La fécondation « in vitro »

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2890
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: La fécondation « in vitro »

Message non lu par ti'hamo » mar. 18 mai 2010, 11:31

@ Sofia
Ah. Et bien, si un technicien peut se substituer soit à un membre du couple, soit au couple tout entier, cela revient à dire que cet acte est un acte technique, et qu'il n'a pas en lui-même de signification particulière.

Je ne sais pas, disons... imaginez une épouse qui ait des problèmes de frigidité. Qu'un ami ou une personne de confiance les conseille sur l'état d'esprit à cultiver et la tendresse physique à développer progressivement pour essayer de lui faire passer cette barrière, qu'ils suivent une thérapie pour surmonter ce problème et lui trouver une solution, que cette femme même suive un traitement pour peu que son trouble soit lié à un autre qui puisse se traiter à la fois par psychothérapie et médicaments,
tout cela constitue une aide au couple.

Si maintenant je propose à l'époux de me confier son épouse pour que, moi, je la caresse et je lui apprenne à faire naître en elle le désir et à ne pas se bloquer, j'ai comme dans l'idée que ça risque de coincer un peu, non ?
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
Bip1
Barbarus
Barbarus

Re: Insémination Artificielle (IA)

Message non lu par Bip1 » mer. 18 mai 2011, 17:00

Bonjour à tous

A propos de la fécondation artificielle hétérologue ( c'est à dire avec donneur ) , j'ai lu ci-dessus :

Le respect de l'unité du mariage et de la fidélité conjugale exige que l'enfant soit conçu dans le mariage ; le lien entre les conjoints attribue aux époux, de manière objective et inaliénable, le droit exclusif à ne devenir père et mère que l'un par l'autre. Le recours aux gamètes d'une tierce personne, pour disposer du sperme ou de l'ovule, constitue une violation de l'engagement réciproque des époux et un manquement grave à l'unité, propriété essentielle du mariage.

Je ne comprends pas bien de quelle nature est cette "violation de l'engagement réciproque ... "
Ce qui me gêne aussi , c'est que cela pourrait aussi s'appliquer , dans une large mesure , aux enfants adoptés .

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2890
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Insémination Artificielle (IA)

Message non lu par ti'hamo » mer. 18 mai 2011, 21:35

Non, parce que l'enfant adopté n'est pas conçu pour être adopté. Il est là, tout seul, et l'adoption vient pallier au manque de ses parents (soit qu'ils soient morts, soit qu'ils soit impossible pour eux de l'élever).
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
mike.adoo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1323
Inscription : sam. 08 mai 2010, 11:37

Re: Insémination Artificielle (IA)

Message non lu par mike.adoo » jeu. 19 mai 2011, 9:34

ti'hamo a écrit :Non, parce que l'enfant adopté n'est pas conçu pour être adopté. Il est là, tout seul, et l'adoption vient pallier au manque de ses parents (soit qu'ils soient morts, soit qu'ils soit impossible pour eux de l'élever).
Merci ti'hamo pour cet éclairage ; Mais qu'en est-il de la "violation de l'engagement réciproque ... " ?
Ma question n'est pas innocente car j'ai vécu presque tous les cas de figure dans mon couple ou dans le cadre familial .
Je ne me souviens pas , lors de notre engagement réciproque , d'avoir fait une quelconque allusion à l'infertilité éventuelle du couple .

Avatar de l’utilisateur
cath1250
Censor
Censor
Messages : 166
Inscription : mar. 15 févr. 2011, 9:47
Localisation : belgique

Re: Insémination Artificielle (IA)

Message non lu par cath1250 » jeu. 19 mai 2011, 17:20

ben, faut une troisième personne pour avoir le bébé, je suppose que c'est là la raison. Même si on n'a pas de relation sexuelle avec cette personne.
En ce qui concerne l'adoption, les parents sont "à égalité" devant cet enfant, aucun des deux n'a transmis ses gênes à l'enfant adopté.
Quand je parlerais les langues des hommes et celles des anges, si je n'ai pas l'amour je ne suis qu'une pièce de bronze qui résonne, qu'une cymbale qui retentit...
...L'amour est patient ; l'amour est plein de bonté. L'amour n'est point envieux ; il n'est pas présomptueux, il ne s'enfle pas d'orgueil. Il ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s'aigrit pas ; il ne soupçonne point le mal. Il ne se réjouit pas de l'injustice, mais il met sa joie dans la vérité. Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout....

Avatar de l’utilisateur
stephlorant
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1753
Inscription : sam. 12 mars 2011, 21:09

Re: Insémination Artificielle (IA)

Message non lu par stephlorant » jeu. 19 mai 2011, 17:39

Dúbida a écrit :Bonjour à tous :>
Bon sang, mais c'est ... bien sûr : Dùbida, qui met toujours son accent à l'envers - mais comment fais-tu ? - et qui enquête sur les IA (Intelligence artificielles)... Non ? Oui, mais tout de même, les gambettes artificielles, çà peut aider, non ?

Okay, Mike, j'ai compris, je me casse !

:p :p :p :p
In manus tuas, Domine, commendo spiritum meum
http://www.youtube.com/watch?v=WDV94Iti5ic&feature=related (Philippe Herreweghe)

ami de la Miséricorde
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3171
Inscription : jeu. 15 juin 2006, 15:17
Contact :

Position de l'Eglise Catholique sur la FIV

Message non lu par ami de la Miséricorde » ven. 12 août 2011, 21:21

Voir ci-après la vidéo de l'Abbé Pagès

http://www.dailymotion.com/video/xkhxxj ... vitro_news

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde

Bénédictions
Censor
Censor
Messages : 194
Inscription : mer. 12 mars 2014, 16:21
Conviction : Chrétien indépendant, non catholique

Les FIV

Message non lu par Bénédictions » dim. 15 févr. 2015, 22:57

Pourquoi l'Église catholique les autorise ?
Dernière modification par Nanimo le lun. 16 févr. 2015, 13:51, modifié 1 fois.
Raison : Maj. à Église (dans le sens de l'Église du Christ et non pas le bâtiment)

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7144
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Les FIV

Message non lu par Anne » lun. 16 févr. 2015, 1:44

L'Église nuance...
LES NOUVEAUX PROBLEMES CONCERNANT LA PROCREATION

11. A la lumière des principes mentionnés ci-dessus, il s’avère nécessaire d’examiner maintenant certains problèmes relatifs à la procréation, et qui se sont mieux dessinés au cours des années qui ont suivi la publication de l’Instruction Donum vitae.

Les techniques d’aide à la fertilité

12. En ce qui concerne le traitement de l’infertilité, les nouvelles technologies médicales doivent respecter trois valeurs fondamentales: a) le droit à la vie et à l’intégrité physique de tout être humain depuis la conception jusqu’à la mort naturelle ; b) l’unité du mariage qui implique le respect mutuel du droit des conjoints à devenir père et mère seulement l’un à travers l’autre[19] ; c) les valeurs spécifiquement humaines de la sexualité, qui «exigent que la procréation d’une personne humaine doit être poursuivie comme le fruit de l’acte conjugal spécifique de l’amour des époux »[20]. Les techniques qui apparaissent comme une aide à la procréation « ne sont pas à rejeter parce qu’artificielles. Comme telles, elles témoignent des possibilités de l’art médical. Mais elles sont à évaluer moralement par référence à la dignité de la personne humaine, appelée à réaliser sa vocation divine au don de l’amour et au don de la vie »[21].

