Éthique et endométriose

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Toto2
Censor
Censor
Messages : 187
Inscription : lun. 21 janv. 2019, 20:58
Conviction : Tradi

Re: Éthique et endométriose

Message non lu par Toto2 » ven. 31 janv. 2020, 0:28

Oh, ne vous mettez pas en peine, cher Altior, ou en tout cas pas pour moi, je me contente de passer une fois par mois faire mon réactionnaire de service pour être sûr que personne ne m'oublie, mais cela va s'arrêter là. Mais je ne pouvais résister au plaisir de citer Nicée I* , injustement oublié depuis le super-concile-qui-a-fait-passer-l'Eglise-de-l'ombre-à-la-lumière...

* Ce magnifique concile interdisait ainsi notamment la distribution de l'Eucharistie par les diacres, au motif que c'est "contraire au canon et à la coutume, de faire donner en communion le corps du Christ à ceux qui l'offrent en sacrifice par ceux qui ne peuvent l'offrir". Ces pauvres évêques doivent se retourner dans leur tombe, alors qu'approche le jour où des femmes laïques donneront le Corps de Notre Seigneur aux luthériens et autres égarés...

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1237
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Éthique et endométriose

Message non lu par cmoi » ven. 31 janv. 2020, 9:19

Altior a écrit :
jeu. 30 janv. 2020, 16:45

Plus ou moins. Car le stérilet n'est pas un moyen contraceptif, mais abortif. Il tue une vie à naître.
Je comprends mieux votre première réponse, mais vous faites d’un usage particulier et marginal de ce contraceptif, qui n’est pas ici en cause, une généralité. Il n’est en rien abortif dans l’usage qui en sera fait par cette personne.
Auprès de qui je me sens confus de devoir insister sur cet aspect technique, que toutefois impliquait sa question. Je suppose aussi que pour nous solliciter, elle a dû épuiser les ressources de son cercle d’intimes et de son couple sur ce sujet, sans y avoir pu trouver la résolution qui convenait à sa sensibilité.
J’ignore dans quel délai raisonnable il lui est envisageable d’attendre avant de faire un choix en quelque sorte définitif, mais je ne peux manquer de lui conseiller de faire appel à un autre secours, celui du sacrement des malades auquel on ne pense pas assez souvent.
Et puisqu’aussi un chrétien ne peut manquer d’espérer aussi en un miracle, je lui conseille de concentrer dans son événement sacramentel futur la possibilité qu’il y en ait, afin de ne pas regretter de l’avoir espéré et d’avoir tout tenté avant de s’abandonner à la providence.
En ce qui me concerne, je concentrerai plus que mes prières pour elle, sur cette intervention en partie seulement physique mais bien médicale, qui ne saurait manquer d’avoir une efficacité, serait-elle différente de celle qu’elle souhaiterait aujourd’hui : elle en sera meilleure.

Que Dieu vous garde, Madame, dans son amour… Il essuiera de nos visages toutes ses larmes et nous habitera de sa joie. Les nôtres passeront et ne sont rien qu’il ne faille dépasser, et qu’elle aura balayé.

PS Pour le reste je fais confiance en votre sagacité et aux recommandations d'autres personnes plus compétentes que moi, excusez-nous d'avoir pu déborder de votre préoccupation vraie et légitime

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1781
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Éthique et endométriose

Message non lu par Altior » ven. 31 janv. 2020, 10:26

cmoi a écrit :
ven. 31 janv. 2020, 9:19
Altior a écrit :
jeu. 30 janv. 2020, 16:45

Plus ou moins. Car le stérilet n'est pas un moyen contraceptif, mais abortif. Il tue une vie à naître.
Je comprends mieux votre première réponse, mais vous faites d’un usage particulier et marginal de ce contraceptif, qui n’est pas ici en cause, une généralité. Il n’est en rien abortif dans l’usage qui en sera fait par cette personne.
Le fait que le stérilet est abortif n'est pas un «usage particulier», ni une chose marginale. C'est son mécanisme d'action. Comment agit le stérilet ? Il provoque un état d'inflammation permanente de la muqueuse utérine, le rendant incapable de recevoir l'embryon. Le dixième jour de son existence, l'embryon a besoin de faire son nid dans l'utérus. Mais il ne parviendra pas, car les conditions de l'utérus lui sont rendues hostiles. Alors, sans pouvoir être nourri, il se meurt.

