Sexualité hors mariage

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
Kolbe
Civis
Civis
Messages : 3
Inscription : jeu. 12 juil. 2018, 14:41
Conviction : Chrétien catholique

Sexualité hors mariage

Message non lupar Kolbe » jeu. 12 juil. 2018, 15:21

Bonjour,

Nouveau sur ce forum, je ressentais le besoin de raconter mon histoire car je ne connais pas de catholique dont je suis assez proche pour me confier.

J'ai 21 ans et je suis en couple depuis 5 ans avec une femme dont je suis profondément amoureux.

Hors, elle n'est pas catholique et est issue d'une famille plutôt anti-religion.

Lorsque nous nous sommes rencontrés, j'étais moi même éloigné de la foi, disons que j'allais à la messe pour faire plaisir à mes parents, mais cela s'arrêtait ici.

Par chance, malgré les influences de sa famille, cette femme (que j'appellerais Nancy pour faciliter l'écriture) a toujours partagé des convictions qui me sont chères et qui sont tellement rares de nos jours (contre l'avortement, intéressée par les questions d'éthique).
N'ayant pas la foi à l'époque, nous avons naturellement eu des rapports sexuels hors mariage.
Quand j'ai commencé à trouver le chemin de la foi (après un voyage à Lourdes), j'ai voulu remettre petit à petit ma vie en relation avec la parole de Dieu.
Cela a donc impliqué de devoir annoncer à Nancy que dorénavant, je voulais qu'on attende le mariage.
Cela a été difficile pour elle mais par amour, elle a accepté.
Bien sûr ça ne s'est pas fait en un jour et à plusieurs reprises la tentation de recommencer l'a emporté, mais plus le temps passait, plus nous tenions bon.

Mais ça n'a duré qu'un temps, cela était très difficile pour Nancy qui ne se sentait plus désirée, plus regardée, et la flamme de notre amour a commencé à s'estomper.
Jusqu'à il y a quelques semaines où elle a fini par prendre la décision de rompre car elle ne supportait plus cette situation.

Cela a été d'une souffrance extrême pour nous deux car nous nous aimons plus que tout et que nous pouvions pas imaginer vivre l'un sans l'autre.

C'est à partir de là que j'ai commencé à douter de la foi.
J'ai prié de tout mon coeur pour que cette situation s'arrange (neuvaine à Marie qui défait les noeuds si vous connaissez). Grand admirateur de Maximilien Kolbe, j'ai à son image convaincu Nancy de garder sur elle une médaille miraculeuse dans l'espoir de sa conversion.

Ce qui me fait terriblement mal, c'est que elle qui n'était pas du tout contre l'idée de s'intéresser à la religion, s'est mise à cause de cela à la détester.

Je me sens coincé dans cette situation car j'ai besoin d'elle, mais je ne peux pas renier ma religion.
j'en viens à me demander pourquoi je souffre autant depuis que j'ai trouvé le chemin de la foi, et cela fait en plus souffrir Nancy et l'éloigne de Dieu...

Je vous remercie par avance pour vos réponses, vos témoignages, vos prières.
Merci d'avoir pris du temps pour me lire.

Invitée2
Barbarus
Barbarus

Re: Sexualité hors mariage

Message non lupar Invitée2 » jeu. 12 juil. 2018, 18:15

Cher Kolbe,

il faut être deux pour prendre une telle décision (continuer la relation mais sans plus avoir de relations physiques). Dans votre cas, vous lui avez imposé votre choix. Comment voulez-vous que cela marche enfin ?

Cela marche un temps parce qu'elle vous aime, elle se sacrifie pour vous mais cela ne peut avoir qu'un temps, ensuite elle se met en colère et s'en va ! [...] La religion n'est pas faite pour séparer, elle est faite pour unir.

Votre relation est partie sur d'autres bases ! Cela paraît plus que compliqué, voir impossible de s'aimer dorénavant en se tenant la main après avoir goûté les joies de l'union. Cela peut se faire un temps, quelques semaines, pour des fiancés qui décident de "faire retraite" en se préparant à leur mariage pour mieux se retrouver. Mais dans votre cas ? Quel sens cela a -il ?

Faites attention Kolbé et ne passez pas à côté du bonheur. Vous l'aimez ? Elle vous aime ? Pourquoi ne pas cheminer ensemble vers un projet de mariage ? De très nombreux jeunes dans le même cas que vous deux cheminent dans la foi, apprennent à consolider leur amour dans et par la charité et se marient et les prêtres les préparent au mariage tels qu'ils sont et tels qu'ils vivent, comme le leur demande le Pape François.

Quand à Dieu qui vous aime, vous croyez qu'Il ne vous rencontre pas là ou vous êtes ? Que Dieu appelle à la chasteté des célibataires menant trop joyeuse vie, cela se conçoit, ces personnes vont se construire ainsi. Que Dieu appelle une personne en couple à imposer son choix à l'autre et à bazarder un jeune couple en train de se construire, non, je ne crois pas. Vous dites qu'elle commençait à s'intéresser à la religion. Et bien c'était cela la marque de l'Esprit Saint, deux jeunes qui s'aiment et qui s'évangélisent mutuellement dans l'Amour ! Et vous osez penser que vous "reniez votre religion" sous prétexte que Dieu vous a rencontrés l'un et l'autre, dans cette relation telle qu'elle était engagée ?

Je pense qu'il serait bon pour vous de vous faire accompagner par un prêtre car je crains que vous n'ayiez une vision trop "légaliste" de la religion.

Que l'Esprit souffle dans votre vie et dans votre coeur,

Invitée2

Avatar de l’utilisateur
katolik
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1042
Inscription : ven. 29 avr. 2011, 12:54
Conviction : catholique
Localisation : France
Contact :

Re: Sexualité hors mariage

Message non lupar katolik » jeu. 12 juil. 2018, 18:53

Bonjour Kolbe et merci de nous partager ce que vous vivez actuellement :oui:
Cela a été d'une souffrance extrême pour nous deux car nous nous aimons plus que tout et que nous pouvions pas imaginer vivre l'un sans l'autre.
Cette petite phrase me fait réagir ...
Vous souffrez beaucoup...vous ne pouviez vous passer l'un de l'Autre...votre Amour était immense....oui, mais voila que l'Amour de votre vie vous quitte parce que le nombre de vos rapports sexuels se réduisaient face à votre souhait de vivre , et surtout de pratiquer, l'enseignement de Dieu : celui de "ne faire qu'un" seulement après votre Mariage ....

Kolbe, vous vivez des moments difficiles et sachez que vous êtes dans mes pensées....mais surtout ne regrettez pas votre choix ! Priez et échangez avec le Seigneur....parlez-lui de vos souffrances ....demandez-lui de l'aide.....et surtout gardez la Foi .... ne doutez pas et, qui sait , le Seigneur répondra à votre appel,...peut-être pas comme vous le souhaitez, mais selon sa Volonté !

En Union de Prière,
katolik, votre frère en Christ
« Je ne suis pas chargée de vous le faire croire, je suis chargée de vous le dire » (Sainte Bernadette Soubirous)

Kolbe
Civis
Civis
Messages : 3
Inscription : jeu. 12 juil. 2018, 14:41
Conviction : Chrétien catholique

Re: Sexualité hors mariage

Message non lupar Kolbe » jeu. 12 juil. 2018, 23:53

Bonsoir,

Tout d'abord un grand merci à vous deux d'avoir prit le temps de me lire et de me répondre. Vos deux réponses sont très intéressantes car elles sont opposées et c'est bien là une des nombreuses difficultés que je traverse en ce moment : même dans la famille des catholiques, les points de vue divergent face à ce sujet.

Invitée2, votre réponse m'interpelle, Dieu n'invite pas à imposer des choix et à bazarder un jeune couple, je suis d'accord, mais n'invite-t-il pas les hommes à la chasteté, et les pécheurs au repentir ? D'après la Bible, toute forme de sexualité hors mariage est de l'ordre du péché, pensez-vous que ces paroles puissent être interprétées ?

Concernant le mariage, c'était en projet, nous étions fiancés depuis janvier et avions déjà rencontré un prêtre à trois reprises, mais sans jamais aborder ce genre de questions... Le fait est que Nancy a pris peur et commençait à se dire que nous fondions notre mariage uniquement dans le but de pouvoir ravoir des rapports, ce n'était pas le cas bien sûr mais dans cette période de trouble nos pensées sont embrouillées.

J'aimerais vivement me faire accompagner par un prêtre, mais je ne sais pas vers qui me tourner car je n'en connaîs aucun dont je me sens assez proche pour parler de tout cela en toute liberté.

Katolik, je vous remercie beaucoup de me porter dans vos pensées, et je continue de prier avec ferveur malgré la difficulté et la souffrance. J'espère de tout cœur être exaucé par Dieu, mais je suis certainement trop pressé. Je continue de prier pour la conversion de Nancy, même si notre histoire devait être impossible, la voir croire et suivre la parole de Dieu serait une grande bénédiction pour moi.

Merci encore à vous de m'avoir lu et répondu, en union de prière avec vous.

Invitée2
Barbarus
Barbarus

Re: Sexualité hors mariage

Message non lupar Invitée2 » ven. 13 juil. 2018, 12:51

Bonjour cher Kolbe,

je suis touchée par votre recherche de vérité. Il y a plusieurs choses.

D'abord, se faire accompagner par un prêtre. Votre situation ne demande pas de réponses toutes faites, elle demande que vous soyez accompagné au discernement. Voyez si vous pouvez rencontrer un père jésuite là ou vous habitez. Sinon, un prêtre accompagnateur de jeunes est familier de ces questions : un prêtre accompagnateur d'aumônerie d'étudiants ou de jeunes professionnels. Il faut rencontrer un homme qui vous écoute, vous inspire confiance. Pourquoi pas commencer par le prêtre de votre paroisse ? Parfois le "hasard" fait bien les choses.

Ensuite, concernant Nancy. Pardonnez-moi d'être franche mais vous lui avez manqué de respect : vous lui avez imposé une décision alors que vous auriez dû lui parler de ce qui vous travaillait. Vous comprenez bien que dans un couple, ce n'est pas pareil quand une personne dit "je décide" que quand elle dit "je vis cela, j'ai envie de, il faut qu'on parle...."

Vous êtes dans une relation intime, coeur, âme et corps, et vous décidez seul de mettre votre compagne à distance sans même lui partager votre désir de distance (si j'ai bien compris, d'après ce que vous nous dites). Cette conversation ou chacun humblement aurait partagé son point de vue, son ressenti, ses peurs et ses désirs aurait peut-être été source de belles choses...

Ensuite concrètement il se passe quoi quand vous décidez cela et qu'elle l'accepte tant bien que mal ? Pour "tenir bon", vous devez "verrouiller" votre désir, beaucoup plus que ne le font des fiancés qui ne sont jamais unis, vous le comprenez !

Pourquoi l'Eglise demande -t-elle aux fiancés d'attendre le mariage ? (Lire à ce sujet E. Gobilliard et Thérèse Henriot, "Aime et ce que tu veux, fais-le"). Parce que, comme le dit Mgr Gobilliard, c'est qu'elle pense que c'est un chemin de bonheur, précisément une éducation au désir : un chemin d'ouverture à l'autre ou les coeurs s'ouvrent peu à peu, ou la sensualité s'éveille peu à peu par le baiser pour vivre l'ouverture totale et le don de soi dans le mariage.

Autrement dit, l'enjeu essentiel n'est pas "de ne pas commettre le péché de chair", il est essentiel de vivre un vrai chemin d'ouverture, coeur, âme et corps. c'est une dynamique POUR ! Ce n'est pas une dynamique CONTRE.

Or, au moment ou vous rencontrez le Seigneur, vous êtes déjà dans la communion avec votre compagne (notre société nous pousse à cela) et vous ne pouvez revivre ce chemin d'ouverture, vous l'avez déjà vécu et vous vous êtes déjà donnés l'un à l'autre. C'est trop tard !

Donc, en voulant "être dans les clous", dans votre situation, vous ne vivez pas le chemin d'ouverture que demande l'Eglise, vous vivez au contraire une épreuve de verrouillage, vous vivez le contraire ! Vous comprenez bien que, vous "connaissant" déjà, le moindre baiser, la moindre caresse ne pouvait que vous amener très vite à l'union, beaucoup plus que si vous ne vous étiez pas déjà "connus", donc qu'avez-vous fait cher Kolbe, en toute logique, vous avez tenu très sérieusement Nancy à distance, vous vous êtes blindé certainement dans une sorte de froideur protectrice physique pour ne pas craquer et qui a bien sûr dégagé une froideur de coeur !

Et donc vous vous êtes blessé vous-même et vous avez blessé gravement Nancy. Un homme qui vous aime et que vous aimez qui vous tient désormais à distance, qui ne vous prend plus dans ses bras librement et joyeusement "de peur de craquer"... Non seulement elle ne s'est plus sentie aimée, plus désirée, mais aussi elle ne s'est plus sentie respectée.

Et elle est partie par amour et par respect, amour et respect d'elle-même, amour et respect de vous, amour et respect de votre amour. Elle est saine cette jeune femme, elle n'est pas masochiste, elle sait que l'amour est joie et paix et sert l'amour et la paix. Et Kolbe, elle est déja convertie votre amie : elle est convertie à l'amour, au respect de l'autre et de la vie et son départ le prouve, c'est sa manière de choisir la vie. Et elle est entière et oui, c'est logique qu'après avoir vécu cela, elle ne veut pas d'une mariage pour "régulariser". Elle a soif de profonde spiritualité, elle n'a pas de soif de conformisme et c'est ce que vous lui donnez à voir pour l'instant, même si vous êtes dans une quête spirituelle sincère.

Concernant le péché : si vous prenez le temps de lire le pape François, sur ces questions de couple : vous verrez qu'il fustige la logique du "permis-défendu" et qu'il appelle à une vrai accompagnement au discernement des situations. Il demande aux pasteurs de prendre les personnes là ou elles en sont dans leur vie et de les accompagner. il y a les repères généraux et les règles que donne l'Eglise et ensuite, il y a les cas particuliers. et votre cas est un cas particulier à accompagner.

Vous rencontrez le Seigneur alors que vous êtes dans une vraie relation d'amour avec votre compagne et dans une relation intime comme cela se fait dans notre culture et notre société. Etes-vous dans le péché au moment ou vous rencontrez le Seigneur et si oui pourquoi ? Vous vivez, en tant qu'occidental, dans une "structure de péché" qui pousse à refuser l'attente que propose l'Eglise. Vous voulez alors vivre une vie "conforme à votre foi" mais la vie chrétienne n'est pas un conformisme, elle est un appel d'un oui d'amour de notre part à la demande d'amour que veut nous donner notre Dieu et notre père, cela vient en premier.

Dans votre cas, vous n'êtes pas en train de braquer des fourgons blindés, vous n'êtes pas en train d'entrainer votre compagne à des jeux échangistes ou à voir ensemble des films pornos, (dans ce cas précis, on pourrait discerner assez vite il me semble, qu'il faudrait dire STOP).
Non, d'après ce que vous nous dites, vous êtes dans une relation d'amour vrai avec la femme que vous aimez et avec laquelle vous avez un projet de mariage. Donc, avant de hurler au péché, il faut d'abord discerner. Discerner ce qui se passe et discerner ce qu'il convient de faire.

Il a raison, Katolik, de vous dire de mettre Dieu en premier et au centre. mais comment cela s'incarne -t il ? Concrètement, l'abandon à Dieu s'incarne dans notre manière de demander à Dieu son Esprit dans chaque interrogation et situation que nous vivons. Dans votre cas, au moment de votre conversion et maintenant, il s'agit de présenter à Dieu votre situation telle qu'elle est, dans toutes ses dimensions, vos interrogations, vos scrupules et de lui demander A LUI ce qu'il convient de faire. Seigneur, sur mon chemin vers toi, que dois-je modifier, que dois -je quitter, que dois je mettre en place ,

Là vous avez décidé tout seul ! Etait-ce cela qu'Il vous demandait de faire ? Qui vous dit qu'Il ne vous aurait pas inspiré de l'emmener plutôt en pèlerinage à Paray le Monial et qu'elle en serait revenue touchée au coeur ? Et qu'elle ne vous aurait pas proposé elle-même une période de chasteté avant le mariage pare que le Seigneur, dans son humour, aime beaucoup ce genre de retournements...

En décidant seul et en imposant à l'autre une distance, vous court-circuitez le chemin de la grâce dans vos coeurs ! l'enjeu n'est pas d'être de bons Cathos parfaits en tous points, surtout quand c'est trop tard dans votre situation, l'enjeu, c'est de devenir de plus en plus habités par le Christ et de témoigner par notre foi de cet Amour au monde. Le Seigneur a peut-être de grands projets pour votre jeune couple !

Vous savez Kolbe, c'est très facile de court-circuiter la grâce du Seigneur et de se bousiller la vie par la même occasion. Vous avez des personnes qui se convertissent, qui réalisent qu'elles ne sont pas dans les clous parce qu'elles ont épousé un divorcé remarié, qui imposent donc à l'autre l'abstinence, lequel ne supporte pas et divorce et c'est ainsi que, c'est le comble, une conversion a bousillé un couple alors que si on avait poursuivi son chemin spirituel avec le Seigneur, sans rien imposer à son conjoint, l'autre se serait peut-être à son tour converti, peut-être aurait demandé l'annulation de son premier mariage....

Nous manquons tellement de confiance en Dieu ! Nous voulons tout maîtriser, tout décider, nous voulons "blinder le terrain", nous nous servons de préceptes religieux pour nous culpabiliser à outrance, négligeant au passage nos vrais péchés d'orgueil et d'égocentrisme, nous refusons la confiance et l'abandon en refusant de voir que c'est de nos faiblesses et de nos difficultés confiées à Sa Miséricorde que le Seigneur se sert pour répandre son feu sur la terre.

Dieu est Relation et l'Amour est relation. Donc quand le Seigneur vient à votre rencontre et que vous vous remettez en question concernant votre vie, la question à se poser est " Dans ma vie, qu'est ce qui est au service de la paix et de l'amour ? Et dans mon couple, qu'est ce qui est au service de la paix et de l'amour ?". "Les décisions que je prends servent-elles la paix et l'amour dans mon couple?".

Je reviens au péché :
"Dieu n'invite pas à imposer des choix et à bazarder un jeune couple, je suis d'accord, mais n'invite-t-il pas les hommes à la chasteté, et les pécheurs au repentir ? D'après la Bible, toute forme de sexualité hors mariage est de l'ordre du péché, pensez-vous que ces paroles puissent être interprétées ? "

Je ne vais pas répondre à cette question mais je vous propose une petit travail de... mémoire, quelque chose qui vous concerne vous et vous seul. Le péché, c'est se couper de Dieu, le péché éloigne de Dieu.
Si vous repensez aux moments intimes que vous avez partagés avec Nancy, si vous les revivez dans votre coeur et pas seulement dans votre tête, c'est à dire dans tout votre être, est ce que ce souvenir là vous éloigne de Dieu ? ou pas ? et en fait, comment ce souvenir impacte votre vie en Dieu ? C'est une question intime entre vous et Dieu.

Je termine par un souvenir de frère Roger de Taizé. Jeune adulte, je lui demandais : comment savoir qu'on a pris une bonne décision ? La paix du cœur, me répondait-il, la paix du cœur est LE critère de discernement.

De tout coeur avec vous, en Christ.

invitée2

Toto
Senator
Senator
Messages : 986
Inscription : mar. 04 sept. 2012, 20:21
Conviction : Catholique pratiquant traditionaliste

Re: Sexualité hors mariage

Message non lupar Toto » ven. 13 juil. 2018, 19:14

Bonjour,

[...]
Nancy n'a aucun droit sur votre corps, car le "Je te reçois comme épouse et je me donne à toi " n'est prononcé qu'au moment du mariage et pas avant. Et la sainte doctrine, quels que puissent être les propos ambigus et douteux de certains qui dans l'Eglise, préfèrent faire plaisir aux monde, ne peut être changée car elle figure dans la Bible à plusieurs reprises et on en a eu un rappel récemment.
Rom 6,11. Vous donc aussi, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ notre Seigneur.

Rom 6,12. Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, en sorte que vous obéissiez à ses convoitises.

Rom 6,13. Et n'abandonnez pas vos membres au péché comme des armes d'iniquité; mais donnez-vous à Dieu comme devenus vivants, de morts que vous étiez, et donnez à Dieu vos membres comme des armes de justice.

Rom 6,14. Car le péché n'aura point d'empire sur vous, puisque vous n'êtes plus sous la loi, mais sous la grâce.

Rom 6,15. Quoi donc! pécherons-nous parce que nous ne sommes plus sous la loi, mais sous la grâce? Loin de là!

Rom 6,16. Ne savez-vous pas que lorsque vous vous faites les esclaves de quelqu'un pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché pour y trouver la mort, soit de l'obéissance pour y trouver la justice?

Rom 6,17. Mais grâces soient rendues à Dieu de ce qu'après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de coeur au modèle de doctrine sur lequel vous avez été formés.

Rom 6,18. Ainsi, ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice.

Rom 6,19. Je parle à la manière des hommes, à cause de la faiblesse de votre chair. Car de même que vous avez livré vos membres au service de l'impureté et de l'iniquité, pour commettre l'iniquité, livrez-les de même maintenant au service de a justice, pour votre sanctification.

Rom 6,20. Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l'égard de la justice.

Rom 6,21. Quel fruit avez-vous donc tiré alors des choses dont vous rougissez maintenant? Car leur fin, c'est la mort.

Rom 6,22. Mais maintenant, affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sanctification, et pour fin la vie éternelle.

Rom 6,23. Car la solde du péché, c'est la mort; mais la grâce de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.
Mais c'est aussi rappelé par les Papes :
835
18 (Par. 14) Pour ce qui est de la fornication commise par un célibataire avec une célibataire, on ne doit absolument pas douter qu'il s'agit d'un péché mortel, puisque l'Apôtre assure qu'aussi bien les fornicateurs que les adultères sont exclus du Royaume de Dieu
[...]
Allez, le catéchisme de l'Eglise catholique :
2390 Il y a union libre lorsque l’homme et la femme refusent de donner une forme juridique et publique à une liaison impliquant l’intimité sexuelle.

L’expression est fallacieuse : que peut signifier une union dans laquelle les personnes ne s’engagent pas l’une envers l’autre et témoignent ainsi d’un manque de confiance, en l’autre, en soi-même, ou en l’avenir ?

L’expression recouvre des situations différentes : concubinage, refus du mariage en tant que tel, incapacité à se lier par des engagements à long terme (cf. FC 81). Toutes ces situations offensent la dignité du mariage ; elles détruisent l’idée même de la famille ; elles affaiblissent le sens de la fidélité. Elles sont contraires à la loi morale : l’acte sexuel doit prendre place exclusivement dans le mariage ; en dehors de celui-ci, il constitue toujours un péché grave et exclut de la communion sacramentelle.
[Supprimé : on ne sait à qui vous vous adressez, l'intervenante précédente ou Kolbe, mais sachez que la seule personne à qui vous devriez vous adresser sur ce fil est Kolbe]
Une relation illicite et condamnée par la Sainte Eglise ne peut aucunement produire une quelconque rencontre avec le Seigneur. Bref, laissons-là les discours progressistes de ces gens qui tentent d'inciter les autres au péché.

Malheureusement, le christianisme impose parfois des renoncements, des douleurs, des déchirures. Les Irakiens et Syriens qui voulaient rester fidèles à leur foi l'ont remarqué. Dans cette société consumériste et matérialiste, il est parfois difficile de vouloir se comporter chrétiennement en essayant de suivre tant bien que mal les enseignements de l'Eglise tant les messages du monde, et paradoxalement de certains catholiques, y sont contraires.

Je crains qu'il n'y ait pas beaucoup de chemins possibles :
-ou vous êtes tous les deux favorables à un mariage et prêts à l'attendre, et dans ce cas cela peut être envisagé. Je dis bien envisagé, parce que le mariage n'est pas qu'une régularisation de situation hors des clous, cela implique d'autres choses.
-ou ce n'est pas le cas, et donc la rupture est inévitable. Vous avez 21 ans, vous avez l'avenir devant vous.

Si cela peut vous consoler, Tempus edax rerum, le temps détruit tout, y compris les pires chagrins, même si cela peut mettre longtemps.
Nous réclamons votre zèle contre les ennemis du célibat ecclésiastique, cette ligue impure, qui se grossit par des transfuges de l'ordre clérical. Jouets de passions séductrices, ils ont présenté des requêtes pour abolir ce point sacré… si honteuses tentatives… Défendre de toutes vos forces, d'après les règles des Canons, une loi de si haute importance, de la conserver dans toute son intégrité, de repousser les traits dirigés contre elle par des hommes que tourmentent les plus infâmes passions.

Kolbe
Civis
Civis
Messages : 3
Inscription : jeu. 12 juil. 2018, 14:41
Conviction : Chrétien catholique

Re: Sexualité hors mariage

Message non lupar Kolbe » ven. 13 juil. 2018, 20:03

Bonsoir,

Tout d'abord merci d'avoir prit autant de temps pour m'apporter cette réponse et votre point de vue sur la situation.
J'ai conscience d'avoir blessé Nancy, mais comme je l'ai dit cela ne s'est pas fait du jour au lendemain, et c'est en toute conscience qu'elle a, au début, accepté la situation.
Votre réponse, très intéressante, me semble néanmoins très éloignée de ce que l'on m'a toujours enseigné au sein de ma famille ainsi que de ma paroisse. Nous avons sûrement eu une éducation religieuse très différente.

Concernant votre dernière phrase :
Je termine par un souvenir de frère Roger de Taizé. Jeune adulte, je lui demandais : comment savoir qu'on a pris une bonne décision ? La paix du cœur, me répondait-il, la paix du cœur est LE critère de discernement.
Justement ! Depuis que j'ai la foi, après chaque rapport, je n'ai pas la paix du coeur, et je ne me sens plus digne de communier, ce qui tend à m'éloigner de la foi. Le péché éloigne de Dieu.
Mais perdre Nancy m'empêche d'être en paix également, d'où l'ambiguïté de la situation.

Toto, merci également d'avoir prit du temps pour répondre à ce sujet.
Malheureusement, le christianisme impose parfois des renoncements, des douleurs, des déchirures.
En effet l'avancée dans la foi demande des sacrifices et des souffrances.
Je suis prêt à assumer toutes les souffrances que le Seigneur me demande, mais dans cette situation, Nancy risque de s'enfoncer encore plus dans le péché à cause de ce que je lui ai montré de la religion. Je ne peut pas croire que son âme soit sacrifiée pour le salut de la mienne, et la voir s'éloigner de plus en plus de la foi est ce qui m'est le plus difficile dans cette situation, d'autant que je me sens coupable de cet éloignement.
Je prie énormément pour sa conversion, mais cela me paraît tellement improbable, je manque beaucoup de confiance dans la prière depuis le début de cette situation.

Je vous suis grandement reconnaissant de prendre du temps pour moi, très bonne soirée, udp.

Toto
Senator
Senator
Messages : 986
Inscription : mar. 04 sept. 2012, 20:21
Conviction : Catholique pratiquant traditionaliste

Re: Sexualité hors mariage

Message non lupar Toto » ven. 13 juil. 2018, 20:21

En effet l'avancée dans la foi demande des sacrifices et des souffrances.
Je suis prêt à assumer toutes les souffrances que le Seigneur me demande, mais dans cette situation, Nancy risque de s'enfoncer encore plus dans le péché à cause de ce que je lui ai montré de la religion. Je ne peut pas croire que son âme soit sacrifiée pour le salut de la mienne, et la voir s'éloigner de plus en plus de la foi est ce qui m'est le plus difficile dans cette situation, d'autant que je me sens coupable de cet éloignement.
Bonjour,

Mais ce n'est pas de votre faute et par votre prière vous faites ce que vous pouvez le mieux. La deuxième chose, c'est le dialogue s'il est encore possible.
Je comprends bien votre crainte, mais rester dans une situation objective de péché pour éviter hypothétiquement à quelqu'un d'autre de s'éloigner de la religion, n'est pas souhaitable et ce n'est pas une bonne chose.
En matière de salut, de foi et de péché, pensez d'abord à vous.

Bonne soirée
Nous réclamons votre zèle contre les ennemis du célibat ecclésiastique, cette ligue impure, qui se grossit par des transfuges de l'ordre clérical. Jouets de passions séductrices, ils ont présenté des requêtes pour abolir ce point sacré… si honteuses tentatives… Défendre de toutes vos forces, d'après les règles des Canons, une loi de si haute importance, de la conserver dans toute son intégrité, de repousser les traits dirigés contre elle par des hommes que tourmentent les plus infâmes passions.

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9976
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Sexualité hors mariage

Message non lupar Fée Violine » ven. 13 juil. 2018, 22:42

En matière de salut, de foi et de péché, pensez d'abord à vous.
Il me semble que c'est là le centre de la question.
Faut-il sauver son âme au prix de celle d'autrui ?
Surtout si cet autrui ne fait qu'un avec moi ?

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Sexualité hors mariage

Message non lupar Carolus » sam. 14 juil. 2018, 0:46

Je prie pour vous et “ Nancy “, cher Kolbe.

invitée2
Barbarus
Barbarus

Re: Sexualité hors mariage

Message non lupar invitée2 » sam. 14 juil. 2018, 22:31

Concernant le mariage, c'était en projet, nous étions fiancés depuis janvier et avions déjà rencontré un prêtre à trois reprises, mais sans jamais aborder ce genre de questions... Le fait est que Nancy a pris peur et commençait à se dire que nous fondions notre mariage uniquement dans le but de pouvoir ravoir des rapports, ce n'était pas le cas bien sûr mais dans cette période de trouble nos pensées sont embrouillées.
Bonsoir cher Kolbe,

j'avais zappé un peu ce passage hier. Vous étiez donc fiancés et en préparation. Il me semble que tous deux avez commis une erreur en ne partageant pas au prêtre ce "noeud" important dans votre couple. Cela sert à cela la préparation au mariage. Etiez-vous en confiance avec ce prêtre ? Si oui, je ne peux que vous encourager à aller vous confier à lui car il vous connait tous les deux. Je comprends que cela soit difficile par pudeur mais vous avez besoin d'être accompagné dans ce que vous traversez.

Vous nous dites que vous vivez un déchirement intérieur, entre la culpabilité qui vous prenait après chaque union et la tristesse de la voir s'éloigner et en plus de l'éloigner de la foi. Vous avez donc besoin de confier tout cela de vive voix et de discerner en étant accompagné. j'ai le sentiment aussi que vous avez un tempérament perfectionniste, vous voulez bien faire, vous ne voulez pas être pris en défaut et voulez vivre les choses jusqu'au bout et de manière juste. Vous avez d'autant plus besoin d'être accompagné concernant les sujets relationnels et de mœurs parce que dans ces domaines là, précisément, chaque cas est particulier et demande du discernement. Sur ces sujets là, la notion de "catalogue" des actes bons et mauvais devient non pas négligeable mais insuffisante pour convenir de ce qu'il faut décider de faire.


C'est vrai, nous avons du recevoir une éducation religieuse différente : j'ai grandi dans l'Eglise joyeuse des années 70 et 80 et vous avez grandi dans l'Eglise plus inquiète des année 2000 et 2010.

Je reprends vos propos :
"Je suis prêt à assumer toutes les souffrances que le Seigneur me demande, mais dans cette situation, Nancy risque de s'enfoncer encore plus dans le péché à cause de ce que je lui ai montré de la religion. Je ne peut pas croire que son âme soit sacrifiée pour le salut de la mienne, et la voir s'éloigner de plus en plus de la foi est ce qui m'est le plus difficile dans cette situation, d'autant que je me sens coupable de cet éloignement.
Je prie énormément pour sa conversion, mais cela me paraît tellement improbable, je manque beaucoup de confiance dans la prière depuis le début de cette situation."



Concernant Nancy : elle peut légitimement s'attendre à ce que la conversion de son fiancé apporte plus de joie, plus de charité, plus de confiance, plus d'ouverture dans sa vie. En occident, même ceux qui ne connaissent rien à la religion ont en fait des attentes très précises de la religion et de l'Eglise et nous challengent beaucoup sur ces questions, ils nous attendent au tournant, ce qui est normal.
Ici, Nancy a reçu comme témoignage de votre conversion : mise à distance, moins de tendresse (parce que quand on s'aime, l'union, c'est aussi de la tendresse ! ), plus guère de spontanéité, une certaine rigidité …
Evidemment qu'elle s'éloigne de l'Eglise et de la religion, elle doit avoir le sentiment que vous êtes rentré dans une secte et qu'on vous a changé...ça, on n'est pas près de la revoir à l'Eglise !

Vous concernant : Nous sommes invités à tout abandonner à Dieu, notre Père, comme nous y invite le Notre Père et aussi cette très belle prière de Charles de Foucauld :

"Mon Père,
Je m'abandonne à toi,
fais de moi ce qu'il te plaira.

Quoi que tu fasses de moi,
je te remercie.

Je suis prêt à tout, j'accepte tout.
Pourvu que ta volonté
se fasse en moi, en toutes tes créatures,
je ne désire rien d'autre, mon Dieu.

Je remets mon âme entre tes mains.
Je te la donne, mon Dieu,
avec tout l'amour de mon cœur,
parce que je t'aime,
et que ce m'est un besoin d'amour
de me donner,
de me remettre entre tes mains, sans mesure,
avec une infinie confiance,
car tu es mon Père."


C'est à cela et rien d'autre que nous sommes appellés ! Il nous donne tout de Lui et nous Lui donnons tout de nous, c'est l'appel de la sainteté. Soyons clairs, très peu de Chrétiens s'abandonnent véritablement à Dieu et répandant ainsi la Lumière du Christ dans le monde. Nous avons, depuis le péché originel, peur de Dieu ! "Où es tu ?", "J'ai eu peur, je me suis caché..."
Comment faire pour nous abandonner à Dieu et dépasser nos peurs ?
En purifiant peu à peu notre vision de Dieu sur lequel, très malheureusement, nous projetons toutes sortes d'idées très éloignées d'un Dieu infiniment aimant et miséricordieux qui nous aime et veut notre bonheur…
Très rares sont ceux, quoi qu'ils disent, qui croient RELLEMENT que Dieu les aime et veut leur bonheur. (je fais partie des pauvres Chrétiens bancals et peureux mais je suis lucide…)

Nous pouvons donc projeter un Dieu dur, qui va m'envoyer des épreuves purifiantes (et donc si je me convertis vraiment, je vais me retrouver en fauteuil roulant !), un Dieu castrateur (et tous ses impacts sur la sexualité), un Dieu qui me demande de Lui sacrifier mon bonheur, enfin bref un Dieu pervers, un Dieu sadique qui court dans nos inconscients alimentés avec ferveur et assiduité par le prince des ténèbres qui n'a qu'une obsession : nous empêcher de devenir les disciples et les amis du Christ qui a passé sa vie à relever, libérer et guérir, regarder avec amour et compassion toute personne qu'il rencontre...

Donc pour progresser sur ce chemin là cher Kolbe, qui est le chemin de toute vie de foi, acquérir peu à peu dans son coeur une image juste de Dieu afin de vivre "à son image et à sa ressemblance", il s'agit pas à pas de poser des actes de foi, c'est à dire de prier même quand on est dégouté de la prière (c'est à dire : confier au Père son dégoût) et de décider de faire confiance au Père même quand on n'a pas confiance en Lui (c'est à dire : lui confier son manque de confiance).

Je comprends que, avec ce que vous vivez, vous soyez en crise de confiance avec Dieu, on le serait à moins. Parce que c'est là qu'est peut-être LE noeud pour vous. Derrière le noeud relationnel avec Nancy, un noeud spirituel avec Dieu.

De l'image que vous avez de Lui dépend toute votre vie spirituelle et de votre ouverture à la grâce de Dieu qui peu à peu vous fait vivre "à son image et à sa ressemblance", afin de répandre "un grand feu sur la Terre".

Je me permets de vous recommander la lecture de "Dieu est Miséricorde" du Pape François.



En Christ !

Invitée2


Revenir vers « Soutien dans l'épreuve »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 14 invités