Retour sur le quinquennat de Sarkozy

« Par moi les rois règnent, et les souverains décrètent la justice ! » (Pr 8.15)
Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Retour sur le quinquennat de Sarkozy

Message non lupar Petit Matthieu » jeu. 01 déc. 2011, 13:34

Cher Charles,
Je suis plutôt d'avis que certains qui sont enfoncés jusqu'au cou dans les problèmes du fait de leur médiocrité, ne supporteraient pas que la France s'en sorte.
J'ai rarement lu quelque chose d'aussi [absurde].

Le bilan économique de Sarkozy sera sans doute un des pires jamais enregistrés.
Tout ramener à Sarkozy est un raccourci.
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1701
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Re: Retour sur le quinquennat de Sarkozy

Message non lupar Charles » jeu. 01 déc. 2011, 14:12

Le chômage aujourd'hui en France :

Hongrie 9,9 %
France 9,9 %
Pologne 9,4%

Italie 8,3%
Royaume-Uni 8,3%
Slovénie 8%
Finlande 7,8%
Chypre 7,8%
Suède 7,5%
Roumanie 7,5%
Danemark 7,1%
Belgique 6,8%
République Tchèque 6,6%
Malte 6,6%
Allemagne 5,8%
Luxembourg 4,8%
Pays-Bas 4,8%
Autriche 3,9%

Les pays européens qui ont plus de chômage que la France : Bulgarie, Portugal, Estonie, Slovaquie, Irlande, Lituanie, Lettonie, Grèce, Espagne. Les sympathisants UMP pourront toujours dire que la France fait mieux que ces pays.

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1701
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Re: Retour sur le quinquennat de Sarkozy

Message non lupar Charles » jeu. 01 déc. 2011, 15:18

Le bilan économique de Sarkozy sera sans doute un des pires jamais enregistrés.
Tout ramener à Sarkozy est un raccourci
La Constitution de la V° République a institué un "régime présidentiel" où l'élection du président de la République au suffrage universel direct le rend responsable de son action politique devant le peuple. Le président nomme le premier ministre et préside le conseil des ministres. Dans le cas de Sarkozy, son exercice de la fonction présidentielle s'est accompagnée d'un majorité UMP à l'Assemblée nationale. Il n'a eu aucune limite à sa liberté d'action. La Constitution permet au président de la République une certaine interprétation : s'il veut rester en retrait, et en rester à un rôle "d'arbitrage", il le pourrait car le gouvernement "détermine et conduit la politique de la Nation" selon la Constitution (cas d'une cohabitation), mais s'il veut agir au premier rang, rien ne l'en empêche du moment qu'il a une majorité à l'Assemblée. Et c'est précisément ce qu'on a vu avec Sarkozy, pour qui on a même parlé d'hyper-présidence :

"L'"hyperprésidence" est un néologisme popularisé par la presse, soit avec admiration, soit avec agacement, pour qualifier le style du Président Nicolas Sarkozy et la façon dont il conduit la première partie de son mandat après son élection à la présidence de la République en mai 2007.

Elle se caractérise par une "hyperactivité" du Président de la République qui :
est présent sur tous les dossiers à la fois, sur tous les fronts,
- s'occupe de tout lui-même,
- centre son action sur l'immédiateté,
- est omniprésent dans les médias avec un agenda sans temps mort et une multiplication des évènements et des discours ne laissant pas le temps du recul,
- fait passer son statut particulier avant son statut de Président,
- affaiblit le rôle des ministres et du Premier-ministre par le poids politique donné aux conseillers qui l'entourent à l'Elysée.

L'"hyperprésidence" de Nicolas Sarkozy n'a pas permis au Parlement de prendre toute la mesure de son nouveau rôle censé être revalorisé par la révision constitutionnelle de 2008. Dans les faits, le passage du septennat au quinquennat depuis 2002 limite les initiatives des députés dont l'élection intervient juste après celle du Président."

Non seulement Sarkozy est constitutionnellement responsable devant le peuple mais il en a rajouté en exerçant le pouvoir d'une façon extrêmement personnalisée. Il n'a aucune échappatoire, il doit assumer.

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Retour sur le quinquennat de Sarkozy

Message non lupar Petit Matthieu » jeu. 01 déc. 2011, 15:35

Analyse largement incomplète. Si ce que vous dites en en bonne partie vraie, vous laissez dans l'ombre énormément de facteurs qui sont responsables du marasme actuel.

Sarkozy n'a pas fait entrer la France dans le libéralisme, n'a pas ouvert les frontières, n'est pas responsable du vieillissement de la population, des fraudes fiscales ou des abus sur la Sécu. Ce n'est pas de la faute de Sarkozy si les salaires sont bien plus bas en Asie, cela entraînant des délocalisations. Sarkozy n'a pas ensorcelé les grands patrons de la pire espèce qui ferment les usines alors qu'elles font des bénéfices...
Tout cela ne date pas de 2007.

Bref, dire "Bilan de Sarkozy = 9.9 % de chômage" est une analyse parfaitement incomplète. Vous êtes sujet à vouloir noircir le trait pour convaincre les autres. Mais la vérité nous suffit, nous n'avons pas besoin, comme vous, de faire de Sarkozy le diable absolu pour ne pas voter pour lui en 2012.

C'est cela que je vous reproche, vous nous prenez finalement pour des moutons, Charles.
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 2167
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Re: Retour sur le quinquennat de Sarkozy

Message non lupar Nanimo » jeu. 01 déc. 2011, 16:33

(...) Bref, dire "Bilan de Sarkozy = 9.9 % de chômage" est une analyse parfaitement incomplète. Vous êtes sujet à vouloir noircir le trait pour convaincre les autres. Mais la vérité nous suffit, nous n'avons pas besoin, comme vous, de faire de Sarkozy le diable absolu pour ne pas voter pour lui en 2012. (...)
Qui est "nous", Petit Matthieu?
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13005
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Retour sur le quinquennat de Sarkozy

Message non lupar etienne lorant » jeu. 01 déc. 2011, 17:03

Qui est "nous", Petit Matthieu?
Moi, entre autres, je suis Belge :siffle:
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1701
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Re: Retour sur le quinquennat de Sarkozy

Message non lupar Charles » jeu. 01 déc. 2011, 17:04

Tout cela ne date pas de 2007.
Avant Sarkozy, il y a eu deux mandats de Chirac, ce qui fait 16 années ininterrompues de pouvoir RPR/UMP, pendant lesquelles Sarkozy a toujours été membre du parti et souvent ministre du gouvernement :

1977 : membre du comité central du Rassemblement pour la République (RPR)
1978 - 1979 : délégué national des jeunes du RPR
1981 : président du comité national des jeunes en soutien à Jacques Chirac pour l'élection présidentielle
1988 : secrétaire national du RPR, chargé de la Jeunesse et de la Formation
1989 : secrétaire national du RPR, chargé de l'Animation, de la Jeunesse et de la Formation et co-directeur de la liste d'union pour les élections européennes
1992 - 1993 : secrétaire général adjoint du RPR, chargé des fédérations
1995 : porte-parole d'Édouard Balladur pour l'élection présidentielle
10 juillet 1997 - 6 février 1998 : coordinateur et porte-parole de la direction provisoire du RPR
6 février 1998 - 4 octobre 1999 : secrétaire général du RPR
16 avril 1999 - 4 décembre 1999 : président par intérim du RPR ; tête de la liste RPR-DL aux élections européennes
3 mai 2000 : élu président du comité départemental du RPR des Hauts-de-Seine
28 novembre 2004 - 14 mai 2007 : président de l'Union pour un mouvement populaire (UMP)

30 mars 1993 - 11 mai 1995 : ministre du Budget du gouvernement Balladur
30 mars 1993 - 19 janvier 1995 : porte-parole du gouvernement du gouvernement Balladur
19 juillet 1994 - 11 mai 1995 : ministre de la Communication du gouvernement Balladur
7 mai 2002 - 30 mars 2004 : ministre de l'Intérieur, de la Sécurité intérieure et des Libertés locales dans les premier et deuxième gouvernements Raffarin
31 mars - 29 novembre 2004 : ministre d'État, ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie dans le troisième gouvernement Raffarin
2 juin 2005 - 26 mars 2007, ministre d'État, ministre de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire dans le gouvernement Villepin

Mais comme je le disais, je préfère en rester au quinquennat, qui est le titre de ce fil. Sarkozy a eu cinq ans de pleins pouvoirs.
Sarkozy n'a pas ensorcelé les grands patrons de la pire espèce qui ferment les usines alors qu'elles font des bénéfices...
Ce n'est pas très clair. Que voulez-vous dire, précisément ?

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Retour sur le quinquennat de Sarkozy

Message non lupar Petit Matthieu » jeu. 01 déc. 2011, 17:06

(...) Bref, dire "Bilan de Sarkozy = 9.9 % de chômage" est une analyse parfaitement incomplète. Vous êtes sujet à vouloir noircir le trait pour convaincre les autres. Mais la vérité nous suffit, nous n'avons pas besoin, comme vous, de faire de Sarkozy le diable absolu pour ne pas voter pour lui en 2012. (...)
Qui est "nous", Petit Matthieu?
"Nous" = la grande majorité des membres de ce forum qui m'ont l'air d'aimer la vérité plus que la manipulation.
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1701
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Re: Retour sur le quinquennat de Sarkozy

Message non lupar Charles » jeu. 01 déc. 2011, 17:12

Bref, dire "Bilan de Sarkozy = 9.9 % de chômage" est une analyse parfaitement incomplète.
Je ne fais ici aucune analyse, seulement un "Retour sur le quinquennat de Sarkozy" comme le titre du sujet l'indique. Pour ce qui est du chômage, on est à 9,9% de la population active (septembre 2011) et c'est à inscrire au bilan de Sarkozy. Pour un bilan plus complet, reportez-vous au premier message du sujet.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8193
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Retour sur le quinquennat de Sarkozy

Message non lupar Raistlin » jeu. 01 déc. 2011, 17:34

Je ne fais ici aucune analyse, seulement un "Retour sur le quinquennat de Sarkozy" comme le titre du sujet l'indique. Pour ce qui est du chômage, on est à 9,9% de la population active (septembre 2011) et c'est à inscrire au bilan de Sarkozy. Pour un bilan plus complet, reportez-vous au premier message du sujet.
Certes, mais ne faut-il pas non plus prendre en compte le contexte économique ? Quelle est la part de responsabilité entre le contexte et la politique de Nicolas Sarkozy ?
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1544
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Retour sur le quinquennat de Sarkozy

Message non lupar Petit Matthieu » jeu. 01 déc. 2011, 17:37

Tout cela ne date pas de 2007.
Avant Sarkozy, il y a eu deux mandats de Chirac, ce qui fait 16 années ininterrompues de pouvoir RPR/UMP, pendant lesquelles Sarkozy a toujours été membre du parti et souvent ministre du gouvernement : ...
Je ne vous parlais pas de ça, mais des facteurs mondiaux qui expliquent la crise, le chômage, l'incivilité des gens... Sarkozy n'est pas le responsable à 100 % de l'état actuel de la France. Enfin, c'est bête comme chou ce que je dis, mais ça a l'air pourtant difficile à passer avec vous.

Pour un bilan plus complet, reportez-vous au premier message du sujet.
Non, bien vrai. J'aurais besoin de quelque chose de plus sérieux.
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

papoter
Barbarus
Barbarus

Re: Retour sur le quinquennat de Sarkozy

Message non lupar papoter » jeu. 01 déc. 2011, 18:42

]
Certes, mais ne faut-il pas non plus prendre en compte le contexte économique ? Quelle est la part de responsabilité entre le contexte et la politique de Nicolas Sarkozy ?



1/3 pour la crise et 2/3 pour Sarko d'après des économistes distingués et c'est bien payé... :cry:

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1701
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Re: Retour sur le quinquennat de Sarkozy

Message non lupar Charles » jeu. 01 déc. 2011, 19:14

Certes, mais ne faut-il pas non plus prendre en compte le contexte économique ? Quelle est la part de responsabilité entre le contexte et la politique de Nicolas Sarkozy ?
Il n'y a aucune excuse possible en avançant le "contexte" économique tout simplement parce que Sarkozy et ses prédécesseurs ont continuellement diminué les capacités d'action de la France en bradant sa souveraineté à l'U.E. : ils ont rendu la France de plus en plus dépendante du "contexte" et ils l'ont fait volontairement, constamment. On ne peut avancer le contexte économique comme excuse quand on n'a cessé de diminuer les capacités de réponse de la France. Ca remonte à bien avant Sarkozy, mais Sarkozy assume cet héritage et poursuit dans le même sens en allant jusqu'à violer le choix des Français exprimé dans le référendum de 2005 en ratifiant le Traité de Lisbonne. Et maintenant, à chaque fois qu'arrive une crise, on nous dit qu'il faut encore plus de dépendance au contexte, plus d'intégration européenne, et moins de souveraineté, moins de liberté d'action. Nous n'avons même plus de monnaie nationale, comment pourrions-nous nous avoir la moindre liberté d'action dans le domaine économique ? Sarkozy n'a rien fait allant dans le sens d'une moindre dépendance au contexte économique, rien fait pour rendre à la France sa capacité d'action, nous sommes toujours plus liés, plus paralysés.

En fait, il faut se demander plutôt quelle est la responsabilité de Sarkozy dans la crise économique et financière, quelle est la complicité des politiciens libéraux qui gouvernent l'Europe avec les banques et multinationales qui sont à l'origine des crises :

http://blogs.mediapart.fr/blog/giuliett ... -lucas-pap
Dernière édition par Charles le jeu. 01 déc. 2011, 23:40, édité 1 fois.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13005
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Retour sur le quinquennat de Sarkozy

Message non lupar etienne lorant » jeu. 01 déc. 2011, 19:52

La solution: votez pour Charles, çà ne vous saute pas aux yeux ? :p
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1701
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Re: Retour sur le quinquennat de Sarkozy

Message non lupar Charles » mer. 14 déc. 2011, 1:26

Mise à jour :

2011 L'ancien ministre UMP Renaud Donnedieu de Vabres a été placé en garde à vue dans l'enquête sur une possible corruption en marge de contrats d'armement et de la présidentielle de 1995. La police financière a effectué une perquisition à son domicile parisien et l'a interpellé simultanément. Les juges sont sur la piste d'un possible détournement de commissions légales convenues en marge de la vente de sous-marins au Pakistan (84 millions d'euros) et de frégates à l'Arabie saoudite (200 millions d'euros) dans les années 1990.Un lien est envisagé avec un attentat au Pakistan ayant tué 15 personnes en 2002, dont onze Français travaillant à la fabrication des sous-marins. Il a déjà été condamné en 2004 à 15.000 euros d'amende pour blanchiment de capitaux, en même temps que François Léotard, sanctionné alors de dix mois de prison avec sursis. Le nom de Nicolas Sarkozy, à l'époque des faits ministre du Budget, figure en procédure, dans un rapport de police luxembourgeois concernant la création de structures off shore liées à l'argent des marchés.

http://fr.news.yahoo.com/renaud-donnedi ... 53235.html


Revenir vers « Politique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit