Tout est-il permis dans les relations d'un couple marié ?

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
alain21
Ædilis
Ædilis
Messages : 26
Inscription : lun. 29 nov. 2004, 11:58
Localisation : dijon

Message non lu par alain21 » mar. 25 janv. 2005, 16:34

rebonjour honorine,

je ne pense pas que les questions que vous avez posées etaient crues . Elles ne me choquent pas puisqu'elles sont le reflet d'une recherche de la vérité et concerne la mise en oeuvre concrète dans votre vie de la parole de notre seigneur.

Peut-être suis je indulgent avec vous parce que je me suis posé de telles questions il n'y apa s si longtemps :)

En union de prière


alain
sursum corda

Avatar de l’utilisateur
sola
Censor
Censor
Messages : 120
Inscription : dim. 27 févr. 2005, 15:00

Message non lu par sola » jeu. 05 mai 2005, 23:42

la question que je me pose en lisant tout cela, c'est pourquoi ne trouves-tu pas les réponses en parlant avec ton mari, honorine?

vouloir du bien à son conjoint, c'est le quotidien de la vie de couple (quand elle va bien). si tu cherches les réponses ailleurs, n'es-tu pas déboussolée? ou en train de te laisser influencer?

en amour la question est peu d' "avoir le droit" ou non.
il y a des pratiques qui relèvent à mon sens plus du rapport de forces que de l'amour, et alors savoir si c'est licite ou non n'est pas la réponse... regarde bien: même un coït de gens mariés pendant la période de fécondité, donc 100% compatible avec les catéchismes, peut être un viol pur et simple. le viol conjugal ça existe et même sans pratiques pseudo-illicites.

au contraire, pour être aussi crue que toi, il y a des périodes précises (les règles) où j'estime qu'on n'est pas obligée de priver d'affection son mari, et qu'aucun curé n'a rien à y redire. à chaque couple de trouver sa manière de s'exprimer, mais jamais en forçant la volonté ou le désir de l'autre.

le viol conjugal existe. et le contraire aussi: affamer d'affection son conjoint et le regarder s'étioler...
aucun des deux n'est justifiable.

fais bien attention à toi honorine. :heart:
*sola*
"le grain pourrit quand on l'entasse et fructifie quand on le sème." st dominique

Avatar de l’utilisateur
guelfo
Quæstor
Quæstor
Messages : 305
Inscription : mar. 01 mars 2005, 20:41

Message non lu par guelfo » ven. 06 mai 2005, 10:38

Ce qu'un couple marié fait entre deux draps ne regarde personne, même pas les curés.

Dieu reconnaîtra les siens, et j'ai beaucoup de mal à m'imaginer qu'Il s'intéresse à ce que le gens font au lit.
Deus lo volt

Avatar de l’utilisateur
Francoise
Censor
Censor
Messages : 73
Inscription : lun. 07 mars 2005, 15:34
Localisation : France
Contact :

Le couple devant Dieu

Message non lu par Francoise » ven. 06 mai 2005, 21:38

Mais enfin Guelfo, ce que fait un couple marié dans son intimité regarde Dieu, tout comme tout ce que nous faisons dans notre vie ! Nous devrons répondre de chacun de nos actes devant Dieu, et même nos pensées les plus secrètes seront dévoilées au jugement dernier.
Alors, l'Eglise qui est l'épouse du Christ et gardienne de la Foi a plus que jamais son mot à dire concernant la vie intime des couples.
Les fautes ne s'arrêtent malheureusement pas à la porte de la chambre à coucher d'un couple, fusse-t-il marié devant Dieu ! Comme le dit notre amie Sola : "Le viol conjugal existe", mais sans aller jusque là, on peut commettre des fautes à deux, et c'en est pas mignon pour autant.

Je ne comprends vraiment pas ce qui peut justifier ton propos ! Y-a-t-il une chose qui ne regarderait pas Dieu?
Sache que l'homme étant à l'image de Dieu, l'amour que se porte un homme et une femme est l'image de l'amour que le Christ porte à son Eglise et vice versa. Un couple catholique doit s'en montrer d'autant plus digne.

Pour finir, j'ose penser que si Honorine a posé ce genre de question, ce n'est pas pour savoir ce qui est licite ou non dans l'Eglise, mais bien plutôt comment peut-elle faire grandir l'Amour dans son couple !

Alors, soit gentil de ne pas mépriser cette volonté de savoir, mais tâche plutôt de donner des arguments pour justifier le fait que :

"Ce qu'un couple marié fait entre deux draps ne regarde personne, même pas les curés.

Dieu reconnaîtra les siens, et j'ai beaucoup de mal à m'imaginer qu'Il s'intéresse à ce que le gens font au lit."

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1699
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Message non lu par Charles » ven. 06 mai 2005, 22:06

Les conseils évangélique de pauvreté, chasteté et obéissance s'adressent à tout chrétien. Ils sont tous les trois des dépossessions et des exortations à la fécondité du don de soi.

Le second, la chasteté, consiste à renoncer à posséder les personnes - dans la vie conjugale, dans la vie amoureuse, ne pas vouloir posséder l'autre, renoncer à établir une emprise sur lui ou elle. L'esclavage, la prostitution, le traffic d'organes, la manipulation mentale, le viol d'adulte ou d'enfant, les rapports sexuels obtenus par toutes sortes de procédés de coercition (chantage, abus de faiblesse, drogues, etc.) sont aussi des fautes contre la chasteté.

Toutes les fautes contre la chasteté se ramènent à ce que Thomas Merton appelle la "théologie prométhéenne" : s'emparer de force de la personne ou de la chose qui ne peut que se donner.

Il y a dans "La peau de chagrin" de Balzac une peinture très fine de ces deux possibilités : le héros demande à son talisman d'exaucer son désir d'être aimé en retour d'une certaine femme, le talisman reste pour cette fois impuissant, c'est que le héros en est déjà aimé : ce qu'il veut obtenir de force, ce dont il veut s'emparer et qu'il veut posséder... se donne à lui : il est déjà aimé et ce qu'il désire lui est déjà donné...

Le miracle c'est qu'on est déjà aimé, qu'un amour nous précède...

Avatar de l’utilisateur
guelfo
Quæstor
Quæstor
Messages : 305
Inscription : mar. 01 mars 2005, 20:41

Message non lu par guelfo » sam. 07 mai 2005, 17:57

Cette vision négative de la sexualité ne cessera jamais de m'étonner.

Franchement, est-ce que vous croyez que le Seigneur se préoccupe de la manière dont Monsieur et Madame X font l'amour ? Je ne dis pas que Sa juridiction s'arrête au seuil de la chambre à coucher, mais à votre avis, ça Le préoccupe ?

De plus, est-ce que vous pensez réellement qu'un prêtre, célibataire et, du moins on l'espère, chaste, est la personne indiquée pour donner des conseils à ce sujet ?

Revenons sur terre deux minutes.
Deus lo volt

zefdebruz
Censor
Censor
Messages : 142
Inscription : jeu. 05 mai 2005, 13:37
Localisation : France

Message non lu par zefdebruz » sam. 07 mai 2005, 18:16

Bonjour Guelfo,
il est étonnant que vous voyez dans l'enseignement de l'Eglise une conception négative de la sexualité ! L'Eglise, Mater et Magistra, a une conception extrêment haute et fine de la sexualité. C'est parce que cette conception est haute qu'elle est exigeante !
La sexualité épanouie entre époux par le don réciproque, libre car sinon ce ne serait plus un don, et responsable car notre corps est, ne l'oublions pas, le temple de l'Esprit.
Chemin difficile en pratique, mais tellement beau qu'il vaut la peine d'être entrepris !
L'enseignement de Jean Paul II sur la sexualité est lumineux mais hélas encore trop peu connu.
" Or c'est ici la vie éternelle, qu'ils te connaissent , Toi, le seul vrai Dieu et celui que Tu as envoyé, Jésus Christ" Jean 17,3

Avatar de l’utilisateur
guelfo
Quæstor
Quæstor
Messages : 305
Inscription : mar. 01 mars 2005, 20:41

Message non lu par guelfo » sam. 07 mai 2005, 18:20

L'enseignement de l'Eglise en matière de sexualité ne m'a jamais fort intéressé et je le connais donc mal, je réagis à ce que je lis ici, peut-être aurais-je du le préciser.
Deus lo volt

Khalil_Gibran
Censor
Censor
Messages : 52
Inscription : mer. 18 mai 2005, 20:32

Message non lu par Khalil_Gibran » jeu. 19 mai 2005, 18:43

J'ai un doute quant à votre conception du mariage. Je vais vous poser une question simple : La recherche du plaisir par les époux (masturbation, fellation) est-elle un péché ? :P

Sébastien KRUK
Ædilis
Ædilis
Messages : 16
Inscription : jeu. 28 avr. 2005, 14:48
Localisation : Namur, Belgique

Message non lu par Sébastien KRUK » ven. 20 mai 2005, 13:43

Khalil_Gibran a écrit :J'ai un doute quant à votre conception du mariage. Je vais vous poser une question simple : La recherche du plaisir par les époux (masturbation, fellation) est-elle un péché ? :P
Je ne pense pas, si ces pratiques sont faites par l'un sur l'autre dans un esprit d'oblativité et de respect de la personne et s'inscrivent comme préliminaires à l'acte sexuel, non comme une finalité.

La masturbation en tant qu'acte sur sa propre personne est un péché de luxure (et la fellation aussi si le sujet est contorsionniste ;-) ), car elle vise d'abord à l'assouvissement de son plaisir propre, non de son partenaire.

Donner du plaisir à son partenaire et en éprouver du plaisir ne relève pas de la luxure. La luxure serait atteinte si on éprouvait du plaisir, non du plaisir de l'autre, mais de la pratique faite à l'autre en elle-même, le plaisir de l'autre devevant alors subsidiaire, voire superflu.

Khalil_Gibran
Censor
Censor
Messages : 52
Inscription : mer. 18 mai 2005, 20:32

Message non lu par Khalil_Gibran » ven. 20 mai 2005, 15:28

Sébastien KRUK a écrit :
Khalil_Gibran a écrit :J'ai un doute quant à votre conception du mariage. Je vais vous poser une question simple : La recherche du plaisir par les époux (masturbation, fellation) est-elle un péché ? :P
Je ne pense pas, si ces pratiques sont faites par l'un sur l'autre dans un esprit d'oblativité et de respect de la personne et s'inscrivent comme préliminaires à l'acte sexuel, non comme une finalité.

La masturbation en tant qu'acte sur sa propre personne est un péché de luxure (et la fellation aussi si le sujet est contorsionniste ;-) ), car elle vise d'abord à l'assouvissement de son plaisir propre, non de son partenaire. :lol: :lol: Je ne suis pas contortionniste et j'espère bien, une fois marié, que ma femme saura me procurer un maximum de plaisir :lol: :lol: , concernant le péché de luxure, je t'accorde le bénéfice du doute. Maintenant prenons le cas concret d'un détraqué sexuel qui a besoin de se satisfaire, vaudrait-il mieux à ton avis qu'il viole une femme ou qu'il se masturbe ? What Would Jesus Do, que ferait Jésus ? Que dirait-il à cet homme ?

Donner du plaisir à son partenaire et en éprouver du plaisir ne relève pas de la luxure. Ah, tu me rassures... ;-) La luxure serait atteinte si on éprouvait du plaisir, non du plaisir de l'autre, mais de la pratique faite à l'autre en elle-même, le plaisir de l'autre devevant alors subsidiaire, voire superflu.

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1699
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Message non lu par Charles » ven. 20 mai 2005, 15:45

Bonjour Khalil_Gibran,
Khalil_Gibran a écrit : :lol: :lol: Je ne suis pas contortionniste et j'espère bien, une fois marié, que ma femme saura me procurer un maximum de plaisir.
Vous dites "j'espère bien, une fois marié"... mais en discuterez-vous avec elle avant le mariage et cela serait-il un critère selon lequel vous pourriez finalement ne pas lui accorder votre consentement ? Si jamais votre fiancée vous déclarait que de toute façon, il ne sera jamais question avec elle de fellation, hésiteriez-vous à l'épouser, ou même y renonceriez-vous ?
Dernière modification par Charles le ven. 20 mai 2005, 17:33, modifié 2 fois.

Sébastien KRUK
Ædilis
Ædilis
Messages : 16
Inscription : jeu. 28 avr. 2005, 14:48
Localisation : Namur, Belgique

Message non lu par Sébastien KRUK » ven. 20 mai 2005, 16:54

Khalil_Gibran a écrit : Je ne suis pas contortionniste et j'espère bien, une fois marié, que ma femme saura me procurer un maximum de plaisir :lol: :lol: , concernant le péché de luxure, je t'accorde le bénéfice du doute. Maintenant prenons le cas concret d'un détraqué sexuel qui a besoin de se satisfaire, vaudrait-il mieux à ton avis qu'il viole une femme ou qu'il se masturbe ? What Would Jésus Do, que ferait Jésus ? Que dirait-il à cet homme ?
Il lui dirait qu'il l'aime, l'enjoindrait à aimer comme Il l'aime, et cela le guérirait...
Bien-sûr, le viol s'éloigne plus de la raison et de la sagesse divine que la masturbation. Un péché ne perd cependant pas sa nature parce qu'il permet d'en empêcher un autre plus grave. Un mal reste un mal, même s'il permet d'en empêcher un autre.
Jésus ne nous dit pas d'éluder un mal par un autre mal, il nous dit de nous éloigner de tout mal, et, par la Pâque et la Résurrection, il nous *montre* que c'est possible : si nous venons au Seigneur, tous nos péchés sont rachetés, si nous venons entièrement à l'Amour, il n'y a plus de mal en nous. L'Evangile n'est pas spéculatif, il est radical, absolu ; le choix de tel ou tel péché ne se pose plus en fait.

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1699
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Message non lu par Charles » ven. 20 mai 2005, 17:43

Bonjour Sébastien,
Sébastien KRUK a écrit : le choix de tel ou tel péché ne se pose plus en fait
J'aime bien votre remarque, elle me rappelle un passage de Bernanos ou de Balthasar, je ne me souviens plus très bien, au sujet des péchés véniels qui dit la même chose que vous en plus cinglant : il est question de comptes d'épicier, de mesquinerie et finalement de mort spirituelle, de mort au sens d'une eau stagnante, d'une eau morte. Se reconnaître pécheur est une chose, organiser son péché dans le confort, en toute conscience avec le prétexte qu'il est véniel, en est une autre. Notre vie spirituelle ne consiste effectivement pas à choisir entre des péchés graves qu'on doit fuir absolument et d'autres moins graves qu'on peut commettre "innocemment"... Comme vous le dites, c'est plutôt de prendre la mesure de l'amour et d'essayer de le vivre de tout son coeur et de toutes ses forces.

blagadec
Ædilis
Ædilis
Messages : 15
Inscription : jeu. 16 juin 2005, 15:55
Localisation : lorient
Contact :

Message non lu par blagadec » ven. 17 juin 2005, 17:20

En quoi l'eglise peut elle vous parler de sexualité, tout est permis, dieu jugera pas l'eglise, elle nous donne un chemin, elle nous rassemble, elle n'a pas a faire loi, seul dieu le fait, et il ne parle qu'a vous. Pourquoi dieu vous interdirais l'amour ? la sodomie ? est ce important, je ne trouve pas, de toute façon cela ce fait et ça n'empeche pas d'être qqn d'aimant, d'humain et d'aimer son prochain.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité