Populisme : le Grand Dégagement commence

« Par moi les rois règnent, et les souverains décrètent la justice ! » (Pr 8.15)
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 6170
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Populisme : le Grand Dégagement commence

Message non lupar Cinci » jeu. 16 févr. 2017, 15:56

Fée Violine :
Ce qui est mauvais dans le monde, c'est la pagaille que nous y mettons.
Entre autres ...

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 6170
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Populisme : le Grand Dégagement commence

Message non lupar Cinci » ven. 17 févr. 2017, 15:18

Je rappelle que Toto avait crée un fil où il s'autorisait une plainte informelle à l'égard du discours épiscopal anti-populiste, celui semblant intervenir à l'appui de ce projet politique "mondialiste" (ou "européiste") soit un vaste projet qui se voudrait rassembleur, destructeur de frontières, etc.

Ici :

viewtopic.php?f=94&t=40651


Est-il possible qu'un lien puisse exister entre la velléité de "combattre le populisme" et puis celle d'y faire taire au sommet les adversaires d'idées qui sont hostiles aux grandes orientations politiques du beau grand projet civilisateur?

Dans son fil, il est vrai que Toto se plaignait surtout de la langue de bois que les évêques semblent affectionner, une langue qui ne veut à peu près rien dire catholiquement parlant.

D'un point de vue polémique, Il demeure vrai que l'évêque que l'on imagine discourir en appelle carrément à un dépassement de l'État-nation. Ça, c'est une sacré posture politique. Parlons d'une position qui resterait hautement discutable en réalité, comme hautement hasardeuse pour les peuples justement. Pourquoi le populisme ne serait-il pas une réaction en partie légitime face aux différentes menaces que le projet lui-même pourrait soulever?

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 6170
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Populisme : le Grand Dégagement commence

Message non lupar Cinci » ven. 17 févr. 2017, 15:29

Il faudrait lire les commentaires sur cette page ...

http://www.francisrichard.net/2015/06/p ... elsol.html

Il est abusif de confondre populisme et démagogie. Le discours populiste, en effet, est critique envers l'individualisme moderne, défense des valeurs communautaires de la famille, de l'entreprise et de la vie civique, récusation de l'Etat-providence qui s'est substitué aux solidarités de personne à personne. Il n'est pas pour autant libéral...

Le discours populiste est également volonté de moralisation de la politique et des moeurs, valorisation de l'identité de la nation ou du groupe d'appartenance, anti-mondialisme en raison de l'uniformisation à laquelle il conduirait.
ou
Pourquoi tant de haine à l'égard des populistes? Pourquoi n'argumente-t-on pas avec eux? Parce qu'ils en sont restés, comme dit plus haut, à l'intérêt général, c'est-à-dire au commun considéré comme "le bien public de la cité ou de la société élargie, dotée de souveraineté".

Or le commun s'est universalisé. Il est devenu une dogmatique de l'émancipation, qui s'oppose à et exclut tout enracinement. Cette idéologie "émancipatrice" a fait de la libération un absolu indiscutable, sans limites donc, qui, pourtant, "omet la moitié des exigences humaines".
C'est Chantal Delsol qui nourrit cette réflexion. Chantal Delsol, qui est catholique ...

François Richard rajoute :

"Les défenseurs du peuple furent d'abord des gens de gauche, qualifiés de populaires, puis des gens de droite, qualifiés de populistes. Entre-temps s'est en effet opérée la trahison du peuple, que les gens de gauche ne reconnaissent pas dans ce qu'il est devenu..."


Revenir vers « Politique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité