Dire non aux idéologues de la diversité

« Par moi les rois règnent, et les souverains décrètent la justice ! » (Pr 8.15)
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8377
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message non lupar Cinci » ven. 22 sept. 2017, 22:19

(autre commentaire de Mathieu Bock-Côté)


La souveraineté nationale est-elle réactionnaire?

La souveraineté nationale est-elle appelée à se dissoudre progressivement dans une société mondialisée délivrée des vieilles frontières nationales et de celles qui existent entre les civilisations? Ou demeure-t-elle un cadre indispensable pour l'existence des nations, leur déploiement, leur développement?

Ce sont les paroles de Manuel Barroso qui ont précipité cette querelle* : le président de la Commission européenne a qualifié les défenseurs de l'exception culturelle de "réactionnaires".




L'homme idéal de la mondialisation, c'est le nomade, le citoyen du monde qui se construit une culture hybride et n'entretient plus un lien privilégié avec sa société. Ce qu'on apprécie de lui, c'est justement son caractère déterritorialisé et sa prétention à pouvoir se déplacer partout sur la planète selon les exigences du marché, pour peu qu'on lui garantisse ses droits. Il est évidemment un être dépolitisé qui évolue exclusivement dans le domaine privé, ou ne s'engage publiquement que pour des motifs humanitaires circonstanciels.

Pour les européistes, l'idéal est le suivant : l'humanité est appelé à transformer sa diversité fondatrice en mettant en place une architecture politique mondialisée. L'Europe serait le point de départ de cette unification dont l'extension ne saurait connaître quelque limite définitive. D'ailleurs, l'Europe telle qu'elle se laisse définit politiquement n'a plus aucun substrat historique : on la réduit à des valeurs universelles comme les droits de l'homme, la démocratie, le libre-marché ou l'état de droit. Ce sont des valeurs éminemment nobles, évidemment, mais qui ne sauraient pour autant fonder seules une communauté politique.





Ce qui est fascinant chez les partisans du globalisme libéral, c'est leur certitude absolue d'aller dans le sens de l'histoire dont ils ont décodé le secret et l'orientation. L'insulte choisie par Barroso pour qualifier ses adversaires est révélatrice : le "réactionnaire" c'est celui qui va à contre-courant de la marche évidente de l'histoire et du progrès. Il s'oppose à l'émancipation humaine, qui prendrait nécessairement le visage du démantèlement des nations et des cadres politique qui ont permis leur développement.

L'aversion contre la nation demeure un des traits politiques les plus profonds d'une certaine mentalité progressiste qui s'Imaginent toujours que les frontières étouffent l'homme davantage qu'elles ne le protègent. Elle recycle le vieux vocabulaire de l'extrême-gauche pour disqualifier les adversaires des grandes utopies censées accoucher d'une société parfaite. A certains égards, le globalisme libéral a succédé au marxisme comme philosophie de l'histoire. C'est en se déculturant que l'homme s'épanouirait. La mondialisation se pose comme un nouveau dieu dont on doit passer tous les caprices. Il faut en toutes circonstances "s'adapter à la mondialisation" et se soumettre à l'empire universel de la marchandise. Elle a ses règles : il faut les suivre.

La liberté est réduite à peu de chose : il faut désormais consentir à ce qui se présente comme un mouvement inéluctable. C'est la loi d'airain de la modernité, qui ne tolère pas que l'on doute du chemin qu'elle nous fait prendre. On oublie trop souvent qu'il existe à plusieurs égards un fanatisme de la modernité. Jamais on ne renverse l'hypothèse.

Jamais on ne suppose qu'il pourrait être nécessaire d'adapter la mondialisation au nations, pour éviter qu'elle ne dissolve leur identité, qu'elle ne défasse leur souveraineté et qu'elle me démantèle les institutions gardiennes de leur culture. Jamais on ne suppose que l'homme ne désire peut-être pas s'affranchir du cadre national et qu'il s'y attache légitimement, quoi qu'en pensent les élites mondialisées.

S'il faut vivre dans son époque, il serait fou de s'y jeter en oubliant les permanences humaines; en les refoulant, on risque moins de les faire disparaître que de les rendre pathologiques. C'est ce qui arrive aux cultures et aux identités collectives : c'est lorsqu'on veut les faire disparaître qu'elles se crispent et s'absolutisent. C'est le paradoxe de la modernité que de créer des maux qu'elle prétend combattre. Elle a besoin de s'Inventer des démons pour renouveler chaque fois sa prétention à incarner le parti du bien.


* 18 juin 2013 : intervention de Barroso au moment de la négociation d'un accord commercial entre les États-Unis et l'Europe

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8377
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message non lupar Cinci » ven. 20 oct. 2017, 6:06

Petit billet de Louise Beaudouin, le 16 octobre 2017 :

Enchâssé dans la Constitution canadienne depuis 1982 par l’article 27 de la Charte canadienne des droits, le multiculturalisme comme modèle de gestion de la diversité au Canada démontre presque en continu ses excès et ses failles. Ce multiculturalisme et ses dérives ont été dénoncés, dès 1995, par le grand écrivain québécois Neil Bissoondath dans son essai Selling Illusions, et depuis par Boucar Diouf et tant d’autres.

Dans sa version extrême, celle que défend et incarne Justin Trudeau lui-même, le multiculturalisme conduit à la négation d’un socle commun. Or, il se trouve que ce socle, la plupart des Québécois, souverainistes ou non, cherchent depuis toujours à le pérenniser. Ce « patrimoine » englobe aujourd’hui la langue française, quatre siècles d’histoire, une culture spécifique, des institutions politiques, sociales et économiques distinctes telles que le Mouvement Desjardins, le Chantier de l’économie sociale et la Caisse de dépôt : un ensemble qui constitue le « modèle québécois ».

Dans ce Canada devenu un état postnational — comme se plaît à le dire son premier ministre — où vivent côte à côte les communautés et où « il n’y a pas d’identité fondamentale, pas de courant dominant », il n’y a donc pas de place pour la nation québécoise. Justin Trudeau lui-même, en 2007, un an après l’adoption par la Chambre des communes d’une motion, pourtant sans portée concrète, qui affirmait que les « Québécois forment une nation dans le Canada uni », la reniait tout simplement.

[...]

En son coeur même, le multiculturalisme est une arme politique déjà utilisée par Trudeau père pour mieux rejeter l’existence de la nation québécoise dans un ensemble plus vaste, où elle ne peut qu’être niée, banalisée, marginalisée. Le multiculturalisme« hardcore » s’attaque insidieusement à l’image qu’ont les Québécois d’eux-mêmes pour constamment les ramener au statut de minorité comme les autres au sein du Canada.



http://www.ledevoir.com/societe/actuali ... li-sur-soi

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8377
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message non lupar Cinci » ven. 20 oct. 2017, 7:53

Contre l'aliénation linguistique

Dans Genèse de la société québécoise, lumineuse somme d'histoire nationale intelligemment interprétée, Fernand Dumont, en parlant d'une cassure propre à l'identité québécoise incarnée par ses parents, écrit ceci qui me semble s'appliquer de façon encore plus prégnante à l'actualité :
Dans la localité, parler l'anglais était considéré comme le comble du savoir, presque l'accès à la métaphysique. Nos parents ne manquaient pas de nous le rappeler.

Regardez autour de vous, plusieurs lois linguistiques et discours d'affirmation nationale plus tard. Que voyez-vous? Des parents qui ne jurent que par les stages d'immersion en langue anglaise pour leurs enfants; des jeunes qui, lorsque questionnés à ce sujet entre deux hits écoutés par le canal de leur walkman, s'empressent de répondre , sans l'ombre d'une hésitation parce que convaincus de fournir la bonne réponse, que l'anglais est absolument indispensable pour espérer un jour, pouvoir gagner sa vie [...]
Mon propos, je tiens à le préciser tout de suite, n'a rien à voir avec les sempiternelles envolées plaintives qui se complaisent dans le registre alarmiste du français qui dégénère. Autrement dit, Jean-Louis Roux ne m'intéresse pas et je suis bien d'accord avec Pierre Vadeboncoeur quand il dénonce "les mépris d'un élégant" et "qui glisse simplement son mépris pour les siens dans le mépris avec lequel ils sont regardés par d'autres." cf P. Vadeboncoeur, "Les mépris d'un élégant", dans L'Action nationale, octobre 1994, p. 1174

Comment résumer le problème? Comment expliquer surtout que la langue fasse figure pour presque tous les Québécois, semble-t-il, de détail très secondaire, alors qu'il s'agit là d'un enjeu de toute première importance? Comment, même comprendre ce dédain affiché à l'endroit de la langue française par ceux, ici même, dont c'est la langue maternelle, mais qu'ils ne considèrent plus maintenant qu'utile à lire une recette de pâté chinois et, par conséquent, obstacle à leur épanouissement qui passe, lui, bien sûr, par l'anglais?

Le phénomène est complexe et la force d'attraction exercée par la culture anglo-américaine n'explique pas tout.

L'aliénation linguistique découle aussi d'une réduction instrumentale et marchande de la langue. Dès lors, on comprend que, vue sous cet angle, la langue n'est plus qu'un vulgaire outil dont on peut se débarrasser cavalièrement lorsqu'une alternative plus efficace se présente. Considéré ainsi, dans une logique marchande, le français est à l'anglais ce que la main est à la masse lorsqu'il s'agit d'enfoncer un mur, c'est à dire discrédité.

Je me permettrai donc, ici, de citer un assez long extrait d'une réflexion d'André Belleau qui me semble résumer avec justesse le phénomène de l'aliénation linguistique, quelle que soit la langue concernée :
"... Bien sûr, le langage s'exerce toujours à travers une langue donnée, dans notre cas le français. Il passe obligatoirement par une langue. Le drame, donc, c'est que si on s,attaque à la langue d'un peuple en la refoulant, la dédaignant, on s'attaque à la faculté même du langage, on risque de mutiler et de diminuer la qualité humaine des individus de la communauté. Les hommes qui voient leur langue méprisée ne parlent tout simplement plus. Ce sont des silencieux. Le silence de l'humiliation. Voilà pourquoi ce n'est pas tellement le français comme langue qui est en cause [...] c'est bien plutôt l'essentielle fonction langagière d'une communauté humaine. Sur le plan individuel, la solution est facile : on change de langue. On adopte la langue dominante. Mais une collectivité de plusieurs millions de personnes scolarisées occupant le même territoire ne saurait aujourd'hui changer de langue. C'est une opération irréalisable. "
Problème de langage, donc, mais comme celui-ci passe obligatoirement par une langue, une attaque portée à cette langue devient, dans les faits, une tentative de spoliation d'un droit inaliénable de l'être humain qui est celui de se constituer en sujet parlant. Et le langage a beau être universel, il n'en demeure pas moins, nous rappelle Belleau, qu'il est aussi constitutif de tout un environnement.

Considération qui change la perspective et accorde à la langue un statut autre que celui de simple instrument. C'est la raison pourquoi l'essayiste québécois ajoute, un peu plus loin, en réponse aux partisans de l'assimilation, "je dis qu'il y a du mépris et de l'intimidation, et que nous devons cesser de nous excuser d'avoir des bras, des jambes, une langue, une société ..." Manière de dire que le droit au langage, étant universel, devrait aller de soi et n'être pas soumis aux impératifs économiques sur la base desquels on tente de justifier la "ringardisation" du français.

Dénonçant les méfaits du néolibéralisme dans la communauté anglo-québécoise, le sociologue Gary Caldwell résume en ces termes le postulat central de cette doctrine :
Le néolibéralisme est la doctrine selon laquelle des droits universels sont absolus et ne peuvent être subordonnés aux exigences sociales et politiques d'un contexte historique particulier; c'est la doctrine qui a donné naissance aux chartes ou déclaration des droits des personnes.
Or l'universel, pour les Québécois d'aujourd'hui, ne semble plus se situer au niveau du droit au langage, mais plutôt au niveau de la nécessité de parler anglais. De toute évidence, la leçon de Belleau n'a pas été comprise.

André Brochu, avec une férocité humoristique vivifiante, exprimait bien la perception actuelle que plusieurs Québécois ont du français :
"Du reste, je ne parlerai plus de l'anglophone, mais de l'Homme; ni de l'anglais, mais de la Langue. La Langue est au français ce que la puissance est au désespoir."
Et plus loin, afin de bien enfoncer le clou de notre auto-aliénation linguistique, il tirait la conclusion qui s'impose à celui qui rampe devant ceux qui ont eu la chance de naître marqué du sceau de l'universel, c'est à dire de l'anglais :
"Jamais il ne sera donné aux Québécois de vivre comme ces derniers, mais leurs enfants pourront du moins s'y efforcer, et les siècles bifferont le souvenir de ces bizarres déchets d'humanité qui, sur les bords du Saint-Laurent, ont pendant un moment prétendu ériger leur particularité linguistique et culturelle en système de survie, au mépris des droits de l'Homme qui stipulent l'alignement sur l'universel. "
Tiré de :

Louis Cornellier, Plaidoyer pour l'idéologie tabarnaco, p.46

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8377
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message non lupar Cinci » ven. 20 oct. 2017, 8:42

Dans le billet du 26 août 2017 :

Il en va de même dans la population. La relative unanimité par rapport aux acquis de la loi 101 que l’on pouvait constater il y a quelques années n’existe plus. Il y a, en effet, au-delà de la minorité anglophone, un courant chez les allophones et chez les francophones mêmes visant à « affranchir » ou à « libérer » les Québécois de ce « collectivisme linguistique », soutenu par ceux qui voient — à tort — dans la Charte un obstacle au bilinguisme individuel et, dans leur esprit, au succès économique, en même temps qu’une atteinte à la célébration continue du multiculturalisme, ou encore une entrave sur la voie permettant d’accéder à l’« Universel », qui ne peut se faire, selon eux, qu’en anglais.
et

Le très mauvais exemple venu de France

Évidemment, la loi 101 n’a pas d’emprise sur la volonté des locuteurs de s’exprimer en français ici au Québec et encore moins ailleurs.

En France, les élites, le président Macron en tête, n’hésitent pas, dès qu’elles le peuvent, à utiliser l’anglais, à défaut de parler la novlangue. C’est ainsi qu’au Québec, pendant la campagne présidentielle, l’équipe Macron distribuait sans gêne des autocollants unilingues anglais « Yes, we march ». La France a depuis longtemps délaissé ses obligations de promotion et d’utilisation du français dans les institutions internationales, à commencer par l’Union européenne, où l’anglais est roi, même en cette heure de Brexit. C’est sans parler de la candidature parisienne pour les Jeux olympiques, défendue par le slogan « Made for sharing ». Pour ces élites, le français n’est qu’une langue régionale et non plus une des dix grandes langues internationales parlées sur les cinq continents.

On comprend donc que c’est en Afrique que se jouera le salut de la langue française. Son avenir dépendra des décisions que prendront un certain nombre de pays du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne. Pour l’instant, le Maroc et la Tunisie ont réitéré leur appui au français comme langue seconde, alors que le Rwanda est passé à l’anglais. Ailleurs, dans de vastes pays comme la République démocratique du Con
go, la situation est incertaine et fragile.
http://www.ledevoir.com/politique/quebe ... -incertain

Il existerait un courant d'opinion parmi les francophones du Québec et qui se réjouirait d'une suppression de la charte de la langue française. Parce que cette dernière constituerait un obstacle à la célébration du multiculturalisme au Canada.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8377
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message non lupar Cinci » sam. 09 déc. 2017, 19:17

Toujours pour déraciner la légitimité du discours politique libéral et diversitaire actuel ...

https://www.youtube.com/watch?v=XZ2bHUhaXn8

La diversité n'est pas notre force.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1015
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message non lupar Altior » dim. 10 déc. 2017, 8:36

C'est ma gouvernante qui m'a appris le français. Elle était très vieille, elle avait fait son éducation à Paris dans les années trente. Quand je suis arrivé en France je me suis rendu compte que ce que je connaissez était le français d'autre fois. Je me sentais comme téléporté dans le temps. Les gens disaient «tee-shirt» à l'objet que je prenais pour un tricot. En automne ils portaient des «pulls» qui, pour moi, étaient bien des chandails. À leur départ, je leur souhaitais un bon fin de semaine, à leur tour il me répondaient poliment en me souhaitant un bon week-end. Aux achats pour la première fois: je demande à l'Intermarché où sont les charriots. On me répond que les caddies sont là-bas. Une fois à la caisse on me pose la question si je veux un bag. Je n'ai pas bien compris, je pensais qu'un bag doit être un anneau pour les hommes. Finalement je comprends qu'un bag c'est un sachet payant.

Mais ce n'est pas seulement la langue qui s'est anglicisé, c'est toute une culture. Mas gâteaux préférés de Bucarest, mes gâteaux d'enfance, pourtant basés sur des recettes françaises de l'époque pré-communiste, quand la France avait un tout autre rayonnement dans l'est de l'Europe n'existaient plus pour la plupart. Plus d'amandines, plus de mascottes, plus de coupes Jacques, plus de choux à la crème. Quand je demandais tout ça je réveillais une nostalgie lointaine aux pâtissiers de nos jours, tendis que le «parfait», pourtant la meilleure glace du monde, sans pareil pas même chez les italiens, ne réveillait aucun souvenir et semble complètement inconnu de nos jours. La place de tout ça a été prise par des «crumbies», des «cheese-cake», des «brownies» (ceux-ci ressemblent bien aux négresses de Bucarest). J'ai eu la bonne surprise de redécouvrir une espèce de savarine sous un autre nom: elle s'appelle Baba Rhum ou quelque chose comme ça.

Mais la plus triste surprise a été dès l'aéroport, puis au métro, puis aux musées, puis à la gare et ainsi de suite. Chaque fois les gens, pourtant très bienveillants, se rendaient vite compte de mon fort accent étranger. Leur réaction était invariable: ils commençaient me parler en anglais. C'est triste, car l'idée que le français est bien une langue internationale, une langue de communication, tout aussi connue dans les pays de l'Est (au moins en Roumanie) ne semble plus passer par la tête des gens. Alors, je trouve normal que la politique de l'enseignement de Roumanie a viré vers l'anglais. De nos jours, l'anglais est la première langue vivante enseignée, tendis qu'alors quand j'étais élève c'était le français. Finalement, un enseignement est censé de préparer les enfants pour le monde de nos jour, non pas pour le monde de grand-papa. Si les Français-même s'anglicisent et utilisent l'anglais partout, le virage vers l'anglais dans les pays une fois dominés par la francophonie devient compréhensible. Dans quelle langue vous pensez que la centrale Renault parle avec les chefs de Dacia, pourtant, de nos jours, une filiale de Renault ? Eh bien, gagné: en anglais. Et ça va pareil pour GDF de Bucarest, Aquanova, Société Générale et ainsi de suite.

Mais alors, qu'on ne vienne pas me dire de faire un acte patriotique en achetant des produits français. C'est un culot lorsque je met la musique dans mon Renault Espace et c'est écrit «track 1» au lieu de «piste 1», lorsque chaque fois que j'ôte mes ceintures de sécurité j'appui sur le bouton rouge «press» etc. Ils veulent que j'achète français? D'accord, mais alors il faut qu'il vendent français!

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8377
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message non lupar Cinci » lun. 11 déc. 2017, 17:38

Quelle douce musique à mes oreilles! La chronique de Jacques Lanctôt ...

L'hydre multiculturel

http://fr.canoe.ca/infos/chroniques/jac ... 05102.html



La position de Lanctôt :
Si je dis que le niqab et la burka n'ont pas leur place dans l'espace public qui doit être neutre, si je dis que les services doivent être offerts et reçus à visage découvert, si je dis que les immigrants, quels qu'il soient et d'où qu'ils viennent, doivent adopter les grands principes de notre culture sociétale, dont l'égalité en droits pour les femmes et les hommes, et s'adapter à nos conditions de vie, tout comme ils le font lorsqu'arrivent les grands froids, je vais passer aux yeux d'une certaine gauche orthodoxe pour un raciste systémique.
Et le péché originel :
Cette gauche autoproclamée inclusive n'a jamais condamné le multiculturalisme, cette hydre sournoise mise au monde ici par Pierre Elliot Trudeau pour mieux étouffer les aspirations légitimes du Québec, dont celle de la laïcité. Rappelons simplement qu'il n'y a pas si longtemps, la militante Dalila Awada avait affirmé, devant les membres du parti Québec solidaire réunis en congrès, que le Parti québécois portait en lui « la bête du racisme », sans que ses propos intimidants et sulfureux ne soient condamnés ni par la direction de ce parti ni par les tribunaux. Sous le couvert de progressisme, ces gens regroupés dans différentes organisations, allant de QS au PLC, en passant par Québec inclusif, le NPD, le PLQ et certains organismes gouvernementaux ou paragouvernementaux, distillent la haine du Québec.


En somme, Lanctôt dit que ce gauchisme ou ce libéralisme dit progressif n'est qu'une imposture intellectuelle. Il s'agit d'une entreprise politique faussement libératrice. Sur le plan national, il ne permet en rien la libération politique et collective des Québécois par exemple. Il ne permet pas du tout l'émancipation des femmes immigrantes entre autres choses. Il n'en contribue en rien à pacifier davantage la société. surtout pas à permettre une cohabitation plus harmonieuse entre les personnes.

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7079
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message non lupar Anne » mer. 13 déc. 2017, 4:59

Ça change agréablement du "déblatérage" habituel... :top:
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8377
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message non lupar Cinci » jeu. 15 nov. 2018, 5:47

De Pascal Bruckner ...


" ... car les minorités, en raison des torts qui leur ont été infligés, ont acquis une prérogative qui était jadis celle de la bourgeoisie : se préférer sans partage, s'abandonner à la volupté de la bonne conscience. Elles affichent bruyamment leur personnalité, s'enorgueillissent d'être ce qu'elles sont, pratiquent l'autocélébration, ne se reconnaissent aucun travers, ne s'autorise aucune remise en cause, échappent même parfois aux lois communes (aux États-Unis, les gays hommes ou femmes, ne peuvent, sauf exception rarissime, être accusés de harcèlement sexuel : la libre expression de leur libido est toujours innocente). On a transféré sur les minorités les privilèges interdits aux classes dominantes ou aux nations. D'ailleurs, la minorité, ethnique, religieuse, sexuelle, régionale, n'est rien d'autre que cela : une petite nation rendue à son angélisme, lavée du péché originel et chez qui le chauvinisme le plus outrancier n'est que l'expression d'un légitime amour-propre.

Sous prétexte de célébrer l'idée de diversité, on instaure à la fois la séparation des hommes et leur inégalité puisque certains, du seul fait d'exister, jouissent d'avantages prohibés aux autres. De ce fait, il existe une police des marginalités qui n'est pas moins sévère que l'autre, un micro-nationalisme aussi cocardier.

Le chantage à la solidarité ethnique, raciale, religieuse, la dénonciation des félons traités de "bougnoules" ou de "macaques de service" servent de rappel pour les récalcitrants éventuels et brident leur aspiration à la liberté.

Chaque fois qu'un pays occidental a voulu codifier un "droit des minorités", ce sont des membres, en général des femmes, issus de ces minorités, qui se sont insurgés ! Les dispositions généreuses qui prétendaient, par exemple, au Canada, faire juger les musulmans par la loi musulmane sont vécues alors comme une régression, un nouvel enfermement.

Comment ne pas avoir la plus extrême méfiance vis-à-vis de cette mystique de l'altérité qui se développe aujourd'hui parallèlement à celle du respect (dont l'éthymologie signifie "regarder à distance"). Car l'autre n'est pas un autre moi-même, cet étranger qui m'est proche, il brille dans sa lointaine et inaltérable splendeur, lui qui n,a pas été souillé par la modernité.

[Le multiculturalisme comme apartheid légal, dit Bruckner]

Le multiculturalisme n'est peut-être rien d'autre que cela : un apartheid légal où l'on retrouve les accents attendris des riches expliquant aux pauvres que l'argent ne fait pas le bonheur : à nous les fardeaux de la liberté, de l'invention de soi, de l'égalité entre hommes et femmes, à vous les joies de la coutume, des mariages forcés, de la polygamie, de l'excision . Les membres de ces petites congrégations deviennent alors des pièces de musée, les habitants d'une réserve que nous voulons préserver des "calamités" du progrès et de la civilisation. Certaines communes d'Italie envisagent de réserver des plages aux femmes musulmanes pour qu'elles puissent se baigner à l'abri des regards masculins. On se croirait revenu au temps de la ségrégation dans le sud des États-Unis.

Autrement dit, c'est un double combat que nous devons mener : protéger les minorités des discriminations qui les frappent (favoriser par exemple l'enseignement des langues et cultures régionales, adapter le calendrier scolaire aux fêtes religieuses) ; et protéger les personnes privées des intimidations que leur communauté de naissance peut exercer sur elles.

L'État d'Ontario au Canada avait voulu accorder à des tribunaux religieux le droit de statuer sur les litiges de succession et de famille. Une canadienne d'origine iranienne prit la tête de la contestation pour empêcher cette imposition de la charia et permettre à tous les citoyens sans distinction de croyance ou de sexe de rester sous le régime de la loi générale. En Allemagne, une ancienne juge constitutionnelle, Jutta Limbach, membre du SPD, a proposé la création d'un statut de minorité dans la constitution allemande, autorisant par exemple les filles musulmanes à être dispensées de gymnastique à l'école. La réaction est venue de deux femmes, allemandes d'origine turque, Necla Kelek et Seyran Ates, qui ont souligné les dérives potentielles d'un tel statut, mariage forcé, infériorité légale de la femme, etc.


La France a crée en avril 2004 un secrétariat d'État aux victimes qui entend s'occuper de "la mémoire des victimes du passé, de celles d'aujourd'hui mais aussi des victimes potentielles", ce qui ouvre, on en conviendra, un très large spectre. On voit le risque : créer un appel d'air, une clientèle d'infortunés qui s'ignoraient mais que ces dispositions vont stimuler. On ne referme pas les plaies, on en crée de nouvelles. "J'étais malheureux, je ne le savais pas. Le gouvernement m'en a convaincu." Inaugurera-t-on un jour, entre Matignon et l'Élysée, un ministère des peines de coeur ? On détourne la puissance publique de ses attributions traditionnelles en la réduisant au rôle de psychologue, d'assistante sociale, de consolatrice des affligés.

Il est curieux que dans l'Hexagone, les communautés de l'ex-Indochine ne participent guère de cette complainte généralisée et se refusent à la posture lacrymale. Beaucoup, il est vrai, sont venus en France pour fuir les régime communistes mais c'est peut-être aussi que Vietnamiens, Laotiens, Canbodgiens ne comptent que sur eux-mêmes et ne versent pas dans le misérabilisme ambiant.

[au sujet des "pauvres victimes" qui réclament, et promptes à vouloir faire reconnaître leurs droits de minoritaires bafoués ...]

Quand un rappeur, soucieux de mettre en valeur "cette injustice que ressentent les fils de damnés" chante : "La France est une garce, n'oublie pas de la baiser jusqu'à l'épuiser; comme une salope, il faut la traiter, mec." (Monsieur R) ou qu'un autre groupe (Ministère Amer) s'exclame : "Quelle chance d'habiter la France, dommage non plus que ta mère ne t'ait rien dit de ce putain de pays où 24 heures par jour et sept jours par semaine, j'ai envie de dégainer sur ces faces de craies, faces de craies bien placées qui m'empêchent de m'exprimer"; lorsque le groupe Lunatic proclame : "Quand je vois la France, les jambes écartées j'l'encule sans huile. Je rêve de loger dans la tête d'un flic une balle de Glock", ils surfent peut-être sur un créneau commercial mais rendent peu désirable la citoyenneté française. La profondeur du dégoût est telle, la dimension du tort si vaste qu'elle rend l'adhésion impossible.

[...]

Disons-le en deux temps : quiconque n'aime pas les Noirs, les Arabes, les Indiens, les Asiatiques, les Juifs [...] ne doit pas vivre non plus à New-York, Londres, Amsterdam, Madrid, Rome. Il s'est trompé de siècle, pour reprendre une célèbre expression de Trotski. Fin de l'Europe monochrome, majoritairement blanche.

Mais quiconque pense que la France est une nation ignoble dans son histoire et répugnante dans ses idéaux, quiconque la voit comme une simple prestataire de services envers qui on a tous les droits mais aucun devoir, se condamne à un écartèlement douloureux, à une véritable crucifixion psychologique, à moins de s'expatrier, de chercher ailleurs des cieux plus cléments.

Toute cette jeunesse française, de lointaine origine immigrée, qui hait la France mais n'a nulle part où aller, qui siffle, par exemple, La Marseillaise lors des matchs de football en brandissant des drapeaux algériens mais me retournera jamais en Algérie, fait penser à ces unions boiteuses entre partenaires qui se détestent mais n'arrivent pas à se quitter et cohabitent dans une antipathie réciproque. On ne peut que l'inviter à se prendre en main, à se réconcilier avec elle-même et à transformer sa colère en action politique, en amélioration collective. On ne peut habiter durablement un pays qu'on méprise, sauf à finir par se mépriser soi-même.

p. 178

P. Bruckner, La tyrannie de la pénitence. Essai sur le masochisme occidental, Paris, Bernard Grasset, 2006
La liberté c'est quoi au juste ? Un être libre est une personne capable de dominer ses passions et de toujours choisir le bien. La nature humaine est toujours en lutte avec ses tendances nommées : orgueil, envie, colère, gloutonnerie, luxure, avarice, paresse. Si une personne réussit à les surmonter, elle est libre. Sinon, elle est esclave de ses penchants et elle ne peut posséder la joie et la paix.

Bassmeg
Quæstor
Quæstor
Messages : 334
Inscription : mer. 12 sept. 2018, 22:53
Conviction : Catholique new wave

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message non lupar Bassmeg » lun. 19 nov. 2018, 23:01

Merci Cinci pour tous ses longs textes.

Si je peux, j' aimerai quand même apporter un contrepoint.

Je vis en France, un pays riche en diversité, depuis des millénaires. On est un des rares pays à avoir accueilli DEUX espèces humaines, Néanderthal et Sapiens.

Cà fonde pas mal une tradition de diversité. Ensuite, par notre situation géographique, nous avons toujours été un carrefour. Burgondes, vandales, gaulois, huns, romains, allobroges, sarrasins, saxons, goths… L' histoire de la France, c' est ça. Pleins de peuples, constamment en train de se mélanger en se diversifiant. C' est un fait, pas une idéologie. Et le résultat, c' est notre pays, une puissance mondiale. Beaucoup de grandes françaises et de grands français sont issus de la diversité.

Cinci, je crois que vous menez un combat d' arrière garde. La diversité EST là. Vous pouvez la déplorer (ou en profiter pour vous faire pleins d' amis, découvrir d' autres cultures, langues et maniere de penser...).

Mais à mon avis, être contre, en France, en 2018, c' est pas très productif. Vous êtes sur un petit bateau, pris dans les rapides. Vous ne pouvez pas le diriger vers la berge. Vous ne pouvez pas le stopper. Vous ne pouvez pas faire demi tour et repartir en arrière. Au mieux, vous pouvez le diriger un petit peu par là ou un petit peu par là. Mais repartir en arrière n' est pas une option.

Avatar de l’utilisateur
Sam D.
Censor
Censor
Messages : 90
Inscription : mer. 04 juil. 2018, 13:11
Conviction : Catholique romain

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message non lupar Sam D. » mar. 20 nov. 2018, 13:06

Réponse rapide à Bassmeg : une nuance de taille par rapport à aujourd'hui, c'est que les Barbares qui ont déferlé sur la France ont été acculturés par les Gallo-Romains déjà présents (reproduisant le schéma connu par la Grèce avec Rome : Graecia capta ferum victorem cepit)...

Ce qui frappe actuellement, c'est la capitulation d'avance et le reniement des valeurs qui nous ont amenés là où nous sommes. On muselle méthodiquement toutes les bouches qui s'alarment, on nous démobilise en nous faisant croire qu'il n'y a pas d'alternative, que tout cela relève de la fatalité (mais bien sûr...), et qu'à la limite, nous devrions non plus périr pour elles (idée de facho, ça...), mais disparaître au nom même de nos valeurs morales, absurdité qui devrait réveiller toute personne capable de réfléchir sainement.
"Ne crains pas, crois seulement"
"Je veux la miséricorde, non le sacrifice"

Bassmeg
Quæstor
Quæstor
Messages : 334
Inscription : mer. 12 sept. 2018, 22:53
Conviction : Catholique new wave

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message non lupar Bassmeg » mar. 20 nov. 2018, 15:11

Bonjour Sam D.

Les peuples vivant sur le territoire avant l'invasion des Romains n' ont pas été "acculturés".

On n'acculture pas des peuples.
Il nous reste bien des coutumes et des mots d'eux.

De plus, aujourd'hui, on est quand même un peu rentré dans l'ère d' une culture mondiale, il me semble.
L'accueil en France des réfugiés, l'intégration des nouveaux français issus de la diversité, c'est justement la matérialisation de nos valeurs.

Liberté, égalité, fraternité.
La diversité existe depuis toujours en France. Comme dans d'autres grands pays, d'ailleurs. Et c' est bien normal. Les humains sont remuants.
Sinon, on habiterait encore tous en Afrique.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8377
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message non lupar Cinci » jeu. 22 nov. 2018, 17:20

Bonjour,

Quand je dénigre une certaine pensée "diversitaire" ou une "idéologie de la diversité", je ne m'attaque pas au fait que les populations de divers pays puissent être composées de citoyens venus de différents horizons. Car, c'est évident : chaque pays peut intégrer des gens venus d'ailleurs. Et il n'y a rien de mal là-dedans.

Prenons un exemple :

Si on prend l'exemple des États-Unis : c'est depuis toujours que les citoyens des États-Unis acceptent chez eux des gens venus d'ailleurs. Ce n'est rien de nouveau.

En revanche, il existe bien une seule et unique mythologie américaine et un seul patriotisme américain avec son folklore, ses grandes dates, ses grandes figures et ses idées-forces sacro-saintes et sa Constitution, révérée d'ailleurs à peu près au même titre que les tables de la loi dans la Bible. Le pays possède une personnalité morale bien distincte et les gens qui viennent s'y installer pour vivre sont normalement invités à reprendre le combat qui aurait été celui d'Abraham Lincoln, pour y chanter les vertus du pays au coude à coude avec Obama, debout, la main sur le coeur, en écoutant l'hymne nationale enroulé dans les plis du drapeau. Les nouveaux arrivants font également profession d'adorer le style de vie américain ("The American Expérience"; the American way of life).

Et le hic ...

La pensée "diversitaire" proposerait plutôt que l'on fractionne la population du pays en fonction des origines culturelles ou ethniques de chaque sous-groupe, afin que l'on puisse célébrer de manière soi-disant égale l'identité, le folklore, les coutumes ou façons de faire propre à chacun de ces groupes, de sorte que l'on ne puisse plus dire que l'histoire propre d'Abraham Lincoln et de son groupe racisé d'appartenance ( Blancs d'origine européenne et partis d'Angleterre, etc.) soit meilleure ou supérieure ou juste plus fondamentale pour l'histoire des États-Unis d'Amérique que l'histoire des tribus apaches, ou celle des Mexicains habitant le Texas, ou celle des Juifs de New-York, ou celle de la communauté afro-musulmane et ainsi de suite.

Dans la pensée "diversitaire" les membres de chaque communauté sont appelés à se percevoir comme des étrangers à la culture de l'autre, à respecter l'autre communauté peut-être mais à refuser en même temps de s'y fondre ou de s'y assimiler. Ainsi, un Noir américain ne devrait pas tenir l'histoire des États-Unis d'Amérique comme étant bien l'histoire de son groupe d'appartenance ou celle de sa race. Un Sino-américain devrait s'assurer que les vieilles histoires de John Wayne au cinéma ne le concernaient en rien. "Je respecte ... mais je vais conserver mes babioles politico-ancestrales dans ma cour, vous conserverez les vôtres chez vous."; "Et si je me fais élire comme sénateur du Massachussett un jour, je vais prêter serment sur le Coran ... ou organiser un cérémonial animiste avec des plumes, de la fumée, des vocalises perçantes et de la danse; ou convoquer un bed-in et où des couples masculins ou lesbiens pourront s'embrasser sur la bouche voire, et cela,, au lieu de poser la main sur la Bible comme l'auront certainement fait ces types dont l'effigie se trouve sculptée au mont Rushmore.

Je dénigre la pensée "diversitaire" comme étant un système de pensée qui, en vérité, installe des murs entre les gens tout en prétendant l'inverse, qui génère un sentiment d'aliénation du citoyen d'avec son propre pays, du citoyen d'avec ses concitoyens par-dessus le marché. C'est l'influence de cette pensée "diversitaire" qui peut aussi bien amener un premier ministre canadien à déclarer que le Canada serait dépourvu d'identité propre ("Nous sommes tout le monde") ou un président de la France a suggérer que la culture française n'existerait pas.

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message non lupar Carolus » jeu. 22 nov. 2018, 17:52

Cinci :

C'est l'influence de cette pensée "diversitaire" qui peut aussi bien amener un premier ministre canadien à déclarer que le Canada serait dépourvu d'identité propre ("Nous sommes tout le monde") ou un président de la France a suggérer que la culture française n'existerait pas.
C'est vrai ! Il n’y a rien à ajouter à ce que vous dites, cher Cinci.

MERCI !

Bassmeg
Quæstor
Quæstor
Messages : 334
Inscription : mer. 12 sept. 2018, 22:53
Conviction : Catholique new wave

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message non lupar Bassmeg » jeu. 22 nov. 2018, 18:26

Ouille Cinci.
Là je ne suis vraiment pas d' accord avec vous. Il n' y a pas UNE mythologie américaine. Très loin de là.

La guerre de Sécession fait débat. L' abolitionnisme fait débat. Le KKK fait débat. Thanksgiving, le MayFlower, la tea party, Martin Luther King, la guerre du vietnam, le 11 septembre.... Tout fait débat, dans une grande DIVERSITé de points de vue. Il n' y a pas UNE mythologie.

Et mieux, à cette diversité intellectuelle, s' ajoute une IMMENSE diversité religieuse et ethnique.
Et franchement, je ne connais pas de pays arrivant la cheville des USA sur ces questions.
Si j' étais de mauvaise foi, je ferais semblant d' y voir un lien de causalité avec le fait que c' est le pays le plus puissant du monde, mais je ne le ferais pas. Cela dit, on peut remarquer que les autres grands pays du monde sont tous des pays à grande diversité ethnique et intellectuelle.

Si vous voulez voir ce qui se passe dans un pays luttant contre la diversité ethnique et intellectuelle, alors je vous invite à vous pencher sur les cas de la Corée du nord, du Pakistan, du Tibet, de la Tchétchénie, de la Bielorussie , qui ne sont pas à proprement parler des leaders dans la recherche de la connaissance et des idées nouvelles, non plus qu' en puissance militaire, culturelle ou économique.

La diversité est une nécessité. L' Italie est un bon exemple, non?
Des siecles de brassages, parfois houleux. Une culture florissante et rayonnante (sans rire, ils ont même un quartier qui s' appelle Little Italy à new york). Des gens dont l' image (pas fausse) est souriante, accueillante et vous tend les bras pour vous embrasser. Michel-Ange. De Vinci. Fermi. Le Vatican. La Renaissance et tant d' autres choses.

Et pendant ce temps la, en suisse, on n' aimait pas trop la diversité (toujours pas, en vrai).
Résultat? L' horloge à coucou.

Cinci, je ne veux pas savoir ou vous habitez. Et je ne vais pas vous dire ou j' habite.
Mais laissez moi vous dire que la diversité PRATIQUée est très differente de ce qu' en disent les zemmour, elisabeth Lévy, alain soral ou autres...

J' ai des amis de toutes origines. On est d' accord, les soirées raclette, c' est bien. Choucroute aussi.
Mais quand même, une bonne pizza, un kébab, des nems et chips de crevettes faites maison, une paélla faite par la mère d' un ami comme au pays, c' est quand même sympa, non? Et les patisseries du ramadan? Et la biere belge? Et le paprika frais du pays? Et le poulet braisé?
Qui voudrait abandonner tout çà et surtout, la chaleur humaine qui va avec?

Et cela sans même parler des accents et des tournures de phrases étrangères, à fondre. Je n' en parlerais pas, parce que sinon, je vais pas m' arreter. (cela dit, saviez vous qu' en hongrois, pour dire "très", on dit "grandement-nagyone"? ce qui implique pour dire "très petit" on dit "nagyone kiss" ce qui signifie "GRANDEMENT PETIT"???????
La diversité, je suis dedans depuis toute petite. Je pourrais pas vivre sans. Ce serait tellement l' ennui...


Revenir vers « Politique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot]