Sur le suicide et l'Église

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: Suicide

Message non lu par Peccator » jeu. 01 mai 2014, 17:48

phil480 a écrit :Alors pourquoi Dieu voudrait dans tous les cas sans exception nous interdire cette liberté d' en finir si la vie est trop dure , qu' on n' a pas de grands reproches à se faire, et qu on veut rejoindre Dieu....
Si vous n'avez pas de grands reproches à vous faire, déjà, il y a un os. "Le juste pèche 7 fois par jour" (Proverbes, 24, 16).
Ensuite, dans un jugement, on n'a jamais vu que ce soit la personne jugée qui fasse sa propre accusation et son propre jugement.

Enfin, on peut bien sûr se faire toutes les idées que l'on veut de qui est Dieu, de ce qui se passe à notre mort, on peut tout imaginer. Mais il me semble qu'on fait une grave erreur en n'allant pas étudier ce que Dieu a jugé bon de nous révéler à ce sujet. Et si on tient compte de la Révélation, alors on ne peut plus se contenter des idées rassurantes que l'on s'était faites.


Par exemple :
"En tout cas devant la mort ou le suicide, on peut avoir mené auparavant une vie plutôt juste et droite, comme le bon chrétien qui s' est efforcé d' être dans la volonté de Dieu."

Il me semble qu'on ne peut pas éviter de s'interroger sur cette parole de Jésus :
21 Ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !” qu’on entrera dans le royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux.
22 Ce jour-là, beaucoup me diront : “Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé, en ton nom que nous avons expulsé les démons, en ton nom que nous avons fait beaucoup de miracles ?”
23 Alors je leur déclarerai : “Je ne vous ai jamais connus. Écartez-vous de moi, vous qui commettez le mal !”
Quand la volonté du Père est que notre séjour terrestre prenne fin, nous mourrons. Décider du jour de sa propre mort, ce n'est pas faire la volonté du Père.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

Avatar de l’utilisateur
Johnny
Senator
Senator
Messages : 751
Inscription : mar. 26 mars 2013, 16:44
Localisation : Ile-de-France

Re: Suicide

Message non lu par Johnny » jeu. 01 mai 2014, 19:01

Christophe67 a écrit : A Kram avant tout :
Dieu vous a sauvé par deux fois, c'est donc qu'Il croit en vous plus que vous en Lui, ne persistez pas en manquant de reconnaissance.
à Kram :

Dieu vous a fait grâce deux fois, et donc vous a octroyé par deux fois une grâce personnelle (c'est le même mot qui a deux sens, mais ce n'est pas sans rapport). Dieu vous a donc prouvé qu'il vous aime au moment où vous en aviez vraiment besoin. Peut-être répondait-il à une de vos prières ? Mais Il sait parfaitement ce qui est bon pour vous.
S'il a fait cela, c'est que vous avez encore du Bien à faire en ce monde, même si vous ne voyez pas vraiment comment dans un proche avenir.

Personnellement, je suis persuadé qu'à plusieurs reprises dans ma vie, Dieu m'a fait signe à travers des petits faits, la plupart relatifs à l'Eucharistie, qui m'ont fait savoir que mes prières avaient été exaucées, même si parfois la "solution" que Dieu a choisi pour répondre à mon problème, et donc à ma prière, n'était pas la mienne.

N'oubliez pas les paroles de Jésus : "Demandez, et vous recevrez", "cherchez, et vous trouverez".

Et allez voir un prêtre qui puisse vous aider. Vous avez la Foi, ne désespérez pas comme ceux qui ne l'ont pas, même si votre fardeau est lourd.

Nous prierons pour vous.

Fraternellement.
Se croire soi-même imparfait et trouver les autres parfaits, voilà le bonheur. (Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus)

Ce qui attire le plus de grâces du bon Dieu, c'est la reconnaissance, car si nous le remercions d'un bienfait, il est touché et s'empresse de nous en faire dix autres et si nous le remercions encore avec la même effusion, quelle multiplication incalculable de grâces ! (idem)

âme dechue
Civis
Civis
Messages : 1
Inscription : ven. 27 mai 2016, 3:46
Conviction : Croyante non-pratiquante

Le suicide = Enfer ?

Message non lu par âme dechue » ven. 27 mai 2016, 4:35

Bonjour,

La seule chose qui me fait peur avant d'en terminer avec ma vie, est justement le rejet de notre Dieu à accueillir mon âme meurtrie au porte du paradis. Je suis si triste et seule avec ma dépression que je ne suis plus capable de me battre. Puis-je aller voir un prêtre afin de lui demander s'il accepterait de prier pour moi afin de recevoir le Pardon de Dieu afin de m'accueillir dans un endroit ou il y de l'amour à recevoir et à donner ?

Ou serais-je condamnée à vivre dans l'enfer ? Étant consente des mes futures actes, cela devient-il un péché impardonnable ? Est-ce que la mésiricorde de notre seigneur pourra me pardonner de mon suicide ?

Merci pour vos réponses

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4484
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Le suicide = Enfer ?

Message non lu par Kerniou » ven. 27 mai 2016, 11:30

Dieu nous accordera Sa miséricorde, jusqu'à quel point, nous ne le savons pas.
Le suicide a été longtemps considéré par l'Eglise comme un péché mortel parce que l'on considérait que décider à la place de Dieu de l'heure de sa mort était le fruit de l'orgueil le plus grand qui soit: celui de se prendre pour Dieu ...
Depuis, le regard sur le suicide a bien changé. Maintenant, les suicidés ont droit à une cérémonie religieuse, ce qui leur était interdit auparavant. On a compris, maintenant, que les personnes qui se suicident sont dans le désespoir, la souffrance et la désespérance et ont besoin d'aide. On est bien loin de la notion du péché d'orgueil antérieur.
Votre idée d'aller voir un prêtre ma parait bienvenue pour avoir une aide spirituelle. Pour le soutien psychologique, vous pourrez consulter un psychiatre qui est médecin et dont les prescriptions sont prises en charge par la sécurité sociale. Vous pouvez vous adresser au CMP ( Centre-Medco-Psychologique ) de votre secteur, les consultations y sont gratuites
Bon courage à vous.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3415
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Le suicide = Enfer ?

Message non lu par Héraclius » ven. 27 mai 2016, 13:59

âme dechue a écrit :Bonjour,

La seule chose qui me fait peur avant d'en terminer avec ma vie, est justement le rejet de notre Dieu à accueillir mon âme meurtrie au porte du paradis. Je suis si triste et seule avec ma dépression que je ne suis plus capable de me battre. Puis-je aller voir un prêtre afin de lui demander s'il accepterait de prier pour moi afin de recevoir le Pardon de Dieu afin de m'accueillir dans un endroit ou il y de l'amour à recevoir et à donner ?

Ou serais-je condamnée à vivre dans l'enfer ? Étant consente des mes futures actes, cela devient-il un péché impardonnable ? Est-ce que la mésiricorde de notre seigneur pourra me pardonner de mon suicide ?

Merci pour vos réponses

Le suicide n'est pas, par lui-même, un aller simple pour l'enfer, Kerniou a raison.

Cependant, si il est commit en plaine conscience et n'est pas regretté, il s'agit d'un péché mortel.

Nous ne nous appartenons pas. Notre vocation est de suivre la Christ sur son chemin de souffrance et d'Amour, et se tuer soi-même, c'est aller à l'encontre du commandement de Dieu, "tu ne tueras pas".

De là ou nous sommes nous ne pouvons pas savoir dans quel état de détresse vous vous trouvez, et je ne peux pas me permettre de vous dire "ce que vous devriez faire".

Mais ce qui est certain, c'est que le Seigneur Jésus ne veux pas que vous vous suicidiez. Il vous aime à la folie, et il désire vous voir vivre. Il y a donc forcément, dans votre vie, un chemin qu'il a prévu pour vous, une route d'espoir qui ne passe pas par le suicide et qui pourrait vous permettre d'accomplir votre vocation, le rôle auxquel il vous appelle, malgré les souffrances. Ce chemin d'espoir existe, car Dieu ne peut pas vous laisser tomber.

Je vais prier pour que vous trouviez cette route.


Dieu vous garde !
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9524
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Le suicide = Enfer ?

Message non lu par PaxetBonum » ven. 27 mai 2016, 16:22

Héraclius a écrit : Le suicide n'est pas, par lui-même, un aller simple pour l'enfer, Kerniou a raison.

Cependant, si il est commit en plaine conscience et n'est pas regretté, il s'agit d'un péché mortel.
Se suicider est un péché mortel.
Mourir en état de péché mortel c'est prendre un aller simple pour l'enfer.
Donc se suicider c'est prendre un aller simple pour l'enfer.

Si l'Eglise accorde désormais des funérailles aux suicidés c'est parce qu'elle reconnaît qu'elle ne peut définitivement sonder les cœurs.
Au temps du Curé d’Ars, au 19ème siècle, une personne s’était suicidée en se jetant d’un pont dans l’eau. A la personne qui pleurait sa mort et désespérait de son salut éternel, le Saint Curé dit : " Entre le pont et l’eau, il a eu le temps de se tourner vers la miséricorde de Dieu ".

Se suicider c'est renvoyer le don de la vie à Dieu.
Refuser la vie c'est refuser Celui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie.
Cela conduit hors du Chemin, hors de son Salut.


Allez rencontrer un prêtre et partagez avec lui vos meurtrissures.
Confessez votre envie de vous suicider.
Que Dieu vous accorde ensuite Paix et Joie !
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
axou
Barbarus
Barbarus

Re: Le suicide = Enfer ?

Message non lu par axou » ven. 27 mai 2016, 16:59

Héraclius a écrit : Mais ce qui est certain, c'est que le Seigneur Jésus ne veux pas que vous vous suicidiez. Il vous aime à la folie, et il désire vous voir vivre. Il y a donc forcément, dans votre vie, un chemin qu'il a prévu pour vous, une route d'espoir qui ne passe pas par le suicide et qui pourrait vous permettre d'accpomplir votre vocation, le rôle auxquel il vous appelle, malgré les souffrances. Ce chemin d'espoir existe, car Dieu ne peut pas vous laisser tomber.
Je reprends ces paroles ci-dessus chère Ange Déchue, vous n'êtes pas condamnée au malheur et au désespoir et le Seigneur veut vous prendre dans ses bras et vous consoler, vous donner un sens.
Comme cela a été dit, vous avez besoin de soutien, peut-être médicamenteux. Si vous avez déja essayé des traitements sans succès, essayez les nouvelles thérapies révolutionnaires comme l'hypnose éricksonienne, ou l'EMDR, la méthode tipi, l'EFT.

Vous devez impérativement être suivie en psychothérapie pour un travail sérieux, pas seulement par un psychiatre qui donne un médicament touts les mois mais par un psy que vous rencontrez toutes les semaines.

Ce serait une bonne idée également de rencontrer régulièrement un prêtre.

Si vous avez vraiment un projet suicidaire, je vous propose de le reporter à dans un an. D'ici là, essayez tout ce que vous n'avez pas encore essayé pour aller mieux : sur le plan médical (une autre molécule ?), sur le plan des médecines douces et nouvelles thérapies, sur le plan de l'accompagnement thérapeutique et sur le plan de l'accompagnement spirituel.
Et sur le plan de l'amitié : listez dans votre entourage familial et amical et regardez s'il y a des personnes bienveillantes sur lesquelles vous pouvez compter et parlez-leur de votre désir de mort et de votre besoin de soutien.

La priorité me semble la visite au médecin, accompagnée si possible par un(e) amie (e).

Je vous propose de lire dans la Bible le livre de Tobie dont les protagonistes ont le même désir de mort que vous pour être enfin soulagés de leurs souffrances et je ne vous raconte pas la suite...

Nous prions pour vous, particulièrement la Vierge Marie, qu'elle vous couvre de toute sa tendresse !
Que le Seigneur vous accorde des grâces de repos.

Axou

Avatar de l’utilisateur
papillon
Barbarus
Barbarus

Re: Le suicide = Enfer ?

Message non lu par papillon » dim. 29 mai 2016, 6:58

PaxetBonum a écrit :
Héraclius a écrit : Le suicide n'est pas, par lui-même, un aller simple pour l'enfer, Kerniou a raison.

Cependant, si il est commit en plaine conscience et n'est pas regretté, il s'agit d'un péché mortel.
Se suicider est un péché mortel.
Mourir en état de péché mortel c'est prendre un aller simple pour l'enfer.
Donc se suicider c'est prendre un aller simple pour l'enfer.

Se suicider c'est renvoyer le don de la vie à Dieu.
Refuser la vie c'est refuser Celui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie.
Cela conduit hors du Chemin, hors de son Salut.
Bonjour PaxetBonum,

je suis d'accord avec Kerniou et Héraclius, et je peux aussi l'être avec vous, en particulier avec le deuxième paragraphe de votre texte que j'ai cité. Car ce que vous affirmez là peut décrire le cheminement d'un suicidé, bien sûr.
Je pense par exemple à un individu qui se serait rendu coupable de crimes contre l'humanité et qui , le vent tournant en sa défaveur se suicide par refus de faire face aux conséquences de ses actes (ex. criminel nazi et cyanure).
Je crois que dans un cas comme celui-là le suicide n'est que le prolongement de ce qu'à été la vie de cet individu, c'est-à-dire le refus de Dieu et un aller simple pour l'enfer, pris en toute liberté. Dans ce contexte le suicide est un péché mortel, car il s'accorde en toute logique avec le modèle de vie choisi par cet homme. Sa vie elle-même était un suicide.
Je dois préciser que je ne crois pas que Dieu, qui est amour, nous envoie en enfer pour nous punir mais plutôt que nous nous y rendons nous-mêmes par nos choix de vie, en refusant Dieu et en nous éloignant de lui. L'enfer, c'est d'être privé de Dieu, c'est d'avoir rompu le lien qui nous unit à notre créateur, l'enfer c'est d'avoir nié et renié notre propre nature.
Mais comment peut-on comparer cela au suicide d'une personne qui a tant souffert qu'elle n'arrive plus à voir la lumière, qui n'arrive plus à trouver un sens à la vie, à sa vie et à tout ce qui l'afflige ? Les souffrants suicidaires ne "refusent" pas nécessairement de voir le Chemin, la Vérité et la Vie, comme vous dites, PaxetBonum, c'est plutôt qu'ils n'arrivent plus à les voir.
Les humains ont des capacités de résilience différentes les uns des autres, ils ont des seuils de tolérance différents à la douleur physique et psychologique, ils ont des sensibilités, des fragilités et des vulnérabilités différentes et très variables.
Et il y a beaucoup de facteurs qui influent sur ces fragilités , des facteurs génétiques, familiaux, sociaux, culturels, des traumatismes de l'enfance etc.
Il est impossible de se glisser dans la peau de quelqu'un d'autre pour comprendre parfaitement ce qu'il vit. On ne peut que l'aimer et l'aider dans sa souffrance. L'accabler n'est pas une option.
En tout cas, il me sera toujours impossible de dire d'une personne souffrante qui s'est suicidée qu'elle a pris un ticket pour l'enfer.
Je ne pourrais vraiment jamais dire ou penser cela.

Avatar de l’utilisateur
papillon
Barbarus
Barbarus

Re: Sur le suicide

Message non lu par papillon » dim. 29 mai 2016, 7:36

@ Ange Déchue

J'aimerais ajouter que j'appuie totalement les conseils d'Axou.
Je vous encourage fortement, Ange Déchue, à suivre ces conseils judicieux qui ne pourront que vous aider. :oui:

Bon courage et bonne route :coeur:

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9524
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Le suicide = Enfer ?

Message non lu par PaxetBonum » lun. 30 mai 2016, 14:31

papillon a écrit :
Mais comment peut-on comparer cela au suicide d'une personne qui a tant souffert qu'elle n'arrive plus à voir la lumière, qui n'arrive plus à trouver un sens à la vie, à sa vie et à tout ce qui l'afflige ? Les souffrants suicidaires ne "refusent" pas nécessairement de voir le Chemin, la Vérité et la Vie, comme vous dites, PaxetBonum, c'est plutôt qu'ils n'arrivent plus à les voir.

En tout cas, il me sera toujours impossible de dire d'une personne souffrante qui s'est suicidée qu'elle a pris un ticket pour l'enfer.
Je ne pourrais vraiment jamais dire ou penser cela.
Cher Papillon,

Dieu EST.
Dieu EST la Vie.
Le don de Dieu est la Vie.
Se suicider c'est renvoyer le cadeau à l'expéditeur.
Lui dire que l'on n'en a rien à faire, qu'il ne nous convient pas…
Quelque soit ce qui nous déplaît dans ce cadeau cela reste un refus catégorique de la Vie, de Dieu.
Dieu respecte la liberté de chacun.
Dés lors Il ne peut imposer à celui qui le refuse catégoriquement, de passer l'Eternité avec Lui.
Le suicide conduit assurément en enfer, même si des exceptions doivent exister (Cf l'histoire du St Curé d'Ars).

Sur ce sujet il est intéressant de relire la discussion du Curé de Campagne de Bernanos avec la comtesse.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Sur le suicide

Message non lu par Cinci » lun. 30 mai 2016, 20:57

  • "Chaque homme reçoit dans son âme immortelle sa rétribution éternelle dès sa mort en un jugement particulier qui réfère sa vie au Christ, soit à travers une purification, soit pour entrer immédiatement dans la béatitude du ciel, soit pour se damner immédiatement pour toujours" (CEC, numéro 1022)
Concernant l'enfer ...

L'Église n'a jamais fait ni ne fera de "canonisation" négative, garantissant qu'une personne donnée se trouve en enfer; pas même lorsque l'Église a décrété une excommunication. Le fait qu'une personne soit excommuniée ne signifie pas qu'elle est condamnée à l'enfer, simplement l'Église déclare que cette personne est en-dehors de la communion de l'Église. Mais être en-dehors de la communion de l'Église ne signifie pas nécessairement une condamnation à l'enfer.

[...]

Nous ne pouvons être certains à 100 pour 100 qu'une personne que l'on a vu mourir en état de péché est allée en enfer. Nous ne pouvons pas l'être non plus des personnes qui, selon nos critères, en prenaient inexorablement le chemin, en général.

Et pourquoi ne peut-on avoir cette certitude? On sait que tous ceux qui meurent en état de péché mortel sans se repentir vont irrémédiablement en enfer.

Mais ce n'est pas facile de savoir si quelqu'un a commis un péché grave, s'il l'a fait en pleine connaissance de cause et avec une pleine liberté, autant de conditions pour qu'il y ait péché mortel. Et même à supposer qu'il ait commis un péché mortel, en conscience et librement, on ne peut pas savoir si la grâce de Dieu ne l'a pas touché à l'heure de la mort et si, au dernier moment, son âme repentie n'est pas retournée à Dieu,

Il ressort de ce qui précède deux choses : qu'on ne peut refuser nos prières , notre aide, nos sacrifices et bonnes oeuvres en général pour l'âme de quelqu'un que nous pensons être en enfer.

Source : Père Henry Vargas, Bulletin de la Fraternité de Montligeon, printemps 2016

Avatar de l’utilisateur
papillon
Barbarus
Barbarus

Re: Sur le suicide

Message non lu par papillon » mar. 31 mai 2016, 5:58

PaxetBonum,

je suis dans une situation étrange dans ce sens que je ne suis pas d'accord avec vos conclusions tout en étant d'accord avec ce qui vous conduit à vos conclusions.
Malgré nos visions différentes, je me retrouve totalement dans certaines choses que vous écrivez.
PaxetBonum a écrit : Dieu EST.
Dieu EST la Vie.
Le don de Dieu est la Vie.
Se suicider c'est renvoyer le cadeau à l'expéditeur.

C'est en accord avec ce que je pense, je crois et j'écris.
Se suicider, c'est renier Dieu et son oeuvre. C'est refuser ce que l'on est , c'est s'anéantir. L'acte lui-même est un acte "anti-Dieu".

Cependant , il y a l'acte posé, et celui qui le pose.
Je me sens un peu maladroite dans l'explication de ce que je veux dire, qui n'est pourtant pas si compliqué.
Je vous donne un exemple .
Vous êtes et avez toujours été une personne aimante et respectueuse dans votre vie familiale, sociale etc. Un jour, alors que vous avez traversé certaines épreuves difficiles et que vous êtes à cran, vous vous rendez coupable d'une méchanceté envers une personne de votre entourage.
Un de vos proches se rend aussi coupable de la même méchanceté. Mais dans son cas à lui, la méchanceté est un modus vivendi.
Alors que vous vous direz plus tard "mais qu'est-ce qui a bien pu me passer par la tête pour faire une chose pareille ? " ,ça ne me ressemble pas, l'autre ne fera qu'ajouter cette dernière méchanceté à un tableau bien garni qu'il n'a jamais remis en question.
Objectivement parlant, le péché est le même dans les deux cas, mais les pécheurs sont fort différents.
On peut certes condamner l'erreur, mais avant même vos regrets, devra-t-on vous juger dans votre globalité sur cette erreur et vous condamner en conséquence alors que l'ensemble de votre vie est à l'opposé ?
Il y a distinction entre péché et pécheur.

Je faisais allusion plus haut à un criminel de guerre qui se suicide. Ce n'était qu'un exemple pour illustrer le cas d'un individu qui a renié Dieu depuis longtemps, qui n'a pas plus de respect pour la vie d'autrui que pour la sienne et dont le suicide ne fait que s'inscrire dans la logique des choix de vie qu'il a toujours faits. Comme je l'écrivais il y a malheureusement des êtres dont la vie est elle-même est un long suicide spirituel.
Le cas d'une personne qui a souffert plus qu'elle ne pouvait en supporter et qui se suicide dans une période d'épuisement physique et psychologique est bien différent.
Le pécheur est plus important que son péché et le péché qu'il a commis, sans être minimisé, doit être mis en contexte lorsqu'on ne parle plus seulement de la faute mais de celui qui l'a commis. Ça me semble aller de soi. Je me trompe ?

Ici j'aimerais bien savoir ce que vous pensez du cas suivant:
Deux personnes en proie au désespoir décident de se suicider par intoxication.
Un de leurs proches les découvre par hasard, inconscients. On les expédie in extremis à l'hôpital . Un des deux survit, l'autre, moins costaud décède. Le survivant, après avoir reçu des soins requis physiques et psychologiques retrouve son équilibre et son amour de la vie et éventuellement sa conscience de Dieu et regrette amèrement le geste posé. Il est sauvé.
Son compagnon aurait vraisemblablement suivi le même chemin s'il avait survécu. Pas de chance. L'enfer l'attend, la damnation éternelle....parce qu'il était moins costaud. <: <: <: <:
J'ai ramé fort pour trouver un sens à une situation pareille et n'ai encore rien trouvé.

Je crois qu'il est fort heureux que ce soit Dieu qui ait le dernier mot dans toutes ces histoires de péchés mortels et d'enfer et qu'on ne devrait pas trop s'en mêler....

(je relirai quand même la discussion du Curé de Campagne avec la comtesse ;) )

Avatar de l’utilisateur
Marc Oh
Quæstor
Quæstor
Messages : 280
Inscription : ven. 01 avr. 2016, 16:05
Conviction : chrétien catholique
Localisation : Région centre

Re: Sur le suicide

Message non lu par Marc Oh » mar. 31 mai 2016, 10:29

Le suicide c’est pourrir la vie des autres, des proches. Je conçois que le désespéré n’arrive plus à penser aux autres, l’Amour est pourtant le propre de l’Homme à l’image de Dieu. L’ennemi fait tout pour nous porter au suicide, c’est pour moi évident, cela doit bien lui être « profitable ». Cela montre aux autres le chemin à suivre. Désespérer c’est nié Dieu. Parfois ce qui arrive a une apparence trompeuse, il y a confusion entre par exemple un acte de démence entrainant sa mort et un suicide en conscience. Cette confusion est douleur pour ceux qui restent sur cette terre à porter leur croix. Dieu seul connais le secret des cœurs et juge, Sa façon d’aimer que nous devons adopter a un nom : miséricorde.
L’enfer c’est être privé de Dieu, le Ciel c’est être en sa présence. Je pense que l’on peut vivre dans ce monde et le Ciel et l’enfer, hors ce monde c’est pour l’éternité.
La religion nous aide à poser des questions mais ne nous apporte pas forcément les réponses.
Marc Oh!
"... sans l'amour je ne suis rien..."

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3168
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Sur le suicide

Message non lu par Trinité » mar. 31 mai 2016, 13:57

Chère Papillon!

Evidemment je suis en accord avec vous!
Votre exemple relatif aux deux cas de suicide est à cet égard est très parlant. Ou alors, il faudrait croire que Dieu ne différencierait pas le criminel nazi et la pauvre personne malade, dans le désespoir, et les mettrait tous les deux en enfer.
C'est inconcevable! :coeur:

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4484
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Sur le suicide

Message non lu par Kerniou » mar. 31 mai 2016, 17:54

Chère Papillon,
Je confirme. En effet, votre intervention nous est très éclairante, "comme d'habitude"...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités