Concilier repos du dimanche et demandes de proches

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Domingo
Barbarus
Barbarus

Concilier repos du dimanche et demandes de proches

Message non lupar Domingo » jeu. 06 sept. 2018, 16:21

Bonjour,

J'aimerais si possible solliciter votre opinion sur des dilemmes moraux récurrents concernant le repos du dimanche. J'ai redécouvert assez récemment la profondeur de l'interdiction de réaliser des travaux non nécessaires le jour du Seigneur et les jours fériés, hors loisirs et activités traditionnelles comme le précise le catéchisme. Pris dans son acception évangélique et non pas légaliste, qui est critiquée par Jésus dans plusieurs débats avec les pharisiens, ce précepte permet d'échapper à l'activisme et à une course en avant dans le travail afin de se consacrer à une activité spirituelle et au repos; le christianisme se détache en effet d'une application servile, puisque tout travail nécessaire, et cela va des urgentistes à ceux qui ont réellement et honnêtement dans un temps donné une charge de travail trop importante et qu'ils doivent obligatoirement assumer, tels des agriculteurs en temps de moisson ou des étudiants une semaine avec beaucoup d'examens ou de devoirs à rendre, est permis. J'essaye pour ma part, avec la grâce de Dieu, de mettre en pratique cela dans ma vie, et je le vis comme une joie.

Malheureusement, le commandement du repos du jour du Seigneur reste probablement l'un des moins bien compris. Mes proches, même chrétiens pratiquants, semblent souvent le considérer comme une limitation inacceptable de leur liberté, impossible à tenir. Il ne m'appartient pas de les "psychanalyser" ou d'établir des jugements de vie sur eux, mais il me frappe qu'il s'agit d'un cas presque limpide d'aliénation au sens philosophique, c'est-à-dire où la volonté en vient à désirer ce qui m'est pourtant étranger. Ces personnes aiment le repos et seraient manifestement heureuses de réaliser un jour de pause, mais elles paraissent avoir intériorisé une espèce "d'hygiène de vie" (bien peu saine à vrai dire) qui les empêche de s'arrêter complètement une fois par semaine. Le poids de l'habitude est bien sûr en cause selon moi, ce qui est au fond vrai pour l'essentiel des péchés, donc rien de très surprenant au final.

Il ne s'agit pas ici de me délecter dans ma "supériorité", car j'étais comme tout le monde il n'y a pas si longtemps et c'est plutôt concernant mes doutes et ma faiblesse que je vous prierais de m'éclairer. Souvent, lorsque je séjourne un dimanche chez des proches, ceux-là me demandent soit de les assister dans des tâches dominicales ou d'en tirer profit -c'est-à-dire de jouir du fruit de leur travail à mon sens non-nécessaire réalisé un dimanche, par exemple lorsque ma tante me remet mes vêtements qu'elle vient de laver pour que je les reprenne et range parmi mes propres affaires. A ceux dont je suis le plus proche, j'ai déjà plusieurs fois essayé de demander avec tact de s'abstenir le jour du Seigneur, ne serait-ce que car cela va contre mes principes et me met mal à l'aise, je mais au mieux sont-ils dubitatifs et me regardent-ils comme un extraterrestre, au pire le prennent-ils comme un affront et s'ensuit un conflit. Grâce à Dieu, je crois ne pas être allé, du moins depuis ma prise de conscience concernant le jour du Seigneur, jusqu'à collaborer à un travail important et non-nécessaire, ce qui correspondrait à un péché grave. Cependant, je suis moins certain que le fait de me montrer aussi inflexible et catégorique pour des broutilles, comme ces malheureuses chaussettes chez ma tante ou lorsqu'ils me téléphonent pour obtenir quelques informations administratives banales, soit adapté. D'un autre côté, sous prétexte de ne pas vouloir froisser autrui, est-ce que je ne participe pas à des actes objectivement "mauvais", ce qui serait bien le contraire de l'amour qui ne doit être que dans la vérité?

Formulée de manière plus générale, ma question est donc: en présence de personnes qui ne comprennent pas le précepte du repos du dimanche, ou concernant lesquelles je me doute fort que cela n'aurait même pas grand sens de vouloir en parler tant elles sont plus largement éloignées d'une vie chrétienne, jusqu'à où et dans quelles circonstances puis-je céder à leurs sollicitations pour maintenir l'harmonie sans tomber dans la "collaboration au mal" ?

Je vous remercie

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10110
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Concilier repos du dimanche et demandes de proches

Message non lupar Fée Violine » jeu. 06 sept. 2018, 19:13

Bonjour Domingo,
Cependant, je suis moins certain que le fait de me montrer aussi inflexible et catégorique pour des broutilles, comme ces malheureuses chaussettes chez ma tante ou lorsqu'ils me téléphonent pour obtenir quelques informations administratives banales, soit adapté.
Il me semble aussi.
Si votre tante lave vos chaussettes un dimanche, c'est plus un acte d'amour qu'un travail (c'est surtout la machine à laver qui travaille), je suis sûre que ça lui fait plaisir, et le mieux à faire, c'est de lui dire merci.
Et quand ils vous demandent un renseignement le dimanche, vous les envoyez paître ??? Ça me semble excessif !

Le but du repos dominical, c'est de se garder du temps pour se reposer, pour pouvoir passer du temps en famille, et pour aller à la messe.
Pour expliquer à votre famille la raison du repos dominical, vous pouvez leur dire que c'est un énorme progrès dû aux juifs, qui ont inventé la semaine. Avant, les gens travaillaient chaque jour sans interruption. Les Romains trouvaient ça bizarre, pour eux c'était de la paresse. Songez que d'après la loi biblique, tout le monde doit se reposer le jour du Seigneur (le shabbat), y compris les esclaves et les animaux.
De nos jours, les gens feraient bien de s'en souvenir, pour respirer au moins un jour par semaine au lieu de toujours courir !

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3835
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Concilier repos du dimanche et demandes de proches

Message non lupar Kerniou » ven. 14 sept. 2018, 11:48

Tout à fait d'accord avec vous, Fée Violine !
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.


Revenir vers « Morale et Éthique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités