Wafa Sultan, une femme insoumise. Islam et violence

« Par moi les rois règnent, et les souverains décrètent la justice ! » (Pr 8.15)
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8280
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Wafa Sultan, une femme insoumise

Message non lupar Cinci » mar. 03 août 2010, 18:08

La page (douteuse ?) du service national de relation avec l'Islam
(appuyée par la Conférence des évêques de France ... ?)

le-sri.com/Textes.htm

Ici :

http://www.comprendre.org/Meme_Dieu.htm

Olivier Clément cite Saint Jean Damascène, arabe chrétien du VIIIe s. , docteur de l'Eglise, qui qualifie Mohammed de " faux prophète" et les prescriptions du Coran de "dignes de risée". D'autres, qu'il n'est peut-être pas utile de citer, furent encore plus rudes. Selon Olivier Clément, la politique byzantine conclut que le "Dieu du Coran, dans le refus de la Trinité et de l'incarnation, est un Dieu "compact", bien différent du Dieu aimant – et aimant jusqu'à la croix – des Evangiles."

Moi qui me demandait précédemment ce que Jean Damascène aurait pensé de Muhammad, du Coran ...

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8280
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Wafa Sultan, une femme insoumise

Message non lupar Cinci » mar. 03 août 2010, 18:36

Griffon,

Merci pour le commentaire.

Donc, il faudrait penser à une adoration qui se voudrait être telle que ''adressée à l'unique grand Dieu'' comme du côté cultuel musulman. Il sera comme pourtant bien cette volonté, déjà, mais qui n'en permet pas chez eux, pour l'heure, d'en atteindre à Dieu et, en ce sens, que ce culte islamique ne donne pas Dieu à connaître; ne le fait pas connaître. Les imams ne le connaissent pas. Ils ne réalisent pas qui est Dieu au juste. Le ''El'' représenté dans le culte islamique (le double ''L''; ''LL'') ne représente pas Dieu en tout bonne justice quand il faut s'assimiler les enseignements transmis par Muhammad.

Ils adorent de manière désajustée, non-axée sur l'identité réelle, dans une certaine ignorance de l'identitée réelle de Dieu. C'est tout comme l'adoration que Platon (pareil pour le Samaritain, etc) aurait pu nourrir personnellement vis à vis le divin. Le Christ peut louer l'agir d'un Samaritain, et en ce que, étant charitable, accompli là la volonté de Dieu. Le même Christ n'indique pas lui-même à personne cependant que le culte religieux du Samaritain serait à confondre avec celui des juifs parce qu'il est capable de dire ailleurs que la vérité (concernant Dieu) vient des juifs, non pas de docteurs samaritains.

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3174
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Re: Wafa Sultan, une femme insoumise

Message non lupar Griffon » mar. 03 août 2010, 19:56

Bonsoir,

Vous vous trompez, je pense Cinci.
Dans ce passage, Jésus ne loue pas l'agir d'un samaritain, mais réponds à la question de la samaritaine, identique à la vôtre. (Jean IV)

Cordialement,

Griffon.
Jésus, j'ai confiance en Toi,
Jésus, je m'abandonne à Toi.
Mon bonheur est de vivre,
O Jésus, pour Te suivre.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8280
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Wafa Sultan, une femme insoumise

Message non lupar Cinci » mar. 03 août 2010, 21:27

C'est vrai, je n'avais pas votre message sous les yeux au moment d'envoyer. La mémoire des fois (sourire)... Vous parliez plutôt de l'épisode au puit de Jacob. Bon, mais mon raisonnement reste le même s'agissant de ce que j'indiquais.

[...]

Avec tout le péricope de la Samaritaine qui est dans Jean : il en ressort que cette eau qui doit rejaillir en vie éternelle est distribuée par Jésus. Le courant de canalisation passe par Lui, et qui est le Christ. La Samaritaine a un mari qui n'est pas son mari. Et l'eau que la Samaritaine peut puiser n'est pas celle qui étanche la soif. Elle ignore le don de Dieu, la Samaritaine.

Jésus, tel dans ce texte de Jean, en appelle à une Révélation «plus haute» s'agissant de Dieu. De fait, Esprit et Vérité sont les qualificatifs chez Jean pour évoquer la réalité qui sera celle des disciples de Jésus d'après la Pentecôte. Jean parle de la réalité ecclésiale et en mettant son anticipation chez Jésus, déjà, dans un temps pré-pascal. Griffon, moi avec le texte de Jean : ce que je trouve est une annonce de l'Église, et comme ce le sera bien en effet avec l'Église des Samaritains (où Pierre sera passé, etc). Je veux dire : je ne vois pas une annonce par Jésus d'une sorte de réalité spirituelle ''au-dessus'' ou comme ''hors-Église''; d'une sorte de nuée ''spirituelle'' dans laquelle devrions-nous fourguer ensuite informellement à égalité l'enseignement de Marcion, celui de Muhammad, celui d'Arius, de Jean Chrysostôme ou celui d'un bouddhiste, et ce, dans la plus grande des confusions.

L'Église des Samaritains qui aura reçu le baptême lorsque Pierre sera allé la visiter n'en sera pas non plus un groupe qui tiendrait à sacrifier ses chèvres sur cette montagne plutôt que sur celle-là. C'est sûr. Ces Samaritains post-pascal seront des chrétiens, non pas des élèves de Al-Boukhari ou de l'émir Hussein à Yathrib.

S'il est quelqu'un à qui je comparerais Muhammad ( la paix soit sur lui) mais ce sera bien à ce Samaritain générique d'avant la Pentecôte, ne pouvant donner qu'une eau qui n'étanche pas la soif, qui ignore le Don de Dieu, qui ignore parfaitement à qui il devrait être marié ! En Somme, Muhammad est dans le ''black out'', le cirage à chaussure. C'est un peu normal. Il n'aura jamais été baptisé de sa vie non plus. L'Eau et l'Esprit en contrepartie : c'est le signe du baptême.


___

Le texte de Jean se veut prophétique pour annoncer l'Église du Verbe incarné, du Seigneur Jésus-Christ. Rien d'autre.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8280
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Wafa Sultan, une femme insoumise

Message non lupar Cinci » mer. 04 août 2010, 1:02

Pour Fram :

http://www.comprendre.org/JPII_Islam.htm

(il y a une page d'infos par-ici)

Le site internet est peut-être un peu douteux, mais quoi qu'il en soit les sources qui sont citées sont quand même exactes.

[...]


  • «lls ont donc, comme vous, la foi d'Abraham dans le Dieu unique tout-puissant et miséricordieux. Vous savez que le Concile Vatican II s'est prononcé ouvertement sur ce sujet, et moi-même j'ai rappelé, dans ma première encyclique Redemptor hominis, que le « Concile... a exprimé son estime pour les croyants de l'Islam, dont la foi se réfère aussi à Abraham.»
    ( Jean-Paul II, en Turquie, 1979)

    «Mais nous sommes particulièrement frères en Dieu qui nous a créés en ce que nous nous efforçons d'atteindre, selon nos propres voies, par la foi, la prière et l'adoration, l'observation de sa loi et la soumission à ses desseins.»
    ( JPII, Philippines, 1981)

    «Chers musulmans, mes frères : je voudrais ajouter que, nous chrétiens, tout comme vous, nous cherchons le fondement et le modèle de la miséricorde en Dieu lui-même, ce Dieu auquel votre Livre donne le très beau nom de al-Rahmân, et que la Bible appelle al-Rahûm, le Miséricordieux.»


    « Tous, chrétiens et musulmans, nous vivons sous le soleil de l'unique Dieu de miséricorde.

    Les uns et les autres, nous croyons au Dieu unique, créateur de l'homme. Nous proclamons la souveraineté de Dieu et défendons la dignité de l'homme en tant que serviteur de Dieu. Nous adorons Dieu et professons une totale soumission à son égard. Nous pouvons donc, au vrai sens du terme, nous appeler frères et sceurs dans la foi au Dieu unique. Et nous sommes reconnaissants de cette foi puisque, sans Dieu, la vie de l'homme serait semblable au ciel sans soleil.»

    (JPII, Nigeria, 1982)


    « L'homme est un être spirituel. Nous, croyants, nous savons que nous ne vivons pas dans un monde fermé. Nous croyons en Dieu. Nous sommes des adorateurs de Dieu. Nous sommes des chercheurs de Dieu. L'Église catholique regarde avec respect et reconnaît la qualité de votre démarche religieuse, la richesse de votre tradition spirituelle. [...]

    Les uns et les autres nous croyons en un Dieu, le Dieu unique, qui est toute justice et toute Miséricorde; nous croyons à l'importance de la prière, du jeûne et de l'aumône, de la pénitence et du pardon; nous croyons que Dieu nous sera un Juge miséricordieux à la fin des temps et qu'après la résurrection, Il sera satisfait de nous et nous serons satisfaits de Lui.

    La loyauté exige aussi que nous reconnaissions et respections nos différences. La plus fondamentale est évidemment le regard que nous portons sur la personne et l'oeuvre de Jésus de Nazareth. Vous savez que, pour les chrétiens, ce Jésus les fait entrer dans une connaissance intime du mystère de Dieu et dans une communion filiale à ses dons, si bien qu'ils le reconnaissent et le proclament Seigneur et Sauveur. Ce sont là des différences importantes, que nous pouvons accepter avec humilité et respect, dans la tolérance mutuelle; il y il là un mystère sur lequel Dieu nous éclairera un jour, j'en suis certain.

    Chrétiens et Musulmans, nous nous sommes généralement mal compris, et quelquefois, dans le passé, nous nous sommes opposés et même épuisés en polémiques et en guerres. Je crois que Dieu nous invite, aujourd'hui, à changer nos vieilles habitudes. Nous avons à nous respecter, et aussi à nous stimuler les uns les autres dans les œuvres de bien sur le chemin de Dieu.»

    (JPII, Maroc, 19 août 1985)



Mon cher Fram, alors il me faut bien reconnaître que l'expression politique papale vis à vis l'islam est bien la vôtre. Puis c'est vous qui êtes en accord avec le Secrétaire d'État au Vatican, j'imagine. Vous serez donc la voix autorisée et officielle de la curie romaine sur ce forum et en rapport à ce sujet (sourire).

Puis c'est donc moi qui avait tort. Mon erreur si je partais pour laisser entendre autre chose de la politique vaticane actuelle.

Donc, il me faudra expliquer désormais en quoi Benoit XVI lui aussi tient les musulmans pour être nos frères ''en Dieu'', que l'Islam possède une formidable tradition religieuse, que le Dieu dans le Coran est le Dieu d'Abraham et que notre Dieu-unique s'exprime fort bien à travers les diverses sourates. Les prêches du vendredi en appellent surtout au Dieu-Père, à Jésus et Marie fort probablement. Je répète : c'est la position contemporaine du Vatican et de nombreux évêques à n'en pas manquer. Le tout est de bien dialoguer et permettre bien sûr aux catholiques qui le désir d'opter pour l'Islam (liberté de conscience). Ce pourrait être enrichissant tant pour les uns que pour les autres. Le dialogue serait aidé si 40% des européens (des Français, etc) pouvaient prier aux aussi en direction de la Mecque. Il se trouverait là plus de fraternité qu'auparavant. Il serait moins de préjugés. En faisant diminuer la discrimination l'on atteindrait plus à ce que Jésus souhaite. Nulle contrainte !

( Quelqu'un peut corriger mon dire dans ce dernier paragraphe si c'est moi qui gaffe. Un appel est lancé ici à votre charité)

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8193
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Wafa Sultan, une femme insoumise

Message non lupar Raistlin » jeu. 05 août 2010, 8:56

Cinci,

Oui, les musulmans s'adressent au Dieu Unique. Et oui nous sommes tous, dans un certain sens, "frères" en Dieu, comme on peu le dire d'un hindouiste, d'un bouddhiste ou d'un athée.

L'Église veut faciliter les relations avec les musulmans. Elle reconnaît donc, dans cette religion, ce qui est bon et vrai. Il n'y a, dans cette attitude, rien de choquant si tant est qu'on garde en mémoire qu'elle doit être accompagnée d'un rappel ferme de la Vérité.

La question n'est donc pas de savoir si le discours de l'Église est trop "coulant" avec l'islam, il ne l'est pas. En revanche, ce qui ne va pas, c'est le peu d'attachement à la Vérité chez nombre de catholiques.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3174
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Re: Wafa Sultan, une femme insoumise

Message non lupar Griffon » jeu. 05 août 2010, 17:44

Donc, il me faudra expliquer désormais en quoi Benoit XVI lui aussi tient les musulmans pour être nos frères ''en Dieu'', que l'Islam possède une formidable tradition religieuse, que le Dieu dans le Coran est le Dieu d'Abraham et que notre Dieu-unique s'exprime fort bien à travers les diverses sourates. Les prêches du vendredi en appellent surtout au Dieu-Père, à Jésus et Marie fort probablement. Je répète : c'est la position contemporaine du Vatican et de nombreux évêques à n'en pas manquer. Le tout est de bien dialoguer et permettre bien sûr aux catholiques qui le désir d'opter pour l'Islam (liberté de conscience). Ce pourrait être enrichissant tant pour les uns que pour les autres. Le dialogue serait aidé si 40% des européens (des Français, etc) pouvaient prier aux aussi en direction de la Mecque. Il se trouverait là plus de fraternité qu'auparavant. Il serait moins de préjugés. En faisant diminuer la discrimination l'on atteindrait plus à ce que Jésus souhaite. Nulle contrainte !

( Quelqu'un peut corriger mon dire dans ce dernier paragraphe si c'est moi qui gaffe. Un appel est lancé ici à votre charité)
Eh bien, Cinci, j'ai rarement été aussi déçu de vous lire.
Ainsi, pour justifier votre position, il vous faut donner dans l'ironie facile et attribuer au magistère des intentions et des idées contraire à la foi, inventées de toute pièce par Maître Cinci.

Est-ce là une leçon de catholicité ?

Griffon,
désolé.
Jésus, j'ai confiance en Toi,
Jésus, je m'abandonne à Toi.
Mon bonheur est de vivre,
O Jésus, pour Te suivre.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8280
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Wafa Sultan, une femme insoumise

Message non lupar Cinci » ven. 06 août 2010, 23:48

Griffon,

Alors pour comprendre un peu ma réaction ''poivron vert'' vous pouvez lire cette recension du livre de François Jourdan à tire d'indice. Sinon, il est bien vrai que j'éprouve un léger agacement face à ce que je perçevrai comme certaines facilités ou lieux communs qui peuvent être présents dans la diplomatie vaticane section «Islam» présentement, avec pour conséquence de donner un peu trop de verni d'honorabilité ou de légitimité au Coran, si vous préférez. Il me semble que le notre feu pape Jean Paul II aurait pu se garder une petite gêne lors de discours comme celui du Maroc en 1985. Je n'aime pas tellement l'idée du ticket d'admission gratuit dans la famille abrahamique concernant le monde musulman, uniquement parce que le prophète se serait réclamé lui-même d'un certain Abraham (revu et corrigé par l'Islam). Vous savez comme moi comment un adepte du New Age peut aussi bien se réclamer d'un Jésus cosmique aussi tant qu'à cela, les nazis avoir eu également leur Jésus revu et corrigé, etc.

Vous n'avez réellement aucune difficulté ou n'éprouvez pas le moindre petit malaise à voir la ligne politico-diplomatique adoptée ?



François Jourdan, Dieu des chrétiens, Dieu des musulmans : des repères pour comprendre, Paris, éditions de L’Œuvre, 2008,

http://exegeseettheologie.wordpress.com ... /#more-916


3. « Perplexités » du chrétien

L’auteur [ F.Jourdan] dénonce des erreurs fréquentes qui font leur chemin sous la forme d’idées reçues, entretenant ainsi un dialogue de surface qui laisse dans l’ombre les doctrines et la vision du monde de chacun des partenaires. Dans sa « première perplexité », François Jourdan conteste l’idée qu’il ne faut parler que de ce qui nous rapproche : « Ne considérer que ce qui nous rapproche aboutit à créer une situation chaleureuse mais fausse. » (p. 28) Il critique aussi certaines idées reçues comme : « Quatre-vingt-dix pour cent de choses nous sont communes » (2e perplexité) ; « Ce qui nous rapproche est plus important que ce qui nous sépare » (3e perplexité) et « laissons les doctrines aux spécialistes » (4e perplexité).


Les « trois religions du Livre »

Dans une annexe (p. 187-189), l’auteur [F.Jourdan] énumère des citations de personnes utilisant cette expression comme si elle allait de soi.
[...]

D’autres auteurs, non moins réputés, ont contesté cette expression. Du côté juif, Marc-Alain Ouaknin, à la suite de Armand Abécassis, parle du peuple juif comme d’un peuple de « l’interprétation du livre » (cité par Jourdan, p. 45). Du côté chrétien, le catholique François Varillon prétend que « le christianisme n’est pas une religion du Livre » mais que « l’islam l’est » (ibid.). La revue catholique Prions en Église, éditée par Bayard-Presse, le note aussi sur base de la conception différente qu’ont les chrétiens et les musulmans de leurs « Livre » respectif. En christianisme, on parle des auteurs inspirés de la Bible, tandis que pour l’islam, le Coran est dicté par Dieu. D’autres auteurs comme Jacques Ellul et Rémi Brague (voir ci-dessous) ont également dénoncé cette expression « conformiste » (Ellul y voit un des « piliers du conformisme ») et « trompeuse » (Brague).

Rémi Brague note quant à lui que « pour le christianisme, l’objet révélé n’est pas le Nouveau Testament, c’est la personne du Christ lui-même », tandis que pour l’islam, « l’objet révélé est vraiment le livre »


Les « trois religions abrahamiques »

Judaïsme, christianisme et islam se réfèrent tous, d’une manière ou d’une autre, à Abraham, présenté comme un exemple de fidélité à Dieu. Cette expression est également très répandue. La question qui se pose vis-à-vis de l’islam est : à quel Abraham se réfère-t-il ? L’Abraham biblique ? « Ce n’est pas parce que les noms sont identiques que les personnages le sont », écrit Rémi Brague. L’Abraham coranique est réputé avoir reçu des « feuilles » descendues du ciel, être allé à La Mecque et avoir bâti un temple (une « maison ») avec son fils Ismaël (la « Ka’aba »), épisodes inconnus de la Bible qui justifient l’orientation de la prière vers La Mecque et le Grand pèlerinage.[...]

Abraham, comme la plupart des personnages bibliques repris par le Coran, sont construits sur le modèle de Mahomet, le « Sceau des prophètes ». D’un autre côté, la figure biblique d’Abraham est occultée : « Abraham n’est plus l’Abraham de la “promesse”, comme dans la Bible. Il est seulement un envoyé, le plus noble après Muhammad, dans la série de ceux que Dieu dépêche ici-bas avec une mission personnelle. » Non seulement l’Abraham coranique n’est pas celui de la Bible, mais il est réputé avoir été musulman, c’est-à-dire « soumis » à Dieu : « Abraham n’était ni juif ni chrétien, mais vrai croyant et musulman, et il n’était pas au nombre des polythéistes » (Coran 3.67, trad. Brague)


En notes infra :

Du Dieu des chrétiens. Et d’un ou deux autres, Paris, Flammarion, 2008, p. 43. Rémi Brague est professeur de philosophie arabe et médiévale.

Il est significatif que dans le Coran, c’est Dieu qui apprend à Adam les noms des animaux, contrairement au récit biblique où il est dit qu’il voulait « voir comment [Adam] les appellerait » (Gn 2.20). Dieu est en retrait, laisse de l’espace à sa créature. En islam, Dieu prend toute la place, et l’homme se soumet.
La liberté c'est quoi au juste ? Un être libre est une personne capable de dominer ses passions et de toujours choisir le bien. La nature humaine est toujours en lutte avec ses tendances nommées : orgueil, envie, colère, gloutonnerie, luxure, avarice, paresse. Si une personne réussit à les surmonter, elle est libre. Sinon, elle est esclave de ses penchants et elle ne peut posséder la joie et la paix.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8280
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Wafa Sultan, une femme insoumise

Message non lupar Cinci » sam. 07 août 2010, 0:37

Raistlin,

S'il faut mettre des guillemets au terme frère, je trouve qu'il ferait davantage sens de ne pas employer du tout cette expression. Si l'on veut si fort employé le mot malgré tout mais alors c'est que frères en Adam conviendrait beaucoup mieux, et d'ailleurs le pape est capable de le dire lui aussi. Sauf, comme vouloir aller au-delà m'apparaît être une position qui force un peu sur la diplomatie.

C'est beau de vouloir employer des expressions prophétiques, mais je ne crois pas que le terme correspondrait réellement à la situation présente. Est-ce que l'on se met dans la peau des convertis chrétiens qui se font trucider par leurs ''frères'' ? Je ne pense pas que les chrétiens d'Orient qui doivent vivre la dhimmitude ont tellement l'impression de trouver de vrais frères en face d'eux. Oui, alors soit c'est forcé ou bien c'est que le mot ne veut pas dire grand chose; l'expression est vidée de son sens. Perso, je ne me souviens pas d'avoir jamais lu nulle part que les chrétiens sous l'empire romains considéraient leurs propres voisins ''païens'' comme des ''frères en Dieu''. Pourtant, moi, Sénèque, je le trouve fort sympathique au départ. Et c'est plutôt ce dernier que j'eusse retenu à souper, et ce, bien avant un islamiste des temps modernes.

Puis que vaut le baptême au juste s'il suffit de faire des prières en direction de la Mecque pour être désormais ''frère en Dieu'' ? Non, réellement, je trouve ''quelque chose'' là-dedans sonne faux. Ça n'a pas de sens.

L'Église veut faciliter les relations avec les musulmans. Elle reconnaît donc, dans cette religion, ce qui est bon et vrai.

Oui, puis c'est là-dedans que je trouve une confusion quand même. Pour faciliter des rapports ou des relations : il n'est nul besoin de commencer par accorder une légitimité à ''un Dieu qui n'est pas Dieu'', à une idôle ou à sacraliser le livre sacré d'un non-chrétien. Encore une fois, pour se faciliter les relations avec le monde polythéistes à Rome, mais fallait-il que les chrétiens jadis commencèrent par trouver tout ce qu'il y avait de bon et vrai dans le culte de Jupiter, dans les oracles de la Sybile ? Certainement; dirai-je, il se trouvait également des choses bonnes dans le culte d'Apollon. On se demande pourtant comment il se fait que tant de générations de papes n'auront pas su reconnaître en quoi ces adeptes païens adressaient bien leurs prières au vrai Dieu. À part ça, quel besoin d'avoir voulu convertir des sauvages (qui priaient Manitou) et en ajoutant que leur conception de Manitou était démonique ?

La position du Vatican relativement à l'Islam se comprendrait passablement mieux si les docteurs de l'islam acceptaient réellement la Bible pour commencer. Seulement, ce n'est pas le cas en réalité.
La liberté c'est quoi au juste ? Un être libre est une personne capable de dominer ses passions et de toujours choisir le bien. La nature humaine est toujours en lutte avec ses tendances nommées : orgueil, envie, colère, gloutonnerie, luxure, avarice, paresse. Si une personne réussit à les surmonter, elle est libre. Sinon, elle est esclave de ses penchants et elle ne peut posséder la joie et la paix.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8543
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Wafa Sultan, une femme insoumise

Message non lupar jean_droit » sam. 04 sept. 2010, 8:57

Un article très courageux sur la lapidation :

http://www.lemonde.fr/idees/article/201 ... _3232.html
La lapidation, "preuve extrême de la logique de violence de l'islam"

Abdennour Bidar, professeur de philosophie en classes préparatoires à Sophia-Antipolis

La monstrueuse condamnation d'une femme à la lapidation par la République islamique d'Iran donne encore une fois de l'islam une image catastrophique, celle d'une religion archaïque, violente et totalitaire. N'essayons pas en effet de dédouaner la religion islamique du meurtre programmé de Sakineh Mohammadi-Ashtiani en soutenant qu'il s'agit d'une décision politique. Le pouvoir de Mahmoud Ahmadinejad se fonde sur une idéologie reconnue comme celle d'un islam fondamentaliste.

En tant qu'intellectuel musulman, je dois prendre la responsabilité de dire cela haut et fort, en m'insurgeant contre cette sentence de lapidation au nom de la dignité de la personne humaine. Mais je ne saurais m'en tenir à cette indignation. Si en effet la pulsion totalitaire de la religion islamique trouve là l'une de ses expressions les plus inhumaines, il faut y voir simplement l'une des formes les plus radicales d'une logique générale qui a pris, au fil des siècles, le contrôle de la vie spirituelle des musulmans du monde. Hélas !, la religion islamique entière se nourrit de violence.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3868
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Wafa Sultan, une femme insoumise

Message non lupar Kerniou » sam. 04 sept. 2010, 9:55

Merci, Monsieur Bidar ! Peu de musulmans osent se positionner aussi clairement que vous, même si, en privé, ils n'en pensent pas moins.
J'ai vu, plusieurs fois, Abdenour Bidar à la TV; ses points de vue humanistes et ses prises de position publiques sont à saluer. Espérons que de nombreuses autres voix musulmanes s'élèvent ainsi.
Merci, Jean Droit pour l'info.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13004
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Wafa Sultan, une femme insoumise

Message non lupar etienne lorant » sam. 04 sept. 2010, 10:06

La réapparition progressive d'idéologies radicales (j'entends par là: qu'elles ne prétendent plus s'adapter au milieu dans lesquelles elles apparaissent) est un signe clair de la faillite de la "laïcité". La laïcité n'est ni une idéologie à mes yeux, ni une "religion de l'humain". Selon moi, la laïcité n'est rien d'autre qu'une démission de l'homme. Quelqu'un m'a dit un jour: "la laïcité, c'est la foi en l'Etat"... çà m'a foutu les b... les jetons !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8543
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Wafa Sultan, une femme insoumise

Message non lupar jean_droit » sam. 04 sept. 2010, 19:17

De Yahoo :

http://fr.news.yahoo.com/76/20100904/tw ... 8f422.html
Sakineh condamnée à de nouveaux châtiments corporels

L'Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani, menacée d'être exécutée par lapidation, a été condamnée à 99 coups de fouet supplémentaires, selon des informations transmises par son fils, publiées ce samedi sur le site de la revue «La règle du jeu» et le blog «Dentelles et Tchador». Lire la suite l'article

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13004
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Wafa Sultan, une femme insoumise

Message non lupar etienne lorant » sam. 04 sept. 2010, 19:21

Inimaginable, et cependant martyre...

Les 99 coups de fouets supplémentaires viennent-ils compléter la légitimité des 200 coups précédents ?

Je prie pour elle...

Etienne
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13004
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Wafa Sultan, une femme insoumise

Message non lupar etienne lorant » lun. 06 sept. 2010, 16:49

Lors d'une recherche d'un verset dans lequel Jésus dit aux Juifs "Pour laquelle (de mes bonnes oeuvres) voulez-vous me lapider ?", je suis tombé sur un forum musulman, qui décrit la miséricorde d'Allah sur une femme qui avait avoué son adultère... Allah est miséricordieux... mais après la mort, bien entendu:

"visa pour le paradis
sahih muslim
Le Livre qui Concerne aux Punitions Prescrits par Islam (Kitab Al-Hudud)

Livre 017, numéro 4207:
Imran b. Husain a rapporté qu'une femme de Juhaina est venue au messager d'Allah (sws) et elle était devenue enceinte à cause d'adultère. Elle a dit: O messager d'Allah, j'ai fait quelque chose pour laquelle (la punition est prescrite) doit être imposé sur moi, ainsi imposez cela. Le messager d'Allah (sws) a appelé son –mari- et a dit: Traitez-la bien, et quand elle délivre –enfante-apportez-la-moi. Il a fait en conséquence. Alors le messager d'Allah (sws) a prononcé le jugement au sujet d'elle et ses vêtements ont été attachés autour d'elle et alors il a commandé qu'elle soit lapidée à mort. Il a ensuite prié sur elle (la lapidée).

Sur cela Umar a dit à lui: O messager d'Allah, vous offrez la prière pour elle, alors qu'elle avait commis l'adultère! Sur cela le messager a dit: Elle a fait un tel repentir qui s'il était divisé parmi soixante-dix hommes de Medina, ce serait assez. Avez-vous trouvé n'importe quel repentir mieux que cela qu'elle sacrifie sa vie pour Allah, le Majestueux ?"

On est tout de même très loin de "Celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre !"

...islamvaincra.vraiforum.com/t66-lapidation-punition-inhumaine-ou-purification-visa-pour-le-p.htm
Dernière édition par Cgs le mar. 07 sept. 2010, 19:02, édité 1 fois.
Raison : Lien désactivé, Cordialement, Cgs
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )


Revenir vers « Politique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit