Notre généalogie historique jusqu'à Adam et Eve

Anthropologie - Sociologie - Histoire - Géographie - Science politique
Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1368
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Notre généalogie historique jusqu'à Adam et Eve

Message non lupar Xavi » dim. 09 nov. 2014, 20:18

Les informations actuellement disponibles sur Internet permettent de reconstituer une généalogie jusqu’à Adam et Eve. Avec, certes, beaucoup d’incertitudes et de questions.

C’est un moyen parmi d’autres de se confronter aux réalités concrètes de l’histoire.

Les actes d’état civil et les registres paroissiaux permettent d’identifier beaucoup de nos ancêtres ayant vécu en Europe occidentale au cours des quatre cent dernières années.

Pour remonter plus haut, il est possible de retrouver quelques écrits, mais aussi beaucoup de généalogies des milieux nobles attachés à la spécificité de leurs origines et à leurs liens de sang avec des personnages illustres.

Cela permet, sur plusieurs sites de généalogie, de faire remonter les généalogies de nos familles actuelles jusqu’aux rois du Moyen Age.

A cette époque, des liens familiaux se sont créés avec la communauté juive de la région de Narbonne dirigée par des chefs héréditaires en exil, nommés exilarques, qui veillaient à justifier et à assurer leur autorité par une transmission héréditaire de père en fils, selon la loi salique, qui était loin de l’égalité des sexes mais avait pour avantage généalogique de permettre et d’encourager la conservation écrite des généalogies masculines directes assez simples.

C’était d’autant plus important que les exilarques justifiaient leur autorité par une qualité de descendants masculins directs du roi David. Ceux qui pouvaient se prévaloir d’une telle descendance en ligne directe masculine pouvaient se considérer comme « fils de David » ou « prince de David ».

Deux des évangiles nous donnent une telle liste généalogique précise pour attester que Jésus avait cette qualité de « fils de David », ce qui lui conférait aux yeux de tous une qualité royale, même pour ses adversaires.

Les renseignements actuellement disponibles indiquent que Saint Guillaume (Guillaume de Gellone), un des ancêtres des rois de France dans l’ascendance de Robert II le Pieux, est un fils d’une tante de Charlemagne (Aude de France, fille de Charles Martel) et d’un exilarque de Narbonne (Makhir ben Habibai surnommé Theodoric ou Thierry d’Autun).

C’est ainsi qu’une généalogie des exilarques de Narbonne permet de faire remonter les généalogies de l’Europe de l’Ouest par une généalogie masculine directe assez simple de seulement septante générations successives qui relie le roi de France de l’an 1000 (Robert le Pieux) au Roi David qui vivait deux mille ans plus tôt.

Elle peut être consultée, notamment, à l’adresse suivante :
http://french.ccg.org/s/p067.html

Cette généalogie a le mérite d’exister, mais les erreurs et les reconstructions artificielles ne sont pas exclues nécessairement. Les généalogies anciennes disponibles restent l’objet de beaucoup de discussions, voire de contradictions. Elles constituent cependant une base pour un travail historique qui devra encore beaucoup vérifier et corriger.

La Bible mentionne une partie de la généalogie des exilarques depuis le Roi David et donne une généalogie des ancêtres du roi David jusqu’à Adam et Eve.

Même si elles n’ont pas été conservées, il est très possible que les hébreux aient soigneusement conservé des traces écrites de leur généalogie depuis les origines. La Genèse en donne des précisions particulièrement détaillées.

Mais, ici encore la prudence s’impose et il faut être attentif aux incertitudes des évaluations des durées particulièrement incertaines et souvent à forte connotation symbolique, ainsi qu’aux avertissements qui résultent des généalogies données par les évangiles eux-mêmes qui nous indiquent que des générations ont pu être omises. Il peut y avoir deux, trois ou beaucoup de générations entre un patriarche et celui qu’il engendre.

La réflexion historique reste très ouverte.

Les connaissances généalogiques et statistiques permettent de constater qu’à l’exception peut-être de certains immigrants récents venant de pays lointains, tous les habitants de l’Europe dont tous les quatre grands-parents sont nés en Europe sont certainement des descendants directs de tous les européens qui vivaient en Europe en l’an 1000 et qui ont une descendance actuelle. De même, tous ces habitants de l’Europe qui vivaient en l’an 1000 et qui ont une descendance actuelle en Europe sont tous les ancêtres directs de tous les habitants de l’Europe dont tous les quatre grands-parents sont nés en Europe.

Faites le compte : mille ans, c’est environ 30 générations, ce qui donne à chacun plus d’un milliard d’ancêtres directs dont le nombre est, bien sûr, réduit par d'innombrables recoupements inévitables. En effet, deux parents, quatre grands-parents, 8 arrières grands-parents, et ainsi de suite en multipliant par deux le nombre des ancêtres de chaque génération, cela donne déjà plus de mille ancêtres directs à l’époque de la dixième génération (soit aux environ de l’an 1700) et plus d’un million d’ancêtres directs possibles à l’époque de la vingtième génération qui vivaient aux environ de l’an 1.400.

Mais, quoi qu’il en soit, il est possible de présenter la liste suivante selon des données généalogiques disponibles à partir du Roi Robert le Pieux, avec toutes les réserves qui précèdent.

1. Robert II le Pieux de FRANCE (né à Orléans vers 970 et décédé à Melun le 20-07-1031), Roi de France de 996 à 1031, fils de

2. Hugues CAPET, décédé le 24.10.996, Roi de France de 987 à 996, fils de Hugues le Grand de FRANCE (décédé le 16-06-956), comte de Paris et duc de France, et de

3. Hadwig de SACHSEN de GERMANIE (Edwige de SAXE), née en 920 et décédée le 10-05-965, fille de

4. Henri Ier L’Oiseleu de SAXE, époux de Sainte Mathilde de RINGELHEIM de WESTPHALIE (894-968), fils de

5. Othon 1er de SAXE (von SACHSEN) (850-912), fils de

6. Ludolf von SACHSEN, né en 830, fils de Billung II von SACHSEN (788-840) et de

7. Aeda d’ITALIE (née en 806), fille de Pépin 1er d’Italie, roi d’Italie (né le 8 avril 773 et décédé le 8 juillet 810) et de

8. Ingeltrude d’AUTUN de TOULOUSE, née en 780, fille de

9. Guillaume le Grand (Saint) de GELLONE, né en 742 et décédé le 28 mai ou le 1er juin 812), comte de Toulouse, moine fondateur du monastère de Gellone à Guilhem-le-désert canonisé en 1066 (Saint Guilhem). Il fut le gouverneur de la marche d’Espagne sous le règne de Charlemagne et s’empara de Barcelone en 801, fils de

10. Makhir ben Habibai (aliasThierry Ier) (Theoderic Makir ou Aimeri) d’AUTUN (né à Bagdad en 725 ou 730 et décédé à Toulouse le 15 décembre 793), exilarque de Narbonne, prince de Septimania, comte de Mâcon et Châlon, fils de

11. Yehudai Habibai Ben Natronai (Makir) Théodoric D'AUTUN ou Thierry HA-DAVID, né à Babylone en 705 et décédé en France en 752 ou 755, qui succède à son grand-père comme exilarque de Pumbeditha (Babylon) (719-730) puis de Carcassonne, fils de

12. Natronai Yehudai Ben Nehemiah (Nahman) (ou Ben Nehemiah David Natronai) (Bernarius) HA-DAVID (679-706) qui épouse en 705 (un an avant sa mort), en secondes noces, Chrodelinde d’AUSTRASIE (de PRÜM) qui se remarie en 706, après avoir épousé Salome bat Hisdai Shahrijar (née à Babylone en 665 et y décédée en 700), fils de

13. Nehemiah (Nahman ‘Mar Rabija Moronai’) ben Haninai (né en 655 et décédé en 719 ou 725), fils de

14. Haninaï al nehar pekkod Ben Bustanai Bar Adaï HA-DAVID (620-689), gaon à Suse, frère de Hisdai, 2ème exilarque de 665 à 685, fils de Sassaid (Izdunda) Dara Izdadwar, princesse de Perse (595-651) et de

15. Hananya Bustenai Ben Haninai HA-DAVID (589-665), 1er exilarque de la 3ème dynastie de 642 à 665, fils de

16. Haninaï I Ben Hofnai HA-DAVID (560-589), 33ème exilarque à Babylone de 581 à 589, fils de

17. Hofni Haninai Ben Ahunai (530-609), 32ème exilarque à Babylone de 560-581, fils de

18. Ahunaï ben Hanunai (Huna Mar II) (508-560), 31ème exilarque à Babylone de 550 à 560, fils de

19. Mar Zutra II Ben Rav David (488-520), , après avoir succédé à Huna VI (29ème exilarque de 484 à 508) fils de Kahanna II, il devint 30ème Exilarque à Babylone de 512 à 520, fils de Havah HA-DAVID “the hairess” bat Mar Huna VI et de

20. Rav David ben Rabeina II (454-508), fils de

21. Rabeina II Sof Hora’a (430-500), fils de

22. Huna IV ben Nathan (395-442), 24ème exilarque de 415 à 442, fils de

23. Nathan II bar Abba Mari (352-400), 21ème exilarque de 370 à 400, frère de Hachna, décédé en 400, 22ème exilarque en 400 et de Kahana Ben Hana Mari (345-415), 23ème exilarque à Babylone de 400 à 415, père de Zutra le Pieux ben Kahana (Mar Zutra) (370-452), 25ème exilarque de 442 à 452, qui est lui-même le père de Kahana II ben Mar Zutra (410-465), 26ème exilarque 452 à 465, de Huna V (410-470), 27ème exilarque de 465 à 470, et de Nosson (411-484), 28ème exilarque de 470 à 484. Nathan II est le fils de

24. Abba Mari BEN HOUKBA DAVID (330-370), 20ème exilarque à Babylone de 350 à 370, fils de

25. Uqba Ben Nehemiah ou Mar Ukba III HA-DAVID (290-337), rabbin, 17ème exilarque de 320 à 337, frère de Yitzak (295-338), 18ème exilarque en 337-338 et de Huna mar Huna(292-350), 19ème exilarque de 338 à 350. Mar Ukba III est le fils de

26. Nehemiah 1er (Nahemiah) BEN NATHAN HA-DAVID (250-313), 14ème exilarque de 270 à 313 après Yakob II, fils du 9ème exilarque Hiyya, qui fut brièvement 13ème exilarque en 270. Nehemiah est le demi-frère de Ukba ben Nathan, 15ème exilarque Mar Ukba II en 313. Nehemiah Ier est le fils de

27. Nathan de Zusita bar Hanan (Uqba ou Ukvan) HA-DAVID (230-270), 11ème exilarque de 260 à 270, demi-frère de Nosson bar Anani, 12ème exilarque en 270. Nathan de Zusita est le fils de Bat Abba Arikha de BABYLONE et de

28. Anani bar Nathan (Huna II) (190-260), 8ème exilarque de 240 à 259, fils de

29. Nathan Ben Nachum (156-240), 7ème exilarque Mar Ukba I, exilarque de 215 à 240, frère de Khamma (Huna I), 5ème exilarque de 195 à 210 et de Ya’akob(165-215), 6ème exilarque de 210 à 215. Nathan ben Nachum est le fils de

30. Nakhum ben Achaya (120-170), 2ème exilarque de la seconde dynastie à Babylone de 145 à 170, frère de Johanan (125-175), 3ème exilarque de 170 à 175, père de Shaphat (145-195), 4ème exilarque de 175 à 195 et grand-père de Hiyya bar Shaphat, 9ème exilarque en 259 et de Hanan, 10ème exilarque en 260. Nakhum ben Achaya est le fils de

31. Ahija (ou Achaya bar Akkub) (100-145), exilarque de 135 à 145, ce qui a marqué l'établissement d'une nouvelle dynastie d'exilarques. Il fut le premier exilarque de la seconde dynastie à Babylone et le fils de

32. Yakov, né à Bagdad en 75,

33. Shlomo, né en 50 et décédé en Iraq en 120, exilarque d’interrègne, fils de

34. Hunya ben Nathan (30-90 EC), exilarque d’interrègne, fils de

35. Nathan ben Shalom « De Zuzita » (né en l’an 5 et décédé en l’an 80), exilarque d’interrègne, fils de

36. Shalom II (Shalom ben Hizkiah), né en - 20 AEC et décédé en 40 EC, à l’âge de 60 ans, exilarque d’interrègne, fils de

37. Hizkiah ben Shehanya, né en 50 AEC, 33ème exilarque, fils de

38. Shechanya II ibn Da’ud (85-45 AEC), fils de

39. Da’ud ben Shemaya, né en 110 AEC, fils de

40. Shemaya I ben Shlomo, né en 140 AEC, fils de

41. Shlomo III ben Da’ud (168-135 AEC), 28ème exilarque, fils de

42. Da’ud ibn Akkub (197-167 AEC), fils de

43. Akkub (244-180 AEC), Exilarque en 200 AEC (1 Chr 3,24), fils de

44. Elioenai (272-197 AEC), le 20ème Exilarque (1 Chr 3,23), frère de Hezekieh II (né en 264 AEC), 21ème Exilarque, père de Na(k)hun, 22ème Exilarque et Azrikam, 23ème Exilarque. Elioenai est le fils de

45. Neariah Naaria HA-DAVID (290-227 AEC), 18ème exilarque (1 Chr 3,22), frère de Shemida, 14ème Exilarque, Khattush (né en 290 AEC), 15ème Exilarque, Schemaja (ou Igal), 16ème exilarque, Bariah, 17ème exilarque et Shaphat (né en 303 AEC), 19ème exilarque. Neariah est le fils de

46. Schemaiah ou Schemayahu (308-225 AEC), 13ème exilarque (1 Chr 3,22), fils de

47. Shekanya (Shemaiah Shecaniah Secaniah Séchénia) HA-DAVID (336-250 AEC), 12ème exilarque (1 Chr 3,21), fils de

48. Obadiah Ovadayah ou Obdia (ou Abdias) HA-DAVID , 11ème exilarque, né vers 354 AEC (1 Chr 3,21), fils de

49. Arnan (Aman) Ben Rephaiah HA-DAVID, né en 372 AEC (1 Chr 3,21 ), fils de

50. Rephaiah Ben Jesaiah ou Raphaïa HA-DAVID, né à Jérusalem en 390 AEC, 10ème exilarque (1 Ch 3, 21), fils de

51. Yesaiah Jeshaiah ou Jéséia HA-DAVID, 8ème exilarque (1 Chr 3,20), né en 420 AEC, frère du 9ème exilarque Khasadja et fils de

52. Hasadya ben Berakhiya, 7ème exilarque (né en 450 AEC) (1 Chr 3,20), fils de

53. Bérékya (Berakhiya) (470-400) 6ème exilarque (1 Chr 3,20), fils de

54. Meshullam (530-440 AEC), 4ème exilarque, frère du 5ème exilarque Hanania (1 Chr 3,19) et fils de Esthra (ou Esther) et de

55. Zorobabel (Zerubbabel) De David HA-DAVID (566 -510 AEC), 3ème exilarque, gouverneur de la Judée en 537 AEC lors du premier retour de Babylone sous le règne de Cyrus II, roi de Perse (559-530 AEC). Fils de

56. Phaladä (Pedaya) DAVID, demi frère de Scheathiel, fils de Jéconias. Il n’est pas cité par la génalogie de l’évangile de St Matthieu qui attribue la paternité de son fils Zorobabel (1 Chr 3,19) à son frère ainé Schéathiel ou Salathiel (Mt 1,12 / Esd 3,2 et 3,8), ce qui paraît pouvoir s’expliquer par une loi du levirat après le décès sans enfant du fils aîné Schéathiel. Pedaya est le fils de Zébida RUMA et de

57. Elyakim Jehoiakim ou Joiakim ou Jéchonias de David de JUDÉE (634 - 598 AEC), devint roi de Juda à 25 ans et régna 11 ans (2 R 23,36)

58. Josias ha-JUDAH Josiah de JUDÉE (648 - 609 AEC), devint roi à 8 ans et régna 31 ans (2 R 22,1), fils de Jedidah de BOZKATH (2 R 22,1) et de

59. Amon de JUDÉE (665 - 640 AEC), à l’âge de 22 ans il devint roi de Juda pendant 2 ans, fils de Meshullemeth de JOTBAH (2 R 21,19) et de

60. Manassé ha-JUDAH Manasseh de JUDÉE (709 - 642 AEC) (2 Chr 32,33), à l’âge de 12 ans il devint roi de Juda pendant 55 ans (2 R 21,1 et 2 Chr 33,1), fils de Hephtsiba (2R 21,1) et de

61. Ezéchias (Hezekiah) de David de JUDÉE (749 - 697 AEC) (2 Chr 29,1), à l’âge de 25 ans, il devient roi de Juda pendant 29 ans. Fils de Abijah d'ISRAËL (2 Chr 29,1) et de

62. Acaz Ou Achaz ha-JUDAH A'Haz Ben Yotham de JUDÉE (762 - 726 AEC), à l’âge de 20 ans il devient roi pendant 16 ans (2 R 16,2 et 2 Chr 28,1), fils de Ahio BENJAMIN Ahio Bath Azrikam d'ISRAËL (née vers 771 AEC) et de

63. Yotham Ben Ouziyah Joathem (Jotham) de JUDA de JUDÉE (783 - 742 AEC), à l’âge de 25 ans, il devient roi pendant 16 ans (2 Chr 27, 1) (762 AEC – 721 AEC). Il a régné dix ans en synarchie avec son père Ozias. Fils de Yerushah ha-LEVI Jerusah DES LÉVITES ( née vers 817 AEC) (2 Chr 27,1) et de

64. Ouziyah Ben Amatzyah Ozias (aussi nommé Azarias) de JUDA de JUDÉE (804 - 736 AEC), à l’âge de 16 ans, il devient roi de Juda pendant 52 ans (2 R 15,2 et 2 Chr 26,3), fils de Yekodyahu Jeholiah, Jecoliah de JÉRUSALEM (2 R 15,2) et de

65. Amazy'Ah Ben Yehoash Amasias (Amatsia) de JUDA de JUDÉE (830 - 776 AEC), il avait 25 ans lorsqu’il devint roi pendant 29 ans (2 R 14,2), fils de Yeho'Addan Jehoaddin (Joaddan) HA-LEVI DES LÉVITES -861- (2 R 14,2) et de

66. Jehoash Ben A'Hazyahu Joash de JUDAH ou Jéhoram (Joas) DAVID de JUDÉE (849 – 802 AEC) Il devint roi à 7 ans et régna 40 ans. (2 Chr 24,2 et 2 R 12,1), fils de

67. A'Hazyahu Ben Yehoram Ahaziah De Judée, A'Hazyahu Ben Yehoram – Ochozias (Joram) de JUDAH de JUDÉE, Ozias (882 – 842 AEC) (Mt 1,8) Il avait 32 ans lorsqu’il devint roi de Juda et régna 8 ans à Jérusalem (dont 5 ans en synarchie avec son père Josaphat) (2 R 8,17), fils de Athalia de SAMARIE Ataliyah Bath Omri d'ISRAEL, fille d'Omri, †-836, et de

68. Yehoram Ben Yehosaphat Jéhoram De Judée ou Jehoshaphat (Josaphat) DAVID de JUDÉE (905 – 845 AEC) (Mt 1,8). Il avait 35 ans lorsqu’il devint roi de Juda et régna à Jérusalem pendant 25 ans (1 R 22,42), fils de Azubah (Azuba) d'ISRAËL (1 R 22,42) et de

69. Assa Ben Aviyam Asah (Asaph) de JUDAH de JUDÉE †-871 (Mt 1,7). Il régna sur Juda pendant 41 ans (1 R 15,10), fils de Muaka Mahalat (Maaca) (1 R 15,10) et de

70. Aviyam Ben Re'Hav'Am Abidja (Abija ou Abijam) de JUDAH ou de David de JUDÉE (971- 911 AEC) (Mt 1,7) (1 R 14,31) Il devint roi pendant 3 ans (1 R 15, 2), fils de Maaka Mahalat (Micaja) de Goshem ou de David d'ISRAEL -996- (2 Chr 13,2) et de

71. Re'Hav'Am Ben Shlomoh Rehoboam (Roboam) de JUDAH de JUDÉE (972 - 914 AEC) Il avait 41 ans lorsqu’il devint roi pendant 17 ans (1 R 14,21), fils de

72. Salomon Shlomoh Ben David ou Le Roi Salomon De Judée d'ISRAEL, Roi de Saba prophète †-931. Il régna 40 ans (2 Chr 9,30) et a construit le temple de Jérusalem 480 shaneh après la sortie d’Egypte, la quatrième année de son règne (1 R 6,1), soit vers 967 AEC, fils de Bethsabée Bathsheva d'ISRAËL, née vers 1031 AEC et de

73. David Le blond David Ben Yishaï d'ISRAEL, Berger Prophète né en -1042 et décédé en -972, fils de

74. Jessé (Isaï) (1 S 17,12 / Ru 4,21 / Mt 1,6 / Lc 3,32), fils de

75. Jobed (1 Chr 2,12 / Ru 4,21 / Mt 1,5 / Lc 3,32), fils de Ruth (Ru 4,13-17) et de

76. Booz (1 Chr 2,11 / Ru 4,21 / Mt 1,5 / Lc 3,32), fils de Rahab (Mt 1,4) et de

77. Salmon (Sala) (1 Chr 2,11 / Ru 4,20 / Mt 1,4 / Lc 3,32), fils de

78. Naasson (1 Chr 2,10 / Ru 4,20 / Mt 1,4 / Lc 3,32), fils de

79. Aminadab (1 Chr 2,10 / Ru 4,19 / Mt 1,3 / Lc 3,33), fils de

80. Admin (Lc 3,33 qui ajoute cet ancêtre dans la lignée du premier livre des Chroniques, du livre de Ruth et de l’évangile de Matthieu), fils de

81. Arni (ou Ram ou Aram) (1 Chr 2,9 / Ru 4,19 / Mt 1,3 / Lc 3,33), fils de

82. Heçron (ou Hesron ou Esrom) (Gn 46,12 / 1Chr 2,5 / Ru 4,19 / Mt 1,3 / Lc 3,33), patriarche de la famille des Hetsronites (Nb 26,21). De lui naquirent Yerameel, Ram, Kelubaï (1 Chr 2,9), fils de

83. Phares (Mt 1,3 / Lc 3,33) engendré par Juda et Tamar (Gn 38,24-29 / 1 Chr 2,4 et 4,1) se rend en Egypte avec son père Juda, ses oncles et son grand-père Jacob, ainsi que leurs familles (Gn 46,8). Ces familles et leurs descendants y restent 430 shaneh (Ex 12,40), fils de Tamar (Gn 38,24-29) et de

84. Juda, fils de Léa (Gn 35,22-23) et de

85. Jacob (Gn 25,26), fils de Rebecca et de

86. Isaac, engendré par Abraham et Sara après 100 shaneh (Gn 21,5)

87. Abraham, engendré par Thara après 70 shaneh (Gn 11,26)

88. Thara, engendré par Nachor après 29 shaneh (Gn 11,24)

89. Nachor, engendré par Sérouch après 30 shaneh (Gn 11,22)

90. Sérouch, engendré par Ragau après 32 shaneh (Gn 11,20)

91. Ragau, engendré par Phalec après 30 shaneh (Gn 11,18)

92. Phalec, engendré par Eber après 34 shaneh (Gn 11,16)

93. Eber, engendré par Sala après 30 shaneh (Gn 11,14)

94. Sala, engendré par Kaïnam 35 shaneh après la naissance d’Arphaxad (Gn 11,12)

95. Kaïnam, engendré par Arphaxad (Lc 3,36 qui ajoute cet ancêtre dans la lignée de la Genèse)

96. Arphaxad, engendré par Sem après 100 shaneh (Gn 11,10)

97. Sem, engendré par Noé après 500 shaneh (Gn 5,32)

98. Noé, engendré par Lamech après 182 shaneh (Gn 5,28). La terre entière occupée par les descendants d’Adam et Eve a été inondée à cette époque et Noé n’a été sauvé avec sa famille qu’au moyen d’un grand coffre flottant qu’il avait construit dans la région probablement inondable où il vivait et dans lequel il aurait flotté sans visibilité pendant une année avant d’échouer sur un flanc du massif montagneux de l’Ararat. Cela pourrait correspondre à une inondation majeure du vaste bassin de la Koura et de l’Araxe, là où ces deux fleuves qui descendent du Mont Ararat se rejoignent par deux bras distincts à 350 kms à l’orient du sommet de l’Ararat, dans la plus vaste vallée enclavée du monde au fond de laquelle se trouve la mer Caspienne (1.000 km de longueur et 400 km de largeur) qui est elle-même la plus grande mer fermée du monde dont le niveau de l’eau reste à environ 28 mètres sous le niveau des océans alors qu’elle recueille en permanence les eaux recueillies pendant plus de trois mille kilomètres par le fleuve Volga, outre les eaux du Caucase recueillies par le Koura et l’Araxe.

99. Lamech, engendré par Mathousala après 187 shaneh (Gn (5,25)

100. Mathousala, engendré par Hénoch après 65 shaneh (Gn 5,21)

101. Hénoch, engender par Iaret après 62 shaneh (Gn 5,18)

102. Iaret, engender par Maléleel après 65 shaneh (Gn 5,15)

103. Maléleel, engendré par Kaïnam après 70 shaneh (Gn 5,12)

104. Kaïnam, engendré par Enos après 90 shaneh (Gn 5,9)

105. Enos, engendré par Seth après 105 shaneh (Gn 5,6)

106. Seth, engendré par Adam après 130 shaneh (Gn 5,3)

107. Adam et Eve
Selon la Genèse, ils vivent au Moyen Orient dans la région du massif montagneux de l’Ararat dans le Caucase (qui sépare actuellement entre la Mer Noire et la Mer Caspienne, d’une part, la Turquie et l’Iran au sud et, d’autre part, la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaidjan au Nord) d’où coulent les quatre grands fleuves du Koura et de l’Araxe vers le Nord et du Tigre et de l’Euphrate vers le Sud (qui inspirent un récit en Gn 2,11-14). C’est la région des mines d’or (Gn 2,11) dont l’une, en activité en 3.400 AEC, a été retrouvée à Sakdrissi, en Géorgie.

Les 35 générations connues avant Salomon correspondent normalement à une durée de seulement environ mille ans. Faudrait-il situer Adam et Eve aux environs de 2.000 avant avant l’ère chrétienne ?

Les « shaneh » mentionnés par la Bible pour évaluer le temps correspondent-ils à des années de 365 jours situant Adam et Eve il y a environ 6.000 ans ?

En réalité, rien ne permet d’affirmer que les durées estimées, dans le texte biblique hébreu, en « shaneh » (mot traduit par années) nous donnent une évaluation du temps aussi mathématique, régulière et précise que nos années de 365 jours.

Le texte n’utilise pas des chiffres, mais des mots qui peuvent avoir des sens symboliques ou imagés pour exprimer le temps. A combien de temps correspondent les mots « quatre cent shaneh trente shaneh » de la présence des descendants de Jacob en Egypte ou les « quatre cent shaneh quatre-vingts shaneh » entre leur sortie d’Egypte et la construction du temple de Salomon ? A combien de temps correspondent les centaines de « shaneh » de la vie des premiers patriarches qui a souvent dépassé neuf cent « shaneh » ?

Le sujet a été développé dans ce forum :
http://www.cite-catholique.org/viewtopi ... 91&t=23793

En ce qui concerne le nombre des générations ou le caractère complet des successions indiquées par la Bible, il est possible que le terme « engendré », souvent utilisé pour relier deux individus par un lien généalogique direct, ait été appliqué entre un individu et un ascendant plus ancien que son propre père biologique.

Ainsi, les 22 générations connues d’Adam et Eve à Jacob correspondent normalement à environ 700 ans, mais ici encore, malgré la précision apparente des générations, l’évangile de St Luc nous indique la possibilité de générations intercalées puisqu’il nous en donne une (Kaïnam) parmi celles de la Genèse et que l’imprécision et la symbolique des shaneh ne permettent pas de certitude.

Il est possible que les listes de la Genèse n’aient retenu que des patriarches successifs parfois petit-fils ou arrière petit-fils du géniteur indiqué. Lorsqu’il est écrit que Enosh « engendra » Qénan à quatre-vingt-dix « shaneh » puis qu’il vécut encore « huit cent shaneh quinze shaneh », soit, au total « neuf cent shaneh cinq shaneh », il n’est pas exclu que Qénan ne soit né que plusieurs générations après la mort d’Enosh et que cet Enosh ne l’a engendré que dans le sens qu’il a conçu l’ancêtre direct de Qénan durant sa vie.

Rien n’exclut donc qu’il y ait eu de multiples générations supplémentaires situant Adam et Eve beaucoup plus loin dans le passé que la durée de seulement 35 générations successives. De même que les évangiles, des traces archéologiques plus anciennes pourraient révéler des générations intercalées aujourd’hui inconnues.

La Genèse nous relate que la famille d’Adam et Eve pratique l’élevage et de l’agriculture (Gn 4,2), ce qui les situe après le début de la période néolithique au Moyen Orient, moins de 10.000 ans avant l’époque actuelle.

A cette époque, la population des humains de type « homo sapiens » est estimée entre cinq et vingt millions d’individus dispersés sur tous les continents.

Par la multiplication et la dispersion des générations successives, il est certain qu’à l’exception des individus restés sans enfant ou dont la descendance s’est éteinte, les millions de couples d’homo sapiens ayant engendré une descendance plus de 2.000 ans avant l’ère chrétienne, même dans les coins les plus isolés du monde, sont chacun des ancêtres directs de chacun de tous les humains actuels.

Les chrétiens considèrent Adam et Eve comme les premiers humains de type « homo capax dei », capables de survivre à la mort physique et de vivre éternellement. Tous leurs descendants ont hérité de leur vie nouvelle créée par Dieu.
Dernière édition par Xavi le dim. 16 nov. 2014, 11:56, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7079
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Nos ancêtres connus de la généalogie d’Adam et Eve

Message non lupar Anne » mar. 11 nov. 2014, 5:44

EC
AEC

Pas capab' !

Étant sur un forum catholique, on pourrait se permettre d'utiliser les bons vieux avant et après J.-C.. :/

L'ère commune de qui, sinon des chrétiens !? :bomb:
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1368
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Nos ancêtres connus de la généalogie d’Adam et Eve

Message non lupar Xavi » mar. 11 nov. 2014, 10:50

ère "commune" ?

Vous avez bien raison de ne pas aimer cette compréhension des sigles EC et AEC.

Ce n’est bien sûr pas le sens à leur donner ici !

EC = Ere Chrétienne
AEC = Avant Ere Chrétienne

Pour la datation du Christ lui-même, n’est-il pas préférable de considérer qu’il semble né en l’an 6 avant l’ère chrétienne (AEC) plutôt qu’en l’an 6 avant Jésus-Christ (AJC) ?

Mais, chacun peut bien sûr garder sa préférence.

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7079
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Nos ancêtres connus de la généalogie d’Adam et Eve

Message non lupar Anne » mer. 12 nov. 2014, 6:32

:furieux: Que voulez-vous : le "Common Era" de mes lectures archéologiques in English me fait suer d'aplomb. Même la Biblical Archaeology Society qui s'y était mise ! Non mais ! Du grand n'importe quoi !

Faut dire que le retrouver ici nuit à ma pression sanguine... ;)

Mais voici ce qu'en dit notre ami Wikipédia :
En chronologie, l’ère commune, souvent abrégé EC, est une ère calendaire équivalente à l’expression ère chrétienne en remplacement de laquelle elle est proposée. Lorsqu'on utilise la notation en « Ère commune », avant Jésus-Christ est notée Avant l'Ère Commune (ou, en abrégé, AEC1) et après Jésus-Christ est noté, lorsque nécessaire, de l'Ère Commune (ou, en abrégé, EC2).

La motivation généralement avancée pour cette proposition de substitution est une volonté de neutralité religieuse. De plus, la date de naissance de Jésus est inconnue et il est peu probable qu'il soit né à cette date, choisie par les autorités chrétiennes au VIe siècle. L'usage de l'expression « ère commune » est préconisé par différents auteurs ou différentes institutions. La Smithsonian Institution la recommande bien que chacun de ses musées soit libre de son choix3 ; l'usage de la notation « EC/AEC » est enseigné en primaire en Angleterre et au Pays de Galles4 et la BBC utilise concurremment les deux notations dans ses émissions historiques5. Ces institutions considèrent que cette notation à l'avantage de ne pas imposer une vision occidentale et chrétienne de l'histoire. Selon celles-ci, si cette chronologie est arbitraire, elle est cependant neutre. L'usage de la notation « EC/AEC » est particulièrement usitée dans les publications juives afin d'éviter la référence à Jésus-Christ.

D'autres la tiennent pour un euphémisme superflu ou une tentative de formulation politiquement correcte. En effet, ce changement de notation ne modifie pas le fait que la date origine est la date supposée de la naissance de Jésus-Christ6.

La notation « EC/AEC », d'origine anglo-saxonne, est plus ou moins appliquée dans ces pays par les historiens, les institutions muséales, les publications historiques ; en revanche elle est à peu près ignorée des pays de tradition catholique.
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

angelique44240
Civis
Civis
Messages : 1
Inscription : ven. 23 sept. 2016, 14:53

Descendance d'Adam et Eve

Message non lupar angelique44240 » ven. 23 sept. 2016, 14:55

Bonjour,

Qui peut me fournir l'arbre genéalogique d'Adam et Eve svp? Merci pour votre aide

Angélique

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10112
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: descendance d'adam et eve

Message non lupar Fée Violine » ven. 23 sept. 2016, 19:44

Bonjour Angélique,
lisez la Bible, vous y trouverez tout ça. Personne n'en sait davantage !

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1368
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Descendance d'Adam et Eve

Message non lupar Xavi » sam. 24 sept. 2016, 12:04

Par rapport aux généalogies des évangiles dont l’une remonte à Adam, d’autres détails sont disponibles dans le sujet du même sous-forum « Généalogie de Jésus-Christ » :

viewtopic.php?f=28&t=40381

ullysse
Ædilis
Ædilis
Messages : 44
Inscription : mer. 01 août 2012, 18:30

Re: Descendance d'Adam et Eve

Message non lupar ullysse » lun. 03 oct. 2016, 17:04

Adam et Eve était frère et sœur et ont procrée ensemble, nous sommes donc tous la descendance d'un inceste ??

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1368
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Notre généalogie historique jusqu'à Adam et Eve

Message non lupar Xavi » mar. 04 oct. 2016, 12:10

Non, bien sûr !

Cette idée d’un inceste que Dieu aurait voulu correspond seulement à l’idée que le premier couple humain aurait été créé matériellement à partir de rien, de manière totalement indépendante du reste de la nature. L’encyclique Laudato Si du Pape François écarte cette hypothèse que la science a démentie depuis longtemps.

Notre corps fait partie de la nature depuis toujours et son histoire remonte aux origines de l’univers créé par Dieu.

Comme le raconte la Genèse, Dieu a d’abord créé l’humain (l’adam) mâle et femelle (dans la nature, cela a duré des milliards d’années), puis Il l’a mis dans son Eden, dans son monde spirituel, où il a fait exister le premier homme et la première femme avec une âme immortelle à l'image de Dieu, le premier couple, Adam et Eve.

La création d’Adam et Eve dans le jardin d’Eden ne nous explique pas la création de leur corps naturel mais comment les premiers humains ont été créés spirituellement et sont devenus sur la terre les premières âmes immortelles.

Le corps naturel terrestre d’Adam a été façonné dans le sein de sa mère biologique. De même, le corps naturel terrestre de Eve a été façonné dans le sein de sa propre mère biologique.

Dans la réalité spirituelle du jardin d’Eden, il s’est produit, à un moment bien précis de l’histoire de ce monde et à un endroit bien précis de la nature créée, une création d’êtres absolument nouveaux que la nature n’aurait jamais pu produire par elle-même.

Jamais une âme animale ou terrestre n’aurait pu évoluer, par elle-même, d’un état naturellement temporaire à un état spirituel éternel et immortel.

Il y a eu une création absolument nouvelle parmi les adames qui peuplaient la terre et qui étaient très probablement des homo sapiens comme nous.

Adam et Eve, premières personnes humaines immortelles à l’image de Dieu, n’étaient pas seuls au monde et n’ont pas été créés matériellement à partir de rien. Comme chacun de nous, leur corps a été façonné avec les éléments chimiques du sol (la poussière de la terre). Dans la réalité terrestre et biologique, ils avaient des « père » et « mère » (et rien ne permet de penser que Adam et Eve étaient frère et sœur), ainsi que des voisins. Leurs enfants ont eu des relations sexuelles et des descendants avec d’autres homo sapiens de l’époque, comme la Genèse le raconte pour Caïn qui a trouvé une femme après avoir fui au loin et pour des descendants plus lointains des « fils de Dieu » (les descendants des premiers humains à l’image de Dieu) qui se sont unis à des « fils de l’adame » (des homo sapiens).

Tous les descendants d’Adam et Eve ont hérité de la vie humaine nouvelle immortelle créée dans le jardin spirituel d’Eden, à un moment et un endroit bien concrets dans l’histoire.

Selon les connaissances généalogiques et statistiques actuelles, nous savons que, trois mille ans plus tard, tous les humains de la terre en étaient des descendants directs, de la même manière qu’aujourd’hui tous les humains de la terre qui vivent en 2016 sont des descendants directs de tous les humains qui vivaient sur la terre il y a trois mille ans et qui ont une descendance persistant jusqu’à ce jour.

Le fait que nous provenons tous d’un premier couple créé dans le jardin d’Eden ne signifie pas que, sur le plan biologique et naturel, nous soyons uniquement descendants de ce couple. Notre corps provient d’une chaîne innombrable de couples depuis la nuit des temps.

Ignotus
Quæstor
Quæstor
Messages : 366
Inscription : dim. 31 août 2008, 13:30
Localisation : Berry

Re: Notre généalogie historique jusqu'à Adam et Eve

Message non lupar Ignotus » sam. 14 janv. 2017, 15:27

Réflexions intéressantes; mais je reste sur ma faim...
Pour moi, il y a eu un couple d'êtres humains dotés d'une composante spirituelle, autrement dit d'une âme; et leurs parents n'en étaient pas dotés !
Je range cette discussion parmi mes favoris en attendant que mes idées soient plus claires.

Astya
Censor
Censor
Messages : 190
Inscription : lun. 04 juil. 2016, 16:07
Conviction : baptisée catholique assurément déiste

Re: Notre généalogie historique jusqu'à Adam et Eve

Message non lupar Astya » mer. 08 févr. 2017, 14:04

Bonjour Xavi,
Les numéros 10 et 35 de la généalogie que vous mentionnez sont indiqués comme nés à Bagdad, à un moment où cette ville n'était pas encore fondée.

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1368
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Notre généalogie historique jusqu'à Adam et Eve

Message non lupar Xavi » mer. 08 févr. 2017, 18:22

Merci Astya pour votre attention et votre remarque pertinente.

Né à Bagdad ne peut, en effet, viser la ville actuelle avant qu’elle n’existe, mais on peut supposer que cela vise la région de l’actuelle Bagdad ou de l’antique Babylone.

Il doit certainement y avoir d’autres imprécisions, de noms, de lieux et de date dans ce genre de liste généalogique. Certains généalogistes citent les dénominations de l’époque, mais d’autres se réfèrent aux dénominations actuelles.

Les exilarques juifs vivaient, en réalité, dans la région de Babylone qui s’étendait à la région de l’actuelle Bagdad (les deux villes sont distantes de moins de 100 kms), ce qui couvre une grande partie du territoire irakien actuel. J’ignore s’il existe des renseignements plus précis.

William 1970
Barbarus
Barbarus

Re: Notre généalogie historique jusqu'à Adam et Eve

Message non lupar William 1970 » sam. 13 janv. 2018, 15:01

Bonjour,

Il y a une énorme erreur dans votre ancêtre de la ligne 9 : Guilllaume Ier "le Grand" de GELLONE.

C'est le fils de Thierry Ier d'AUTUN (fils de Théodéric , fils de Bernarius et de Chrolindis).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_de_Gellone
http://www.renneslechateau.nl/2009/05/2 ... of-gellone



Le faire descendre des exilarques de Babilone est connu comme étant un canulard ("hoax" dans les sites anglo saxons), organisé par le prieuré de Sion pour faire descendre les Capétiens du roi David.

voir la page : https://en.wikipedia.org/wiki/Thierry_IV

désolé !

Avertissez tous les généalogistes en heerbe, car sur Généanet, on ne compte plus les gens qui sont partis sur une fausse piste.

Avatar de l’utilisateur
Xavi
Prætor
Prætor
Messages : 1368
Inscription : mar. 28 juil. 2009, 14:50

Re: Notre généalogie historique jusqu'à Adam et Eve

Message non lupar Xavi » sam. 20 janv. 2018, 15:58

Bonjour Willem,

L’ascendance davidique des rois de France par Thierry d’Autun est en effet contestée.

De manière générale, il faut sans cesse rappeler les réserves indiquées dans le premier message de ce fil.

Mais, l’allégation d’une erreur ou d’un canular affirmée par Wikipédia manque de références pour convaincre.

D’emblée, vous observerez que l’article du Wikipédia attribue ce prétendu canular à un Prieuré de Sion « fondé en 1956 » (en réalité, le Prieuré de Sion date du Moyen Age et ne doit pas se confondre avec l’association fondée en 1956) alors que ce même article précise lui-même qu’il s’agit d’une opinion développée en 1972 de manière argumentée par le rabbin Zuckerman dans un ouvrage de l’université américaine de Columbia dont la thèse a été reprise par d’autres, dont l’historien Alexandre Adler.

L’allégation d’un canular ne se réfère, dans l’article en cause, qu’à une seule source.

A ce jour, aucune certitude ne paraît manifeste dans un sens ou dans l’autre. Beaucoup de généalogistes continuent à admettre la validité de l’ascendance davidique de Thierry d’Autun.


Revenir vers « Histoire »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : nevermind7 et 3 invités