l’égale dignité de l’homme et de la femme : tous les deux sont des personnes, à la différence de tout autre être vivant dans le monde autour d’eux. Tous les deux sont appelés à vivre en profonde communion, dans une reconnaissance mutuelle et un don de soi réciproque, travaillant ensemble pour le bien commun avec les caractéristiques complémentaires de ce qui est masculin et de ce qui est féminin. Aujourd’hui, qui ne perçoit le besoin d’accorder plus de place aux « raisons du cœur » ? Dans une civilisation comme la nôtre, dominée par la technique, on ressent le besoin de cette complémentarité de la femme, afin que l’être humain puisse y vivre sans se déshumaniser complètement. Il suffit de penser aux terres où règne la pauvreté, aux régions dévastées par la guerre, à de nombreuses situations dramatiques découlant des migrations forcées ou non… Ce sont presque toujours les femmes qui y maintiennent intacte la dignité humaine, défendent la famille et sauvegardent les valeurs culturelles et religieuses. [...] La présence maternelle dans la famille est tellement importante pour la stabilité et la croissance de cette cellule fondamentale de la société, qu’elle devrait être reconnue, louée et soutenue par tous les moyens possibles. Et, pour le même motif, la société doit rappeler aux maris et aux pères leurs responsabilités à l’égard de leur propre famille." (Benoît XVI)

Très cordialement

Eric
"Être détaché de tout - première condition pour n'être indifférent à rien." [Gustave Thibon]

Avatar de l’utilisateur
Dúbida
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 418
Inscription : sam. 04 oct. 2008, 15:06

Re: Statut de la femme dans le catholicisme

Message non lu par Dúbida » sam. 28 mars 2009, 16:32

Bonjour Eriluc,
je sais que l'Église affirme l'égale dignité de l'homme et de la femme. Cependant, elle ne leur reconnait pas les mêmes rôles (le texte que vous me proposez dit bien qu'ils sont complémentaires). Je reformule donc ma question : est-ce que, pour l'Église, les femmes peuvent (voire doivent) avoir un rôle politique (oui, pour moi voter répond à cette définition ;) ) et est-ce qu'elles peuvent travailler (hors de leur foyer s'entend) même si le mari (le "chef" de famille) s'y oppose ?
Très cordialement également.

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: Statut de la femme dans le catholicisme

Message non lu par Christophe » sam. 28 mars 2009, 18:42

le bon Seb a écrit :Cela relève plus du contexte socio-politique que du magistère.
Soit. Mais cela aurait pu donner lieu à une déclaration de l'Église en France, ou à une intervention dans le débat public. J'ignore s'il y en a eu, j'ai regardé dans "Le discours social de l'Église catholique de France (1891-1992)" mais je n'ai pas trouvé. De plus, les faits sont trop anciens pour que l'on retrouve quoi que ce soit sur Internet. Il faudrait demander aux plus anciens d'entre nous s'ils se souviennent d'une prise de position publique de l'Église sur ces questions.

En tout état de cause, je n'ai jamais lu nulle part que l'Église ait jamais demandé de revenir sur le droit de vote des femmes ou de restaurer l'autorisation conjugale pour travailler.

PaX
Christophe
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités