A propos des messes de funérailles

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8542
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Funérailles religieuses sans prêtre

Message non lupar jean_droit » ven. 27 nov. 2009, 9:26

Pro liturgia est souvent excessif mais sur le fond il a raison. Moi je vis dans une paroisse de Dordogne où il y a 17 églises ... pour l'instant. Il y a un enterrement religieux tous les 10 jours environ. Pas de quoi se tuer pour le prêtre ... qui assure, d'ailleurs, les enterrements ! Et si on disait que bien des prêtres ne VEULENT plus assurer les enterrements comme des prêtres ne Veulent plus assurer les confessions. Ceci correspond tout à fait à l'air du temps.

Mais ces décisions amplifieront encore plus le déclin de l'Eglise de France.

Virgile
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1133
Inscription : mer. 14 janv. 2009, 10:33

Re: Funérailles religieuses sans prêtre

Message non lupar Virgile » ven. 27 nov. 2009, 11:19

Bonjour,

tout cela est bien amusant.
Dans le catéchisme de l’Eglise catholique, je lis :
III. La purification finale ou Purgatoire
1030 Ceux qui meurent dans la grâce et l’amitié de Dieu, mais imparfaitement purifiés, bien qu’assurés de leur salut éternel, souffrent après leur mort une purification, afin d’obtenir la sainteté nécessaires pour entrer dans la joie du ciel .
1031 L’Église appelle Purgatoire cette purification finale des élus qui est tout à fait distincte du châtiment des damnés. L’Église a formulé la doctrine de la foi relative au Purgatoire surtout aux Conciles de Florence (cf. DS 1304) et de Trente (cf. DS 1820 ; 1580). La tradition de l’Église, faisant référence à certains textes de l’Écriture (par exemple 1 Co 3, 15 ; 1 P 1, 7), parle d’un feu purificateur :
Pour ce qui est de certaines fautes légères, il faut croire qu’il existe avant le jugement un feu purificateur, selon ce qu’affirme Celui qui est la Vérité, en disant que si quelqu’un a prononcé un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pardonné ni dans ce siècle-ci, ni dans le siècle futur (Mt 12, 31). Dans cette sentence nous pouvons comprendre que certaines fautes peuvent être remises dans ce siècle-ci, mais certaines autres dans le siècle futur (S. Grégoire le Grand, dial. 4, 39).
1032 Cet enseignement s’appuie aussi sur la pratique de la prière pour les défunts dont parle déjà la Sainte Écriture : " Voilà pourquoi il (Judas Maccabée) fit faire ce sacrifice expiatoire pour les morts, afin qu’ils fussent délivrés de leur péché " (2 M 12, 46). Dès les premiers temps, l’Église a honoré la mémoire des défunts et offert des suffrages en leur faveur, en particulier le sacrifice eucharistique (cf. DS 856afin que, purifiés, ils puissent parvenir à la vision béatifique de Dieu. L’Église recommande aussi les aumônes, les indulgences et les œuvres de pénitence en faveur des défunts :
Portons-leur secours et faisons leur commémoraison. Si les fils de Job ont été purifiés par le sacrifice de leur père (cf. Jb 1, 5), pourquoi douterions-nous que nos offrandes pour les morts leur apportent quelque consolation ? N’hésitons pas à porter secours à ceux qui sont partis et à offrir nos prières pour eux (S. Jean Chrysostome, hom. in 1 Cor. 41, 5 : PG 61, 361C).
De nos jours, on fait des tas de choses à la messe.
Réforme liturgique ou pas, il me semble que l'on doit encore y demander aussi la grâce et la miséricorde de Dieu, pour soi-même, pour sa famille, pour ses amis, pour les affligés, pour les éprouvés, pour les pauvres pécheurs, pour le monde... et pour les âmes qui se trouvent retenues dans le purgatoire.

Avant comme après le concile, certains ne se sont pas contentés de réver d'une église sans prêtres. Ils se sont acharnés à la fabriquer. Avec les très intéressants débats qui vont avec...

Quant à l'argument qui consiste à dire que les prêtres sont "débordés" ou ont un emploi du temps vraiment trop "surchargé", mieux vaut éviter de l'employer. Les gens qui mènent une vie professionnelle n'ont pas tous aujourd'hui le sens de l'humour, et certains risqueraient même de pas apprécier la plaisanterie. :siffle:

Amicalement.
Virgile.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8542
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Funérailles religieuses sans prêtre

Message non lupar jean_droit » ven. 27 nov. 2009, 12:38

Le problème des funérailles est un sujet qui me concerne directement. J'ai 66 ans et je me dois de m'assurer que mes funérailles seront dignes. Pour moi il est hors de question que mes funérailles se passent sans prêtre. Je trouverais cela honteux pour l'Eglise Catholique. Il va me falloir faire comme font certains : M'assurer à l'avance que pour mes funérailles sera dite une messe de funérailles. Et je désire en avoir l'assurance écrite par l'évêque .... et encore .... Sinon j'irai chercher une communauté ou la FSSPX qui j'en suis sûr, feront les choses dignement.

Je voulais faire cette "déclaration" car je trouve qu'il y a des limites qu'il ne faut pas franchir.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8542
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Funérailles religieuses sans prêtre

Message non lupar jean_droit » ven. 27 nov. 2009, 12:56

Pour ce qui est des prêtres "super occupés" qui ne peuvent assurer les confessions ou les enterrements il faut nuancer. Nuancer parce que si certains correspondent à ce qualificatif il y en a qui sont très loin d'être "super occupés". C'est le cas de mon curé et d'autres prêtres que je connais. Une minorité, sans doute.

Mais je veux dire trois choses :
1- S'il manque des prêtres, les évêques se doivent d'en trouver et de sucsiter des vocations. Et que l'on me dise pas que c'est impossible. Il y a bien des exemples qui montrent que c'est possible.
2- Pourquoi ne pas demander à des diacres d'assurer les funérailles s'il n'y a pas de messe. Pour cela il faut avoir des diacres. Mêmes remarques de ma part.
2- Les laïcs sont très utiles pour entourer les familles lors des décès et pour préparer la cérémonie religieuse de funérailles. Et, aussi, pour assurer le suivi psychologique de ces familles et en leur proposant de faire célébrer des messes. Les familles apprécient très fortement ces attentions et attendent de l'Eglise cette attitude charitable.

Enfin il faut voir quelles seront les réactions des familles qui n'auront plus de messes de funérailles. Beaucoup penseront qu'il s'agit d'un certain "lachage" de l'Eglise. Encore une façon de faire fuir petit à petit les fidèles. Alors même que les funérailles sont une occasion rêvée de diffuser la message d'Espérance de Notre Seigneur.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3912
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Funérailles religieuses sans prêtre

Message non lupar Kerniou » ven. 27 nov. 2009, 15:30

Dans certaines régions, l'absence de prêtre aux funérailles est comprise par les fidèles qui voient leurs pasteurs réellement débordés ... Dire qu'ils acceptent serait beaucoup dire. Ils font contre mauvaise fortune bon gré, sachant que dans la paroisse le prêtre fait le maximum. Mais comment faire lorsqu'il y a 2 ou 3 cérémonies dans la même journée ? Certains prêtres reconnaissent qu'assurer une célébration d'obsèques chaque jour est émotionnellement lourd pour eux; alors deux ... Il arrive, aussi, que selon les périodes, les pompes funèbres soient débordées, il devient encore plus difficile d'harmoniser les horaires, convois, crémations et inhumations. Dans ce contexte, les familles sont amenées à adapter leurs souhaits.
Beaucoup de ces laïcs volontaires sont des femmes; tout comme l'assemblée aux messes est constituée essentiellement de femmes, de moins en moins jeunes. Certains peuvent regretter que l'Eglise se féminise: les paroisses font avec les bonnes volontés qu'elles rencontrent. En milieu rural, sans l'engagement des femmes, que deviendraient: la catéchèse, l'aumônerie, l'animation liturgique, la chorale, la kermesse, l'entretien de l'église, la permanence, la célébration des funérailles avec tous les temps de réunions et de préparations nécessaires ? ...
En ville cette précarité peut paraître moins manifeste que dans les campagnes où la messe n'est célébrée que 2 à 3 fois par an dans l'église du village.
Le devoir de l'évêque est de rechercher des prêtres, certes ; mais où quand ils se font rares et vieillissants ?
Susciter des vocations trop peu nombreuses, absolument, mais comment ?
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
L'Inquisiteur
Censor
Censor
Messages : 116
Inscription : dim. 08 nov. 2009, 22:48

Re: Funérailles religieuses sans prêtre

Message non lupar L'Inquisiteur » ven. 27 nov. 2009, 15:56

Le devoir de l'évêque est de rechercher des prêtres, certes ; mais où quand ils se font rares et vieillissants ?
Susciter des vocations trop peu nombreuses, absolument, mais comment ?
Peut-être, tout d'abord, par une prière incessante envers le Seigneur Dieu, pour qu'il nous envoie beaucoup de saints prêtres ! :saint:
Deuxièmement, célébrer une liturgie digne qui donne envie aux jeunes d'offrir leur vie en sacrifice pour Dieu et l'Église. :pape:
Troisièmement, dans la catéchèse et la formation des fidèles, insister sur la dignité et la nécessité du sacerdoce (pour beaucoup de fidèles, les vocations, c'est comme le TGV : c'est bien, c'est très utile, mais que ça passe loin de chez nous [sous-entendu, de nos enfants] ! :roule: ) ...

Bon, ce n'est qu'un avis personnel qui n'engage que moi ... Je ne prolongerai pas plus longtemps car c'est hors du sujet de la discussion, mais je tenais à vous faire part de mon avis sur la question (des vocations). :-D

Cordialement.
=][=
L'hérésie est une plaie pour la vraie Foi. Il faut la cautériser au feu de la sainte doctrine.
=][=

Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Funérailles religieuses sans prêtre

Message non lupar Invité » mar. 08 déc. 2009, 22:32

La pastorale des obsèques est à voir suivant les possibilités. Je veux insister sur un autre aspect :le souvenir, le deuil, la prière pour les défunts. Dans mon coin un effort a été fait pour inviter toutes les familles qui avaient eu un deuil dans l'année à la célébration eucharistique du 2 Novembre où tous les défunts de l'année ont été cités et chaque famille est repartie avec une veilleuse pour signifier l'espérance. Je peux dire que c'est une messe particulièrement priante, on sent que la communauté met son coeur à l'invitation, à la préparation et à la vivre.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8542
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Funérailles religieuses sans prêtre

Message non lupar jean_droit » mer. 09 déc. 2009, 10:51

Dans mon coin on n'a rien fait le 2 novembre car c'est un lundi jour de repos du prêtre. Hier je suis allé plein d'espoir à une réunion sur la cérémonie des funérailles. Quelle ne fut pas ma déception de voir qu'il s'agissait seulement de la transmission des documents sur la "liturgie" des funérailles de mon prêtre aux laïcs présents en vue d'une suppression de la présence du prêtre.

J'ai apprécié sa réflexion dite avec un grand soulagement : "Cette année il y a 15 % de funérailles religieuses en moins". Je trouve cela un peu dommage. Et ce qui est consternant c'est que on n'a pas du tout cherché à limiter l'impact sur la population de ces funérailles "laïques". Car la conséquence sera que encore plus de funérailles ne seront plus chrétiennes.

Ce fut la même chose quand notre prêtre a annoncé que 15 des 17 églises de la paroisse n'allaient plus être desservies jusqu'en avril, au moins. Pas de réaction pas de tentative de trouver une parade à cet éloignement de l'Eglise par rapport aux fidèles des campagnes.
Tout ceci mis bout à bout explique la désertification religieuse en province.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8542
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Funérailles religieuses sans prêtre

Message non lupar jean_droit » jeu. 10 déc. 2009, 19:47

On pourrait faire en sorte que tout ce qui entoure les derniers moments des malades et les funérailles chrétiennes soient un moment fort.

Au niveau local on peut essayer de suivre les familles qui ont des malades "en fin de vie". Et essayer de le faire avec les organisations caritatives catholiques. Cela permettrait de les assister chrétiennement en apportant le Saint Sacrement par exemple. On pourrait aussi aborder délicatement et proposer le sacrement des malades. Je ne sais si cela se fait. Si le malade décède les laïcs qui en ont la charge pourraient organiser les fénérailles de telle façon que le prêtre soit aidé au maximum mais sans disparaitre. Les laïcs pourraient proposer ou une bénédiction ou une messe. La bénédiction pourrait être présidée par des laïcs ou , bien mieux, par un diacre ou une soeur. Il serait bon qu'ils soient vêtus d'un signe distinctif comme cela se fait parfois. La messe serait dite par le prêtre assisté, bien sûr, de l'équipe chargée des funérailles. Une fois l'enterrement fait, l'équipe pourrait faire un suivi de la famille pour l'assister et pour lui proposer, entre autres, des messes commémoratives.

Je suppose que dans certains diocèses une partie de tout cela est en place.

Dans l'intercession de ce matin :

"Toi qui nous conduis par la lumière de la foi,
– donne-nous imagination et courage pour accorder notre vie à notre foi".

Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Funérailles religieuses sans prêtre

Message non lupar Invité » jeu. 10 déc. 2009, 21:20

Avec l'évolution de la situation. Nous allons avoir des obsèques sans corps du défunt - crémation oblige - et sans prêtre.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3912
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Funérailles religieuses sans prêtre

Message non lupar Kerniou » jeu. 10 déc. 2009, 22:10

Dans ma région, le jour de la Toussaint, il y a une cérémonie dans chaque église avec ou sans prêtre où une prière est dite pour les personnes décédées depuis la Toussaint précédente: elles sont citées. Puis l'assemblée, en procession, se rend au cimetière qui jouxte l'église et ou une dernière prière pour tous les morts est dite avant que les fidèles ne se recueillent sur les tombes de leur famille. La participation à cette cérémonie est assez nombreuse. Les familles pratiquantes ou non qui viennent fleurir les tombes s'y retrouvent.
Je trouve l'idée de visiter les familles après les obsèques bien venue. C'est un moment où les familles qui ont été entourées avant la mort et au moment des obsèques, se retrouvent seules face à l'absence.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7079
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Funérailles religieuses sans prêtre

Message non lupar Anne » ven. 11 déc. 2009, 3:28

Ça se fait aussi de ce coté-ci de l'Atlantique, du moins dans mon bled...

C'est assurément une cérémonie fort touchante qui permet aux familles de faire sur le départ de la personne décédée, dans le recueillement, au sein de la communauté. Le symbole de la lumière y est présent, ainsi que la visite au cimetière par la suite...

Cependant, il est toujours triste de voir qu'un ou deux défunts n'ont personne pour aller déposer leur lampion au présentoir...
:(
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Funérailles religieuses sans prêtre

Message non lupar Invité » dim. 13 déc. 2009, 18:51

Il me semble important de faire le lien entre la célébration des obsèques et toutes les autres célébrations eucharistiques ou non pour les défunts. Par exemple en préparant les obsèques nous puissions déjà annoncer les autres célébrations; Comme cela les familles sentiront que c'est toute la communauté qui les entoure.
peut être pour les familles qui ne sont pas présentes pour une raison ou une autre ne pas leur envoyer une carte pour dire que nous avons pensé à eux
un détail qui pourrait avoir son imortance: en même temps que nous demandons le N° de téléphone , ne pas oublier de demander une adresse Mail pour envoyer invitation et message de soutien

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8542
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Funérailles religieuses sans prêtre

Message non lupar jean_droit » dim. 13 déc. 2009, 21:50

Tout à fait d'accord avec vous,on pourrait faire quelque chose de très bien autour des obsèques.
A nous de proposer ......

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8542
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Funérailles religieuses sans prêtre

Message non lupar jean_droit » sam. 19 déc. 2009, 12:08

Du site Pro liturgia

Commentaires personnels : Dans mon diocèse il semble que les déviations des obsèques religieuses vers une simple cérémonie de souvenirs est combattue par les curés. Par deux fois j'ai vu des curés refuser des chants laïcs dans des obsèques religieuses.

OBSEQUES: UNE SAGE DECISION DES EVÊQUES D'ITALIE

Selon le nouveau rituel des obsèques longuement discuté et approuvé par la Conférence de Evêques d'Italie: "Pour ne pas [faire dévier la liturgie] vers des formes non chrétiennes, à l'église devront être évités les discours et les témoignages ainsi que les éloges mortuaires faits par les amis ou la famille du défunt, ce qui prolonge inutilement la célébration. Dans la liturgie, seul le prêtre fera l'homélie. Tout le reste, si on le désire, pourra se faire, mais en dehors de l'église, au moment de l'inhumation".
Le cardinal Bagnasco a déclaré qu'il approuvait cette décision, non pour refuser une personnalisation des obsèques, mais pour bien centrer la liturgie non sur le défunt mais sur l'annonce du Christ vivant et rédempteur.


Revenir vers « La forme ordinaire du rite romain »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit