Une lettre de Sainte Jeanne d'Arc aux hussites

Anthropologie - Sociologie - Histoire - Géographie - Science politique
Avatar de l’utilisateur
Guillaume C.
Censor
Censor
Messages : 134
Inscription : mer. 14 janv. 2015, 13:37
Conviction : Catholique romain

Une lettre de Sainte Jeanne d'Arc aux hussites

Message non lu par Guillaume C. » sam. 30 mai 2020, 22:03

Jeanne d'Arc par Henri Wallon - 5° éd. 1879
Appendice 50 : Lettres de Jeanne aux Hussites


« Entre les deux lettres que nous venons de donner se place, par la date, une lettre de Jeanne aux hussites, publiée, en allemand, par M. de Hormayr, en 1834, et reproduite par M. J. Quicherat, Procès, t. V, p. 156. « Cette lettre, disais-je dans ma première édition, par le style comme par tout le reste, n'a aucun des caractères de celles que l'on a de Jeanne. Ce n'est pas Jeanne qui aurait dit, par exemple, aux hussites: « Si je n'apprends bientôt votre amendement, je laisserai peut-être les Anglais et me tournerai contre vous pour vous arracher l'hérésie ou la vie. » La réputation de Jeanne en Allemagne était grande : il est possible qu'on y ait fabriqué cette lettre en son nom. L'allusion qu'y fait Jean Nider (Procès, t. IV, p. 503) peut se rapporter à une pièce fausse, tout aussi bien qu'à une pièce authentique. Jeanne songea à une grande entreprise en dehors de la guerre des Anglais, mais cela même se rattachait à sa mission : c'est la croisade où elle les invitait dans sa première lettre, avant de les combattre, afin d'offrir une autre carrière à leur ambition et de transformer la rivalité des deux peuples en une rivalité de gloire au profit de la Chrétienté tout entière. Les Anglais refusant, elle n'eut plus qu'une pensée et un but, ce fut de les chasser de France. »

Le texte latin de ce document, retrouvé aux archives de Vienne dans les registres de la chancellerie de l'empereur Sigismond, par M. Sickel, conservateur des archives, I. et R. d'Autriche, doit me faire modifier sur un point mon opinion. Cette lettre n'a pas été fabriquée en Allemagne; elle a été écrite en France, et, on le peut croire au su de la Pucelle, puisqu'elle est signée du nom de Pasquerel, son aumônier. Mais cela même achève de prouver que la pièce, bien qu'elle porte en tête le nom de Jeanne, n'est pas d'elle : toutes ses lettres, en effet, sont de la main d'un secrétaire, puisqu'elle ne savait pas écrire, et il n'y en a pas une qui soit signée autrement que de son nom.
On ne doit donc lui attribuer aucune part directe à la composition de celle dont il s'agit; sur cela, comme sur les points accessoires, M. Sickel est d'accord avec moi : « Comme M. Wallon l'a très-justement remarqué, dit-il, Jeanne d'Arc n'a jamais porté ses vues au delà de la France. Aussi n'ai-je pas la pensée d'attribuer à la Pucelle, ni même à ses confidents, la première idée de la lettre aux hussites. Cette démarche a dû être provoquée, soit par un Bohémien qui voyageait alors en France, soit par une personne étrangère à la Bohême, qui aura pensé que le prestige du nom de Jeanne serait assez puissant pour opérer la conversion des hérétiques. On aura fait entrevoir à Jeanne la possibilité de ramener dans le sein de l'Église une nation égarée par l'erreur. Ce motif n'était-il pas suffisant pour la décider à charger son aumônier d'écrire en son nom aux hussites ? Elle n'aura point d'ailleurs pris part à la rédaction de la lettre, de sorte qu'il n'y faut pas chercher les mêmes caractères que dans les lettres dictées par l'héroïne elle-même. Tel est le genre d'authenticité que je crois pouvoir attribuer à la lettre dont je viens de publier le texte original. A mes yeux, ce document ne prouve pas que Jeanne d'Arc se soit spontanément occupée des affaires d'un peuple étranger. D'accord avec M. Wallon, je ne crois pas qu'elle ait jamais songé à d'autres entreprises qu'à la guerre contre les Anglais. Selon moi, la lettre aux hussites ne peut être citée que pour montrer combien la Pucelle était respectée de son vivant dans les pays les plus éloignés. A ce titre, il importait de montrer, sous son véritable jour, une pièce dont la source n'avait pas été indiquée, et qu'on n'avait encore jugée que d'après une traduction imparfaite. »

Voici le texte latin tel que M. Sickel l'a donné dans la Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, septembre-octobre 1860, 3e série, t. II, p. 82 :

« Jesus, Maria.
Jam dudum michi Johanne puelle rumor ipse famaque pertulit quod, ex veris christianis heretici et sarraceni[s] similes facti, veram religionem atque cultum sustulistis, assumpsistisque superstitionem fedam ac nefariam, quam dum tueri et augere studetis, nulla est turpitudo neque crudelitas quam non audeatis : sacramenta ecclesie labefactatis, articulos fidei laniatis, templa diruitis, simulacra, que memorie causa sunt confecta, perfringitis ac succenditis, Kristianos quod vestram (1) teneant fidem trucidatis. Quis hic vester furor est, aut que vos insania et rabies agitat ? Quam Deus omnipotens, quam Filius, quam Spiritus Sanctus excitavit, instituit, extulit et mille modis, mille miraculis illustravit, eam vos fidem persequimini, eam evertere, eam exterminare cogitatis. Vos vos cæci estis et non qui visu et oculis carent. Numquid creditis impunes abituros, aut ignoratis ideo Deum non impedire vestros nefarios conatus permittereque in tenebris vos et errore versari, ut quanto magis in scelere eritis et sacrilegiis debachati, tanto majorem vobis penam atque supplicia paret ? Ego vero, ut quod verum est fateor, nisi in bellis Anglicis essem occupata, jam pridem visitatum vos venyssem : verumtamen nisi emendatos vos intelligam, dimittam forte Anglicos adversusque vos proficiscar, ut ferro, si alio modo non possum, hanc vanam vestram et obscenam superstitionem exterminem, vosque vel heresi privem vel vita. Sed si ad katholicam fidem et pristinam lucem reddire mavultis, vestros ad me ambasiatores mittatis, ipsis dicam quid illud sit quod facere vos oporteat; sin autem minime, et obstinate vultis contra stimulum calcitrare, mementote que dampna sitis et facinora perpetrati, meque (2) expectetis summis cum viribus humanis et divinis, parem omnibus vicem relaturam.
Datum Suliaci XXIIIa Martii Bohemis hereti(ci)s.
PASQUEREL. »

Notes :

(1) Je lirais volontiers « quoad vestram ».

(2) Dans le manuscrit neque


Source : stejeannedarc.net


En cette fête de Sainte Jeanne d'Arc, il est toujours réjouissant de lire que "la Pucelle était respectée de son vivant dans les pays les plus éloignés".

Quelqu'un détient-il une traduction en français de cette lettre de Jeanne aux hussites sachant que celle-ci, pour ne pas l'avoir pas dictée, parait néanmoins avoir approuvé qu'on fît usage de son nom pour opérer la conversion des hérétiques ?

Merci par avance.

Bonne fête de la Pentecôte,
Il n'y a qu'une Église, une par l'unité de la doctrine comme par l'unité du gouvernement, c'est l'Église catholique (Léon XIII, lettre Testem benevolentiæ sur la condamnation de l'américanisme)

Avatar de l’utilisateur
Guillaume C.
Censor
Censor
Messages : 134
Inscription : mer. 14 janv. 2015, 13:37
Conviction : Catholique romain

Re: Une lettre de Sainte Jeanne d'Arc aux hussites

Message non lu par Guillaume C. » sam. 06 juin 2020, 17:51

Bonjour,

J'ai finalement trouvé une traduction en français de cette lettre de Sainte Jeanne d'Arc aux hussites en date du 23 mars 1430 :

JÉSUS † MARIE
Depuis longtemps le bruit, la renommée m’est parvenue que, de vrais chrétiens que vous étiez, devenus hérétiques, et pareils aux Sarrazins, vous avez aboli la vraie religion et le culte, que vous avez adopté une superstition infecte et funeste, et que, dans votre zèle à la soutenir et à l’étendre, il n’est honte ni cruauté que vous n’osiez. Vous souillez les sacrements de l’Église, vous lacérez les articles de la foi, vous renversez les temples ; ces images qui furent faites pour de saintes commémorations, vous les brisez et les jetez au feu ; enfin, les chrétiens qui n’embrassent pas votre foi, vous les massacrez. Quelle fureur ou quelle folie, quelle rage vous agite ? Cette foi que le Dieu tout puissant, que le Fils, que le Saint-Esprit suscitèrent, instituèrent, exaltèrent, et que de mille manières, par mille miracles, ils illustrèrent, vous la persécutez, vous vous efforcez de la renverser et de l’exterminer.
C’est vous, vous, qui êtes les aveugles et non ceux à qui manquent la vue et les yeux. Croyez-vous rester impunis ? Ignorez-vous que, si Dieu n’empêche pas vos violences impies, s’il souffre que vous soyez plongés plus longtemps dans les ténèbres et l’erreur, c’est qu’il vous prépare une peine et des supplices plus grands ? Quant à moi, pour vous dire la vérité, si je n’étais occupée aux guerres anglaises, je serais déjà allée vous trouver. Drais vraiment, si je n’apprends que vous vous êtes amendés, je quitterai peut-être les Anglais et je vous courrai sus, afin que j’extermine par le fer, si je ne le puis autrement, votre vaine et fougueuse superstition et que je vous ôte ou l’hérésie ou la vie. Toutefois, si vous préférez revenir à la foi catholique et à la primitive lumière, envoyez-moi vos ambassadeurs, je leur dirai ce que vous avez à faire. Si, au contraire, vous vous obstinez et voulez regimber sous l’éperon, souvenez-vous de tout ce que vous avez perpétré de forfaits et de crimes et attendez-vous à me voir venir avec toutes les forces divines et humaines pour vous rendre tout le mal que vous avez fait à autrui.
Donné à Sully, le 23 de mars, aux Bohêmes hérétiques.
Signé : PASQUEREL
Source : Vie de Jeanne d'Arc par Anatole France


Bon dimanche de la Trinité,
Il n'y a qu'une Église, une par l'unité de la doctrine comme par l'unité du gouvernement, c'est l'Église catholique (Léon XIII, lettre Testem benevolentiæ sur la condamnation de l'américanisme)

Avatar de l’utilisateur
Guillaume C.
Censor
Censor
Messages : 134
Inscription : mer. 14 janv. 2015, 13:37
Conviction : Catholique romain

Une lettre de Sainte Jeanne d'Arc aux hussites

Message non lu par Guillaume C. » mar. 23 juin 2020, 21:21

Gabriel Hanotaux fait allusion à cette lettre au détour d’une phrase où il évoque la sollicitude de Sainte Jeanne d’Arc pour la chrétienté dans sa globalité. Ce qui tend à étayer l’authenticité de cette lettre et sa cohérence avec le reste du message de sainte Jeanne d'Arc.
(...)
Précisément parce qu’elle était « Française, » elle ne voyait pas seulement la France : l’esprit de propagande, inné à la race, était en elle. Elle rêvait de répandre, au loin, le flot d’action et de dévouement qui gonflait son cœur. Son œuvre d’abord, certes ! Mais, après, se serait-elle arrêtée là ? Elle avait écrit aux Hussites ; elle avait signalé au Duc de Bourgogne l’approche des « Sarrasins. » En elle retentissaient toutes les plaintes de la chrétienté misérable ou menacée.
(...)
Source :
Gabriel Hanotaux
Jeanne d’Arc (Hanotaux)
Revue des Deux Mondes, 5e période, tome 58, 1910 (p. 526)
Il n'y a qu'une Église, une par l'unité de la doctrine comme par l'unité du gouvernement, c'est l'Église catholique (Léon XIII, lettre Testem benevolentiæ sur la condamnation de l'américanisme)

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 869
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Argentoratum

Re: Une lettre de Sainte Jeanne d'Arc aux hussites

Message non lu par Kerygme » mer. 24 juin 2020, 13:24

Bonjour,

juste par curiosité, et parce que j'ignore beaucoup de la vie de sainte Jeanne d'Arc, quelle a été la suite donnée par les Hussites ?
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5031
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Une lettre de Sainte Jeanne d'Arc aux hussites

Message non lu par gerardh » mer. 24 juin 2020, 14:02

Que Jeanne d'Arc ait écrit une lettre aux Hussites, je veux bien, mais cela ne me paraît guère vraisemblable.

A noter "qu'elle" ne leur reproche rien de bien précis, sinon d'avoir abandonné l'Eglise catholique.

__

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 869
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Argentoratum

Re: Une lettre de Sainte Jeanne d'Arc aux hussites

Message non lu par Kerygme » jeu. 25 juin 2020, 7:12

Bonjour Gerardh,
gerardh a écrit :
mer. 24 juin 2020, 14:02
A noter "qu'elle" ne leur reproche rien de bien précis, sinon d'avoir abandonné l'Eglise catholique.
Il me semble, au contraire, que dans le premier paragraphe de la traduction en Français les reproches soient des plus précis : hérésie, superstition, cruauté, massacres, souiller les sacrements etc.
« N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1Jean 3,18)

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5031
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Une lettre de Sainte Jeanne d'Arc aux hussites

Message non lu par gerardh » jeu. 25 juin 2020, 11:54

__

Bonjour Kerygme,

Effectivement, mais il me semble par contre que ces accusations sont ou ne peut plus imprécises.

__

Avatar de l’utilisateur
Guillaume C.
Censor
Censor
Messages : 134
Inscription : mer. 14 janv. 2015, 13:37
Conviction : Catholique romain

Re: Une lettre de Sainte Jeanne d'Arc aux hussites

Message non lu par Guillaume C. » sam. 04 juil. 2020, 18:23

Kerygme a écrit :
mer. 24 juin 2020, 13:24
Bonjour,

juste par curiosité, et parce que j'ignore beaucoup de la vie de sainte Jeanne d'Arc, quelle a été la suite donnée par les Hussites ?
Bonjour Kerygme,

Je ne saurais vous répondre. Tout ce que je peux vous dire, c'est qu'Olivier Marin, le spécialiste français des Hussites en 2020, vient de sortir un livre ad hoc et que cette lettre est évoquée dans un chapitre (mis en rouge par votre serviteur).

O. Marin
La patience ou le zèle
Les Français devant le hussitisme (années 1400 - années 1510)


Première Réforme qu'ait connue l'Europe latine, le hussitisme n'a pas fait trembler que les pays voisins de la Bohême. Jeanne d'Arce elle-même s'en est alarmée au soir de sa courte vie. Les Français, sinon la France comme telle, on donc dû eux aussi se confronter à ce nouveau défi. Ils l'ont fait principalement dans le cadre des conciles généraux de Constance et de Bâle, dont ils inspirèrent ou appuyèrent la politique de répression, puis de négociation avec les héritiers de Jean Hus. La diplomatie n'était cependant pas tout. A l'instar de Jean Gerson, nombre de théologiens français s'engagèrent également dans la controverse doctrinale, soit de leur propre initiative, soit parce qu'ils furent consultés par les plus hautes autorités de l'Eglise. Enfin, une certaine connaissance du hussitisme se transmit en terre française, du moins dans les milieux curiaux, universitaires et ecclésiastiques ; elle y alimenta parfois les espoirs, le plus souvent de la peur et la méfiance. En parcourant un long XVe siècle et en croisant les approches politique, intellectuelle et culturelle, ce livre entend donc analyser les moyens par lesquels les contemporains apprirent à intégrer le scandale de la rupture confessionnelle.

Table of Contents
Remerciements
Abréviations
Introduction

Première partie: Le calice et les lys. Les diplomaties françaises en action
Introduction
Chapitre 1 – Loin des yeux, près du cœur. Les deux royaumes
I. – Éléments de géographie historique
II. – Une alliance séculaire
III. – La conjoncture du Grand Schisme    
Chapitre 2 – Nouveaux choix et première crise (1408-1414)
I. – La découverte française du wycliffisme pragois (1408-1409)
II. – Quand Paris condamne (1414)      
Chapitre 3 – Constance : le temps de la confrontation (1414-1418)  
I. - Les Français et la causa fidei
II. – Prosopographie et mécanique conciliaires  
III. – L’épreuve de vérité : Pierre d’Ailly contre Jean Hus  
Chapitre 4 – Impossible intervention ? Les mécomptes des années 1420  
I. – Les États : entre attentisme et récupérations
II. - Jeanne d’Arc a-t-elle vraiment écrit aux Hussites ?
III. – De Sienne à Bratislava : l’université de Paris sur tous les fronts
Chapitre 5 – Bâle : la désescalade (1431-1436)
I. – 1431-1432 : faut-il entrer en négociation avec les Bohémiens ?
II. – 1433 : le carrefour diplomatique bâlois
III. – 1433-1436 : en route vers les Compactata
Conclusion

Deuxième partie: Guerres de papier ? Les Français dans la controverse antihussite
Introduction
Chapitre 6 – Les textes en situation  
I. – Un corpus en quête de définition
II. – Des hommes et des lieux
III. – Genres, composition, thématique
IV. – Le dispositif de communication
Chapitre 7 – La tradition manuscrite et incunable  
I. – La mesure de l’audience  
II. – Profils de diffusion
III. – Les clés du succès  
IV. – Fruits et rançons du succès
Chapitre 8 – Les controversistes au travail  
I. – La documentation  
II. – L’argumentation    
III. – Inventer le hussitisme ?    
Chapitre 9 – Le hussitisme sur la sellette. Quelques enjeux de la controverse
I. – La question utraquiste
II. – Comment réformer ?  
III. – L’infaillibilité en héritage
Conclusion

Troisième partie: La faute des Bohêmes. La réception française du hussitisme
Introduction
Chapitre 10 – Le « discours des livres »  
I. – Manuscits hussitologiques : un florilège  
II. – Les milieux de réception  
III. – Les contenus  
Chapitre 11 – La circulation de l’information
I. – Les relais  
II. – Les nouvelles de Bohême d’après les correspondances bâloises
III. - Les « cérémonies de l’information »    
Chapitre 12 – Au miroir du gallicanisme. L’opinion publique française et les Hussites
I. – Pour en finir avec l’internationale gallicano-hussite  
II. – Les lieux communs
III. – Les variations  
Chapitre 13 – La Gaule ignore-telle les monstres ? Le problème des Hussites français  
I. – Les Vaudois romans et le hussitisme
II. – Un Hussite à Tournai : le cas Mersault
III. – Où l’on voit que la recherche n’est pas finie
Conclusion

Conclusion générale

Annexes
Annexe 1 – Chronologie
Annexe 2 – Les Pères français de Constance engagés contre le hussitisme. Notices biographiques
Annexe 3 – Les traités anti-hussites français. Inventaire des manuscrits  
Annexe 4 – Éditions de textes
Jean Mauroux, Allegaciones contra communicantes sub utraque specie
Jean Roque, Allegaciones super materia communionis sub utraque specie

Indices
Sources  
Bibliographie    
Liste des encadrés et des cartes  
Index des noms de personnes    
Index des noms de lieux
Table des matières
ICI

Bon dimanche.
Fraternellement,
Il n'y a qu'une Église, une par l'unité de la doctrine comme par l'unité du gouvernement, c'est l'Église catholique (Léon XIII, lettre Testem benevolentiæ sur la condamnation de l'américanisme)

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 5031
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Une lettre de Sainte Jeanne d'Arc aux hussites

Message non lu par gerardh » dim. 05 juil. 2020, 4:51

__

Bonjour,

Les hussites ont-ils été persécutés ?

__

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité