L'Hexagonal tel qu'on le parle...

Patrimoine - Cinéma - Médias - Photographie - Musique - Peinture - Architecture
Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

L'Hexagonal tel qu'on le parle...

Message non lu par coeurderoy » dim. 20 juin 2010, 9:24

L' Hexagonal tel qu'on le parle : me revient en mémoire le titre de ce livre paru voici 40 ans et stigmatisant les dérives langagières de nos Nouveaux Précieux...

Je viens de trouver un prospectus (luxueux dépliant couleurs pour être exact) annonçant une expo d'Art Contemporain. Le lieu n'est pas neutre (ni moche) : ancienne maladrerie Saint-Lazare de Beauvais, un de ces beaux ensembles hospitaliers du règne de saint-Louis (échappé par miracle à la destruction de cette ville en 1940).
L'artiste néerlandais Krijn de Koning "investit" (sic) donc le lieu, il s'agit d'une énième "rencontre entre patrimoine et création contemporaine".

Le très luxueux dépliant en couleurs (qui zappe sur l'histoire et l'intérêt artistique de la feue maladrerie) s'étale en multiples pages sur l'oeuvre éphémère de l'artiste.
Quelques perles hexagonales :

"au delà d'une simple esthétisation ou (re)mythologisation du site, le projet de Krijn de Koning interroge l'essence même de la Maladrerie, dans son histoire sociale, économique et architecturale.
L'installation circulatoire (sic !) colorée et éphémère [toujours caser cet adjectif capiteux et capital !] de l'artiste néerlandais est en effet une oeuvre passagère. Elle établit une passerelle entre différentes temporalités et offre une lecture inédite et sensorielle [on peut mettre aussi sensuel, se porte bien cette saison] du lieu, tant dans sa pratique piétonnière [re-re-sic !] que dans son domaine de représentations. Les détails architecturaux, le dévoilement des intérieurs de bâtiments, les relevés archéologiques, la présence d'objets d'art ou usuels, les jardins dessinés ou en friche [on a compris, c'est optionnel : important !], sont traités de manière similaire par l'artiste [Wouaaaahhhh : ils ont l'humilité de ne pas mettre de a majuscule, ni même d'oser "Créateur"...].
Loin d'être réducteur ou schématique, ce principe d'équivalence produit du sens [m.... alors, si ça produisait de l'essence, ça serait plus rentable !] : il spécifie le lieu [késako ?] dans ses richesses, ses mémoires, ses mystères et dissonances, et prend part à l'identification du projet de la Maladrerie Saint-Lazare dans sa globalité"

Saint Plicité : Priez pour nous !!!

S'invitent dans de beaux sites chrétiens nos cuistres : supplément d'âme certainement !

http://www.panoramio.com/photo/15513039


"Here, Now" (ouaaahhhhh !) http://www.connaissancedesarts.com/art- ... -84398.php


Rions un peu...
http://benjamin.lisan.free.fr/EcritsLit ... agonal.htm
Dernière modification par coeurderoy le dim. 20 juin 2010, 18:45, modifié 1 fois.
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: L'Hexagonal tel qu'on le parle...

Message non lu par Petit Matthieu » dim. 20 juin 2010, 11:47

Effectivement, c'est du lourd !
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: L'Hexagonal tel qu'on le parle...

Message non lu par Christophe » dim. 20 juin 2010, 11:47

L'hermétisme du langage de l'art moderne n'est là que pour masquer sa vacuité conceptuelle…
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Avatar de l’utilisateur
Job
Censor
Censor
Messages : 104
Inscription : mar. 13 oct. 2009, 13:18

Re: L'Hexagonal tel qu'on le parle...

Message non lu par Job » dim. 20 juin 2010, 15:20

coeurderoy a écrit :"au delà d'une simple esthétisation ou (re)mythologisation du site, le projet de Krijn de Koning interroge l'essence même de la Maladrerie, dans son histoire sociale, économique et architecturale.
L'installation circulatoire (sic !) colorée et éphémère [toujours caser cet adjectif capiteux et capital !] de l'artiste néerlandais est en effet une oeuvre passagère. Elle établit une passerelle entre différentes temporalités et offre une lecture inédite et sensorielle [on peut mettre aussi sensuel, se porte bien cette saison] du lieu, tant dans sa pratique piétonnière [re-re-sic !] que dans son domaine de représentations. Les détails architecturaux, le dévoilement des intérieurs de bâtiments, les relevés archéologiques, la présence d'objets d'art ou usuels, les jardins dessinés ou en friche [on a compris, c'est optionnel : important !], sont traités de manière similaire par l'artiste [Wouaaaahhhh : ils ont l'humilité de ne pas mettre de a majuscule, ni même d'oser "Créateur"...].
Loin d'être réducteur ou schématique, ce principe d'équivalence produit du sens [merde alors, si ça produisait de l'essence, ça serait plus rentable !] : il spécifie le lieu [késako ?] dans ses richesses, ses mémoires, ses mystères et dissonances, et prend part à l'identification du projet de la Maladrerie Saint-Lazare dans sa globalité"
:rire:
Merci pour cette perle de la novlangue contemporaine !

zélie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1465
Inscription : ven. 28 nov. 2008, 13:43

Re: L'Hexagonal tel qu'on le parle...

Message non lu par zélie » dim. 20 juin 2010, 16:11

L'inévitabilité des novations est patente, car l’énergie conceptuelle de l’auteur est court-circuitée au niveau de sa médiation.
Avec beaucoup d’esprit, il s’est bien gardé de sacrifier aux formes les plus creuses de l'éloquence. S’il s’est attaché aux longues périodes plutôt qu'aux phrases courtes, s’il a employé des figures convenues plutôt que des images frappantes, c'est que son but n’est pas d'instruire son lecteur en provoquant en lui un choc salutaire qui le dépayse et l'amène à réfléchir, puis à s'engager sur le bon chemin, mais de briller par des artifices devant une cour de lettrés.

Quant à votre humble servante, ses capacités cognitives sont requises par la problématique du quotidien.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités