La situation politique en Syrie

« Par moi les rois règnent, et les souverains décrètent la justice ! » (Pr 8.15)
Avatar de l’utilisateur
polomnic
Quæstor
Quæstor
Messages : 268
Inscription : jeu. 29 avr. 2004, 18:59

Re: Pour nos frères chrétiens, il faut qu'Assad tienne.

Message non lu par polomnic » lun. 12 mars 2012, 20:42

Geronimo a écrit :
Jean-Mic a écrit :Pour tout vous dire, quand je vois un fil comme celui sur celui sur Assad, j'ai bien envie d'en faire autant. Rien que le titre du fil est un déshonneur sur un forum qui se dit catholique.
Si le sujet vous intéresse vraiment, faites l'effort de vous informer sur ce qu'en pensent les chrétiens sur place.
C'est pas forcément le même son de cloche que celui des marchands de missiles et de bombardiers qui dirigent Le Figaro.

http://www.cite-catholique.org/viewtopi ... 94&t=17657
Malheureusement dans ce pays, on ne peut plus avoir de pensée divergente de la doxa officielle et du matraquage relayé par les média, sans finir voué aux gémonies.
(propos inutiles supprimés)

Je ne me suis jamais félicité que des femmes et des enfants meurent dans ce conflit, comme certains le sous-entendent malhonnêtement. J'ai simplement dit que dans tout conflit des innocents meurent sous les bombes, quelque soit le camp qui les lance.
Des crimes de guerre sont également commis, quelque soit le camp également.

C'est la nature même de tout conflit. Pas plus tard qu'hier, un soldat américain a tué plusieurs personnes et des enfants sans aucune raison militaire. Rapplez-vous aussi la prison d'Abou Grahib. Lors de la chute de Berlin des milliers d'allemandes ont été violés et assassinées par les russes. Cela justifie-t-il, de facto, la condamnation de la Chute de Berlin.
Doit on forcément s'arrêter à toutes ces exactions pour s'interdire de penser les raisons du conflit et ses conséquences politiques ?

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: La situation d'Assad

Message non lu par Petit Matthieu » lun. 12 mars 2012, 20:58

Ce qui est assez pénible, c'est d'être considéré comme un mouton suivant le "main-stream" journalistique si l'on est pas exactement d'accord avec les positions de Géronimo ou Polomnic.

On peut quand même être contre une opération militaire de l'OTAN tout en étant contre Assad, qui est un bien sinistre personnage. Vos sources sont tout aussi discutables.

Je comprends votre haine de la politique américaine, de la mondialisation. Il y a pas mal de raisons que je peux même partager. Mais les criminels restent criminels, même quand ils sont les ennemis de nos ennemis. Et ceux qui n'ont aucune sympathie pour Assad ne sont pas pour autant des moutons, des vendus américanistes.
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: La situation d'Assad

Message non lu par Invité » lun. 12 mars 2012, 22:03

Le catholique soulage les souffrances de ses frères et des autres, il n'est pas là pour encenser un puissant qui fait couler le sang.

Avatar de l’utilisateur
Relief
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2121
Inscription : jeu. 06 déc. 2007, 8:44
Conviction : Catho ni progressiste ni traditionaliste
Localisation : France

Re: La situation d'Assad

Message non lu par Relief » lun. 12 mars 2012, 22:13

.
Dernière modification par Relief le dim. 07 août 2016, 21:27, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
polomnic
Quæstor
Quæstor
Messages : 268
Inscription : jeu. 29 avr. 2004, 18:59

Re: La situation d'Assad

Message non lu par polomnic » mar. 13 mars 2012, 0:43

Le Vatican s'est montré très préoccupé jeudi par l'évolution imprévisible au Proche et Moyen-Orient, craignant particulièrement une déstabilisation de la Syrie, pays clé où vit jusqu'ici en paix une importante minorité chrétienne.

Au nouvel ambassadeur syrien auprès du Saint-Siège, Husan Edin Aala, Benoît XVI a tenu des propos très directs pour demander au dirigeant syrien Bachar al-Assad de "tenir compte des aspirations de la société civile ainsi que des insistances internationales".

Damas, a encore dit le pape, doit "reconnaître la dignité inaliénable de la personne humaine", clé de "l'unité et de la stabilité", et promouvoir de "véritables réformes".

Condamnant implicitement la répression, Benoît XVI a souhaité que "ces évolutions ne se réalisent pas en termes d’intolérance, de discrimination ou de conflit, et encore moins de violence".

Dans la Syrie multiconfessionnelle, où le christianisme est implantée depuis deux mille ans, 7,5% des 20 millions d'habitants sont chrétiens. Un "exemple de relations harmonieuses entre chrétiens et musulmans", a-t-il noté.

Les alaouites au pouvoir ont tissé des relations privilégiées avec les chrétiens. Mais ceux-ci craignent un scénario à l'irakienne, si le régime du Baas chutait. Une instabilité favorable à l'islamisme pourrait être à leur préjudice.

En Irak aussi, les chrétiens étaient bien intégrés, sous Saddam Hussein. Mais l'intervention américaine les a mis en péril. De 800.000 avant 2003, ils seraient seulement 450.000 désormais. Al-Qaïda les traite de "croisés" et les pousse à l'exil, notamment en Syrie, comme l'a rappelé le pape.

Syrie et Irak ne sont pas les seuls cauchemars du Saint-Siège qui craint pour l'ensemble des 20 millions de chrétiens (dont 5 millions de catholiques) sur les 356 millions d'habitants que compte le Moyen-Orient.

Il a réclamé une solution négociée en Libye, de peur notamment que, comme en Irak, l'intervention de l'Otan ne soit perçue comme une agression du monde chrétien contre des musulmans, donnant de nouveaux arguments à l'islamisme radical, jusqu'en Afrique sub-saharienne.

Dans ce pays pratiquement sans minorité chrétienne, Mgr Giovanni Innocenzo Martinelli, vicaire apostolique à Tripoli, a multiplié les critiques contre le refus occidental de dialoguer avec le colonel Mouammar Kadhafi.

Au Liban, où les chrétiens représentent encore près de 40% de la population, une déstabilisation de la Syrie pourrait contribuer à grossir encore les rangs d'une diaspora très nombreuse.

Le pape avait rappelé début juin la "contribution irremplaçable" des chrétiens à "la construction de la société" dans la région natale du Christ, où ils ne représentent plus que 1,5% de la population d'Israël et des Territoires palestiniens. Ils en constituaient 25% au 19e siècle.

L'insécurité, la colonisation israélienne et les menaces islamistes les poussent aussi à partir.

En Algérie, en Tunisie, en Turquie, les chrétiens sont en butte aux intimidations, à la restriction de leurs libertés, à une sourde hostilité, parfois à des violences.

Le Vatican s'inquiète enfin beaucoup pour les Coptes, chrétiens d'Egypte, qui représentent de 6 à 10% de la population, souvent victimes de discriminations et de menaces islamistes.

L'inquiétude du pape pour la "protection des minorités religieuses" après l'attentat contre la cathédrale d'Alexandrie (21 morts le 31 décembre) avait gelé les relations avec les autorités politiques et religieuses. Le nouveau ministre des Affaires étrangères et secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, a donné fin mai au Vatican des signes d'une volonté d'apaisement.
http://www.ladepeche.fr/article/2011/06 ... syrie.html

Heureusement, le Vatican a une position équilibrée, et sait pertinemment les risques qu'encourent les populations chrétiennes dans cette région déstabilisée. Non pas comme nos va-t-en guerres, qui réclament la chute du régime syrien. Pour le remplacer par quoi ?!!!

[phrase inutilement provocatrice]

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3130
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: La situation d'Assad

Message non lu par jeanbaptiste » mar. 13 mars 2012, 1:31

Avant de se jeter l'anathème les uns contre les autres, peut-être serait-il temps de discerner notre capacité à juger ce conflit en profondeur.

Croyez-vous vraiment parler de la Syrie ? Ne craignez-vous pas de vous disputez plus sur des idées abstraites qu'autre chose ?

Je suis peut-être un peu présomptueux, mais sincèrement, qui parmi-vous peut réellement dire qu'il connaît la Syrie et sait ce qu'il s'y passe réellement ?

Je crains que dans votre dispute il soit moins questions de la Syrie qu'un certains nombre de vertus que vous défendez et dont la Syrie n'est que l'occasion de leur "incarnation".

Alors, je vous prie, retrouvez la simplicité, apaiser votre colère, et prier pour les victimes et pour que tout aille mieux. Ça ne va pas bien loin "intellectuellement", je vous l'accorde, mais peut-être est-ce en l'état actuel la meilleure chose que nous puissions faire.

Avatar de l’utilisateur
Ludovic
Censor
Censor
Messages : 107
Inscription : dim. 29 août 2010, 23:25

Re: La situation d'Assad

Message non lu par Ludovic » mar. 13 mars 2012, 1:54

Je rejoins Jean-Baptiste; et puis, quand on voit où nous mènent les révolutions en Tunisie, Lybie, Egypte, je crois que nous devrions bien mieux nous garder de juger la répression en Syrie. D'autant plus qu'il faut peut-être davantage parler de guerre civile que de répression, il ne s'agit pas tant en Syrie d'une lutte contre le régime qu'une lutte pour le pouvoir.

Et puis à notre petit niveau, nous qui ne connaissons rien des tenants et aboutissants des différentes opérations, contentons nous de prier pour les victimes, c'est probablement plus efficace que de nous écharper inutilement. C'est en tout cas plus de ces prières que de nos débats dont ont besoin les syriens aujourd'hui.
"Toujours nous froisserons et déchirerons la fleur pour sentir mieux son parfum, et ensuite nous nous révolterons quand, au lieu du parfum, il ne restera plus qu'une fumée."
F. Dostoïevski, Les Annales de Pétersbourg

Si comprehendis non est Deus"
Saint Augustin, Sermon 52

Avatar de l’utilisateur
polomnic
Quæstor
Quæstor
Messages : 268
Inscription : jeu. 29 avr. 2004, 18:59

Re: La situation d'Assad

Message non lu par polomnic » mar. 13 mars 2012, 14:17

jeanbaptiste a écrit :Avant de se jeter l'anathème les uns contre les autres, peut-être serait-il temps de discerner notre capacité à juger ce conflit en profondeur.

Croyez-vous vraiment parler de la Syrie ? Ne craignez-vous pas de vous disputez plus sur des idées abstraites qu'autre chose ?

Je suis peut-être un peu présomptueux, mais sincèrement, qui parmi-vous peut réellement dire qu'il connaît la Syrie et sait ce qu'il s'y passe réellement ?
Un site de réinformation sur ce lien :

http://www.infosyrie.fr/decryptage/

Le Libre journal des lycéens a abordé, en première partie, la situation en Syrie, avec l’animateur du site infosyrie.fr. http://www.mediafire.com/?o8konf6nd867gmb

Mars
Censor
Censor
Messages : 87
Inscription : mer. 09 nov. 2011, 16:51

Re: La situation d'Assad

Message non lu par Mars » mar. 13 mars 2012, 15:23

polomnic a écrit :
Un site de réinformation sur ce lien :

http://www.infosyrie.fr/decryptage/

Le Libre journal des lycéens a abordé, en première partie, la situation en Syrie, avec l’animateur du site infosyrie.fr. http://www.mediafire.com/?o8konf6nd867gmb
Infosyrie n'est pas un site d'information. Vous n'avez toujours pas répondu quant à la prétendue disparition de l'emblème médiatique de la Lybie dont on avait soi-disant arraché la langue. Mme Al Misrati est-elle morte comme vous l'affirmez ?

Avatar de l’utilisateur
polomnic
Quæstor
Quæstor
Messages : 268
Inscription : jeu. 29 avr. 2004, 18:59

Re: La situation d'Assad

Message non lu par polomnic » mar. 13 mars 2012, 16:10

J'en étais resté à l'information sur l'annonce de sa mort, annoncée par ses proches. Fausse information, en effet.
Par contre, les assassinats et les exactions à l'encontre des noirs de Libye suite à la chute du régime sont avérés.

Sinon, qu'est ce qui vous permet d'affirmer qu'infosyrie n'est pas un site d'information ?

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La situation d'Assad

Message non lu par Cinci » mar. 13 mars 2012, 16:29

(propos inutiles supprimés)

Oui. Sauf, nous qualifier d'emblée le fils Assad de criminel m'en paraitrait déjà une prise de position forte de votre côté et alors que discutable en réalité; parlons ici d'une position polémique en soi, pas si assurée que cela aux yeux de plusieurs et dont moi-même. Petit Matthieu, je ne sais d'où vous tenez une pareille assurance dans le jugement.

Pour moi il serait plutôt difficile d'évaluer si l'autre en Syrie devrait aller faire la chaîne aux enfers en compagnie de tous les grands criminels de l'histoire. Certes, vous trouverez que ses opposants politiques vont le qualifier de nuisible, de malfaisant, de fasciste, de violateur des droits de l'homme et tout. Quel est le dirigeant politique à qui la chose n'arrivera pas ? si on parle du Moyen-Orient surtout ?

Personnellement, je comprends bien mal votre dureté de jugement et comme de prédilection à l'encontre du dirigeant syrien. En particulier, je comprends mal si vous confesseriez en même temps rechercher un alignement implicite sur le modèle de comportement que pourrait présenter la diplomatie vaticane. Moi je ne vois pas un épiscopat à Rome qui souhaiterait qu'un Assad soit traîné dans une cage en fer jusqu'au tribunal pénal international.


UNE ANALOGIE

C'est Vladimir Poutine. En quoi un Poutine en Russie serait tellement plus démocrate que l'autre ? quand le premier peut envoyer la troupe et les blindés à Grozny pour écraser les rebelles : c'est quelle différence d'avec Assad à près de dix ans d'écart ? Est-ce que le Pentagone qualifia jamais Poutine de terroriste d'abord ? de fasciste ? de pirate ? d'ennemi du genre humain à raison de sa manoeuvre ?


  • Pour rétablir l'ordre constitutionnel fédéral, l'armée russe intervenait dans la république séparatiste avec 80 000 hommes le 1er octobre 1999. La seconde guerre (officiellement appelée « opération anti-terroriste ») commençait. Ayant rapidement rétabli le contrôle du nord de la République (les plaines au nord de la rivière Terek), l'opération dans le sud montagneux se solda par un lent succès suite aux combats acharnés. Le bilan fut plus meurtrier que lors du premier conflit. Finalement, après des bombardements intensifs, la ville de Grozny tomba après un siège qui dura du 25 décembre 1999 au 6 février 2000. Vladimir Poutine rétablit l'autorité de Moscou dans la totalité du territoire de la République, mais la guérilla séparatiste continua jusqu'en 2006, voire plus tard.

    Les statistiques officielles russes recensaient 4 280 morts et 12 368 blessés. Vladimir Poutine affirma que l'armée russe avait tué plus de 13 000 combattants tchétchènes.

    La communauté internationale, et en particulier le Conseil de l'Europe, ont demandé de manière timide une solution pacifique. Certains médias internationaux et plusieurs autres associations (dont Amnesty International et le Comité Tchétchénie) ont réclamé de la communauté internationale, et en particulier des gouvernements américains et européens, une action diplomatique auprès du gouvernement russe pour mettre fin à de supposées violations des droits de l'homme imputables aux militaires de l'armée fédérale et des milices tchétchènes pro-fédérales, en absence de recours judiciaires réels. Ils exigèrent également la médiation internationale afin que s'établissent des négociations entre les nouvelles autorités tchétchènes et les séparatistes. Son refus de négocier avec les rebelles, Poutine le justifie par un principe universel : « On ne négocie pas avec les terroristes et les criminels ». Il appelle les occidentaux à ne pas faire preuve de « double morale ».
[/color]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Seconde_gu ... h%C3%A9nie

[...]


Il ne me paraît pas comme «chose évidente» que Assad devrait s'amuser à faire fermer arbitrairement les églises, emprisonner les religieux, battre les catholiques, éliminer les juifs, lapider les homosexuels; comme jusqu'à empêcher que les enfants puissent aller à l'école voire. Ce n'est pas bien clair non plus qu'il devrait empêcher le développement par chez lui, le commerce et tout. Je n'ai jamais entendu dire que la famine serait suscitée en Syrie.

C'est sûr que le régime politique en Syrie n'est pas celui de la Suède. Et l'Arabie saoudite sera dans le même cas. Mais vous croiriez vraiment, en revanche, qu'il serait plus aisé de parler de Jésus en Arabie qu'en Syrie, Petit Matthieu ? parce que le régime syrien serait davantage oppressif ?

Avatar de l’utilisateur
Geronimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 342
Inscription : mer. 05 mai 2004, 1:58
Localisation : europe chrétienne

Re: La situation d'Assad

Message non lu par Geronimo » mar. 13 mars 2012, 17:43

Ce qui est assez frappant c'est le schéma de religion archaïque ou payenne qui revient sans cesse pour conjurer le mauvais sort.

Nous sommes désormais revenus à ces schémas de conjuration de la violence.

Depuis Abraham Dieu essaye de nous faire renoncer au sacrifice humain mais c'est plus fort que nous.


C'était le schéma de la lapidation. personne ne veut jeter la première pierre il faut que ça soit dans un bel ensemble , désormais c'est "la communauté internationale", on élimine le gêneur sans que personne ne se sente responsable.

La communauté internationale se met à scander en choeur : " A mort, A mort cruciefie-le, il doir mourir, il vaut mieux qu'un seul meurt que tout le peuple."

On nous désigne très régulièrement des boucs émissaires et tout le monde se réjouit d'être autorisé à haïr et à décharger sa violence sur celui-ci.

Il y a eu l'horrible Saddam Hussein qui parait-il "débranchait les couveuses des petits enfants" et dont on a put admirer avec délectation la pendaison. L'Irak est complètement détruit mais tout le monde s'en fout. La foule "internationale" est apaisée.

Puis le Gargamel Kadhafi qui parait-il donnait "du viagra à ses soldats" plutôt que des armes ce qui a permis à la communauté internationale de n'en faire qu'une bouché et d'exhiber sa lapidation. La Libye est complètement détruite mais tout le monde s'en fout. La foule "internationale" est apaisée.


Et enfin l'affreux sadique Bachar el Assad qui "tueraient les femmes et les enfants" le jour même ou il rencontre Koffi Annan tellement il est sadique. "La communauté internationale" espère bien que les salafistes pourront l'égorger lui sa femme et ses enfants et qu'on aura le droit aux images. La Syrie sera complètement détruite mais tout le monde s'en foutra. La foule "internationale" sera apaisée pour quelques mois le temps de se trouver un nouvel exutoire à ses pulsions de violence.


Toujours ce même scénario de bouc émissaire, de chasse aux sorcières pour assouvir nos fantasmes de violence. C'est exactement ce que Jésus-Christ est venu abolir par son propre sacrifice et par le sacrifice renouvelé de la messe.
"Tant la concurrence au sens du LIBERALISME économique que la lutte des classes dans le sens marxiste sont contre nature et opposées à la conception chrétienne de la vie." Bienheureux Jean XXIII, encyclique Mater et Magistra n. 24

"Si les élections changeaient vraiment les choses, le vote serait interdit" Coluche
vive les sacrifices humains !
la droite a des idées
la droite sait aussi manifester

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: La situation d'Assad

Message non lu par Cinci » mar. 13 mars 2012, 18:12

(propos inutiles supprimés)

Géronimo :
Toujours ce même scénario de bouc émissaire, de chasse aux sorcières pour assouvir nos fantasmes de violence. C'est exactement ce que Jésus-Christ est venu abolir par son propre sacrifice et par le sacrifice renouvelé de la messe.
Aussi. C'est exact. Tiens : :clap: :clap: :clap:

Avatar de l’utilisateur
polomnic
Quæstor
Quæstor
Messages : 268
Inscription : jeu. 29 avr. 2004, 18:59

Re: La situation d'Assad

Message non lu par polomnic » mar. 13 mars 2012, 19:04

Bon, à la décharge de mes contempteurs, je dois dire que j'ai une mauvaise tendance à la provocation. J'aime bien faire réagir, par la suite je tente d'affiner mon propos. Mea culpa.

Mais bon, avec cette affaire syrienne, j'ai tellement l'impression de revivre les diverses manipulations de l'opinion que nous avons connu avec toutes ces guerres faites au nom des droits de l'homme, que je commence à avoir la nausée.

Souvenons nous, quand même, qu'au nom du danger que représentait soit-disant les armes de destruction massive irakiennes, qui n'existaient finalement pas, des dizaines de milliers d'enfants irakiens sont morts faute de médicaments, en raison de l'embargo.

"Qui veut fait l'ange, fait la bête", disait Pascal.

Avatar de l’utilisateur
polomnic
Quæstor
Quæstor
Messages : 268
Inscription : jeu. 29 avr. 2004, 18:59

Re: La situation d'Assad

Message non lu par polomnic » mar. 13 mars 2012, 21:11

Griffon a écrit : (propos inutiles supprimés)
Je vous remercie de votre charitable condescendance, mais l'ouverture de ce sujet portait sur mon opinion selon laquelle il fallait que le régime de Assad tienne, car dans le cas contraire le sort des chrétiens dans ce pays, relativement privilégié par rapport au reste de la région, risquait de finir comme celui des chrétiens d'Irak. Sans pour autant d'ailleurs que le sort du reste de la population ne s'améliore.
Certains ici, ont avancé immédiatement qu'une telle opinion n'avait rien à faire sur un forum catholique. Ce que j'ai contesté, à juste titre il me semble, en renvoyant ces censeurs à leurs propres contradictions, de manière sans doute guère diplomatique, je le concède.
Si vous considérez qu'entamer la discussion en ostracisant et en méprisant celui qui n'a pas la même opinion que vous se justifie, il faudra m'expliquer avant tout en quoi cela relève de la charité chrétienne.

Mais, bon, à vrai dire, un tel comportement ne me dérange guère, à partir du moment où on me laisse répondre sur le même ton, et qu'on ne vient pas me faire la morale, quand soi même on n'a pas la tempérance nécessaire pour faire la leçon.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités