Quelle différence entre homme et animal ?

Epistémologie - Logique - Écoles - Ontologie - Métaphysique - Philosophie politique
Avatar de l’utilisateur
Veritatis Splendor
Ædilis
Ædilis
Messages : 14
Inscription : mer. 03 janv. 2007, 16:48

Le rapport de l'homme à l'animalité

Message non lupar Veritatis Splendor » mer. 06 juin 2007, 17:39

L'animalité en nous est incarnée par le fait biologique de notre vie. Nous sommes un corps, une chair dans laquelle Dieu s'est lui-même incarné. Renier cette nature corporelle au profit de l'angélisme peut se comprendre comme un reniement de ce qui constitue l'homme à part entière. L'homme est un animal raisonnable, dit la conception aristotélicienne. C'est pourquoi le christianisme ne remet pas en cause la part d'animalité de l'homme mais l'invite à l'assumer en vue de son dépassement, qui dans le même temps est dépassement de la pure vie spirituelle. L'espérance de la résurrection nous invite à unifier en un tout notre corps et notre esprit, constituant en deux pôles la vie unique de notre âme.
Pascal: Qui veut faire l'ange fait la bête.
"Puisque tu fus conçu pour te réjouir, ouvre tes yeux, et sache de qui te viennent les saintes inspirations qui t'illuminent le coeur."

Miguel Mañara

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8193
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Message non lupar Raistlin » mer. 06 juin 2007, 18:01

Dans certaines spiritualités, l'homme est vu comme un pont entre le matériel et le spirituel, un être qui est seul capable de faire le liens entre les 2 niveaux d'existence et qui aurait été créé par Dieu dans ce but.
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Veritatis Splendor
Ædilis
Ædilis
Messages : 14
Inscription : mer. 03 janv. 2007, 16:48

Message non lupar Veritatis Splendor » jeu. 07 juin 2007, 21:18

Dans certaines spiritualités, l'homme est vu comme un pont entre le matériel et le spirituel, un être qui est seul capable de faire le liens entre les 2 niveaux d'existence et qui aurait été créé par Dieu dans ce but.
Et la philosophie thomiste de préciser la nature de l'homme vis à vis des autres être vivants de la création: la plante vit de l'âme végétative, c'est-à-dire que son âme s'en tient à un flux de vie purement organique, qui lui permet de croître; l'animal vit de l'âme sensitive, c'est-à-dire que son âme lui ordonne une vie réglée par les sens, qui permet le mouvement; l'homme vit de l'âme intellective, c'est-à-dire que son âme lui offre la capacité de s'abstraire de la réalité purement physique (contrairement aux âmes végétative et sensitives), cela lui permet d'atteindre la connaissance. Ainsi, l'âme végétative constitue le premier degré de l'échelle, puis suit l'âme sensitive qui contient le moteur propre à l'âme végétative (croître), et enfin l'âme intellective qui contient les deux moteurs antécédents (croître et se mettre en mouvement).

Autre considération: l'homme est un être intermédiaire entre le physique et le spirituel dans le sens où il se place précisément entre l'animal (créature purement physique) et l'ange (créature purement spirituelle).
"Puisque tu fus conçu pour te réjouir, ouvre tes yeux, et sache de qui te viennent les saintes inspirations qui t'illuminent le coeur."

Miguel Mañara

giorgino
Barbarus
Barbarus

Message non lupar giorgino » ven. 08 juin 2007, 16:07

Bien sur que l'homme est un composé et l' image d ' Adam et Eve nus physiquement car ne connaissant pas le mal , n'est pas qu'une image pour le enfants . Et la resurrection de la chair ??

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2891
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Existe-t-il une intelligence animale ?

Message non lupar ti'hamo » mar. 09 févr. 2010, 0:34

> Heuuu, m'est avis que vous mélangez les deux notions, l'un autant que l'autre mais différemment.

. Le sens métaphysique de "intelligence", ce qu'est l'intelligence, au vrai sens précis d'intelligence, c'est l'aptitude à saisir l'être dans les choses (comme la vue est l'aptitude de saisir la lumière).

. Mais, dans une utilisation courante, ce sens a pris un autre sens ; il désigne alors l'aptitude à analyser son environnement pour l'utiliser à ses propres fins, en vue d'un but.
Or, cela les animaux en sont capables.

. La mémoire n'est pas non plus une faculté spécifique de l'âme humaine : le seul fait de dire qu'on peut obtenir quelque chose d'un animal par dressage revient à reconnaître l'existence chez lui d'une mémoire.
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Théophile
Quæstor
Quæstor
Messages : 390
Inscription : dim. 20 déc. 2009, 19:21

Re: Existe-t-il une intelligence animale ?

Message non lupar Théophile » mer. 10 févr. 2010, 14:41

Bonjour ti'hamo !
En métaphysique, "l'intelligence" c'est la capacité à saisir l'être dans les choses
Il me semble que ce qui manque dans votre discours, c'est une explication claire de l'intelligence métaphysique. Pourriez-vous nous éclairer là-dessus, car il ne faut pas oublier que la métaphysique n'est plus vraiment connue actuellement, et que les personnes sur ce fil se base sur d'autres définitions - plus courantes - de l'intelligence. En d'autres termes,
1) peut-on expérimenter cette intelligence toute seule, sans raisonnement, ni raison, etc.
2) qu'est-ce que c'est ? (en utilisant d'autres termes si possible que la définition susmentionnée.)
3) qu'est-ce qui vous fait dire que les animaux ne l'ont pas ?
Merci d'avance !
Théophile

Avatar de l’utilisateur
Jodart
Persona
Persona
Messages : 45
Inscription : mer. 09 sept. 2009, 12:05
Localisation : Belgique

Re: Existe-t-il une intelligence animale ?

Message non lupar Jodart » jeu. 11 mars 2010, 15:46

Pour en revenir au sujet initial de ce fil, j'aimerai avoir votre avis sur ceci :

On sait aujourd'hui – car la scène a été filmée en de nombreuses occasions – que les éléphants sont sensibles à l'idée de la mort. Les scientifiques qui étudient ces pachydermes ont observé d'innombrables cas d'éléphants tentant de ramener à la vie des membres de leur famille morts ou agonisants.

Le biologiste kenyan Joyce Poole, qui étudie les éléphants d'Afrique depuis 1976, déclare que l'attitude de ces animaux face à la mort de l'un des leurs "ne laisse que très peu de place au doute quant à leurs émotions profondes et leur compréhension de la mort."

Lorsque l'un des leur décède, tout le groupe familial entoure et veille son corps, que l'on recouvre de feuillages et de branches brisées. Chacun vient doucement effleurer le mort avec la trompe.
La veille funèbre se prolonge au moins une nuit. Ensuite, la troupe repart à l'aube pour un nouveau voyage mais au dernier moment, se retournant une dernière fois, la doyenne vient rendre un ultime hommage au défunt par une caresse tout à fait particulière de la plante du pied, comme en donnent les mamans éléphants à leurs enfants nouveaux-nés.

Les années suivantes, lorsque le groupe repassera dans cette région, les ossements seront chaque fois visités, retournés, répandus alentour et le crâne du mort, tout particulièrement fera l'objet de manipulations mystérieuses. Ces rituels de deuil impliquent nécessairement l'idée qu'au-delà de la mort, quelque chose subsiste, une présence ténue dans la dépouille qui réclame encore des soins, malgré la dispersion de son enveloppe matérielle.

De semblables rituels existent également chez les baleines et ont également été filmés : dans ce cas, le corps mort qui flotte en surface est bercé, caressé, soutenu des heures durant avec des gestes d'une infinie lenteur par une compagne ou un compagnon proche.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8193
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Existe-t-il une intelligence animale ?

Message non lupar Raistlin » jeu. 11 mars 2010, 15:54

Spoiler!
Pour en revenir au sujet initial de ce fil, j'aimerai avoir votre avis sur ceci :

On sait aujourd'hui – car la scène a été filmée en de nombreuses occasions – que les éléphants sont sensibles à l'idée de la mort. Les scientifiques qui étudient ces pachydermes ont observé d'innombrables cas d'éléphants tentant de ramener à la vie des membres de leur famille morts ou agonisants.

Le biologiste kenyan Joyce Poole, qui étudie les éléphants d'Afrique depuis 1976, déclare que l'attitude de ces animaux face à la mort de l'un des leurs "ne laisse que très peu de place au doute quant à leurs émotions profondes et leur compréhension de la mort."

Lorsque l'un des leur décède, tout le groupe familial entoure et veille son corps, que l'on recouvre de feuillages et de branches brisées. Chacun vient doucement effleurer le mort avec la trompe.
La veille funèbre se prolonge au moins une nuit. Ensuite, la troupe repart à l'aube pour un nouveau voyage mais au dernier moment, se retournant une dernière fois, la doyenne vient rendre un ultime hommage au défunt par une caresse tout à fait particulière de la plante du pied, comme en donnent les mamans éléphants à leurs enfants nouveaux-nés.

Les années suivantes, lorsque le groupe repassera dans cette région, les ossements seront chaque fois visités, retournés, répandus alentour et le crâne du mort, tout particulièrement fera l'objet de manipulations mystérieuses. Ces rituels de deuil impliquent nécessairement l'idée qu'au-delà de la mort, quelque chose subsiste, une présence ténue dans la dépouille qui réclame encore des soins, malgré la dispersion de son enveloppe matérielle.

De semblables rituels existent également chez les baleines et ont également été filmés : dans ce cas, le corps mort qui flotte en surface est bercé, caressé, soutenu des heures durant avec des gestes d'une infinie lenteur par une compagne ou un compagnon proche.
Bizarre, moi qui croyait que les éléphants allaient dans un mystérieux cimetierre. :rire:

Bon, bref, permettez moi de mettre en doute les informations que vous mettez en avant. Voilà pour un peu que les éléphants allument des bougies et chantent des chants funèbres.

Donc merci de citer des sources précises et vérifiables, les délires New-Age n'ayant que peu de crédibilité scientifique.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Jodart
Persona
Persona
Messages : 45
Inscription : mer. 09 sept. 2009, 12:05
Localisation : Belgique

Re: Existe-t-il une intelligence animale ?

Message non lupar Jodart » jeu. 11 mars 2010, 16:05

Je vais devoir m'absenter mais reviendrai avec des sources ...

Pour en revenir à cette phrase : "Alors que les païens se livrant au cannibalisme le faisaient le plus souvent conformément à leurs croyances."

Je réponds : "Ce qui n'exclu pas la notion d'âme !"
Et j'ajoute que dans l'Egypte ancienne (et aux dernières nouvelles les égyptiens de cette époque sont considérés comme païens car polythéistes), il y avait la fameuse "pesée de l'âme" lors du décès d'une personne ...

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2891
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Existe-t-il une intelligence animale ?

Message non lupar ti'hamo » jeu. 11 mars 2010, 23:03

Au fait, au sujet des éléphants :
" Ces rituels de deuil impliquent nécessairement l'idée qu'au-delà de la mort, quelque chose subsiste, une présence ténue dans la dépouille qui réclame encore des soins, malgré la dispersion de son enveloppe matérielle."
Interprétation abusive : il n'y a pas besoin de supposer une idée de "quelque chose qui subsiste" pour expliquer ces actes.
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
Jodart
Persona
Persona
Messages : 45
Inscription : mer. 09 sept. 2009, 12:05
Localisation : Belgique

Re: Existe-t-il une intelligence animale ?

Message non lupar Jodart » ven. 12 mars 2010, 12:15

Spoiler!
Pour en revenir au sujet initial de ce fil, j'aimerai avoir votre avis sur ceci :

On sait aujourd'hui – car la scène a été filmée en de nombreuses occasions – que les éléphants sont sensibles à l'idée de la mort. Les scientifiques qui étudient ces pachydermes ont observé d'innombrables cas d'éléphants tentant de ramener à la vie des membres de leur famille morts ou agonisants.

Le biologiste kenyan Joyce Poole, qui étudie les éléphants d'Afrique depuis 1976, déclare que l'attitude de ces animaux face à la mort de l'un des leurs "ne laisse que très peu de place au doute quant à leurs émotions profondes et leur compréhension de la mort."

Lorsque l'un des leur décède, tout le groupe familial entoure et veille son corps, que l'on recouvre de feuillages et de branches brisées. Chacun vient doucement effleurer le mort avec la trompe.
La veille funèbre se prolonge au moins une nuit. Ensuite, la troupe repart à l'aube pour un nouveau voyage mais au dernier moment, se retournant une dernière fois, la doyenne vient rendre un ultime hommage au défunt par une caresse tout à fait particulière de la plante du pied, comme en donnent les mamans éléphants à leurs enfants nouveaux-nés.

Les années suivantes, lorsque le groupe repassera dans cette région, les ossements seront chaque fois visités, retournés, répandus alentour et le crâne du mort, tout particulièrement fera l'objet de manipulations mystérieuses. Ces rituels de deuil impliquent nécessairement l'idée qu'au-delà de la mort, quelque chose subsiste, une présence ténue dans la dépouille qui réclame encore des soins, malgré la dispersion de son enveloppe matérielle.

De semblables rituels existent également chez les baleines et ont également été filmés : dans ce cas, le corps mort qui flotte en surface est bercé, caressé, soutenu des heures durant avec des gestes d'une infinie lenteur par une compagne ou un compagnon proche.
Bizarre, moi qui croyait que les éléphants allaient dans un mystérieux cimetierre. :rire:

Bon, bref, permettez moi de mettre en doute les informations que vous mettez en avant. Voilà pour un peu que les éléphants allument des bougies et chantent des chants funèbres.

Donc merci de citer des sources précises et vérifiables, les délires New-Age n'ayant que peu de crédibilité scientifique.

Cordialement,
Délire New-Age, comme vous y allez ! Par contre c'est bien le mythe du cimetière des éléphants qui a entraîné ce type de recherche.

Voici les sources :
http://rsbl.royalsocietypublishing.org/ ... 8e2132b41c
http://www.wildforlifefoundation.org/joycepoole.html
http://www.elephantvoices.org/elephant- ... igent.html
http://www.gan.ca/animaux/%C3%89l%C3%A9phants.fr.html
Vous semblez penser que seuls les croyants monothéistes croient en l'existence de l'âme, ce qui n'est pas le cas. Des polythéistes ou des païens peuvent également croire à l'existence de l'âme, comme par exemple, l'exemple que vous donnez (les égyptiens).
Non, je n'ai pas dit ça, ma phrase est peut-être mal tournée, elle était plutôt en réaction au fait que vous parliez de l'évangélisation auprès des cannibales pendant des siècles ...
Vous semblez également lier systématiquement la croyance à l'âme, mais des hommes peuvent avoir des croyances sans forcément croire en l'existence de l'âme.
Tout à fait d'accord mais l'inverse est plus rare.
Quant à l'émotion ressenti et à la prise de conscience par certains animaux de la mort qui frappe, c'est en effet possible mais cela reste, à mon avis, de l'ordre de l'instinct et je ne peux y voir aucune trace de religiosité ou même simplement de prise de conscience par ces animaux de l'existence de Dieu.
Tous les animaux ont un instinct plus ou moins développé de la mort, il ne faut pas pour autant en faire des êtres spirituels car seul l'Homme est crée à l'image de Dieu pas les animaux qui ne sont crées que "selon leur espèce".
Je vous rejoins sur ce point et n'en fais pas mon discours. Toutefois, on peut relier ce type de comportement à une conscience de la mort et des sentiments qui en découlent. Le cas des éléphants, vivant de façon clanique, montre la création de liens entre individus mais également la présence de sentiments.

Une petite vidéo, d'un éléphanteau aider par ses pairs à se sortir d'un mauvais pas, je ne crois pas que l'on puisse parler d'instinct dans ce cas :


Je ne sais pas si sur ce site de discutions il y a beaucoup d'ath. ou d'agnostiq. .... et je ne sais pas si nous avons aussi le droit de nous exprimer... sinon à l'inscription il faut signaler que seuls les croyants ont le droits de discuter entre eux et les autres doivent se contenter de lire et dire amen.
Quelquefois, je voudrais participer à certaines discutions mais je n'ose pas m'exprimer vu que je ne suis pas toujours d'accord avec votre façon de voir les choses. A travers vos propos, je trouve que certains d'entre vous sont immédiatement "piqué à vif" dés que l'on est pas du même avis qu'eux ou plutot du même avis que les dogmes de l'Eglise qui ont pourtant été établis par de simples mortels (que l'on dit avoir été inspiré par l'esprit saint... oui, on le dit...).......... pas facile pour moi de trouver la foi dans ces conditions...
Bonjour, je suis agnostique et n'ai pas de problème à m'exprimer sur ce forum :) Il faut juste veiller à poster dans les sous-forums dans lesquels nous sommes admis tout en restant (cela va de soi) courtois et à l'écoute. De toute manière, si par mégarde vous publiez quelque chose dans un sous-forum réservé aux discussions entre chrétiens, Christophe vous enverra un gentil message de rappel à l'ordre pour la bonne tenue de ce forum :-D

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2891
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Existe-t-il une intelligence animale ?

Message non lupar ti'hamo » ven. 12 mars 2010, 14:30

@ Damas
Vie végétale et vie animale. L'humain est une des espèces de la vie animale. Si il a une ame, les autres animaux en ont une. Si il n'a pas d'ame, aucun en ont.
. Si on applique réellement votre raisonnement, vous devez également conclure que, si l'être humain a une âme, alors les végétaux en ont une.

. Mais sur quoi se fonde ce raisonnement ?
Si je comprends bien, la structure de votre raisonnement serait :
".les humains sont une espèce animale,
.donc s'ils ont [une âme],
.alors tous les animaux en ont une."
Mais pourquoi ? On pourrait dans ce cas remplacer "âme" par à peu près tout :
".les humains sont une espèce animale,
.donc s'ils ont des mains,
.alors tous les animaux en ont une".
Ou encore :
".les humains sont une espèce animale,
.donc s'ils ont des mamelles,
.alors tous les animaux en ont".

. Vous remarquerez que les premières propositions sont pourtant vraies : l'être humain, biologiquement, est bien une espèce animale, et il a bien des mains. Par contre, il serait évidemment faux de dire que tous les animaux ont des mains.
Donc, c'est la structure de votre raisonnement qui ne colle pas : il semblerait que vous ayez induit un lien de cause à effet, ou un principe de généralisation, là où il n'y en avait pas.

. Pour voir ce qu'il en est, reprenons l'exemple des mamelles : il est vrai que l'être humain en soit pourvu, mais il est faux que tous les animaux également.
Vous me direz alors "oui, mais tous les mammifères en sont pourvus". Ce qui fait que "être doté de mamelles" est ce qui caractérise ce qu'on appelle les mammifères : l'être humain est doté de mamelles, donc c'est un mammifère, et tous les mammifères sont dotés de mamelles (ou équivalent). Là, ça marche.
Mais pas pour "tous les animaux".

. On ne peut donc pas généraliser n'importe quelle caractéristique humaine à tous les animaux.
On peut généraliser à tous les mammifères les caractères qui sont typiques des mammifères, et impliqués par le fait d'être un mammifère ; on peut généraliser à tous les animaux les caractères typiques des animaux, qu'implique le fait d'être un animal ; et on peut généraliser à l'ensemble du monde vivant les caractères typiques de la vie, qu'implique le fait d'être vivant.

. Il y aura donc dans un être humain, des caractères qu'il a du fait d'être vivant, des caractères qu'il a du fait d'être animal, des caractères qu'il a du fait d'être mammifère,... et des caractères qu'il a du fait d'être humain.
Si donc "avoir une âme" est une caractéristique humaine, cela n'implique pas que tous les animaux en aient. Même sur le strict plan de la biologie, il existe bien des caractères qui sont propres à une espèce, sans être partagés par d'autres.


. Si maintenant on se demande ce qu'on appelle "âme", il faut donc se demander ce qui caractérise un être humain par rapport à un autre animal ; qu'est-ce qui est caractère propre de l'humain, comme les mamelles sont caractères propres des mammifères ou la photosynthèse caractère propre des végétaux ?
Et bien justement, il semblerait que, dans le principe que vous posiez, vous omettiez une différence non négligeable entre l'être humain et les animaux : l'existence ou la possibilité d'une volonté libre.
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
ti'hamo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2891
Inscription : sam. 17 mai 2008, 0:04

Re: Existe-t-il une intelligence animale ?

Message non lupar ti'hamo » ven. 12 mars 2010, 14:47

@ Jodart
. Mais n'est-ce pas le terme "instinct" qui est habituellement mal compris, dans un sens réducteur ?
Lorsqu'on dit qu'un animal agit "par instinct", on se représente cela comme une sorte de programme informatique, certes très développé, mais automatique.

Or, en réalité, "l'instinct", c'est autre chose que cela.
Pour le décrire, disons que, oui, les animaux, ou en tout cas certains animaux, ont une conscience sensible, certains ont une empathie, une capacité à percevoir les émotions de leurs semblables, et certains de ce fait sont capables de partager les intérêts de leurs semblables.

Cela ne signifie pas pour autant qu'ils aient une volonté libre, une perception de l'être des choses, et des théories sur l'origine de l'univers.

Le malentendu sur ce genre de sujet vient de ce qu'il ne semble y avoir qu'une alternative binaire : soit être un être libre, capable de volonté et de choix libre, intelligent, soit être une machine automatique.
Cela, sans doute parce que les humains, pendant quelques siècles, ont voulu s'arroger tout ce qui semblait "positif", qu'ils ont donc associé dans leur esprit ces caractères "positifs" avec l'existence de l'intelligence et de la raison,
et maintenant, découvrant (!) que certaines de ces caractéristiques sont partagées par certains animaux, ils en concluent que ces animaux sont également doués de raison et de liberté.
Mais le raisonnement est en fait biaisé dans ses prémisses !

Tout simplement, il existe d'autres modes de vie, qui ne disposent pas de la raison ni de la liberté, mais qui pour autant ne sont pas des machines automatiques, qui fonctionnent à partir des émotions, de la sensibilité, de la conscience sensible, des tendances.
Il est impossible pour nous de nous représenter, d'imaginer, ce que peut être de percevoir le monde de cette manière, de vivre et d'agir de cette manière.
Mais pour autant, c'est ainsi que fonctionnent les animaux.


(oui, c'est un autre biais : la plupart des humains n'aimant pas ce qu'ils ne peuvent pas s'imaginer ou se représenter concrètement, surtout à notre époque qui fonde toute vérité sur "le ressenti" ou l'expérience personnelle directe, ils ne peuvent pas, en première intention, concevoir qu'un animal vive et fonctionne ainsi, et préfèrent le ramener à quelque chose qu'ils connaissent et qu'ils peuvent se représenter en imagination : soit une machine, soit un être humain).
“Il serait présomptueux de penser que ce que l'on sait soi-même n'est pas accessible à la majorité des autres hommes.”
[Konrad Lorenz]

Celui qui connaît vraiment les animaux est par là même capable de comprendre pleinement le caractère unique de l'homme.
[Konrad Lorenz]
Extrait de L'Agression

Avatar de l’utilisateur
Sofijka
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 502
Inscription : dim. 11 mars 2007, 22:02

Re: Existe-t-il une intelligence animale ?

Message non lupar Sofijka » ven. 19 mars 2010, 23:08

Euh je suis gênée. Le sujet à été mis ici et comme je ne connaissais pas cette catégorie "Salons", je ne l'ai plus vu et l'ai complètement oublié... (c'est mon point commun avec les animaux :-D ).
En plus là je n'ai lu que les deux premières pages, et la dernière. C'est trop long, il est tard, je dois remplir et poster un dossier :s
Donc bref, je ne vais dire que deux choses pour l'instant :

1) j'aime les animaux, j'en ai, et j'ai emmené mes deux chats se faire tatouer et vacciner en vue de future vie en pavillon, car si je les perds, je ne pourrai plus regarder mon fils dans les yeux. J'ai dépensé des sous pour ça, parce que mon père ne voulait jamais qu'on le fasse quand nous étions enfants, et qu'on a perdu des bêtes de maladies. J'ai eu de la peine, je ne compends pas mon père et je ne veux pas faire la même chose. Mais J'estime quand même que les animaux n'ont pas l'intelligence. Cela dit il faudra que je lise la discussion.

2) Touriste disait des choses en premières pages, que j'avais déjà entendues, comme "l'homme tue aussi", et antérieurement j'avais déjà entendu "l'animal ne fait pas la guerre". A cela, je voudrais réagir :
Il faut comparer ce qui est comparable. Si on compare ce que l'homme fait de plus intelligent à ce que l'animal fait de plus intelligent, c'est incontestablement l'homme qui dépasse l'animal de très loin. En plus, l'homme en aura conscience. Il pourra en tirer une leçon et en informer ses congénères, de manière à les rendre plus intelligents. Mais aussi, l'homme l'aura appris tout seul, alors que l'animal a besoin de l'homme pour apprendre quelque chose qui le fera paraître intelligent.

L'homme a la conscience, que l'animal n'a pas. Mais je pense que justement, intelligence et conscience sont intimement liées, car pour que la conscience soit nourrie et prenne les commandes, il faut l'intelligence. Donc, je pense qu'aucun animal n'a l'intelligence.
Pour habiter, tipi beaucoup mieux. Toujours propre, chaud en hiver, frais en été, facile à bouger. Homme moderne construit grosse maison, beaucoup d'argent dépensé, comme une grande cage, pas de soleil, jamais sortir. Toujours malade.
:hugh:
Chef Faucon Volant (1852-1931)[/i]

Henriette
Censor
Censor
Messages : 51
Inscription : ven. 23 avr. 2010, 16:20

Re: Dieu existe-t-il ? Comment en être sûr ?

Message non lupar Henriette » mer. 05 mai 2010, 15:58

Et puis, autre détail troublant. Les animaux partagent des caractéristiques communes. Je ne suis pas un spécialiste mais il ne me semble pas qu’un animal possède une caractéristique totalement inconnue chez une autre espèce. Et quand bien même ce serait le cas, il me semble que ces caractéristiques ne transcenderaient pas radicalement l’ordre animal. Par exemple, peu d’animaux ont un sonar mais ça n’est ni plus ni moins qu’un système de repérage comme un autre : d’un point de vue qualitatif, on reste dans le même ordre naturel. Bien sûr, selon la théorie évolutionniste, cela s’explique par le fait que les espèces sont liées les unes entre elles par l’évolution.
Il en existe, le sang de la limule ou l'immortalité théorique de l'hydre (il y a plein d'autres exemples). Quant a savoir si cela "transcende l'ordre animal", aucune idée, je ne vois pas ce que vous voulez dire par là.
En revanche, il n’en va pas de même pour l’Homme qui me semble véritablement unique. Ses capacités ne dépassent pas seulement celles de TOUS les autres animaux (et de très loin), elles diffèrent radicalement de la « gamme » de caractéristiques que la Nature offre à ses enfants.
En quoi l'homme est-il si supérieur à tout les autres animaux ?
Ces seuls (certes primordiaux) attributs exceptionnels sont son cerveau, largement plus développé que n'importe quel autre espèce, et ça capacité à émettre une gamme de sons très large. Il dispose également de mains agiles, mais pas exceptionnelles.
On peut facilement trouver des animaux qui soient largement supérieur à l'homme dans la nature, le chien à un odorat infiniment plus développé que l'homme, une ouïe bien plus fine, l'aigle à une vue qui relègue le meilleur des pilotes de chasse au rang de taupe, la plupart des insectes ont un sens du toucher qui surpasse largement l'homme.
Et certains animaux dépassent l'homme sur les cinq sens (l'aigle par exemple).

Certes l'homme est capable de construire des machines qui surpasseront n'importe quel animal (ou presque), mais en soi l'homme n'est pas si supérieur. Si vous mettez un couple d'humains sur une île déserte, sans connaissances, sans outils, ils seront loin d'être les plus adaptés à la survie, ils risquent même fortement de mourir prématurément.

L'homme à pu se développer grâce à la transmission des connaissances, qui va avec le langage et l'écriture. La civilisation qu'a crée l'homme diffère effectivement radicalement de tout ce qu'on peut voir dans le reste de la nature. Mais l'homme n'est pas si radicalement différent, si à part ; c'est ce qu'il à crée qui l'est, les villes, les machines, les dieux, les armes...
Si cela ne saurait constituer une preuve, je trouve étrange que dans une perspective évolutionniste, aucune caractéristique similaire ne soit trouvée ailleurs.
Et bien déjà, l'homme est très récent vis a vis de l'âge de la terre, quand à la civilisation, dont on peut considérer qu'elle commence avec l'agriculture et la sédentarisation, c'est une nano-seconde à l'échelle de l'évolution.
Ensuite, l'homme n'est pas le seul, une autre espèce avait des caractéristiques similaires, néandertal... Il avait lui aussi l'aptitude à la parole, un cerveau encore plus gros que le notre, une culture naissante...
Enfin, même dans cent millions d'années, en supposant que l'homme est toujours là, si aucune espèce similaire n'a émergée cela ne voudra pas forcement dire que l'homme est si unique. Car de fait, le voulant ou non, l'homme aura empêché l'émergence d'une telle espèce.
"La religion est le soupir de la créature opprimée, l'âme d'un monde sans cœur, comme elle est l'esprit des conditions sociales d'où l'esprit est exclu. Elle est l'opium du peuple." - Karl Marx


Revenir vers « Philosophie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit