Page 1 sur 1

Fleurs séchées posées sur le Saint Sépulcre

Publié : mer. 01 juil. 2020, 15:38
par Bisdent
Bonjour,

J'ai trouvé sur des sites de ventes aux enchères plusieurs cartes anciennes présentant des fleurs séchées, renseignées avoir été posées sur le Saint Sépulcre de Jérusalem. Ces fleurs proviennent tantôt de Gethsémané, de la Via Dolorosa, de Bethléem, de Nazareth, etc. Il s'agit notamment de ce genre de cartes : https://www.befr.ebay.be/itm/ANTICO-SAN ... Sw495c8~Ad

ou encore celle-ci : https://www.befr.ebay.be/itm/Beau-Cadre ... SwxIRZ-IwE

Connaissez-vous cette pratique ancienne. Savez-vous si elle a toujours cours ? En connaissez-vous la signification ? Savez-vous qui s'y adonnait ?

D'avance, je vous remercie pour votre attention et vos réponses.

Re: Fleurs séchées posées sur le Saint Sépulcre

Publié : mer. 01 juil. 2020, 21:17
par Jean-Mic
Je vous confirme que c'est une pratique aussi ancienne que les images saintes, les signets, les marque-pages, et autres canivets, à glisser dans les missels, soit environ quatre siècles.

Re: Fleurs séchées posées sur le Saint Sépulcre

Publié : jeu. 02 juil. 2020, 1:14
par Altior
Dans le rite byzantin, le Vendredi Saint on expose sur une table le Saint Epitaphe (appelé aussi Saint Air). Il s'agit d'un ornat liturgique rectangulaire, en tissu de lin, ayant brodée (ou peinte) la scène de mise en tombeau de Notre Seigneur. Sur la table et devant la table couverte avec ce tissu, il y a des fleurs, comme à un enterrement. Les fidèles passent devant la table un par un, se signent, font l'osculation de la croix (qui est sur la table) et les enfants ajoutent des pétales de fleurs sur la table et passent, accroupis ou à quatre pattes, de l'autre côté par le dessous de la table.

À la fin de cet office d'enterrement, les quatre coins du Saint Epitaphe sont accrochés de quatre petits piliers en bois et quatre enfants sont désignés (cela est un grand honneur, car il s'agit des enfants les plus mériteux de la paroisse) pour porter le Saint Epitaphe en procession. On fait ainsi le tour de l'église. Le Saint Épitaphe, parce qu'il est en tête, arrive le premier et s'arrête aux portes de l'église. Puis, chaque fidèle passe sous lui (en le touchant avec son front) et entre ainsi dans l'église.

Le reste de l'année cette pièce liturgique se trouve dans le Sanctuaire et sert à couvrir les Espèces.

Après la procession et la fin de cet office, les fleurs (qui ont été bénites) sont partagées par les fidèles. Quant aux pétales apportées par les enfants, ils ont la coutume de les mettre sous leurs oreillers...

Re: Fleurs séchées posées sur le Saint Sépulcre

Publié : jeu. 02 juil. 2020, 9:21
par Bisdent
Altior a écrit :
jeu. 02 juil. 2020, 1:14
Dans le rite byzantin, le Vendredi Saint on expose sur une table le Saint Epitaphe (appelé aussi Saint Air). Il s'agit d'un ornat liturgique rectangulaire, en tissu de lin, ayant brodée (ou peinte) la scène de mise en tombeau de Notre Seigneur. Sur la table et devant la table couverte avec ce tissu, il y a des fleurs, comme à un enterrement. Les fidèles passent devant la table un par un, se signent, font l'osculation de la croix (qui est sur la table) et les enfants ajoutent des pétales de fleurs sur la table et passent, accroupis ou à quatre pattes, de l'autre côté par le dessous de la table.

À la fin de cet office d'enterrement, les quatre coins du Saint Epitaphe sont accrochés de quatre petits piliers en bois et quatre enfants sont désignés (cela est un grand honneur, car il s'agit des enfants les plus mériteux de la paroisse) pour porter le Saint Epitaphe en procession. On fait ainsi le tour de l'église. Le Saint Épitaphe, parce qu'il est en tête, arrive le premier et s'arrête aux portes de l'église. Puis, chaque fidèle passe sous lui (en le touchant avec son front) et entre ainsi dans l'église.

Le reste de l'année cette pièce liturgique se trouve dans le Sanctuaire et sert à couvrir les Espèces.

Après la procession et la fin de cet office, les fleurs (qui ont été bénites) sont partagées par les fidèles. Quant aux pétales apportées par les enfants, ils ont la coutume de les mettre sous leurs oreillers...
Je vous remercie cher Altior pour cette évocation du rite byzantin que je ne connaissais pas.

Pensez-vous que les cartes aux fleurs séchées que je vous évoquais renvoient vers le rite byzantin ? Voire un autre rite chrétien présent à Jérusalem ? Je serai intéressé s'il existait de la littérature à ce sujet, notamment pour le rite catholique romain.

Bien à vous,