Les Réfugiés et le droit d'asile

« Par moi les rois règnent, et les souverains décrètent la justice ! » (Pr 8.15)
Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 2183
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Les Réfugiés et le droit d'asile

Message non lupar Nanimo » jeu. 15 avr. 2010, 22:40

J'estime le système d'accueil juste.

Le droit d'asile : comment ça fonctionne.
Lorsqu'un migrant se présente aux portes de l'Europe sans papiers, il est normalement refoulé. Toutefois, il a un recours : la demande d'asile. Il dispose d'un court délai pour cela; au terme de la procédure, il est ou débouté ou obtient le statut de réfugié qui lui donne accès à tous nos avantages sociaux.

Il existe une protection subsidaire pour les personnes dont le pays est en guerre, une guerre qui le mettrait directement en danger; c'est le Haut commissariat aux réfugiés qui en a le mandat. Car la demande d'asile s'adresse aux personnes persécutées dans leur pays pour leurs opinions politiques, leur religion, et parfois une maladie pas bien vue ou se faire couper la main parce qu'on est un vilain chapardeur, etc. (voir la Convention de Genève pour les réfugiés de 1951).

Or, il se trouve que la plupart des migrants clandestins ne se situent pas dans cette catégorie, car ce sont des migrants économiques; ils sont poussés a partir, car ils ne peuvent nourrir leurs familles. Ce n'est pas un scoupe. Je vous invite a visiter un Centre d'accueil pour les demandeurs d'asile (CADA), il y en a a Paris, et vous pourrez vous faire une opinion : ce sont bien des migrants économiques la plupart du temps. Écoutez également les Africains, ils vous le diront pourquoi ils ont quitté leur pays. Et là, la problématique est différente.
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13034
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Les Réfugiés et le droit d'asile

Message non lupar etienne lorant » mer. 11 sept. 2013, 10:03

Le pape François invite les chrétiens à « vivre avec plus de courage et de générosité » l’accueil des réfugiés « dans les communautés, dans les maisons »: les couvents vides ne doivent pas « être transformés en hôtels pour gagner de l'argent » car ils sont « pour la chair du Christ que sont les réfugiés ». Il souligne que l'accueil du pauvre et la promotion de la justice ne sont pas seulement l'affaire des “spécialistes”

Le pape a rendu une visite privée au Centre Astalli, centre d'accueil des réfugiés et demandeurs d'asile du Service des jésuites pour les réfugiés (JRS - Jesuit Refugee Service) à Rome, près de l'église du Gesù, ce mardi 10 septembre 2013.

Le pape a rejoint le centre à 15h30, aux heures d'ouverture de la structure. Il s'est rendu au réfectoire, saluant les réfugiés et bénévoles qui étaient en train de servir le repas. Puis il s'est entretenu avec un groupe d'une vingtaine de personnes.

Après une brève halte dans la chapelle du Centre, le pape a rejoint, à travers un couloir interne, l'église du Gesù, où l'attendaient quelque 500 personnes, hôtes, employés, bénévoles et amis du centre.

Le cardinal-vicaire Agostino Vallini et Mgr Matteo Zuppi, évêque auxiliaire, le P.Carlo Casalone S.J., provincial d’Italie des jésuites, le P. Joachin Barrero S.J., assistant du père général des jésuites pour l’Europe méridionale, et le P. Peter Balleis S.J., responsable du JRS international, étaient présents.

Après le mot d'accueil du P. Giovanni Lamanna S.I., responsable du Centre, et le discours d'Adam et Carol, réfugiés du Soudan et de la Syrie, le pape a prononcé à son tour une allocution.

Ne pas avoir peur des différences

« Chacun de vous, chers amis, porte une histoire qui parle de drames, de guerres, de conflits... mais chacun de vous porte surtout une richesse humaine et religieuse, une richesse à accueillir, non pas à craindre », a-t-il déclaré.

« Nous ne devons pas avoir peur des différences ! La fraternité nous fait découvrir qu'ils sont une richesse, un don pour tous ! Vivons la fraternité ! ».

Le pape a souhaité que Rome soit « la ville qui permette de retrouver une dimension humaine, de recommencer à sourire », remerciant les employés, bénévoles, bienfaiteurs du Centre et de tous les services d'accueil, « qui ne donnent pas seulement du temps, mais qui cherchent à entrer en relation avec les demandeurs d'asile et les réfugiés en les reconnaissant comme personnes, en se consacrant à trouver des réponses concrètes à leurs besoins ».

« Gardez vive l'espérance ! » les a-t-il exhortés : « Aidez à retrouver la confiance ! Montrez que l'accueil et la fraternité peuvent ouvrir une porte sur l'avenir ».

Ne pas avoir peur de se salir les mains

Le pape a donné aux jésuites et à leurs collaborateurs trois mots d'ordre : servir, accompagner, défendre.

Servir, a-t-il expliqué, c'est « accueillir la personne qui arrive avec attention... tendre la main sans calcul, sans crainte... établir des relations humaines, de solidarité ».

Le pape a appelé à cet examen de conscience : « est-ce que je me penche sur les personnes en difficulté ou bien ai-je peur de me salir les mains ? Suis-je fermé sur moi-même ou est-ce que je vois celui qui a besoin d'aide ? Est-ce que je sers moi-même ou bien les autres ? »

Les pauvres, a-t-il poursuivi, sont des « professeurs privilégiés de notre connaissance de Dieu ; leur fragilité et simplicité démasquent nos égoïsmes, nos fausses sécurités... et nous conduisent à l'expérience de la tendresse de Dieu ».

Dans l'accompagnement – deuxième mot d'ordre – l'accueil ne suffit pas : « il ne suffit pas de donner du pain s'il n'est pas accompagné de la possibilité d'apprendre à marcher avec ses propres jambes. La charité qui laisse le pauvre comme il est n'est pas suffisante. La vraie miséricorde exige que le pauvre trouve la voie pour ne plus l'être ».

Le pape a plaidé pour « le droit à vivre et à travailler, à être pleinement personne » et « le droit à l'intégration », à « être une part active de la société » d'accueil.

« Je suis là : comment puis-je aider ? »

"Défendre" enfin, le troisième terme du programme, signifie « se mettre du côté de celui qui est plus faible ». « Combien de fois, a déploré le pape, nous élevons la voix pour défendre nos droits, mais nous sommes indifférents aux droits des autres ! »

« Il est important que dans l’Église, l'accueil du pauvre et la promotion de la justice ne soient pas confiés seulement à des “spécialistes” », mais bénéficient de l'attention de « toute la pastorale, de la formation des futurs prêtres et religieux, de l'engagement normal de toutes les paroisses et mouvement ecclésiaux », a-t-il souligné.

Le pape a invité « de tout son cœur » les instituts religieux à lire « avec responsabilité » ces signes des temps : « le Seigneur appelle à vivre avec plus de courage et de générosité l’accueil dans les communautés, dans les maisons, dans les couvents vides… Très chers religieux et religieuses, les couvents vides ne servent pas à l’Église pour être transformés en hôtels et gagner de l'argent. Les couvents vides ne sont pas à nous, ils sont pour la chair du Christ que sont les réfugiés ».

Pour cela il faut du « courage », a-t-il poursuivi, encourageant à « faire plus » et « dépasser la tentation de la mondanité spirituelle pour « être des communautés solides qui vivent l'amour de façon concrète ».

Les files de personnes qui attendent des repas disent à tous « qu'il faut faire quelque chose, maintenant, c'est possible : il suffit de frapper à la porte et de dire: “je suis là : comment puis-je donner un coup de main ?” », a conclu le pape.

http://www.zenit.org/fr/articles/ouvrez ... x-refugies
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

douteur
Barbarus
Barbarus

Re: Ouvrez vos couvents vides aux réfugiés !

Message non lupar douteur » mer. 11 sept. 2013, 11:32

Il serait bon , me semble-t-il de revoir , de réactualiser la définition du pauvre . Dans le passé , c'était facile à comprendre , maintenant , j'ai des doutes ...
Autrefois , tous les pauvres savaient dire " merci " , actuellement , nombreux sont ceux qui disent " encore " !

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13034
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Ouvrez vos couvents vides aux réfugiés !

Message non lupar etienne lorant » mer. 11 sept. 2013, 13:49

Autrefois , tous les pauvres savaient dire " merci " , actuellement , nombreux sont ceux qui disent " encore " !
Tous les pauvres que j'ai côtoyés disaient "Merci" et le lendemain ils disaient "Encore", car lorsqu'on est vraiment sans revenu, à la rue, la pauvreté, c'est tous les jours - alors il faut que la charité soit quotidienne aussi.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2360
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Ouvrez vos couvents vides aux réfugiés !

Message non lupar Suliko » mer. 11 sept. 2013, 13:52

Cette idée du pape n'est pas en soi mauvaise, mais la principale préoccupation de l'Eglise devrait être celle de la pauvreté spirituelle de l'Occident et de comment y remédier (et donc de remplir à nouveau ces couvents vides!).
Il ne faut pas donner au monde l'impression que l'Eglie est une sorte d'ONG. Ce n'est pas là sa première mission!
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13034
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Ouvrez vos couvents vides aux réfugiés !

Message non lupar etienne lorant » mer. 11 sept. 2013, 14:24

La charité

1822 La charité est la vertu théologale par laquelle nous aimons Dieu par-dessus toute chose pour Lui-même, et notre prochain comme nous-mêmes pour l’amour de Dieu.

1823 Jésus fait de la charité le commandement nouveau (cf. Jn 13,34). En aimant les siens " jusqu’à la fin " (Jn 13,1), il manifeste l’amour du Père qu’il reçoit. En s’aimant les uns les autres, les disciples imitent l’amour de Jésus qu’ils reçoivent aussi en eux. C’est pourquoi Jésus dit : " Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez en mon amour " (Jn 15,9). Et encore : " Voici mon commandement : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés " (Jn 15,12).

1824 Fruit de l’Esprit et plénitude de la loi, la charité garde les commandements de Dieu et de son Christ : " Demeurez en mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez en mon amour " (Jn 15,9-10 ; cf. Mt 22,40 ; Rm 13,8-10).

1825 Le Christ est mort par amour pour nous alors que nous étions encore " ennemis " (Rm 5,10). Le Seigneur nous demande d’aimer comme Lui jusqu’à nos ennemis (Mt 5,44), de nous faire le prochain du plus lointain (cf. Lc 10,27-37), d’aimer les enfants (cf. Mc 9,37) et les pauvres comme Lui-même (cf. Mt 25,40. 45).

L’apôtre saint Paul a donné un incomparable tableau de la charité : " La charité prend patience, la charité rend service, elle ne jalouse pas, elle ne plastronne pas, elle ne s’enfle pas d’orgueil, elle ne fait rien de laid, elle ne cherche pas son intérêt, elle ne s’irrite pas, elle n’entretient pas de rancune, elle ne se réjouit pas de l’injustice, mais elle trouve sa joie dans la vérité. Elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle endure tout " (1 Co 13, 4-7).

1826 " Sans la charité, dit encore l’Apôtre, je ne suis rien ... ". Et tout ce qui est privilège, service, vertu même ... " sans la charité, cela ne me sert de rien " (1 Co 13, 1-4). La charité est supérieure à toutes les vertus. Elle est la première des vertus théologales : " Les trois demeurent : la foi, l’espérance et la charité. Mais la charité est la plus grande " (1 Co 13, 13).

1827 L’exercice de toutes les vertus est animé et inspiré par la charité. Celle-ci est le " lien de la perfection " (Col 3,14) ; elle est la forme des vertus ; elle les articule et les ordonne entre elles ; elle est source et terme de leur pratique chrétienne. La charité assure et purifie notre puissance humaine d’aimer. Elle l’élève à la perfection surnaturelle de l’amour divin.

1828 La pratique de la vie morale animée par la charité donne au chrétien la liberté spirituelle des enfants de Dieu. Il ne se tient plus devant Dieu comme un esclave, dans la crainte servile, ni comme le mercenaire en quête de salaire, mais comme un fils qui répond à l’amour de " celui qui nous a aimés le premier " (1 Jn 4,19) :

Ou bien nous nous détournons du mal par crainte du châtiment, et nous sommes dans la disposition de l’esclave. Ou bien nous poursuivons l’appât de la récompense et nous ressemblons aux mercenaires. Ou enfin c’est pour le bien lui-même et l’amour de celui qui commande que nous obéissons ... et nous sommes alors dans la disposition des enfants (S. Basile, reg. fus. prol. 3 : PG 31, 896B).

1829 La charité a pour fruits la joie, la paix et la miséricorde ; elle exige la bienfaisance et la correction fraternelle ; elle est bienveillance ; elle suscite la réciprocité, demeure désintéressée et libérale ; elle est amitié et communion :

L’achèvement de toutes nos œuvres, c’est la dilection. Là est la fin ; c’est pour l’obtenir que nous courons, c’est vers elle que nous courons ; une fois arrivés, c’est en elle que nous nous reposerons (S. Augustin, ep. Jo. 10, 4).

http://viechretienne.catholique.org/cec ... heologales
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13034
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Ouvrez vos couvents vides aux réfugiés !

Message non lupar etienne lorant » mer. 11 sept. 2013, 16:01

Egypte: conséquences positives des événements dramatiques
Du nouveau dans les relations sur le terrain

Rome, 11 septembre 2013 (Zenit.org) Anita Bourdin |

Interrogée par Zenit, L'Oeuvre d'Orient, qui publie un bilan documenté et chiffré des violences dont ont été victimes les chrétiens cet été en Egypte, confie en même temps, ce 11 septembre, cette réaction de Mgr Abou el Kheir, évêque copte catholique de Sohag (Haute-Egypte).

Pour l'évêque, les événements dramatiques de cet été ont cependant des conséquences positives : ils ont « rapproché les chrétiens et les musulmans modérés. Maintenant les Egyptiens sont unis comme jamais. C’est tout à fait nouveau » observe-t-il, ajoutant que ; « la foi des coptes est plus forte qu’avant ».

Il rappelle la chaîne humaine organisée par des musulmans pour protéger l'évêché copte orthodoxe à Sohag (photo du Blog Copte que nous avions alors publiée):

http://extremecentre.org/wp-content/upl ... ulmans.jpg
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2852
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Ouvrez vos couvents vides aux réfugiés !

Message non lupar AdoramusTe » mer. 11 sept. 2013, 21:41

Cette idée du pape n'est pas en soi mauvaise, mais la principale préoccupation de l'Eglise devrait être celle de la pauvreté spirituelle de l'Occident et de comment y remédier (et donc de remplir à nouveau ces couvents vides!).
Il ne faut pas donner au monde l'impression que l'Eglie est une sorte d'ONG. Ce n'est pas là sa première mission!
Bonjour,

C'est pire que ça.
On donne l'impression que l'Eglise est riche et regorge de batiments vides. Surtout que les congrégations religieuses auraient tellement de moyens qu'elles pourraient se payer le luxe de conserver des batiments vides.
Je ne sais quelle est la réalité mais ce genre de déclarations est toujours très facile et très bon pour la popularité à peu de frais.
En tout cas, c'est un très bon alibi pour nos gouvernants qui rêvent de requisitionner les biens de l'Eglise (cf propos de Duflot). Ca va encore nous coûter cher.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: Ouvrez vos couvents vides aux réfugiés !

Message non lupar Peccator » jeu. 12 sept. 2013, 13:49

Cette idée du pape n'est pas en soi mauvaise, mais la principale préoccupation de l'Eglise devrait être celle de la pauvreté spirituelle de l'Occident et de comment y remédier (et donc de remplir à nouveau ces couvents vides!).
Il ne faut pas donner au monde l'impression que l'Eglie est une sorte d'ONG. Ce n'est pas là sa première mission!
Pour ma part, j'ai l'impression que le Pape ne cesse de marteler l'importance de revenir à une vie spirituelle. L'importance de la prière. La nécessité de placer Jésus au centre de nos vie.

Mais St Jacques nous le dit bien : la foi sans les oeuvres est morte.

Il ne faut pas opposer préoccupation face à la déliquescence de la vie spirituelle en Occident (attention aux mots : la pauvreté spirituelle, c'est une très bonne chose... mais ça ne veut pas dire ne pas avoir de vie spirituelle !) et l'action concrète en faveur des pauvres et de ceux qui souffrent.
Ce serait aussi peu catholique qu'opposer corps et âme. L'un ne va pas sans l'autre.




Bon, par contre, je ne connais pas la situation italienne, peut-être là-bas ont-ils plein d'immeubles vides et les moyens d'en assurer le fonctionnement, mais en France, je suis curieux de savoir où sont ces couvents vides où nous pourrions loger les SDF... Contrairement aux idées reçues, notre Eglise est loin d'être riche.


Ceci dit, et sans en faire une généralité, loin de là, je connais quelques curés qui vivent seuls dans de grands presbytères, avec quelques chambres libres. Pas de quoi loger les SDF parisiens, mais sur leur paroisse (et je pense à des cas bien précis), des gens qui dorment dehors, il n'y en a qu'un ou deux...
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

Invité
Barbarus
Barbarus

La rummeur de Niort / Réforme du droit d'asile

Message non lupar Invité » jeu. 24 juil. 2014, 0:09

Bonjour,

Je viens de lire un article sur 20 min sur la réforme du droit d'asile :
Entre autres mesures, le texte prévoit la répartition des demandeurs d’asile sur l’ensemble du territoire, sans leur laisser le choix de la région. S’ils refusent l’hébergement proposé ou s’ils n’en sollicitent pas, les demandeurs perdront leurs allocations. Une disposition déjà vivement critiquée par les associations.
Dans ma petite ville d'origine (3000 habitants), perdue au milieu de la campagne en pleine région centre, j'ai remarqué qu'on faisait venir beaucoup d'immigrés africains.
C'est très bien qu'il y ai un peu d’immigration, pour l'échange des cultures, voir le monde, connaitre les autres.

Cependant, je ne comprend pas pourquoi on fait venir s'installer des 50è de familles africaines dans ma ville de campagne où il n'y aucun travail, aucune entreprise.
J'en est parlé à mon oncle qui lui habite un petit village dans l’Indre (300 habitants, que des retraités ou des agriculteurs) et où on installe des familles africaines entières.
Maintenant je vis dans une grande ville et d'accord il y a beaucoup d'immigration, mais je trouve ça choquant qu'on repeuple les campagnes de cette façon.

Est ce que vous avez constaté la même chose par chez vous ?

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10187
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: La rummeur de Niort / Réforme du droit d'asile

Message non lupar Fée Violine » jeu. 24 juil. 2014, 11:17

Pourquoi pas?
Beaucoup de réfugiés viennent de la campagne, ils sont certainement mieux à la campagne qu'entassés dans les taudis des grandes villes, surtout pour les enfants.
Pour le travail, s'ils ont un bout de terrain ils peuvent avoir des légumes et des poules, et trouver des petits boulots ou même créer leur emploi.
Le seul problème, c'est s'ils ont de la famille dans d'autres régions de France, et que ça les éloigne.
L'exode rural a vidé nos campagnes, qui maintenant bénéficient de l'exode rural des autres pays, c'est une bonne chose. Ça peut sauver les écoles des villages, redonner vie aux paroisses, faire vivre les petits commerces...

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3917
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: La rummeur de Niort / Réforme du droit d'asile

Message non lupar Kerniou » jeu. 24 juil. 2014, 12:07

Au moins, à la campagne, ils échappent à la vie déstructurante des cités ... Ces émigrés sont dans une situation dramatique: le plus souvent non qualifiés ils arrivent dans un pays qui n'a pas de travail à leur proposer ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Robin
Ædilis
Ædilis
Messages : 41
Inscription : dim. 20 avr. 2014, 1:08

Re: La rummeur de Niort / Réforme du droit d'asile

Message non lupar Robin » ven. 25 juil. 2014, 1:10

Quand on voit ce que ça donne en banlieue parisienne, c'est d'autant mieux.
Les gens ont fait le choix d'aller vivre en ville et après ils s'effraient que pour redonner vie à la campagne on fasse venir des familles d'ailleurs.
La plupart des parisiens sont les enfants de personnes venant d'ailleurs en France, et on voit l'ouverture d'esprit que ça donne de vivre dans une grande ville...
Thomas lui dit : Seigneur, nous ne savons où tu vas ; comment pouvons-nous en savoir le chemin ?
Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.
Evangile selon Saint-Jean, 14:5-6

Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 2183
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Re: La rummeur de Niort / Réforme du droit d'asile

Message non lupar Nanimo » sam. 26 juil. 2014, 2:08

Entre autres mesures, le texte prévoit la répartition des demandeurs d’asile sur l’ensemble du territoire, sans leur laisser le choix de la région. S’ils refusent l’hébergement proposé ou s’ils n’en sollicitent pas, les demandeurs perdront leurs allocations. Une disposition déjà vivement critiquée par les associations.
N'oubliez pas que souvent, un réfugié a besoin de se refaire une santé psychique. Vivre en milieu rural, au moins pour un temps, est probablement mieux pour lui. Plutôt une bonne initiative. (Et, à moins d'avoir de la famille, ce qui facilite la tâche du pays d'accueil, je ne vois pas pourquoi il choisirait de vivre là ou là; le plus souvent il ne connaît pas le pays.)

Mais je ne crois pas qu'il y ait un risque que l'on repeuple les campagnes de cette façon, car, en principe, chaque pays a des quotas en ce qui concerne les réfugiés (et essaie d'y échapper!) :diable:
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8759
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La rummeur de Niort / Réforme du droit d'asile

Message non lupar PaxetBonum » sam. 26 juil. 2014, 8:31

Mais je ne crois pas qu'il y ait un risque que l'on repeuple les campagnes de cette façon, car, en principe, chaque pays a des quotas en ce qui concerne les réfugiés (et essaie d'y échapper!) :diable:
En tout cas la France y échappe largement en les dépassant…
Dans les campagnes ils ne trouvent pas de travail alors comment se nourrissent-ils ? Se logent-ils ?
Les aides sociales ? ou autre : http://www.20minutes.fr/societe/1422411 ... ger-ruches

Le monde rural ne se laissera pas faire comme les citadins, ils savent eux ce qu'est un mouton et comment il peut se faire égorger…
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise


Revenir vers « Politique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit