Lieux de messe "Paul VI" "Ad Orientem" "à l'autel majeur"

Avatar de l’utilisateur
jibrillatein
Ædilis
Ædilis
Messages : 23
Inscription : sam. 11 juil. 2020, 17:10
Conviction : catholique romain

Sur une "modalité" de la messe de St Paul VI

Message non lu par jibrillatein » ven. 16 oct. 2020, 19:11

Bonjour,

Je me posais une question sur une "modalité" (désolé, le terme n'est pas fameux...) du rit ordinaire de la messe. Elle porte sur les prières à l'autel : j'ai vu dans cette paroisse que le rit ordinaire était célébré versus populus mais en récitant toutes les prières à l'autel, notamment celles de la liturgie de la parole : salutation, préparation pénitentielle, hymne, prière d'ouverture/collecte, profession de foi, oraison de la prière universelle.
https://www.youtube.com/watch?v=Cp_mOH9-5NM&t=232s

Peut-on célébrer une messe ad orientem "totalement" à l'autel ? Je me pose cette question car avant la réforme liturgique seul l'ordinaire du lieu (l'évêque) pouvait célébrer du siège de présidence. En donnant cette possibilité aux prêtres, la différence prêtre/évêque s'en est trouvée amenuisée. Mais ce n'est pas ce qui est le plus important. Ce qui attire mon attention c'est que l'autel est "délaissé" pendant toute la première partie de la messe alors qu'il est essentiel... Enfin, cela est-il possible légalement, ou faut-il aller au siège de présidence ?

Merci beaucoup,
Fraternellement dans le Christ
Jb
"Adjutorium nostrum in nomine Domini, qui fecit caelum et terram" (Ps CXXIII)

Avatar de l’utilisateur
François-Xavier
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 764
Inscription : dim. 20 août 2006, 23:53
Contact :

Lieux de messe "Paul VI" "Ad Orientem" "à l'autel majeur"

Message non lu par François-Xavier » sam. 17 oct. 2020, 20:04

Bonjour,

La messe de Paul VI (FORM) dans sa "modalité" ordinaire implique que la célébration soit au siège (qu'on appelle dans la FERM "la banquette") pendant la liturgie de la parole (qu'on appelle "messe des catéchumènes" dans la FERM). Ce n'est dans 9 cas sur 10 non optionnel. L'exception relève de la "messe lue" ('missa lecta") qui n'est pas la "modalité" ordinaire, et qui implique que le célébrant est seul ou sans servant. Comme c'est lui qui prend en compte l'ensemble (y compris la récitation des lectures), il fait tout à l'autel.
[Ajoutons que dans la FORM, il est selon les normes impossible pour un prêtre de célébrer à la cathèdre de l'évêque. Ce qui pose au passage beaucoup de problèmes dans certaines cathédrales anciennes où il n'est pas prévu qu'il y ait 2 "sièges de présidence" dans le sanctuaire.]
Une messe publique - et a fortiori une messe dominicale publique - ne devrait pas être une "missa lecta". Comprenez bien : par exemple le psaume responsorial est supposé être lu, pas chanté ; de même pour l'alléluia qui est dans le lectionnaire : il n'a jamais été conçu pour être mis en musique. Malheureusement dans 99% des cas les prêtres en paroisse prennent le formulaire de la messe lue (puisque c'est celui qui est dans le missel / lectionnaire, qui ne donne pas le formulaire de la messe chantée qui est dans un autre livre). Le plus souvent cette erreur est faite par ignorance : vous savez que la formation liturgique dans les séminaires est proche de zéro ; et pour les prêtres plus anciens on ne leur a jamais expliqué qu'il y a un autre formulaire pour les messes chantées. La plupart d'entre eux n'ont même jamais eu contact avec la messe chantée - qui est pourtant la modalité ordinaire et normée des messes publiques dans la FORM. Quant aux plus anciens, ils font "comme avant" : c'est à dire qu'ils prennent le formulaire du missel / lectionnaire - messe lue - parce que c'est comme ça qu'on faisant avant la réforme liturgique, avec un missel qui à l'époque était plénier (c'est à dire qu'il contenait tout, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui dans la FORM). Cette inertie ne concerne d'ailleurs pas que le célébrant ; même dans l'attitude des fidèles dans certains endroits, on le constate. Exemple : le fait de rester assis à l'Orate fratres et pendant l'oratio super oblata (appelée "secrète" dans la FERM).
Le problème de la célébration de la première partie de la messe au siège vient donc du fait qu'il faut au moins un servant pour tenir le missel pour la collecte et la post communion. Et s'il y en a pas, il faut bien poser le missel quelque part, parce que ces prières se font bras étendus par le célébrant. Du coup, dans beaucoup de cas le prêtre, par inertie, fait ces deux prières à l'autel, comme ça, cela lui simplifie la tâche, mais c'est évidemment contraire à l'usage. D'ailleurs, dans de nombreux cas, comme le servant n'est pas formé, il ne sait pas tenir le livre en question, et donc comme lui non plus on ne veut rien lui apprendre - comme le séminariste -, on ne lui demande pas de le faire, et donc même chose, on lit ces deux prières à l'autel. Et de toutes façons "c'est comme ça qu'on faisait avant". Inertie. Abus.
Image
Ici à Saint Raphaël, le servant sait porter le livre. On sait y célébrer la messe. Rare exemple paroissial. Notons que le livre est présenté par l'acolyte à hauteur de lecture / chant du célébrant, de façon stable c'est à dire en faisant reposer le haut du livre sur le front. Il n'ya en effet rien de plus désagréable pour un prêtre ou un évêque de ne pas réussir à chanter l'oraison parce que le texte bouge sous ses yeux. Forcément, si le livre n'est pas stable, on renonce, et on pose le livre sur l'autel et c'est plus simple. Mais on perd quelque chose du rite. Et c'est un abus.

Bref, je crois que je l'ai déjà écrit ici, mais la FORM pour être bien célébrée demande des efforts que la plupart des membres du clergé ne soupçonnent pas, si bien que très souvent on se retrouve face à une déformation, une sous liturgie, qui ne correspond en rien au niveau de solennité que devait revêtir la forme typique, avec notamment le formulaire de la "missa cantata". Or, la FORM dans sa conception sous-entend un niveau de solennité plus grand que la FERM dans sa "modalité" ordinaire (ex. une messe dominicale). C'est pour ça qu'une messe FORM célébrée par un simple prêtre s'apparente plus à une messe célébrée par un évêque dans la FERM. Cela pourra paraître surprenant, mais c'est ainsi.
Bref, dans cet exemple comme dans de nombreuses autres "modalités", c'est la preuve que la FORM a eu une naissance prématurée suivie d'une "mort subite du nourrisson", et ce dès les années qui ont suivi le Concile. On voit ainsi beaucoup d'incohérences, qui rendent l'ensemble bancal. Exemples : procession d'entrée et de sortie très solennisée avec cruciféraire, encens, encensement à l'offertoire et à la consécration, y compris avec porte cierges agenouillés à l'autel pendant l'élévation, mais toutes les oraisons lues (la plupart non chantées) à l'autel, alors qu'on chante le psaume et l'alléluia du lectionnaire. Complètement bancal. Beaucoup de frime et peu de technicité ou de bon goût.
Très souvent également on voit des prêtres prendre le formulaire de la messe lue, et de ne rien chanter sauf par exemple la préface (ou même seulement l'introduction de cette dernière). Là, c'est carrément ridicule en plus d'être absolument un "choix" présenté comme "personnel" par le célébrant ; or ce dernier n'a pas à prendre ce type d'initiative : rien n'est supposé être laissé à son appréciation personnelle, ou alors... c'est du cléricalisme. Soit c'est une missa cantata et alors il faut qu'il chante tout ce qu'il a à chanter, soit c'est une missa lecta alors il lit tout et ne chante rien. L'inverse existe aussi. J'ai ainsi "subi" un jour un prêtre qui - acceptant que nous chantions le formulaire de la messe chantée - a refusé de chanter sa partie au prétexte qu'il fallait "que les gens comprennent" et qui considérait qu'une oraison chantée (en français, ça va sans dire) entravait cette compréhension. Autrefois, on n'ordonnait pas si on ne savait pas chanter. Un prêtre qui ne savait pas chanter n'était pas idoine, jusqu'à une date récente. Mais que voulez vous : nous sommes en pleine régression culturelle, et le tout en toute bonne conscience. Je trouve ça inadmissible. Mais je m'éloigne de votre sujet. Car en fait la situation est vraiment grave. On en est à l'arrêt cardiaque de la liturgie en tant que telle dans 99% des lieux de culte.
A part dans de très rares endroits bien sûr qu'il nous faut soutenir, encourager, développer.

D'ailleurs dans certaines bonnes maisons, on peut voir la FERM célébrée de façon très proche de ce que demande la FORM, par un simple prêtre à la banquette pendant la "messe des catéchumènes / liturgie de la parole" et sans doublage. Et ce n'est par contre pas du tout un abus. C'est vraiment très proche de ce que souhaitait le Concile Vatican II.

Pardon pour ce long discours. Quand on me lance je ne m'arrête que tard.

Avatar de l’utilisateur
jibrillatein
Ædilis
Ædilis
Messages : 23
Inscription : sam. 11 juil. 2020, 17:10
Conviction : catholique romain

Lieux de messe "Paul VI" "Ad Orientem" "à l'autel majeur"

Message non lu par jibrillatein » Hier, 16:28

Merci beaucoup pour ces précisions, je ne connais que peu les normes liturgiques précisément. Cependant, durant une messe des chanoines de st John cantius (sur YouTube vous pourriez trouver une messe de semaine célébrée ad orientem à l'autel majeur. J'imagine que c'est justement une messa lecta...
En tout cas, les normes liturgiques dites, si on réfléchissait, ne serait il pas mieux que le prêtre dise les prières à l'autel, car de fait il s'adresse à Dieu, au siège de présidence c'est moins clair je trouve...

Fraternellement dans le Christ
Jb
"Adjutorium nostrum in nomine Domini, qui fecit caelum et terram" (Ps CXXIII)

Avatar de l’utilisateur
François-Xavier
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 764
Inscription : dim. 20 août 2006, 23:53
Contact :

Re: Lieux de messe "Paul VI" "Ad Orientem" "à l'autel majeur"

Message non lu par François-Xavier » Hier, 19:36

Tout ce que j'ai écrit auparavant ne correspond évidemment pas à la question de l'orientation de l'autel, qui est une autre question. Encore une fois il est facile de trouver des célébrations en FERM avec justement ces prières proférées depuis la banquette. Ce ne sont pas des abus.
Que ce soit dans la FORM ou la FERM, réserver l'autel à la partie proprement eucharistique renforce au contraire l'idée de ce dernier comme lieu de propitiation. L'ambon ou le légile est également un lieu de sacrifice, mais selon une autre signification ou valeur spirituelle. On l'oublie trop souvent, toute liturgie est sacrificielle, et pas seulement la liturgie sacramentelle ou même eucharistique.
Dernière modification par François-Xavier le dim. 18 oct. 2020, 19:44, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
François-Xavier
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 764
Inscription : dim. 20 août 2006, 23:53
Contact :

Lieux de messe "Paul VI" "Ad Orientem" "à l'autel majeur"

Message non lu par François-Xavier » Hier, 19:39

jibrillatein a écrit :
Hier, 16:28
Merci beaucoup pour ces précisions, je ne connais que peu les normes liturgiques précisément. Cependant, durant une messe des chanoines de st John cantius (sur YouTube vous pourriez trouver une messe de semaine célébrée ad orientem à l'autel majeur. J'imagine que c'est justement une messa lecta...
Je ne suis pas sûr que cette messe fut une missa lecta. Il faudrait s'en assurer ? Et pour cela un moyen simple de vérifier : est-ce que le prêtre a chanté quelque chose ?
Sur ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=ocmT-naIjQg on voit très bien une missa cantata de semaine célébrée par ces chanoines. Avec la collecte et la post communion au siège. 100% conforme.
Ici, https://www.youtube.com/watch?v=Sob4ZkI97_4 par contre c'est une messe de semaine avec peu de servants. Il semble y avoir une petite schola qui chante. Le prêtre récite les pr!ères à l'autel mais recto tono. On peut effectivement considérer qu'il ne chante pas. Je dirais que c'est une sorte d'entre deux. En tout cas ce que ça montre, c'est lorsque c'est une missa cantata "High Mass", les chanoines font les choses depuis le siège.
jibrillatein a écrit :
Hier, 16:28
En tout cas, les normes liturgiques dites, si on réfléchissait, ne serait il pas mieux que le prêtre dise les prières à l'autel, car de fait il s'adresse à Dieu, au siège de présidence c'est moins clair je trouve...

Fraternellement dans le Christ
Jb
Dans certaines "bonnes maisons", là encore, ces prières sont dites du siège de présidence, mais en direction de l'autel, c'est à dire "dos au peuple", ou vers l'orient.
Dans ces conditions, évidemment, tout est clair. On voit parfaitement bien à qui s'adressent ces prières, et ça me semble évidemment très juste.

Avatar de l’utilisateur
jibrillatein
Ædilis
Ædilis
Messages : 23
Inscription : sam. 11 juil. 2020, 17:10
Conviction : catholique romain

Re: Lieux de messe "Paul VI" "Ad Orientem" "à l'autel majeur"

Message non lu par jibrillatein » Aujourd’hui, 10:46

Merci François Xavier pour ces précisions. En effet, dans le cas où les prières sont récitées face à l'orient il n'y a plus d'ambiguïté ! Je me posais cette question car dans ma paroisse les prières d'entrée collecte etc. sont dites à un pupitre en face de l'assemblée, et je trouvais cela assez embrouillé quand on est en face de lui.
Je ne connaissais pas la différence entre missa lecta et missa cantata, preuve que nos liturgies sont peu conformes au rit ! Par ailleurs, le prêtre peut il chanter la prière eucharistique ? J'ai vu pour la préface et la Consécration, mais pas moyen de trouver un formulaire sur Internet pour le reste...
Fraternellement dans le Christ
Jb
"Adjutorium nostrum in nomine Domini, qui fecit caelum et terram" (Ps CXXIII)

Avatar de l’utilisateur
François-Xavier
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 764
Inscription : dim. 20 août 2006, 23:53
Contact :

Re: Lieux de messe "Paul VI" "Ad Orientem" "à l'autel majeur"

Message non lu par François-Xavier » Aujourd’hui, 13:31

jibrillatein a écrit :
Aujourd’hui, 10:46
Je ne connaissais pas la différence entre missa lecta et missa cantata, preuve que nos liturgies sont peu conformes au rit ! Par ailleurs, le prêtre peut il chanter la prière eucharistique ? J'ai vu pour la préface et la Consécration, mais pas moyen de trouver un formulaire sur Internet pour le reste...
Evidemment le canon est également supposé être chanté. Surtout en cas de concélébration. Il y a même un livre pour ça qui contient les partitions pour les Canons et bien sûr les préfaces : Ordo missae in Cantu. https://www.abbayedesolesmes.fr/afficha ... ssae-cantu. Il y a aussi un livret avec les chants pour les concélébrants : https://www.youtube.com/watch?v=8BJOjgudiGE
https://www.abbayedesolesmes.fr/afficha ... lebrantium

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité