Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8495
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message non lupar PaxetBonum » ven. 13 oct. 2017, 8:53

Ce texte de famille chrétienne fait un faux procès à ce qu'il considère comme un faux procès.
Comme pour la Dubia ce texte précise clairement :

"Par ses paroles, ses actions et ses omissions, ainsi que dans des passages de l’exhortation Amoris lætitia, Votre Sainteté a soutenu, de manière directe ou indirecte, et a propagé dans l’Eglise aussi bien dans le cadre de sa charge officielle que par des actes privés (en quelle connaissance de cause, nous ne le savons pas et nous ne voulons pas en juger), les propositions fausses et hérétiques suivantes :"

Il s'agit bien de conséquences d'un texte qui laisse porte ouverte à des interprétations possiblement fausses ou hérétiques du fait de son manque de précision. C'est bien tout ce qui fait débat entre nous qui n'y voyons pas la même chose.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Senator
Senator
Messages : 917
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message non lupar prodigal » ven. 13 oct. 2017, 13:01

Cher PaxetBonum,
je ne vous suis pas bien, à moins que je n'ai peur de trop bien vous suivre, c'est selon.
S'agirait-il de reprocher au pape non pas ce qu'il a écrit, mais ce que peut-être on pourrait comprendre en suspectant les intentions cachées de ce qu'il a écrit? Cela ressemble aux pratiques staliniennes!
Mais sans doute voulez-vous dire qu'il s'agit seulement d'éclaircir quelques doutes. La procédure à utiliser est alors celle des dubia, dont nous discutons depuis longtemps déjà, et non celle d'une prétendue "correction fraternelle" qui me semble, excusez-moi car je ne parle pas pour vous, surtout animée par le désir de nuire.
Si donc vraiment on estime que quelque chose n'est pas clair, que l'on pose et repose la question jusqu'à ce que cela le soit.
Cher Guillaume C.,
merci pour cet article très intéressant, et qui démontre bien, en effet, que l'on a affaire à un "procédé parfaitement malhonnête" (je cite).
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Tristan
Censor
Censor
Messages : 68
Inscription : mer. 22 mars 2017, 20:35
Conviction : Catholique

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message non lupar Tristan » ven. 13 oct. 2017, 14:32

Cher PaxetBonum,
je ne vous suis pas bien, à moins que je n'ai peur de trop bien vous suivre, c'est selon.
S'agirait-il de reprocher au pape non pas ce qu'il a écrit, mais ce que peut-être on pourrait comprendre en suspectant les intentions cachées de ce qu'il a écrit? Cela ressemble aux pratiques staliniennes!
Les arguments du Père Michelet sont peu convaincants, un mélange de strawmen, d'arguments d'autorité et d'argumentum ad populum. Je suis persuadé qu'il peut mieux faire.

Sinon Prodigal, je suis étonné que vous ne sachiez pas qu'en droit canon l'accusation d'hérésie, qui n'est justement pas faite dans cette correction filiale, repose également sur le "doute obstiné".
Can. 751 - On appelle hérésie la négation obstinée, après la réception du baptême, d'une vérité qui doit être crue de foi divine et catholique, ou le doute obstiné sur cette vérité;
La volonté papale de ne pas réaffirmer la prohibition divine et absolue concernant la réception de la sainte communion par les personnes civilement divorcées et remariées, est -elle un "doute obstiné" ? La question est ouverte...

Rappelons que le Pape, qui ne peut être jugé canoniquement par personne (d'où la non-accusation dans la correction), a pour mission essentielle de confirmer dans la foi, et non de laisser planer l'ambiguïté et les interprétations contradictoires des évêques sur un sujet fondamental.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8495
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message non lupar PaxetBonum » ven. 13 oct. 2017, 17:33

je ne vous suis pas bien, à moins que je n'ai peur de trop bien vous suivre, c'est selon.
S'agirait-il de reprocher au pape non pas ce qu'il a écrit, mais ce que peut-être on pourrait comprendre en suspectant les intentions cachées de ce qu'il a écrit? Cela ressemble aux pratiques staliniennes!
Bonjour Prodigal,

Ce qui est particulièrement reproché ce n'est pas une arrière pensée du pape (ce qui ne serait pas stalinien mais bien de notre époque politiquement correct) mais l'imprécision qui ouvre à des interprétations pouvant être hérétiques.
Il s'agit peut-être là juste d'un travers de jésuite…
Mais sans doute voulez-vous dire qu'il s'agit seulement d'éclaircir quelques doutes. La procédure à utiliser est alors celle des dubia, dont nous discutons depuis longtemps déjà, et non celle d'une prétendue "correction fraternelle" qui me semble, excusez-moi car je ne parle pas pour vous, surtout animée par le désir de nuire.
Non la correction fraternelle n'est pas faites pour nuire :
"Si ton frère a péché, va et reprends-le entre toi et lui seul. S'il t'écoute, tu as gagné ton frère. Mais, s'il ne t'écoute pas, prends avec toi une ou deux personnes, afin que toute l'affaire se règle sur la déclaration de deux ou de trois témoins. S'il refuse de les écouter, dis-le à l'Eglise; et s'il refuse aussi d'écouter l'Eglise, qu'il soit pour toi comme un païen et un publicain. Je vous le dis en vérité, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel."

Vouloir clarifier n'est pas nuire mais éviter la perdition de certains de nos frères.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Senator
Senator
Messages : 917
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message non lupar prodigal » ven. 13 oct. 2017, 18:11

Mais, cher PaxetBonum, il ne s'agit absolument pas ici de correction fraternelle.
Il ne s'agit pas de parler au frère Jorge Mario Bergoglio, devenu pape sous le nom de François, afin de l'admonester et de le sauver de la perdition. Ce serait d'ailleurs assez indécent.
Il s'agit de le convaincre d'erreur doctrinale, au pire, ou d'imprécisions, au mieux.
S'il s'agit d'imprécisions supposées, il suffit de demander des précisions, ce n'est pas sorcier. Il me semble que cela a été fait, et qu'il n'y a plus vraiment d'imprécisions, mais si ce n'est pas le cas, si certaines consciences hésitent sur le sens à donner à Amoris Laetitia, je ne vois pas pourquoi elles ne poseraient pas respectueusement leurs questions. Personne ne songe à leur interdire, que je sache.
Mais s'il s'agit de convaincre François d'erreur doctrinale, la charge de la preuve incombe évidemment à l'accusation. Et celle-ci doit être étayée sur des citations précises, et pas sur des "imprécisions". Encore cela ne suffirait-il évidemment pas, car c'est celui là même qui a la charge d'enseigner la doctrine qui serait accusé. Il faudrait donc établir que les écrits de François sont en opposition avec le dogme, je dis bien le dogme, et non la discipline. Pour l'instant, l'accusation se borne à constater la différence entre l'enseignement de François et celui de saint Jean-Paul II sur une question de discipline. Or, ce n'est pas le débat, puisque tout le monde est d'accord pour reconnaître cette différence d'approche. Pour faire avancer le débat il faudrait montrer en quoi le changement disciplinaire proposé par Amoris Laetitia résulterait d'une erreur doctrinale. Je vous renvoie à la démonstration du père Michelet : nous en sommes loin!
Quant à la question de savoir si l'on préfère une pratique religieuse d'inspiration janséniste, impliquant la rareté de l'accès au sacrement de l'eucharistie, ou bien jésuite, plus accommodante, elle est bien sûr légitime mais ne relève que de la sensibilité.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Tristan
Censor
Censor
Messages : 68
Inscription : mer. 22 mars 2017, 20:35
Conviction : Catholique

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message non lupar Tristan » ven. 13 oct. 2017, 20:44

Pour faire avancer le débat il faudrait montrer en quoi le changement disciplinaire proposé par Amoris Laetitia résulterait d'une erreur doctrinale. Je vous renvoie à la démonstration du père Michelet : nous en sommes loin!
Quand le Père Michelet a-t-il démontré le caractère caduc/invalide de la prohibition doctrinale approuvée par Saint Jean-Paul II en 1994, et de la déclaration du conseil Pontifical pour les textes législatifs sur la "prohibition divine" et intangible engendrée par le canon 915 ?

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8495
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message non lupar PaxetBonum » ven. 13 oct. 2017, 21:23

Mais, cher PaxetBonum, il ne s'agit absolument pas ici de correction fraternelle.

Mais s'il s'agit de convaincre François d'erreur doctrinale, la charge de la preuve incombe évidemment à l'accusation.
Familiaris consortio leur est clair là où Amoris Laetitia ne l'est pas :

"Les pasteurs doivent savoir que, par amour de la vérité, ils ont l’obligation de bien discerner les diverses situations. Il y a en effet une différence entre ceux qui se sont efforcés avec sincérité de sauver un premier mariage et ont été injustement abandonnés, et ceux qui par une faute grave ont détruit un mariage canoniquement valide. Il y a enfin le cas de ceux qui ont contracté une seconde union en vue de l’éducation de leurs enfants, et qui ont parfois en conscience, la certitude subjective que le mariage précédent, irrémédiablement détruit, n’avait jamais été valide.

Avec le Synode, j’exhorte chaleureusement les pasteurs et la communauté des fidèles dans son ensemble à aider les divorcés remariés. Avec une grande charité, tous feront en sorte qu’ils ne se sentent pas séparés de l’Église, car ils peuvent et même ils doivent, comme baptisés, participer à sa vie. On les invitera à écouter la Parole de Dieu, à assister au Sacrifice de la messe, à persévérer dans la prière, à apporter leur contribution aux oeuvres de charité et aux initiatives de la communauté en faveur de la justice, à élever leurs enfants dans la foi chrétienne, à cultiver l’esprit de pénitence et à en accomplir les actes, afin d’implorer, jour après jour, la grâce de Dieu. Que l’Église prie pour eux, qu’elle les encourage et se montre à leur égard une mère miséricordieuse, et qu’ainsi elle les maintienne dans la foi et l’espérance !

L’Église, cependant, réaffirme sa discipline, fondée sur l’écriture Sainte, selon laquelle elle ne peut admettre à la communion eucharistique les divorcés remariés. Ils se sont rendus eux-mêmes incapables d’y être admis car leur état et leur condition de vie est en contradiction objective avec la communion d’amour entre le Christ et l’Église, telle qu’elle s’exprime et est rendue présente dans l’Eucharistie. Il y a par ailleurs un autre motif pastoral particulier : si l’on admettait ces personnes à l’Eucharistie, les fidèles seraient induits en erreur et comprendraient mal la doctrine de l’Église concernant l’indissolubilité du mariage.

La réconciliation par le sacrement de pénitence - qui ouvrirait la voie au sacrement de l’Eucharistie - ne peut être accordée qu’à ceux qui se sont repentis d’avoir violé le signe de l’Alliance et de la fidélité au Christ, et sont sincèrement disposés à une forme de vie qui ne soit plus en contradiction avec l’indissolubilité du mariage.« En France, le Catéchisme pour adultes paru en 1991 reprend cet enseignement (§ 603) et, de façon plus développée, un document de 1992, intitulé »Les divorcés remariés dans la communauté chrétienne« et émanant de la Commission Familiale de l’épiscopat. Sont tout spécialement à lire les chapitres 3 ( »la conscience et sa formation« ), 4 ( »Appelés à la conversion« ) et 5 ( »Note canonique« ) : »Contrairement à une opinion assez répandue, les divorcés remariés ne sont pas exclus de l’Église ; ils ne font pas l’objet de la sanction pénale d’excommunication, laquelle d’ailleurs est toujours un appel à la conversion.

Mais en même temps, leur état de vie provenant d’un nouveau lien, en contraste avec le lien conjugal précédent qui n’est pas rompu, ne correspond pas à l’enseignement de l’écriture. Sur ce point précis, une telle situation n’est plus pleinement signe de l’amour indéfectible du Christ pour son Église.

Familiaris Consortio explicite bien qu'admettre à la communion des divorcés remariés est contraire aux écritures.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Senator
Senator
Messages : 917
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message non lupar prodigal » ven. 13 oct. 2017, 23:26

Non, Familiaris Consortio n'explique pas qu'admettre des divorcés remariés à la communion est contraire aux écritures, mais l'affirme seulement.
Ce qui est conforme aux écritures, c'est l'indissolubilité du mariage, qui n'est contestée par personne.
De même que personne ne conteste la différence d'approche entre Familiaris Consortio et Amoris Laetitia. Les deux textes ont une dimension pastorale, mais là où le premier songe d'abord à éviter le scandale (je cite : "les fidèles comprendraient mal") le second songe à préserver la vie spirituelle des fidèles en situation irrégulière.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
archi
Prætor
Prætor
Messages : 1653
Inscription : jeu. 22 mai 2008, 14:57

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message non lupar archi » sam. 14 oct. 2017, 7:26

Non, Familiaris Consortio n'explique pas qu'admettre des divorcés remariés à la communion est contraire aux écritures, mais l'affirme seulement.
Ce qui est conforme aux écritures, c'est l'indissolubilité du mariage, qui n'est contestée par personne.
De même que personne ne conteste la différence d'approche entre Familiaris Consortio et Amoris Laetitia. Les deux textes ont une dimension pastorale, mais là où le premier songe d'abord à éviter le scandale (je cite : "les fidèles comprendraient mal") le second songe à préserver la vie spirituelle des fidèles en situation irrégulière.
Je suis globalement d'accord avec votre point de vue, sur ce point et sur la question du fil en général.

Mais il faut quand même constater que l'ambigüité d'Amoris Laetitia crée une grande pagaille, aussi bien chez les conservateurs qui ne comprennent pas comment le changement de perspective peut s'accorder avec la doctrine (et avec la façon dont elle a été présentée les dernières décennies), que chez les plus libéraux qui espéraient une autorisation claire de donner la communion aux divorcés-remariés plutôt qu'un texte ambigü tentant de ménager la chèvre et le chou - je suis tombé plusieurs fois sur des textes émanant de clercs s'auto-identifiant comme libéraux, qui tenaient ce discours. De plus, qu'est-ce-qui est autorisé, une exemption dans certains cas pour les parties victimes du divorce ou bien les portes grandes ouvertes pour la communion de n'importe qui, y compris les authentiques adultères (vrais pécheurs mortels) qui viennent d'envoyer balader leur conjoint au profit d'un nouveau plus séduisant?

Toute cette ambigüité est en train de détruire l'Eglise.

Le devoir du Pape est de répondre aux doutes légitimes de ceux qui les lui présentent. Puisqu'il a refusé de le faire, il ne faut pas s'étonner que les accusations d'hérésie se répandent (bien ou mal formulées, peu importe à vrai dire). Il en porte la pleine responsabilité.

Il est urgent qu'il réponde aux dubia, et ce de façon doctrinale - et s'il ne se sent pas la compétence dogmatique pour le faire, rien ne l'empêche de se faire assister de théologiens compétents, comme p.ex le Card. Schönborn dont il a déjà vanté la compétence en la matière.

Sinon, je crains le pire pour l'unité de l'Eglise.

In Xto,
archi.
Nous qui dans ce mystère, représentons les chérubins,
Et chantons l'hymne trois fois sainte à la vivifiante Trinité.
Déposons maintenant tous les soucis de ce monde.

Pour recevoir le Roi de toutes choses, Invisiblement escorté des choeurs angéliques.
Alléluia, alléluia, alléluia.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8495
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message non lupar PaxetBonum » sam. 14 oct. 2017, 8:30

Les deux textes ont une dimension pastorale, mais là où le premier songe d'abord à éviter le scandale (je cite : "les fidèles comprendraient mal") le second songe à préserver la vie spirituelle des fidèles en situation irrégulière.
Cher Prodigal,

Je ne suis pas d'accord sur ce point, Familaris Consortio songeait parfaitement à le vie spirituelle des fidèles en situation peccamineuse :

"Avec le Synode, j’exhorte chaleureusement les pasteurs et la communauté des fidèles dans son ensemble à aider les divorcés remariés. Avec une grande charité, tous feront en sorte qu’ils ne se sentent pas séparés de l’Église, car ils peuvent et même ils doivent, comme baptisés, participer à sa vie. On les invitera à écouter la Parole de Dieu, à assister au Sacrifice de la messe, à persévérer dans la prière, à apporter leur contribution aux oeuvres de charité et aux initiatives de la communauté en faveur de la justice, à élever leurs enfants dans la foi chrétienne, à cultiver l’esprit de pénitence et à en accomplir les actes, afin d’implorer, jour après jour, la grâce de Dieu. Que l’Église prie pour eux, qu’elle les encourage et se montre à leur égard une mère miséricordieuse, et qu’ainsi elle les maintienne dans la foi et l’espérance !"

La rupture est au niveau des sacrements et excusez du peu.
Ces 2 approches sont irréconciliables.
Dernière édition par PaxetBonum le sam. 14 oct. 2017, 8:34, édité 1 fois.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8495
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message non lupar PaxetBonum » sam. 14 oct. 2017, 8:33

Toute cette ambigüité est en train de détruire l'Eglise.

Le devoir du Pape est de répondre aux doutes légitimes de ceux qui les lui présentent. Puisqu'il a refusé de le faire, il ne faut pas s'étonner que les accusations d'hérésie se répandent (bien ou mal formulées, peu importe à vrai dire). Il en porte la pleine responsabilité.

Il est urgent qu'il réponde aux dubia, et ce de façon doctrinale - et s'il ne se sent pas la compétence dogmatique pour le faire, rien ne l'empêche de se faire assister de théologiens compétents, comme p.ex le Card. Schönborn dont il a déjà vanté la compétence en la matière.

Sinon, je crains le pire pour l'unité de l'Eglise.
Tout à fait d'accord avec Archi
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Tristan
Censor
Censor
Messages : 68
Inscription : mer. 22 mars 2017, 20:35
Conviction : Catholique

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message non lupar Tristan » sam. 14 oct. 2017, 12:01

Toute cette ambigüité est en train de détruire l'Eglise.

Le devoir du Pape est de répondre aux doutes légitimes de ceux qui les lui présentent. Puisqu'il a refusé de le faire, il ne faut pas s'étonner que les accusations d'hérésie se répandent (bien ou mal formulées, peu importe à vrai dire). Il en porte la pleine responsabilité.

Il est urgent qu'il réponde aux dubia, et ce de façon doctrinale - et s'il ne se sent pas la compétence dogmatique pour le faire, rien ne l'empêche de se faire assister de théologiens compétents, comme p.ex le Card. Schönborn dont il a déjà vanté la compétence en la matière.

Sinon, je crains le pire pour l'unité de l'Eglise.
A) Il sait parfaitement que s'il sort de l'ambiguïté, son pontificat est un échec... Dans tous les cas, il donne une réponse "rigide" (possibilité logique ou impossibilité logique) alors que son succès populaire et médiatique vient de son assertion qu'il ne peut jamais y avoir de réponse "rigide".
A1) S'il réaffirme explicitement la prohibition divine, les "libéraux"/relativistes sont furieux et le lâchent instantanément.
A2) S'il affirme explicitement la possibilité dans certains cas, alors il doit contredire la doctrine (CDF 1994) et le droit canon (915, CPTL 2000), qui soutiennent explicitement le contraire.
A2a) C'est un casus belli pour de nombreux cardinaux et évêques. Pensez à la position du Cardinal Müller ("pas un même un Ange ne peut contredire cette prohibition"), aux évêques africains, à l'archevêque Chaput, etc.
A2b) Cette contradiction explicite et officielle de la doctrine a souvent été pensée par plusieurs Docteurs de l'Eglise comme une renonciation de fait à la charge pontificale. En clair, il sera immanquablement accusé d'avoir démissionné de facto et de jure en soutenant obstinément une opinion exactement contraire au Magistère. Même si (par pure hypothèse de travail) François a raison sur le fond, il provoque un nouveau "Grand Schisme", alors qu'il est censé d'abord "confirmer ses frères dans la foi".
A3) Pour contourner la position A2) il peut soutenir (cumulativement ou indépendamment) :
A3a) que la doctrine peut se contredire pour s'adapter au monde moderne occidental (cf. sa récente déclaration sur la peine de mort). Ce faisant, il contredit explicitement Vatican I et Vatican II. Et cela signifie que le prochain pape pourra le contredire dans 6 mois en affirmant le contraire
A3b) qu'en théologie, parfois 2+2=5. C'est la position explicite de son conseiller le Père Spadaro SJ. Mais alors c'est l'arbitraire pur, la raison est abolie, et il n'y a même plus besoin d'argument pour changer tout et n'importe quoi (y compris le présupposé illogique de base).

B) Il ne sort pas de l'ambiguïté, son pontificat est aussi un échec...
B1) Certains "libéraux"-relativistes lui reprocheront d'avoir fait preuve de trop de prudence et de laisser la possibilité au prochain Pape de le contredire définitivement et de ruiner ce qu'ils considèrent comme une avancée.
B2) Les "conservateurs" peuvent continuer à soutenir qu'Amoris Laetitia ne peut qu'être lue en continuité avec Familiaris Consortio 84 et ne permet en aucun cas de contredire l'interprétation définitive de saint Jean-Paul II dans CDF 1994, et la prohibition divine du canon 915.

En clair, qu'il bouge ou qu'il ne bouge pas, c'est paumé.
Dernière édition par Tristan le sam. 14 oct. 2017, 12:16, édité 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Senator
Senator
Messages : 917
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message non lupar prodigal » sam. 14 oct. 2017, 12:07

Chers Archi et PaxetBonum,
comme vous pouvez le constater, dès les premières lignes de ce fil j'ai souhaité comme vous qu'il soit fait réponse aux dubia. Nous sommes donc parfaitement d'accord sur ce point.
Ceci dit, l'ambiguïté ne me paraît pas si grande que vous le pensez, si toutefois on s'en tient au texte d'Amoris Laetitia. Il est clair, très clair, que le pape ne veut pas d'un légalisme strict, qui établirait un barème de péché, et donc il est vain d'attendre cela de lui. Mais une explication doctrinale contribuerait beaucoup à faciliter le discernement des directeurs, j'en conviens tout à fait.
Convenez cependant pour votre part que l'ambiguïté tient beaucoup plus à la situation de fait, que vous pouvez nommer post-conciliaire si jamais vous le souhaitez, parce que cela me semble bien en effet être le cas, donc à quelque chose que n'a absolument pas créé le pape François.
Cher PaxetBonum,
juste un mot en ce qui concerne l'exclusion des personnes dont nous parlons. Je sais bien qu'elles ne sont pas exclues au sens où elles seraient bannies et où tout chrétien devrait leur cracher au visage. Mais l'Eglise leur dit qu'elles seront damnées si elles suivent la voix de leur conscience! Et cela, c'est exclure. Les francs-maçons, par exemple, sont-ils exclus ou pas de l'Eglise?
Pour comprendre qu'il est impossible de ne pas vivre le discours antérieur de l'Eglise comme une contradiction, réfléchissez si vous voulez bien à ceci, par exemple. Comment dire à la même personne qu'elle doit quitter ses enfants ou ceux dont elle a la charge pour retourner à son premier conjoint, et qu'elle doit en même temps les éduquer à la foi chrétienne?
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8495
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message non lupar PaxetBonum » sam. 14 oct. 2017, 16:27

Les francs-maçons, par exemple, sont-ils exclus ou pas de l'Eglise?
Cher Prodigal,

A ma connaissance oui.
Pour comprendre qu'il est impossible de ne pas vivre le discours antérieur de l'Eglise comme une contradiction, réfléchissez si vous voulez bien à ceci, par exemple. Comment dire à la même personne qu'elle doit quitter ses enfants ou ceux dont elle a la charge pour retourner à son premier conjoint, et qu'elle doit en même temps les éduquer à la foi chrétienne?
Non, il faut leur dire comme le signifiait avec précision Familaris Consortio : " Que l’Église prie pour eux, qu’elle les encourage et se montre à leur égard une mère miséricordieuse, et qu’ainsi elle les maintienne dans la foi et l’espérance !"
Cela veut dire que leur situation est contraire aux enseignements de Notre Seigneur et de son Eglise.
Qu'en restant ainsi ils se mettent hors de la communion sacramentelle de l'Eglise.
Ils ne sont pas exclues, ils se sont exclues eux-mêmes comme je le fait si souvent en péchant moi-même…

Leur situation semble insoluble effectivement et ne pas rajouter un mal au mal est une évidence.
Au problème particulier que vous soulevez, la solution est unique : vivre en frère et sœur avec leur concubin actuel.
Si ils ne veulent pas ?
Ils on fait leur choix et son encouragés à poursuivre au sein de l'Eglise qui ne manque pas d'espérance pour eux et élever leurs enfants dans la Foi.

Notre Saint Père a choisi d'apporter la confusion dans l'esprit des gens et c'est un grand dommage.
Tout était limpide avant qu'il ne créé ce chaos dont l'Eglise ne se relèvera pas sans graves dommages et qui précipitera encore plus d'âmes en enfer en toute bonne conscience…
Kyrie Eleison !
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Senator
Senator
Messages : 917
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message non lupar prodigal » sam. 14 oct. 2017, 17:32

PaxetBonum Notre Saint Père a choisi d'apporter la confusion dans l'esprit des gens et c'est un grand dommage.
Cher PaxetBonum,
je préfère ne pas souligner les absurdités de ce que vous préconisez, cela nous ferait mal à tous les deux, et j'ai déjà choqué Cendrine en esquissant un pas dans cette direction. Après tout, ce forum n'est pas fait pour qu'on se livre à la satire. Si cela vous intéresse quand même, faites un effort d'imagination en pensant au lit conjugal de nos "frère et soeur" avec un mur au milieu, entre autres gauloiseries qui ne seraient pas du meilleur goût.
Mais restons sérieux. Bien sûr que non, le Saint-Père n'a pas apporté la confusion! En pratique, c'est on ne peut plus simple. Vous parlez à votre confesseur de votre situation, et il vous dit ce que vous devez faire pour agir au mieux. C'est conforme à la pratique de la direction de conscience selon la tradition.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté


Revenir vers « Morale et Éthique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invités