Sur le suicide et l'Église

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3131
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Sur le suicide et l'Église

Message non lu par jeanbaptiste » mar. 06 mai 2008, 14:05

Bonjour,

Une petite question qui me turlupine :

Mettre fin à ses jours pour éviter un interrogatoire en période de guerre risquant de mettre en danger une nation, une communauté etc. est-ce un sacrifice ou un suicide ? Quelle est la position de l'Église sur ce point ?

IXI

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7909
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: Sacrifice et suicide

Message non lu par Christophe » mar. 06 mai 2008, 18:31

jeanbaptiste a écrit :Quelle est la position de l'Église sur ce point ?
Je ne suis pas certain que l'Église ait exprimée une "position" sur ce point... :saint:
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3131
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Sacrifice et suicide

Message non lu par jeanbaptiste » mar. 06 mai 2008, 18:37

Oui, le terme de "position" est assez vilain.

Finalement, s'agit-il vraiment d'un suicide ? Car telle est la question. Personnellement, je ne pense pas. Ce n'est pas le refus de la vie qui est la source d'un tel acte, mais la volonté de sauver un peuple, un groupe etc. Ce qui est tout autre.

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7909
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: Sacrifice et suicide

Message non lu par Christophe » mar. 06 mai 2008, 18:43

jeanbaptiste a écrit :Oui, le terme de "position" est assez vilain.
Ce que je voulais dire, si vous recherchez un enseignement du Magistère sur ce point très précis, c'est que je ne suis pas certain que l'Église se soit exprimée dessus. Je suis même à peu près certain qu'elle ne l'a pas fait... Ce qui n'enlève cependant rien à l'intérêt de votre question, mais pour y répondre, vous ne pourrez vous appuyer sur le Magistère, mais seulement sur les principes de la théologie et du discernement moral chrétien...

PaX
Christophe
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7909
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: Sacrifice et suicide

Message non lu par Christophe » mar. 06 mai 2008, 18:57

Bonjour ! ;)

Un conseil bien utile : pour ce type de question, commencez toujours par jeter un œil dans le Catéchisme de l'Église Catholique, que vous pouvez acheter pour une somme modique aux éditions Pocket ou consulter sur le site du Vatican : http://www.vatican.va/archive/ccc/index_fr.htm

Voici ce que le CEC nous dit à ce propos : :p
Le suicide

2280 Chacun est responsable de sa vie devant Dieu qui la lui a donnée. C’est Lui qui en reste le souverain Maître. Nous sommes tenus de la recevoir avec reconnaissance et de la préserver pour son honneur et le salut de nos âmes. Nous sommes les intendants et non les propriétaires de la vie que Dieu nous a confiée. Nous n’en disposons pas.

2281 Le suicide contredit l’inclination naturelle de l’être humain à conserver et à perpétuer sa vie. Il est gravement contraire au juste amour de soi. Il offense également l’amour du prochain, parce qu’il brise injustement les liens de solidarité avec les sociétés familiale, nationale et humaine à l’égard desquelles nous demeurons obligés. Le suicide est contraire à l’amour du Dieu vivant.

2282 S’il est commis dans l’intention de servir d’exemple, notamment pour les jeunes, le suicide prend encore la gravité d’un scandale. La coopération volontaire au suicide est contraire à la loi morale.

Des troubles psychiques graves, l’angoisse ou la crainte grave de l’épreuve, de la souffrance ou de la torture peuvent diminuer la responsabilité du suicidaire.

2283 On ne doit pas désespérer du salut éternel des personnes qui se sont donné la mort. Dieu peut leur ménager par les voies que lui seul connaît, l’occasion d’une salutaire repentance. L’Église prie pour les personnes qui ont attenté à leur vie.
Alors bien évidemment, cela ne répond pas complètement à votre question, mais permet néanmoins d'avoir une approche. Il ressort que se donner la mort est toujours un suicide, et toujours péccamineux. Cela étant dit, lorsque le suicide est commis - comme dans votre exemple - par peur de la torture (et aussi, conséquemment, par peur d' "avouer" sous les coups de celle-ci), la responsabilité du suicidaire est diminuée. Sans doute même est-ce là un péché moindre que de pécher par faiblesse - mais faiblesse complètement humaine - en "avouant" sous la torture, aveux qui pourraient avoir des conséquences désastreuses... Bref, ce n'est pas un bien, ce n'est pas licite, mais cela peut être considérer comme un moindre mal par rapport à l'aveu, si on est convaincu de ne pas avoir la force de résister à la torture... Le seul vrai bien, dans cette situation, étant de ne pas se suicider et de souffrir la torture sans passer aux aveux. Mais cela requiert, je le concède, une courage presque surhumain...

PaX
Christophe
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3131
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Sacrifice et suicide

Message non lu par jeanbaptiste » mar. 06 mai 2008, 19:06

Oui j'avais parfaitement compris !

Si je revenais sur le terme de "position" c'est que je le trouve en lui-même assez vilain ;)

Avoir une position sur un problème laisse entendre que l'on ne peut justifier son choix que par un argument "spatial", de type : je me positionne là afin de ne pas être ici ou ici.

L'argument "spatial" n'a aucun sens sans oppositions. Alors que la Vérité n'a pas besoin d'une opposition pour être Vérité.

La meilleure illustration que je puisse donner pour clarifier mes propos un peu obscurs, c'est celui des partis politiques. Raisonner en termes de position dans le domaine politique c'est faire tel ou tel choix, parce qu'il s'agit d'un choix "de gauche", "de droite", et non un choix qui s'ancre dans le réel.

Plutôt que de "position", parlons de discours, de paroles.
Bonjour ! ;)
Un conseil bien utile : pour ce type de question, commencez toujours par jeter un œil dans le Catéchisme de l'Église Catholique, que vous pouvez acheter pour une somme modique aux éditions Pocket ou consulter sur le site du Vatican : http://www.vatican.va/archive/ccc/index_fr.htm

Voici ce que le CEC nous dit à ce propos : :p
hi hi :D
Je suis à la fois amusé, et un peu honteux :>
Merci de corriger avec humour mon orgueil un peu "professoral" !

Merci également pour votre réponse, et pour les extraits du CEC. Tout cela est très éclairant !

Avatar de l’utilisateur
azerty59
Barbarus
Barbarus

Sur le suicide et l'Église

Message non lu par azerty59 » dim. 10 mai 2009, 22:46

Bonjour,

J'ai toujours été sceptique à la croyance en un Dieu malgré mon prénom (emmanuel), certainement dû au fait d'une souffrance intérieure et une vie pathétique qui dure depuis 26 ans.

J'ai le souvenir étant très jeune de prier de manière discrète pour les autres uniquement, parce que j'avais peur qu'il leur arrive quelque chose, puis au fur et à mesure des années j'ai cessé et j'ai même détesté Dieu.

J'ai souvent ressenti des choses quand je rentrais dans une église, plus particulièrement une église où il y avait Ste Rita, que je ne peux pas expliquer, ou même l'impression d'avoir vu certaine chose quand j'étais plus petit (là c'était peut-être mon imagination, je sais pas).

Bref, à l'heure où je vous parle, je me demande comment est considéré le suicide dans la religion catholique, étant un "athée" je ne m'y connais pas suffisamment en religion pour répondre à cette question, c'est pourquoi je suis venu poser ma question ici.

Avatar de l’utilisateur
Eriluc
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 686
Inscription : dim. 08 févr. 2009, 16:17
Localisation : Grenoble

Re: Le suicide est t-il considéré comme un péché ?

Message non lu par Eriluc » dim. 10 mai 2009, 22:56

cher Emmanuel

voici ce que dit le Catéchisme de l'Eglise Catholique :
Le suicide
2280 Chacun est responsable de sa vie devant Dieu qui la lui a donnée. C’est Lui qui en reste le souverain Maître. Nous sommes tenus de la recevoir avec reconnaissance et de la préserver pour son honneur et le salut de nos âmes. Nous sommes les intendants et non les propriétaires de la vie que Dieu nous a confiée. Nous n’en disposons pas.
2281 Le suicide contredit l’inclination naturelle de l’être humain à conserver et à perpétuer sa vie. Il est gravement contraire au juste amour de soi. Il offense également l’amour du prochain, parce qu’il brise injustement les liens de solidarité avec les sociétés familiale, nationale et humaine à l’égard desquelles nous demeurons obligés. Le suicide est contraire à l’amour du Dieu vivant.
2282 S’il est commis dans l’intention de servir d’exemple, notamment pour les jeunes, le suicide prend encore la gravité d’un scandale. La coopération volontaire au suicide est contraire à la loi morale.
Des troubles psychiques graves, l’angoisse ou la crainte grave de l’épreuve, de la souffrance ou de la torture peuvent diminuer la responsabilité du suicidaire.
2283 On ne doit pas désespérer du salut éternel des personnes qui se sont donné la mort. Dieu peut leur ménager par les voies que lui seul connaît, l’occasion d’une salutaire repentance. L’Église prie pour les personnes qui ont attenté à leur vie.
"Être détaché de tout - première condition pour n'être indifférent à rien." [Gustave Thibon]

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4921
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Le suicide est t-il considéré comme un péché ?

Message non lu par gerardh » lun. 11 mai 2009, 11:05

__________

Bonjour,

J'avais pourtant compris que pour la doctrine catholique, le suicide était un péché mortel, et que comme ce péché mortel était commis juste avant la mort, donc sans possibilité de confession, il conduisait inévitablement à l'enfer. Comme conséquences secondaires, on ne pouvait pas faire de messe de requiem pour eux et on ne pouvait pas dans un temps plus ancien, les enterrer autour des églises. Etais-je dans l'erreur ?



___________

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Le suicide est t-il considéré comme un péché ?

Message non lu par Raistlin » lun. 11 mai 2009, 11:31

gerardh a écrit :__________

Bonjour,

J'avais pourtant compris que pour la doctrine catholique, le suicide était un péché mortel, et que comme ce péché mortel était commis juste avant la mort, donc sans possibilité de confession, il conduisait inévitablement à l'enfer. Comme conséquences secondaires, on ne pouvait pas faire de messe de requiem pour eux et on ne pouvait pas dans un temps plus ancien, les enterrer autour des églises. Etais-je dans l'erreur ?



___________
Non, ce n'est pas aussi tranché. Déjà parce que celui qui se suicide peut se repentir avant de mourir (si la façon dont il se suicide lui en laisse le temps) et ensuite parce que pour qu'un péché soit mortel il faut que la faute soit objectivement grave (elle l'est dans le cas du suicide) ET que l'acte soit commis consciemment et en toute liberté.

Or si le suicidé ne sait pas que se tuer est grave aux yeux de Dieu, ou bien si sa détresse psychologique fait qu'il n'est plus vraiment "libre", alors il est permis d'espérer que ce péché ne soit pas mortel.

Fraternellement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Héloïse
Quæstor
Quæstor
Messages : 260
Inscription : mer. 18 févr. 2009, 10:47

Re: Le suicide est t-il considéré comme un péché ?

Message non lu par Héloïse » lun. 11 mai 2009, 12:02

Pour avoir connu hélas ce cas avec un ami, je peux vous dire que ses obsèques ont bel et bien été célébrées dans l'Eglise, par un prêtre, et que cette messe était tout spécialement belle et recueillie.

Me posant les mêmes questions que vous, j'ai interrogé le prêtre, qui m'a répondu qu'aujourd'hui, la dépression grave (dont souffrait cet ami qui s'est jeté dans le vide en sortant de l'hôpital psychiatrique) est reconnue comme une maladie qui prive celui qui en est victime de ses facultés de discernement et d'analyse. C'est un peu comme s'il n'était pas, dans ce cas de maladie, considéré comme responsable de son sort et de ses actes.

Mais cet ami était effectivement très dépressif, soigné pour cela de longue date et était devenu l'ombre de l'homme que nous avions tous connu et aimé... Et tous nous nous étions trouvés impuissants à l'aider ou à l'aimer assez sans doute... :mal:

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4921
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Le suicide est t-il considéré comme un péché ?

Message non lu par gerardh » lun. 11 mai 2009, 14:17

_________

Bonjour à tous,

Merci pour les précisions qui ont été apportées. Je suis heureux d'avoir appris à cette occasion que l'Eglise catholique avait bien assoupli ses positions antérieures.


____________

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Le suicide est t-il considéré comme un péché ?

Message non lu par Raistlin » lun. 11 mai 2009, 14:25

gerardh a écrit :_________

Bonjour à tous,

Merci pour les précisions qui ont été apportées. Je suis heureux d'avoir appris à cette occasion que l'Eglise catholique avait bien assoupli ses positions antérieures.


____________
De quoi parlez-vous ? L'Eglise n'a jamais enseigné comme un dogme que les suicidés étaient condamnés à l'Enfer.

Certes, à certains moments de son histoire, l'Eglise voyait d'un mauvais oeil les suicidés (notamment parce que les concepts de dépression ou de maladie mentale étaient mal connus), mais elle ne s'est jamais prononcée infailliblement sur leur salut ou leur damnation.

Fraternellement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Pierre75
Ædilis
Ædilis
Messages : 35
Inscription : lun. 28 sept. 2009, 21:47

Le suicide

Message non lu par Pierre75 » dim. 25 oct. 2009, 9:16

Bonjour,
je ne comprends pas pourquoi l'Eglise condamne absolument le suicide. Il existe des personnes qui, par une souffrance insupportable, en viennent à se suicider. Je crois - peut être à tort - que l'Eglise voue à l'enfer éternel les suicidés. Qu'en est-il aujourd'hui? Quelles raisons motivent une telle condamnation? Où est la charité?
PS. Si ce sujet a déjà été traité, mes excuses au modérateur, qui remettra mon message dans le bon fil, qui remontera!

Avatar de l’utilisateur
papillon
Barbarus
Barbarus

Re: Le suicide

Message non lu par papillon » jeu. 29 oct. 2009, 5:20

Bonjour Pierre,
je ne sais pas exactement ce qu'il en est moi non plus, mais je vais la chercher cette réponse.

En tout cas, je vois mal comment on pourrait mettre sur un même pied un criminel qui, démasqué, se suicide pour éviter de faire face à la justice et un homme qui a vécu sa vie dans l'amour du prochain mais se suicide suite à une profonde dépression.

Je pense aussi à ce cinéaste de chez nous, aimé de tous, qui a reçu un diagnostic d'Alzheimer dans la jeune cinquantaine et , se voyant dépérir, a mis fin à ses jours en se jetant dans le fleuve. Y a-t-il pire atrocité pour un homme sensible et brillant que de voir son esprit le quitter et devenir de jour en jour une coquille vide?

La condamnation du suicide a sans doute à voir avec le côté sacré de la vie, qui est un don de Dieu et la manifestation de Dieu en nous et par nous.
Toutefois, connaissant quelques suicidés, j'aurais plutôt tendance a les prendre dans mes bras pour les consoler, et j'ai bien du mal a imginer qu'ils vivent maintenant l'enfer pour l'éternité.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités