Sujets immoraux en classe

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
françois67
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1389
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 14:37

Sujets immoraux en classe

Message non lupar françois67 » jeu. 24 avr. 2014, 6:39

Bonjour,
Tout récemment, j'ai dû assister à des cours traitant du sujet des vulgarités et des jurons. Lorsqu'il était question des jurons religieux et de ceux sexuels très grossiers, quelle aurait dû être mon attitude? Cela se trouve-t'il pécammineux que d'assister à de tels cours?
Cela offre une certaine similarité, donc voici la réponse qu'un prêtre m'a donné lorsque je lui ai demandé quel devait être le comportement d'un chrétien lorsqu'il se trouve, avec des amis/des collègues et ainsi de suite, confronté à des conversations sacrilèges et/ou sexuellement inappropriées. Il me fut répondu que s'il ne devait encourager de telles paroles, le chrétien était fait pour vivre en paix avec son entourage, ses relations sociales, et qu'il ne devait pas être scandalisé.
Qu'en pensez-vous?
Bien à vous.
Avertissement: j'ai sur ce forum peut-être exprimé des avis contraires à la position de l'Église, et /ou de sa sainte Tradition, et/ou à l'avis qui se doit d'être celui d'un vrai chrétien catholique: ne me prenez donc en RÉFÉRENCE POUR RIEN. Ne soyez pas victimes de scandale. Que mon exemple soit rejeté et en aucun cas suivi. Si vous trouvez un endroit où une de mes interventions serait au moins douteuse, si ce n'est pire, faites-en moi part, notamment par mp. Je m'excuse profondément.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8759
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Sujets immoraux en classe

Message non lupar PaxetBonum » jeu. 24 avr. 2014, 8:32

Il s'agissait là d'un cours, une étude des jurons pas d'une volonté d'injurier.
Si ce cours était respectueux dans son étude du caractère offensant des injures et de la juste souffrance de ceux qui les reçoivent alors il n'y avait pas à s'offusquer.
Sinon il fallait exprimer votre malaise.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
françois67
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1389
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 14:37

Re: Sujets immoraux en classe

Message non lupar françois67 » jeu. 24 avr. 2014, 16:50

Cela mêlait de fait les deux aspects que vous décrivez. De quelle façon aurais-je dû exprimer un malaise concrètement? Il s'agissait d'une étude de la diversité de leurs usages, de ce qu'ils disent sur notre mentalité, mais bien souvent il y avait un goût malsain pour jouir de transgresser, d'en faire usage, d'être "provoc".
Bien à vous.
P.S.: je vous remercie cher Paxet pour votre engagement, votre contribution, votre ardeur à essayer de venir en aide à ceux qui cherchent de l'assistance sur ce forum. Vous en êtes un joyau. Merci sincèrement.
Avertissement: j'ai sur ce forum peut-être exprimé des avis contraires à la position de l'Église, et /ou de sa sainte Tradition, et/ou à l'avis qui se doit d'être celui d'un vrai chrétien catholique: ne me prenez donc en RÉFÉRENCE POUR RIEN. Ne soyez pas victimes de scandale. Que mon exemple soit rejeté et en aucun cas suivi. Si vous trouvez un endroit où une de mes interventions serait au moins douteuse, si ce n'est pire, faites-en moi part, notamment par mp. Je m'excuse profondément.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8759
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Sujets immoraux en classe

Message non lupar PaxetBonum » jeu. 24 avr. 2014, 17:25

Je pense qu'il fallait dire que l'on peut étudier ceux qui les prononcent, leurs motivations… et insister sur la nécessité de penser à ceux qui en font les frais. L'injure est toujours là pour blesser l'autre. On le blesse sur ce qui lui tient à cœur, sur ce qui le rend sensible.
Pour moi il était très important d'appeler le regard sur la victime des injures.


Quant à vos compliments je vous en remercie, même si ils sont bien peu mérités.
Mais même le serviteur inutile trouve parfois son utilité dans les mains du Seigneur.
Deo Gratias !
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
françois67
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1389
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 14:37

Re: Sujets immoraux en classe

Message non lupar françois67 » jeu. 24 avr. 2014, 19:06

Bonjour,
Il était plutôt question des jurons exclamatifs, comme "merde" mais bien sûr, cela ne s'est pas du tout limité à celui-là, il fut parlé de ceux bien plus grossiers sexuellement et de ceux sacrilèges.
Avertissement: j'ai sur ce forum peut-être exprimé des avis contraires à la position de l'Église, et /ou de sa sainte Tradition, et/ou à l'avis qui se doit d'être celui d'un vrai chrétien catholique: ne me prenez donc en RÉFÉRENCE POUR RIEN. Ne soyez pas victimes de scandale. Que mon exemple soit rejeté et en aucun cas suivi. Si vous trouvez un endroit où une de mes interventions serait au moins douteuse, si ce n'est pire, faites-en moi part, notamment par mp. Je m'excuse profondément.

Avatar de l’utilisateur
françois67
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1389
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 14:37

Re: Sujets immoraux en classe

Message non lupar françois67 » mer. 30 avr. 2014, 4:22

Bonjour,
Je me sens assez mal à l'aise dans ma classe. Le professeur, bien qu'incontestablement de façon assez impressionnante très cultivé et intelligent, se trouve être très provocateur. Il se déclare comme un ancien catholique "en rétablissement" et heurte de fait souvent ma sensibilité. J'ai déjà sur ce forum fait état du texte néo-païen par exemple. Non seulement fait-il usage de jurons sacrilèges, mais de plus, il est souvent en classe question de sujets très borderline. Par exemple, quand il parle d'homosexuels cachés, il fait référence en partie du moins aux prêtres, comme si les prêtres étaient davantage concernés que les autres catégories de la population, conception commune fausse, ce qui a été montré pour la pédophilie. Il se montre relativiste en quelque sorte je dirais et surtout antichrétien. Parfois, un membre de la classe ou le professeur lui-même fait des remarques perverses ou sacrilèges. Je me demande si je suis moralement responsable d'une certaine manière. Cela constitue-t'il un péché que d'assister à ces cours? D'un côté ils ne sont pas inintéressants, mais cet aspect me gêne grandement.
Je suis conscient que dans une certaine mesure, je peux objecter et engager le débat, mais se faire moralisateur est une voie sans issue il me semble. Par ailleurs, j'en ai déjà tenu mot, mais je me souviens qu'un prêtre en confession m'avait affirmé que par exemple avec des amis, des collègues, si eux parlaient de sujets immoraux, tels que des plaisanteries lubriques, malsaines, sacrilèges et ainsi de suite, je ne devais certes pas inciter et encourager de tels comportements, mais je n'étais pas censé par exemple quitter le groupe, m'en aller, car selon lui, si je me souviens bien, "nous sommes censés vivre en paix", ou des paroles allant dans ce sens. Il me fut dit de ne "pas être scandalisé". J'ai l'impression que par extension, cela pourrait s'appliquer à des cours, mais la différence tient peut-être dans le fait que si le sujet entier de la classe est immoral en-soi, assister à celui-là signifie y prendre part alors qu'il est entièrement consacré à un thème inacceptable.
Donc je demanderais votre conseil si possible, puisque j'hésite à adopter une attitude "puritaine" qui me paraît un peu pharisienne, mais d'un autre côté je me demande si cela ne constitue pas un péché de scandale que de montrer aux autres que de telles choses seraient acceptables en assistant aux cours. Je me sens également un peu coupable en prenant part à de telles classes.
Suis-je vraiment censé essayer de changer de classe? Rester dans celle-là se trouve-t'il inconcevable?
Pendant ce temps, suis-je censé ne pas aller en cours, sachant que mon niveau de présence se trouve plutôt suffisant, mais ne plus aller dans ce cours du tout ferait un peu tâche, quoi que cette école de langue n'est pas non plus comme un lycée.
Bien à vous.
Avertissement: j'ai sur ce forum peut-être exprimé des avis contraires à la position de l'Église, et /ou de sa sainte Tradition, et/ou à l'avis qui se doit d'être celui d'un vrai chrétien catholique: ne me prenez donc en RÉFÉRENCE POUR RIEN. Ne soyez pas victimes de scandale. Que mon exemple soit rejeté et en aucun cas suivi. Si vous trouvez un endroit où une de mes interventions serait au moins douteuse, si ce n'est pire, faites-en moi part, notamment par mp. Je m'excuse profondément.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8759
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Sujets immoraux en classe

Message non lupar PaxetBonum » jeu. 01 mai 2014, 9:52

Cher François67,

Vous n'êtes pas responsable du péché des autres.
Ce professeur se veut antichrétien et anticatholique affirmé, c'est son choix, son mauvais choix.
Les insanités qu'il profère sont de sa responsabilité.
Vous ne les encouragez pas, vous ne péchez pas.
Par contre si il interrogeait la classe en demandant si cela dérange quelqu'un alors il faudrait vous manifester.
Donc si ces cours sont utiles pour vous en dehors de ces bassesses, allez-y et quand il agit de la sorte usez d'une oraison jaculatoire dans votre tête comme : " Seigneur convertissez-le".

Avec des amis, le prêtre vous a répondu que nous devons vivre dans la paix.
Certes, mais la paix n'est pas ne pas faire la guerre, mais accomplir les œuvres du Seigneur.
Lutter contre les désordres humains est un bien.
A vous de manifester votre désapprobation de ce que vos amis pourraient dire ou faire, avec la charité du Christ.
Car le Seigneur est exigent : " si ton oeil t'entraîne au péché, arrache-le et jette-le loin de toi".
Si l'on doit ainsi se mutiler, combien plus devrions-nous nous séparer des pécheurs qui pourraient nous détourner de Dieu.
Ainsi si vos amis vous entraîne au péché alors il vaut mieux vous en séparer. (pour le professeur c'est différent car St paul rappelle comment l'esclave converti doit continuer à obéir à son maître).
Mais c'est le paradoxe de la charité du Christ : vivre en saint au milieu des pécheurs comme Lui vivait au milieu des publicains et des prostituées ce que les juifs lui ont souvent reproché.
Mais Il ne se laissait pas contaminer par eux, Il leur apportait la Vérité.

Votre mission aujourd'hui est d'être un nouveau Christ : vivre saintement au milieu du monde pour être l'une de ses lumières qu'Il nous demande de ne pas occulter sous le boisseau.
C'est tout le bonheur que je vous souhaite.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Estel
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 449
Inscription : ven. 05 nov. 2010, 16:57
Localisation : France

Re: Sujets immoraux en classe

Message non lupar Estel » dim. 06 juil. 2014, 17:59

La vulgarité, même sans mettre Dieu et la religion dedans, me pose aussi problème.
On ne s'en rend pas vraiment compte, mais on entend sans cesse des mots grossiers, comme juron ou dans la conversation. Sans compter les sujets sur lesquels on est censé ne pas avoir de tabous : sexe, violence, prostitution etc.
ça fait rire, vu de 2014, quand on lit des vieux bouquins où les mots vulgaires sont mis avec l'initiale et des points de suspension ... maintenant, on a des scènes de meurtres, de sexe, de viols même, décrits et représentés partout crument , avec tous les mots qui vont avec.
Exemple très simple : j'aime beaucoup Quatre mariages et un enterrement, mais le beau et galant Hugh Grant ne dit que "shit" pendant les 5 premières minutes du film. Drôle ? Lamentable ? Dégoûtant ? Réaliste ?

Ceci dit, que faire dans la vie courante en tant que chrétien ?
Merci pour les conseils que vous donnez, Paxetbonum.
Seulement, pour pouvoir avoir une présence saine autour de soi, encore faut-il être sain (voire saint) soi-même.
Et ce n'est pas évident pour tout le monde, à cause des habitudes (j'ai essayé de changer mes jurons mais c'est impossible !) et aussi quand on a une réputation à tenir (genre faire des blagues douteuses, ne pas passer pour prude etc). La pression du groupe aussi ... difficile de résister quand la conversation tourne.

Sur le sujet religieux, c'est la même chose. Le we dernier j'étais avec des amis, ils sont rentrés dans une église pour visiter et sont revenus en se moquant de la posture des personnages sur les vitraux, parfois de manière obscène. Et j'ai juste détourné la conversation... Qu'aurais-je du faire ? Ce n'était pas vraiment le moment de faire mon coming-out catho ...

Après, ne pas aborder certains sujets sous prétexte que le mot blesse est une impasse, je pense.
Mais il faut soi-même avoir une relation saine au sujet abordé, dans le cas de françois67 à l'homosexualité ou à la doctrine chrétienne, en si on veut pouvoir en parler franchement.

Dans le cadre du cours de philo, si le prof n'est pas de votre avis, eh bien il est censé pratiquer la démarche philosophique, donc écouter l'autre et pas ses propres préjugés, se fonder sur un examen rationnel des faits et des arguments. C'est seulement sur cette base que vous pouvez entamer le dialogue.
Sinon, si c'est un idéologue qui a des préjugés contre la foi chrétienne, surtout n'allez pas sur son terrain en lançant d'autres arguments à l'emporte-pièce, voire des insultes ! (c'est arrivé dans la classe de mon frère ...)

Mais, juste une petite question : françois67, en quelle classe êtes-vous ?
Parce que si vous êtes en Terminale, je trouve ça bizarre de la part de votre prof de ne pas axer le cours sur les axes du programme mais sur des question mineures telles que les jurons et autres questions "borderline" ...
"Qui cherche trouve"
Luc 11,10

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2360
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Sujets immoraux en classe

Message non lupar Suliko » dim. 06 juil. 2014, 19:30

Bonjour Estel,
et aussi quand on a une réputation à tenir (genre faire des blagues douteuses, ne pas passer pour prude etc). La pression du groupe aussi ... difficile de résister quand la conversation tourne.
Je pense qu'il ne faut pas se préoccuper de notre "réputation". Aujourd'hui, si on est jeune et qu'on vit chastement, on est moqué. Il faut assumer: il est bien plus important pour le salut de notre âme de suivre les commandements de Dieu que l'esprit du monde. Lorsque je ressens involontairement une certaine honte liée au fait d'être catholique au milieu de gens indifférents ou hostiles, je pense toujours que ce que le Seigneur me demandera à ma mort, ce n'est pas si j'ai plu au monde, mais bien si j'ai été une bonne chrétienne. C'est cela qui est utile pour le salut. (Et je vous assure, penser à cela, aux fins dernières, ça marche!)
Qu'aurais-je du faire ? Ce n'était pas vraiment le moment de faire mon coming-out catho ...
Pourquoi? Je vous assure qu'il faut se lancer et assumer sa foi. Je pense que les gens qui vous entourent, sans toutefois être d'accord avec vous, verront que vous êtes une jeune femme qui est sûre de ses convictions, qui n'a pas honte de dire ce qu'elle pense, même si c'est politiquement incorrect et normalement, ils vous respecteront pour cela, pour cette force intérieure, cette intégrité. Et s'ils ne vous respectent pas et se moquent, sachez vous imposez.
Je sais que ce que j'écris n'est pas facile à mettre en pratique, mais essayez tout de même, vous verrez bien que généralement, ça marche!
Mais il faut soi-même avoir une relation saine au sujet abordé, dans le cas de françois67 à l'homosexualité ou à la doctrine chrétienne, en si on veut pouvoir en parler franchement.
Je ne comprends pas trop ce que vous entendez par relation saine au sujet abordé...Il est clair que si vous vous mettez à tonner contre l'homosexualité tout en vivant non chastement, cela paraîtra étrange.

Bien à vous,

Suliko
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

Avatar de l’utilisateur
Estel
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 449
Inscription : ven. 05 nov. 2010, 16:57
Localisation : France

Re: Sujets immoraux en classe

Message non lupar Estel » lun. 07 juil. 2014, 11:05

Je ne comprends pas trop ce que vous entendez par relation saine au sujet abordé...Il est clair que si vous vous mettez à tonner contre l'homosexualité tout en vivant non chastement, cela paraîtra étrange.
Effectivement, il ya le problème de l'hypocrisie.
Mais je voulais surtout entendre par là avoir les idées au clair sur le sujet.
Pour reprendre la question de l'homosexualité, on ne peut entrer dans le débat que si on n'est pas gêné de parler de sexualité et aussi qu'on a assimilé les enjeux, la débat actuel, la position de l'Eglise ...
Citer:
Qu'aurais-je du faire ? Ce n'était pas vraiment le moment de faire mon coming-out catho ...


Pourquoi? Je vous assure qu'il faut se lancer et assumer sa foi. Je pense que les gens qui vous entourent, sans toutefois être d'accord avec vous, verront que vous êtes une jeune femme qui est sûre de ses convictions, qui n'a pas honte de dire ce qu'elle pense, même si c'est politiquement incorrect et normalement, ils vous respecteront pour cela, pour cette force intérieure, cette intégrité. Et s'ils ne vous respectent pas et se moquent, sachez vous imposez.
Je sais que ce que j'écris n'est pas facile à mettre en pratique, mais essayez tout de même, vous verrez bien que généralement, ça marche!
Merci pour ces encouragements. C'est vrai ce n'est pas évident.
Et dans ce cas précis, à part la polémique, je ne voyais pas comment répliquer. D'autant plus que certaines réflexions m'ont fait rire (vitraux du XIX° où on peut trouver effectivement des symboles sexuels cachés ... )
J'avoue que mon regard est "pollué" par ce que j'ai pu voir ou lire et la moquerie me vient souvent spontanément ! :(
"Qui cherche trouve"
Luc 11,10


Revenir vers « Morale et Éthique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit