Liturgiam Authenticam

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3131
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Liturgiam Authenticam

Message non lu par jeanbaptiste » mer. 02 sept. 2009, 10:30

Bonjour,

Le site de l'AELF n'étant pas très prolixe sur le sujet, je voulais savoir ce qu'il en était de la révision de la traduction française de la liturgie obligée par Liturgiam Authenticam.

Où en est-elle ? La Bible de la liturgie actuellement en attente de validation à Rome est elle basée sur la Néo-Vulgate (ce que semble exiger Liturgiam Authenticam) ? Les affreuses hymnes de la Liturgie des Heures seront-elles enfin remplacées par les traductions des hymnes "classiques" faites par Solesmes (ce qui me semble être la solution la plus simple, cette traduction étant déjà validée par le Saint-Siège) ? La traduction de l'ordinaire de la messe est-elle en train d'être revue ? etc.

Merci

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2929
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Liturgiam Authenticam

Message non lu par AdoramusTe » mer. 02 sept. 2009, 13:43

jeanbaptiste a écrit :Bonjour,

Le site de l'AELF n'étant pas très prolixe sur le sujet, je voulais savoir ce qu'il en était de la révision de la traduction française de la liturgie obligée par Liturgiam Authenticam.

Où en est-elle ? La Bible de la liturgie actuellement en attente de validation à Rome est elle basée sur la Néo-Vulgate (ce que semble exiger Liturgiam Authenticam) ? Les affreuses hymnes de la Liturgie des Heures seront-elles enfin remplacées par les traductions des hymnes "classiques" faites par Solesmes (ce qui me semble être la solution la plus simple, cette traduction étant déjà validée par le Saint-Siège) ? La traduction de l'ordinaire de la messe est-elle en train d'être revue ? etc.
Bonjour,

D'après les informations que j'ai pu avoir, la révision de la traduction de Liturgia Horarum serait en cours. L'ordinaire de la messe est prévu pour 2010, d'après Mgr Legall, mais je ne sais pas si cela compte la durée d'approbation au Saint Siège. Auront-ils de l'audace, comme les anglo-saxons ?

Quant à la traduction de la Bible de l'AELF, je n'ai pas l'impression que les choses aient changé, d'après ce que j'ai pu en voir sur leur site. Dans le Magnificat, on a encore "amour" au lieu de "miséricorde". La Néo-Vulgate ne doit pas servir de base de traduction mais plutôt d'un guide d'interprétation catholique, là où plusieurs interprétations sont possibles.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
steph
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 653
Inscription : mar. 28 août 2007, 1:28
Localisation : Belgique

Re: Liturgiam Authenticam

Message non lu par steph » mer. 02 sept. 2009, 23:02

Pour ce qui est de la traduction des hymnes présentée dans l'hymnaire édité par Solesmes, elle est de l'AELF (sauf propre OSB)... En plus! Je ne comprendrai donc jamais comment ils n'ont pas eu la cohérence de les insérer dans les bréviaires...
Cependant, et ce n'est pas un piètre argument, il me semble qu'une hymne sur trois voire sur deux n'est pas rythmée dans sa traduction... Ce qui la rend tout à fait INUTILISABLE dans la liturgie chorale... Il ne faut pas perdre de vue que la liturgie est plus à vivre qu'à étudier: l'hymne n'est pas seulement une prière: elle est une pièce poétique à caractère lyrique qui doit donc pouvoir aisément se chanter...
(C'est d'ailleurs embêtant quand, en chantant l'office avec les HG, je suis obligé d'expliquer aux autres que l'hymne, je la chanterai en latin, parce que la traduction n'est pas chantable... Quand on est 2, ça va, je peux encore prêter l'hymnaire à l'autre pour qu'il ait la traduction, mais quand on est 5-6 (ça n'est arrivé qu'une fois), ça fait un peu bizarre... Surtout avec le nouveau sens de pièce d'introduction à l'office qu'on donne aux hymnes...)

Quant à la traduction de la Bible, je proteste contre Rome (ça m'arrive quand même) que traduire sur l'hébreu et le grec et non sur le latin n'est que la conséquence même de la Neo-vulgate! C'est sa dynamique même! On ne peut pas reprocher à la traduction vernaculaire de faire ce que fait la latine, d'être dans la même dynamique... Certes, il y a des pauvretés de traduction, mais, à mon avis étrangères au texte de référence (utiliser amour tantôt pour la miséricorde, tantôt pour la charité, tantôt pour l'amitié, tantôt pour ceci, tantôt pour cela... ne faisant que véhiculer un concept flou sans doute parce que miséricorde et charité ne s'emploient guère dans le langage courant... Soit!)...

Et, en effet, la Nova Vulgata ne sert que de guide d'interprétation. Ainsi, détail qui me fait rire autant qu'il m'effraie, dans le Psautier « œcuménique » (AELF) on peut lire, à la page 344 de l'édition de 2002, cette explication de traduction: « 109,3cd: Passage difficile. T[exte]M[assorétique]: depuis le sein, depuis l'aurore, à toi la rosée de ta jeunesse (?). Versions[(LXX et Vulgate)]: du sein, avant l'astre l'aurore, je t'ai engendré. Nous suivons la Nova Vulgata: ex utero matutini velut rorem genui te. »
Allez voir sur le site de la schola saint Maur, ou sur le site du Vatican, vous trouverez cette leçon: ex utero ante luciferum genui te. Alors quoi ? Les traducteurs se basent-ils sur des textes imaginaires ?! Pas du tout, je possède l'édition typique de LH datant de 1977 et elle reproduit précisément le texte que mentionne le psautier œcuménique (accents en plus)... On m'a dit que la proclamation officielle de la Néo-vulgate s'est faite en 79, alors pourquoi un livre liturgique romain et tout affichait-il une traduction non approuvée?
Il me semble que nos libertés ne sont autre chose que ce que fut le chaos, même romain et latin de l'après-Concile...
Stat Crux dum volvitur orbis!
Dic animae meae: “ Salus tua ego sum ” Ps XXXIV 3

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2929
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Liturgiam Authenticam

Message non lu par AdoramusTe » mer. 02 sept. 2009, 23:48

steph a écrit : Et, en effet, la Nova Vulgata ne sert que de guide d'interprétation. Ainsi, détail qui me fait rire autant qu'il m'effraie, dans le Psautier « œcuménique » (AELF) on peut lire, à la page 344 de l'édition de 2002, cette explication de traduction: « 109,3cd: Passage difficile. T[exte]M[assorétique]: depuis le sein, depuis l'aurore, à toi la rosée de ta jeunesse (?). Versions[(LXX et Vulgate)]: du sein, avant l'astre l'aurore, je t'ai engendré. Nous suivons la Nova Vulgata: ex utero matutini velut rorem genui te. »
Allez voir sur le site de la schola saint Maur, ou sur le site du Vatican, vous trouverez cette leçon: ex utero ante luciferum genui te. Alors quoi ? Les traducteurs se basent-ils sur des textes imaginaires ?! Pas du tout, je possède l'édition typique de LH datant de 1977 et elle reproduit précisément le texte que mentionne le psautier œcuménique (accents en plus)... On m'a dit que la proclamation officielle de la Néo-vulgate s'est faite en 79, alors pourquoi un livre liturgique romain et tout affichait-il une traduction non approuvée?
Il me semble que nos libertés ne sont autre chose que ce que fut le chaos, même romain et latin de l'après-Concile...
Effectivement, vous avez raison, je ne sais pas d'où ils ont sorti cette version latine. Je ne l'ai trouvée dans aucun psautier latin.
Dans le psautier monastique de Solesmes, dont la traduction française provient du psautier oecumenique, la traduction donnée est néanmoins différente de ce que vous citez : "comme la rosée qui nait de l'aurore, je t'ai engendré". Et là, on se rapproche plus d'une variante poétique.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3131
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Liturgiam Authenticam

Message non lu par jeanbaptiste » jeu. 03 sept. 2009, 0:28

Pour ce qui est de la traduction des hymnes présentée dans l'hymnaire édité par Solesmes, elle est de l'AELF (sauf propre OSB)... En plus! Je ne comprendrai donc jamais comment ils n'ont pas eu la cohérence de les insérer dans les bréviaires...
En effet !
Cependant, et ce n'est pas un piètre argument, il me semble qu'une hymne sur trois voire sur deux n'est pas rythmée dans sa traduction... Ce qui la rend tout à fait INUTILISABLE dans la liturgie chorale...
C'est bien l'impression que ces traductions me donnaient.
On ne peut pas reprocher à la traduction vernaculaire de faire ce que fait la latine, d'être dans la même dynamique...
C'est pas faux.
Pas du tout, je possède l'édition typique de LH datant de 1977 et elle reproduit précisément le texte que mentionne le psautier œcuménique (accents en plus)... On m'a dit que la proclamation officielle de la Néo-vulgate s'est faite en 79, alors pourquoi un livre liturgique romain et tout affichait-il une traduction non approuvée?
Le psautier est paru en 1969, puis le Nouveau Testament, puis l'Ancien, et enfin l'édition typique complète en 1979.

Peut-être y a-t-il eu modification du psautier (au moins ce verset) entre 1969 et 1979 ?

Avatar de l’utilisateur
steph
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 653
Inscription : mar. 28 août 2007, 1:28
Localisation : Belgique

Re: Liturgiam Authenticam

Message non lu par steph » ven. 04 sept. 2009, 16:28

Justement, Adoramus, le psautier oecuménique traduit "ex utero matutini velut rorem genui te". Ce qui devrait être frappant dans le psautier monastique qui affiche en face "ex utero ante luciferum genui te"... Le passage que j'ai cité provient des "notes critiques", donc pas du corps du psautier même... Au lieu de "De mon sein, avant l'aurore, je t'engendrai" on a "Comme la rosée qui nait de l'aurore, je t'ai engendré" et là, le psautier français me semble faire une erreur de traduction car on perd la référence explicite au "sein" du Père (cf. Jn I 18: uterus><sinus) qui se retrouve aussi, je crois, dans le psautier hébreux (qui est traduit ainsi sur les pages impaires de la Biblia sacra vulgata: quasi de vulva orietur tibi ros adulescentiae tuae: comme de la matrice se lèvera/naîtra pour toi la rosée de ta jeunesse)...
Après toute cette discussion, je traduirais donc "ex utero matutini etc." par "Comme rosée du matin, je t'engendrai de mon sein".
Ce que je viens d'appeler "erreur" de traduction ne tient pas vraiment à l'utilisation ou non de la neo-vulgate, puisqu'ici, c'est précisément elle qui est utilisée...

Merci, Jean-Baptiste pour vos précisions chronologiques qui me permettent d'y voir plus clair dans la naissance de la nouvelle vulgate!
Stat Crux dum volvitur orbis!
Dic animae meae: “ Salus tua ego sum ” Ps XXXIV 3

Gandulf
Censor
Censor
Messages : 108
Inscription : mer. 14 mai 2008, 13:28

Re: Liturgiam Authenticam

Message non lu par Gandulf » mar. 22 sept. 2009, 22:21

d'après La Croix (http://www.la-croix.com/article/index.j ... rubId=4078)

Les catholiques américains apprivoisent la nouvelle traduction du Missel romain

Dans les églises américaines, on ne dira bientôt plus « Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir… » mais « Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir sous mon toit… ». Après sept ans de consultation et de réflexion, une partie de la nouvelle traduction en anglais du Missel romain est désormais accessible aux catholiques outre-Atlantique sur le site de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB) depuis la fin du mois d’août.

À la sortie de la 3e édition du Missel romain en 2002, la traduction du texte pour les anglophones a été lancée dans « une approche plus littérale », explique Mgr Arthur Serratelli, évêque de Paterson ( New Jersey) et président du Comité pour le culte divin de l’USCCB : « En nous inspirant des recommandations du concile Vatican II, nous avons cherché à observer une plus grande fidélité envers le texte et rendre compte de la profondeur par le vocabulaire. Par exemple, les mots “incarner” et “consubstantiel”, qui portent une valeur théologique forte et étaient absents jusque-là, apparaissent maintenant dans le credo. » Ce qui donne une traduction « plus proche de la version en latin dans l’esprit de Liturgiam authenticam, émis par le Saint-Siège en 2001 », ajoute-t-il.

Avatar de l’utilisateur
philémon.siclone
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1825
Inscription : lun. 13 juil. 2009, 0:58
Localisation : Ciel-sur-Mer

Re: Liturgiam Authenticam

Message non lu par philémon.siclone » mar. 22 sept. 2009, 23:20

J'ai le sentiment, en vous lisant, que depuis 40 ans on se complique énormément la tâche en se perdant dans de multiples bricolages, avec de nouvelles versions, de nouvelles traductions, de nouvelles formes liturgiques, et des débats sans fin. Ce sac de noeuds est inextricable. Peut-être qu'un jour, voulant retrouver la simplicité des colombes et la prudence des serpents, on reconnaîtra enfin qu'il aurait mieux valu finalement ne pas balancer aux oubliettes près de 2000 ans de tradition chrétienne aussi légèrement..., et qu'au lieu de se compliquer la vie à n'en plus finir, autant reprendre les bons vieux textes d'autrefois, vous ne croyez pas ?

Si l'on veut bien se rappeler que saint Jérôme a bénéficié de conditions exceptionnelles pour réaliser sa Vulgate : en Palestine pendant 30 ans, donc sur le terrain, à la fin du IVe s., avec à sa disposition toutes les versions et traditions disponibles de l'époque. Personne ne sera aussi armé que ne l'a été saint Jérôme. Son oeuvre a été approuvée et adoptée par Rome. Alors : d'où vient cette méfiance contre la Vulgate ? Les catholiques seraient plus méfiants envers eux-mêmes qu'envers les traditions pharisiennes ? Le plus ancien témoin de la Vulgate (codex Amiatinus) remonte au VIIIe. Le plus ancien témoin grec (Sinaïticus) date du 4e s. Mais bien sûr, on accorde plus de valeur au soi-disant "original" hébreux, dont les plus anciens témoins remontent vers l'an 1000 (codex de Léningrad et ms. d'Alep), rédigée dans la tradition massorétique, héritée des pharisiens (qui ont crucifié Jésus...).

Comme si saint Jérôme n'avait pas eu d'"original" hébreux sous ses yeux. Comme si saint Jérôme était plus suspect que les massorètes. Comme si nos experts contemporains étaient plus forts et mieux armés que saint Jérôme en son temps.

Vraiment, les bras m'en tombent.
Anima nostra sicut passer erepta est de laqueo venantium
Laqueus contritus est, et nos liberati sumus

Notre âme s'est échappée comme un passerau du filet de l'oiseleur,
Le filet s'est rompu, et nous avons été délivrés.
Ps. 123

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2929
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Liturgiam Authenticam

Message non lu par AdoramusTe » mar. 22 sept. 2009, 23:42

philémon.siclone a écrit :J'ai le sentiment, en vous lisant, que depuis 40 ans on se complique énormément la tâche en se perdant dans de multiples bricolages, avec de nouvelles versions, de nouvelles traductions, de nouvelles formes liturgiques, et des débats sans fin. Ce sac de noeuds est inextricable. Peut-être qu'un jour, voulant retrouver la simplicité des colombes et la prudence des serpents, on reconnaîtra enfin qu'il aurait mieux valu finalement ne pas balancer aux oubliettes près de 2000 ans de tradition chrétienne aussi légèrement..., et qu'au lieu de se compliquer la vie à n'en plus finir, autant reprendre les bons vieux textes d'autrefois, vous ne croyez pas ?
Il s'agit ici de la volonté d'avoir des traductions en vernaculaire qui soient fidèles au latin.
Vous critiquez le vernaculaire, soit. Mais ce n'est pas ici le sujet.
Si l'on veut bien se rappeler que saint Jérôme a bénéficié de conditions exceptionnelles pour réaliser sa Vulgate : en Palestine pendant 30 ans, donc sur le terrain, à la fin du IVe s., avec à sa disposition toutes les versions et traditions disponibles de l'époque. Personne ne sera aussi armé que ne l'a été saint Jérôme. Son oeuvre a été approuvée et adoptée par Rome. Alors : d'où vient cette méfiance contre la Vulgate ? Les catholiques seraient plus méfiants envers eux-mêmes qu'envers les traditions pharisiennes ? Le plus ancien témoin de la Vulgate (codex Amiatinus) remonte au VIIIe. Le plus ancien témoin grec (Sinaïticus) date du 4e s. Mais bien sûr, on accorde plus de valeur au soi-disant "original" hébreux, dont les plus anciens témoins remontent vers l'an 1000 (codex de Léningrad et ms. d'Alep), rédigée dans la tradition massorétique, héritée des pharisiens (qui ont crucifié Jésus...).
Je suis plutôt d'accord avec ce que vous dites. Je crois quand même à la grande fiabilité de la Vulgate.
Seulement, ce n'est même pas aussi simple.
D'abord, les traductions de la Bible se sont pas infaillibles, donc il y avait un certain nombre d'erreurs dans les traductions de Saint-Jérôme comme dans toutes les traductions. Il s'y est même repris à plusieurs fois pour le psautier.
Ensuite, que reste-t-il vraiment de la traduction de Saint-Jérôme ? Comment garantit-on la conformité avec l'original supposé ?
La Vulgate Sexto-Clémentine qui en découle est truffée de gloses ajoutées au fil des recopies et contient elle aussi des erreurs, a tel point que Pie X souhaitait déjà qu'elle soit corrigée.
Comme si saint Jérôme n'avait pas eu d'"original" hébreux sous ses yeux. Comme si saint Jérôme était plus suspect que les massorètes. Comme si nos experts contemporains étaient plus forts et mieux armés que saint Jérôme en son temps.
Il traduisait à partir du texte hébreux. Ce choix fut critiqué car c'était plutôt la Septante (donc le grec) qui était considéré comme le texte authentique (mais il avait quand même la Septante à sa disposition).
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3131
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Liturgiam Authenticam

Message non lu par jeanbaptiste » mer. 23 sept. 2009, 0:47

Dans les églises américaines, on ne dira bientôt plus « Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir… » mais « Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir sous mon toit… ». Après sept ans de consultation et de réflexion, une partie de la nouvelle traduction en anglais du Missel romain est désormais accessible aux catholiques outre-Atlantique sur le site de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB) depuis la fin du mois d’août.
En effet :
All: Lord, I am not worthy
that you should enter under my roof,
but only say the word
and my soul shall be healed.
Dómine, non sum dignus, ut intres sub tectum meum: sed tantum dic verbo, et sanábitur ánima mea.

Oui !

Il faut aller voir le site :

http://www.usccb.org/romanmissal/examples.shtml

Quand est-ce que nous aurons un site comme celui-ci en France ?

Je veux dire : un site officiel qui traite de la FORM, et qui soit un vrai site sur la liturgie.

Car soyons franc, en français les seuls sites spécialisés dans la liturgie qui soient valables sont des sites qui travaillent sur la FERM. Rien pour la FORM. Aucun site qui permettrait d'expliquer clairement le sens de le FORM, en quoi la réforme Vatican II continue la réforme débuté au Concile de Trente.

Je suis heureux de voir que la traduction anglo-saxone reprend le terme "consubstantiel". Je ne sais ce qui le remplaçait avant.

En tout cas notre "de même nature que" serait hérétique si cette traduction n'était pas le fruit d'une bande de bras cassés qui avaient un niveau en théologie aussi bas que mon niveau en rock !

genitum, non factum, consubstantialem Patri

Engendré, non pas créé, de même nature que le Père;

ARRRGGH. Pourtant le latin est limpide !! S'ils avaient été un peu humbles, ils auraient réalisés une traduction littérale, et ils n'auraient pas fais cette erreur GRAVISSIME !

D'ailleurs l'erreur est répercutée dans la reproduction du Credo dans la trad française du Catéchisme.

Mais l'erreur est tellement insoutenable que les traducteurs sont obligés d'écrire la bonne traduction dans les articles qui traitent de la consubstantialité :
242 A leur suite, suivant la tradition apostolique, l’Église a confessé en 325 au premier Concile œcuménique de Nicée que le Fils est " consubstantiel " au Père, c’est-à-dire un seul Dieu avec lui. Le deuxième Concile œcuménique, réuni à Constantinople en 381, a gardé cette expression dans sa formulation du Credo de Nicée et a confessé " le Fils unique de Dieu, engendré du Père avant tous les siècles, lumière de lumière, vrai Dieu du vrai Dieu, engendré non pas créé, consubstantiel au Père " (DS 150).
Pourquoi est-ce grave ? Parce que c'est la Trinité qui est remise en cause par la traduction actuelle du Credo !

Consubstantiel signifie en gros : de même substance, le Père et le Fils ont la même substance. Le Père est le Fils, et le Fils est le Père (et le Saint Esprit) etc.

De même nature signifie uniquement qu'ils partagent une nature semblable : nature humaine, nature divine etc.

Ainsi le fils de Jacques est de même nature que son père. Mais pas de même de même substance, ce sont deux personnes séparées !

Bref si Jésus est de même nature que le Père, sans plus de précision, cela peut vouloir dire : Jésus est dieu comme le Père est Dieu. Et donc qu'il y a deux dieux, et donc que le catholicisme est un polythéisme...

Quand on pense qu'il s'agit de la traduction du ... CREDO !

Avatar de l’utilisateur
steph
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 653
Inscription : mar. 28 août 2007, 1:28
Localisation : Belgique

Re: Liturgiam Authenticam

Message non lu par steph » mer. 23 sept. 2009, 16:24

Avouez tout de même que le Père ne peut être le Fils ni réciproquement, ni à l'égard du saint-Esprit... Sinon, vous tombez dans le modalisme où il n'y a qu'une personne à trois visages, ce qui n'est nullement le cas. Mais le Fils est du Père et l'Esprit est aussi du Père (et du Fils selon le vocabulaire et la théologie latine) cependant il ne sont pas LE Père car dans ce cas, il ne pourrait y avoir relation et donc il ne pourrait y avoir Trinité... Or, nous confessons le Dieu Unique en trois Personnes le louant et l'exaltant dans les siècles...

Ne versons donc ni dans un sens (le polythéisme) ni dans l'autre qui n'est pas moins hérétique (le modalisme) mais gardons le mystère de la foi avec les mots qui servent habituellement à l'exprimer sans chercher à "rendre compréhensible"* ce qui dépasse la raison humaine tant qu'elle est imperméable à la grâce: O altitudo... (Rom XI, 33)
Et certes, chacune des Personnes est Dieu... C'est pourquoi saint Paul dit "du même, par le même, dans le même" suggérant déjà ce qu'on appelle désormais relations...

*J'entends par là faire une traduction "que l'on comprend vite" et qu'on ne s'explique pas plus... Car il faut comprendre ou s'efforcer de comprendre le mystère et s'efforcer d'en vivre (car le comprendre sans en vivre me semble impossible). C'est comme "l'Eucharistie en français" : "on comprend mieux, maintenant..." lol D'ailleurs on comprend tellement bien que l'on ne génuflecte plus et que la présence substantielle du Seigneur dans le pain et le vin transsubstantiés se voit assimilée comme égale à sa présence dans l'assemblée célébrant la messe... Il y a certes du vrai, mais en même temps il y a aussi des différences (la première étant qu'une assemblée précise n'est pas l'Eglise universelle)... Il y a un niveau où tant que l'on ne vit pas le mystère, on ne peut pas le comprendre, quelque soit la langue, quelques soient les mots...
Stat Crux dum volvitur orbis!
Dic animae meae: “ Salus tua ego sum ” Ps XXXIV 3

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3131
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Liturgiam Authenticam

Message non lu par jeanbaptiste » mer. 23 sept. 2009, 19:18

Oui vous avez tout à fait raison. En voulant allez trop vite, en simplifiant trop, c'est à mon tour de faire une grosse erreur !

Toujours est-il que le problème reste : "de même nature" ne traduit pas "consubstantiel", mais éventuellement "conaturel". C'est une faute de traduction grave, dans le Credo ! Ça n'est pas rien !

Oui, je suis entièrement d'accord pour le reste de votre message. Il faut vivre le mystère pour le comprendre. Oui. Mais on ne peut pas vivre ce mystère si notre esprit est corrompu par des concepts ou des représentations erronés. Du moins, cela demande un effort supplémentaire !

C'est tout le rôle d'un credo, et une partie du soucis d'une liturgie digne (la première étant la louange) : préparer le cœur et l'esprit des hommes à aborder le mystère.

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1618
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Liturgiam Authenticam

Message non lu par Laurent L. » jeu. 24 sept. 2009, 1:02

C'est une très bonne nouvelle, cette nouvelle traduction américaine du missel! Il faut quand même avouer que l'ancienne version est encore pire que la traduction française (c'est dire!), comme le montre l'article de La Croix :
« Dans le dialogue entre le prêtre et l’assemblée, quand le premier dit “Que le Seigneur soit avec vous”, les fidèles lui répondront “Et avec votre esprit” et non plus “Et aussi avec vous”. Sinon, le Gloria, chanté dans la plupart des églises le dimanche, inclut des passages jusque-là omis. »
.

Il serait bon d'en faire de même en français, l'orate fratres notamment, complètement massacré en français:
"- Oráte, fratres:
ut meum ac vestrum sacrifícium
acceptábile fiat apud Deum Patrem omnipoténtem.
- Suscípiat Dóminus sacrifícium de mánibus tuis
ad laudem et glóriam nóminis sui,
ad utilitátem quoque nostram
totiúsque Ecclésiæ suæ sanctæ."
que mon missel tradi traduit par
"Priez frères, pour que mon sacrifice, qui est aussi le vôtre, soit agréable à Dieu le Père tout-puissant. - Que le Seigneur reçoive de vos mains ce sacrifice pour l'honneur et la gloire de son nom, pour notre bien et celui de toute sa sainte Eglise"
devient dans la traduction officielle
"Prions ensemble au moment d'offrir le sacrifice de toute l'Eglise. - Pour la gloire de Dieu et le salut du Monde"
... Il y a certes le mot "sacrifice" mais la formule employée est plus que floue.

À ce propos, j'ai regardé sur le site de kto une messe célébrée par Mgr Vingt-Trois, et j'ai constaté que ce dernier prenait quelques libertés avec la traduction actuelle pour se rapprocher du texte latin ; il dit ainsi "heureux les invités au Repas des Noces de l'Agneau" au lieu de "heureux les invités au repas du Seigneur", il traduit donc mieux "Beáti qui ad cenam Agni vocáti sunt". Dans Sacramentum Caritatis, Benoît XVI rappelle en effet que
"En toute célébration eucharistique se réalise donc sacramentellement le rassemblement eschatologique du peuple de Dieu. Le banquet eucharistique est pour nous une réelle anticipation du banquet final, annoncé par les prophètes (cf. Is 25, 6-9) et décrit par le Nouveau Testament comme « les noces de l'Agneau » (Ap 19, 7-9), qui doivent se célébrer dans la joie de la communion des saints."
Or, combien de fidèles entendent ce "repas du Seigneur" comme la dernière Cène, et ont ainsi une conception protestante de la messe ? 50 % ? 60 % ?

Savez-vous si une nouvelle traduction en français est prévue ? Si oui, savez-vous pour quand devrait-elle être mise en application ?

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3131
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Liturgiam Authenticam

Message non lu par jeanbaptiste » mar. 06 oct. 2009, 9:15

Savez-vous si une nouvelle traduction en français est prévue ? Si oui, savez-vous pour quand devrait-elle être mise en application ?
C'est tout le sujet de ce fil ;)

Normalement Liturgia Authenicam oblige à une retraduction des textes non conformes ensuite vérifiés par l'Église (pour résumer très grossièrement). L'AELF est en train de faire valider sa nouvelle traduction intégrale de la Bible. Qu'en est-il de l'ordinaire de la messe ? Qu'en est-il de la Liturgia Horarum ? Je n'en sais rien. L'AELF ne dit rien sur le sujet sur son site. Je crois que nous allons devoir supporter ces traductions encore longtemps. À moins que l'épiscopat français fasse brusquement de ce problème l'un de leur chevaux de bataille. Nous verrons !

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Liturgiam Authenticam

Message non lu par Invité » mar. 06 oct. 2009, 17:17

L'après 2010 devrait voir le nouveau missel^^

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invités