Donc, le stérilet n'actionne pas pour empêcher une grossesse, mais pour interrompre son évolution. Le futur enfant se meurt. On parle du stérilet comme d'un moyen contraceptif pour masquer la réalité. En fait, ce n'est pas un moyen anticonceptionnel, mais postconceptionnel pour ainsi dire. Or, pour parler plus clairement, un abortif.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1237
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Éthique et endométriose

Message non lu par cmoi » ven. 31 janv. 2020, 17:55

Altior a écrit :
ven. 31 janv. 2020, 10:26
cmoi a écrit :
ven. 31 janv. 2020, 9:19

Je comprends mieux votre première réponse, mais vous faites d’un usage particulier et marginal de ce contraceptif, qui n’est pas ici en cause, une généralité. Il n’est en rien abortif dans l’usage qui en sera fait par cette personne.
Le fait que le stérilet est abortif n'est pas un «usage particulier», ni une chose marginale. C'est son mécanisme d'action. Comment agit le stérilet ? Il provoque un état d'inflammation permanente de la muqueuse utérine, le rendant incapable de recevoir l'embryon. Le dixième jour de son existence, l'embryon a besoin de faire son nid dans l'utérus. Mais il ne parviendra pas, car les conditions de l'utérus lui sont rendues hostiles. Alors, sans pouvoir être nourri, il se meurt.

Donc, le stérilet n'actionne pas pour empêcher une grossesse, mais pour interrompre son évolution. Le futur enfant se meurt. On parle du stérilet comme d'un moyen contraceptif pour masquer la réalité. En fait, ce n'est pas un moyen anticonceptionnel, mais postconceptionnel pour ainsi dire. Or, pour parler plus clairement, un abortif.
Ok, Altior, on ne va pas non plus y passer une plombe, puisque sur le fond on est d'accord : tout ce qui ressemble à un avortement est à proscrire. S'il n'y a pas d'autre choix, il faut bien penser tous les aspects de la question, les mettre en balance, et ce n'est pas toujours si facile d'avoir une réponse sûre à 100%.
Pour moi, le stérilet agit en ce qu'il bloque la fécondation en empêchant les spermatozoïdes d'atteindre l'ovule. Il peut aussi, mais dans un second temps donc, agir comme vous le dites, mais cela ne sert plus à rien vu qu'il a agi avant : sauf à le mettre "après" pour cet usage.
Il a la chance (par rapport à l'autre choix plus radical) d'être provisoire, et de permettre d'avoir ultérieurement des enfants. Si tel était le souhait ou le cas, empêcheriez-vous une femme d'en mettre et l'obligeriez-vous à souffrir sans espoir ni suite ?

Autrefois, lors des accouchements, on privilégiait la vie de l'enfant à naître sur celle de la mère, même si elle avait d'autres enfants en bas-âge. Diriez-vous toujours cela ? IL semble que ce soit plutôt l'avis contraire qui soit aujourd'hui majoritaire.
Personnellement, je pense qu'en matière de morale la conscience évolue, et qu'on doit respecter le choix de chacun s'il est fait en conscience et sans aucune intention de commettre le mal, et même avec celle de faire au mieux..
Nous ne sommes pas, ni l'Eglise, Dieu pour prétendre avoir une vision absolue et certaine dans chaque situation de ce qui est le mieux.
Et je pense qu'il a maintes fois montré qu'il savait en tenir compte, tant dans l'AT que dans le NT.

Après, on peut toujours creuser les motivations secrètes, l'action de l'inconscient, du psychosomatique, etc. mais c 'est un autre sujet et qui nous mènerait trop loin... Même si sur le long terme, c'est nécessaire et indispensable d'en tenir compte quand on veut progresser en âge et vérité.

Avatar de l’utilisateur
Femme anonyme
Barbarus
Barbarus

Re: Éthique et endométriose

Message non lu par Femme anonyme » sam. 01 févr. 2020, 13:08

Bonjour à tous,

je voulais vous remercier tous de tout cœur d'avoir pris la peine de me répondre.
J'ai demandé conseil, et j'ai lu attentivement toutes vos réponses.
Il n'y a pas de mauvaises réponses et chaque conseil est important pour moi.

Merci aussi pour vos prières, l'important étant de tout remettre entre les mains de notre Sauveur.

Je viens préciser quelques éléments supplémentaires :

1) L'hystérectomie, contrairement à ce que je pensais, est en fait beaucoup plus abortif.
Les ovaires étant maintenuse, elle n'empêche ni l'ovulation, ni la fécondation.
J'ai demandé au médecin ce que devenait l'œuf fécondé, et il m'a répondu, qu'il "disparaissait" :(
Ce n'est pas envisageable pour moi.

2) Les traitements "autres", n'ont pas fonctionné.

3) J'ai une maladie neuro musculaire auto immune grave, et suis sous Immuno-supresseurs par comprimés et perfusions.
L'endométriose, aggrave mes poussées, par l'anémie, la fatigue …
Mon mari le supporte très mal.

4) Mon mari n'est pas sur le même chemin de foi que moi, et ne comprendrait pas de devoir faire "abstinence", ni de me priver de soins, à savoir le stérilet. Il supporte mal ma maladie et le fait qu'elle soit aggravée par cette endométriose.

5) Le stérilet hormonal, effectivement, de sa 1ère action, empêche l'ovulation, et en 2ème action, si il y avait fécondation, empêche la nidation. C'est ce qui pose problème.
Et il est vrai que je suis peu féconde avec l'endométriose + mon âge. Donc une fécondation serait exceptionnel.

--> si je choisis cette option pour ma santé, parce que je n'ai pas beaucoup d'autre choix et pour suivre l'avis de mon mari. Je la remettrai entre les mains de Jésus, pour lui confier ma maladie, et surtout lui confier mon choix et la protection de toute VIE. Qu'il permette qu'il n'y ai pas de fécondation. Je crois dans la foi que le Seigneur agit en tout.

Je continue à vous lire, et vous remercie encore de tout cœur.

En union de prières

Jean-Mic
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3000
Inscription : mar. 07 févr. 2012, 20:17

Re: Éthique et endométriose

Message non lu par Jean-Mic » sam. 01 févr. 2020, 16:08

En union fraternelle de prière :ange:
Jean-Mic

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2966
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Éthique et endométriose

Message non lu par Suliko » dim. 02 févr. 2020, 2:01

Bonjour Femme anonyme,

Je vous conseille vivement de vous renseigner auprès d'un prêtre compétent.
Je me permets aussi de souligner qu'il existe plusieurs sortes d'hystérectomies et pas seulement celle consistant à ôter uniquement l'utérus. Peut-être pourriez-vous creuser le sujet ? Car je serais à priori tentée de croire que les médecins ne considèrent pas toutes les options, car ils se fichent un peu du devenir des ovules fécondés... Mais bien sûr, toute opération de ce genre est plutôt lourde et peut avoir des effets secondaires plus ou moins importants et pas forcément prévisibles.
Il est vrai que les probabilités de tomber enceinte à votre âge sont bien faibles, mais il me semble délicat de prendre des risques lorsque le sujet est si grave.
Enfin, je me permets de rappeler que l'obéissance à Dieu passe avant celle à une créature, fût-elle un mari. Mais bien sûr, si vous trouviez une solution à la fois satisfaisante pour la morale et l'harmonie conjugale, ce serait l'idéal !

Que Dieu vous garde !

Suliko
C'est pourquoi elle seule, prédestinée avant les générations et annoncée par les prophètes, la Mère du Créateur de tout l'univers, non seulement n'a participé en rien à la tache originelle, mais elle est toujours demeurée pure comme le ciel et toute belle. (extrait du règlement pour le monastère de Biélokrinitsa (1841)

Avatar de l’utilisateur
Agnes inf
Barbarus
Barbarus

Re: Éthique et endométriose

Message non lu par Agnes inf » jeu. 06 févr. 2020, 14:18

Je ne suis qu'une simple infirmière mais certains éléments me posent questions :

- Une hysterectomie n'est pas un choix contraceptif mais un acte chirurgical repondant a une indication opératoire et certaines endométrioses en font parties. Est ce le cas pour Femme anonyme ? C'est au chirurgien de le dire. Dans ce cas , je ne vois pas ou est la contradiction avec la Foi ?

On se doit de se maintenir en bonne santé et de se soigner.

- la pose d'un sterilet est contre indiquée avec l'endometriose et cela risque donc d'aggraver la situation et les douleurs. Enfin, ce type de contraception a un effet avortif en empêchant la nidation de l'embryon. Cela revient a éliminer volontairement un oeuf fécondé ! Ce n'est pas compatible avec la morale catholique.

Je comprends la detresse de cette femme et les peurs de ce couple de la survenue d'une nouvelle grossesse. Vu l'age de Femme anonyme, l'arrêt de la fertilité parait proche et le choix d'une abstinence sexuelle pour quelques temps parait réaliste . Il y a aussi l'usage du préservatif comme solution. Ce n'est pas conforme a la Foi mais l'union intime du couple sera possible en baissant le risque de grossesse et en respectant l'intégrité de la femme: pas d'hormones ou produits chimiques ni de corps étrangers a effets toxiques ( stérilet) . L'usage du préservatif est un péché mais ce sera limité dans le temps et il est sans doute possible de réduire la sexualité en alternant avec des périodes d'abstinence pour diminuer la fréquence de l'usage de ce dispositif.

[Merci de veiller à la ponctuation. La modération]

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités