De la pédophilie dans l’Eglise Catholique

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
pierrot2
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 576
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: De la pédophilie dans l’Eglise Catholique

Message non lu par pierrot2 » lun. 27 mai 2019, 19:54

Fée Violine a écrit : nous nous voyons nous-mêmes comme de bons catholiques.
Je ne vous rejoins pas, les péchés sont multiformes. Il y a de plus une différence entre vrai et bon catholique.
N oublions pas, par ailleurs qu' il sera davantage demandé à ceux qui ont beaucoup reçu, et moins exigé des autres. Si vous me voyez comme un juge, sachez que cette parole nivelle bien des prétentions..La mienne aussi, et j en suis fort aise.
C est, me semble t il, une invitation à s occuper toujours des poutres dans nos yeux..
Le frère quant à lui sera probablement assez autonome pour s occuper de sa paille.
Reste que pour progresser, l exemple à suivre le plus judicieux est Christ. Pour moins progresser, un autre. Je ne pense pas que ne pas juger ainsi mène aussi sûrement au salut, même si il y a jugement..

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9473
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: De la pédophilie dans l’Eglise Catholique

Message non lu par Cinci » mer. 29 mai 2019, 18:06

Pierrot2,

Si vous permettez que je débite ici, pour l'occasion, un autre de ces petits prêchi-prêcha de professeur manqué à la gomme ...

L'Église regroupe des pécheurs dans son sein comme vous le savez. Quand on est un pécheur on est un pécheur. On dit aussi que le propre du péché c'est d'aveugler le sujet à propos de ce qui fait justement la matière de son péché. C'est comme l'hérétique qui ne comprend pas que sa croyance est une hérésie, l'alcoolique qui vit perpétuellement dans le déni, le batteur de femme qui trouvera tout le temps le moyen de justifier sa conduite, l'homosexuel qui va dire que ce n'est pas de sa faute ("Je n'y peux rien; plus fort que moi; j'ai le droit de vivre et de bénéficier de la bienveillance des autres; je suis quand même quelqu'un de bien; Dieu m'aime comme je suis", etc.)

On est pécheur pardonné, catholique et croyant dans une certaine mesure (plus ou moins, la foi est forte ou peut être assez faible avec des plages de résistance dans certains secteurs du disque dur).

Et alors ...

Ce dont vous voulez parler je pense, ce serait plutôt la distinction à faire entre un catholique qui sera au moins en état de grâce (même si bien loin encore d'être un grand saint, dirions-nous) et un catholique qui ne l'est plus du tout, - non pas qui ne serait plus catholique mais en état de grâce, et justement à raison d'un péché grave commis. Un péché non avoué, non confessé et alors que le catholique susdit se maintiendrait pour l'heure dans une sorte d'impénitence.

Du catholique ayant perdu l'état de grâce (ce sera l'exemple ici de notre religieux abuseur d'enfant) mais l'on dira que, pour lui bien sûr, c'est comme s'il était devenu un membre mort de l'Église. Il n'est pas rejeté hors de l'Église et du moment qu'il ne voudrait pas lui-même apostasier ou se séparer lui-même de l'Église. Il n'est pas jeté dehors. Sauf qu'il s'en trouve coupé de la grâce. Il lui sera impossible de croître en sainteté. Il reste rattaché à l'Église parce que des influx de la grâce peuvent continuer de lui parvenir, même en étant mort pour l'heure et pas en mesure d'en profiter. Le membre comme mort, même mort à la vie de la grâce, tient encore par ses frères ou soeurs et par une sorte de charité. Il serait comme un membre mort en attente d'une certaine résurrection.

Il n'y a pas ici un vrai catholique versus un faux catholique ou bien qu'un catholique reconnu versus un "catholique qui n'en serait pas un ou ne l'aurait jamais été". Non. Il y a des catholiques en état de grâce versus des catholiques étant tels des membres morts pour l'Instant (ne pouvant pas profiter des bienfaits des sacrements).

Donc

Les prêtres pédophiles qui ne font rien pour sortir de leur mensonge, qui ne se repente pas vraiment de leur travers, qui refusent de prendre les moyens pour ne plus être complices de leur propre péché : ils ne sont plus en état de grâce. Leur situation pourrait être périlleuse à l'heure de la mort. A moins d'une vraie contrition parfaite sur leur lit de mort (pas le meilleur de ce qui pourrait être fait mais à la limite), le danger pour eux demeure de finir dans les ténèbres extérieures. C'est ce qui s'appellerait jouer avec le feu.

pierrot2
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 576
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: De la pédophilie dans l’Eglise Catholique

Message non lu par pierrot2 » mer. 29 mai 2019, 23:22

Cinci a écrit : Si vous permettez que je débite ici, pour l'occasion, un autre de ces petits prêchi-prêcha de professeur manqué à la gomme ...
Je vous en prie, cher Cinci, votre intervention est la bienvenue
Cinci a écrit : L'Église regroupe des pécheurs dans son sein comme vous le savez. Quand on est un pécheur on est un pécheur. On dit aussi que le propre du péché c'est d'aveugler le sujet à propos de ce qui fait justement la matière de son péché. C'est comme l'hérétique qui ne comprend pas que sa croyance est une hérésie, l'alcoolique qui vit perpétuellement dans le déni, le batteur de femme qui trouvera tout le temps le moyen de justifier sa conduite, l'homosexuel qui va dire que ce n'est pas de sa faute ("Je n'y peux rien; plus fort que moi; j'ai le droit de vivre et de bénéficier de la bienveillance des autres; je suis quand même quelqu'un de bien; Dieu m'aime comme je suis", etc.)
C' est ce que j' appelle l' addiction au péché
Cinci a écrit : Il n'y a pas ici un vrai catholique versus un faux catholique ou bien qu'un catholique reconnu versus un "catholique qui n'en serait pas un ou ne l'aurait jamais été". Non. Il y a des catholiques en état de grâce versus des catholiques étant tels des membres morts pour l'Instant (ne pouvant pas profiter des bienfaits des sacrements).
C' est pourtant bien ce que je signifiais. Même si je ne conteste pas votre version(pour l'état de grâce), je trouve que cautionner ce déni, si c' en est un ( Il faut bien évidement envisager l' hypothèse inverse, qui fait souffrir la victime, selon laquelle cette dernière affabule, Vérité oblige..), c'est:

- De la part du violeur, en revendiquant l' étiquette "catholique", salir par son geste la personne du Christ; un témoignage contre la vérité, donc. (Je persiste à penser qu'on ne saurait s' y prendre mieux pour une campagne bien menée contre Jésus: Ma paranoïa par procuration. Ces campagnes me le désignent encore plus comme notre salut, notre unique salut, comme le dit d'ailleurs Saint Paul..)

-De la part de ceux qui attendent la conversion du prêtre pédophile, le préserver dans cet état de grâce que vous évoquez, et lorsque la personne n' est pas rétrogradée, faire un témoignage antichrétien (c' est mon ressenti) par le cautionnement de son silence.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9473
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: De la pédophilie dans l’Eglise Catholique

Message non lu par Cinci » jeu. 30 mai 2019, 16:40

Bonjour.
Pierrot2 :

De la part du violeur, en revendiquant l'étiquette "catholique", salir par son geste la personne du Christ; un témoignage contre la vérité,
Tous les catholiques qui pèchent plus ou moins (vous et moi) vont (allons) porter préjudice d'une quelconque manière à la vie de l'Église militante sur la terre. C'est inévitable. Le discours classique et immémoriale de l'Église à mon sens : c'est bien que les catholiques eux-mêmes n'ont pratiquement cesse de larder de coups le corps du Christ. On dirait encore que c'est bien pour une certaine part à cause des membres de l'Église si tant de gens peuvent se tenir loin des autels. Les catholiques déficients ne sont pas les seuls coupables bien entendu de l'incroyance des autres, des hérésies et de l'apostasie des masses. Ce serait bien trop commode pour tous les mal croyants que de pouvoir se défausser sur le dos des pécheurs en face.

donc. (Je persiste à penser qu'on ne saurait s' y prendre mieux pour une campagne bien menée contre Jésus: Ma paranoïa par procuration. Ces campagnes me le désignent encore plus comme notre salut, notre unique salut, comme le dit d'ailleurs Saint Paul..)
Une campagne contre Jésus ? Contre l'Église ? En exploitant le fait du fort mauvais témoignage de l'un ? Oui, c'est vrai.

Parce que ...

L'esprit du mal cherchera toujours à se servir du mauvais cas de figure d'un côté; de l'autre, pour alimenter l'incroyance.

"On voit bien ce que vaut l'Église des curés à la fin, n'est-ce pas ?"; "Quelle impuissance à redresser ce qui est tordu !" ; "Quelle bande de menteurs !"; "Le corps des pompiers volontaires a plus de tonus moral que ces chefs religieux à l'autorité usurpée, vicieux, cachottiers, manipulateurs ..." Si cette bande de tricheurs avait seulement un peu de vrai ressort vertueux, ça ferait longtemps qu'ils nous en auraient jeté dehors les malfaisants. A la rue !" et "Je ne vous connais pas."

C'est le sens de ce que voulait dire Oscar Wilde (grand pécheur devant l'Éternel) disant naguère comment l'Église anglicane (protestante) était pour les "gens biens" (des "honnêtes gens" aurait dit le marquis de La Fayette) mais l'Église catholique romaine pour les saints et ... et les pécheurs. Les pécheurs que l'on n'aimerait pas montrer en publique justement. Surtout pas au milieu de la bonne société !

Le problème ...

Il se trouve que les hommes n'ont pas autant besoin de justice en vérité que de miséricorde. La miséricorde c'est comme un dépassement de la justice par le haut. Je ne dirais pas ça pour signifier que l'on devrait annuler la justice forcément (de possibles sanctions, pénalités) mais plutôt pour expliquer comment des membres morts de l'Église (au grand scandale des gens biens) pourront continuer à faire partie de l'Église, ne pas être amputés, retranchés.

p.s. : je doute qu'un religieux catholique, trouvé coupable d'avoir pu violer ou abuser un enfant, aille revendiquer ensuite son agir condamné par le pape, des magistrats civils ou d'autres comme étant un agir qui lui eusse été imposé par sa propre foi, sa religion ou la doctrine de l'Église. Au lieu d'évoquer une salissure de la personne de Jésus, il serait peut-être préférable de parler scandale. De gens faibles dans la foi en particulier risquent d'être plus ébranlés que d'autres, le scandale y ouvrir une brèche pour que les arguments des accusateurs s'y infiltrent mieux, etc.

pierrot2
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 576
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: De la pédophilie dans l’Eglise Catholique

Message non lu par pierrot2 » ven. 31 mai 2019, 19:37

Cinci a écrit : "On voit bien ce que vaut l'Église des curés à la fin, n'est-ce pas ?"; "Quelle impuissance à redresser ce qui est tordu !"
Bonjour Cinci,
Êtes-vous bien sur que cela soit là ce qu' en attend le Christ? Le "redressage", s'il doit y en avoir un ne serait-il pas tout aussi,(voire plus) efficace sans interventionisme, à la seule force de l'exemple donné?
Cinci a écrit : Il se trouve que les hommes n'ont pas autant besoin de justice en vérité que de miséricorde
C'est là votre sentiment! Et je pense moi aussi en terme de besoin..
Cinci a écrit : je doute qu'un religieux catholique, trouvé coupable d'avoir pu violer ou abuser un enfant, aille revendiquer ensuite son agir condamné par le pape, des magistrats civils ou d'autres comme étant un agir qui lui eusse été imposé par sa propre foi, sa religion ou la doctrine de l'Église
Je crois qu'il s'attirerait en effet de fort mauvaises grâces.
Mais au moins ce serait plus honnête, en ceci qu.e cela aurait le mérite du courage de ses opinions.

Là, j'ai le sentiment qu' il profite de cet héritage qui a coûté le sang d'un innocent (Jésus) pour tromper et abuser tout le monde, comme ces faux prophètes dont parle l'évangile(Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs), et qui ravissent, donc, en tant que ravisseurs.
Cinci a écrit : Au lieu d'évoquer une salissure de la personne de Jésus, il serait peut-être préférable de parler scandale. De gens faibles dans la foi en particulier risquent d'être plus ébranlés que d'autres, le scandale y ouvrir une brèche pour que les arguments des accusateurs s'y infiltrent mieux, etc.
Je ne vois pas par quel processus cela pourrait arriver. Je préfère réhabiliter la personne de Jésus en pleine lumière que de prêter le flanc à du scandale qui, comme tout scandale est traité théâtralement (j'entends de cette fausse lumière des feux de la rampe qui enténèbre tout) .

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1228
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: De la pédophilie dans l’Eglise Catholique

Message non lu par zelie » lun. 03 juin 2019, 8:27

La commission Sauvé, du nom de son président, est une commission indépendante chargée par l'Eglise de France de faire la lumière sur toutes les agressions sexuelles d'enfants par des prêtres depuis 1950. Le Sénat s'est organisé de façon à lui faciliter la tâche en lui permettant un accès aux archives de presse et archives judiciaires :

https://actu.orange.fr/france/abus-sexu ... gaGH9.html
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Quæstor
Quæstor
Messages : 268
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Strasbourg

Re: De la pédophilie dans l’Eglise Catholique

Message non lu par Kerygme » lun. 03 juin 2019, 9:35

Bonjour,


Lettre pastorale de mon évêque sur les abus sexuels : Mieux vaut tard.


Cordialement.
« L'Église n'a pas besoin de réformateurs, mais de saints» (Georges Bernanos)

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1228
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: De la pédophilie dans l’Eglise Catholique

Message non lu par zelie » lun. 03 juin 2019, 9:57

Médiapart met en cause Mgr Moulin-Beaufort dans le traitement d'un prêtre suspect d'emprise sur des jeunes garçons, dont un retrouvé dans sa chambre, le diocèse répond point par point :
https://www.la-croix.com/Religion/Catho ... 1201025918
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: De la pédophilie dans l’Eglise Catholique

Message non lu par la Samaritaine » mar. 04 juin 2019, 23:25

https://www.la-croix.com/Religion/Catho ... 0y-nQIpatk


La commission Sauvé lance un appel aux témoins pour commencer son enquète sur les abus sexuels dans l'Eglise.

Samaritaine

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: De la pédophilie dans l’Eglise Catholique

Message non lu par la Samaritaine » mer. 05 juin 2019, 15:17

Pour ceux qui ne peuvent lire l'article de La Croix : voilà les détails et les contacts de la commission :

Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise CIASE
La Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise (CIASE) communique APPEL A TEMOIGNAGES
Pour que la lumière soit faite sur les abus sexuels sur des mineurs et des personnes vulnérables commis depuis 1950 par des prêtres, des religieux et des religieuses, l’Eglise catholique de France a demandé à Jean-Marc Sauvé, ancien vice-président du Conseil d’État, de constituer et de présider une commission indépendante. Cette commission réunit des femmes et des hommes aux compétences reconnues. Elle est pluraliste et comprend des incroyants et des croyants de toutes confessions.
Notre mission :
Notre priorité : écouter les victimes.
Notre appel : nous lançons aujourd’hui un appel à témoignages pour écouter et entendre ceux et celles qui ont souffert personnellement ou qui peuvent témoigner des souffrances subies par d’autres.
Tous les témoignages seront recueillis et traités de manière confidentielle.
Nous retenons une définition large de l'abus sexuel, entendu comme toute agression, exploitation ou atteinte sexuelle, sous quelque forme que ce soit. De même, les victimes sont les mineurs au moment des faits, les majeurs protégés et les personnes qui, dans le cadre d'une relation de hiérarchie, d'autorité, d'accompagnement spirituel ou d'emprise, se sont trouvées engagées dans une relation à caractère sexuel non librement consentie.
Si vous avez été victime ou témoin d’abus sexuels commis par des prêtres, des religieux ou religieuses, nous vous invitons à prendre contact avec l’équipe mise en place à notre demande par la fédération France Victimes.
Nous sommes à votre écoute 7 jours sur 7 de 9H à 21H par téléphone au 01 80 52 33 55.
Vous pouvez aussi nous joindre par mail : victimes@ciase.fr
Ou par courrier : Service CIASE – BP 30132 – 75525 Paris cedex 11
Mesurer l'ampleur des faits, étudier la manière dont ils ont été traités, évaluer les mesures prises par l'Eglise et formuler des recommandations pour que de tels crimes et délits ne se reproduisent pas.
CIASE – info@ciase.fr

Samaritaine

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : pierrot2 et 2 invités