Être un "donneur de leçon " ou se taire ?

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Cœuretbonheur
Ædilis
Ædilis
Messages : 23
Inscription : dim. 15 mars 2015, 21:49
Conviction : Catholique

Être un "donneur de leçon " ou se taire ?

Message non lupar Cœuretbonheur » dim. 25 févr. 2018, 0:50

Bonjour à tous !

Je me demandais ce que vous pourriez penser de la situation suivante : être le seul de son entourage à avoir trouvé la foi et voir certains amis se tourner vers le mauvais chemin. Il me semble évident qu'il faudrait tenter de les en éloigner. Cependant, en tant que catholique, je ne suis pas vraiment prise au sérieux, mon avis étant jugé " coincé " ou " gnangnan ". Devrais je donc me taire, au lieu de donner des leçons qu'ils ne désirent sûrement pas où serait ce une erreur que de les laisser se mettre en danger ?

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3650
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Être un " donneur de leçon " ou se taire ?

Message non lupar Kerniou » dim. 25 févr. 2018, 11:32

Surtout, pas de leçons !
Vous savez l'essentiel est le témoignage ! Vous êtes sérieuse et l'on vous trouve coincée et gnangnan ! Laissez les dire ! c'est pénible et désagréable, c'est vrai ! Mais un jour vous rencontrerez un homme qui vous appréciera comme vous êtes !
Moi aussi, j'étais la risée des autres pendant mes études! Vierge et catholique, pensez donc, en mai 68 ! Alors que tous les garçons me proposaient leurs services pour ma débarrasser de ma virginité ! Puis, j'ai rencontré l'homme de ma vie et nous sommes très heureux !
La liberté sexuelle consiste à pouvoir dire OUI ou NON.
A cet égard, Georges Brassens a écrit un très belle et émouvante chanson sur le sujet, je ne me souviens pas exactement des parole mais qui disent : petite, tu as le droit de dire non !
Ce que vous vivez n'est certes pas facile mais vous n'avez pas à brader vos opinions.
Bon courage à vous.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1016
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Être un " donneur de leçon " ou se taire ?

Message non lupar Altior » mar. 27 févr. 2018, 0:21

Devrais je donc me taire, au lieu de donner des leçons qu'ils ne désirent sûrement pas où serait ce une erreur que de les laisser se mettre en danger ?
Il y a six péchés étrangers. Les péchés étrangers sont des péchés qu'on fait en rapport avec les péchés des autres. La liste:

1. Conseiller un autre de pécher;
2. commander à un subalterne de pécher;
3. consentir au péchés de l'autre;
4. louer le péché de l'autre;
5. aider l'autre à accomplir son péché;
6. défendre le péché de l'autre.

On voit bien que «se taire concernant le péché de l'autre» n'est pas dans la liste. Puisque ce qui n'est pas interdit est permis, on peut déduire que vous ne faites aucun péché en ne donnant pas de leçon.

Il reste l'aspect prudentiel. Quand il est bien de donner et quand il est mal de donner des leçons ?

Il est bien de donner des leçons à celui dans lequel il y a un horizon d'attente. Pour dire simple, on parle à ceux qui nous le demandent. Par contre, à ceux qui s'en fichent, voire se moquent de Dieu, je pense que c'est complètement inutile de parler.

Maintenant, une autre question est: lorsqu'on prend la décision de «donner des leçons», c'est-à-dire lorsqu'il y a une chance que la semence tombe sur un terrain fertile, comment faire ? Une règle d'or de l'apologétique nous apprend à partir des choses dans lesquelles notre interlocuteur croit et que nous pouvons partager. Car les gens, même athées, sont des croyants: ils croient en quelque chose. La plupart de ceux qui croient dans l'athéisme croient (ou affirment de le faire) dans la science. Nous pouvons partager cela. Alors, mieux vaut leur donner des arguments scientifiques pour ne pas pécher. En tant que médecin, lorsque je trouve un jeune ayant une vie sexuelle désorganisée (cela arrive souvent) et je trouve la lueur d'une recherche (cela arrive moins souvent...), alors je prends la décision de lui donner un conseil concernant la vertu de la chasteté. Mais mon argument n'est pas du tout: «Dieu le commande», car cela est un argument pour un catholique ou un protestant. Pour un athée, cela ne fonctionne pas. Alors, je lui dis que les conséquences les plus fréquentes et visibles que j'ai pu constater suite à une vie désordonnée sont les infections transmises par voie sexuelle et les grossesses non-désirées.

Lorsque je refuse de donner des ordonnances de contraception, je mets d'habitude en avant non pas «Humanae Vitae», mais l'absurdité médicale de prescrire deux hormones ayant des réactions adverses dangereuses à des jeunes filles en parfait état de santé et de faire cela pendant des années. Dans la plupart des cas, ce que nous appelons «péché» relève de la morale naturelle, avant d'être un commandement de Dieu. Le péché est une absurdité. Lorsque le malheur fait que nous péchions, c'est nous, nous-mêmes ceux qui nous offensons avant d'offenser Dieu. D'ailleurs, c'est justement pour cela que Dieu nous a donné Ses commandements: pas pour Son bien, mais pour le nôtre. Par là il faut commencer tout conseil, à mon avis.

Avatar de l’utilisateur
Fleur de Lys
Censor
Censor
Messages : 89
Inscription : sam. 20 avr. 2013, 9:59
Conviction : en chemin vers le baptême
Localisation : France

Re: Être un " donneur de leçon " ou se taire ?

Message non lupar Fleur de Lys » ven. 02 mars 2018, 15:20

En tant que médecin, lorsque je trouve un jeune ayant une vie sexuelle désorganisée (cela arrive souvent) et je trouve la lueur d'une recherche (cela arrive moins souvent...), alors je prends la décision de lui donner un conseil concernant la vertu de la chasteté.
J'ai eu à rencontrer deux médecins qui ont agit par Foi, ou du moins convictions saines. ils ont sauvé avec la Grâce de Dieu, deux vies.

Que Dieu donne à ceux qui ont la Foi le courage d'en témoigner, sans lourdeur mais avec bienveillance.
Quand ces croyants rayonnent, ça ne laisse pas l'athée indifférent -j'en sais quelque chose.


Revenir vers « Morale et Éthique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités