La communion dans la main

wanderer
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 757
Inscription : ven. 03 sept. 2004, 16:49
Localisation : Haute-Savoie

La communion dans la main

Message non lupar wanderer » sam. 26 nov. 2005, 22:34

Bonjour à tous,

Que pensez-vous de la permission donnée par le saint Siège voilà plusieurs années de communier dans la main? Cette pratique est-elle tout à fait nouvelle? Quels fondements traditionnels?

Merci pour vos réponses.

Wanderer

:)

oak
Censor
Censor
Messages : 102
Inscription : sam. 29 oct. 2005, 15:12
Localisation : 260 km de Canterbury

Re: La communion dans la main

Message non lupar oak » dim. 27 nov. 2005, 15:53

Une idée de "fouilleur de documentation", le Canon 101 du 6ème Concile (de Constantinople III) (680-681) dit ceci .
101.- Que les laïcs reçoivent la communion dans leur main, et non dans des vases d'or ou d'argent.
" Corps du Christ " et " temple " appelle le divin apôtre dans la magnificence de son langage, l'homme créé à l'image de Dieu. Elevé donc au dessus de la nature sensible, l'homme, qui grâce a la passion du Sauveur a obtenu la dignité céleste, mangeant et buvant le Christ, se rend apte à la vie immaculée à ceux qui présentent de tels vases, qu'il soit excommunié, et celui-là aussi qui les a présentés.
La pratique semble être ancienne et commune à l'Eglise Indivisée.

Dans les rituels Orthodoxes la communion peut être donnée à la cuillère , qu'en pensez vous ?

Avatar de l’utilisateur
Bartalin le fou
Ædilis
Ædilis
Messages : 42
Inscription : lun. 24 oct. 2005, 23:09
Localisation : Dans le Coeur Immaculé de Marie
Contact :

Message non lupar Bartalin le fou » dim. 27 nov. 2005, 16:59

Qui ne se rappelle la réponse de Mère Thérésa de Calcutta à la question des journalistes à la sortie de sa réception du prix Nobel de la paix:

'Quelle est la source principale du mal dans le monde?' .

Réponse : "que des chrétiens reçoivent la communion sacramentelle sur la main".

Source: catholiques du net
et sur le même site:
"Voilà pourquoi le Pape Jean-Paul II n’a jamais été favorable à la communion dans la main. En sa lettre Dominicae Cenae ( 24 février 1980 ), qui est la seule où il a pu traiter de cette question, il rappelle : « Toucher les Espèces Sacrées, sa distribution avec des mains propres, est un privilège des personnes ordonnées ». La même année il déclara à Fulda ( Allemagne ) qu’il n’était pas d’accord avec le document qui autorisait en ce pays ladite façon de communier ( Vox Fidei 1980, N°10, Chiesa Viva n°112, Sol de Fatima n° 82 ). A-t-Il lui même cédé ( extrêmement rarement ) sous des pressions qui conditionnaient l’invitation d'une visite « pastorale » qui lui était faite ? Ce fut pour éviter de contredire ce qu’encouragèrent certaines conférences épiscopales, ce qui rentre dans le cadre de sa charité héroïque, et du désir de ne pas soulever ce scandale publiquement, dans un esprit dont parle Jésus à propos de Moïse qui fut obligé de « concéder le divorce aux juifs en raison de la dureté de leur cœur » . "
Source: catholiques du net http://catholiquedu.free.fr/PAROLES.htm


Et par expérience, on ne peut que déplorer la communion sur la main, nous avons certainement tous des exemples en tête de récits bien tristes (hostie dans la poche, hosties conservées pour des rites sataniques, hostie mangée comme un vulgaire bout de pain...)

un autre site, très complet:

http://users.mmic.net/maranatha/communion.html


Je crois que revenir à la communion sur les lèvres est un vrai combat pour la Gloire de Dieu, quoi qu'en dise l'intervenant qui précède, le site mentionné au-dessus saura l'éclairer beaucoup mieux que moi qui ne sais rien si ce n'est ce que le Seigneur a mis dans mon coeur: une sainte horreur de la communion à la main....

Je ne sais où il atrouvé son texte, ni si ses sources sont sûres, mais ce dont je suis sûr c'est bien de l'enseignement de l'Eglise: la communion à la main n'est qu'une tolérance, comme le dit je ne sais plus quel site, octroyée par la pape aux pays comme la répudiation aux juifs par Moïse, à cause de leur dureté de coeur...


Dans le Christ

bartalin[/url]
"Il est vieux comme le diable, le monde qu'ils disent nouveau et qu'ils veulent fonder dans l'absence de Dieu... "

http://filsdechretiente.blogspot.com/

http://blogpourlavie.blogspot.com/

Avatar de l’utilisateur
VexillumRegis
Senator
Senator
Messages : 989
Inscription : ven. 21 mai 2004, 22:32
Localisation : Provence

Message non lupar VexillumRegis » mar. 29 nov. 2005, 10:28

[align=justify]Bonjour,

Je crois que la communion dans la main n'est pas une pratique mauvaise en elle-même. C'était même, me semble-t-il, la manière générale de recevoir la communion dans les premiers siècles. Il y a par exemple un passage de saint Cyrille de Jérusalem (il faut que je le retrouve...) qui explique bien le sens de cette pratique : celui qui reçoit la communion, doit disposer ses mains (la gauche sous la droite) de telle sorte qu'elles fassent comme un trône où l'hostie sainte et immaculée sera accueillie avec grande diginité et révérence.

Recevoir la communion dans la main n'est donc pas irrespectueux en soi, du moment que les précautions nécessaires sont prises. Force est de contaster que ce n'est malheureusement pas toujours le cas aujourd'hui. Un exemple : les fidèles des premiers siècles devaient se laver les mains avant la réception du sacrement. Cette précaution très significative n'existe plus de nos jours.

De ce fait, je crois qu'à notre époque où la foi est si défaillante, la communion sur les lèvres est plus prudente. elle signifie mieux le respect dû au Saint Sacrement. Contraignante, elle a le mérite d'empêcher tout scandale de se produire. Bref, elle me semble parfaitement adaptée à la situation actuelle.

In Christo,

- VR -[/align]
Dernière édition par VexillumRegis le mar. 29 nov. 2005, 14:21, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
VexillumRegis
Senator
Senator
Messages : 989
Inscription : ven. 21 mai 2004, 22:32
Localisation : Provence

Message non lupar VexillumRegis » mar. 29 nov. 2005, 14:19

[align=justify]Voici le passage de saint Cyrille de Jérusalem dont je faisais mention dans mon message précédent :

Quand donc tu t'approches, ne t'avance pas les paumes des mains étendues, ni les doigts disjoints ; mais fais de ta main gauche un trône pour ta main droite, puisque celle-ci doit recevoir le Roi, et, dans le creux de ta main, reçois le Corps du Christ. en disant : "AMEN". Avec soin alors sanctifie tes yeux par le contact du saint Corps, puis prends-le, veille à n'en rien perdre... - Catéchèse mystagogique V, 21.

- VR -[/align]

Avatar de l’utilisateur
Bartalin le fou
Ædilis
Ædilis
Messages : 42
Inscription : lun. 24 oct. 2005, 23:09
Localisation : Dans le Coeur Immaculé de Marie
Contact :

Message non lupar Bartalin le fou » mar. 29 nov. 2005, 15:09

Voici une réponse du site que j'ai cité plus haut:
Le sacré Concile de Trente a déclaré que la coutume pour le prêtre qui célèbre la messe de se donner à lui-même la communion (de ses propres mains) et des laïcs de la recevoir du prêtre est une tradition apostolique. [1]. Un examen plus rigoureux des documents sur l'histoire de l'Église et des écrits des Pères ne justifie pas l'assertion selon laquelle la communion dans la main était une pratique universelle qui fut graduellement supplantée et finalement remplacée par la pratique de la communion sur la langue. Les faits semblent plutôt conduire à une conclusion différente.
Déjà au Ve siècle, le Pape saint Léon le Grand (440-461) témoigne de cette pratique traditionnelle. Dans son commentaire sur le sixième chapitre de l'Évangile de Jean, il mentionne que la communion dans la bouche est d'un usage courant: On reçoit dans la bouche ce que l'on croit par la foi [2]. Le Pape ne parle pas comme s'il introduisait une nouveauté, mais comme s'il s'agissait d'un fait bien établi. Un siècle et demi plus tard, mais toujours trois siècles avant que la pratique (selon ce que nous lisons plus haut) ait été prétendument introduite, le Pape Grégoire le Grand (590-604) en est lui aussi le témoin. Dans ses dialogues (Romain 3, c. 3) il rapporte que le Pape saint Agapet accomplit un miracle durant la messe après avoir placé le Corps du Seigneur dans la bouche d'une personne. Jean le Diacre nous parle également de la manière dont ce Pape distribuait la sainte communion. Ces témoins remontent au cinquième et au sixième siècle. Comment peut-on raisonnablement affirmer que la communion dans la main était la pratique officielle qui s'est poursuivie jusqu'au dixième siècle? Comment peut-on affirmer que la communion sur la langue est une invention médiévale?
Nous ne prétendons pas que jamais, en aucune circonstance, les fidèles n'ont reçu la communion dans la main. Mais dans quelles conditions cela se passait-il? Il semble bien que très tôt le prêtre plaçait habituellement l'hostie consacrée dans la bouche du communiant. Cependant, à l'époque des persécutions, lorsque la présence des prêtres fut rendue difficile et que les fidèles emportaient chez eux le sacrement, ils se donnaient à eux-mêmes la communion, de leurs propres mains. Autrement dit, plutôt que d'être totalement privés du Pain de Vie, ils pouvaient le recevoir de leurs propres mains, faute de quoi ils auraient été privés de cette nécessaire nourriture spirituelle. Il en était de même pour les moines qui s'étaient retirés au désert où ils ne disposaient pas des services d'un prêtre et ne voulaient pas abandonner la pratique de la communion quotidienne.

Mais surtout, il vous répond à vous VexillumRegis:
Que penser de saint Cyrille? Évidemment, les promoteurs de la "communion dans la main" font généralement très peu mention des faits que nous venons de présenter. Ils font cependant grand usage du texte attribué à saint Cyrille de Jérusalem, contemporain de saint Basile au quatrième siècle. Henri Leclerq résume les faits comme suit: "Saint Cyrille de Jérusalem recommandait aux fidèles qu'en se présentant pour recevoir la communion, ils devraient avoir la main droite tendue, les doigts joints, soutenus par la main gauche, la paume légèrement concave; et au moment où le Corps du Christ serait déposé dans sa main, le communiant dirait: Amen."
Le texte ne s'arrête toutefois pas là. Il poursuit en proposant ce qui suit: "Sanctifiez votre œil par le contact avec le Corps Sacré (...) Alors que vos lèvres sont encore humides, touchez vos lèvres et passez votre main sur vos yeux, votre front et vos autres sens pour les sanctifier."
Cette recommandation plutôt bizarre (ou même superstitieuse? irrévérencieuse?) à amené les savants à s'interroger sur l'authenticité de ce texte. Certains pensent qu'il y a eu interpolation, ou que c'est en réalité le successeur du saint qui en est l'auteur. Il n'est pas impossible que ce texte soit réellement l'œuvre du Patriarche Jean qui a succédé à saint Cyrille de Jérusalem. Mais l'orthodoxie de ce Jean était suspecte. Nous le savons grâce à la correspondance échangée entre saint Épiphane, saint Jérôme et saint Augustin.
Nous avons donc à l'appui de la communion dans la main un texte dont l'origine est douteuse et le contenu discutable. D'un autre côté, nous avons des témoins digne de foi, y compris deux grands papes, montrant que la pratique de placer l'hostie consacrée dans la bouche du communiant était habituelle et ordinaire au moins depuis le cinquième siècle. Cléricalisme? N'est-ce pas une forme de cléricalisme de permettre au prêtre de toucher l'hostie consacrée et d'interdire aux laïcs de faire la même chose? Mais les prêtres n'étaient autorisés à toucher le saint sacrement que par nécessité. En fait, en dehors du célébrant lui-même, personne, pas même un prêtre, ne pouvait recevoir la communion de ses propres mains. Ainsi, dans la pratique liturgique traditionnelle du rite romain, si un prêtre assistait à la messe (sans la célébrer) et désirait recevoir la sainte communion, il ne le faisait pas de ses propres mains: un autre prêtre la lui donnait sur la langue. Ce qui serait également vrai pour un évêque. Ce qui est vrai pour le Pape lui-même. Lorsque le Pape saint Pie X, par exemple, était sur son lit de mort, en août 1914, et que la sainte communion lui fut apportée en viatique, il ne lui a pas été permis de la recevoir dans la main; il la reçut sur la langue en conformité avec la loi et la pratique de l'Église catholique.
Ce qui confirme un point fondamental: en signe de révérence, l'hostie consacrée ne devrait pas être touchée sans nécessité. Il est évidemment nécessaire que quelqu'un distribue le Pain de Vie. Mais il n'est pas nécessaire que chaque homme, chaque femme et chaque enfant se fasse son "ministre eucharistique" en multipliant les manipulations et les dangers de laisser tomber l'hostie et de perdre des parcelles. Même les mains de ceux qui ont été spécialement consacrés pour toucher la très sainte Eucharistie, c'est-à-dire les prêtres, ne devraient le faire sans nécessité
Voilà donc une page où vous trouverez toutes ces réponses et beaucoup d'autres développements bien précieux sur cet usage...

http://users.mmic.net/maranatha/communion.html

Voilà qui vient confirmer mes intutions profondes

dans le Christ

bartalin
"Il est vieux comme le diable, le monde qu'ils disent nouveau et qu'ils veulent fonder dans l'absence de Dieu... "

http://filsdechretiente.blogspot.com/

http://blogpourlavie.blogspot.com/

wanderer
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 757
Inscription : ven. 03 sept. 2004, 16:49
Localisation : Haute-Savoie

Message non lupar wanderer » mar. 29 nov. 2005, 18:35

Je vous remercie tous pour vos contributions précieuses. Je pense à peu près la même chose que Thomas. Si saint Cyrille ne vous convainc pas Bartalin, ne faites pas comme si oak n'avait rien écrit, son argument n'est pas sans valeur non plus et vous n'y avez point répondu.

Qu'en pensez-vous?


Wanderer

:)

Avatar de l’utilisateur
Bartalin le fou
Ædilis
Ædilis
Messages : 42
Inscription : lun. 24 oct. 2005, 23:09
Localisation : Dans le Coeur Immaculé de Marie
Contact :

Message non lupar Bartalin le fou » mar. 29 nov. 2005, 19:24

Si l'on revient à la citation de Oak
Que les laïcs reçoivent la communion dans leur main, et non dans des vases d'or ou d'argent
j'ai cherché sur google, seuls deux sites orthodoxes en parlent...

L'enseignement de l'Eglise est clair sur cette pratique, voir les indications et références que j'ai données plus haut... l'Eglise "progresse" (cf dogmes), il en est de même pour d'autres choses.

De plus:
L'origine de la pratique actuelle de la communion dans la main en chrétienté occidentale remonte à la révolution protestante, ou "Réforme".
...toujours sur le même site, qui vous aidera bien mieux que moi...

On sait que la communion dans la main a commencé à se répandre dans des cercles hollandais au début des années soixante. Elle a donc commencé de la même manière que la pratique protestante, ou à tout le moins comme un "faux archéologisme": une idolâtrie des (prétendues) pratiques de l'Église des premiers temps.
Et c'était un cas flagrant de défi et de désobéissance envers la loi de l'Église et l'autorité ecclésiastique. Le désir de cette pratique ne provenait ni de l'autorité suprême de l'Église, qui y était opposée, ni des rangs des fidèles du Christ (par définition, ceux-ci demeurent fermement attachés à la croyance en la transsubstantiation) qui n'ont jamais demandé cette pratique. Elle était souhaitée plutôt par une partie des cadres moyens de l'Église et d'un "establishment liturgique" en particulier. Et cela s'est fait d'une manière typiquement révolutionnaire
Il nous faut être rigoureusement honnêtes avec nous-mêmes. Cette pratique a-t-elle réellement raffermi et clarifié notre foi dans la présence réelle ? A-t-elle eu pour résultat une piété plus grande, un plus grand amour, une charité fraternelle plus abondante ? Comme peuple de Dieu, sommes-nous de plus en plus remplis d'une crainte révérencielle en prenant le Corps du Christ dans nos mains ? Il est au moins un fruit que l'introduction de cette pratique n'a pas donné et c'est aussi un trait de l'ensemble de la réforme liturgique en général : l'unité en a souffert. Il apparaît à l'auteur de ces lignes que la communion dans la main doit au moins prendre sa part du blâme pour le déclin parmi les catholiques de la croyance en la présence réelle.
Pour montrer que la communion dans la main a déjà été une pratique universelle, on cite habituellement un texte en particulier de saint Cyrille d'Alexandrie selon lequel nous devrions faire de nos mains un trône pour y recevoir le Roi. Ce qu'on n'ajoute habituellement pas, cependant, c'est ce que tout chercheur sérieux en patristique vérifierait: ce texte est d'origine douteuse. En fait, il est plus vraisemblablement de l'évêque untel, qui serait un évêque nestorien. De plus, nous avons des textes de Léon le Grand... de Grégoire le Grand... de saint Basile... etc.

Je vous recommande vraiment la lecture de ces pages, qui ne font que traduire un sentiment enraciné chez moi...


http://users.mmic.net/maranatha/communion.html

Dans le Christ

bartalin
"Il est vieux comme le diable, le monde qu'ils disent nouveau et qu'ils veulent fonder dans l'absence de Dieu... "

http://filsdechretiente.blogspot.com/

http://blogpourlavie.blogspot.com/

wanderer
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 757
Inscription : ven. 03 sept. 2004, 16:49
Localisation : Haute-Savoie

Message non lupar wanderer » mar. 29 nov. 2005, 20:26

Vous savez, si vous mettez un lien, je n'ai pas besoin de dix demandes pour le lire. En revanche, je peux me demander quelle pertinance il a en le mettant face à d'autres sources comme celle citées par oak.

Vous savez, je crois que nous sommes d'accord ou presque. Je suis opposé à la communion dans la main, je concidère qu'elle est une imprudence aux conséquences graves, pas un péché contre la foi, voilà où nous semblons diverger...

Cordialement,

Wanderer

:)

MB
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 977
Inscription : lun. 26 juil. 2004, 0:03

Message non lupar MB » mar. 29 nov. 2005, 21:26

Bonjour !

Je me souviens d'une messe avec communion à l'ancienne - les communiants se succédant à l'ambon (c'est ainsi que s'appelle la "balustrade" ?), avec le prêtre qui déposait soigneusement l'hostie dans la bouche. Il le faisait avec un tel soin, une telle délicatesse, que le plaisir qu'on prenait à le regarder vous faisait frissonner.

Cependant, je pose la question : est-ce vraiment important ? Est-ce mal de communier avec la main ? Pour reprendre Wanderer, j'ai du mal à imaginer qu'il s'agisse d'un péché contre la foi. Mettre tellement d'énergie à débattre cette question me paraît vain ; le geste physique de l'homme, en lui-même, ne signifie rien. Lui accorder un sens sacré, c'est risquer de verser dans la superstition, donc le paganisme.

Cordialement
MB

wanderer
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 757
Inscription : ven. 03 sept. 2004, 16:49
Localisation : Haute-Savoie

Message non lupar wanderer » mar. 29 nov. 2005, 21:47

Et quand le corps du Seigneur se retrouve en vente sur Internet, ce n'est pas grave peut-être?

De plus, il y a parfois une grande nonchalence dans l'attitude de ceux qui communient dans la main. Si tous le monde était à genoux pour recevoir la sainte communion, la sacralité du corps du Christ serait plus évidente et permettrait aux plus faibles dans la foi de bien mesurer la grande importance de cet admirable sacrement.

Ensuite comme vous le faites remarquer, c'est beau cette façon dedistribuer la sainte hostie, alors pourquoi adopter une forme moins belle? Les croyants ne sont-ils pas en droit de demander de la beauté pendant l'office?

Cordialement,

Wanderer

:)

Avatar de l’utilisateur
Hélène
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1603
Inscription : lun. 13 juin 2005, 3:51
Localisation : Sous le regard de Dieu
Contact :

Message non lupar Hélène » mar. 29 nov. 2005, 21:55

Les instructions concernant la manière d'agir lors de la Communion dans Redemptionis Sacramentum (sur certaines choses à observer et à éviter concernant la très sainte Eucharistie) peuvent certainement nous aider. Le chapitre IV est particulièrement parlant. Vous le trouverez ici : http://www.vatican.va/roman_curia/congr ... um_fr.html

Lorsque j'étais enfant, j'ai appris à avoir un grand respect pour le Corps du Christ. Ma famille m'avait appris que je devais communier sur les lèvres...mais c'était les années '70 et lorsqu'est venu le temps de préparer la Première Communion à l'école, on m'avait obligé à communier dans les mains...je me sentais comme la plus grande pécheresse ! Je savais dans mon coeur que ce n'était pas juste une ordonnance de mes parents scrupuleux mais que c'était vraiment la bonne façon de recevoir Jésus. Pour mes camarades de classe j'étais comme le vilain petit canard. Après avoir rejeté le Seigneur longtemps (durant au moins 15 ans) et après être revenue à Lui de tout coeur, je voulais reprendre la façon qui m'avait été enseigné dans mon enfance parce qu'il me semblait que c'était la manière la plus digne de Le recevoir. En effet, plus j'avance en profondeur dans ce Mystère si grand, plus je me rends à l'évidence que le Seigneur est bafoué par nos abus, nos manques de respect, nos inadvertances, nos mains sales, parfois grossières (salies par nos manques d'amour et les gestes que nous avons pu poser en dehors de Lui)...n'a-t-il pas eu à souffrir suffisament que nous lui infligions encore une peine en ne respectant pas son Corps glorieux ? Un jour, alors que je me présente devant un prêtre pour recevoir Jésus, je voyais qu'il était agacé par mon attitude "pieuse" et respectueuse devant le Corps et le Sang du Christ (alors que chacun va "tremper son hostie" dans le Calice, je m'abstiens en demandant pardon pour ce geste déplacé, abusif et inconscient). Après la Messe, il s'en vient me voir et me dit ceci : "tu sais, il faut apprendre à avoir une foi adulte. :blink: Nous ne sommes plus des enfants qui doivent s'agenouiller devant un Dieu qui nous écrase. Nous sommes des adultes debouts. Les bébés boivent encore au sein maternel et rampent par terre, mais nous, nous sommes des adultes dans la foi, il faut communier dans les mains comme des grands... :( coup de lance dans le Coeur du Christ... j'ai eu beau lui expliquer que ce n'est pas un asservissement que de se prosterner devant le Christ mais un geste d'Amour réciproque, Lui qui me lave les pieds et s'abaisse jusque dans ma mort en prenant sur Lui mon péché...ou encore de lui dire que je reçois le Christ comme un oisillon reçoit sa nourriture. Pour ce qui est de tremper le Corps du Christ dans le Calice soi-même (plutôt que le prêtre le trempe et me le donne sur les lèvres)...dois-je prendre Dieu moi-même plutôt que Lui se donne à moi ? Qui suis-je pour mettre la main sur Dieu ?...rien à faire. Il semble que je manque de maturité...

Toutefois, selon les circonstances et pour ne pas choquer, il convient de communier dans les mains (l'Église le permet) ne serait-ce que pour donner l'exemple à ceux qui nous entourent en cas de constatation d'abus graves...avec beaucoup de respect, tel que décrit par Vexillum Regis dans son post. L'important, c'est la disposition du coeur et le respect du Seigneur dans son Corps et dans son Sang...et bien sûr, l'obéissance au Magistère de l'Église.
"Le Père n'a dit qu'une seule Parole, c'est son Fils et, dans un éternel silence, il la prononce toujours". (Saint Jean de la Croix)

oak
Censor
Censor
Messages : 102
Inscription : sam. 29 oct. 2005, 15:12
Localisation : 260 km de Canterbury

Message non lupar oak » mar. 29 nov. 2005, 23:34

j'ai cherché sur google, seuls deux sites orthodoxes en parlent...

L'enseignement de l'Eglise est clair sur cette pratique, voir les indications et références que j'ai données plus haut... l'Eglise "progresse" (cf dogmes), il en est de même pour d'autres choses.

De plus:

Citation:
L'origine de la pratique actuelle de la communion dans la main en chrétienté occidentale remonte à la révolution protestante, ou "Réforme".


...toujours sur le même site, qui vous aidera bien mieux que moi...
:lol: :lol: La Réforme du 16ème siècle dans un concile Oecumenique datant de 680 .? :lol: :lol:

Je crois que cela s'appelle un anachronisme historique.

Je reste sérieux, il est certain que si un peu de pain (sans levain) cuit au four d'un boulanger a des pouvoirs "exceptionnels", "les gens ont tout à fait raison... de les garder, ils ont des pouvoirs magiques". (je me mets à leur place...)

Résurgence de l'animisme latent dans une société ?

Dans une société "magique" on cherche à s'approprier des objets "magiques", en Afrique il y a des gens qui peuvent porter jusqu''à 10 ou 15kg d'objets magiques ("gri-gri") pour se prémunir. Et le Moyen Age comporte des aspects "magiques", un Roi de France portant des dizaines de médailles protectrices... Comme Louis XI... Cela rappelle pour les connaisseurs des moeurs communes chez les animistes.

Il est possible qu'il y ait en Europe "contamination" par la religion antérieure, qui a fait considérer que l'objet en lui même avait des 'pouvoirs'. L'hypothèse serait à envisager.

Sur le fond du problème il me semble que la "communion dans la main " est antérieure à toutes les autres pratiques et qu'elle n'a pas été condamnée par les Apôtres... Il y a eu des excès liés à la superstition certainement.


Et la question de la "communion à la cuiller" n'a pas été traitée...

Avatar de l’utilisateur
Hélène
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1603
Inscription : lun. 13 juin 2005, 3:51
Localisation : Sous le regard de Dieu
Contact :

Message non lupar Hélène » mer. 30 nov. 2005, 0:05

Et la question de la "communion à la cuiller" n'a pas été traitée...
Dans le lien que je donne plus haut, il en est question...dans le même chapitre IV de Redemptionis Sacramentum. C'est une pratique reconnue par l'Église qui a lieu en certains endroits.
"Le Père n'a dit qu'une seule Parole, c'est son Fils et, dans un éternel silence, il la prononce toujours". (Saint Jean de la Croix)

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1701
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Message non lupar Charles » mer. 30 nov. 2005, 0:18

Bonjour à tous,

il y a un principe de l'Eglise qui est de ne pas revenir en arrière, pour autant qu'il ne s'agisse pas d'erreur.

Recevoir la communion dans la bouche ne peut s'apparenter à une erreur, et donc il n'y a pas de raison de revenir à la communion, reçue dans la main, si jamais cette pratique était attestée dans les premiers siècles, du moment qu'on est passé à autre chose.

L'Eglise "primitive" n'est pas en effet plus authentique que celle d'aujourd'hui. Et même, c'est l'Eglise de demain, la Jérusalem céleste, qui est la plus authentique, si l'on se pique d'authenticité.

Et que la communion soit donnée dans la bouche ou dans la main, cela ne change rien au sacrement.


Revenir vers « La forme ordinaire du rite romain »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit