Page 1 sur 2

Déclaration de la Saint-Louis – Message de Mgr le Duc d’Anjou

Publié : mer. 02 sept. 2020, 7:38
par Léon
Bonjour à tous,

Voici la déclaration de la Saint-Louis, par le Duc d'Anjou:
Chers Amis, chers compatriotes,

Quelle tristesse de constater que d’année en année, la situation de la France se dégrade. Fort de la responsabilité que m’imposent les huit siècles de royauté capétienne dont je suis l’héritier, la gravité actuelle de l’état de la France, m’amène à m’exprimer, en ce jour où l’Eglise fête Saint Louis, le modèle des gouvernants.

Force m’est de constater que notre pays s’enfonce vers des jours de plus en plus graves, alors que j’aimerais que mes déclarations puissent saluer le renouveau que tous les Français fidèles et qui croient en la destinée de leur pays, espèrent de tout leur cœur.

Atteinte depuis plusieurs années par une crise morale qui la fait douter d’elle-même, de sa mission, de son identité, la France doit aussi subir de nombreuses attaques venues de l’extérieur, tellement diffuses et perverses, qu’il est difficile de toujours bien les cerner, et de trouver les bonnes ripostes. La difficulté est d’autant plus grande que la vérité n’est plus regardée en face et que les mots sont travestis par l’idéologie au point de perdre leur sens. Ceux qui résistent vaillamment sans perdre confiance, souvent animés d’une foi profonde, ne suffisent pas à redresser la situation. Pareillement, nos militaires engagés sur de nombreux terrains au-delà de nos frontières, constatent que leur sacrifice et leur abnégation ne suffisent pas isolément à recréer une dynamique de vainqueur. Les combats se gagnent certes sur le terrain, mais c’est d’abord dans les cœurs et les esprits que se forgent les conditions de la victoire qui doit trouver son expression politique.

Or, bien souvent, la France donne l’impression que cette volonté n’est plus là. Pourtant il faudrait peu de choses : lui redonner le goût et le sens de la victoire qu’avait la France sûre d’elle-même et de sa mission ; et lui rappeler les grands moments de son passé qui demeurent des exemples pour demain.

Cet état d’esprit qui pourrait surgir à nouveau si les Français le veulent, semble oublié, annihilé. Les « élites » depuis la Révolution n’ont agi que par intérêt. Quand reviendra-t-on au Bien Commun, à la justice, à la protection des plus faibles ? Quand acceptera-t-on de redonner aux mots leur sens et d’oublier qu’il n’y a ni incivilité, ni jeunes sauvageons mais violences gratuites et nouveaux barbares sans foi ni loi qu’il s’agit de combattre et de punir. En effet, chacun de leurs crimes ruine la vie sociale. Or elle est déjà bien difficile pour de nombreux Français déjà confrontés à une situation économique et sociale souvent critique. Pourtant, la dernière crise sanitaire a montré combien nos compatriotes étaient capables de sursauts et d’initiatives quand l’Etat ne les oppresse pas ; quand il ne les accable pas d’une fiscalité de plus en plus lourde et injuste puisqu’elle n’assure plus les services publics même les plus essentiels ; quand l’Etat ne s’attaque pas aux libertés. Les Français, en nombre toujours plus grand, se rendent compte que les institutions ne répondent plus à leurs attentes légitimes.

Combien de crises faudra-t-il encore ? combien de sacrifiés pour que les yeux s’ouvrent ?

Il y a quelques mois, crise sanitaire aidant, des esprits lucides avaient posé la question de savoir si ces évènements, dûs largement au moins dans leurs conséquences, aux erreurs accumulées qui se traduisent par des centaines de milliers de mort, en France, en Europe et dans le monde entier, n’étaient pas l’occasion de réfléchir aux désordres des dernières décennies. Le beau symbole du « jour d’après » semblait porteur d’avenir. En réalité quelques mois après, les mauvaises habitudes ont largement triomphé des bonnes résolutions et les jours d’après semblent encore plus catastrophiques que ceux d’avant. Le vote, devant une assemblée quasi déserte de la loi dite bio-éthique en est la plus éclatante manifestation… Elle est à la fois contraire à l’ordre naturel et à l’éthique. Elle cumule le déni du système représentatif actuel par la manière dont elle a été élaborée et la rupture avec les fondements de l’humanité. Les manipulations contre nature sont en train de franchir une nouvelle étape vers une société de chimère ou plus aucune limite ne semble retenir les hommes. La société de la peur et des contraintes est aussi, désormais, celle de la mort planifiée.

Quel monde avons-nous devant nous ? Quel monde laisserons-nous à nos enfants ?

Je parle ici comme héritier et successeur des Rois de France mais aussi comme père et époux. Je sais combien de jeunes couples sont inquiets pour l’avenir de la société ; l’avenir de leurs enfants ; de nos enfants.

Heureusement les siècles d’histoire nous apprennent que les situations les plus terribles ne sont pas irréversibles. La France s’est sortie d’autres périls et cela même quand elle a failli perdre sa souveraineté comme au temps de Charles VII. La mission de Jeanne d’Arc l’a sauvé d’un péril d’autant plus éminent que l’ennemi était déjà installé sur notre sol. Celle qui est devenue en 1920 la patronne du Patriotisme a sauvé le pays et a restauré la monarchie légitime.

De tels exemples doivent nous redonner espoir et susciter de nouvelles initiatives pour reconstruire la France.

Puisse Saint Louis, modèle des souverains et des gouvernants, protéger la France et l’aider à retrouver le sens de sa mission.

Louis,
Duc d’Anjou
Réf. https://www.lesalonbeige.fr/declaration ... uc-danjou/

Re: Déclaration de la Saint-Louis – Message de Mgr le Duc d’Anjou

Publié : mer. 02 sept. 2020, 19:54
par Altior
Vox clamantis in deserto...

Re: Déclaration de la Saint-Louis – Message de Mgr le Duc d’Anjou

Publié : jeu. 03 sept. 2020, 15:22
par Gaudens
Bonjour Léon,
Le texte que vous nous transmettez est fort et assez beau (noble, je dirais) et témoigne d'une connaissance de nos débats franco-français des derniers mois assez approfondie et directs .Il me semble donc qu'il émane d'une plume autre que celle de celui qui se fait appeler "Duc d'Anjou" et réclame pour lui la succession royale en France, pour hasardeuse ou hypothétique qu'elle soit aujourd'hui. Mais un principe reste un principe, je le veux bien.
Reste que le "duc d'Anjou" en question est simplement Don Luis Alfonso de Borbon y Martinez Bordiu , futur héritier du titre espagnol de duc de Franco (qui sera bien mérité, la personne en question, président de la Fondation Francisco Franco , se battant pour la défense de la mémoire de son arrière-grand-père...)..Il ne possède la nationalité française, après son père, que du fait de sa grand'mère paternelle .Il a fait son service militaire (et a prêté serment au drapeau national sang et or) dans l'armée espagnole; qu'il soit supposé parler de "nos militaires" est un peu curieux... De plus Don Luis Alfonso vit entre Madrid et l'Amérique du sud, hors de rares déplacements en France dans un avion privé de son richissime beau-père, le "banquier de Chavez" vénézuélien, fondateur d'un groupe bancaire objet de pas mal de polémiques ,dont la faillite du Banco del Orenoca dont Luis Alfonso est (ou était) administrateur délégué(voir la presse de langue espagnole via votre moteur de recherche favori).

Pour ceux qui s'intéressent à l'histoire ,sa revendication ne tient pas: du temps de la monarchie française aux XVIIIè et XIXè siècles, les "premiers princes du sang" étaient les duc d'Orléans et pas les princes Bourbon espagnols, constamment tenus pour non successibles. Et les notoires fantaisies extra-conjugales des reines Marie- Louise (reine consort de Carlos IV) et Isabelle II, sa petite-fille, font sourire quant à la prétention d'être "l'ainé des Boubons". Mais enfin, tout cela plait au Salon Beige ...

Re: Déclaration de la Saint-Louis – Message de Mgr le Duc d’Anjou

Publié : ven. 04 sept. 2020, 9:00
par ademimo
Bonjour Gaudens.

On n'est pas obligé de parler d'un sujet aussi grave en tournant ces personnages en dérision.

Au début du 18e siècle, les Bourbon d'Espagne sont sur le trône d'Espagne. Ils n'ont donc aucune raison de compter parmi les premiers princes du sang.

Entre-temps :
- les Bourbon directs se sont éteints
- les Orléans sont devenus régicides, et ont comploté gravement contre la monarchie pendant des décennies pour s'emparer du trône, et y sont finalement parvenus
- les Bourbon d'Espagne ont perdu leur trône
- les héritiers directs des Bourbon d'Espagne ont renoncé à ce trône lorsque Franco l'a rétabli (c'est la branche cadette qui règne en ce moment).

Aucune loi n'est inscrite dans le marbre pour déterminer l'ordre de succession des rois de France. On sait que la "loi salique" est une interprétation juridique établie pour l'occasion lorsqu'on a été confronté pour la première fois à l'extinction des Capétiens directs. Depuis, on s'est tenu strictement à cette règle jusqu'à Charles X. Si cette règle prévalait aujourd'hui, l'héritier serait le Duc d'Anjou, et nul autre que lui. Point final ! Le traité signé par Louis XIV pour déshériter la lignée espagnole n'a aucune valeur, et peut être cassé en Parlement. De plus, ce traité est caduc, puisque l'intéressé n'est plus sur le trône d'Espagne. Le but du traité était d'éviter qu'un seul souverain occupe les deux trônes à la fois.

Mais on n'est même pas obligé de se référer à la loi salique. Après tout, Hugues Capet a été désigné par l'assemblée des grands du royaume. Ils auraient pu choisir un autre prince, et une autre maison. La monarchie aurait pu également rester élective. En réalité, si on rétablit la monarchie, on peut faire tout ce que l'on veut. Rien n'empêche l'innovation. Ce n'est pas : soit Bourbon soit Orléans, et rien d'autre. On peut rappeler Napoléon VII, si on veut. Ou entrer dans le Commonwealth comme le voulait le triste Guy Mollet, de sinistre mémoire. Ou créer une nouvelle dynastie, pourquoi pas. Etc.

Et donc ! Rien n'empêche non plus de désigner le Duc d'Anjou, et de rétablir la monarchie capétienne, si on le souhaite. Rien ne l'empêche puisque toutes les solutions sont possibles.

Maintenant, j'aimerais faire une remarque. Le Duc d'Anjou ne réagit pas seulement à la vie politique intérieure. Il évoque aussi les dangers qui nous guettent de l'extérieur. Ils sont réels, et plutôt préoccupants, si l'on songe aux activités de plus en plus menaçantes d'un nouveau moustachu aux idées impérialistes.

Pas de quoi le prendre à la rigolade, charmante Elvire.

Re: Déclaration de la Saint-Louis – Message de Mgr le Duc d’Anjou

Publié : ven. 04 sept. 2020, 15:04
par Gaudens
Bonjour Ademimo,
Je ne tourne personne en dérision et ne prend pas ce sujet à la légère ;bien au contraire j'apporte des informations que les partisans du supposé"duc d'Anjou" se gardent bien d'indiquer.
Comme nous ne sommes pas sur un forum ou un site royaliste,ce genre de discussion ,à nouveau, n'est sans doute pas à sa place.Mais ,non ,pas de "Duc d'Anjou,point final " !
Le fait que le premier prince du sang ait désigné les Orléans* n'est pas dû à une sorte d'éloignement temporaire de la branche espagnole;Charles X ne s'y était pas trompé qui,voyant la rareté des héritiers mâles de sa branche ainée, avait rendu au duc d'Orléans(le futur Louis Philippe) et à ses enfants la dignité d'Altesse Royale,signifiant ainsi qu'ils étaient les plus proches successibles.
Et vous savez bien qu'en droit ancien,le sang de France "ne se présumait pas".Or on sait bien qu'avec Don Luis Alfonso, il n'est même pas présumé: ce n'est pas le sang de France ni même de Bourbon au sens de la loi salique (Alfonso XII fils d'Isabelle II et d'Enrique Puigmolto,Francesco de Sales fils de Marie Louise et de Godoy... ).Pas même un dix-millième de chance !

Quant au reste vous avez raison ,on peut tout imaginer,même une dynastie Macron(par adoption ,comme les Antonins).

* rappel historique:un seul régicide parmi eux , ce qui suffit comme ça et n'invalide pas ses déescendants légitimes !

Re: Déclaration de la Saint-Louis – Message de Mgr le Duc d’Anjou

Publié : ven. 04 sept. 2020, 20:52
par ademimo
Je ne comprends pas vos propos. Dites-vous que le fait de parler espagnol et de vivre en Espagne exclut cette lignée du trône ? Je ne sais pas d'où sort cette règle. Sous Charles X, les Bourbon d'Espagne sont en Espagne. Ferdinand VII est sur le trône, et il n'est toujours pas question d'un roi commun entre la France et l'Espagne. De plus, jusqu'à la mort du duc de Chambord, la question d'un rappel en France ne se pose pas. Je répète le même argument que tout à l'heure. Évidemment que les Orléans sont de sang royal ! ça ne change rien du tout. A une époque, il y avait aussi les Guise, les Condé, également de sang royal. Quoique plus éloignés dans l'ordre de succession, ils étaient tout autant considérés comme des princes de la Maison de France.

La lignée est ce qu'elle est. La logique de la succession raisonne en terme de lignée et d'héritage patrimonial. Que l'aîné de la famille soit allé régner dans un autre pays n'annule pas ses prétentions. Que la branche aînée, ou devenue aînée par la suite, ait vécu plusieurs générations à l'étranger, n'annule pas ses prétentions. La règle que vous établissez n'existe pas !

D'ailleurs, quand on s'intéresse à l'histoire des fiefs (qu'ils soient royaumes, duchés, seigneuries), ce genre de cas se présente constamment. C'est au titre de la lignée que les rois d'Angleterre ont prétendu au trône de France. La maison d'Autriche a pu revendiquer et obtenir le trône d'Espagne. Les rois de France ont prétendu au duché de Milan et au royaume de Naples. Et ils ont constitué le domaine royale exactement de cette façon : le duché de Bretagne, par exemple, a été réuni à la France par une union matrimoniale. Cette logique est générale dans toute l'Europe médiévale et d'ancien régime.

Et je ne vois pas pourquoi vous insistez sur la consonance espagnole des noms, comme si c'était un argument de premier poids. A moins de dire, à l'image du nationaliste "gaulois", que ces gens sont un peu trop exotiques pour revêtir les armes de France, je ne vois pas trop le sens de ces propos. "Luis", c'est Louis en Espagnol. Et après ? Où est le problème ?

Re: Déclaration de la Saint-Louis – Message de Mgr le Duc d’Anjou

Publié : sam. 05 sept. 2020, 9:28
par Gaudens
Bonjour Ademimo,
Vous ne tenez pas compte de ce que je vous répondais hier et avant-hier.
En fait soit on suit une logique traditionnelle ,d’ « Ancien Régime » comme vous le faites , soit une logique régalienne comme aux XVIIIè et XIXè siècles , soit on regarde la situation telle qu’elle est aujourd’hui avec nos valeurs et nos perceptions collectives qui ont bien changé en deux ou trois siècles :
-optique d’Ancien Régime (les « Lois fondamentales ») :
L’ « indisponibilité de la Couronne » s’opposait en effet aux renonciations personnelles au trône , comme celles du traité d’Utrecht. Par contre un « vice de pérégrénité » existait depuis la guerre de Cent Ans quand il s’agissait de protéger la France d’un prince étranger ; son application était cependant peu claire (elle ne s’appliqua ni à Henri III,éphémère roi de Pologne,ni à Henri IV ,roi de Navarre). Mais aussi le sang de France ne se présumait pas,comme je l’ai écrit (il fallait la certitude que l’héritier soit bien descendant des rois de France de mâle en mâle) et sur ce plan là, le supposé « duc d’Anjou » est disqualifié,même s’il n’est généralement pas considéré comme de bon goût de le souligner . Il peut très bien prétendre par contre à la couronne d’Espagne (non salique) dont son grand père avait été exclu et ses partisans franquistes aujourd’hui ne se privent pas de l’acclamer parfois au cri de « viva el rey !).
-optique « régalienne » post-Utrecht :
Il était inconcevable de revenir sur les renonciations d’Utrecht et de Louis XV à Charles X,les rois de France n’ont pas changé : en cas d’extinction de la branche ainée (ce qui arriva avec le comte de Chambord en 1883 ) ,les ainés suivants (et pas n’importe quelle branche de la famille !) étaient les Orléans (cf mon message d’hier).A la fin du XIXè siècle,l’existence d’une branche espagnole « carliste » a priori également disponible pour la France ne changea pas la perception des acteurs politiques en France (ni de l’Eglise,avant son « Ralliement » à la République ).
-optique actuelle :
il serait inconcevable de choisir comme chef d’Etat un homme (ou demain ,une femme ?) qui a vécu toute sa vie hors de France,joue un rôle politique et social non pas en France mais dans un ou plusieurs pays étrangers (l’Espagne au premier chef,le Vénézuela secondairement en raison de ses activités professionnelles et de la fortune du beau-père),qui a prêté serment à un drapeau étranger,etc…Rien à voir avec la simple sonorité des noms et prénoms .Par parenthèse , c’est là le portrait inverse de celui du Comte de Paris actuel.

Je m’en tiendrai là,définitivement .Je retiens cependant que la cause espagnoliste à la « duc d’Anjou » qu’on nous sert aujourd’hui abondamment , ne retint jamais l’attention des gens sérieux de 1883(date de l’extinction de la branche ainée) aux années 1970 .Il a fallu attendre que les repères et les connaissances historiques soient brouillées dans les têtes et remplacées par un vague romantisme où le religieux (tradi voire carrément intégriste) se mélangeait au rêve politique.
En résumé ,l’espagnolisme me parait être au royalisme français ce que le New Age est à la religion,les ressemblances me paraissent frappantes.

Re: Déclaration de la Saint-Louis – Message de Mgr le Duc d’Anjou

Publié : sam. 05 sept. 2020, 10:46
par Léon
Non pas du tout, en droit royal traditionnel, il n'y a pas de loi de nationalité.
Donc inutile d'essayer de l'inventer par nationalisme.
Le Duc d'Anjou est bien l'aîné des Capétiens, descendant de Louis XIV, etc.
Il ne prétend à rien, il se dit prêt à répondre à un appel éventuel des français, rien de plus.
Il est simplement désigné comme le successeur légitime à la Couronne de France par les lois fondamentales du royaume de France.

Libre à chacun d'avoir son opinion à son sujet, et pour ma part je ne le soutiens pas spécialement du fait que par le passé, il ait parlé de sa vision à lui de la monarchie... "constitutionnelle" (comme en Espagne)... Ce qui reviendrait à couronner la république dite "française", ce qui n'a aucun intérêt pour le pays, et ne donnant aucun pouvoir réel au roi.
Bref, le Duc d'Anjou a la même vision de la monarchie que les orléanistes, c'est bonnet blanc et blanc bonnet :)

Mais bon, je ne vais pas m'étendre sur ce sujet, que j'avais posté dans "salons thématiques" + "politique" et qui a atterri dans "vie de l'église", je ne sais pas comment. [C'était peut-être à cause de la St-Louis ? Le sujet est revenu en "politique". La modération]

Re: Déclaration de la Saint-Louis – Message de Mgr le Duc d’Anjou

Publié : sam. 05 sept. 2020, 16:43
par Gaudens
Je vous laisse à vos rêves et à vos certitudes,cher Léon.Bon dimanche .

Re: Déclaration de la Saint-Louis – Message de Mgr le Duc d’Anjou

Publié : dim. 06 sept. 2020, 7:16
par Léon
Merci Gaudens... bon dimanche aussi.

Re: Déclaration de la Saint-Louis – Message de Mgr le Duc d’Anjou

Publié : mer. 16 sept. 2020, 8:43
par Fleur de Lys
Je viens mettre mon grain de sel dans cette discutions qui ne saurait mettre tout le monde d’accord:
Alors comment trancher ? Qui est donc le dernier héritier légitime du royaume de France ? Le descendant du roi de France ? Ou du roi des Français ? «Ni l’un, ni l’autre», d’après le comte Du Mas de Paysac. Si l’on suit strictement la loi salique, mais aussi les lois de l’Eglise catholique et les coutumes précédemment appliquées, aucun des prétendants actuels n’est légitime, estime-t-il.
https://www.google.fr/amp/s/www.liberat ... ce_1738150

En gros aucun des candidats n’est parfait. Il y aurait donc d’autres critères apprendre en compte (lesquels?). Et un roi « au mérite » choisi par le peuple ne serait-il pas préférable?
Je me demande tout de même comment on passerait de la Sacro Sainte République à un retour à la vieille monarchie décapitée...

Re: Déclaration de la Saint-Louis – Message de Mgr le Duc d’Anjou

Publié : mer. 16 sept. 2020, 15:45
par Altior
Fleur de Lys a écrit :
mer. 16 sept. 2020, 8:43
Et un roi « au mérite » choisi par le peuple ne serait-il pas préférable?
Mais on l'a déjà. C'est ici.

Re: Déclaration de la Saint-Louis – Message de Mgr le Duc d’Anjou

Publié : mer. 16 sept. 2020, 20:25
par Gaudens
Votre humour est revigorant,Altior !

Re: Déclaration de la Saint-Louis – Message de Mgr le Duc d’Anjou

Publié : mer. 16 sept. 2020, 23:40
par ademimo
Fleur de Lys a écrit :
mer. 16 sept. 2020, 8:43
Je viens mettre mon grain de sel dans cette discutions qui ne saurait mettre tout le monde d’accord:
Alors comment trancher ? Qui est donc le dernier héritier légitime du royaume de France ? Le descendant du roi de France ? Ou du roi des Français ? «Ni l’un, ni l’autre», d’après le comte Du Mas de Paysac. Si l’on suit strictement la loi salique, mais aussi les lois de l’Eglise catholique et les coutumes précédemment appliquées, aucun des prétendants actuels n’est légitime, estime-t-il.
https://www.google.fr/amp/s/www.liberat ... ce_1738150

En gros aucun des candidats n’est parfait. Il y aurait donc d’autres critères apprendre en compte (lesquels?). Et un roi « au mérite » choisi par le peuple ne serait-il pas préférable?
Je me demande tout de même comment on passerait de la Sacro Sainte République à un retour à la vieille monarchie décapitée...
Un retour à la monarchie ne se poserait qu'en cas de crise gravissime et d'effondrement du régime. Et c'est bien parce que la situation de la France produit des signes inquiétants que le principal prétendant au trône multiplie ce genre de déclaration, qui est totalement inédite.

Re: Déclaration de la Saint-Louis – Message de Mgr le Duc d’Anjou

Publié : jeu. 17 sept. 2020, 9:52
par Altior
ademimo a écrit :
mer. 16 sept. 2020, 23:40
Un retour à la monarchie ne se poserait qu'en cas de crise gravissime et d'effondrement du régime.
On ne sait pas. L'expérience historique pourrait suggérer le contraire. Deux fois la monarchie a suivi la république. Dans les deux cas cela a été suite à des succès. Dans les deux cas le changement est venu de façon presque naturelle. Il était dans l'air, pour ainsi dire.
-la première fois c'était suite à la lutte d'Austerlitz. Gagnée. La Première République était gouvernée de toute façon de la main de fer de Napoléon. N'était-il pas normal que le gagnant, qui a fait effondrer un empire qui se prétendait le saint successeur de l'empire romain s'arroge, à son tour, ce titre ? Du moment où il avait déjà l'office, quoique pas encore le titre?
-la deuxième fois c'était suite à la Guerre de Crimée. Gagnée par la France et voilà: personne n'a pu contester sérieusement le couronnement du gagnant. Auquel s'ajoute le fait qu'il était successeur légitime d'un grand empereur. Le fait que ce grand empereur était un peu usurpateur a passé presque inaperçu, car ce n'était pas de bon ton de le rappeler.

Par contre, deux fois la république a succédé à la monarchie. Dans les deux cas cela est arrivé dans des situations de crise.
-la première fois un roi a fait l'erreur de convoquer le Parlement de l'époque. Les comptes étaient vides et le Budget avait besoin de sous. Il a eu l'idée saugrenue de passer la chose par les États Généraux, comme si, vous voyez, le Peuple serait d'accord de payer plus cher.
-la deuxième fois l'empereur qui avait gagné contre les Russes et contre l'«homme malade de l'Europe» perd devant les Allemands. Une guerre très courte, mais une défaite totale.

Au contraire, il est vrai que le plus retentissant changement du régime fut lorsque la République Romaine est devenu l'Empire Romain. Là, oui, on peut parler d'un effondrement du régime républicain. C'est très instructif, car jamais un peuple n'a pas été si opposé à la monarchie. Et pourtant, les luttes entre les partis, devenues de plus en plus dures jusqu'à l'élimination physique des perdants, la vie de moins en moins sûre en pleine paix, ont fait que tout le monde tourne vers les militaires comme une solution salvatrice. La dictature militaire de Jules César a été reçue comme une bénédiction. Le fait qu'il fut assassiné par une conspiration républicaine n'a agi qu'en mieux préparer le terrain pour l'avènement de la monarchie, chose qui était impensable une génération avant.