A la lumière de ce critère, sont à exclure toutes les techniques de fécondation hétérologue[22] et celles de fécondation artificielle homologue[23] qui se substituent à l’acte conjugal. En revanche, sont permises les techniques qui sont comme une aide à l’acte conjugal et à sa fécondité. L’Instruction Donum vitae s’exprime en ces termes : «Le médecin est au service des gens et de la procréation humaine: il n’a pas le droit de disposer d’elles ni de décider à leur sujet. L’intervention médicale est respectueuse de la dignité des personnes quand elle vise à aider l’acte conjugal, pour en faciliter l’accomplissement, soit pour lui permettre d’atteindre sa fin une fois qu’il a été accompli normalement »[24]. Concernant l’insémination artificielle homologue, elle affirme: « l’insémination artificielle homologue à l’intérieur du mariage ne peut être admise, sauf dans le cas où le moyen technique ne se substitue pas à l’acte conjugal, mais apparaît comme une facilité et une aide afin que celui-ci rejoigne sa fin naturelle »[25].

13. Les techniques visant à l’élimination des obstacles à la fécondité naturelle, telles que le traitement hormonal de l’infertilité d’origine gonadique, le traitement chirurgical de l’endométriose, la désobstruction des trompes ou la restauration microchirurgicale de leur perméabilité, sont quant à elles licites. Elles peuvent être considérées comme de véritables thérapies, dans la mesure où, une fois résolu le problème qui est à l’origine de la stérilité, le couple peut accomplir les actes matrimoniaux dans le but de la procréation, sans que le médecin interfère directement dans l’acte conjugal en tant que tel. Aucune de ces techniques ne remplace l’acte conjugal, qui reste la seule digne d’une procréation responsable.

Afin de répondre au désir de nombreux couples stériles d’avoir un enfant, il serait également souhaitable d’encourager, de promouvoir et de faciliter, avec des mesures législatives appropriées, la procédure d’adoption des nombreux enfants orphelins qui ont besoin d’un foyer domestique pour leur adéquate croissance humaine.

Enfin, il est à signaler que les recherches et les investissements consacrés à la prévention de la stérilité, méritent d’être encouragés. Une partie non négligeable des cas d’infécondité qui se présentent aujourd’hui au médecin, chez la femme comme chez l’homme, pourraient en fait être évités, si la vertu de chasteté était vécue plus fidèlement, si les sujets adoptaient un style de vie plus sain, et si les facteurs de risque aux niveaux professionnel, alimentaire, pharmacologique et écologique étaient éliminés.

Fécondation in vitro et destruction délibérée des embryons

14. L’Instruction Donum vitae avait déjà fait observer que la fécondation in vitro implique l’élimination volontairement acceptée d’un nombre conséquent d’embryons[26]. Certains pensaient que cela était dû à une technique encore imparfaite. L’expérience a montré, au contraire, que toutes les techniques de fécondation in vitro se déroulent en réalité comme si l’embryon humain était un simple amas de cellules qui sont utilisées, sélectionnées ou écartées.

Certes, environ le tiers des femmes qui ont recours à la procréation artificielle parviennent à avoir un enfant. Cependant, compte tenu du rapport entre le nombre total d’embryons produits et ceux effectivement nés, le nombre d’embryons sacrifiés reste très élevé[27]. Ces pertes sont acceptées par les spécialistes des techniques de fécondation in vitro comme le prix à payer pour obtenir des résultats concluants. Il est très préoccupant de voir qu’en ce domaine, la recherche ne semble pas porter un réel intérêt au droit à la vie de chaque embryon, mais vise surtout à obtenir de meilleurs résultats en termes de pourcentage d’enfants nés par rapport aux femmes qui initient un traitement.

15. On objecte souvent que ces pertes d’embryons ont lieu dans la plupart des cas de manière non délibérée ou même contre la volonté des parents et des médecins. On affirme qu’il s’agit de risques qui ne sont pas très différents de ceux liés au processus naturel de la génération et que vouloir engendrer la vie sans courir aucun risque reviendrait en pratique à s’abstenir de la transmettre. Certes, toutes les pertes d’embryons dans la procréation in vitro ne sont pas liées au même titre à la volonté des parties prenantes. Mais il s’avère que, dans de nombreux cas, l’abandon, la destruction ou les pertes d’embryons sont prévus et voulus.

Les embryons produits in vitro qui présentent des défauts sont systématiquement écartés. De plus en plus de couples non stériles recourent aux techniques de procréation artificielle dans le seul but d’opérer une sélection génétique de leurs enfants. La pratique courante désormais dans de nombreux pays est de stimuler l’ovulation pour obtenir un grand nombre d’ovocytes qui sont alors fécondés. Un certain nombre parmi les embryons ainsi obtenus sont transférés dans l’utérus, tandis que les autres sont congelés pour d’éventuelles interventions reproductives futures. La finalité du transfert multiple est de garantir, dans la mesure du possible, l’implantation d’au moins un embryon. Pour atteindre cet objectif, on implante un nombre d’embryons plus grand que le nombre d’enfants désiré, en prévoyant que certains seront perdus et que l’on évitera dans tous les cas, une grossesse multiple. Ainsi, la technique de transfert comporte en réalité un traitement purement instrumental des embryons. Ni la déontologie professionnelle commune, ni les autorités sanitaires n’admettraient, dans aucun autre domaine de la médecine, une technique comportant un taux global aussi élevé d’insuccès et de pertes. Les techniques de fécondation in vitro en fait sont acceptées, car on présuppose que l’embryon ne mérite pas, ici, un plein respect dans la mesure où il entre en concurrence avec un désir qu’il faut satisfaire.

Cette triste réalité, souvent passée sous silence, est tout à fait regrettable, car « même les diverses techniques de reproduction artificielle, qui sembleraient être au service de la vie et qui sont des pratiques comportant assez souvent cette intention, ouvrent en réalité la porte à de nouveaux attentats contre la vie »[28].

16. L’Eglise considère aussi comme inacceptable au plan éthique la dissociation de la procréation du contexte intégralement personnel de l’acte conjugal [29]: la procréation humaine est un acte personnel du couple homme-femme qui n’admet aucune forme de délégation substitutive. L’acceptation tranquille du taux très élevé d’avortement que comportent les techniques de fécondation in vitro démontre de manière éloquente que la substitution de l’acte conjugal par une procédure technique - outre sa non-conformité au respect dû à la procréation, laquelle n’est pas réductible à la seule dimension de reproduction - contribue à affaiblir la conscience du respect dû à tout être humain. La reconnaissance de ce respect est au contraire favorisée par l’intimité des époux, animée par l’amour conjugal.

L’Eglise reconnaît la légitimité du désir d’avoir un enfant, et comprend les souffrances des conjoints éprouvés par des problèmes d’infertilité. Ce désir ne peut cependant passer avant la dignité de la vie humaine, au point de la supplanter. Le désir d’un enfant ne peut justifier sa «production», de même que celui de ne pas en concevoir ne saurait en justifier l’abandon ou la destruction.

En fait, on a l’impression que certains chercheurs, dépourvus de toute référence éthique et conscients du potentiel inhérent au progrès technologique, cèdent à la logique des seuls désirs subjectifs[30] et à la pression financière, particulièrement forte en ce domaine. Face à l’instrumentalisation de l’être humain au stade embryonnaire, il faut réaffirmer que « l'amour de Dieu ne fait pas de différence entre celui qui vient d'être conçu et se trouve encore dans le sein de sa mère, et l'enfant, ou le jeune, ou bien encore l'homme mûr ou âgé. Il ne fait pas de différence, car en chacun d'eux il voit l'empreinte de sa propre image et ressemblance […] C'est pourquoi le Magistère de l'Eglise a constamment proclamé le caractère sacré et inviolable de chaque vie humaine, de sa conception jusqu'à son terme naturel » [31].
Source : Dignitas Personae
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Thurar et 3 invités