Y aurait-il une tendance homosexuelle parmi les hommes d'Église?

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Francesenchile
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : jeu. 21 févr. 2019, 22:30

Encore une affaire

Message non lu par Francesenchile » ven. 22 févr. 2019, 0:12

Bonjour à tous.

C'est la première fois que j'écris quelque chose sur ce forum; j'y passe comme lecteur de temps en temps et j'en apprécie le ton respectueux et modéré. C'est ce qui me donne envie de vous faire connaître un point de vue sur ces affaires qui sera sans doute différent des vôtres, parce que lié à mon histoire personnelle. Je n'ai jamais été victime d'agression sexuelle ni de quelque maltraitance que ce soit dans l'Eglise, mais je la perçois peut être différemment.

J'ai maintenant 43 ans, je ne suis pas catholique pratiquant mais j'ai grandi dans une famille bourgeoise catholique, dans les années 1980, et toujours dans des écoles catholiques. Le monde catholique français, la liturgie et les enseignements de l'Eglise me sont donc familiers et font toujours partie de ma vie. Mais il y a eu un petit hic: vers 15 ou 16 ans je me suis rendu compte que j'étais homosexuel et que ça n'avait pas l'air de n'être qu'une phase passagère. Et immédiatement je me suis trouvé dans une position délicate par rapport au monde auquel je pensais appartenir. Cette expérience m'a, je crois, ouvert les yeux sur certains aspects de l'Eglise qui ne sont pas perceptibles quand on se vit comme lui appartenant pleinement.

Déjà parce que le "sens commun" de nombreux catholiques m'est apparu très éloigné de la réalité que je ressentais. Ce sens commun dit (peut-être disait, c'était à la fin des années 1980) que l'homosexualite était une sorte de choix, un style de vie. Croyez-moi, elle s'impose par surprise et je doute que beaucoup de gamins feraient le choix de se mettre en porte à faux avec leur milieu par caprice. Elle s'accompagne de moments de panique, d'envie de disparaître, ou de serments qu'on se fait sur le chemin de l'école "tu n'en parleras jamais a personne et tu n'auras pas de vie affective, tant pis". La honte est terrible, en tout cas elle l'a été pour moi. Le sentiment d'inadéquation aussi, sans parler de la peur d'être découvert. Il en va de même sur la confusion entre homosexualité et pédophilie, que ce même "sens commun" confond ou confondait allègrement. Et enfin, ce sens commun, toujours lui, voit dans l'homosexualité une pulsion purement physique, "sale", alors qu'on a envie d'aimer et d'être aimé par quelqu'un du même sexe, et on se demande si c'est de l'amour ou quelque illusion diabolique, si on est complètement fou, si il faut tout enterrer, ou si au contraire il faut réinventer tout son système de valeur, ou faire un tri?

Mais j'en viens à l'Eglise, car c'est à ce moment que confronté à toute cette confusion, elle vous tend involontairement un redoutable piège: la possibilité de rentrer dans les ordres. Tout garçon homo ayant grandi dans un milieu catholique va se poser la question, parce que c'est la solution miracle. Vous avez besoin de cacher vos penchants, de vous laver de cette souillure mal définie, mais aussi de chercher l'approbation de tout votre milieu social. La prêtrise peut transformer la catastrophe, si ce n'est en triomphe, du moins en une voie possible qui évitera l'écroulement de tout ce qui vous entoure. À commencer par l'image que vous avez de vous-même. Evidemment, même jeune, on est bien capable de percevoir que ce serait aussi une forme de mensonge à soi même et aux autres, mais la tentation est forte d'opter pour cette voie, pour de mauvaises raisons.

Je ne l'ai pas fait et heureusement, mais j'ai connu des jeunes de ma génération, compagnons d'école, qui sont partis dans cette direction. Un point commun? Je suis certain à 95% qu'ils étaient tous homosexuels - on se reconnaît entre nous, même si ce n'est pas un détecteur totalement fiable.

Un livre va sortir affirmant que 80% des cardinaux au Vatican seraient homosexuels. J'ignore si c'est vrai, ça me semble même exagéré, mais je ne serais pas surpris que ça le soit. J'ai eu la quasi-certitude qu'un tiers à la moitié des prêtres que j'ai croisés dans ma vie étaient homosexuels. Je ne peux pas le prouver (et à quoi bon) ni en être parfaitement sûr, mais ce qui m'a toujours frappé c'est à quel point cette réalité échappe aux "catholiques normaux" qui sont partie prenante de l'Eglise et n'ont jamais eu à craindre d'être rejetés vers sa marge.

Depuis 30 ans, le discours de l'Eglise sur les homosexuels a évolué, et selon moi dans le bon sens. On est passé de la condamnation sans appel à une bienveillance envers les personnes qui m'a fait penser que peut être je n'étais pas complètement en-dehors. Par contre, ce qui continue de me peiner et qui devrait révolter tout catholique, c'est l'hypocrisie. Je ne peux réfréner un certain mépris pour des dignitaires de l'Eglise dont la condamnation de l'homosexualité, agressive et sentencieuse, est produite par une haine d'eux-mêmes que j'espère inconsciente - mais qui est sans doute aussi parfois une volonté de dissimulation. Ces gens produisent du malheur et se font aussi du mal. Ils méritent de la compassion, mais la position dans laquelle ils se sont mis et ont été mis par leur environnement est destructrice.

Voilà pourquoi je ne suis pas surpris par ces scandales à répétition. Il y en aura sans doute d'autres. Ce n'est pas à moi de dire ce que l'Eglise devrait être. Mais je me prends parfois à rêver qu'elle fasse une sincère opération vérité. Et cette opération passerait non pas par des commissions d'enquête et la condamnation de brebis galeuses (même si c'est tout à fait indispensable dans les affaires de pedophilie, qui sont un autre problème). Elle passerait par des familles catholiques dans lesquelles les enfants ne grandissent pas dans une ambiance qui les prédispose à vivre la découverte de leur homosexualité comme un désastre. Rassurez-vous, vous pouvez leur en parler, ça n'augmentera pas les chances qu'ils le soient, mais ca diminuera celles qu'ils se suicident. Ça passerait aussi par une Eglise moins obsédée par la morale sexuelle et plus par le message de l'Evangile. Certes l'Eglise dit et fait bien plus que parler de normes sexuelles et affectives, mais il faut aussi regarder les faits: la seule fois en 30 ans qu'elle a mobilisé des millions de personnes pour descendre dans la rue, ce n'était pas contre la pauvreté ou la solitude, mais pour bloquer une loi societale avec la Manif pour Tous. Et d'ailleurs en voyant ces enfants défiler dans les cortèges, je me suis vu, moi, il y a 30 ans, petit chanteur dans une cathédrale en province, ne sachant pas encore ce que j'allais traverser simplement parce que par malchance je n'étais pas exactement comme le voudrait la norme. Si seulement le Pape a l'époque avait pu dire publiquement a un homosexuel que Dieu l'avait fait ainsi et l'aimait, j'aurais eu une branche extraordinairement précieuse à laquelle me raccrocher. Cette déclaration de François a été peut-être la phrase la plus libératrice que j'aie entendu de ma vie; depuis cet instant je lui voue une affection et une reconnaissance énormes. Vous aussi, tendez cette branche à vos enfants, je vous en prie! Ne les laissez pas partir vers la haine d'eux-mêmes et le mensonge.

Mais je m'éloigne. Donc voilà, j'espère que ceci peut vous donner un point de vue qui vous serait difficilement accessible, de même que je ne peux avoir la même experience de catholique que beaucoup d'entre vous.

Amicalement
Dernière modification par Francesenchile le ven. 22 févr. 2019, 4:45, modifié 1 fois.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2571
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Encore une affaire!

Message non lu par Trinité » ven. 22 févr. 2019, 2:02

Merci pour votre témoignage ! Je me posais une question (mais il y en a plusieurs :) ) Là ou le "bat blesse" c'est que le prêtre, lorsqu'il s'engage, fait voeu de chasteté, qu'il ait des tendances homosexuelles ou hétérosexuelles! Serait-ce plus compliqué lorsque l'on a des tendances homosexuelles? ;)

Francesenchile
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : jeu. 21 févr. 2019, 22:30

Re: Encore une affaire!

Message non lu par Francesenchile » ven. 22 févr. 2019, 3:13

Trinité a écrit :
ven. 22 févr. 2019, 2:02
Merci pour votre témoignage ! Je me posais une question (mais il y en a plusieurs :) ) Là ou le "bat blesse" c'est que le prêtre, lorsqu'il s'engage, fait voeu de chasteté, qu'il ait des tendances homosexuelles ou hétérosexuelles! Serait-ce plus compliqué lorsque l'on a des tendances homosexuelles? ;)
Bon je ne peux pas vous répondre avec certitude, mais je ne crois pas que la chasteté soit plus difficile car je ne vois pas de différence fondamentale d'intensité de libido entre hommes hétérosexuels et homosexuels. Rompre une promesse reste une transgression dans tous les cas.

Par contre il me paraît indéniable que la vie sexuelle des homosexuels soit souvent, disons, plus débridée. Pourquoi? Selon moi ce n'est pas un problème de libido mais parce qu'elle n'est pas encadrée par une morale et un code de conduite que la société lui donnerait. La rencontre entre un homme et une femme est quelque chose de codifié, pas seulement par l'Eglise mais par la société et les institutions. Elle ouvre théoriquement la voie à la formation d'un couple, à la procréation, à la reconnaissance officielle de leur union et à tous les arrangements qui vont avec. On apprend depuis tout petit que ce sera l'une des grandes expériences de sa vie, et on s'y prépare. Même des gens qui papillonnent respectent le plus souvent un certain nombre de conventions, avec des rendez-vous, un cérémonial romantique, un jeu de séduction, etc...

Mais si vous ne rentrez pas dans ce schéma, il n'y a rien. Pas de modèle pour se comporter, ni a priori de reconnaissance pour ce que vous pourriez construire. De toute façon il y a aussi beaucoup de gens pour vous dire que ce que vous ressentez est une abomination. Du coup avant même d'être passé à l'acte sexuel vous avez déjà le sentiment d'avoir transgressé. Dès lors, il est plus facile de dissocier complètement sexualité et sentiments et de passer à l'acte aussi souvent qu'on a envie, puisque de toute façon on est déjà "hors morale" et qu'on le restera.

Peut-être que pour les prêtres homosexuels c'est quelque chose qui se produit: avant même d'avoir rompu leur voeu de chasteté, ils ont déjà un peu transgressé car l'Eglise a toujours déconseillé la prêtrise aux homosexuels, plus ou moins explicitement selon les époques. Dès lors, le passage à l'acte est peut-être plus facile.

Gaudens
Quæstor
Quæstor
Messages : 232
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Encore une affaire!

Message non lu par Gaudens » ven. 22 févr. 2019, 12:06

Bonjour Fracesenchile, bienvenue et merci pour votre contribution profonde et équilibrée.

Toutefois, j'émets une réserve ,quand vous écrivez:
" Je ne peux réfréner un certain mépris pour des dignitaires de l'Eglise dont la condamnation de l'homosexualité, agressive et sentencieuse, est produite par une haine d'eux-mêmes que j'espère inconsciente - mais qui est sans doute aussi parfois une volonté de dissimulation."
Si j'ai bien compris les recensions rapides que j'en ai lues, c'est la thèse de Frédéric Martel dans "Sodoma". Elle a sans doute dans certains cas sa part de vérité mais je doute que ce soit l'explication générale. Tout simplement un prêtre ou a fortiori un prélat (ayant ou pas des tendances homosexuelles) doit être fidèle à l'enseignement de l'Eglise qui voit au moins un "acte désordonné" dans la pratique homosexuelle. Il en serait de même pour un clerc ayant une forte propension à la colère ,par exemple et qui devrait quand même la considérer comme un péché capital. Je suppose que ma comparaison va vous heurter (ce n'est pas mon intention). Je reconnais avec vous que toute cette problématique est extrêmement complexe et délicate puisqu'elle touche à la vie affective et spirituelle des personnes et non à de simples concepts intellectuels. La charité totale doit être dans ce cas un guide suprême.

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 969
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Encore une affaire!

Message non lu par Foxy » ven. 22 févr. 2019, 12:23

Bonjour Fracesenchile et bienvenue.

Je me permets aussi de mettre mon grain de sel en émettant des réserves sur l'homosexualité des prêtres "en général", comme étant une porte de sortie pour vivre une vie "normale".

Je sais que l'on parle depuis bien des années de la sexualité au séminaire comme dans les congrégations religieuses, avec des sessions "inter noviciat" où participent les novices, en raison du vœu de chasteté. Si le séminariste ou le novice est sincère, dit de lui-même qu'il est homosexuel, il n'est pas gardé. Un de mes cousins a été dans ce cas, il a, par contre, été bien aidé à vivre son homosexualité dans la vie courante, a pris des responsabilités professionnelles et est resté chaste.
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2571
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Encore une affaire!

Message non lu par Trinité » ven. 22 févr. 2019, 13:19

Foxy a écrit :
ven. 22 févr. 2019, 12:23
Je me permets aussi de mettre mon grain de sel en émettant des réserves sur l'homosexualité des prêtres "en général", comme étant une porte de sortie pour vivre une vie "normale".

Je sais que l'on parle depuis bien des années de la sexualité au séminaire comme dans les congrégations religieuses, avec des sessions "inter noviciat" où participent les novices, en raison du vœu de chasteté.
Bonjour Foxy,

Il est possible également, comme nous l'a précisé Fracesenchile et du fait que l'homosexualité soit une tendance condamnable, celui ci ne l'avoue pas! La plupart des homo me semblent plutôt introvertis, je ne parle pas des" gays" :)

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 969
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Encore une affaire!

Message non lu par Foxy » ven. 22 févr. 2019, 15:09

Trinité a écrit :
ven. 22 févr. 2019, 13:19
Il est possible également, comme nous l'a précisé Fracesenchile et du fait que l'homosexualité soit une tendance condamnable, celui ci ne l'avoue pas! La plupart des homo me semblent plutôt introvertis, je ne parle pas des" gays" :)
Probablement, mais là, je ne crois pas qu'il n'y ait pas de tentations à vivre 24h/24 avec des hommes sans qu'un jour, cela se sache.
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9109
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Encore une affaire

Message non lu par PaxetBonum » ven. 22 févr. 2019, 16:20

Francesenchile a écrit :
ven. 22 févr. 2019, 0:12
Si seulement le Pape a l'époque avait pu dire publiquement a un homosexuel que Dieu l'avait fait ainsi et l'aimait
Cher Francesenchile,

J'apprécie et rejoins une bonne part de votre témoignage.

Par contre le pape ne peut pas dire à quelqu'un que Dieu l'a fait homosexuel, cela va à l'encontre de la doctrine catholique. Dieu ne fait pas l'homme voleur, violeur, menteur, gourmand, handicapé, Dieu le fait à son image. C'est la corruption du péché qui nous entraîne à de mauvais penchants, pas Dieu !
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9328
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Encore une affaire!

Message non lu par Cinci » ven. 22 févr. 2019, 17:03

Une chance qu'il y a Paxetbonum sur ce forum !

:fleur:


C'est bien vrai que le pape n'aurait pas pu dire une chose semblable et vu la teneur de la doctrine catholique elle-même.

Avatar de l’utilisateur
Valentin
Barbarus
Barbarus

Re: Encore une affaire!

Message non lu par Valentin » ven. 22 févr. 2019, 18:00

Francesenchile, ce que vous dites reflète une vérité, c'est certain. Mais le revers de la médaille, c'est que le rôle de l’Église n'est pas de vivre « avec son temps », en adoptant toutes les idées à la mode

[propos inappropriés]

Francesenchile
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : jeu. 21 févr. 2019, 22:30

Re: Encore une affaire!

Message non lu par Francesenchile » ven. 22 févr. 2019, 19:01

Gaudens a écrit :
ven. 22 févr. 2019, 12:06
Si j'ai bien compris les recensions rapides que j'en ai lues, c'est la thèse de Frédéric Martel dans "Sodoma".Elle a sans doute dans certains cas sa part de vérité mais je doute que ce soit l'explication générale.Tout simplement un prêtre ou a fortiori un prélat (ayant ou pas des tendance homosexuelles) doit être fidèle à l'enseignement de l'Eglise qui voit au moins un "acte désordonné" dans la pratique homosexuelle.
Bonjour :)

je n'ai pas l'intention de défendre la thèse de Sodoma, j'en ai vu des extraits mais évidemment je n'ai pas lu ce livre et je doute qu'il puisse prouver la plupart des choses qu'il avance.

Je suis d'accord avec ce que vous dites. Cependant ce qui interroge, c'est la quantité d'affaires, y compris des cas d'hypocrisie caractérisée. Après des affaires comme celle de Tony Anatrella, difficile de se tourner les yeux fermés vers des "spécialistes" de l'Eglise sur ces questions pour trouver des réponses. Je crois qu'elles invitent à laisser l'idéalisme de côté pour un moment et à faire un peu de psychologie et de sociologie pour comprendre ce qui se passe. Je pense que la condamnation de l'homosexualité (dans l'enseignement, mais surtout dans les milieux catholiques, en tant que valeur sociale), combinée à l'exigence de célibat et de chasteté des clercs, produit un cocktail qui attire les homosexuels vers la prêtrise. On pourrait multiplier les contrôles sur les individus, les faire interroger leur conscience encore plus profondément avant de prononcer leurs vœux: je suis persuadé que ça ne changerait rien. Il ne faut pas sous-estimer le potentiel d'auto-répression, le besoin de dissimulation, et l'espoir de changer que connaît tout homosexuel jeune en milieu catholique. À la limite, ça pourrait même en attirer plus en augmentant le stigmate social.

Ah oui, c'est aussi un sujet, cet espoir de changer: comme l'orientation homosexuelle est souvent présentée comme un choix plus ou moins inconscient, on espère qu'elle disparaîtra à force de prière, de patience, et de répression de ses sentiments. Selon mon expérience, ça n'arrive pas. C'est aussi pour ça que de nombreux homosexuels prononcent leurs vœux: ils espèrent sincèrement que ça les aidera à en sortir et qu'une nouvelle vie commencera une fois "de l'autre côté".

Il ne m'appartient pas de dire ce que doit être l'enseignement de l'Eglise - et d'ailleurs je n'ai pas de problème avec lui, je comprends d'où il vient. Je ne milite pas plus contre le célibat des prêtres ou l'exigence de chasteté, ce ne sont pas des questions faciles à trancher. J'observe cependant que la configuration actuelle pose le risque constant de concentrer dans le clergé des hommes qui répriment ou dissimulent leur sexualité. Elle tend un piège véritablement redoutable et source de scandales (ça c'est blessant pour l'image de l'Eglise, mais elle en a vu d'autres. Ça passera), mais aussi de malaise dans le clergé et parmi les fidèles.

[Le titre du fil a été changé pour mieux correspondre au débat qui s'est engagé.]

Francesenchile
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : jeu. 21 févr. 2019, 22:30

Re: Encore une affaire!

Message non lu par Francesenchile » ven. 22 févr. 2019, 20:12

Valentin, merci de votre commentaire même si évidemment j'y trouverais beaucoup à redire ;).

Sans entrer dans un débat sur ce qui est naturel ou pas, ou sur ce que l'Eglise devrait préconiser, Je ferais juste une observation: l'enseignement de l'Eglise n'est certainement pas immuable ni déconnecté de son temps. Elle dit aujourd'hui strictement l'inverse de ce qu'elle a pu dire dans le passé sur de nombreux sujets. Par exemple elle prône les libertés de conscience et de culte alors que Pie IX les condamnait explicitement. Etes-vous opposé à la démocratie, à la République, au vote des femmes? Parce qu'il y a seulement 150 ans l'Eglise de Rome l'était et y participer équivalait à s'en exclure. Il y a 300 ans, elle confirmait que les inégalités de droits entre hommes rentraient dans l'ordre naturel des choses, puisqu'ils étaient immémoriaux - cette même nature qui est bien pratique pour transformer réthoriquement une tradition en ordre divin.

Je comprends bien l'attrait théorique, voire romantique, qu'exercent les idées d'une doctrine immuable, de lois naturelles intangibles, d'une autorité morale inébranlable et infaillible. Libre à chacun de refermer la question des scandales en appelant à plus de rigueur et à un rappel des principes. Ou en les mettant sur le compte de temps dissolus. C'est à mon avis la garantie qu'il y en aura d'autres, que les églises seront réduites à un noyau de fidèles endurcis, et que l'Eglise présentera au monde un visage de dureté.

Je ne suis certainement pas théologien, mais j'ai assez lu l'Evangile pour savoir avec certitude que le visage du Christ n'est pas dur ni prompt à condamner ses contemporains. C'est tout l'inverse. C'est bien de s'affirmer fièrement catholique, de suivre à titre personnel une morale irréprochable et de se sentir dépositaire d'une vérité immuable. Mais ce sont des attributs superficiels. Pour me convaincre que vous avez compris ce à quoi nous appelle le christianisme, montrez-moi plutôt comment vous vivez dans le monde: la main tendue inconditionnellement, le pardon, la foi en la capacité de tout homme à se racheter qui fait de lui votre égal, l'humilité qui doit amener a constamment douter de soi. L'amour du prochain. Je crois que si on arrive à s'approcher de cet idéal, il ne reste plus beaucoup de temps ni d'énergie pour déplorer l'état du monde. Et ce n'est pas si grave car on est en train de le changer pour le meilleur.

Avatar de l’utilisateur
Valentin
Barbarus
Barbarus

Re: Y aurait-il une tendance homosexuelle parmi les hommes d'Église?

Message non lu par Valentin » ven. 22 févr. 2019, 22:18

Merci Francesenchile pour votre réponse. (D'ailleurs, que signifie votre étrange pseudo ?) [hs. Toute contestation de la modération doit se faire dans Vie du Forum.]

Au fait, je ne suis pas moi-même catholique, mais orthodoxe, ce qui me met à l'abri des contradictions que vous citez. Par ailleurs vous êtes dans l'erreur quand vous dites que le catholicisme condamnait la liberté de culte avant Pie IX. Tertullien, au IIe siècle, plaidait déjà en faveur de la tolérance religieuse. Au moyen âge, les conversions forcées des païens (saxons et lituaniens entre autres), font trop souvent oublier que Thomas d'Aquin prônait la tolérance envers les juifs et les musulmans vivant en pays chrétien. Ils n'étaient aucunement forcés de se convertir. Du moins en théorie.

Quant à la Russie orthodoxe, elle a toujours fait preuve de bien plus de tolérance que l’Église romaine, y compris envers les polythéistes. D'importantes populations musulmanes font partie intégrante de la Russie depuis le XVIe siècle.

Pour ce qui est de la démocratie et de la République, j'y suis en effet opposé. Mais ni l’Église romaine, ni l’Église orthodoxe n'ont jamais proclamé que la monarchie était le seul type de gouvernement autorisé. Le Christ lui-même n'a-t-Il pas dit qu'il fallait rendre à César ... ?

Concernant enfin l'égalité : elle est un leurre. N'est égal que ce qui est identique. Or, chaque être humain naissant absolument unique et différent de tous les autres, il ne peut être question d'égalité. Mais vous parlez d'égalité juridique : il est pourtant clair, Francesenchile, que chaque délit et chaque crime est lui aussi unique et différent de tous les autres. On ne peut pas juger tous les meurtres ou tous les viols de la même manière, par exemple. Précisément parce que chaque crime est unique et demande un examen adapté.

Il est tout aussi illusoire de croire qu'on pourrait octroyer comme par magie les mêmes droits à tout le monde. Les handicapés mentaux disposent aujourd'hui du droit de vote. Cela leur fait une belle jambe !
Pour me convaincre que vous avez compris ce à quoi nous appelle le christianisme, montrez-moi plutôt comment vous vivez dans le monde: la main tendue inconditionnellement, le pardon, la foi en la capacité de tout homme à se racheter qui fait de lui votre égal, l'humilité qui doit amener a constamment douter de soi.
J'entends bien ce que vous dites, mais attention à ne pas verser non plus dans l'angélisme. Le Christ n'a jamais offert de pardon sans conditions, et comme vous connaissez bien l’Évangile, vous savez que le Christ-Roi est aussi un Juge qui pèse et qui tranche. Il existe une condition à Son pardon, une seule, mais une condition essentielle : le repentir sincère. Il n'y a pas de pitié possible pour ceux qui se détournent volontairement de Dieu.

Francesenchile
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : jeu. 21 févr. 2019, 22:30

Re: Y aurait-il une tendance homosexuelle parmi les hommes d'Église?

Message non lu par Francesenchile » ven. 22 févr. 2019, 23:37

Valentin a écrit :
ven. 22 févr. 2019, 22:18
Merci Francesenchile pour votre réponse. (D'ailleurs, que signifie votre étrange pseudo ?)
Ca veut juste dire "Français au Chili" (en espagnol). C'est là que je vis.

La question de l'auto-répression sexuelle, de la rupture des vœux et de la dissimulation dans le clergé est incontournable ici. C'est sûr que ça m'a amené à m'interroger plus que je ne l'aurais fait en France, où le clergé est plus étendu, plus scruté par la société civile et ne peut pas se comporter comme un Etat dans l'Etat comme il l'a fait au Chili.

Avatar de l’utilisateur
Valentin
Barbarus
Barbarus

Re: Y aurait-il une tendance homosexuelle parmi les hommes d'Église?

Message non lu par Valentin » ven. 22 févr. 2019, 23:56

Ah, mais bien sûr ! Je le lisais à la française, ça donnait quelque chose comme francésentchille, je ne comprenais pas :-D

Entendons-nous bien : que des homosexuels catholiques tentent de dépasser leurs inclinaisons en devenant prêtres n'est pas mauvais en soi. Bien au contraire, d'un point de vue chrétien, c'est même plutôt une bonne chose. Le problème n'est donc pas cette prétendue hypocrisie que vous dénoncez, et qui n'est rien d'autre que l'expression de la faiblesse humaine. Les prêtres sont des pécheurs comme les autres, comme nous tous.

Ce qui est condamnable, c'est plutôt cette atmosphère de mollesse et d'angélisme (que d'aucuns confondent avec la tolérance) dans laquelle baigne l’Église romaine, ainsi que la détestable connivence de la hiérarchie, qui cherche à dissimuler les faits, alors qu'elle devrait réprimer sévèrement les manquements au célibat (puisque les catholiques l'estiment nécessaire). Quant aux prêtres coupables d'abus sexuels, il faut les défroquer et [Calmons-nous! La Justice peut statuer.], tant leurs crimes sont abominables.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 4 invités