Comment lire les lectures

BJLP
Quæstor
Quæstor
Messages : 334
Inscription : mar. 18 mars 2008, 8:57

Comment lire les lectures

Message non lupar BJLP » ven. 11 avr. 2008, 19:42

Comment lire les lectures?
Le lecteur qu'il soit un laïc, un diacre, un prêtre , qu'ils lisent en français ou en latin, comment doit-il lire et surtout avec quel Ton.
Sans y mettre le ton commun d'une lecture banale il est bon à mon sens de bien spécifier les ponctuations.
Si on lit la passion du Christ sur un ton monocorde et qu'il n'y a pas de différence de ton entre les propos de la foule et ceux de Jésus la lecture bien que toujours la même devient vite fastidieuse. et on finit pas ne plus suivre. (Sauf les érudits)
Oui la passion n'est pas une pièce de théâtre il de bon ton si je puis m'exprimer ainsi de la lire avec respect et recueillement.
Mais j'avoue que lorsque j'entends, surtout dans certains couvents, les lectures faite sans état d'âme en forme de litanie cela me barbe et là je l'a lit en même temps dans mon livre de messe . La raison en est bien simple je suis dur d'oreille et pour que je comprenne un texte il faut articuler.
Et Oui comment les mal-entendants comprennent-ils une lecture psalmodiée , j'ai dit les mal-entendants pas les sourds.
Ma question est de savoir comment on doit lire "" en français"" les lectures.

Avatar de l’utilisateur
marchenoir
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 268
Inscription : dim. 25 déc. 2005, 22:58
Localisation : Vincennes

Re: Comment lire les lectures

Message non lupar marchenoir » ven. 11 avr. 2008, 22:48

Bonsoir BJLP,

excellente question ! Que tout le monde ne se pose pas d'ailleurs

La réponse se trouve
Dans les textes à prononcer à haute et intelligible voix, que ce soit par le prêtre ou le diacre, par le lecteur ou par tous, le ton de la voix doit correspondre au genre de chaque texte – selon qu’il s’agit d’une lecture, d’une oraison, d’une monition, d’une acclamation ou d’un chant –, ainsi qu’à la forme de la célébration et à la solennité du rassemblement. En outre, on tiendra compte du caractère inné des diverses langues et de la mentalité des peuples.

Dans les rubriques et dans les normes qui suivent, les mots « dire » ou « prononcer » doivent donc s’entendre soit du chant soit de la récitation, en observant les principes exposés ci-dessus.
Bien à vous.

Marchenoir.

PS. Je tiens à faire remarquer que j'ai tout de même dégainé plus vite que Boris, excusez du peu ! J'ai pas le droit à un truc ?
Il n'y a qu'une tristesse, c'est de n'être pas des saints (Léon Bloy, La Femme Pauvre)

BJLP
Quæstor
Quæstor
Messages : 334
Inscription : mar. 18 mars 2008, 8:57

Re: Comment lire les lectures

Message non lupar BJLP » sam. 12 avr. 2008, 6:29

Bonjour
Avant de quitter la maison pour la semaine Merci pour la réponse.
Un autre point pour la lecture : la faire dire par des personnes qui savent lire et parler devant un micro car bonjour la compréhension dans certains cas.
A bientôt
BJLP

DavidB
Persona
Persona
Messages : 1929
Inscription : dim. 16 sept. 2007, 21:44

Re: Comment lire les lectures

Message non lupar DavidB » sam. 12 avr. 2008, 7:57


PS. Je tiens à faire remarquer que j'ai tout de même dégainé plus vite que Boris, excusez du peu ! J'ai pas le droit à un truc ?
:rire:
Comme un petit enfant, moi aussi, je veux me laisser prendre dans les bras de Dieu, mon Père en Jésus-Christ, me laisser asseoir sur ses épaules, et voir enfin, devant moi, au loin, s'élargir mes horizons.

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Comment lire les lectures

Message non lupar Théophane » sam. 12 avr. 2008, 23:37

Lors de la messe en semaine j'ai l'habitude de lire souvent (ce qui n'est pas le cas pour la messe dominicale car je suis organiste). Je pense d'abord que la lecture et le psaume ne doivent pas être lus sur le même ton. Le psaume est une prière et non un récit ; cela doit donc se ressentir.

Ma façon de lire est très simple. J'essaye de parler fort, en articulant, sans précipitation. Selon moi il faut cependant éviter d'employer un ton qui paraîtrait emprunté, par exemple en parlant avec une certaine emphase en pensant que cela peut faire ressortir la grandeur de la parole de Dieu. Au lieu de cela, on obtient un effet ridicule. Il faut lire normalement, comme nous parlons dans nos conversations, en gardant à l'esprit que ces phrases viennent de Dieu et sont pour ceux qui Le cherchent.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

BJLP
Quæstor
Quæstor
Messages : 334
Inscription : mar. 18 mars 2008, 8:57

Re: Comment lire les lectures

Message non lupar BJLP » jeu. 17 avr. 2008, 8:56

Lors de la messe en semaine j'ai l'habitude de lire souvent (ce qui n'est pas le cas pour la messe dominicale car je suis organiste). Je pense d'abord que la lecture et le psaume ne doivent pas être lus sur le même ton. Le psaume est une prière et non un récit ; cela doit donc se ressentir.

Ma façon de lire est très simple. J'essaye de parler fort, en articulant, sans précipitation. Selon moi il faut cependant éviter d'employer un ton qui paraîtrait emprunté, par exemple en parlant avec une certaine emphase en pensant que cela peut faire ressortir la grandeur de la parole de Dieu. Au lieu de cela, on obtient un effet ridicule. Il faut lire normalement, comme nous parlons dans nos conversations, en gardant à l'esprit que ces phrases viennent de Dieu et sont pour ceux qui Le cherchent.
Pour ma part , il m'arrive de lire la première lecture suivit du psaume.
Je m'eforce de ne pas y mettre le même ton pour les deux afin de différencier les "styles"
L'idéal serait de chanter le psaume mais là je risque de faire comme ""assurancetourisque""....................... :rire:

Pour l'histoire , il m'est arrivé un jour d'écouter un lecteur , lisant trés bien, de faire une contrepétrie en lisant une lettre de Paul.
Il à commençé par : ""L'ecture de l'épaule de saint pitre"".
Dans l'assemblé il y eu un petit moment de .... sourire....
Le lecteur se reprenant assez rapidement en s'excusant.
Croyez moi ce n'est pas une blague inventée.
L'erreur est humaine !

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Comment lire les lectures

Message non lupar Théophane » jeu. 17 avr. 2008, 11:54

Ce qui m'est arrivé un jour n'est guère mieux... Au moment où je me levais pour faire la lecture, le prêtre s'est aussi levé et m'a dit devant tout le monde de ne pas lire. Sans commentaires.

En ce qui concerne le psaume, l'idéal serait bien entendu de le chanter, mais sans instrument c'est beaucoup moins beau.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
Arzur
Seminarius
Seminarius
Messages : 901
Inscription : jeu. 18 oct. 2007, 17:11
Localisation : Breiz / Bretagne

Re: Comment lire les lectures

Message non lupar Arzur » jeu. 17 avr. 2008, 12:30

Cher Théophane, votre prêtre manquait quelque peu de miséricorde ! Cela ne se fait pas !mais j'avoue déjà avoir vu des attitudes similaires avec certains prêtres de ma connaissance... Cela à le don de me refroidir ... :/

Par contre, votre anecdote est vraiment très drôle "L'ecture de l'épaule de saint pitre", je vais la ressortir ! :) :-D :rire: :rire: :rire: :rire:


Comme vous, il m'est arrivé de faire la première lecture puis d'enchaîner sur le psaume (messe de semaine), j'essaye d'avoir une voix différente car comme cela a été souligné dans les messages précédent le psaume est une prière alors que la première lecture est une lecture.

Je trouve important de bien dire "Parole du Seigneur" après la première lecture, car cela fait une coupure franche entre la lecture et le psaume .


Pax
+ Arzur
Ar brezoneg hag ar feiz a zo breur ha c'hoar e Breiz !
La langue Bretonne et la foi sont frère et soeur en Bretagne !

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Comment lire les lectures

Message non lupar Théophane » jeu. 17 avr. 2008, 13:11

Cher Théophane, votre prêtre manquait quelque peu de miséricorde ! Cela ne se fait pas !mais j'avoue déjà avoir vu des attitudes similaires avec certains prêtres de ma connaissance... Cela à le don de me refroidir ... :/
Si on devait regarder sur l'exemple des prêtres ou des catholiques pratiquants, je pense qu'il n'y aurait plus beaucoup de monde dans l'Église. Je crois d'ailleurs que le catholicisme souffre d'une forme de discrédit parce que nous en donnons souvent nous-mêmes une mauvaise image, et que les gens n'ont pas encore compris que l'Église est sainte à cause de Dieu et non de ses membres.
Comme vous, il m'est arrivé de faire la première lecture puis d'enchaîner sur le psaume (messe de semaine), j'essaye d'avoir une voix différente car comme cela a été souligné dans les messages précédent le psaume est une prière alors que la première lecture est une lecture.
Là où je vais la messe en semaine, ce sont deux personnes différentes qui font la lecture et le psaume. Je trouve que c'est plutôt bien d'ailleurs.
Je trouve important de bien dire "Parole du Seigneur" après la première lecture, car cela fait une coupure franche entre la lecture et le psaume .
Il y a dans mon diocèse une liturgiste qui enseigne qu'on ne doit absolument pas dire ceci. On se demande parfois d'où vient la formation des personnes qui prétendent former les autres... Je pourrais concevoir qu'on dise que cela n'est pas obligatoire, mais prétendre qu'il ne faut pas, cela est absurde. Si l'on s'en réfère aux textes qui font autorité, on lit clairement Verbum Domini.

Il y a encore une autre anecdote qui me semble digne d'intérêt. J'ai assité hier à l'enterrement de la sœur d'une amie. Il s'agissait d'une messe. Outre le fait que la liturgie semblait adaptée à une certaine sensibilité (par exemple : "ce pain, fruit de la terre et du travail des hommes et des femmes, du travail de vous tous ici présents, etc."), les lectures (épître, psaume, évangile) étaient totalement absentes.
Il est triste de constater que nous calquons la qualité de la liturgie sur notre propre médiocrité, en l'entraînant dans le tourbillon du do it yourself, comme le disait le Cardinal Ratzinger.

Pax et Bonum
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
Arzur
Seminarius
Seminarius
Messages : 901
Inscription : jeu. 18 oct. 2007, 17:11
Localisation : Breiz / Bretagne

Re: Comment lire les lectures

Message non lupar Arzur » jeu. 17 avr. 2008, 14:02

Si on devait regarder sur l'exemple des prêtres ou des catholiques pratiquants, je pense qu'il n'y aurait plus beaucoup de monde dans l'Église. Je crois d'ailleurs que le catholicisme souffre d'une forme de discrédit parce que nous en donnons souvent nous-mêmes une mauvaise image, et que les gens n'ont pas encore compris que l'Église est sainte à cause de Dieu et non de ses membres.
Malheureusement, je suis d'accord avec vous.


Cher Théophane, je ne sais pas d'où sort votre liturgiste ! ! Je n'ai pas le Missel Romain sous la main, mais il serait de bon de regarder.
Si l'on s'en réfère aux textes qui font autorité, on lit clairement Verbum Domini.
Je pense que le texte en vigueur dont vous parlez est le Missel Romain, donc dire Verbum Domini après les lectures n'est pas facultatif mais bien obligatoire...


Je propose le bûché pour votre liturgiste ! :-D :-D :-D


Pax
+ Arzur
Ar brezoneg hag ar feiz a zo breur ha c'hoar e Breiz !
La langue Bretonne et la foi sont frère et soeur en Bretagne !

Sursum Corda
Seminarius
Seminarius
Messages : 282
Inscription : jeu. 27 déc. 2007, 15:37

Re: Comment lire les lectures

Message non lupar Sursum Corda » jeu. 17 avr. 2008, 14:27

IL y a la possibilité dans certaines circonstances de ne pas prendre les lectures du jour (mariage, enterrement...) mais il faut les remplacer par d'autres lectures approuvées (lecture de l'ancien testament ou épitre pour la lecture, péricope d'un évangile pour l'évangile), et non par des lectures profanes.

Tarcisius
Barbarus
Barbarus

Re: Comment lire les lectures

Message non lupar Tarcisius » jeu. 03 nov. 2016, 16:44

Bonjour,
Je cherchais tout autre chose, et je trouve cette intéressante conversation.

Les consignes données “par ceux qui savent faire” sont :
Lire de manière très neutre (on ne doit pas “interpréter” la parole de Dieu, qui se suffit à elle même.
Ne pas quitter le livre des yeux ! Ne surtout pas connaitre le texte par cœur : La Parole vient du Livre ! (Cela ne les empêchent pas d'avoir d'infâmes photocopies pliées en quatre pour lire la Passion à plusieurs lecteurs, au lieu de faire des copie dignes.)
Se précipiter à l'ambon dès la fin de la collecte, pour ne pas perdre de temps, de même on enchaine le plus vite possible ces lectures.
Maintenant, il ne faut plus omettre le fameux “Parole du seigneur” (Verbum domini), même quand la lecture elle-même se termine par ces mots. Ces mots signalent ainsi que la lecture est finie, à l'intention des nombreux fidèles qui n'ont rien compris ou qui ont lu dans leur missel. Surtout pas une petite seconde de silence entre la fin de la lecture et cette “conclusion”.

Le psaume : Surtout pas les psaumes de Gélineau ou autres, dont les paroles sont celles qui ont été adoptées peu de temps après le Concile, et qui sont maintenant un peu différentes des nouvelles traductions. Surtout pas un répons connu que tout le monde peut chanter, il faut obligatoirement la psalmodie et le refrain proposé par Signe, tout le reste est hérétique. Il faut donner l'importance à la musique ! Les paroles peuvent (doivent ?) être incompréhensible, l'important, c'est d'avoir bien respecté la double croche !

J'ai pour ma part une vision très différente, que j'ai partagé durant 16 ans avec un prêtre, malheureusement nommé dans une autre paroisse.
Personnellement, lorsque je lis, je suis très souvent félicité par un ou plusieurs participants, simplement pour le fait que la lecture était intelligible, parfois parce qu'elle était compréhensible (Saint Paul, même lu de façon intelligible, n'est parfois compréhensible que si toutes les nuances en sont bien saisies et rendues par le lecteur), et parfois même parce que la lecture était captivante (beaucoup de texte de l'Ancien testament, même si les plus imagés ont été récemment totalement mutilés et défigurés.)
Toutefois, actuellement, je ne suis que rarement choisi pour lire par les animateurs liturgique, qui ont une tout autre vision que moi de la lecture : Je lis trop lentement, en articulant comme en poésie classique (liaisons, diérèse, syllabes “muettes” non élidées, fin de phrases non atténuées.) sans toutefois mettre les intonations artificielles de certains, et surtout sans mettre le texte sous cette chape de grisaille qui affuble la plupart du temps les lectures de nos messes.
Bref : Je suis un vieil imbécile qui trouve plus important de ne pas joncher l'autel de partitions et de papier cinq minutes avant la messe, pour une dernière discussion de mise au point entre animateurs, que de dire “Parole du Seigneur” alors que c'est la gestuelle, le respect, la façon de dire qui différencient la Parole de tout ce fatras de mots d'accueil et de “chapeaux” interminable et autres blablabla qui encombrent et dénaturent nos messes. NB : Quand on aura respecté toutes les autres indications de la PGMR, quand on aura des gestes et des rites qui parlent d'eux-mêmes, sans avoir besoin d'être expliqué, je trouverai un intérêt à dire ces trois mots à la fin des lectures.

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1489
Inscription : dim. 08 juil. 2012, 11:56
Conviction : Catholique Romain
Localisation : Alsace

Re: Comment lire les lectures

Message non lupar Christophe67 » lun. 07 nov. 2016, 16:20

Bonjour Tarcisius,

Alors prétendre connaitre le "comment" serait osé mais je peux confirmer certains points que vous citez.

Tout d'abord je spécifie que dans mon diocèse , être lecteur est un rôle officiel pour lequel on reçoit des formations et des mises à niveau.
Je suis toujours surpris quand je vais dans d'autres régions, qu'on aille quérir le premier venu pour faire la ou les lectures. Néanmoins, ce point me pose moins problème lorsque j'ai pu constater, à St Louis des français à Rome, que les prêtres faisaient de même.

Par contre, erreur souvent pratiquée, celle du lecteur qui regarde l'assemblée après quelques lignes ou mots. Cette façon de faire est celle de celui qui enseigne, or le lecteur lit et n'enseigne pas.

Votre lecture lente est une de celles que je préfère quant à l'imprégnation du texte. N'oublions pas qu'à l'origine le texte biblique était dans une langue faite pour être écoutée plus que lue. On peut objecter aussi envers ceux qui sont loin du micro, ou pour lesquels la lecture est inaudible voir incompréhensible (je pense à un prêtre burkinabé - en formation théologique à Strasbourg - pour lequel, la première année, la lecture fût assez difficile).

Mais comme le croyant est censé avoir connaissance des texte avant les lectures, il en va aussi de leur nonchalance. rien ne les empêche de les lire la veille pour mieux les méditer ou s'en imprégner.

Par contre pour les Psaumes cela diffère :
- quand je vais en retraite chez les Jésuites j'en apprécie la cantillation, le fait de psalmodier en alternant coté droit et côté gauche (comme une réponse à l'autre côté).
- parfois en paroisse, le laïque qui anime le chant lit le psaume et l'assemblée reprend le refrain en chantant, ou tout se fait en chantant. Mais je crois que cela dépend de la connaissance de l'animateur.

Pour les photocopies etc... je comprends votre souci pour le respect de la forme, mais au delà de "la bonne pratique" c/est aussi la façon de recevoir ces textes qui compte et le fruit qui va en découler.

Par contre je trouve le terme hérétique trop fort, hétérodoxe à la limite mais hérétique ...


Cordialement.
"Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. 2Tim 4:3-4

« La compréhension est la récompense de la foi. Ne cherche donc pas à comprendre pour croire, mais crois afin de comprendre, parce que si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas. » St Augustin

p.cristian
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 439
Inscription : mar. 28 mai 2013, 2:17

Re: Comment lire les lectures

Message non lupar p.cristian » mar. 08 nov. 2016, 21:00

Bonjour,

Je rebondis sur cette discussion qui était morte depuis 8 ans (mais le sujet ne l'est pas).
La PGMR http://www.vatican.va/roman_curia/congr ... _bibliques est assez succincte sur le sujet.


57. Dans les lectures, la table de la parole de Dieu est dressée pour les fidèles, et les trésors bibliques leur sont ouverts[61]. Il importe par conséquent d’observer l’ordonnance des lectures bibliques, qui montre bien l’unité de l’un et l’autre Testament et de l’histoire du salut, et il n’est jamais permis de remplacer les lectures et le psaume responsorial, qui contiennent la parole de Dieu, par d’autres textes non bibliques[62].

58. Dans la célébration de la messe avec peuple, les lectures sont toujours proclamées de l’ambon.
[Je passe le passage sur l'Évangile ]
Après chaque lecture, le lecteur dit une acclamation à laquelle répond le peuple rassemblé, accordant ainsi honneur à la parole de Dieu accueillie dans la foi et dans un cœur reconnaissant.

Donc ce qui est demandé, est le respect des textes et de faire honneur à la parole de Dieu. Il est explicitement demandé de répondre par une acclamation à laquelle répond le peuple.

Comment comprendre cela? Faut-il lire comme le suggère Tarcisius sans quitter le texte des yeux de peur d'écorcher un mot, ou de mettre un peu de soi dans le texte.
Peut-être, que c'est une façon de respecter le texte. Mais ce n'est sans doute pas la seule façon.

Je pense que la foi catholique est une foi de la rencontre. Et cette rencontre ne saurait exister si le lecteur n'apportait pas aussi de ce qu'il est en lisant. La voix sera celle d'un membre du peuple de Dieu venant avec ce qu'il est.

Il n'y a pas longtemps j'ai pu écouter un cours sur la liturgie (sous l'aspect musical), et le conférencier parlait de la transcendance (il n'a pas utilisé le terme) des acteurs de la messe. Ils participent à quelque chose qui les dépasse. Il a cité pour exemple d'avoir assisté à une petite messe dans un petit village où une lectrice était une vieille paysanne avec un accent un peu difficile pour ses oreilles, mais qui en lisant une lettre de Saint Paul très profonde au niveau théologique atteignait au sublime. Cela pourrait sembler un peu hautain, et ça l'est en partie, mais vous voyez ce qu'il voulait dire. Malgré toutes nos faiblesses et nos manques, la messe ne saurait être diminuée de notre apport.

Nous ne saurions être l'Église de l'incarnation, si ne nous savons pas incarner nous-même la Parole, si nous refusions cette rencontre, en y arrivant coincés par nos conventions, en pensant qu'il n'existerait qu'une seule façon de lire.

Ceci dit, les lecteurs ont par ailleurs une responsabilité : ils se doivent d'être entendus pour que la Parole puisse donner du fruit.
Dans ma paroisse, il se trouve qu'un des paroissiens qui parfois fait des lectures, est un acteur professionnel. Je dois avouer que ses lectures me vont plus au cœur que d'autres. Sa voix est forte et posée, sa diction est impeccable, il sait jouer des silences, et donner de l'émotion à ses lectures.
Je pense pas être le seul à être touché ainsi.
Certes la lecture n'est pas une pièce de théâtre, pas plus que le rôle de l'organiste est de faire un spectacle. Et pourtant, il appartient à ces acteurs (au sens de participants) de la Saint Messe, de lui donner la beauté qu'elle mérite.
N.B. le P. de mon pseudo ne veut pas dire "père".

Tout ce que vous voudriez que les hommes fassent pour vous, vous aussi, faites-le de même pour eux, car c'est ce qu'enseignent la loi et les prophètes.

Tarcisius
Barbarus
Barbarus

Re: Comment lire les lectures

Message non lupar Tarcisius » ven. 11 nov. 2016, 21:31

L'exemple de la paysanne au fort accent lisant un texte de Saint Paul est un bon exemple.
Certes, il y a quelques personnes qui sont incompréhensibles pour des gens d'une autres région à cause d'un accent et d'une prononciation vraiment trop particulière ; mais c'est absolument exceptionnel.
Une personne sans accent particulier, même lisant distinctement et prononçant parfaitement chaque mots ne fera pas obligatoirement passer le sens de beaucoup de lettres de Saint Paul (et de quelques autres).
Saint Paul est vraiment l'exemple des lectures difficiles. Souvent les lecteurs pris au hasard dans l'assemblée préfèreront lire Saint Paul, parce que dans la première lecture il se trouve parfois des mots — des noms propres — qui présentent aux personnes peu familières des textes, une difficulté de prononciation ; mais en réalité la plupart des textes de l'ancien testament, qui au départ sont fait pour un mode verbal, pour être proclamés, ne présentent pas de grosses difficultés de sens.
Avec Saint Paul, on sent un langage écrit, “intellectuel”, avec des phrases longues dans lesquelles s'emboitent divers niveaux de sens : C'est très difficile à rendre correctement à l'oral ; ça ne se lit pas comme Isaïe, ça ne se “proclame” pas, c'est de l'ordre de l'intime et ça s'adresse à la fois au cœur et à l'intelligence ; pour le lire correctement il faut avoir soi même cœur et intelligence : j’entends par là : Il faut d'une part avoir parfaitement compris le sens profond du texte, mais il faut aussi l'avoir ressenti dans son cœur. On y arrive pas toujours ! La paysanne au fort accent y est parvenue.

Et pour revenir à regarder ou pas l'assemblée : Pour ce qui est de Saint Paul, je ne lève en principe pas les yeux pendant le texte lui même, mais je regarde toujours avant de commencer, et je marque une brève pause après le mot de début : Frères, … et je regarde brièvement l'assemblée avant de me plonger dans le texte. ( De toutes façons, je ne connais vraiment par cœur aucun texte de Saint Paul, ni d'ailleurs aucune autre épitre )
Et bien sur, plus généralement pour tous les textes, je marque aussi un temps, et je regarde l'assemblée, avant de dire “Parole du Seigneur” mais là aussi, c'est assez mal vu par “ceux qui savent”, et qui enchainent “Parole du Seigneur” sans aucune transition, et sur le même ton neutre, voire en baissant la voix, comme à chaque fin de phrase.


Revenir vers « Ars celebrandi »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité