Qui est le pervers narcissique ? Le Mal sous forme humaine ?

Psychologie - Psychanalyse - Psychiatrie - Psychologie sociale - Pathologies psychiques
Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4474
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Qui est le pervers narcissique ? Le Mal sous forme humaine ?

Message non lu par Kerniou » mer. 16 janv. 2019, 14:21

Merci, chère Samaritaine, pour votre indéniable éclairage ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Grégory
Censor
Censor
Messages : 105
Inscription : dim. 29 déc. 2019, 0:30
Localisation : Paris

Re: Qui est le pervers narcissique ? Le Mal sous forme humaine ?

Message non lu par Grégory » sam. 22 août 2020, 11:55

Bonjour,

Qu'on entende bien que le pervers narcissique est une maladie mentale profonde d'une personne a ne rien ressentir de ses émotions donc de ce fait incapable de ressentir quoique ce-soit pour autrui, il s'attache lui-même à des sentiments qu'li ne connait pas ou qu'il imagine pour essayer en vain de ressentir, mais comment il peut faire couper de ses propres émotions ?
Ce n'est pas l'amour perdu du coin... Hein.
Première aux Corinthiens 13:12
Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, d’une manière confuse, mais alors ce sera face à face. Aujourd’hui je connais partiellement, mais alors je connaîtrai comme je suis connu.

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1625
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Qui est le pervers narcissique ? Le Mal sous forme humaine ?

Message non lu par zelie » sam. 22 août 2020, 16:21

A propos de leur enfance... Il y a plusieurs cas de figure qui peuvent se résumer à deux courants :

-l'enfant victime lui-même d'un parent pervers ou PN : il se construit dans le déséquilibre et la souffrance, et devient lui-même déséquilibré et vecteur de souffrance. C'est le pervers serial killer pédophile si son expression tombe sur les enfants ou le pervers capable de pousser au suicide s'il est une sorte de killer social. J'ai rencontré ce type de personne, et il m'a fallu l'aide d'un psychiatre pour comprendre à qui j'avais affaire (c'était au boulot). J'ai immédiatement demandé ma mutation, quand j'ai compris l'ampleur des dégâts de cette personne, qui aurait pu être pédophile serial killer comme elle était sociopathe ! Ca fait vraiment drôle quand un psychiatre vous explique qu'entre la personne que vous lui décrivez et un tueur d'enfant, il n'y a aucune différence, c'est juste que dans mon cas, le désordre s'exprimait socialement et pas sexuellement!

-l'enfant victime de ses parents à leur insu; c'est l'enfant-roi au point d'être un enfant-tyran, le type d'enfant qui matériellement aura tout ou presque au prix de voir son enfance et sa personne niée pour n'être que la chose, le pansement ou le fantasme de ses parents. Incapable de l'empathie qu'on lui a refusée car il n'a été qu'un jouet à qui on a refusé une véritable place d'enfant, privé de son statut humain libre et digen de respect, il agira ensuite, ado ou adulte, en réduisant tous et toutes au rang d'objet, ce à quoi il a été réduit lui-même. Comme les Don Juan par exemple. Les classer comme PN ou simple personnalité narcissique est de l'ordre de l'intensité des troubles. On en trouve pas mal des comme ça de nos jours... Les incestueux qui ne passent pas vraiment à l'acte mais qu'on fuit mal à l'aise, les séducteurs, les immatures, les égoïstes, les enculés, les faiseurs d'embrouilles, les provocateurs systématiques, les écorchés qui vous reproche tout, les poissons toutes eaux, qui disent noir comme ils disent blanc, ... On les qualifie de tous les noms d'oiseaux, on a du mal à vraiment les cerner, mais au bout du compte, si on reste avec eux, on finit dépressif ou suicidaire. Ils aspirent tout en nous, satellisent leurs proches à outrance, et on finit vidé de toute espérance dans la vie.
Certes, ils n'ont pas été maltraités ou violés petits, mais leur construction est tellement bancale qu'ils peuvent être aussi malsains qu'un sociopathie à l'enfance massacrée...


Dans tous les cas, même si une grande souffrance préside à leur construction, ce sont des personnes qui ont une image tellement abîmée d'eux-mêmes qu'on obtient des monstres à l'âge adulte. On peut les comparer aux toxicomanes : il ne faut pas croire qu'on va les sortir de leur enfer juste parce qu'on est tellement gentil qu'ils vont nous suivre un jour prochain, il faut comprendre qu'on va plonger dans leur enfer avec eux, car ce n'est qu'ainsi qu'ils peuvent nous supporter, car en nous écrasant au delà de l'imaginable, ils peuvent respirer un peu, se sentant enfin mieux que celui qu'ils écrasent!

La construction de ces personnes est déficiente au-delà du supportable et non-guérissable en l'état de nos connaissances.
J'ai lu sur les pages de ce fil qu'il fallait les regarder avec compassion, sincérité, je sais plus quoi, etc.... NON! les regarder ainsi c'est de l'orgueil! Les psychiatres, avec leur 15 ans d'études, se font bouffer les bras par ces sangsues, alors comment quelqu'un qui n'est pas psy peut se croire capable de faire quelque chose de mieux pour eux? A rester près d'eux, on ne peut que mal finir. Les psychiatres sont plus que clairs: il faut fuir ces personnes, et ne jamais en avoir pitié ni se retourner sur eux.
Ce sont des personnes qui prennent la gentillesse, la pitié, la sincérité, la compassion et tout le reste pour autant de portes d'entrée pour détruire une personne en la culpabilisant, en la manipulant! Pour que la culpabilité et l'emprisonnement d'autrui dans la sidération et la trahison leur donne à eux un souffle de vie, un moment de jouissance, un moment de supériorité.
Ma mère m'a raconté que petite, une histoire avait défrayé la chronique dans son village. Deux personnes s'étaient retrouvées au tribunal, une victime et un agresseur, pour une affaire de vol ou d'usurpation, quelque chose comme ça. Mais rien ne s'est passé comme prévu et les choses ont pris un tour inique. La victime réelle a été condamnée à de la prison et accusée de tout ; l'agresseur s'est fait passer pour une pauvre chose, une pauvre victime, a retourné le tribunal seul, sans avocat, et est ressorti libre et pourvu des sommes de dommages et intérêts liés à l'affaire, alors que tout le monde, dans le village, savait la vérité. On n'a jamais revu la victime, qui est morte de toute la persécution qu'elle a subie pour avoir osé se plaindre à la justice. Et l'agresseur a vécu le reste de sa vie libre, heureux, en famille, sans jamais avoir un once de remord, et en plus persuadé d'avoir été lui, dans la vérité. Car sa seule vérité était son intérêt, et en ce sens il était en complet accord avec lui-même!

Quand je me suis retrouvée face au premier cas -que je décris plus haut, premier tiret-, (que je me suis coltiné deux ans), et très très effondrée de comprendre enfin ce qui m'arrivait, (au bout de 12 mois), je n'ai pas eu d'autres recours que d'utiliser les armes du narcissique contre lui-même. Il m'a fallu pour cela convaincre la totalité des personnes de mon boulot de me suivre dans ma démarche, et de lui poser piège sur piège pour le prendre à son propre jeu. Heureusement que cela n'a duré que deux mois, le temps de me barrer en congé maladie (pour tout autre chose) et de ne plus le revoir jusqu'à ma mutation (on a tous demandé notre mutation et on est tous partis en maladie, tout le service s'est vidé en quelques mois) . J'ai cru mourir d'un tel bras de fer psychologique, je ne vivais que dans un dégoût profond comme je n'en avais jamais connu.
Et depuis je prie de ne jamais retomber sur une telle personne, à tel point qu'un jour, plutôt que de retomber sur une personne réputée difficile, je suis tombée malade avant même de la rencontrer. Ca laisse des marques, même vingt ans après, de côtoyer de tels monstres.

Alors qu'on comprenne que ces personnes sont malades et qu'on prie pour elles, oui, mais qu'on reste près d'elles, non, non, non!
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
Grégory
Censor
Censor
Messages : 105
Inscription : dim. 29 déc. 2019, 0:30
Localisation : Paris

Re: Qui est le pervers narcissique ? Le Mal sous forme humaine ?

Message non lu par Grégory » sam. 22 août 2020, 22:15

Oui, j'entends bien mais le PN, est une souffrance à lui-même psychologiquement parlant cette personne peut grandir de cette façon et pour toute sa vie, ça serait l'archétype en tous cas, d'une personne qui étudie et qui mime les émotions verbale ou non verbale pour leur ressembler, par exemple à la télévision ou dans les films.
Mais, cela fait sourire de voir Dom Juan comme un PN car je trouve en effet qu'une telle attitude est un nom propre dans la réalité.
Je serais vu comme pessimiste de dire que le PN est une maladie moderne peut-être en expansion, plus dans les grandes villes urbaines et avec les temps qui courent ?

Je crains d'être fait à l'idée du : il ne m'aime pas en retour, il pense pas a moi, il est narcissique.
Et pervers car ça me fait du mal et il s'en fout...

En plus, il est souvent dit que "on est victime car on a voulu se laisser faire"mais je lis et ça mûrit l'idée. Merci. 🙏
Première aux Corinthiens 13:12
Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, d’une manière confuse, mais alors ce sera face à face. Aujourd’hui je connais partiellement, mais alors je connaîtrai comme je suis connu.

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1625
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Qui est le pervers narcissique ? Le Mal sous forme humaine ?

Message non lu par zelie » sam. 22 août 2020, 23:14

Grégory a écrit :
sam. 22 août 2020, 22:15
on est victime car on a voulu se laisser faire
euh...non, pour ma part, je ne pense pas. On peut croiser ce genre de personne partout, sans s'y attendre le moins du monde, juste parce que cela relève du hasard. Je ne parle pas des relations amoureuses, qui est un cas très complexe. Je fais plutôt référence au monde du travail, comme les employés de France Télécom par exemple. Tomber sur ces êtres infâmes relevait de quelque chose de non anticipable, d'un coup du sort.
Il faut comprendre que les personnes qui croisent la route de quelqu'un qui est monté au-dedans de soi comme un sérial killer mais qui exerce sa folie sur la société par d'autres moyens que les armes ou le viol n'en est pas moins dangereux, si j'en reste à l'analyse qui m'en a été faite, que je relate plus haut. Ses cibles se retrouvent dans une situation de survie, et se battent comme elles peuvent, avec ce qu'elles ont dans les mains. C'est facile vu de l'extérieur d'en déduire qu'elles sont des victimes consentantes. Ce que vous ne réalisez pas, surement parce que vous ne l'avez pas vécu, c'est le niveau de sidération que vit toute victime de viol, de tentative de meurtre, et au même niveau, les victimes d'un pervers narcissique. On ne peut pas imaginer cela si on ne l'a pas vécu. Mais quand on y est dedans, malgré la sidération et le niveau d'agression, on passe en mode survie. On se bat comme on peut, avec ce qu'on a, mais il est difficile de décrire de le niveau de lutte qui s'enclenche pour se défaire de telles araignées.
Mais c'est souvent invisible pour les imbéciles qui se contentent de regarder en se bandant bien les yeux et en prenant bien soin de rester passif devant l'agression et de juger les autres du haut de leur ignorance. Pensez-y.

Pour les Don Juan, vous semblez ne pas comprendre de quoi relève le cynique qui détrousse toutes les ingénues qu'il rencontre par la force de sa séduction, alors on va revenir à sa définition selon W............ :
Don Juan vit pour les plaisirs de la vie, rejetant les contraintes et les règles sociales, morales et religieuses, et ignorant sciemment autrui. Il est donc à la fois cynique, égoïste et destructeur.
Ailleurs, sur des dictionnaires, on insiste sur le coté "sans scrupule aucun" du personnage. C'est ça un Don Juan, ce n'est pas un coq de basse-cour qui fait rire gentiment dans les chaumières.
Peut-être ne croyez-vous pas en Dieu? Aussi, le désastre spirituel engendré par celui qui profane l'innocence vous échappe-t-il? Admettons. Je comprends que vous ne puissiez imaginer cela. Mais personnellement, je trouve ça dommageable au-delà des mots pour la victime, car pour elle il ne sera pas seulement question d'une souffrance passagère. C'est jusqu'à son âme qui peut être blessée par de tels personnages.


Il y a quand même quelque chose qui ressort au final de ce fil, quelle que soit la position des uns et des autres, c'est le dégât qu'est capable d'engendrer le PN sur les personnes qui auront la malchance de le croiser. Tout le monde est d'accord pour souligner la dangerosité et la nuisance qu'est capable d'engendrer un PN, à l'instar d'un violeur, d'un assassin, d'un terroriste. Si des gens se suicident suite à une telle rencontre, c'est parce qu'on est vraiment à un niveau d'agression inimaginable pour qui n'a jamais croisé la route de telles personnes.
C'est dans cette puissance-là de mal qu'on reconnaît la force qui les anime, la force du Mal. Et qu'on voit se dessiner le surnaturel derrière le naturel.

Et au delà du PN, derrière l'enfant qu'il a été, on devrait réfléchir sur la puissance de la souffrance qu'on inflige aux autres, et qui par un effet papillon, peut engendrer, à distance, dans le temps, d'autres souffrances décuplées pour d'autres personnes.
Les parents qui parfois sans vraiment le comprendre engendrent des mal-aimés devraient prendre le temps de réfléchir à ce qu'ils induisent chez leur enfant...
Et chez nous tous, des exemples tels devraient aussi nous faire réfléchir au sourire qu'on ne donne jamais à certains, à nos répugnances, à toutes ces personnes qu'on ne peut pas supporter, et combien par notre mépris nous les faisons souffrir sans en avoir jamais rien à faire. Certes, je déborde du sujet du PN, car tout le monde n'en est pas un, ni nous, ni les personnes qu'on repousse, et du coup peu de gens décuplent au fil du temps sur les autres les blessures de leur passé, mais tout cela relève du même système au départ; une personne a estimé qu'elle pouvait en faire souffrir une autre, et par là lui retirer son statut d'humanité, d'égalité.
Le Pape François incite les chrétiens à être "messagers d'humanité". On devrait beaucoup plus méditer sur cette demande.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
Grégory
Censor
Censor
Messages : 105
Inscription : dim. 29 déc. 2019, 0:30
Localisation : Paris

Re: Qui est le pervers narcissique ? Le Mal sous forme humaine ?

Message non lu par Grégory » dim. 23 août 2020, 19:52

Vous me faites pensez que le monde est encore grand avec beaucoup de gens avec le regard extérieur, on peut voir tous ses dangers et si on se bande pas les yeux. C'est que tout le monde n'a pas vécu bien entouré et bien vivant, aujourd’hui, pour aimer soi-même et son prochain. Et, je suis heureux aujourd’hui d’être en famille et avoir des amis etc. c'est une chance et j'en remercie le Seigneur. Tout le monde n'a pas eu cette aubaine plus longtemps même que j'aie vécu moi donc difficile d'ancrer comme vous le décrivez un souvenir bienfaisant et réconfortant pour grandir dans les mœurs d'une vie plus belle et moins souffrante...
Je souhaite à personne de détruire sa vie avec des gens PN.

De ce fait, je suis obligé de constater comme vous la présence du Mal dans leur agissement inverse à ce que la société prévaut pour tous.
je ne cite pas mais je retiens l'exemple de la personne aux activités occultes et sataniques après 15 ans de vie commune etc. Je rajouterais que des fois c'est un Sur rebondissement surprenant de voir changer une personne du tout au tout et en maîtriser tous les rudiments alors que ces antécédents ne montrent aucun signe de croyance particulière... j'aimerais viser les athées qui aiment à dire plus avec engouement d'aimer le diable que dieu pour y croire.
c'est ce qu'on dit du diable : c'est un serpent qui aime rester caché ! pour frapper notre fragilité et nos brèches.
Première aux Corinthiens 13:12
Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, d’une manière confuse, mais alors ce sera face à face. Aujourd’hui je connais partiellement, mais alors je connaîtrai comme je suis connu.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité